Navigation – Plan du site
Dynamiques de peuplement

Dynamique de peuplement dans les marges orientales de l’Adamaoua

Perspectives de recherche archéologique de la région Djohong (Cameroun)
Étienne Zangato
p. 25-28

Résumé

Lorsque nous avons élargi en 2005 nos travaux sur la néolithisation, l’apparition et le développement de la métallurgie du fer à toute l’extrémité orientale de l’Adamaoua, l’identification des communautés de la préhistoire récente à partir des ensembles culturels est devenue un sujet essentiel pour l’ensemble de l’équipe de la mission archéologique de Djohong au Cameroun. Pour comprendre la «dynamique de peuplement dans les marges est de l’Adamaoua», la démarche, pluridisciplinaire, suppose la poursuite des fouilles, l’étude des vestiges archéologiques, des analyses métallographiques, pétrographiques et micromorphologiques, des datations radiocarbone, l’identification des ossements animaux et des macros-restes végétaux. La confrontation des données archéologiques et paléoenvironnementales, des observations ethnologiques avec les traditions historiques, approfondira le regard sur les mouvements des communautés à travers le temps et l’espace. L’objectif principal vise à élargir les bases de données archéologiques à des périodes beaucoup plus récentes pour envisager dans une perspective dynamique la formation des entités culturelles régionales depuis les phases du Late Stone Age (Lsa), du Néolithique et de l’âge du Fer. C’est dans cette perspective que s’inscrit le programme de Djohong, qui intègre des problématiques engagées depuis plusieurs années au sein de l’Umr 7055 du Cnrs/université de Paris-X, en collaboration avec d’autres laboratoires et institutions comme l’Institut de recherche et de développement (Ird) ainsi que le département d’archéologie et gestion du patrimoine de l’université de Yaoundé-1 (Cameroun).

Haut de page

Texte intégral

Il m’est est particulièrement agréable de remercier le ministère des Affaires étrangères et européennes, le ministères de l’Enseignement supérieur du Cameroun, mon laboratoire de rattachement l’Umr 7055 et l’Umr 208 de l’Ird auquel je suis associé, qui ont pris en charge le financement de ces missions de terrain.

1Lorsque nous avons élargi en 2005 nos travaux sur la néolithisation, l’apparition et le développement de la métallurgie du fer à toute l’extrémité orientale de l’Adamaoua, l’identification des communautés de la préhistoire récente à partir des ensembles culturels est devenue un sujet essentiel pour l’ensemble de l’équipe de la mission archéologique de Djohong au Cameroun. Pour comprendre la « dynamique de peuplement dans les marges est de l’Adamaoua », la démarche, pluridisciplinaire, suppose la poursuite des fouilles, l’étude des vestiges archéologiques, des analyses métallographiques, pétrographiques et micromorphologiques, des datations radiocarbone, l’identification des ossements animaux et des macros-restes végétaux. La confrontation des données archéologiques et paléoenvironnementales, des observations ethnologiques avec les traditions historiques, approfondira le regard sur les mouvements des communautés à travers le temps et l’espace. L’objectif principal vise à élargir les bases de données archéologiques à des périodes beaucoup plus récentes pour envisager dans une perspective dynamique la formation des entités culturelles régionales depuis les phases du Late Stone Age (Lsa), du Néolithique et de l’âge du Fer. C’est dans cette perspective que s’inscrit le programme de Djohong, qui intègre des problématiques engagées depuis plusieurs années au sein de l’Umr 7055 du Cnrs/université de Paris-X, en collaboration avec d’autres laboratoires et institutions comme l’Institut de recherche et de développement (Ird) ainsi que le département d’archéologie et gestion du patrimoine de l’université de Yaoundé-1 (Cameroun).

2Les campagnes préliminaires de prospection qui ont débuté dans la région en 2005 ont été appuyées par une série de sondages systématiques menés sous la responsabilité du département d’archéologie et gestion du patrimoine de l’université de Yaoundé-1. Ce projet collectif a entraîné la découverte de huit sites – un monument mégalithique, un gisement du Paléolithique moyen ainsi que sept habitats dont un important village subactuel (ancien Zhong) d’environ trois hectares de superficie. La même équipe, qui a poursuivi les prospections jusqu’en 2009, a découvert encore sept autres sites dont un abri-sous-roche et des structures de réduction du minerai du fer qui s’échelonnent du Néolithique ancien au premier âge du Fer. Les fouilles ont commencé en juin 2006 sur les deux plus grands sites de culture bédobo, Mpàà et Zhong, qui présentent des niveaux d’occupation complémentaires sur le plan chronologique et sur celui des vestiges.

Environnement géographique archéologique de l’Adamaoua

3Située sur le versant nord de l’Adamaoua, à environ 90 kilomètres au nord de Meïganga, la région de Djohong fait partie du département de la Mbéré. Localisée à l’extrémité est de l’Adamaoua au nord-est du Cameroun, l’Adamaoua se prolonge en République centrafricaine par les plateaux de Bouar-Bocaranga. Dans la région de Djohong, une ligne de crête surplombant à 1 300 mètres d’altitude le versant est de la cuvette de la Mbéré (fig. 1) marque la limite occidentale de la cuvette du Lom, aux altitudes comprises entre 1 000 et 1 400 mètres. Coupant le Cameroun en deux ensembles, ce vieux socle précambrien est en fait une surface d’aplanissements plus ou moins déformés qui contraste de façon marquée avec plusieurs escarpements. Le réseau hydrographique très dense des hauts plateaux a un substrat géologique dont l’essentiel est d’origine métamorphique et plutonique avec des formations volcaniques et sédimentaires. Les principales failles de direction nord/est, sud/ouest de la zone de Djohong se sont créées dans des couloirs de formations sédimentaires du fossé de la Mbéré. Au plan environnemental, ce secteur charnière des marges orientales de l’Adamaoua et de la dorsale oubanguienne est verdoyant et contrasté : couvert par une savane boisée de type soudano-guinéen à Burkea africana, Lophira lanceolata, Daniellia oliveri, avec une strate herbacée à Andropogon gayanus, Hyparrhenia welwistschii, Hyparrhenia familiaris, il est aussi bien arrosé avec de fortes précipitations de l’ordre de 1 500 millimètres par an. Dans ce contexte géomorphologique, l’érosion très vive explique en partie la conservation et le démantèlement, toujours actif, des niveaux archéologiques anciens ou récents. Les formations métamorphiques, volcaniques et sédimentaires dans lesquels ils se trouvent sont en effet constamment soumises à des rudes conditions de chasses brutales dues au ruissellement d’eaux de pluie – ce qui explique l’hétérogénéité des vestiges de surface appartenant à plusieurs phases d’occupation (Lsa, néolithique, âge du Fer et des phases subactuelles) reconnues dans les sites de plein air ou enfouis comme Bédobo et Mpàà.

4Le contexte archéologique de l’Adamaoua semble, à l’échelle de l’Afrique centrale, être une zone de passage où se sont probablement mêlées plusieurs influences culturelles depuis la fin du Late Stone Age (Lsa) jusqu’au début de l’âge du Fer. Les résultats des différents travaux réalisés dans certains sites comme Shum laka et Abéké, situés à l’extrémité ouest de cet ensemble géographique, montrent une évolution culturelle, allant du Lsa à l’âge du fer :

  1. l’âge de la Pierre taillée (Lsa) est daté de 8494-8208 à 7100-7085 avant J.-C. en datation calibrée (2 σ) ;

  2. l’âge de la Pierre au Métal I (Sma I) est daté entre 5397-5395 et 4300-4261 avant J.-C. en datation calibrée (2 σ) ;

  3. –l’âge de la Pierre au Métal II (Sma II) est daté entre 2086-2049 et 1776-1407 avant J.-C. en datation calibrée (2 σ),

  4. et l’âge du Fer (Sma III), entre 1776-1407 et 1318-978 avant J.-C. en datation calibrée (2 σ) (Maret 1980 1995 ; Maret & Clist 1987 ; Maret et al. 1993, 1995 ; Asombang 1991 ; Asombang & Maret 1992 ; Lavachery 1996, 1998 ; Lavachery et al. 1996).

5Même s’il n’y a pas de rupture nette entre ces phases culturelles, il est fort intéressant de constater que, dans cette aire géographique (voir fig. 1), les industries lithiques en pierre taillée ou polie ont parfois coexisté, la poterie que l’on croyait contemporaine du Néolithique étant associée à l’industrie taillée dans des niveaux datés entre 8500 et 8000 avant J.-C. en datation calibrée. Dans l’état actuel des travaux, le faciès régional présente donc, sous certains de ses aspects, des transformations fortes complexes.

Fig. 1

Fig. 1

Bassin du Tchad à l’holocène (ca 6000-2000 cal BC)

Le contexte stratigraphique régional

6Élucider certaines conditions de l’enfouissement des niveaux d’occupation des différents sites de la région a été l’un de nos principaux objectifs. En effet, l’aspect résiduel de plus de 75 % des sites découverts rend assez souvent difficile la définition de leur spécificité et, à l’échelle régionale, il complique la compréhension des modalités du peuplement de l’extrémité orientale de l’Adamaoua. Cette démarche exige donc une attention taphonomique adaptée à chaque configuration – habitat, atelier lithique, métallurgique, céramique, ensemble architectural, structure funéraire – en fonction de sa localisation topographique – sites de plateau, de rebord de plateau, de fond de vallée.

7Les effets du processus de formation des sites ont été le plus souvent évoqués dans les études archéologiques menées en Afrique centrale, notamment par A. Holl (1988) et, plus récemment, à propos de la datation des mégalithes de l’extrémité est de l’Adamaoua (Zangato 1993b et 1993c, 1999 ; Zangato & Saliège 1998). En généralisant cette démarche à toute la région, la mise en place d’un programme de recherche archéologique permet de la systématiser. Sur les buttes anthropiques qui caractérisent certains sites d’habitats en fond de vallée de la région comme Nana-Modé, Gbavian ou Zhong, le processus de formation s’est fait par accumulation successive des niveaux d’occupation. Toutefois, dans l’extrémité orientale de l’Adamaoua, près de 55 % des sites de plein air situés entre 1 000 et 1 300 mètres d’altitude sont les mieux préservés de la région, dans un contexte sédimentologique homogène relativement stable (fig. 2).

8Dans ces sites de haute altitude, de grands décapages ont permis de constater que les différents niveaux d’occupation sont assez bien conservés grâce à un processus de recouvrement sédimentaire particulier. La plupart du temps, ceux compris entre le Néolithique ancien à l’âge du Fer ont été systématiquement recouverts après leur abandon par un sédiment argileux, fin et imperméable. La fréquence du cycle d’abandon, de dépôt et de réoccupation observé à Bétumé, Balimbé, Gbabiri et Bouboun en Centrafrique, Bédodo, Mpàà et Gatoro au Cameroun, aboutit ainsi à une séquence verticale stratifiée, marquée par une alternance entre niveaux stériles et niveaux archéologiques (voir fig. 2).

9Cette séquence peut être mise en relation avec les oscillations climatiques régionales. En position primaire, ces niveaux d’occupation sont en général associés à un paléosol ou à des restes de faune, à des végétaux ainsi qu’à des objets métallurgiques. Ces vestiges se conservent assez bien contrairement à ce qui se passe dans certains sites de fond de vallée localisés entre 700 et 900 mètres, qui ne sont pas à l’abri de perturbations (mise en culture, processus d’altération mécanique et parfois biogéographique et biochimique liés aux phénomènes de pédogenèse).

10L’état de conservation des niveaux archéologiques à cette altitude est très inégal. On remarque le plus souvent un mélange de mobilier relevant d’époques différentes et, parfois, des inversions stratigraphiques avec, par exemple, des niveaux subactuels se retrouvant placés sous les niveaux néolithiques ou intercalés entre une strate néolithique et un niveau paléolithique. Rares sont les sites de fond de vallée comme Zhong et Moutourdé, où ont été observé des phénomènes de sédimentation ayant recouvert les niveaux archéologiques en place.

11S’ils ont permis de mieux cerner le contexte stratigraphique de la région de Djohong et d’en préciser certaines phases chronologiques comme celle de l’âge du Fer, identifié dans la couche 3, ces travaux ont aussi considérablement élargi la documentation disponible. Conduite en parallèle avec l’étude des structures de réduction métallurgique découvertes cette année, la poursuite des fouilles de la couche 3 à Mpàà, Bédobo, Zhong et dans l’abri-sous-roche de Zhan enrichira notre réflexion sur la technologie métallurgique.

12La chronologie et le contexte environnemental ont été précisés. Évoquons d’emblée la découverte majeure, sur le site de Gbatoro, de niveaux de l’âge du Fer datés entre 2153-2044 cal avant J.-C. (2 σ) et 2368-2200 avant J.-C. (2 σ). Ces dates complètent celles du site d’Ôboui en Centrafrique et de l’abri-sous-roche de Zhan, où la stratigraphie s’élève sur 4 mètres. Plusieurs assemblages céramiques identifiés à Mpàà et à Zhong enrichissent les corpus de « l’aire mégalithique » de l’extrémité orientale de l’Adamaoua tout en les étendant à des phases beaucoup plus récentes – ce qui pose la question de la possibilité d’une « archéologie historique » sur la dynamique sociale et culturelle de la période subactuelle, dans la région.

13Le décryptage en cours des différentes phases entre la fin du Late Stone Age (Lsa) et le début de l’âge du Fer vient avantageusement conforter notre théorie d’une évolution régionale soumise à des transformations fortes complexes. Ainsi, l’industrie lithique, en général attribuée au Lsa, est associée à la pierre polie et à la céramique dans la plupart des sites comme Bédobo. Beaucoup plus tard, entre 4000 et 2500 avant J.-C., ces mêmes industries voisinent avec des indices de la métallurgie du fer à Ôboui en Centrafrique, à Mpàà ainsi qu’à Gbatoro au Cameroun. Ces constats prouvent à la fois la persistance des outillages lithiques et la mise en place progressive de la technologie métallurgique.

Fig. 2

Fig. 2

Schéma stratigraphique des différents sites de l’extrémité est de l’Adamaoua

Conclusion

14Ce programme mené par la même équipe pluridisciplinaire va nouer des partenariats locaux avec deux objectifs :

  1. formation et encadrement d’étudiants en archéologie,

  2. valorisation du patrimoine archéologique.

15La poursuite des fouilles de Gbatoro précisera les modalités de la succession des différentes phases culturelles, depuis le Lsa et jusqu’à la période subactuelle. L’élargissement des recherches aux structures de réduction du fer enrichira les bases de données archéologiques sur la métallurgie du fer. De même, le démarrage des fouilles dans l’abri de Zhan documentera de façon détaillée la dynamique des peuplements dans les hautes terres des marges orientales de l’Adamaoua. La culture matérielle des groupes qui s’y sont succédé illustre leurs pratiques techniques et sociales, la répartition géographique de leur établissement et la gestion de leur espace dans la perspective d’un modèle socioéconomique de développement.

Haut de page

Bibliographie

Asombang, R. 1991. « Âge de la Pierre récent. Cameroun », in : R. Lanfranchi & B. Clist, Aux orignes de l’Afrique centrale. Libreville, Ccfac et Ciciba : 99-101.

Asombang, R., P. de Maret. 1992. « Re-investigating Shum Laka », Nsi, 10/11 : 13-16.

Holl, A. 1988. « Transition du Néolithique à l’Âge du fer dans la plaine péritchadienne : le cas de Mdaga », in : D. Barreteau & H. Tourneux (éd.), Le milieu et les hommes. Recherches comparatives et historiques dans le bassin du lac Tchad. Bondy, Éditions de l’Orstom (Colloques et séminaires) : 81-109.

Lavachery, P. 1996. « Shum Laka rockshelter holocene deposits : from stone to metal (Northwestern Cameroon) », in : G. Pwiti &R. Soper (éd.), Papers From the 10th Congress of the Panafrican Association of Prehistory and Rerated Studies. Harare, University of Zimbabwe Publications : 265-274.

Lavachery, P. 1998. « De la pierre au métal : approche archéologique des dépôts holocènes de l’abri de Shum Laka (Cameroun) », Thèse de doctorat, Université libre de Bruxelles, vol. 1 et 2, , 510 pages.

Lavachery, P., E. Cornelissen, J. Moeyersons & P. de Maret. 1996. 30 000 ans d’occupation, 6 mois de fouilles : Shum Laka, un site exceptionnel en Afrique Centrale, Anthroplogie et Préhistoire, 107 : 197-211.

Maret, P. de. 1980. « Ceux qui jouent avec le feu : la place du forgeron en Afrique centrale », Africa, 50 : 263-267.

Maret, P. de. 1993. « Nouvelles données sur la fin de l’Âge de la Pierre et les débuts de l’Âge du Fer dans la moitié méridionale du Cameroun », in : B. Andah, P. de Maret & R. Soper (éd.), Proceedings of the 9th Congress of the Panafrican Association of Prehistory and Rerated Studies. Ibadan Nigeria, Rex Charles Publications : 98-202.

Maret, P. de. 1995. « Pits, pots and the far-west streams », Azania, 29-30 : 318-323.

Maret, P. de. 1996. « Shum Laka (Cameroon) : human burials and general perspectives », in : G. Pwiti & R. Soper (éd.), Aspects of African Archaeology. Papers from the 10th Congress of the Panafrican Association of Prehistory and Rerated Studies. Harare, University of Zimbabwe Publications : 275-280.

Maret, P. de &B. Clist. 1987. « Mission de fouilles 1987 en Guinée-équatoriale insulaire », Nsi,2 : 32-35.

Maret, P. de, R. Assombang, E. Cornelissen, P. Lavachery, J. Moeyersons & W. Van Neer. 1993. « Preliminary results of the 1991-1992 field season at Shum Laka, Northwestern province, Cameroun », Nyame Akuma, 39 : 13-15.

Maret, P. de, R. Assombang, E. Cornelissen, P. Lavachery, J. Moeyersons. 1995. « Continuing research at Shum Laka rock shelter, Cameroon (1993-1994 field season) », Nyame Akuma,43 : 2-3.

Zangato, E. 1993a. « La question des datations des mégalithes du Centrafrique : nouvelles perspectives », in : D. Barreteau & C. von Graffenried (éd.), Datations et chronologie dans le bassin du lac Tchad. Actes du séminaire Méga-Tchad, Bondy, Orstom, 11-12 septembre 1989. Bondy, Éditions de l’Orstom (Colloques et séminaires) : 51-75.

Zangato, E. 1993b. « Les problèmes de l’interprétation des monuments mégalithiques de la République centrafricaine : une approche socio-logique est-elle possible ? » L’objet archéologique africain et son devenir. Actes du colloque international sous l’égide de l’unesco, Paris, 4, 5 et 6 novembre 1992. Paris, Cnrs : 121-141.

Zangato, E. 1999a. Sociétés préhistoriques et mégalithes dans le nord-ouest de la République centrafricaine.Oxford, Archaeopress (Bar International series, 768 ; Cambridge Monographs in African Archaeology,46), 223 pages.

Zangato, E. & F. Saliège. 1998. « Carbon dating of sites in the North-West of the Central African Republic : the Ndio case », West African Journal Archaeology, 28 (1) : 301-998.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Bassin du Tchad à l’holocène (ca 6000-2000 cal BC)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/996/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 2
Légende Schéma stratigraphique des différents sites de l’extrémité est de l’Adamaoua
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/996/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Zangato, « Dynamique de peuplement dans les marges orientales de l’Adamaoua », Les nouvelles de l'archéologie, 120-121 | 2010, 25-28.

Référence électronique

Étienne Zangato, « Dynamique de peuplement dans les marges orientales de l’Adamaoua », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/996 ; DOI : 10.4000/nda.996

Haut de page

Auteur

Étienne Zangato

Umr 7055 Préhistoire et Technologie, Maison René-Ginouvès Archéologie et ethnologie
etienne.zangato@mae.u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org