Navigation – Plan du site
Dossier : Approches de la chaîne opératoire de la céramique. Le façonnage.

Analyse technologique des céramiques provenant d’enceintes fossoyées du Néolithique récent du centre-ouest de la France attribuées au groupe Vienne-Charente (3500-2900av.J.-C.)

Vincent Ard
p. 37-41

Résumés

Définies essentiellement à partir de leurs productions céramiques, certaines cultures et groupes de la fin de la période néolithique dans le Centre-Ouest de la France restent aujourd’hui encore mal caractérisés. En effet, l’absence de formes complexes et de décors pour certaines de ces productions, celles du groupe Vienne-Charente du Néolithique récent (3500-3000 avant J.-C.) par exemple, ne facilite pas la mise en place d’une classification morpho-stylistique précise. Cette étude propose une analyse technologique des céramiques recueillies dans quatre enceintes fossoyées attribuées au Vienne-Charente. Elle cherche à préciser la caractérisation de ces productions, en détaillant chacune des étapes de la chaîne opératoire de façonnage. Deux traditions techniques différentes, qui correspondent à des « manières de faire » propres à un groupe de potiers, sont ainsi mises en évidence. La tradition majoritaire sur ces sites Vienne-Charente se caractérise par un investissement technique minimal. L’autre, minoritaire, se rapporte en revanche à la culture contemporaine de Peu-Richard. L’interprétation de la coexistence de ces deux traditions sur les sites étudiés est ensuite discutée. La circulation de vases ou des déplacements de potiers Peu-Richard sont envisagés.

Haut de page

Texte intégral

Cet article s’appuie principalement sur les résultats d’une étude menée en 2006 dans le cadre d’un mémoire de master 1 à l’université de Paris-X - Nanterre et introduit quelques données issues d’une thèse de doctorat en cours qui prolonge ces problématiques en s’inscrivant dans une aire d’étude élargie à l’ensemble du centre-ouest de la France. Ces travaux sont réalisés sous la direction de Valentine Roux (Cnrs, Umr 7055) et le tutorat de Catherine Louboutin (musée de préhistoire du Grand-Pressigny).

1Dans le centre-ouest de la France, les recherches sur la fin de la période néolithique ont révélé une rupture nette entre un Néolithique récent, centré sur la seconde moitié du ive millénaire avant notre ère et morcelé en de nombreux groupes culturels aux critères de définition de précisions inégales (Matignons, Peu-Richard, Vienne-Charente, Marais poitevin, Taizé…), et un Néolithique final, s’épanouissant au IIIe millénaire, où domine une culture à large extension géographique (l’Artenac). C’est au cours de cette étape finale que s’opèrent des changements majeurs comme l’apparition des bâtiments et remparts monumentaux, de la métallurgie du cuivre ou encore d’une céramique décorée de très grande qualité (Burnez, Louboutin & Braguier 2001).

2Défini par Raymond Riquet dans les années 1950 (Riquet 1953), le groupe Vienne-Charente reste encore aujourd’hui l’un des groupes culturels du Néolithique récent les moins bien caractérisés de cette région. La simplicité des formes céramiques – vases tronconiques à fond plat de facture grossière communément appelés « pots de fleurs » – et la quasi-absence de décor n’ont pas facilité la réalisation d’une classification des productions Vienne-Charente sur les seuls critères morpho-stylistiques comme c’est le cas pour la culture postérieure d’Artenac (Burnez & Fouéré 1999). Les mêmes difficultés se posent d’ailleurs pour des productions non décorées de cultures au moins en partie contemporaines de la Suisse au Bassin parisien : Horgen, Seine-Oise-Marne (Som)… (Brunet et al. 2004 ; Augereau et al. 2007).

3Les fouilles récentes d’enceintes fossoyées, habitats typiques du Néolithique récent qui se perpétuent au Néolithique final, ont permis de renouveler la documentation du groupe Vienne-Charente (Louboutin et al. 1998 ; Burnez & Fouéré 1999 ; Burnez & Louboutin 2002 ; Louboutin, Burnez & Braguier 2003). Elles ont également révélé une coexistence au sein des assemblages entre céramiques Vienne-Charente et céramiques décorées d’un autre groupe contemporain, le Peu-Richard. S’appuyant sur cette nouvelle documentation, cette analyse technologique est orientée vers deux problématiques principales (Ard 2006, 2008) :

  1. caractériser finement les productions céramiques Vienne-Charente grâce à une analyse de l’ensemble de la chaîne opératoire, de l’acquisition du matériau argileux à la cuisson des vases ;

  2. comparer les céramiques Vienne-Charente et Peu-Richard mises au jour au sein de mêmes niveaux stratigraphiques, en particulier les phases de façonnage respectives, afin de déterminer si elles sont issues d’un même groupe de potiers.

Du tesson à la mise en évidence de traditions techniques : une approche de l’ensemble de la chaîne opératoire

4Utilisés comme dépotoirs, les fossés d’enceinte néolithique livrent généralement des assemblages céramiques très fragmentés. Pour pallier la rareté des formes complètes, nous avons choisi un corpus important, comprenant plus de 5 000 tessons. Afin de rechercher des caractères technologiques récurrents, ce corpus provient de quatre enceintes Vienne-Charente (fig. 1) : le Chemin Saint-Jean à Authon-Ebéon en Charente-Maritime (Louboutin, Burnez & Braguier 2003 ; Louboutin & Ard 2008), les Coteaux de Coursac à Balzac en Charente (Burnez & Louboutin 2002), Diconche à Saintes en Charente-Maritime (Burnez & Fouéré 1999) et La Tricherie « Les Neides » à Beaumont dans la Vienne (Louboutin et al. 1997, 1998). Pour préciser la caractérisation des productions céramiques Peu-Richard, rares sur ces sites, nous avons introduit également les premiers résultats de l’analyse des céramiques du site d’habitat peu-richardien de la Sauzaie à Soubise en Charente-Maritime (Pautreau 1974 ; Gachina 1975).

5Les tessons ont été examinés, à l’œil nu ou à la loupe binoculaire (x 10), dans le but d’identifier les macrotraces de façonnage caractéristiques des différentes étapes de la chaîne opératoire (Roux, ce volume). Ces macrotraces (joints entre colombins, cassures préférentielles, traces de finition…) ont ensuite été rapportées à des techniques de façonnage ou de finition grâce aux nombreux référentiels disponibles (Shepard 1956 ; Van der Leeuw 1976 ; Rye 1981 ; Rice 1987 ; Gelbert 2003 ). Les groupes techniques reconnus, quantifiés à l’aide d’un Nmi (nombre minimum d’individus) de vases, se singularisent par une ou plusieurs étapes de la chaîne opératoire. La mise en évidence de ces différents groupes illustre des « manières de faire » propres à un groupe de potiers. Pour évaluer les habilités mises en œuvre dans ces chaînes opératoires, la régularité morphométrique des vases et les éventuelles maladresses de façonnage ont également été analysées. Des groupes de pâte, identifiés par l’examen des inclusions macroscopiques, ont été mis en évidence, puis précisés par un examen pétrographique d’une dizaine de lames minces sur des échantillons d’Authon-Ebéon et Diconche pour chaque groupe technique. L’objectif est d’associer à chacun de ces groupes, les matériaux argileux utilisés. Cette seconde étape de l’analyse permet d’identifier des groupes techno-pétrographiques (Roux ce volume).

6Les tessons et les vases présentant des particularités technologiques et morpho-stylistiques ont fait l’objet de fiches descriptives sur une base de données informatisée. Les dessins mais également les nombreuses macro-photos numériques permettent de documenter et d’illustrer la description des chaînes opératoires.

Fig. 1

Fig. 1

Distribution spatiale des groupes culturels du Néolithique récent du centre-ouest de la France (3500-2900 avant J.-C.) et localisation des sites étudiés : 1) Beaumont, La Tricherie « Les Neides » (Vienne) ; 2) Balzac, les Coteaux de Coursac (Charente) ; 3) Authon-Ebéon, le Chemin Saint-Jean (Charente-Maritime) ; 4) Saintes, Diconche (Charente-Maritime) ; 5) Soubise, La Sauzaie (Charente-Maritime)

Tradition technique Vienne-Charente versus tradition Peu-Richard 

7Au sein de chaque assemblage, trois productions ou groupes techniques différents ont été identifiés, quatre au maximum pour le site de Diconche (Ard 2008). La distinction entre ces groupes techniques peut se faire sur l’ensemble de la chaîne opératoire ou seulement sur quelques étapes, par exemple la préparation de la pâte ou la finition.

8Sur le site d’Authon-Ebéon par exemple, la production céramique majoritaire (90 % du corpus) se caractérise par l’emploi d’un matériau argileux exogène contenant de petites huîtres fossiles (fig. 2), la présence de vacuoles dans la pâte, un façonnage peu soigné du vase par modelage du fond et montage de la panse aux colombins, et une finition sommaire sur pâte humide. Les petites huîtres fossiles (Nanogyra virgula) identifiées dans les céramiques d’Authon-Ebéon (analyse B. Velde, Ens Paris) et Diconche (Convertini 1999) sont caractéristiques des affleurements de l’étage du Kimméridgien supérieur (Jurassique supérieur), situé à une dizaine de kilomètres des sites, vingt au minimum pour l’enceinte de Diconche.

Fig. 2

Fig. 2

Authon-Ebéon, le Chemin Saint-Jean (Charente-Maritime) : marnes à Nanogyra virgula employées pour la tradition technique Vienne-Charente majoritaire

9Les deux autres groupes d’Authon-Ebéon présentent des pâtes à inclusions sableuses (quartz, micas, feldspaths), d’origine indéterminée (locale ?) et préparées avec soin comme en témoignent la finesse des inclusions et l’homogénéité de la pâte. Le montage au colombin est appliqué et très normalisé, et la finition est réalisée sur pâte à consistance cuir, c’est-à-dire après un épisode de séchage. Des différences aussi marquées sont perceptibles dans les trois autres séries étudiées (Ard 2008).

10Les comparaisons entre les groupes techniques mis en évidence sur les quatre sites attribués au Vienne-Charente permettent de révéler l’existence de deux grandes traditions techniques (pour la définition de « tradition technique », voir Roux, ce volume), qui coexistent sur au moins trois sites (Authon-Ebéon, Coursac et Diconche).

11La tradition céramique majoritaire (75 à 90 % du corpus de chaque site) se caractérise par un investissement technique minimal à toutes les étapes de la chaîne opératoire. Les grumeaux d’argile et les vacuoles observés en lames minces témoignent d’une préparation peu soigneuse de la pâte. La quantité et la dimension des inclusions ou dégraissants (< 10 mm), qu’ils soient d’origine sableuse (quartz) ou calcaire (huîtres fossiles), est également une caractéristique de cette tradition. À Diconche, les analyses pétrographiques indiquent que les coquilles (Nanogyra virgula) ont été très vraisemblablement ajoutées volontairement à la pâte.

12La méthode de façonnage est normalisée et relativement simple. Les fonds plats sont constitués d’une galette d’argile modelée par pressions digitales discontinues, à laquelle on ajoute parfois un colombin périphérique (fig. 3). La panse est ensuite montée aux colombins, collés sur le bord interne ou externe du colombin sous-jacent. Enfin, les vases sont sommairement lissés sur pâte humide, voire non lissés. Certains sont même abandonnés au stade de l’ébauchage (Roux 1994).

13Très rarement décorées, les productions de cette tradition s’inscrivent dans un répertoire de formes peu varié. La quasi-totalité des récipients est tronconique ou cylindrique à fond plat et munie de boutons de préhension haut placés.

Fig. 3

Fig. 3

Balzac, les Coteaux de Coursac (Charente) : fond plat modelé Vienne-Charente dont une partie du colombin périphérique s’est décollée (le vase est photographié retourné)

14La seconde tradition identifiée à Authon-Ebéon, Coursac et Diconche présente une chaîne opératoire plus complexe nécessitant des habilités techniques sensiblement différentes. Les pâtes sont homogènes et parfaitement préparées. Les analyses pétrographiques ne permettent pas de déterminer l’origine précise de ces argiles qui peut très bien être locale. Les inclusions, plus fines (< 3 mm), sont dans certains cas naturellement présentes dans le sédiment argileux.

15Le façonnage est réalisé aux colombins, du fond jusqu’au bord du vase contrairement à la tradition majoritaire. À la Sauzaie, des traces caractéristiques de l’utilisation de la technique du battage ont été mises en évidence (fig. 4). La finition, souvent réalisée sur pâte à consistance cuir (brunissage), donne un aspect lustré voire poli aux surfaces. À Authon-Ebéon et Diconche, ainsi que sur de nombreux récipients de la Sauzaie, les perforations de réparation observées illustrent la volonté de conserver plus longuement ces pots au montage peu aisé.

16Ces poteries portent des décors caractéristiques de la culture Peu-Richard, soit des incisions ou cannelures (faciès maritime), soit des nervures (faciès continental). Les formes complètes sont rares mais on observe tout de même une coexistence entre écuelles à embouchure fermée et vases tronconiques à fond aplati ou plat.

Fig. 4

Fig. 4

Soubise, La Sauzaie (Charente-Maritime), fouilles J. Gachina : cupules et aplats caractéristiques de la technique du battage sur la surface externe d’un fond arrondi Peu-Richard-Maritime. La surface interne ne présente aucune trace de contre-batte

Comment peut-on interpréter ces traditions techniques ?

17Il s’agit maintenant, sur trois des sites étudiés, d’expliquer la coexistence de ces deux traditions céramiques, caractérisées par des chaînes opératoires de façonnage sensiblement différentes même pour des vases de morphologie analogue (vases à fond plat).

18D’un point de vue géographique, nous retrouvons la tradition céramique majoritaire Vienne-Charente sur le haut cours de la Charente, la vallée de la Vienne et le Marais poitevin (Ard à paraître et thèse en cours) (fig. 1). Les productions de tradition Peu-Richard se concentrent quant à elles uniquement autour de la Saintonge, entre la façade atlantique, le bassin inférieur de la Charente et l’embouchure de la Gironde (fig. 1). Ce recouvrement spatial entre deux traditions céramiques, perceptibles aussi bien par les techniques que par les formes, et deux aires culturelles distinctes, illustre l’existence de deux groupes de producteurs appartenant chacun à une communauté, l’une « Vienne-Charente » et l’autre « Peu-Richard ». La cartographie des types d’armatures de flèches montre deux aires analogues avec des armatures à retouches bifaciales dans le Peu-Richard et des armatures de type Sublaines dans le Vienne-Charente et le Marais poitevin (Fouéré 1994).

19Des traits techniques aisément identifiables apparaissent comme des « manières de faire », des marqueurs culturels, propres à chacune de ces communautés de potiers. À Diconche et Authon-Ebéon, l’emploi de marnes calcaires exogènes à Nonogyra virgula (fig. 2) est caractéristique de la tradition Vienne-Charente. À l’inverse, toujours sur le site d’Authon-Ebéon, les quatre écuelles de style Peu-Richard mis au jour présentent des macrotraces de forme et de dimensions ana-logues, en particulier les ondulations de colombins, peut-être volontairement laissées apparentes sur la surface externe. Ces pots pourraient avoir été façonnés par un seul potier, aux habitudes techniques différentes de celles des artisans Vienne-Charente du site. Par ailleurs, à la Sauzaie, à une cinquantaine de kilomètres plus à l’est, en plein cœur de l’aire peu-richardienne, l’utilisation du battage (fig. 4) pourrait marquer l’existence d’un réseau d’apprentissage propre aux potiers Peu-Richard si cette observation se confirme sur d’autres sites. Les surfaces brunissées ou polies, ainsi que les décors très normalisés et parfois exubérants, montrent aussi qu’au-delà de leurs qualités techniques, les vases Peu-Richard possédaient très vraisemblablement une valeur d’affichage culturel forte.

20Pour autant, ces traditions céramiques ne doivent pas être considérées comme des productions figées. On observe en effet des variantes technologiques dans le Vienne-Charente comme le mode de collage préférentiel des colombins, l’emploi de chevilles d’insertion pour les boutons de préhension d’Authon-Ebéon (fig. 5) ou encore des traces profondes de régularisation des surfaces externes des vases de Diconche. La reconnaissance de ces habitudes techniques permet d’affiner la connaissance des groupes de potiers et les réseaux d’apprentissage à petite échelle, au sein d’un même groupe culturel.

21Authon-Ebéon, le Chemin Saint-Jean (Charente-Maritime) : bouton de préhension muni d’une cheville d’insertion sur un vase Vienne-Charente La fonction de chacune de ces deux productions céramiques au sein de la sphère Vienne-Charente mérite d’être discutée et quelques pistes de recherche peuvent être proposées.

22On sait par exemple que des études archéologiques au Proche-Orient ont montré que la recherche de matériau argileux exogène pouvait être liée à la fonction particulière des vases produits (Roux & Courty 2005). Or, l’emploi de marnes exogènes à Nanogyra virgula pourrait aussi avoir une valeur fonctionnelle ou symbolique.Le contexte de découverte de ces vases à Authon-Ebéon, dans une entrée de l’enceinte et au sein d’une couche d’une richesse exceptionnelle (bucranes d’aurochs, pics en bois de cerf, vases écrasés en place), pourrait plaider en faveur d’un dépôt intentionnel. De plus, une petite écuelle retrouvée sur le sol à plus d’un mètre de profondeur du fossé était entière malgré sa grande fragilité due à une cuisson minimale, ce qui peut, selon moi, difficilement s’expliquer autrement que par un dépôt intentionnel (Ard 2008). Bien que l’étude de l’intégralité du mobilier céramique du site d’Authon-Ebéon ne soit pas encore achevée, il semble que ces vases façonnés dans ce matériau exogène et fragilisé par les coquilles fossiles soient réservés préférentiellement à cette entrée de l’enceinte alors que l’on retrouve ailleurs des céramiques, à fonction vraisemblablement culinaire, façonnées dans des matériaux très probablement locaux.

23Issus d’une tradition exogène, les vases Peu-Richard ont quant à eux certainement été recherchés pour leurs qualités technologique et stylistique. Relativement rares en contexte Vienne-Charente, ces céramiques ont une origine qu’il est malheureusement impossible pour l’instant de préciser. En effet, si la présence de la chaîne opératoire Peu-Richard est avérée sur ces sites Vienne-Charente, l’origine des sédiments argileux utilisés reste inconnue, les analyses pétrographiques menées à Authon-Ebéon n’ayant pas apporté pour l’instant de réponse nette. S’il s’avérait que les argiles sont locales, on pourrait alors envisager la venue de potiers Peu-Richard sur ce site. La présence d’un vase de stockage de tradition Peu-Richard, difficilement exportable, pourrait plaider en faveur de cette hypothèse.

24Les écuelles peu-richardiennes recueillies sur l’éperon des Châtelliers du Vieil-Auzay (Vendée), à plus d’une centaine de kilomètres de la Saintonge, au nord du Marais poitevin, ont été transportées, car du point de vue technologique elles sont analogues à celles de Saintonge (Ard à paraître), y compris par le matériau argileux utilisés (Convertini 1998a). Ce serait également le cas au Rocher de Villedoux, en Charente-Maritime (Convertini 1998b).

25L’étude des céramiques Vienne-Charente illustre les potentialités de l’analyse des chaînes opératoires dans un contexte où se mêlent plusieurs traditions culturelles. Il s’agit d’appréhender non pas uniquement le produit fini (la forme) mais l’ensemble des indices permettant de restituer les phases de façonnage qui constituent autant de choix opérés par le potier. Plusieurs productions distinctes peuvent être identifiées au sein d’un même assemblage céramique, montrant parfois que des poteries de même morphologie peuvent se rapporter à des traditions céramiques différentes. Ainsi, nous avons pu mettre en évidence que les fameux « pots de fleurs », vases de forme tronconique à fond plat, peuvent présenter un fond modelé pour le Vienne-Charente ou un fond façonné aux colombins pour le Peu-Richard.

26L’analyse et la compréhension à large échelle des choix techniques et culturels investis dans les productions céramiques apportent des informations nouvelles sur les groupes culturels en présence ainsi que sur les contacts qu’ils ont pu entretenir en échangeant des vases ou des idées techniques, comme l’attestent l’existence de possibles imitations (Ard à paraître).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Distribution spatiale des groupes culturels du Néolithique récent du centre-ouest de la France (3500-2900 avant J.-C.) et localisation des sites étudiés : 1) Beaumont, La Tricherie « Les Neides » (Vienne) ; 2) Balzac, les Coteaux de Coursac (Charente) ; 3) Authon-Ebéon, le Chemin Saint-Jean (Charente-Maritime) ; 4) Saintes, Diconche (Charente-Maritime) ; 5) Soubise, La Sauzaie (Charente-Maritime)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 2
Légende Authon-Ebéon, le Chemin Saint-Jean (Charente-Maritime) : marnes à Nanogyra virgula employées pour la tradition technique Vienne-Charente majoritaire
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/967/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 3
Légende Balzac, les Coteaux de Coursac (Charente) : fond plat modelé Vienne-Charente dont une partie du colombin périphérique s’est décollée (le vase est photographié retourné)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/967/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 4
Légende Soubise, La Sauzaie (Charente-Maritime), fouilles J. Gachina : cupules et aplats caractéristiques de la technique du battage sur la surface externe d’un fond arrondi Peu-Richard-Maritime. La surface interne ne présente aucune trace de contre-batte
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/967/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 5
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/967/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Ard, « Analyse technologique des céramiques provenant d’enceintes fossoyées du Néolithique récent du centre-ouest de la France attribuées au groupe Vienne-Charente (3500-2900av.J.-C.) », Les nouvelles de l'archéologie, 119 | 2010, 37-41.

Référence électronique

Vincent Ard, « Analyse technologique des céramiques provenant d’enceintes fossoyées du Néolithique récent du centre-ouest de la France attribuées au groupe Vienne-Charente (3500-2900av.J.-C.) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 119 | 2010, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/967 ; DOI : 10.4000/nda.967

Haut de page

Auteur

Vincent Ard

Doctorant, université Paris-Ouest - Nanterre La Défense, Umr7055 «Préhistoire et technologie»
vincent.ard@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org