Navigation – Plan du site
Dossier

L’archéologie préhistorique: traces et mémoires

Noël Coye et Arnaud Hurel
p. 3-6

Texte intégral

  • 1  L’exposition organisée par Léon Aufrère, en 1949, pour célébrer le centenaire des Antiquités celti (...)
  • 2  Voir citation placée en exergue de l’article de Marie-Françoise Aufrère, dans ce même volume.

1Placé au cœur du présent dossier, l’article de Marie-Françoise Aufrère aborde « l’histoire de l’archéologie préhistorique comme patrimoine », offrant ainsi une réflexion sur les différents sens que le terme peut revêtir. Celui-ci est tout d’abord à prendre au sens de patrimoine familial. L’auteur revient sur les principaux travaux publiés par son père, Léon Aufrère (1889-1977), dont nous dirions volontiers qu’il est le fondateur d’une histoire de la préhistoire envisagée dans une perspective historienne, si lui-même n’avait insisté dès les années 1930 sur la « fécondation collective » nécessaire à l’émergence de tout champ intellectuel appelé à devenir – ou non – une discipline (Aufrère 1936 : 46)1. Ce qui frappe toujours lorsqu’on lit Léon Aufrère – et l’article de Marie-Françoise Aufrère nous y aide en nous guidant à travers ses principaux travaux –, c’est la modernité de sa pensée sur l’histoire de la discipline, mais également sur la valeur patrimoniale des sites archéologiques de la Somme. Et nous rencontrons ici la deuxième acception du mot patrimoine, celle qui sous-tend toute l’action de Léon Aufrère en faveur de la protection et de l’achat par des acteurs publics (État ou collectivités territoriales) des gisements fondateurs de la connaissance préhistorique. Pour lui, les gisements d’Amiens et d’Abbeville présentent un intérêt d’ordre à la fois historique, géologique et archéologique. Il importe donc de les protéger parce qu’ils font partie intégrante de la mémoire de la discipline mais aussi pour constituer des réserves archéologiques. À ce titre, ils doivent également être valorisés et rendus accessibles au public. Mais une troisième dimension du mot patrimoine est également présente dans les travaux de Léon Aufrère, puisque le terme s’applique également à l’histoire de la préhistoire, cette « seule chose » qui intéressait « réellement » l’auteur et à laquelle il redoutait de n’intéresser personne2. Loin de constituer un passe-temps ou une auto-justification, l’étude historique de la discipline préhistorique conduit Léon Aufrère à restituer une mémoire qu’il convient de transmettre et de faire fructifier, une démarche mémorielle que l’on doit dépasser pour construire l’avenir de la connaissance et du patrimoine archéologique. L’exercice historiographique s’investit dans une réflexion globale sur l’archéologie préhistorique et ses sources : sites, collections, archives, pratiques, connaissances, réseaux…, notions que le présent dossier esquisse comme constituant la mémoire patrimoniale de l’archéologie préhistorique.

2Les articles de ce dossier reprennent la substance de communications présentées lors du colloque international « 1859, Archéologues et géologues dans l’épaisseur du temps », tenu à Paris les 25 et 26 juin 2009. Ils viennent compléter la publication, en 2011, de Dans l’épaisseur du temps, archéologues et géologues inventent la préhistoire, ouvrage de la collection « Archives » des Publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle (Hurel & Coye 2011). Ce livre propose une relecture des débats qui se développent autour de l’année 1859, époque emblématique de la fondation intellectuelle de la préhistoire. Il prend en considération découvertes et idées, mais également, dans une optique sociologique, pratiques, acteurs et institutions qui ont concouru à ouvrir un nouveau champ de recherche et à lui faire une place dans la cité scientifique et – à terme – dans le paysage institutionnel de la science française et internationale.

3Mais cet ouvrage est loin d’avoir épuisé le sujet, et tout spécialement la matière présentée et développée lors du colloque de 2009. Nous avons donc proposé à certains intervenants de constituer ce dossier en abordant sous divers angles la question de la mémoire que concourt à fabriquer l’histoire de l’archéologie préhistorique et la façon dont celle-ci peut être mise en perspective avec nos propres pratiques scientifiques, patrimoniales, conservatoires, muséographiques…

4L’article de Piotr Daszkiewicz décrit le fonctionnement des réseaux scientifiques d’émigrés polonais – et notamment en France – au moment où se développent les débats sur l’origine de l’Homme et sur la question de l’évolution. Ce sont évidemment les liens entre science et idéologie qui sont ici questionnés, non pas de façon frontale et en partie naïve – comme cela se fait souvent –, mais à travers une étude minutieuse des acteurs et des réseaux qu’ils forment. Les tensions entre la diffusion de la théorie darwinienne, le développement de l’anthropologie de Paul Broca (1820-1884) tout comme la diffusion en Europe des idées de Jacques Boucher de Perthes (1788-1868) sont retracées avec précision. Cela met parfois en évidence la faillite de certains réseaux personnels et le relais que peuvent alors constituer certains supports de vulgarisation : c’est ainsi que la « Chronique parisienne » de la Biblioteka Warszawska a constitué le vecteur de dissémination des idées de Boucher de Perthes en Pologne, alors même que son réseau personnel, pourtant existant, se révélait inefficace (Piotr Daszkiewicz, p. 6).

5L’article de Rachel Orliac aborde la question par le biais des collections Boucher de Perthes conservées au Muséum national d’histoire naturelle. Le rôle de celles-ci dans les débats fondateurs de la préhistoire française est ici examiné. L’approche est originale mais non marginale : les collections, c’est-à-dire à la fois les objets qui les constituent mais également les pratiques qui les accompagnent et les réseaux qu’elles tissent et mobilisent, sont autant d’éléments capitaux pour comprendre les fondements intellectuels de la nouvelle discipline.

6Le rôle dans la constitution de la collection d’acteurs comme François Baillon (1778-1851) ou Albert Gaudry (1827-1908) ou d’institutions comme la Société d’émulation d’Abbeville témoigne du fait que Boucher de Perthes n’est pas isolé et de la dimension collective du mouvement d’idées qui devait aboutir à la formation de la préhistoire.

  • 3  C’est l’auteur qui souligne.

7L’envoi que fait Jacques Boucher de Perthes à Armand de Quatrefages (1810-1892) le 11 mai 1860 est également symptomatique. La caisse adressée à la Galerie d’Anthropologie contient une sélection de « pierres taillées celtiques et antédiluviennes »3 (Rachel Orliac, p. 13) soigneusement emballées, étiquetées et rangées en deux couches : les pièces celtiques au-dessus et les pièces antédiluviennes au fond. Ce rangement est en partie le résultat de critères pratiques : les pièces antédiluviennes sont plus volumineuses et plus lourdes, les pièces celtiques – dont une partie d’objets en bois de cerf – plus fragiles. Par sa dimension systématique, comme par la présentation que Boucher de Perthes fait de cet arrangement dans le courrier qui accompagne la caisse, on ne peut toutefois que remarquer que la collection, ainsi arrangée pour le voyage et le déballage, recrée la stratigraphie générale des dépôts qui ont livré les pièces.

8La constitution de chaque série est de même très révélatrice : les outils sont accompagnés de la faune associée et parfois d’échantillons de sédiments. La collection documente ainsi l’association stratigraphique des outils et des faunes fossiles – ou actuelles – qui constitue la clef de la démonstration de Boucher de Perthes (Hurel & Coye 2011 : 24). La séparation des artefacts et des vestiges fauniques et leur affectation dans différents départements du Muséum, telle qu’elle se produit par la suite – et assez rapidement, comme le montre Rachel Orliac –, traduit la modification des questions fondamentales de la discipline : une fois la démonstration faite, les approches naturalistes et historiques reprennent une certaine autonomie. La collection qui illustrait et soutenait la démonstration est recomposée pour s’adapter aux nouveaux questionnements et aux modifications institutionnelles du Muséum et notamment de ses différentes chaires. Les collections, leur composition et leur histoire, constituent ainsi des témoins privilégiés et fidèles de l’histoire de l’archéologie préhistorique dans ses aspects intellectuels mais également institutionnels.

9Une autre dimension de la mémoire construite par l’histoire de l’archéologie préhistorique – et peut-être notamment par une histoire internaliste et réflexive – est celle concernant les pratiques et méthodes de la discipline. C’est à cette dimension que s’attache la contribution de Marylène Patou-Mathis qui met en résonance la paléontologie stratigraphique du xixe siècle et l’archéozoologie actuelle. C’est en effet la paléontologie stratigraphique – combinée à l’anatomie comparée – qui a structuré le contexte général dans lequel s’est développé le débat sur l’ancienneté et l’origine animale de l’homme (Laurent 1987). Presque simultanément, la reconnaissance des traces de l’intervention humaine sur les supports de matières dures animales a offert des arguments de poids aux partisans de l’ancienneté de l’Homme. Les bases méthodologiques de l’analyse technologique des productions humaines – aussi bien sur matière osseuse que lithique – furent posées dès les débats fondateurs. Elles constituèrent alors une mémoire technique que les développements ultérieurs de la recherche ont parfois pu mobiliser pour ouvrir de nouvelles voies de recherche, en fonction de problématiques nouvelles.

10Cette mise en perspective des débats fondateurs et des savoirs actuels est également un des aspects important de la contribution d’Alain Tuffreau, qui nous ramène dans la vallée de la Somme. Les découvertes qui ont concouru à fonder au milieu du xixe siècle la connaissance préhistorique constituent un corpus aujourd’hui largement inexploitable par les archéologues. La logique de la preuve qui présidait alors à l’exploration des carrières, gravières et sablières des terrasses de la Somme a conduit à documenter les découvertes avec un luxe de détails quant à leur localisation, aussi bien topographique que stratigraphique et leurs circonstances de découverte, avec une mention scrupuleuse des témoins pouvant attester du déroulement des recherches. Pourtant, ces données demeurent presque toujours inexploitables, par manque de précision pour les premières, et plus encore pour les secondes, parce qu’elles n’entrent plus dans le périmètre de ce qui constitue pour nous une observation scientifique.

11De nouvelles recherches sont donc nécessaires et sont conduites, même si elles se heurtent parfois à une question d’accès aux terrains. En effet, l’urbanisation actuelle ne permet plus d’accéder à l’ensemble des niveaux constituant la séquence stratigraphique du Paléolithique dans la vallée de la Somme depuis 600 000 ans. C’est dans ce contexte que les efforts conduits par Léon Aufrère et l’abbé Henri Breuil (1877-1961) en matière de protection des gisements permettent aujourd’hui un retour vers les sources primaires (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Saint-Acheul (Amiens, Somme). L’abbé Breuil examine les coupes (cliché Institut de paléontologie humaine).

  • 4  Lettre de Léon Aufrère à l’abbé Breuil, 25 octobre 1945, Bibliothèque centrale du Muséum, fonds Br (...)

12Comme l’écrivait Léon Aufrère en 1945 : « Il faut considérer nos gisements comme un capital sacré et veiller sur eux comme sur un temple. […] Ce qu’il faudrait, c’est le classement, la surveillance et l’achat des gisements. »4.

  • 5  Le titre complet du projet est « Apparition de l’Acheuléen en Europe du Nord-Ouest : une étude int (...)
  • 6  Lettre de Léon Aufrère à l’abbé Breuil, 25 octobre 1945, Bibliothèque centrale du Muséum, fonds Br (...)

13Cette politique d’achat conduite en collaboration entre Léon Aufrère et l’abbé Breuil avait notamment conduit à l’acquisition de deux gisements voisins implantés dans la haute terrasse de la Somme à Abbeville : carrière Carpentier en 1937 et carrière Léon en 1939, cette dernière étant par la suite donnée au Muséum national d’histoire naturelle (fig. 2 & 3). La carrière Léon fait aujourd’hui l’objet d’un projet de reprise des fouilles dans le but de valider les observations réalisées précédemment sur les plus anciens niveaux de la vallée de la Somme et dont les plus récentes remontent aux années trente. Cette opération s’intègre dans le cadre plus large du projet Anr « PremAcheuSept »5 coordonné par Marie-Hélène Moncel (Umr 7194), dont l’un des principaux objectifs est d’établir un modèle régional en datant précisément les premières traces de peuplement acheuléen selon une approche multidisciplinaire, à partir de gisements français et anglais. La relance des recherches sur le terrain conduit ainsi à confronter les différentes mémoires de la discipline : archives historiques formées par les premiers préhistoriens, collections conservées dans les instituts de recherche et les musées, étude des gisements intégrés dans un plan global de conservation et de patrimonialisation. Ces différentes strates mémorielles peuvent entrer en interaction pour dépasser les limites d’une connaissance parfois obsolète comme celles de documents historiques coupés de toute réalité actuelle. Nous laisserons ici le dernier mot à Léon Aufrère : « Personnellement, je désire continuer l’étude historique et topographique [de ces gisements], afin qu’on puisse pour le présent et pour l’avenir les identifier plus facilement. Sinon, dans cinquante ans, toutes ces carrières sont appelées à être épuisées et les préhistoriens de l’avenir qui ne s’accorderont pas seront obligés de se disputer sur les textes comme nous l’avons déjà fait nous-mêmes. »6.

Fig. 2

Fig. 2

Carrière Léon (Abbeville, Somme). Couches de la coupe sud photographiées en 1939 par A. Ruhlmann (collection Muséum national d’Histoire naturelle).

Fig. 3

Fig. 3

Carrière Léon (Abbeville, Somme). Biface, longueur : 12 cm (collection Institut de paléontologie humaine).

Haut de page

Bibliographie

Aufrère, L. 1936. Essai sur les premières découvertes de Boucher de Perthes et les origines de l’archéologie primitive (1838-1844). Paris, Staude, 48 p.

Hurel, A. & N. Coye (dir.). 2011. Dans l’épaisseur du temps, archéologues et géologues inventent la préhistoire. Paris, Éditions du Muséum national d’histoire naturelle (Archives), 441 p.

Laming, A. 1952. La découverte du passé, progrès récents et techniques nouvelles en préhistoire et en archéologie, études réunies et présentées par A. Laming. Paris, A. & J. Picard, 363 p.

Laming-Emperaire, A. 1964. Origines de l’archéologie préhistorique en France, des superstitions médiévales à la découverte de l’homme fossile. Paris, Picard, 243 p.

Laurent G., 1987. Paléontologie et évolution en France de 1800 à 1860, une histoire des idées de Cuvier et Lamarck à Darwin. Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (Mémoires de la section d’histoire des sciences et des techniques, 4), 553 p.

Haut de page

Notes

1  L’exposition organisée par Léon Aufrère, en 1949, pour célébrer le centenaire des Antiquités celtiques et antédiluviennes présentait un large éventail d’auteurs, de découvertes et d’interprétations. Ceux-ci fournirent les matériaux des ouvrages publiés par Annette Laming-Emperaire en 1952 et 1964 qui constituent deux autres étapes importantes dans la délimitation du champ de l’histoire de l’archéologie préhistorique (Laming 1952 ; Laming-Emperaire 1964).

2  Voir citation placée en exergue de l’article de Marie-Françoise Aufrère, dans ce même volume.

3  C’est l’auteur qui souligne.

4  Lettre de Léon Aufrère à l’abbé Breuil, 25 octobre 1945, Bibliothèque centrale du Muséum, fonds Breuil-Boyle.

5  Le titre complet du projet est « Apparition de l’Acheuléen en Europe du Nord-Ouest : une étude interdisciplinaire ».

6  Lettre de Léon Aufrère à l’abbé Breuil, 25 octobre 1945, Bibliothèque centrale du Muséum, fonds Breuil-Boyle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Saint-Acheul (Amiens, Somme). L’abbé Breuil examine les coupes (cliché Institut de paléontologie humaine).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1831/img-1.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Fig. 2
Légende Carrière Léon (Abbeville, Somme). Couches de la coupe sud photographiées en 1939 par A. Ruhlmann (collection Muséum national d’Histoire naturelle).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1831/img-2.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 3
Légende Carrière Léon (Abbeville, Somme). Biface, longueur : 12 cm (collection Institut de paléontologie humaine).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1831/img-3.png
Fichier image/png, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noël Coye et Arnaud Hurel, « L’archéologie préhistorique: traces et mémoires », Les nouvelles de l'archéologie, 129 | 2012, 3-6.

Référence électronique

Noël Coye et Arnaud Hurel, « L’archéologie préhistorique: traces et mémoires », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 129 | 2012, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1831 ; DOI : 10.4000/nda.1831

Haut de page

Auteurs

Noël Coye

Ministère de la Culture et de la Communication, Direction générale des Patrimoines, Paris; Umr 5608 TRACES, Université de Toulouse,
noel.coye@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Arnaud Hurel

Département de préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle, Umr 7194 Histoire naturelle de l’Homme préhistorique,
hurel@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org