Navigation – Plan du site
Dynamiques de peuplement

Diversité des milieux de vie et variabilité de la morphologie sociale en Afrique

Étude de cas pour un programme de recherche, de la préhistoire à l’actuel
Michel Barbaza, François-Xavier Fauvelle-Aymar, Nicolas Valdeyron, Philippe Fosse, Jean-Marc Fabre, François Bon, Thierry Ruf, Jean-Loup Abbé, Pierre Moret, Nicolas Teyssandier, Vincent Mourre, Christine Rendu, Carine Calastrenc et Sandrine Baron
p. 7-18

Résumés

L’article réunit les contributions de quatorze chercheurs, spécialistes de secteurs les plus divers de l’archéologie africaine (industries paléolithiques, néolithisation, histoire de l’élevage, art rupestre, émergence des sociétés complexes, métallurgie du Fer, aménagements des terroirs …), autour de sujets concernant des régions très contrastées et dispersées sur l’ensemble du continent (Afrique du sud, Afrique de l’est, Afrique de l’ouest, Sahara, Maghreb). Le parti pris d’axer la réflexion générale sur l’étude de la variabilité des conditions socio-économiques rencontrées dans le temps et dans l’espace en assurent la cohérence. Au travers de la prise en compte des éléments constituant cette étonnante mosaïque, il s’agit de s’interroger sur la nature des réponses apportées par les groupes humains confrontés aux diverses sollicitations de leurs environnements (pression des milieux naturels, relations socio-économiques, cadres culturels et historiques …). L’Afrique considérée au travers de ces diverses facettes devient donc, pour les auteurs, le laboratoire de réflexion majeur pour l’établissement d’une documentation fiable relative au problème crucial de la complexité des relations entre l’Homme et son environnement.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Afrique, culture, écologie, environnement, histoire

Index by keyword :

Africa, culture, ecology, environmen, history
Haut de page

Texte intégral

Fondement de la recherche

1À l’écart des courants qui ont parcouru le Maghreb, la vallée du Nil et la côte orientale, les Africains ont dû trouver par eux-mêmes les voies de leur essor collectif, réinventer des savoir-faire que la faiblesse des échanges et les différences de milieu de vie entre les régions d’origine et les zones sud-sahariennes rendaient difficiles, voire impossibles, à intégrer. Ils ont maîtrisé une nature souvent hostile, trouvé des plantes nourricières adaptées au climat, constitué des sociétés parfois organisées en royaumes mais plus souvent réduites à l’échelon de la tribu ou du village et n’ayant laissé d’autres traces matérielles que « la répartition des peuples, leurs langages, leur culture, leurs arts, leurs sociétés, leurs religions » (Mauny 1970 : 18).

2Leur analyse s’ancre dans l’étude de ces dynamiques multiformes de développement (ou de régression) qui se sont affirmées, pour l’essentiel, en dehors de toute participation aux aires d’influences extra-africaines. C’est là l’orientation générale commune à l’ensemble des travaux menés dans le cadre du programme Traces. Plusieurs éléments fédérateurs permettent de transcender les distances et d’intégrer la très longue durée. Une première approche renvoie à la diversité même et invite à s’interroger sur la nature des réponses apportées par les groupes humains confrontés à un milieu naturel changeant, à la fois dans la synchronie et dans la diachronie. Évidemment cruciale dans les zones marquées par une aridification contraignante (Sahara, Sahel, Namib…), cette pression s’exprime différemment dans des secteurs plus favorisés où elle débouche, parfois, sur la mise en place de pratiques nouvelles au tournant de l’Holocène : amorce précoce d’un processus de néolithisation demeuré très longtemps incomplet, développement d’une économie halieutique reposant sur la pêche et la collecte de coquillages qui concurrencent directement la chasse, notamment dans les zones littorales (mers, lagunes, fleuves, lacs).

3Une autre piste plus « culturaliste » fait de l’Afrique un laboratoire contribuant à nourrir la réflexion sur la coévolution intercontinentale, à partir d’un regard croisé sur les dynamiques évolutives de l’Europe et du Proche-Orient. Cette approche a le mérite de placer le débat sous un angle double, méthodologique et épistémologique, à l’exemple des paléolithiciens qui mettent en regard les séquences Middle Stone Age / Late Stone Age africaines et Paléolithique moyen récent / Paléolithique supérieur/ Mésolithique européens. Ce biais est également adopté par les travaux sur l’art rupestre, le phénomène de néolithisation, le pastoralisme ou le développement de sociétés complexes maîtrisant la métallurgie. Les médiévistes adoptent une démarche analogue, notamment pour ce qui concerne l’aménagement et la gestion des terroirs et des territoires. Dans le même esprit, la question du contact – et de sa signature ou de sa manifestation archéologique – entre des populations aux traditions culturelles ou aux statuts socioéconomiques différents est une belle thématique commune. À l’évidence, dans ce domaine et à toutes les périodes, l’Afrique offre une foule d’opportunités. Leurs effets varient beaucoup en raison de la rudesse des chocs et de la barbarie de leurs accomplissements. Ils peuvent être au contraire atténués par les nombreux filtres qui ont présidé aux échanges. Selon que ces contacts ont été guerriers ou pacifiques, ils se traduisent par des impacts bien différents. En distinguant habitats nomades et sédentaires, l’étude des établissements humains contribue à l’élaboration de la nécessaire synthèse, objectif des auteurs de cet article. S’appuyant sur une réflexion générale et une commune approche des documentations disponibles, archéologiques et historiques, ces africanistes ont décidé, dans le respect des travaux de chacun, de faire converger leurs efforts pour poser un regard autorisé et critique sur les actions des communautés humaines confrontées aux conditions écologiques des milieux dans lesquelles elles vivent, et sur leurs conséquences.

Les travaux de terrain

Afrique du Sud

4L’émergence de l’Homme anatomiquement moderne (Homo sapiens sapiens) constitue un thème de recherche largement débattu par la communauté internationale des paléoanthropologues et des préhistoriens. Depuis 2006, le laboratoire Traces explore le volet technique, économique et socioculturel des mutations qui accompagnent l’apparition et le développement de ce type humain. Il s’agit notamment de mieux comprendre la nature et l’articulation des changements qui se sont produits lors de la dispersion de notre espèce à l’échelle planétaire.

5Dans ce cadre, l’Afrique australe est au cœur de nos préoccupations puisqu’il est désormais admis que l’Homme moderne y est apparu il y a près de 100 000 ans (Trinkaus 2005) et qu’il y a développé précocement toute une série d’innovations techniques et symboliques : confection d’outils en matières dures animales et de parures en coquillage, gravures sur blocs d’ocre (voir par exemple Klein 2000 ; D’Errico 2003 ; Henshilwood & Marean 2003). L’état de la documentation archéologique sur le Middle Stone Age (Msa) sud-africain permet de situer ces innovations dans le temps (Tribolo et al. 2009) en questionnant les rythmes de l’évolution et des processus qui l’ont sous-tendue.

  • 1  Ces travaux s’inscrivent dans le projet « Experimental replication and functional analysis of Stil (...)

6V. Mourre participe à l’étude de la production et du fonctionnement des pointes foliacées bifaciales provenant des niveaux Still Bay du site de Blombos, datés d’environ 75 000 BP et caractérisés en particulier par la présence d’éléments de parure en coquillage, d’outils en os et de blocs d’ocre gravés de motifs géométriques (voir par exemple Henshilwood et al. 2001, 2002 ; D’Errico et al. 2005)1. La recherche expérimentale sur les pointes a montré que le matériel archéologique de Blombos correspondait à différentes phases de production ou de réfection après fracturation. Plusieurs éléments, dont la présence de fractures d’impact sur certaines pièces, confirment qu’au moins une partie d’entre elles étaient emmanchées axialement et utilisées comme pointes de lances (Villa et al. 2009). Les investigations à venir porteront sur l’évaluation de leur efficacité fonctionnelle et le degré de continuité entre le Still bay et le Howiesons Poort qui lui succède.

  • 2  Alternative pathways to behavioral modenity, National Science Foundation, Usa.

7Dans le cadre d’un projet sur l’évolution technologique des équipements lithiques du Middle Stone Age sud-africain coordonné par P. Villa2, N. Teyssandier a contribué à l’étude de l’emblématique séquence de Klasies River Mouth en focalisant son attention sur l’évolution diachronique du Howiesons Poort, d’environ 65 à 60 ka BP (Villa et al. 2010). Ce dernier est généralement défini comme un complexe archéologique parsemé d’innovations techniques qui ont abouti à l’invention d’équipements lithiques légers standardisés et à la confection d’outils microlithiques géométriques. L’un des changements techniques les plus notables conduit à l’exclusivité des productions laminaires, pour la première fois par percussion marginale au percuteur de pierre tendre. Elles ont permis l’obtention de supports élancés et minces, transformés en pièces à dos et utilisés pour armer des projectiles ou découper des pièces de viande (fig. 1). Loin d’être monolithique, le Howiesons Poort diachronique interne va de pair avec une dégradation progressive de la régularité des supports laminaires. Certaines des innovations typiques de ce complexe seront par la suite abandonnées dans le Middle Stone Age 3 au profit d’un retour vers les modes de production plus traditionnels du Middle Stone Age en général.

  • 3  Éclipse II, Mae-Nrf, dir. Ph. Fosse.

8Renfermant des gisements plio-quaternaires uniques, l’Afrique du Sud est également à l’origine des recherches sur les processus de formation des sites. L’identification de la signature des agents animaux (carnassiers, porcs-épics), concurrents directs des groupes humains pour l’accès aux sites (grottes) et aux ressources (Ongulés) tout au long du Pléistocène dans l’Ancien Monde, est à l’origine de nombreux travaux qui font suite à ceux, remarquables, développés par C. K. Brain (Transvaal Museum) à partir des années 1950. Depuis 2004, le Cnrs3 et l’Iziko Museum de Cape Town (G. Avery) collaborent pour étudier des assemblages osseux modernes et sub-fossiles provenant de tanières d’hyènes et de porcs-épics dans le but de les comparer avec les séries paléontologiques pléistocènes d’Europe. Les premiers résultats suggèrent que Crocuta crocuta,l’hyène tachetée prédatrice, accumule très peu d’ossements dans ses tanières alors que Parahyaena brunnea¸l’hyène brune essentiellement charognarde, est un excellent collecteur d’ossements ; les mesures des coups de dents relevées sur les os autorisent très difficilement une diagnose spécifique du prédateur ; le porc-épic remobilise d’importantes pièces osseuses abandonnées aux alentours des tanières d’hyènes. Dès lors se posent les problèmes de la pertinence des modèles (espèce carnivore) et des méthodes (destruction des ossements, dimensions des traces) utilisés en taphonomie archéologique.

Fig. 1

Fig. 1

Traces d’impact sur des pièces à dos du Howiesons Poort de Klasies River main site, Cave 1A

(d’après Villa et al. 2010)

L’Angola, des projets plein la terre…

9Trait d’union vertical et atlantique entre l’Afrique humide des grandes forêts équatoriales, où l’on suppose que s’enracine la tradition bantu, et les zones plus sèches de l’Afrique australe, qui en seront l’ultime réceptacle, l’Angola apparaît comme une fenêtre stratégique pour observer sur le temps long la variabilité des processus d’expansion puis de développement des sociétés agro-pastorales qui semblent avoir maîtrisé la métallurgie du fer dans cette partie du continent. Alors que les modèles diffusionnistes classiques revendiquent une origine (l’Afrique centrale) et une modalité (la colonisation) uniques pour rendre compte de l’avènement des sociétés productrices dans ce vaste secteur, les données récemment acquises en Afrique du Sud (Sadr 2003 et 2005) ou en Angola (Valdeyron & Domingos 2009) suggèrent au contraire la possibilité de scénarios alternatifs plus complexes, avec cohabitation et peut-être même interaction de populations aux niveaux socioéconomiques contrastés. Les travaux développés depuis 2005 au nord du pays dans les provinces de Luanda, de Bengo et de Quibaxe par des missions exploratoires financées par le Service de coopération et d’action culturelle (Scac) de l’ambassade de France en Angola s’inscrivent dans cette problématique générale, peu à peu affinée par la connaissance progressive des divers contextes documentaires, et parfois aussi par les circonstances.

  • 4  Sonia Domingos, directrice adjointe de l’Institut du patrimoine culturel d’Angola, et Maria-Helena (...)
  • 5  Université Agostinho Neto.

10Trois axes principaux de recherches ont été définis en collaboration avec des chercheurs4 et des étudiants angolais5. Ils reposent sur des opérations de terrain (sondages ou prospections, enquêtes ethnographiques) et/ou sur le réexamen de collections anciennes.

11Le premier concerne le développement des économies littorales, à travers le phénomène des amas coquilliers (fig. 2). Les travaux engagés autour de la baie de Luanda ont permis de caractériser l’évolution diachronique de cette pratique – depuis le tout début de notre ère sur le site de Cabolombo à Benfica, jusqu’au village actuel de pêcheurs de Praia da concha, en passant par diverses étapes antérieures, observées sur les gisements de Quitala et de Kamabanga, ou postérieures à nouveau à Cabolombo quand arrivent les premiers colons occidentaux. La réflexion porte, notamment, sur la signification économique et sociale de cette activité, et sur la capacité des archéologues confrontés à une signature plutôt monotone à rendre compte de tels changements dans ce type de contextes.

12La caractérisation des styles céramiques a pour but d’élaborer un premier référentiel typochronologique fiable pour le nord du pays. Dans le cadre d’une thèse de doctorat, S. Domingos (2009) a ainsi mobilisé le matériel issu de fouilles anciennes ou récentes, ainsi que celui recueilli en prospection lors des différentes missions de terrain.

13Les chercheurs qui suivent le troisième axe s’intéressent aux cultures du Late Stone Age (Lsa), très mal connues en Angola, en reprenant d’anciennes séries provenant de Cabolombo et de nouvelles issues de plusieurs stations de surface dans le secteur de Katary (province de Bengo, municipe de Dande).

14La poursuite de ces recherches, suspendue à la signature d’un accord bilatéral en cours de négociation, devrait à la fois s’inscrire dans la continuité et dans la nouveauté. Riche d’enseignements, le thème de l’essor des économies littorales ne sera pas abandonné, alors que les études sur le Lsa n’en sont qu’à leur début ; par ailleurs, des missions d’études incluant l’art, l’archéologie et l’ethnologie dans le désert du Namibe ouvrent de nouvelles perspectives.

Fig. 2

Fig. 2

Lagune de Luanda, Angola. Traitement des coquillages

De la préhistoire à l’histoire en Éthiopie

15Depuis quelques années, deux équipes d’archéologues et d’historiens rattachées à Traces revisitent les périodes les plus mal connues de la préhistoire récente et de l’histoire éthiopiennes. Placées sous l’égide du Centre français d’études éthiopiennes (Maee etCnrs) à Addis Abeba, elles ont vocation à produire de nouvelles données de terrain pour compléter des domaines lacunaires et à réfléchir à la diversité technique et culturelle qui se manifeste dans la très longue durée. Pays de hauts plateaux et de basses plaines désertiques, par conséquent d’escarpements abrupts ; pays de sociétés agricultrices et nomades, par conséquent d’échanges et de conflits ; pays d’une extrême diversité des formes sociales, des langues (trois familles linguistiques sont représentées), des modes de production, des choix techniques, l’Éthiopie fait cohabiter, sans aucun doute depuis longtemps, des sociétés qui ont construit leur « signature » culturelle dans un dialogue identitaire avec leurs voisines.

  • 6  Cette mission, dirigée par François Bon (Traces) et Asameraw Desie (Arcch, Éthiopie), a débuté en (...)

16La mission Lsa Sequence in Ethiopia est dédiée à la préhistoire6. Le Late Stone Age (Lsa) d’Afrique de l’Est est très mal connu, en particulier dans le contexte éthiopien. Pourtant, cette période comprise entre environ 20 000 et 3 000 BP revêt une grande importance. Lors de sa phase ancienne, les derniers chasseurs-cueilleurs nomades se distinguèrent de leurs prédécesseurs du Middle Stone Age (Msa) par d’importantes transformations technologiques. Plus tard, vers 2500 avant J.-C., d’autres transformations technologiques et socioéconomiques accompagnèrent l’évolution socio-économique induite par l’adoption de l’agriculture et de l’élevage (Néolithique). Cependant, le nombre de sites connus ou, du moins, correctement fouillés et analysés, reste très limité (Bon et al. 2006). En l’état actuel des données, il est donc difficile d’établir la chronologie précise de ces changements. C’est ainsi que, en dépit de son importance pressentie, l’Éthiopie participe insuffisamment des débats relatifs à cette période en Afrique de l’Est comme, plus généralement, à l’échelle du continent – par exemple quant au rythme et aux modalités de la transition opérée entre les sociétés du Msa et du Lsa, à l’existence éventuelle de groupes spécialisés dans l’économie de pêche pendant les premiers millénaires de l’Holocène, ou au processus de néolithisation intervenu ultérieurement.

17La région choisie se signale par des paysages très divers de plateaux, de piémonts et de plaines. Cette diversité laissait espérer des enregistrements archéologiques et pédo-sédimentaires bien distincts. Par ailleurs, elle multipliait les chances de réunir des informations renseignant sur l’éventail des comportements et les capacités d’adaptation des hommes à leur environnement – sites de plein air ou sous abri, implantés sur des reliefs ou dans les plaines, proches ou à l’écart d’une rivière ou d’un lac. Notre attention s’est portée sur la région des lacs située au centre du Rift éthiopien (Mer), où des archéologues américains étaient déjà intervenus au début des années 1970 (Gallagher 1972 ; Humphreys 1978). Une fois défini le périmètre de l’étude, entre le lac Ziway au nord et les lacs Langano et Abijata au Sud, nous avons mené des prospections géologiques et archéologiques. Cette approche a permis de restituer une séquence géologique couvrant l’histoire du paysage au cours des trente derniers millénaires, offrant ainsi un cadre stratigraphique et paléoenvironnemental aux nombreuses données archéologiques recueillies.

18Les recherches conduites en trois missions entre 2007 et 2009 ont confirmé le très grand potentiel archéologique de la zone, tous les contextes évoqués précédemment ayant livré des indices d’occupation humaine au cours du Lsa. Il a ainsi été possible de documenter plusieurs sites de plein air, de reconnaître des occupations en grottes-sous-abris, en milieux lacustre ou fluvial. C’est sur les rives de la rivière Bulbula que les données géologiques permettent le mieux d’inscrire les données archéologiques dans l’histoire générale du paysage, à travers la lecture des différentes phases de transgression et régression lacustres intervenues au cours du Pléistocène supérieur et de l’Holocène ; c’est également là que les conditions pédo-sédimentaires fournissent des vestiges organiques (ossements, charbons, etc.) à côté de riches assemblages lithiques (industries réalisées pour l’essentiel en obsidienne). La conjugaison de ces divers aspects complète et précise la séquence de l’évolution des comportements humains, replacés dans leur cadre paléoenvironnemental. Ces recherches ont apporté d’importantes précisions sur la séquence et le rythme d’évolution des lacs au cours du Quaternaire récent, en particulier sur les deux phases majeures de transgression baptisées Megalake et Macrolake, ainsi que sur l’incidence de phénomènes catastrophiques liés aux nombreuses éruptions volcaniques à la même période.

19Il ne s’agit encore que de résultats préliminaires et la poursuite des observations de terrain comme de l’étude des différentes catégories de mobilier est indispensable pour offrir un tableau plus significatif. L’équipe est par ailleurs dans l’attente des premiers résultats radiochronologiques. Mais les données géoarchéologiques réunies depuis 2007 permettent d’ores et déjà de conclure que la région des lacs, au centre du Rift, possède tous les atouts pour livrer une séquence de référence pour la compréhension du Lsa du grand Est africain.

20De son côté, la mission Rassa Hill : An Ancient Muslim Urban Center in Ethiopia, dirigée par François-Xavier Fauvelle-Aymar s’intéresse au Moyen Âge. Cette période mal définie s’entend de façon extensive comme allant de la fin de la civilisation d’Aksum, vers le viie siècle, jusqu’à l’aube du xvie siècle, pendant lequel la géographie humaine de la région a été profondément bouleversée. Les prospections et les sondages conduits chaque année depuis 2006 livrent des indices d’une présence tant musulmane que « païenne » sur le haut plateau central du pays ou sur son escarpement, c’est-à-dire au voisinage immédiat de la région qui a vu l’essor et l’expansion de la royauté chrétienne héritière d’Aksum. Ces résultats amènent à corriger l’approche « christiano-centrée » des recherches de type « orientaliste ». Ils invitent à formuler des hypothèses neuves sur les populations anciennes de l’Éthiopie, les processus alternés ou conjoints de la christianisation et de l’islamisation, les dynamiques d’échanges et d’interactions entre communautés acquises aux différentes religions ou saisies sous l’emprise des différentes formations politiques du temps. Bref, ils permettent, grâce à une approche couplant histoire et archéologie, de soulever le voile sur des développements historiques plus complexes, plus morcelés sans doute et pour tout dire moins linéaires que ce que laisse accroire une idéologie nationale prompte à faire de l’Éthiopie un pays anciennement, uniformément et par essence chrétien.

21Plusieurs prospections ont en effet mis au jour de nombreux sites musulmans anciens le long de l’arc oriental du Rift éthiopien, mais aussi sur l’escarpement supérieur du haut plateau central. Ces découvertes associées à des campagnes de sondages attestent une présence musulmane massive avant le xvie siècle dans ces deux régions. Ce constat a permis de rompre avec l’idée d’un islam véhiculé par des nomades, mais aussi de repenser la coprésence du christianisme et de l’islam en Éthiopie en termes de synchronie et non pas de succession chronologique. Se pose alors la question du substrat culturel commun qui a vu fleurir des communautés chrétiennes et musulmanes. Ici s’éclairent d’un nouveau jour les découvertes de sites « païens » effectuées depuis une dizaine d’années par diverses équipes. Caractérisés par des tumulus funéraires préservant un riche mobilier, les sites de la culture « Shay » sont attribués par les datations radiocarbone aux viiie-xiiie siècles, c’est-à-dire à l’horizon historique immédiatement antérieur à la christianisation et à l’islamisation. Leur géographie laisse envisager qu’il s’agit là d’indices forts du substrat de peuplement de l’Éthiopie médiévale. Un autre aspect capital est qu’au sein de cette culture Shay, existait une élite capable de monopoliser les bénéfices d’un commerce à longue distance antérieur à l’arrivée de l’islam.

22Ces découvertes récompensent une réflexion entamée il y a plusieurs années à partir du croisement des données archéologiques, historiques, épigraphiques et géomorphologiques relatives à l’histoire éthiopienne. Surtout, les travaux effectués depuis ont modifié en profondeur les perspectives sur cette histoire. Désormais bien documenté, l’islam médiéval apparaît contemporain des sites les mieux documentés du christianisme éthiopien, à partir de la fin du xive siècle. L’horizon culturel antérieur de la culture Shay reste connu par ses aspects funéraires. Selon quelles modalités des entités culturelles et politiques, respectivement musulmanes et chrétiennes, se sont-elles formées en regard l’une de l’autre ? Quelle est la séquence, région par région, des processus ? Quelles continuités et quelles ruptures ont-elle joué à la fin de la civilisation aksumite, vers le viiie siècle, dans l’apparition et le maintien de ces différentes communautés religieuses ? Quels héritages, notamment architecturaux, leur ont-ils été transmis et peuvent-ils être identifiés dans le paysage ? Quelle est la géographie archéologique de régions encore peu ou jamais prospectées ? Telles sont les questions qui peuvent être posées aujourd’hui (Fauvelle-Aymar et al. 2006).

Les marqueurs environnementaux et comportementaux au cours de l’Holocène, à l’interface sahélo-saharienne

23Les régions sahélo-sahariennes constituent d’excellents observatoires de l’évolution des changements climatiques depuis la fin de la préhistoire et de leurs conséquences sur les communautés humaines et animales. Les études des enregistrements sédimentaires (données lacustres, diatomées, pollens) et des bestiaires rupestres ont depuis longtemps souligné les oscillations climatiques holocènes (Maley 1977 ; Petit-Maire & Riser 1983 ; Faure & Faure 1986 ; Gasse 2000) qui ont logiquement conditionné l’évolution du peuplement humain, en relation avec les ressources naturelles disponibles – migrations, extinctions des espèces sauvages sous les effets répétés de l’anthropisation des milieux ; domestication des espèces animales et végétales, développement du pastoralisme (Jousse 2004).

24Depuis dix ans, Traces mène des recherches sur la préhistoire récente, la métallurgie et l’art rupestre au Burkina Faso et en Éthiopie. Il développe ces problématiques au Niger et au Mali, en élargissant sa réflexion à l’ensemble de l’Holocène, depuis la préhistoire finale jusqu’à l’Actuel, et en développant des projets pluridisciplinaires avec des archéozoologues, des historiens et des ethnologues. L’ambition est de reconstituer les modalités d’occupation des espaces sahélo-sahariens au fil du temps et de proposer un cadre de réflexion sur les contraintes réciproques hommes/milieux dans une perspective de conservation.

25L’archéologie s’est donnée pour règle la convergence des méthodes et le croisement des données. Cette approche des comportements humains dans un monde en perpétuelle transformation, c’est-à-dire « historique », semble particulièrement qualifiée pour faire émerger, sur le long terme, un certain nombre de « marqueurs » matérialisant les capacités d’adaptation des êtres vivants aux variations de leur environnement.

26De la savane arbustive au désert, la région sahélo-saharienne est une mosaïque de biomes peuplée d’une grande variété de Vertébrés et d’Invertébrés. Aucun bilan d’écologie historique (sensu de Beaufort) analogue à celui réalisé en Égypte (Manlius 1996) n’y a été fait, mais il existe un bilan partiel sur les Bovidae sauvages et domestiques au Mali (Jousse 2004). La répartition géochronologique des principales espèces mammaliennes (Ongulés et Carnivores) depuis le Quaternaire jusqu’à l’Actuel reste à cartographier sur Sig, en organisant la coopération des différents organismes de recherche, de gestion et de conservation concernés; il faudrait y intégrer les informations recueillies localement dans les zones non protégées (identification des restes osseux kill-sites et autres tanières), les renseignements historiques disponibles ainsi que, enfin, une base de toutes les données archéologiques issues de fouilles anciennes ou récentes d’habitats et de nécropoles, afin de les confronter à celles de l’inventaire des figures et des signes de l’art rupestre. Basé sur l’identification des espèces animales, au propre et au figuré, cet inventaire peut compléter utilement les informations fournies par d’autres disciplines – biologie, écologie, sociologie – et il permet d’évaluer l’anthropisation progressive des milieux : archéozoologie du pastoralisme, évolution des relations Homme/Carnivores. Toujours dans une perspective historique, l’étude pourra être couplée à un inventaire comparatif de la faune d’altitude des invertébrés dans les massifs montagneux du Sahara depuis la fin du xixe siècle, pour mesurer l’impact du changement climatique sur des communautés d’espèces animales sténoèces particulièrement fragiles. Dans un second temps, ces espèces pourront servir de marqueurs pour l’ensemble de la biocénose.

27La caractérisation de l’activité humaine dépend étroitement des vestiges des cultures matérielles et immatérielles, abordés par grandes thématiques : histoire de l’habitat et du peuplement ; transformations technologiques et comportementales des groupes humains au travers des « charnières » : techniques de la pierre taillée ; activités métallurgiques ; prédation/production ; archéologie des paysages considérés comme synthèses des « marqueurs » de l’interaction climats/peuplements, avec un effort de modélisation de leur évolution.

Markoye ou la rencontre de deux mondes

28L’abondance des vestiges attribuables à la protohistoire, assimilée ici au développement de sociétés complexes détentrices de la technologie du métal, indique un peuplement particulièrement dense alors que les effets de la sécheresse généralisée faisaient sentir leurs effets plus au nord et que les dispositions locales offraient un contexte favorable à une intense activité métallurgique (Kiéthéga 1993 ; Koté 1997 ; Neumann 2001 ; Albert et al. 2001). Prospections et fouilles ont permis d’identifier plusieurs habitats antiques ainsi que de très importants ateliers d’élaboration du fer par réduction. La proximité immédiate de ces habitats et de multiples figurations d’art rupestre (près de 10 000) a incité d’abord à y voir deux facettes d’une même réalité culturelle avant qu’on ne tente leur étude simultanée, selon des méthodes spécifiques mais des démarches coordonnées. La collaboration établie entre le Laboratoire d’archéologie (Lassina Koté) de l’université de Ouagadougou, son Laboratoire de géomorphologie (Christophe Dya Sanou) et les archéologues de l’université de Toulouse a constitué un cadre institutionnel favorable à e ces travaux.

29La sidérurgie (fig. 3) — Les recherches sur la sidérurgie ancienne dans le Sahel burkinabé ont révélé que la métallurgie du fer, abandonnée depuis des siècles et ignorée par la tradition orale (Fabre 2009), avait été pratiquée de manière intensive à la fin de la protohistoire sahélienne. Elle a pu contribuer, avec le pastoralisme et l’agriculture, à façonner durablement les paysages. Une étude spécialisée des vestiges d’ateliers permet de quantifier et de qualifier la pression exercée par les métallurgistes sur le couvert végétal et la dégradation des sols qui s’en est suivie. En effet, à l’échelle micro-régionale, on peut estimer la consommation de charbon de bois, parfois impressionnante, à partir des déchets laissés in situ. L’anthracologie prouve l’utilisation préférentielle de certaines essences aujourd’hui localement disparues, comme Acacia nilotica.

30Après une dizaine de campagnes de terrain, une cinquantaine d’ateliers ont été inventoriés et la fouille de plusieurs bas fourneaux en a caractérisé trois types, différents mais utilisant tous la technologie de la scorie piégée. Les datations par mesure du radiocarbone résiduel, parfaitement concordantes avec celles des habitats, indiquent deux périodes de forte production, aux xe-xie et xiiie-xive siècles. Les établissements humains de la première phase sont en relation étroite avec les très nombreuses gravures rupestres reconnues dans leur proximité immédiate. La mode du piquetage des rochers paraît avoir presque totalement disparu pendant la seconde phase d’habitat, à Anasara Bango par exemple. Pour chaque atelier, la liaison topographique et chronologique peut être faite avec les habitats, les gravures rupestres ou les deux. Il semble par conséquent évident que cet artisanat participait à l’économie locale, fournissant aux villageois les outils et les armes nécessaires.

  • 7  Voir par exemple les travaux de D. Robert-Chaleix dans la moyenne vallée du Sénégal.

31Fondées sur le calcul volumétrique des scories, les évaluations en cours permettront bientôt d’estimer la production régionale de l'Adrar des Iforas sur la base d’un rapport théorique entre le volume des déchets et du fer-métal compris entre 25 et 33 %. Les premiers résultats attestent la présence de plus de 20 000 fourneaux. Ce cas n’est pas unique dans l’Afrique de l’Ouest sahélienne7, mais on n’en connaît pas d’autre exemple dans la région pour cette époque. Toutes les données disponibles, et notamment les datations, soulignent la relative brièveté des « épisodes industriels » qui peuvent être mis en relation avec le contexte historique régional, par exemple la seconde expansion mandé et l’augmentation de la demande en fer sur le marché, mais aussi peut-être avec l’épuisement des ressources locales en combustible, longues à se reconstituer, et la concurrence du pastoralisme, qui reste à étudier.

32Les gravures rupestres : deux ensembles distincts qu’unissent des convergences structurelles — Sur le site de Markoye, les détails des thèmes iconographiques reconnus à partir de l’observation de près de 10 000 gravures, ainsi que les modalités de répartition dans l’espace des divers types de graphismes, se rejoignent pour suggérer l’existence de deux groupes culturels (Barbaza 2005a et b). L’un et l’autre ont gravé des zones rocheuses distinctes ou se confondant très peu, peut-être parce que leurs activités respectives, à des moments successifs, conditionnaient de manière différente leurs principes d’utilisation de l’espace. La nette inspiration saharienne et « berbère » de l’un des deux ensembles suggère une influence venue du Nord, bien au-delà de l’Aïr – ce qui conforte une hypothèse formulée par Jean-Pierre Roset (1993). Des relais évidents et nombreux sont assurés dans le Sahara méridional par des sites comme Taouardéi (Calegari 1989), dans l’Adrar des Iforas (Dupuy 1996) ou Tamokrine dans l’Aïr (Lhote 1983).

33Malgré de nettes différences dans leurs registres iconographiques, les représentations des deux ensembles semblent pourtant avoir été laissées par un même groupe biologique fondamental, installé dans la succession des générations. Cependant il a subi une profonde mutation au cours de son existence et connu une acculturation se manifestant, au moins dans un premier temps et pour ce qui nous est accessible, par un renouvellement des symboles quand les structures organisatrices de la construction graphique restaient inchangées. Ce processus pourrait être rapproché utilement de la pidginisation de la langue tamasheq appréhendée par une langue mandée, phénomène observable à la même période d’où aurait émergé la langue songhay (Nicolaï 1990). Il est dès lors tentant de reconnaître dans cet art rupestre une expression spécifique dont la composante « saharienne » dominante résulterait d’un métissage culturel par acculturation d’un groupe local. Vraisemblablement inscrit dans la mouvance économique du monde méditerranéen et proche-oriental, pénétré depuis longtemps par des influences préislamiques complexes, le Sahel burkinabé entra donc de diverses façons dans la culture de l’islam à la charnière des Ieret IIe millénaires.

34Au total, il est possible d’imaginer que le moteur de ce mouvement culturel ait été d’ordre économique, ce dont l’importance de l’activité métallurgiste ferait foi, et d’y ranger le processus d’élaboration d’une langue créole devenue quelques siècles plus tard le songhay. Mais il demeure impossible aujourd’hui, à Markoye mais aussi dans l’immensité de l’aire géographique considérée, d’en préciser les modalités : adhésion et participation à un phénomène économico-culturel généralisé, assimilation plus ou moins volontaire, conversion plus ou moins forcée, soumission plus ou moins énergique ? Quoi qu’il en soit dans le détail de cette importante question, la grande capacité de production mise en évidence aux environs de Markoye semble excéder les capacités limitées du marché local. Peut-être une partie du métal était-elle destinée au marché régional de la vallée du Niger. Toutefois, l’étude de l’art rupestre ayant mis en lumière les liens avec le Nord de cette société méconnue, l’hypothèse d’un commerce transsaharien du fer est tentante. Le marché maghrébin offrait un débouché important car les sociétés islamiques consommaient beaucoup de métal, en particulier du fer, et n’en produisaient probablement pas assez – c’est du moins ce que l’état actuel des connaissances en archéologie minière de l’Afrique du Nord et de l’Espagne laisse supposer.

35L’activité vivrière : « villages » et terroir — La poursuite des prospections et des fouilles a permis de reconnaître autour du Markoye protohistorique un vaste terroir agricole constitué par les dunes fossiles de l’erg pléistocène du Liptako. Ces terres pauvres mais faciles à travailler ont accueilli des cultures de mil, comme c’est le cas aujourd’hui. Les formations sableuses sont également favorables au développement des plantes herbacées qui ont été mises à profit pour l’embouche de troupeaux de bovins et d’ovins. L’élevage extensif est attesté par le grand « camp » à fortifications végétales de Zigbéri qui couvre près de 200 hectares ; l’ouverture de plusieurs sondages a prouvé qu’il était strictement contemporain et vraisemblablement complémentaire des « villages » voisins de Tondo Loko. Quoique difficile à prouver par la seule approche archéologique, cette double concordance suggère une organisation en terroir avec des espaces dévolus à l’activité de la communauté, à ses morts, à l’agriculture et à l’élevage, aux artisanats de production et de transformation du fer.

Fig. 3

Fig. 3

Atelier sidérurgique de la vallée du Beli (Oudalan, Burkina Faso)

De la steppe holocène à la steppe actuelle : 8 000 ans de pastoralisme

36Hormis quelques dispositifs à finalités actualistes parfois mis en place par l’archéologie moderne, la recherche sur le passé ne dispose pas réellement de moyens expérimentaux. Dans le domaine qui nous concerne cependant, l’ethnologie permet de tester la validité des hypothèses archéologiques par comparaisons formelles et vraisemblances établies par l’expérience.

37Dans notre cas, prolonger l’étude du pastoralisme jusqu’à sa pratique contemporaine impose la participation de spécialistes capables d’assurer la jonction entre les deux approches, archéologique et ethnographique. Observer la variabilité des modes d’exploitation agro-pastoraux dans l’espace et le temps demande en effet de se confronter à des traces matérielles ténues (voir pour l’Afrique australe Fauvelle-Aymar et al. 2006). L’interprétation des sites et des relations spatiales qu'ils entretiennent requiert de recourir à un vaste référentiel ethnographique susceptible d’éclairer des situations différentes de celles rencontrées aujourd’hui. C’est dans le même esprit que sont menées des enquêtes historiques sur les questions d’accès à la terre et sur les formes socioéconomiques de production. Les méthodes combinent, selon les cas, l’archéologie, les techniques d’acquisition et de traitement des données spatialisées, les disciplines environnementales et bioarchéologiques (Moret 2009). Les sites et les pratiques actuelles font l’objet d’approches typologiques, techniques et spatiales pour l’élaboration de référentiels, les échelles variant du site à la microrégion.

38Plusieurs facteurs incitent à prendre en compte toutes les sources d’information sur les activités pastorales dans les paysages ouverts de l’immense zone sahélienne. Le premier élément tient au progrès des connaissances sur les milieux de vie, dû à des travaux aboutis ou en cours sur la steppe à graminées. Formation végétale bien individualisée au sud du Sahara entre désert et savane, elle naît de conditions climatiques originales qui font alterner une longue période sèche de huit à dix mois et une brève saison de pluies courtes et fortes. Chaque année, sauf si les pluies font défaut, l’hivernage, très chaud et humide, provoque une levée des plantes de la strate herbacée. Légumineuses et graminées fructifient puis se dessèchent, constituant de vastes pâturages qui s’appauvrissent jusqu’à la régénération suivante. Ce régime définit le Sahel dont la pluviométrie moyenne, comprise entre les isohyètes 100 millimètres et 600 millimètres par an, détermine une bande très étendue. Inégalement disposée de part et d’autre de degrés de latitude nord sur 400 à 800 kilomètres de large, et s’étirant en longitude sur au moins 5 000 kilomètres, elle forme un extraordinaire terrain de parcours. Dans ce vaste ensemble, la variété des dispositions géomorphologiques et pédologiques engendre des différences régionales parfois profondes.

39Le deuxième élément favorable tient au nombre et à la qualité des évaluations sur les potentiels botaniques des pâturages naturels (Penning de Vries & Djitéyé 1982). Ces études, surtout lorsqu’elles sont associées aux résultats d’approches ethnoarchéologiques sur les pratiques et savoir-faire actuels et passés, constituent un ensemble de références inestimable pour établir à des fins « actualistes » les potentialités de même nature des élevages préhistoriques et protohistoriques. S’ajoutent à cette documentation une ample documentation archéologique, sous la forme de séries ostéologiques, d’habitats, de vestiges de la culture matérielle des populations concernées depuis plus de 8 000 ans et, enfin, les incomparables témoignages directs qu’apporte l’art rupestre sur les pratiques et mentalités des très anciennes populations de bergers. Ce vaste patrimoine est rarement mis à contribution pour ce qu’il représente réellement (Holl 2004). Il est pourtant disponible et accessible dans les publications qui ont suivi les découvertes ou en ont tenté le classement. D’autres études à forte cohérence géographique et archéologique s’attachent à la recherche du sens, toujours délicate, en poussant l’analyse interne des thèmes et des structures – animaux généralement en troupeau et bergers, en situation de déplacement, de halte, etc. – selon les principes de l’étude iconographique.

40La figure 4 montre ainsi un petit troupeau de bovinés comprenant deux veaux, que conduisent deux bergers armés d’un arc et accompagnés d’un chien (Hachi et al. sous presse). L’ensemble présente à l’observateur une extraordinaire cohérence avec des animaux imbriqués les uns dans les autres et, plus remarquable encore, répartis par couleur de robe sans aucune concordance avec les règles éthologiques d’un troupeau en ordre de marche. Cette construction est donc certainement symbolique ; elle représente le groupe humain lui-même, mais il s’agit aussi d’une scène pastorale indubitablement réaliste. L’importance et la variété des représentations relevées dans les 80 sites répertoriés et étudiés dans le bassin versant de l’oued Mertoutek dans la Téfedest, chaîne montagneuse du massif du Hoggar en Algérie, permettent de proposer une véritable histoire des débuts de l’élevage dans les régions centrales du Sahara. Cette pratique s’y est épanouie à partir d’une phase évoluée de la période des « Têtes rondes », son histoire a été déterminée essentiellement par l’aridification croissante et ses conséquences – disparition de l’élevage bovin et maintien marginal de l’élevage ovin, jusqu’à l’introduction du dromadaire vers le début de notre ère. Le grand élevage, qui a pu se maintenir un temps dans les montagnes, n’est cependant pas mort ; il a suivi le déplacement en latitude des steppes arborées ou arbustives, où il s’est maintenu jusqu’à nos jours.

Fig. 4

Fig. 4

Abri peint de Timalaîn-Timéloulîn, Haut-Mertoutek, chaîne de la Téfedest au Hoggar (Algérie). Représentation du Bovidien montrant un troupeau de bovins sous la conduite de deux bergers et leur chien. Le regroupement des bœufs par couleur de robe suggère une représentation d’un ensemble complexe à valeur symbolique.

(relevé M. Barbaza)

Archéologie et histoire des paysages agraires marocains

  • 8  Ministère de la Culture et de la Communication, dir. J.-L. Abbé.

41En France, un projet collectif de recherche8 sur l’ancien étang drainé de Montady, proche de Béziers, existe depuis 2004. Son paysage exceptionnel en est connu : une dépression sans eau stagnante et des terres divisées à partir d’un centre d’où l’eau est évacuée via une galerie drainante depuis le xiiie siècle. L’équipe d’archéologues et d’historiens, rattachés au Cnrs ou universitaires, s’est associée à l’équipe « gestion sociale de l’eau » de l’Ird pour bénéficier de sa connaissance des institutions contemporaines en charge de gérer l’eau, la drainer, la distribuer ou la fournir en vue d’irriguer les champs.

Paysage agraire et partage angulaire dans les régions de Meknès et de Fez

42Les géographes de l’Ird étudient des sociétés rurales singulières qui, ailleurs dans le monde, ont inventé des dispositifs fonciers fondés sur le partage angulaire des terres à partir d’un centre. Nous en avons trouvé sur tous les continents, mais toujours aussi exceptionnels dans leur environnement. La question essentielle est de comprendre à quel moment de l’histoire des hommes s’organisent de manière totalement différente de ce qu’ils connaissent autour d’eux et font du partage angulaire la clé de leur organisation technique et sociale.

43On trouve ainsi quelques lieux extraordinairement comparables à Montady en Afrique, au Maroc et en Égypte, en Asie Mineure, dans le Kurdistan, en Extrême-Orient, dans l’île de Flores en Indonésie, et nous venons d’en découvrir en Amazonie bolivienne. Même si une partie de ces cercles radiants semblent parfois contemporains, ce qui est le cas du Maroc, il est important d’en identifier les inventeurs et, éventuellement, de comprendre aussi comment les utilisateurs actuels conçoivent et défendent leur système. Pour le moment, la seule chose très claire est le fait que les sociétés rurales pratiquant le partage radiant n’ont pas eu de liens entre elles. La théorie diffusionniste ne peut expliquer l’existence dispersée de ces curiosités agraires et techniques.

44Au Maroc, la région sud de Meknès et celle de Fez sont riches d’une vingtaine de cercles ou portions de cercles radiants. L’un des plus remarquables, situé au sud de Fezest, est la coopérative El Hassanya, qui doit son nom au roi du Maroc Hassan II (fig. 5). L’enquête réalisée par Mahmed Mahdane (Université Ibn Zohr d’Agadir), Christine Récalt et Thierry Ruf (Ird) a montré que ce dispositif avait été imposé dans les années 1960, après la confiscation des terres coloniales et leur réorganisation collectiviste (Recalt, Mahdane & Ruf 2009). La recherche ne fait que débuter mais elle est appelée à se développer, car non seulement ces dispositifs sont une énigme historique et archéologique, mais ils semblent durer très longtemps une fois mis en place, ce qui amène aux questions classiques du développement durable : quel environnement, quelle équité sociale, quelle efficacité économique ?

Fig. 5

Fig. 5

Ma-Fez, Maroc. Le parcellaire radioconcentrique de la coopérative El Hassanya, au centre de l’image

(document Google Earth)

La khettara Agdima dans l’oasis de Tinghir (région de Ouarzazate)

45L’oasis de Tinghir est constituée d’un archipel de périmètres disposés sur 30 kilomètres le long de l’oued Todghra, entre des gorges où surgissent les sources pérennes jusqu’à la zone en aval de Ighem Agdim. Plusieurs systèmes d’accès aux eaux coexistent sur cet espace alluvial, pour les eaux pérennes, les eaux de crue, les eaux souterraines prélevées par des khettaras et celles prélevées par des pompes diesel sur forages et puits.

46En 2007, l’Ird a participé à une mission préliminaire d’identification des problèmes de développement de l’oasis, dans le cadre du projet « Oasis de Tafilalet » – projet de coopération décentralisée entre le département de l’Hérault, la région d’Agadir, la ville de Tinghir. En 2008, des études plus poussées du système oasien et des khettaras, entreprises par l’Ird et l’université Caddi Ayyad de Marrakech, ont permis de comprendre l’origine des khettaras de la zone aval. La khettara Agdima, qui est sans doute le plus bel exemple de khettara ancienne au Maroc, pourrait remonter à plus de six à huit siècles ; encore vive, elle a un débit important de 40 à 60 litres par seconde qui permet la mise en culture de zones humides drainées et des apports d’eau d’arrosage par les galeries drainantes supérieures. Ces recherches sont encore loin d’être abouties. Leurs conclusions, en particulier pour tout ce qui touche à la construction des galeries, serviront à la compréhension du système de Montady lui-même.

Conclusion

47Les études en cours dans divers contextes du temps et de l’espace africains trouvent leur unité et leur cohérence dans l’intention déclarée d’appréhender la diversité des dynamiques culturelles – au sens le plus large du terme –, considérées comme autant de réponses aux sollicitations environnementales déterminées par des cadres historiques et biologiques eux aussi très contrastés.

48L’accent mis d’emblée sur l’isolement relatif de l’Afrique subsaharienne jusqu’à l’aube des temps modernes souligne ce que ce continent doit à ses propres capacités d’adaptation, en dehors de toute relation avec un monde dont les influences, lorsqu’elles se sont exercées, ont souvent provoqué de funestes effets. Dans le meilleur des cas, elles ont été pour l’essentiel irrecevables car inappropriées aux conditions africaines. Le laboratoire d’observation né du concours des présents signataires s’apparente à une construction qui donne à chaque approche prise séparément un niveau de cohérence supérieur à celui que lui confèrerait la seule logique de ses applications et développements.

49La deuxième intention du programme Traces – avancer vers une analyse partagée, à l’échelle mondiale, des développements et plus spécifiquement des perspectives tracées à très long terme, en multipliant les études comparatives des coévolutions supra-continentales – lui confère sa dimension éthique, universellement recevable et scientifiquement établie par la démarche historique.

Haut de page

Bibliographie

Albert, K.-D., M. Hallier, S. Kahlheber & C. Pelzer. 2001. « Montée et abandon des collines d’occupation de l’âge du Fer au nord du Burkina Faso », in : Kulturentwicklung und Sprachgeschicte in Naturraum Westfrikanishe Savanne. Berichte des Sonderforschungsbereichs 268. Actes du symposium international 1999.Francfort-sur-le-Main, Sfb 268 : 335-351, 8 figures.

Barbaza, M. 2005a. « Markoye : l’art rupestre du Sahel burkinabé in : P. Mongne (coord.), Archéologies. 20 ans de recherches françaises dans le monde.Paris, Maisonneuve & Larose, Adpf-Erc : 328-331.

Barbaza, M. 2005b. « Le Sahel des “siècles obscurs”. Données croisées de l’art rupestre, de l’archéologie, des chroniques et des traditions orales », Préhistoire. Art et Sociétés, t. LX : 61-102, 53 figures.

Bon, F., D. Asamerew, R. Mensan & F.-X. Fauvelle-Aymar. 2006. « Mission de prospection en archéologie préhistorique (Lsa) dans la région des lacs d’Éthiopie », Annales d’Éthiopie, XXII : 85-129.

Calegari, G. 1989. « Le incisione rupestri di Taouardeï (Mali). Problematica generale e repertorio iconografico », Memorie della Societa Italiana di Scienze Naturale di Milano,XXV, I : 3-44.

D’Errico, F. 2003. « The invisible frontier. A multiple species model for the origin of behavioral modernity », Evolutionary Anthropology, 12, 4 : 188-202.

D’Errico, F., C. Henshilwood, M. Vanhaeren & K. van Niekerk. 2005. « Nassarius kraussianus shell beads from Blombos Cave : evidence for symbolic behaviour in the Middle Stone Age », Journal of Human Evolution, 48 : 3-24.

Domingos, S. 2009. « Les séries céramiques des amas coquilliers de la région de Luanda (Angola). Contribution à l’étude de la préhistoire récente angolaise », thèse de doctorat nouveau régime, université Toulouse - Le Mirail, 2 volumes.

Dupuy, C. 1996. « Mobilité des peuplements et arts rupestres dans le bassin des fleuves Niger et Nil », Préhistoire et Anthropologie méditerranéennes, 5 : 173-196.

Fabre, J.-M. 2009. « La métallurgie du fer au Sahel burkinabé à la fin du Ier millénaire, dans Crossroads-Carrefour Sahel. Cultural and technological developments in first millennium BC/AC West Africa », Journal of African Archaeology, Monograph Series, 2 : 167-178.

Faure, H. & L. Faure. 1986. Changements globaux en Afrique durant le Quaternaire. Paris, Orstom Éditions, 485 pages.

Fauvelle-Aymar, F.-X., F. Bon, D. Gronenborn & K. Sadr. 2006. « The visibility and invisibility of Herders’ Kraal in Southern Africa, with reference to a possible early contact period Khoekhoe Kraal at KFS5, Western Cape », Journal of African Archaeology, 4 (2) : 253-271.

Gallagher, J. 1972. « A preliminary report on archaeological research near Lake Zuai », Annales d’Éthiopie, 9 : 13-18.

Gasse, F. 2000. « Hydrological changes in the African tropics since the last Glacial Maximum », Quaternary Science review,19 : 189-211.

Hachi, S., M. Barbaza, S. Iddir, L. Benslama, Y. Moussaoui & W. Bélambri. Sous presse. Art et manière en Téfedest. « Éléments pour un programme d’étude généralisée de l’art préhistorique saharien », in : Archéologie du Maghreb. Actes du colloque de Tamanrasset (Algérie), 7-9 novembre 2008.

Henshilwood, C. S., F. D’Errico, C. W. Marean, R. G. Milo & R. Yates. 2001. « An early bone tool industry from the Middle Stone Age at Blombos Cave, South Africa : implications for the origins of modern human behaviour, symbolism and language », Journal of Human Evolution, 41 : 631-678.

Henshilwood, C. S., F. D’Errico, R. Yates, Z. Jacobs, C. Tribolo, G. A. T. Duller, N. Mercier, J. C. Sealy, H. Valladas, I. Watts & A. G. Wintle. 2002. « Emergence of modern human behavior : Middle Stone Age engravings from South Africa », Science, 15 février, vol. 295 : 1278-1280.

Henshilwood, C. S. & C. W. Marean. 2003. « The origin of modern human behavior. Critique of the models and their test implications », Current Anthropology, 44 : 627-651.

Holl, A. F. C. 2004. Saharan Rock Art. Archaelogy of Tassilian Pastoralist Iconography. Walnut Creek, Altamira Press, 156 pages.

Humphreys, G. 1978. « A preliminary report of some Late Stone Age occurrences in the Lake Ziway area of the Central Ethiopian Rift valley », Annales d’Éthiopie, 11 : 45-53, 13 planches.

Jousse, H. 2004. Impact des variations environnementales sur la structure des communautés mammaliennes et l’anthropisation des milieux ; exemple des faunes holocènes du Sahara occidental. Villeurbanne, Ufr des sciences de la Terre, Université Claude Bernard - Lyon-1 (Documents des laboratoires de géologie, 160), 272 pages.

Kiéthéga, J. B. 1993. « Le cycle du fer au Burkina Faso », in : Découvertes du Burkina Faso. Annales des conférences organisées par le Centre Culturel Français Georges Méliès de Ouagadougou, 1991-1992. Paris, Sépia et Ouagadougou, Association Découvertes du Burkina : 73- 96.

Klein, R. G. 2000. « Archaeology and the evolution of human behavior », Evolutionnary Anthropology, 9 : 17-36.

Koté, L. 1997. « Données archéologiques du Sahel burkinabè », Tradition et Modernité, 9 : 34-42.

Lhote, H. 1983. Les gravures du pourtour occidental et du centre de l’Aïr. Paris, Éditions Recherches sur les civilisations (Mémoire, 70), 281 pages, 78 planches.

Maley, J. 1977. « Paleoclimates of central Sahara during the early Holocene », Nature,269 : 573-577.

Manlius, N. 1996. « Biogéographie et écologie historique de quelques grands mammifères terrestres et sauvages en Égypte, depuis le Pléistocène final jusqu’à nos jours », doctorat, Paris, Mnhn, 364 pages.

Mauny, R. 1971. Les siècles obscurs de l’Afrique noire. Paris, Fayard, 314 pages.

Moret, P. 2009. « Altitudinal distribution, diversity and endemicity of Carabidae (Coleoptera) in the páramos of Ecuadorian Andes », Annales de la Société entomologique de France, n.s., 45 (4) : 500-510.

Neumann, K. 2001. « Le Sahel du Burkina Faso : paléoenvironnement et développement culturel », in : Kulturentwicklung und Sprachgeschicte in Naturraum Westfrikanishe Savanne. Berichte des Sonderforschungsbereichs 268. Actes du symposium international 1999.Francfort-sur-le-Main, Sfb 268 : 323-325, 2 figures.

Nicolaï, R. 1990 Parentés linguistiques (à propos du songhay). Paris, Cnrs Éditions, 209 pages.

Panofsky, E. 1969. L’œuvre d’art et ses significations. Paris, Gallimard, 322 pages.

Penning de Vries, F. W. T. & M. A. Djitéyé (dir.). 1982. La productivité des pâturages sahéliens. Une étude des sols, des végétations et de l’exploitation de cette ressource naturelle. Wageningen, Center for Agricultural Publishing and Documentation, 525 pages.

Petit-Maire, N & J. Riser. 1983. Sahara ou Sahel ? Quaternaire récent du bassin de Taoudenni (Mali). Paris, Cnrs Éditions, 473 pages.

Récalt, C., M. Mahdane & T. Ruf. 2009. « Les systèmes circulaires radiants dans la province de Meknes au Maroc », rapport de mission, Ird, Montpellier, octobre, 10 pages.

Roset, J.-P. 1993. « La période des chars et les séries de gravures ultérieures dans l’Aïr, au Niger », in : G. Calegari (ed.). L’arte e l’ambiente del Sahara preistoico : dati e interpretazioni. Memorie della Società Italiana di Scienze Naturali e del Museo Civico di Storia Naturalle di Milano, vol. XXVI, II : 431- 446.

Sadr, K. 2003. « The Neolithic of southern Africa », The Journal of African History, 44 : 195-209.

Sadr, K. 2005. « Un Néolithique pour l’Afrique australe. Arguments contre une ancienne migration d’éleveurs », Afrique et Histoire, 4 : 136-147.

Tribolo, C., N. Mercier, H. Valladas, J. L. Joron, P. Guibert, Y. Lefrais, M. Selo, P. J. Texier, J. P. Rigaud, G. Porras, C. Poggenpoel, J. Parkington, J. P. Texier & A. Lenoble. 2009. « Thermoluminescencedating of a Stillbay-Howiesons Poort sequence at Diepkloof Rock Shelter (Western Cape, South Africa) », Journal of Archaeological Science, 36 : 730-739.

Trinkaus, E. 2005. « Early modern humans », Annual Review of Anthropology, 34 : 207-230.

Valdeyron, N. & S. Domingos. 2009. « Cabolombo revisité », in : De Méditerranée et d’ailleurs. Mélanges offerts à J. Guilaine. Toulouse, Archives d’écologie préhistorique : 737-749, 9 figures.

Villa, P., M. Soressi, C. Henshilwood & V. Mourre. 2009. « The Still Bat points of Blombos cave (South Africa) », Journal of Archaeological Science, 36 : 441-460.

Villa, P., S. Soriano, N. Teyssandier & S. Wurz. 2010. « The Howiesons Poort and Msa III at Klasies River main site, Cave 1A », Journal of Archaeological Science, 37 : 630-655.

Haut de page

Notes

1  Ces travaux s’inscrivent dans le projet « Experimental replication and functional analysis of Still Bay points from Blombos Cave (South Africa) », coordonné par P. Villa et bénéficiant d’un financement accordé par la Wenner-Gren Foundation For Anthropological Research.

2  Alternative pathways to behavioral modenity, National Science Foundation, Usa.

3  Éclipse II, Mae-Nrf, dir. Ph. Fosse.

4  Sonia Domingos, directrice adjointe de l’Institut du patrimoine culturel d’Angola, et Maria-Helena Benjamin, chef du département des recherches archéologiques du musée de Benguela.

5  Université Agostinho Neto.

6  Cette mission, dirigée par François Bon (Traces) et Asameraw Desie (Arcch, Éthiopie), a débuté en 2007. Elle a reçu le soutien du Cfee, du Maee et de l’équipe Traces. Elle comprend Laurent Bruxelles (Inrap, Traces), François-Xavier Fauvelle-Aymar (Cnrs, Traces), Joséphine Lesur-Gebremariam (Muséum national d’histoire naturelle de Paris), Ofer Marder (Israël Antiquities Authority), Romain Mensan (archéologue indépendant), Katja Douze (doctorante, Pacea), Clément Ménard (VI, Arcch-Mae) et Guillaume Saint-Sever (doctorant, Traces).

7  Voir par exemple les travaux de D. Robert-Chaleix dans la moyenne vallée du Sénégal.

8  Ministère de la Culture et de la Communication, dir. J.-L. Abbé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Traces d’impact sur des pièces à dos du Howiesons Poort de Klasies River main site, Cave 1A
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 2
Légende Lagune de Luanda, Angola. Traitement des coquillages
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/980/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Fig. 3
Légende Atelier sidérurgique de la vallée du Beli (Oudalan, Burkina Faso)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/980/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Fig. 4
Légende Abri peint de Timalaîn-Timéloulîn, Haut-Mertoutek, chaîne de la Téfedest au Hoggar (Algérie). Représentation du Bovidien montrant un troupeau de bovins sous la conduite de deux bergers et leur chien. Le regroupement des bœufs par couleur de robe suggère une représentation d’un ensemble complexe à valeur symbolique.
Crédits (relevé M. Barbaza)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/980/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 5
Légende Ma-Fez, Maroc. Le parcellaire radioconcentrique de la coopérative El Hassanya, au centre de l’image
Crédits (document Google Earth)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/980/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Barbaza, François-Xavier Fauvelle-Aymar, Nicolas Valdeyron, Philippe Fosse, Jean-Marc Fabre, François Bon, Thierry Ruf, Jean-Loup Abbé, Pierre Moret, Nicolas Teyssandier, Vincent Mourre, Christine Rendu, Carine Calastrenc et Sandrine Baron, « Diversité des milieux de vie et variabilité de la morphologie sociale en Afrique », Les nouvelles de l'archéologie, 120-121 | 2010, 7-18.

Référence électronique

Michel Barbaza, François-Xavier Fauvelle-Aymar, Nicolas Valdeyron, Philippe Fosse, Jean-Marc Fabre, François Bon, Thierry Ruf, Jean-Loup Abbé, Pierre Moret, Nicolas Teyssandier, Vincent Mourre, Christine Rendu, Carine Calastrenc et Sandrine Baron, « Diversité des milieux de vie et variabilité de la morphologie sociale en Afrique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/980 ; DOI : 10.4000/nda.980

Haut de page

Auteurs

Michel Barbaza

Traces, Umr 5608 université de Toulouse, Cnrs-Ehess, Mcc, Inrap, Toulouse
barbaza@univ-tlse2.fr

François-Xavier Fauvelle-Aymar

Traces, Umr 5608 université de Toulouse, Cnrs-Ehess, Mcc, Inrap, Toulouse
fx.fauvelle@yahoo.fr

Nicolas Valdeyron

Traces, Umr 5608 université de Toulouse, Cnrs-Ehess, Mcc, Inrap, Toulouse
valdeyro@univ-tlse2.fr

Philippe Fosse

Traces, Umr 5608 université de Toulouse, Cnrs-Ehess, Mcc, Inrap, Toulouse
fosse@univ-tlse2.fr

Jean-Marc Fabre

Traces, Umr 5608 université de Toulouse, Cnrs-Ehess, Mcc, Inrap, Toulouse
jfabre@univ-tlse2.fr

François Bon

Traces, Umr 5608 université de Toulouse, Cnrs-Ehess, Mcc, Inrap, Toulouse
bon@univ-tlse2.fr

Thierry Ruf

Ird, IR 199, Montpellier
thierry.ruf@ird.fr

Jean-Loup Abbé

Framespa, Umr 5136, université de Toulouse, Cnrs, Toulouse
abbe@univ-tlse2.fr

Pierre Moret

Traces, Umr 5608 université de Toulouse, Cnrs-Ehess, Mcc, Inrap, Toulouse
moret@univ-tlse2.fr

Nicolas Teyssandier

Traces, Umr 5608 université de Toulouse, Cnrs-Ehess, Mcc, Inrap, Toulouse
teyssandier@univ-tlse2.fr

Vincent Mourre

Traces, Umr 5608 université de Toulouse, Cnrs-Ehess, Mcc, Inrap, Toulouse
vincent.mourre@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Christine Rendu

Framespa, Umr 5136, université de Toulouse, Cnrs, Toulouse
christine.rendu@univ-tlse2.fr

Carine Calastrenc

Traces, Umr 5608 université de Toulouse, Cnrs-Ehess, Mcc, Inrap, Toulouse
carine.calastrenc@univ-tlse2.fr

Sandrine Baron

Traces, Umr 5608 université de Toulouse, Cnrs-Ehess, Mcc, Inrap, Toulouse
sbaron@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org