Navigation – Plan du site
Dossier : Approches de la chaîne opératoire de la céramique. Le façonnage.

Analyse technologique et expérimentations

Les techniques de façonnage céramique mettant en jeu la rotation à Hili (Émirats arabes unis) à la fin du iiiemillénaire (âge du Bronze ancien)
Sophie Méry, Armance Dupont-Delaleuf et Sander Van der Leeuw
p. 52-58

Résumé

Les premiers résultats de l’étude technologique et expérimentale d’un assemblage céramique de la fin de l’âge du bronze ancien mettent en évidence la variété des méthodes techniques et des chaînes opératoires en usage à la fin du IIIe millénaire en Arabie orientale. La pratique du colombin tourné, sur base tournée ou non, était maîtrisée par les potiers de cette région mais pas le tournage en une seule pièce, cette technique étant en revanche attestée dans le bassin de l’Indus (Pakistan). Notre étude souligne l’intérêt qu’il y a, à multiplier les études comparatives, afin d’enrichir notre connaissance des techniques potières au Moyen-Orient ancien, comme de caractériser le rythme de l’évolution des styles techniques selon les régions.

Haut de page

Texte intégral

1Comparé à nombre de pays de l’Asie moyenne, l’Arabie orientale (c’est-à-dire les Émirats arabes unis et le Sultanat d’Oman actuels, fig. 1) est un terrain récent de l’archéologie ; toutefois, l’essentiel des chronologies y est en place.

2En l’absence d’agriculture, le Néolithique y diffère des modèles connus au Levant ou en Mésopotamie, tandis que le début de l’âge du Bronze coïncide au IIIe millénaire avec l’arrivée de technologies apportées du nord du détroit d’Hormuz – comme l’agriculture d’oasis, la céramique ou la métallurgie à base cuivre. Les sociétés d’Arabie orientale ont évolué entre le VIe et le IIe millénaires vers une complexité et une intégration accrues ; en parallèle, leurs artisanats se sont développés et diversifiés avec, par exemple, l’apparition de la pierre ouvrée architecturale et de la vaisselle en pierre tendre. On voit alors, graduellement, apparaître au cours de l’âge du Bronze ancien des fabricants plus nettement spécialisés et développant une technicité accrue, des fabricants qui consacrent un laps de temps à la fois plus long et plus régulier à la production d’objets.

Fig. 1

Fig. 1

L’Arabie orientale et l’Asie moyenne. Carte H. David

3Concernant les échanges, on passe peu à peu d’un modèle de distribution qui voit les biens drainés via les circuits de distribution traditionnels à un système différemment organisé et plus orienté, où certains biens sont spécifiquement produits pour des besoins qui sont extérieurs ou principalement extérieurs à ceux du groupe producteur. C’est le cas de la céramique fine rouge omanaise, poterie produite à des fins funéraires mais destinée aussi au marché extérieur (Bahrein et l’est de l’Arabie saoudite) pendant le dernier tiers du iiie millénaire, ou bien de la céramique funéraire originaire de la vallée de l’Indus et spécifiquement destinée à l’Arabie orientale à la même période.

4La céramique sur laquelle est fondée notre étude provient pour l’essentiel d’une fosse sépulcrale architecturée datée de la fin de l’âge du Bronze ancien, la tombe N de Hili. Plus de 700 individus y ont été déposés à la fin du IIIe millénaire et cette sépulture collective resta en usage deux siècles au plus (Méry et al. 2004 ; McSweeney, Méry & Macchiarelli 2008). L’abondance, le bon état de conservation et la variété de la céramique associée, bien étudiée sur le plan du matériau, des formes et des décors, rendaient ce corpus propice à une étude technologique et expérimentale.

5Le nombre minimum de vases atteint 800, avec un profil semi-complet à complet pour la moitié d’entre eux. Céramiques locale (sableuse rouge de Hili, fig. 2 no 1-3), régionale (fine rouge omanaise, fig. 2 no 4) et importée (fine rouge Indus, fig. 2 no 5 ; fine grise ou rouge du Makran, fig. 2 no 6 et 7 ; sableuse beige iranienne ; sableuse beige mésopotamienne, fig. 2 no 7) : plusieurs types de production sont attestés, avec une gamme de formes variée (al-Tikriti & Méry 2000).

6La céramique sableuse rouge de Hili, objet du présent article, est produite localement (Méry 2000 : 126-164) et constitue les trois quarts du matériel de la tombe.

Fig. 2

Fig. 2

Deux catégories morpho-fonctionnelles prédominent dans la céramique locale : les pots globulaires (1) et les gobelets (2). La céramique d’origine étrangère représente 10 % du matériel et provient majoritairement de la vallée de l’Indus (5) et du Makran pakistanais (6-7). Dessins H. David, photos A. Berthelot et S. Méry/Mission archéologique française aux Émirats arabes unis

Objectifs du programme et méthode

7Notre but était de restituer les procédés et processus de fabrication des vases, leur attribution chronologique et culturelle ayant été déjà faite par l’une d’entre nous (S. Méry). Ce travail de reconstruction, fondé sur l’examen des macrotraces et stigmates, pièce par pièce, sur vases complets ou non, visait à une définition qualitative des séquences d’actions ou chaînes opératoires. Cette étude a été complétée par une étude expérimentale, engagée en 2002 sur le terrain par deux d’entre nous (S. Méry et S. Van der Leeuw) avec H. Hussein (potier à Masafi), puis intensifiée à partir de 2004 avec J.P. Bérubé (artisan indépendant au Québec) puis A. Dupont-Delaleuf (doctorante à l’université de Paris-X).

8Notre première tâche a été d’identifier les problèmes inhérents à la fabrication d’une forme donnée, chacune posant des contraintes spécifiques, résolues de diverses manières. S’y greffent les problèmes rencontrés par les potiers d’une région particulière à une époque donnée, qui sont repérables à des anomalies récurrentes sur les vases (fissures dans le fond des vases par exemple). Aucune n’a été rencontrée pour les pots globulaires et les gobelets de céramique locale (fig. 2 no 1-2), mais dans le cas des bouteilles – notamment de céramique fine omanaise (fig. 2 no 4) et de céramique fine rouge du Makran (fig. 2 no 7) – le diamètre maximum est parfois disproportionné par rapport à la base et au col, le centre de gravité se situe très haut, le col est si étroit qu’une fois façonné, le potier n’a plus accès à l’intérieur du vase pour en corriger les éventuelles imperfections. Autre problème fréquent, les cordons appliqués des vases « à suspension » (fig. 2 no 3) se détachent au séchage ou la cuisson.

9La fabrication d’une poterie peut être conçue comme un processus dépendant de plusieurs variables : matière première, outils, savoir-faire du potier, demande des utilisateurs. Chaque procédé de fabrication a des exigences particulières quant au type de matière première, aux outils nécessaires et au degré de savoir-faire requis, mais aussi ses limites quant aux qualités du produit fini. Dans le cadre de notre étude, les points retenus comme diagnostiques ont été la technique de montage, la phase d’intervention de la rotation et son type.

La technique de montage

10La céramique sableuse rouge se scinde en deux ensembles :

  1. les pièces formées à partir d’une masse initiale d’argile qui, par déformation, prend la forme de la pièce finie sans ajout ni retrait de matière. Ce sont les vases modelés ou tournés d’un seul tenant (à partir d’une balle d’argile centrée, creusée puis montée), représentant 2 % du corpus ;

  2. les pièces formées par ajouts successifs d’éléments. Ce sont les vases montés aux colombins (avec ou sans fluage, voir infra) sur base modelée ou tournée, qui constituent 98 % du corpus.

La phase d’intervention de la rotation

11Quatre cas sont à distinguer : sans usage de la rotation, rotation employée en finition seule, rotation employée en cours de montage sans fluage, rotation employée en cours de montage avec fluage. Par fluage (ou montée de terre), nous entendons le mouvement ascendant, ou plus précisément, hélicoïdal, de l’argile lorsqu’on la tourne. Cela nécessite l’emploi d’une machine tournant assez vite et régulièrement pour créer une opposition entre la force centrifuge dégagée par la paroi d’argile en rotation et la pression des doigts. À Hili, la plupart des pièces façonnées à partir d’éléments juxtaposés présentent des macrotraces révélatrices de la rotation. Leur aspect particulier et leur combinaison permettent de différencier les pièces où elle s’est limitée à la finition de celles où elle est intervenue en cours de montage, avec ou sans fluage.

Le type de rotation

12Deux groupes de vases se distinguent, selon qu’ils présentent des stigmates et macrotraces indicatifs d’une rotation lente et discontinue, ou bien rapide et continue. Le premier comporte des vases à base modelée dont la panse est montée aux colombins, la rotation intervenant en finition seule ou bien en cours de montage. Le second rassemble les vases tournés d’un seul tenant, mais aussi ceux dont la base n’est pas nécessairement tournée mais dont la panse, montée aux colombins, est mise en forme par fluage. Nous faisons l’hypothèse que ces deux types de rotation impliquent l’emploi de supports distincts : l’un autorisant seulement une giration lente et discontinue et qui serait assimilable à ce qu’on appelle « tournette » dans le langage courant ; l’autre autorisant une giration rapide et continue sur support rotatif plus élaboré, que nous appelons « tour de potier ». Par convention, nous considérons que seul ce dernier présente « un volant d’inertie suffisant pour produire l’énergie cinétique rotative nécessaire pour le tournage sur motte » (Gelbert 1994 : 61) ou le fluage des colombins. Selon nous, la fabrication des vases du second groupe a bien nécessité l’emploi d’un tour de potier, dans la mesure où rapidité, régularité et temps de giration long sont des paramètres nécessaires au centrage des bases mais aussi au fluage de colombins très plastiques entre les mains. La forme s’élabore sous l’effet d’une pression double et simultanée (une main est active tandis que l’autre vient en soutien de la paroi, même si ce n’est pas systématique, surtout pour les petites pièces). Nous n’avons aucune indication quant à la nature et au plan des tours de potier utilisés, mais, dans le cas du matériel local et régional (céramique sableuse rouge de Hili et céramique fine rouge omanaise), les nombreuses imperfections relevées sur les vases indiquent l’emploi d’un tour peu élaboré. Des frictions d’origines diverses ont pu ralentir sa rotation et induire des inégalités d’épaisseur de la paroi et un manque de circularité de la pièce, jusqu’à la faire éventuellement sortir de son axe de symétrie.

13Une classification des groupes techniques (fig. 3, à gauche) a permis de vérifier que les techniques pratiquées à Hili entraient dans l’éventail des techniques du Proche-Orient ancien (Franken & Kalsbeek 1975 ; Van der Leeuw 1976, 1994a ; Buson & Vidale 1983 ; Roux & Courty 1997, etc.). L’analyse du matériel archéologique a été faite par type de forme, afin d’étudier les relations entre groupe technologique et groupe morphologique. La restitution des techniques de façonnage a été basée sur l’observation et la description des macrotraces et des stigmates. Divers traits, comme les discontinuités du profil, la symétrie générale et l’emplacement du centre de gravité du vase ont été relevés et enregistrés.

14Dans le cas de la céramique locale (céramique sableuse rouge de Hili), la prise en compte du type de façonnage de la base a permis de définir des méthodes (fig. 3, à droite). Des critères supplémentaires ont ensuite permis de définir, au sein de chaque méthode, des chaînes opératoires : le type de pâte (argileuse, sableuse, micacée, marneuse), la morphologie générale de la pièce (ovoïde, cylindrique, globulaire, etc.), le nombre de colombins, la finition (lissage, raclage de la base, tournassage), le type de décor (couleur de l’engobe, motifs et thèmes décoratifs) et les stigmates de cuisson (degré et atmosphère de la cuisson, coups de feu, etc.).

Fig. 3

Fig. 3

Les groupes techniques identifiés au sein de l’assemblage de la tombe N de Hili correspondent à ceux observés au Moyen-Orient au iiie millénaire. Le tournage n’est assurément attesté que dans quelques cas, uniquement de la vaisselle importée de la vallée de l’Indus

Le programme expérimental

15Les techniques à l’interface entre colombinage et tournage requièrent un savoir-faire différent tant du travail aux colombins que du tournage. Un potier pratiquant le colombin ne peut s’improviser spécialiste de ces procédés dont la maîtrise demande du temps.

16L’usage de la rotation en cours de montage des colombins permet d’apprécier les limites de l’argile et de s’y adapter (phases de séchage, limitation du nombre de colombins, etc.). Le montage aux colombins tournés sur base modelée ou tournée permet de contourner l’étape délicate du centrage de la balle d’argile, tout en autorisant la mise en œuvre de la gestuelle des montées de terre qui sont propres au tournage. La pièce a des caractéristiques proches de celles entièrement tournées et on recherche donc toutes les traces possibles de raccords entre les colombins. Bien que très déformés et bien intégrés à la paroi, ces colombins seront matérialisés par des lignes de pression, des lignes de tension, des modelés d’épaisseur caractéristiques, des cassures préférentielles ou des décollements (fig. 4).

17Notre programme expérimental, de 200 jours, a été établi en fonction de nos premières observations et hypothèses sur le matériel archéologique, tant en ce qui concerne le choix de la méthode que celui des chaînes opératoires ou des outils. Lors des expérimentations, réalisées par quatre potiers différents (dont l’une des co-auteurs de cet article, A.Dupont-Delaleuf), nous avons cherché à mettre en relation les différentes séquences de la chaîne opératoire et le degré de tolérance de l’argile, et mis en évidence les difficultés rencontrées lors du façonnage ainsi que les spécificités des formes à reproduire. On notera que la pratique des expérimentateurs variait, à la fois sur le plan de l’apprentissage initial et sur celui des techniques maîtrisées (montage aux colombins versus tournage) ou des logiques et habitudes de travail. De même, le cadre où s’exerçait leur activité différait (non professionnelle / artisan indépendant / artisan exerçant dans un atelier). Tous les expérimentateurs ont cependant travaillé sur l’ensemble de la gamme des techniques supposées des potiers de l’âge du Bronze et utilisé le même tour à pied non usiné.

18La consigne était de reproduire un choix de pièces archéologiques en employant les méthodes produisant au plus près les macrotraces relevées sur les modèles archéologiques. Sur chaque modèle retenu, deux voire trois méthodes proches ont été testées, afin de ne pas s’enfermer dans une logique de simple réplication. Il a été également tenu compte de la difficulté inhérente à la taille et à la forme des pièces, leur étude étant abordée suivant un ordre croissant de difficulté : gobelets, pots globulaires, pots « à suspension », bouteilles, grands gobelets. L’observation des pièces archéologiques a été réalisée en amont mais aussi au cours et en aval de la phase d’expérimentation.

19Des tests de reconnaissance des méthodes et des chaînes opératoires ont été faits en aveugle sur le matériel expérimental, avec un taux de réussite compris entre 60 % et 70 %.

Fig. 4

Fig. 4

Principaux critères d’identifications des colombins. Photos A. Dupont-Delaleuf & S. Méry/Mission archéologique française aux Émirats arabes unis

Méthodes de façonnage employées pour la céramique locale à Hili

20À Hili, la poterie locale correspond à trois catégories fonctionnelles principales – gobelets, jarres et pots à suspension. L’étude typo-morphologique de ce matériel avait été faite en amont de l’étude technologique (S. Méry), sauf dans le cas des gobelets. Lors de l’étude technologique, outre la géométrie de la pièce et les variations d’épaisseur, les macrotraces et stigmates ont été observés et enregistrés pièce par pièce au sein de chaque groupe, puis les récipients présentant des caractéristiques technologiques communes (pâte, façonnage, finition et décor) ont été regroupés : ce sont nos chaînes opératoires. Certains critères se sont révélés plus pertinents que d’autres pour relier les chaînes opératoires aux méthodes : la symétrie axiale de la pièce et sa circularité, la finesse des parois, le degré d’intégration des colombins à la paroi (modelé d’épaisseur marqué ou pas, présence de raccords, etc.), la présence ou l’absence de stries horizontales et régulières et leur répartition.

21Une grande variété de méthodes et de chaînes opératoires a été mise en évidence, notamment pour les gobelets (fig. 5). Les vases étaient pour la plupart montés aux colombins, puis terminés en rotation, ou bien façonnés en rotation – avec ou sans fluage. Une partie des vases avaient une base tournée. En revanche, nous n’avons pas la certitude que certains vases en céramique sableuse rouge de Hili aient été entièrement tournés à partir d’une balle d’argile centrée, creusée et montée en utilisant la force centrifuge. Ils pourraient en effet avoir été très soigneusement façonnés selon la technique F. Des études radiographiques n’ont toutefois pas été faites pour le vérifier, si tant est que cela puisse être déterminé à coup sûr.

22Pour les gobelets et les pots globulaires, nous avons distingué quatre types de bases : celles formées à partir d’une galette d’argile (avec des raccords de colombins et des cassures préférentielles), les bases concaves modelées (avec un bosselage caractéristique et des cassures préférentielles), les bases concaves modelées reprises en rotation (avec une dépression centrale due à la pression exercée pour les fixer à la girelle) et les bases tournées (qui ont un ombilic central).

23La catégorie « gobelets » rassemble des récipients de petite taille, bien adaptés à une utilisation comme récipient à boire. Toutes les méthodes de notre classification ont été identifiées dans ce groupe, hormis la méthode G, celle des vases tournés d’un seul tenant dont nous n’avons pas la certitude qu’elle ait été employée par les potiers de Hili. La gamme des méthodes attestées pour les pots globulaires est beaucoup plus restreinte, ce qui est lié à la taille des vases et à la difficulté plus grande de les produire. La grande majorité des pots se rattachent à la méthode D, les autres à la méthode E. Nous n’avons pas identifié à Hili de pot correspondant aux méthodes A, C et G, et un seul correspond à la méthode B.

24Les traces de finition, dues au raclage d’une surface ou au tournassage d’une assise, ont également été retenues comme des critères pertinents. Pour les pots à éléments de suspension, la distinction a été faite entre les bases annulaires formées par retrait de matière en rotation (tournassage) et les bases annulaires faites par ajout d’un colombin puis reprises ou non en rotation. Elle repose sur la présence de raccords ou de cassures préférentielles, mais aussi sur le degré de continuité entre le profil de l’assise et celui du bas de panse. Si le pied annulaire a été façonné à partir d’un colombin, le profil du fond est dans la continuité de celui du bas de panse. Si le pied a été formé par tournassage, le fond est en retrait par rapport au bas de panse.

Fig. 5

Fig. 5

Vases façonnés selon les méthodes D et F. Dessins C. Chalumaux, photos A. Berthelot et S. Méry / Mission archéologique française aux Émirats arabes unis

Degré d’expertise des potiers de Hili, notion d’unité de production et évolution au cours de la séquence à Hili N.

25Le travail réalisé appelle certains commentaires sur le degré de maîtrise technique des potiers (matériau, gestuelle, outils). Plusieurs catégories de potiers ont produit des gobelets à Hili : débutants, non expérimentés, expérimentés, très expérimentés.

26Les méthodes A et B pourraient correspondre à des vases façonnés par des débutants et, pour les plus petits récipients, peut-être par des enfants. La méthode C serait l’apanage de potiers non expérimentés travaillant l’argile de manière occasionnelle : chaque pot est unique, de forme rarement symétrique, avec un jointoyage très soigné. La méthode D, qui est la plus représentée dans l’assemblage (environ la moitié des gobelets étudiés), se caractérise par une meilleure reproductibilité morphologique (taille, détail du profil) et technique (chaîne opératoire de façonnage, pâte et cuisson). Le contexte de production est plus élaboré que précédemment, les fabricants ont une pratique plus régulière et une habileté technique plus grande : marque d’une spécialisation croissante, on peut désormais détecter plus sûrement des groupes, que représentent nos chaînes opératoires. Pour les méthodes E et F, la qualité accrue et concomitante de la maîtrise du geste et des performances du support rotatif sont manifestes. Les potiers sont capables de produire des vases homogènes sur le plan de la forme ; ils maîtrisent leur chaîne opératoire au point que certains vases sont très difficiles à distinguer de productions tournées en une fois (méthode G).

27Comment, sur le plan de production, pouvons-nous interpréter les groupes représentés par les chaînes opératoires ? Notre hypothèse est celle d’unités de production domestiques, y compris pour celles correspondant aux méthodes E et F, où nous avons pourtant plus nettement affaire à une production de « spécialistes », c’est-à-dire qui n’est pas réalisée par tous.

28Autre acquis, la répartition des gobelets au sein de la stratigraphie de la tombe N offre la possibilité, inédite en Arabie orientale, de suivre des traditions potières dans une certaine durée – un siècle au minimum, deux au maximum. Les méthodes A, B et C, qui correspondent aux techniques les plus simples, se répartissent dans tous les niveaux de la tombe. La méthode D est surtout associée aux niveaux les plus récents (niveaux iii et iv), sauf pour les chaînes opératoires D04 et D05, les plus élaborées du groupe, qui ne sont représentées que dans les niveaux les plus anciens (niveaux i et ii). Les gobelets correspondant aux méthodes E et F sont eux aussi issus des niveaux profonds.

29Les méthodes et chaînes opératoires les plus élaborées sont donc confinées, dans le cas des gobelets, à la première phase d’utilisation de la tombe et se raréfient, ou disparaissent ensuite. Le même phénomène est observé pour les pots globulaires.

30La variété des styles techniques et le degré d’habileté des potiers indiquent que les savoir-faire s’inscrivaient dans la continuité de traditions différenciées. À Hili, plusieurs unités de production devaient fonctionner en même temps à la fin du iiie millénaire et fabriquer des récipients que l’étude technologique et typologique fine permet de distinguer. L’examen de la pâte indique que ressources en argile et manières de préparer les matériaux étaient souvent partagées.

31On note que vers 2200-2100 avant notre ère, les assemblages les plus anciens de la tombe N se caractérisent par une prédominance de la poterie locale façonnée aux colombins tournés sur base tournée ou non. Dans les mêmes niveaux, on trouve de la vaisselle d’importation venue des confins indo-iraniens, notamment une série de bouteilles peintes de la vallée de l’Indus et une prédominance des éléments de parure importés des (ou via les) confins indo-iraniens. Dans les dépôts plus récents de la fosse, vers 2100-2000 avant notre ère, les importations se raréfient et leur nature change, tandis que les techniques potières locales se transforment, voire se dégradent, notamment en ce qui concerne le façonnage et la finition.

32Autant sur le plan de la production potière que de la construction funéraire, après une phase d’apogée culminant vers 2200 av. J.-C., la toute fin de la période correspond donc à un désinvestissement technique, tranchant avec les productions très investies des artisans de la phase 3 et du début de la phase 4.

33Les plus anciennes céramiques de facture omanaise ont été identifiées sur le site de Hili 8 et dateraient du début du iiie millénaire (céramique fine rouge omanaise). Elles s’inspirent directement de modèles issus des confins indo-iraniens, mais l’origine de ces premières céramiques est encore débattue puisque qu’elle recouvre le Sud-Est iranien et le Makran pakistanais. Dès lors, une tradition artisanale va se développer de manière autonome en Arabie orientale et la céramique fine rouge perdurer, en tant que type de production, jusque vers 2100-2000 avant notre ère. Les sites de production n’en sont toujours pas localisés, mais la signature géochimique de la pâte indique une fabrication circonscrite géographiquement, quelque part sur les piémonts de la chaîne montagneuse qui traverse et structure la péninsule d’Oman (Jebel Hajjar). La production de céramiques domestiques (notamment la céramique sableuse rouge de Hili, qui était très présente aussi en contexte funéraire) se développe surtout à partir de 2500 av. J.-C. sur le piémont des montagnes d’Oman, mais aussi sur la côte de l’Océan indien. Plusieurs groupes de production se distinguent, dont certains sont bien caractérisés sur le plan pétrographique et géochimique (Méry 2000).

34Céramiques fines ou céramiques domestiques, les productions omanaises sont donc caractérisées au iiie millénaire par un grand foisonnement de techniques qui mettent en jeu, bien qu’à divers degrés, l’utilisation de dispositifs rotatifs. C’est, selon nous, l’expression à cette époque d’une importante phase d’innovation technologique qui est sensible dans d’autres domaines, comme la métallurgie à base cuivre. Si, pour la production des gobelets et des jarres, le tournage de colombins tournés était bien maîtrisé à Hili vers 2200 avant notre ère, le tournage d’un seul tenant ne semble pas encore attesté à la fin du iiie millénaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende L’Arabie orientale et l’Asie moyenne. Carte H. David
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 2
Légende Deux catégories morpho-fonctionnelles prédominent dans la céramique locale : les pots globulaires (1) et les gobelets (2). La céramique d’origine étrangère représente 10 % du matériel et provient majoritairement de la vallée de l’Indus (5) et du Makran pakistanais (6-7). Dessins H. David, photos A. Berthelot et S. Méry/Mission archéologique française aux Émirats arabes unis
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/973/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 3
Légende Les groupes techniques identifiés au sein de l’assemblage de la tombe N de Hili correspondent à ceux observés au Moyen-Orient au iiie millénaire. Le tournage n’est assurément attesté que dans quelques cas, uniquement de la vaisselle importée de la vallée de l’Indus
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/973/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 4
Légende Principaux critères d’identifications des colombins. Photos A. Dupont-Delaleuf & S. Méry/Mission archéologique française aux Émirats arabes unis
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/973/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5
Légende Vases façonnés selon les méthodes D et F. Dessins C. Chalumaux, photos A. Berthelot et S. Méry / Mission archéologique française aux Émirats arabes unis
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/973/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 850k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Méry, Armance Dupont-Delaleuf et Sander Van der Leeuw, « Analyse technologique et expérimentations », Les nouvelles de l'archéologie, 119 | 2010, 52-58.

Référence électronique

Sophie Méry, Armance Dupont-Delaleuf et Sander Van der Leeuw, « Analyse technologique et expérimentations », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 119 | 2010, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/973 ; DOI : 10.4000/nda.973

Haut de page

Auteurs

Sophie Méry

Cnrs, Umr 7041 Archéologies et sciences de l’Antiquité, Maison René Ginouvès
sophie.mery@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Armance Dupont-Delaleuf

Doctorante à l’université de Paris-Ouest, Umr7055 Technologie et préhistoire, Maison René Ginouvès
armance.dupont-delaleuf@mae-paris10.fr

Articles du même auteur

Sander Van der Leeuw

College of liberal arts and sciences, Arizona State University
vanderle@asu.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org