Navigation – Plan du site
Dossier : Approches de la chaîne opératoire de la céramique. Le façonnage.

Élément de puzzle ou de cadavre exquis1?

Une vision du façonnage des céramiques archéologiques non tournées
Aline Visseyrias
p. 42-46

Résumés

La céramique est un enregistrement culturel : les formes et les décors nous renseignent sur des choix stylistiques et fonctionnels, les processus de façonnage mettent au jour les choix techniques. Nous nous sommes intéressés à une étape centrale de la chaîne opératoire, le montage des poteries à une période où le tour de potier n'était pas encore connu. Nos observations concernent les céramiques de la fin de l'âge du Bronze (1400-750 av. J.C.) entre Rhin et Rhône, et des poteries de la nécropole de Sanga (Katanga, RDC). Pour détecter les stigmates de montage sur ces récipients archéologiques, nous avons élaboré un référentiel expérimental des techniques céramiques. Notre projet de recherche visait à apprécier les niveaux de savoir-faire, saisir les choix techniques, les variabilités. Il s'agissait de tester, sur des collections archéologiques et ethnologiques, la méthode que nous avons élaborée et de la confronter aux résultats d'autres analyses au sein d'une équipe. La finalité de cette étude était d'établir un mode de diagnostic contrôlé pour la reconnaissance des techniques de façonnage des céramiques, puis, à plus long terme, d'exploiter l'ensemble des interactions sociales qui apparaissent alors, de la cellule domestique à l'espace du peuplement : qui produit, comment, de quelle façon, pourquoi et pour qui.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Jeu qui consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu’aucu (...)

Je tiens à remercier la fondation Fyssen pour son soutien financier lors de notre année post-doctorale à l’université libre de Bruxelles, Alexandre Livingstone Smith, Els Cornelissen et les membres de la section préhistoire et du Musée royal de l’Afrique centrale pour leur accueil et leur aide, Pierre Pétrequin pour son suivi lors de ma thèse et pour la réalisation des pots du référentiel.

1Lors d’une table ronde organisée en 2008, j’ai présenté une méthode d’analyse des stigmates de façonnage élaborée dans le cadre d’une thèse et confrontée à une autre technique d’analyse, la radiographie. Cette étude s’inscrit directement dans le prolongement de ma thèse (Visseyrias 2006) et a été réalisée lors d’une année post-doctorale à l’université libre de Bruxelles/musée de Tervuren (Belgique). Au cours de ma thèse sur la reconnaissance et la représentation des traces de façonnage, il m’est apparu que si les méthodes d’analyse de la céramique étaient nombreuses, il n’en existait pas de « standard ». L’abondance de la céramique sur les sites archéologiques explique sûrement que la tentation de l’analyse typo-chronologique soit la plus forte. S’il s’agit d’une étape indispensable de l’étude des céramiques, on peut cependant essayer de comprendre la face cachée de ces pots : quelles chaînes opératoires ont été utilisées, par qui, pour qui ont été produites ces poteries…

2Je me suis intéressée à un seul maillon de la chaîne opératoire : les méthodes de montage des poteries, sans l’usage du tour. Les processus de montage sont certainement les éléments de la chaîne opératoire qui manifestent la plus grande stabilité spatiotemporelle parmi ses différentes étapes.

Corpus étudié : entre Europe occidentale et Afrique

3Les corpus étudiés sont à première vue très différents : céramiques de la fin de l’âge du Bronze en France (Visseyrias 2006) et céramiques du Katanga (république démocratique du Congo). Les sites, géographiquement très différents, ont en commun de proposer un contexte de conservation du mobilier archéologique particulier : grottes et site lacustre pour les sites français, nécropole pour les sites africains. Dans un cas, comme dans l’autre, la bonne conservation des poteries était primordiale pour obtenir des informations les plus complètes.

4Les corpus français (400 individus) proviennent des grottes de la Fontaine de la Roche à Courchapon  et de Vaux-les-Prés (Franche-Comté) et des sites de bords de lac de Grésine ouest à Brison-saint-Innocent et du Saut-de-la-Pucelle à Tresserve (lac du Bourget, Savoie). Dans ce contexte de l’âge du Bronze final, on observe deux tendances dans l’évolution typologique : l’une, continue depuis l’âge du Bronze moyen, avec des récipients que l’on peut parfois qualifier de grossiers, mais aussi un renouveau des formes avec un montage apparemment différent. D’ailleurs, en s’appuyant notamment sur l’étude de la céramique, on parle souvent de période de mutations.

5La céramique africaine, étudiée en collaboration avec Alexandre Livingstone Smith (Musée royal de l’Afrique centrale (Mrac), Tervuren), provient de la nécropole de Sanga, dont les tombes les plus anciennes datent du viiie siècle apr. J.-C. Quatre périodes sont attestées : Kamilambien (avant le viie siècle), Kisalien (viiie-xiie siècle), Kabambien (xiiie-xvie siècle) et Luba (xviie-xxe siècle). Le corpus, plus réduit, était composé de 49 poteries, pour la plupart archéologiquement complètes, datées du Kisalien à la période Luba.

Moyens : élaboration d’un référentiel et travail en collaboration

6L’analyse technique des céramiques couvre un éventail de méthodes et techniques (Livingstone Smith 2001d ; Livingstone Smith 2005 ; Pierret 1995b ; Rice 1987 ; voir également Roux ce volume) et de nombreux moyens d’étude. Si on laisse de côté les problématiques sur la composition des pâtes, la cuisson et la distribution, les méthodes de façonnage aussi renseignent sur les sociétés, à un moment donné ou sur une longue période.

7Dans le cas qui nous occupe, l’analyse des techniques de façonnage repose sur deux types de sources documentaires : l’observation des stigmates sur les tessons archéologiques et l’ethnographie pour la description des chaînes opératoires. Nous n’aborderons pas les problèmes d’analogie / apport de l’ethnographie, très développés par ailleurs.

8Contrairement aux études en tracéologie lithique où un code est utilisé pour le matériau travaillé et la nature du geste (Plisson 1985), il n’existe aucune norme de vocabulaire et de réprésentation graphique des stigmates sur les poteries. Il a donc fallu choisir des mots et inventer un mode de représentation pour la description du référentiel.

Le référentiel expérimental

9À partir d’observations sur le façonnage faites sur des vases et des tessons archéologiques, des hypothèses ont été émises prenant en compte d’autres études technologiques, des données ethnographiques, un imaginaire scientifique réaliste ou non. Elles ont ensuite été testées de façon expérimentale avec la réalisation de poteries par un potier possédant un bon savoir-faire – l’apprentissage n’entrait pas dans notre problématique –, l’observation des stigmates puis une comparaison des produits expérimentaux avec le mobilier archéologique.

10En amont, nous nous étions posé quelques interrogations : les référentiels archéologique, expérimental ou ethnographique n’ont pas la même nature dans la mesure où les techniques doivent être identifiées dans un cas (archéologie) et sont connues au préalable dans les autres (ethnographie et expérimentation). Le but d’un référentiel est-il de créer un système de référence universel ou adapté à une problématique précise ? Un référentiel doit-il rester figé ou doit-il être évolutif en étant complété par d’autres chercheurs ou par de nouvelles expérimentations ? Nous avons ainsi créé un référentiel expérimental de 41 techniques de façonnage (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Liste des techniques testées pour le référentiel

11Pour chaque technique expérimentée, cinq bols hémisphériques ont été réalisés avec deux pâtes industrielles de couleurs différentes, une pâte fine et une autre grossière réalisées par nos soins et, enfin, avec une pâte fine et un lissage de surface. Le choix d’une pâte industrielle peut surprendre. Notre but n’était pas de tester les différents types de pâtes ; nous voulions réaliser des pots avec des argiles de couleur différente, pour faciliter l’observation des stigmates et éviter toute ambiguïté. L’utilisation de la même pâte fine ou grossière naturelle dans les trois autres cas de figure permet de noter son comportement lors du façonnage.

12Pour chaque série ont été rassemblés un texte descriptif sur la technique, les dessins des stigmates sur les pots bicolores et sur le pot à pâte fine ou grossière, les photographies des tranches et d’une lame mince. Sept techniques – par exemple le tournage – ont été supprimées du référentiel car elles se sont avérées inadéquates pour une production ou non attestées à l’époque étudiée.

13Le colombin intervient dans la majorité des processus testés : 28 techniques sur 35. La très grande variabilité de ces techniques au colombin tient à plusieurs points : façonnage à l’endroit/à l’envers, utilisation pour une ébauche ou une préforme, variabilité dans les dimensions des colombins ou les types de collage (intérieur, extérieur, alterné, en « U », par écrasement), emploi de cette technique seule ou en association. Les autres éléments du référentiel regroupent les techniques de modelage, martelage, moulage et battage.

14Sur les céramiques archéologiques et ethnographiques, les stigmates peuvent être combinés si plusieurs techniques différentes ont été utilisées.

15Nous avons ainsi appris à repérer les stigmates de montage sur les céramiques expérimentales et à établir une grille de lecture pour les observer sur des céramiques archéologiques ou ethnologiques. L’ensemble des 400 céramiques des corpus de l’âge du Bronze a été analysé sous cet angle (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Analyse technologique d’une céramique (âge du Bronze final) du Saut-de-la-Pucelle (lac du Bourget)

Les radiographies

16Le second axe de recherche nous a amené à étudier un corpus de céramiques africaines en collaboration avec Alexandre Livingstone Smith. Nous avions un bagage commun – la technologie céramique –, des parcours différents mais pas opposés – des analyses et des référentiels connus un peu plus ethnologiques qu’archéologiques (Livingstone Smith), ou un peu plus archéologiques qu’ethnologiques (Visseyrias) –, ainsi que des méthodes complémentaires – radiographies (Livingstone Smith) et étude macroscopique (Visseyrias).

17Les céramiques étudiées proviennent d’une nécropole. Leur état de conservation était très bon ; une grande partie d’entre elles étaient archéologiquement complètes. Les surfaces étaient peu érodées. Face à deux méthodes de travail, nous avons dû définir un vocabulaire commun pour la description des traces. Ce problème de vocabulaire semble être récurrent pour les descriptions typologique et technologique des poteries. Il ne s’agissait pas de défendre un mot plutôt qu’un autre, mais de se comprendre et surtout de rester objectif quant au terme employé. Ce vocabulaire a été adapté à la description des macrotraces, de surface et de sections, comme à celle des stigmates lus sur les radiographies. Nous avons été attentifs à ce qu’il puisse être applicable à l’étude d’autres productions céramiques. Nous avons classé ces éléments en faits et configurations (fig. 3). Les faits regroupent l’observation des macrotraces en surface ou sur les sections, des microstructures internes ainsi que d’autres éléments comme les fractures, les joints décollés et les variations de texture ou d’épaisseur visibles à l’œil nu ou avec une binoculaire. Les configurations correspondent à la répartition spatiale de ces faits et à leur combinaison (nature, type, morphologie, position).

Fig. 3

Fig. 3

Un vocabulaire commun, faits (features) et configurations

18Pour chaque céramique étudiée, nous avons réalisé une planche avec une représentation et une description des faces externe et interne, et des photographies des radiographies brutes et commentées (fig. 4). Les descriptions macroscopiques peuvent sembler longues, mais la lecture en est facilitée par la représentation des deux faces dans leur intégralité. Aussi, il est bien plus aisé de lire ces informations avec un dessin en vis-àvis que dans une longue description rébarbative de l’article.

19Ce travail en binôme a été stimulant, la confrontation des observations est un avantage et un moteur pour mieux comprendre le façonnage des céramiques. Par ailleurs, ces deux approches sont très complémentaires. Si certains stigmates se repèrent à la fois en surface et dans le cœur de la céramique, d’autres ne sont visibles qu’avec l’une ou l’autre des méthodes. Enfin, la radiographie a l’avantage de donner des informations sur les poteries complètes, ou lorsque les tranches des tessons sont trop érodées par exemple.

Fig. 4

Fig. 4

Analyse technologique d’une céramique (Kabambien) de la nécropole de Sanga (république démocratique du Congo)

Quelques interrogations

20Le premier questionnement porte sur l’enregistrement des données. Quelles sont les informations pertinentes pour une base de données ou une interprétation graphique des stigmates ? Leur obtention est directement liée au mobilier et à l’œil exercé du chercheur. L’étude des macrotraces dépend de l’état de conservation des céramiques aussi bien pour des poteries entières que pour les tranches des tessons érodées plus ou moins anciennement. La fragmentation, si elle peut être un indice des techniques de façonnage, est aussi un frein à l’interprétation. Enfin, les modes de façonnage ne sont pas tous facilement repérables. Sur des préformes modelées puis battues, les traces seront ténues et peu évidentes : les stigmates de modelage sont effacés par le battage, lui-même parfois peu visible en surface et sur les tranches. De la même manière, le savoir-faire des potiers et les techniques de finition augmentent la difficulté d’interprétation des stigmates. Ainsi, sur le site du Saut-de-la-Pucelle que nous avons étudié en partie dans notre thèse, les stigmates de montage observés sont très peu nombreux. La conservation des céramiques est excellente, mais les potiers ont fait preuve d’un grand savoir-faire et utilisé des techniques de finition qui ont en partie gommé les traces de montage.

21En ce qui concerne la représentation graphique, il est utile de figurer, lorsque c’est possible, les faces internes et externes de façon indépendante, et de dessiner les tessons « à plat » lorsque leur orientation est trop aiguë. On peut également se demander si un schéma avec un code de représentation, plutôt qu’un dessin, ne doit pas être envisagé. Il n’est pas évident d’adopter un même point de vue pour les poteries non tournées. Si ces dessins sont réalisés pour comparer les corpus de sites ou de périodes différents, il serait plus aisé d’avoir à notre disposition un code graphique commun.

22Concernant la constitution du système de référence unique, la description des différents stigmates est souvent personnelle au départ et l’élaboration d’un vocabulaire commun est nécessaire. Par ailleurs, il ne peut exister un référentiel unique où chacun pourrait puiser des éléments de comparaison : la variabilité des corpus étudiés est trop grande. Enfin, l’utilisation d’un tel outil nécessite un minimum de connaissance pratique des techniques de façonnage – pour ne parler que du cas qui nous intéresse.

Perspectives

23Plusieurs questions restent en suspens. L’interrogation primordiale, à notre sens, porte sur l’apport de la technologie céramique à une étude archéologique de poteries en contexte. Pour que ce domaine ne soit plus réservé au cercle des techno-céramologues mais soit applicable à tout corpus archéologique provenant de fouilles préventives ou programmées ou de collections anciennes, l’étude technologique des céramiques doit être envisagée dans la majorité des cas. Si les études pétrographiques sont régulièrement intégrées aux monographies archéologiques, l’étude des modes de façonnage l’est beaucoup moins. C’est d’autant plus regrettable qu’elle permet de former, à travers les styles techniques, des hypothèses sur les modes de fonctionnement des sociétés. Selon Olivier Gosselain, la comparaison de ces styles et leur évolution est à mettre en parallèle avec les dynamiques évolutives des sociétés (Gosselain 2002).

24Dans ce but, il est intéressant que l’étude de la céramique ne soit plus un cadavre exquis mais un puzzle à reconstituer dont il nous manquera forcément des morceaux. Pour cela, et comme nous en avons fait l’expérience, il est nécessaire de travailler en commun, de confronter les différentes méthodes d’identification, pour compléter les données et pousser leur interprétation. Si les études technologiques ne sont pas nouvelles en pré- et protohistoire, l’analyse de la chaîne opératoire de la céramique attire depuis quelques années de nouveaux chercheurs dans des domaines variés (études des matières premières, des outils de façonnage, des processus de façonnage…), comme nous avons pu le constater lors des journées d’études organisées à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie. Il existe, nous l’espérons, une réelle volonté de synergie, il reste à tisser des liens plus solides entre les chercheurs qui travaillent dans des optiques différentes, sur des zones géographiques et des périodes chronologiques variées.

25Enfin, et en guise de petit bémol, il est difficile de publier des articles où les illustrations sont nombreuses ou de grandes dimensions, comme nous en avons fait l’expérience pour l’étude des céramiques de Sanga. Les nombreuses données sont, pour une meilleure compréhension, souvent synthétisées sur des planches dont la taille, en conséquence importante, constitue un frein à la publication. La publication des référentiels sous la forme de sites Web avec une base de données interactive ou de cédéroms, comme l’a montré Agnès Gelbert, est sûrement une formule des plus intéressantes (Gelbert 2003).

Haut de page

Notes

1  « Jeu qui consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu’aucune d’elles puisse tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes. » (Breton & Éluard 1989)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Liste des techniques testées pour le référentiel
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/969/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Fig. 2
Légende Analyse technologique d’une céramique (âge du Bronze final) du Saut-de-la-Pucelle (lac du Bourget)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/969/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 3
Légende Un vocabulaire commun, faits (features) et configurations
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/969/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 4
Légende Analyse technologique d’une céramique (Kabambien) de la nécropole de Sanga (république démocratique du Congo)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/969/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aline Visseyrias, « Élément de puzzle ou de cadavre exquis? », Les nouvelles de l'archéologie, 119 | 2010, 42-46.

Référence électronique

Aline Visseyrias, « Élément de puzzle ou de cadavre exquis? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 119 | 2010, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/969 ; DOI : 10.4000/nda.969

Haut de page

Auteur

Aline Visseyrias

Boursière de la fondation Fyssen, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Umr7041-Arscan, Nanterre
a_visseyrias@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org