Navigation – Plan du site
Dossier : Approches de la chaîne opératoire de la céramique. Le façonnage.

Des habitats aux sites de rassemblement à vocation rituelle

L’âge du Bronze selon le concept de « chaîne opératoire »
Sébastien Manem
p. 30-36

Résumé

Les grottes occupées à l’âge du Bronze sont interprétées comme habitats, campements provisoires, refuges, nécropoles, lieux rituels ou bergeries. Face à la particularité de ces lieux et l’absence de différence entre un mobilier destiné à un cadre domestique ou rituel, il demeure difficile de distinguer ces deux fonctions. L’analyse des comportements techniques impliqués au sein de fermes normandes et anglaises et de la grotte-nécropole des Duffaits (Charente) révèle des modes opératoires toujours homogènes dans le premier cas et très diversifiés dans le second contexte. Ce constat permet de discuter de la fonction de la grotte des Perrats (Charente), jusqu’à présent interprétée comme un espace domestique.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements : Fondation Fyssen, University of Exeter (Dept. of Archaeology), musée d’Angoulême, Germa (Charente), musée de Bayeux (Calvados), musée maritime de l’île de Tatihou (Manche), musée de Truro (Cornwall, Royaume-Uni), E. Ghesquière (Inrap), F. Giligny (université de Paris-I), J. Gomez de Soto (Cnrs), A. F. Harding (University of Exeter, Royaume-Uni), C. Marcigny (Inrap), S. Méry (Cnrs), C. Mordant (université de Bourgogne), J. Nowakowski (Cornwall Concil, Royaume-Uni), C. Perlès (université de Paris-X), V. Roux (Cnrs) et le comité de lecture de cette revue et Nathalie Vaillant.

1Dans une note précédant l’article de Claude Mordant sur l’habitat à l’âge du Bronze (2008), Jean Guilaine aborde « l’ancrage au sol » de ces « fermes, hameaux, villages, éperons barrés en France de l’Est » (2008 : 203). Ce rapport entre un espace modifié, une terre travaillée durant des années, et au final, ce qu’il faut bien appeler des familles – plus ou moins nombreuses – installées en ces lieux, contraste sensiblement avec un autre mode de vie contemporain, beaucoup plus spartiate. Si l’archéologie préventive a bouleversé nos connaissances sur la vie quotidienne « de plein air » (voir par exemple Marcigny & Ghesquière 2003), de nombreux travaux mettent en évidence la vie troglodytique de certaines populations. C’est d’ailleurs l’une des caractéristiques de l’âge du Bronze. Les grottes seraient utilisées comme habitat, annexe, ou encore refuge. Face aux hameaux et villages qui se construisent dans certaines régions de France (Guilaine 2008), la vie troglodytique semble donc peu favorable au développement de ce type de regroupement social. Paradoxalement, le mobilier découvert dans ces grottes est souvent bien plus abondant et hétéroclite que celui retrouvé dans les villages (Della Casa 2002 ; Harding 2000, 2005).

2L’interprétation de ces sites atypiques est rendue complexe par une autre grande caractéristique de l’âge du Bronze occidental : l’utilisation des grottes à des fins rituelles et/ou funéraires. Cette diversité des utilisations entraîne une réelle difficulté d’interprétation ; pour la grotte de Rancogne en Charente par exemple, les fonctions « habitat-refuge » et « grotte-temple » sont envisagées (Gruet, Roussot-Larroque & Burnez 1997 : 123-125). Le problème essentiel réside dans l’absence de matériel discriminant, en dehors des cas de bergerie. Or, la fonction de ces grottes est généralement établie avec l’outil typologique. De fait, les critères utilisés par les uns pour justifier une fonction rituelle peuvent servir à d’autres pour défendre une fonction d’habitat.

3C’est le cas de la culture des Duffaits (âge du Bronze moyen, Centre-Ouest), avec les grottes du Quéroy, des Perrats et des Duffaits (fig. 1). La grotte-nécropole des Duffaits (Charente), fouillée par J. Gomez de Soto (1973, 1995), est divisée en deux espaces fonctionnels. Les pratiques rituelles s’exerçaient au début du Bronze moyen dans la salle principale, tandis que les galeries qui en partent abritaient la nécropole. Peu de mobilier accompagnait les groupes sépulcraux. À l’inverse, la salle rituelle offrait un véritable miroir des activités exercées et/ou valorisées au sein de la culture des Duffaits. La faune sauvage et domestique y était associée à une centaine de céramiques et à divers objets en bronze, ambre et industrie osseuse.

4Située à quelques kilomètres de la grotte des Duffaits, la grotte des Perrats (Agris, Charente) présente aussi un matériel abondant et hétéroclite composé entre autres de deux tonnes de tessons. Il était concentré pour l’essentiel dans la salle principale de la cavité, tandis que les sépultures de la première occupation étaient situées dans le réseau de galeries. L’étude préliminaire, basée sur un premier échantillon de 5 % du matériel et sur les données de terrain acquises durant quatorze ans, proposait l’hypothèse d’une fonction domestique qui aurait succédé à une fonction funéraire au début du Bronze moyen (Gomez de Soto 1996). À la différence de la nécropole des Duffaits, la grotte des Perrats s’ouvre largement sur l’extérieur laissant entrer la lumière jusqu’au premier tiers de la salle principale. Les différentes structures aménagées à l’intérieur, ainsi que la présence d’un grand nombre de vases de stockage, de céréales, voire un éventuel atelier de bronzier, ont servi d’arguments en attendant l’étude exhaustive du site.

5Le remontage de plus de 900 céramiques révèle cependant une proportion de céramiques de stockage (63 %) inférieure à celle des dépôts rituels de la nécropole des Duffaits (78 %). La diversité des formes et des décors est très forte dans les deux cas. L’étude typologique de l’ensemble du mobilier des Perrats ne permet donc pas de valider la fonction habitat. Distinguer de façon pertinente les fonctions rituelles et domestiques revient à oublier l’objet déposé pour focaliser l’attention sur le procédé mental et opératoire impliqué dans sa fabrication. Seul ce référentiel permet d’approcher au plus près les individus impliqués dans l’utilisation de ces cavités.

Fig. 1

Fig. 1

Le karst de La Rochefoucauld (Charente) occupé au Bronze moyen par la culture des Duffaits © S. Manem

Cadre théorique et méthodologique

6Le concept de chaîne opératoire renvoie vers deux éléments fondamentaux touchant l’individu et sa relation à autrui : les habitudes motrices et la transmission d’un savoir-faire. Le processus d’apprentissage du façonnage s’opère généralement dès le plus jeune âge, pendant plusieurs années au cours desquelles l’individu acquiert des automatismes difficilement modifiables (Gosselain 2002) et qui contribueront au maintien des traditions techniques. L’apprenti n’apprendrait pas en inventant (Bril 2002 ; Roux 2007a), « parce que ce dernier ne maîtrise pas encore suffisamment la matière pour se permettre d’improviser ou de modifier les conduites motrices qui lui sont enseignées » (Gosselain 2002 : 26). Il n’existe donc pas de « génération technique spontanée » (Boëda 1997). L’acquisition de nouvelles représentations auprès d’un adulte n’est pas seulement intellectuelle. Il s’agit d’un processus cognitif beaucoup plus profond qui implique une corrélation entre le corps et l’esprit, observée en psychologie (Bril 2002) et en contexte ethnologique (Gosselain 2002, 2008 ; Van der Leeuw 1994b ; Wallaert 2008), où l’individu « court-circuite le moment de l’objectivation » (Guchet 2005). Cette stabilité des habitudes motrices contraste avec le style décoratif et la morphologie des objets qui peuvent être facilement imités par d’autres individus issus d’une même communauté, d’une même culture ou de cultures contemporaines.

7L’apprentissage met aussi en jeu un phénomène social élémentaire et universel : la transmission d’un savoir-faire entre deux générations. S’il existe plusieurs façons de transmettre, la transmission « verticale », c’est-à-dire de parent à enfant, semble être le mode le plus conservateur (Cavalli-Sforza 2000). Dans un contexte domestique de production, reproduction et consommation (Allison 1999 ; Bourdieu 1994 ; Wilk & Rathje 1982), le mobilier façonné est généralement considéré comme homogène si peu d’objets sont échangés avec d’autres groupes d’individus issus de filières d’apprentissage différentes. L’« ancrage au sol » de la sphère domestique, abordé par Jean Guilaine, est donc perceptible en termes de comportement technique homogène, voire de transmission lorsque celle-ci est « verticale ».

8À l’opposé, le matériel retrouvé dans les sites de rassemblement à vocation rituelle devrait être représentatif de la diversité des acteurs, de leurs parcours et des différents contextes sociaux dont ils sont issus. On pourrait y lire des savoir-faire variés, issus de filières d’apprentissages déconnectées les unes des autres. Par exemple, Valentine Roux et Marie-Agnès Courty (2007) ont montré dans leur étude des sites chalcolithiques du Levant sud une homogénéité de la production matérielle dans la plupart des habitats de plein air, et une hétérogénéité pour d’autres, incompatible avec une fonction d’habitat, trop de producteurs étant impliqués. Cet angle d’étude a ainsi permis de les interpréter comme des sites de rassemblement à vocation rituelle.

9Si la nature hétéroclite des dépôts en grotte induit la participation d’artisans aux spécialités bien différentes (métal, ambre, industrie osseuse, chasseurs, etc.), on est en droit de l’envisager pour les potiers. Du point de vue méthodologique, distinguer l’usage rituel ou domestique d’une grotte revient donc à identifier les comportements techniques dans leur diversité sur le plan synchronique pour apprécier le nombre de producteurs impliqués. Il s’agit d’analyser les chaînes opératoires de façonnage et de finition des céramiques du Bronze selon le rapport entre les techniques et méthodes proposé par Valentine Roux (Roux 1994 ; Roux & Courty 1998). La méthode correspond à une séquence particulière selon laquelle une céramique est façonnée. La technique se définit par les modalités physiques selon lesquelles l’argile est façonnée. Elle dépend de la source d’énergie utilisée, du type de pressions exercées et de la masse d’argile sur laquelle s’exercent les pressions. La reconnaissance de ces éléments est réalisée, dans le cadre présent, par l’analyse des macrotraces, des structures des sections, et du type de fractures préférentielles. Les nombreux travaux en expérimentation et en ethno-archéologie servent de base interprétative des macrotraces observées (bibliographie en fin de volume).

10La fonction de la grotte des Perrats sera discutée à partir de l’étude comparative des comportements techniques impliqués dans des lieux de rassemblement à vocation rituelle et funéraire, comme la grotte-nécropole des Duffaits, et des habitats reconnus, comme les fermes et hameaux situées autour de la Manche.

Les habitats de « plein air »

11La multiplication des travaux sur l’âge du Bronze autour de la Manche (Bourgeois & Talon 2005 ; Bradley 2007 ; Brück 2001 ; Chancerel et al. 2006 ; Société préhistorique française 2000 ; Marcigny 2005, 2008 ; Marcigny et al. 2005 ; Marcigny, Ghesquière & Kinnes 2007 ; Marcigny & Ghesquière 2003, 2008) offre un support favorable pour aborder la nature des savoir-faire techniques en contexte domestique.

12Trois sites de Cornouailles (Royaume-Uni) et de Basse-Normandie (fig. 2) constituent trois contextes domestiques et économiques de tailles différentes illustrant une cellule familiale, un regroupement ou une succession de familles, et la question de l’ancrage au sol des individus et de leurs savoir-faire sur une génération ou au cours d’une succession d’occupations. Ils offrent une comparaison fiable avec les grottes utilisées sur une courte période comme la nécropole des Duffaits ou une succession d’occupations comme aux Perrats.

13La ferme de Nonant, dans le Calvados, est composée de six bâtiments (Marcigny 1999, 2005 ; Marcigny & Ghesquière 2008). Deux structures de grande superficie (bâtiments B3 et B5) ont pu servir de maison pour une ou deux familles. Les datations absolues obtenues indiquent une fourchette entre 1515-1325 BC et 1494-1132 BC. Cependant l’absence de reconstruction, l’organisation de la ferme et l’analyse stratigraphique supposent une occupation assez courte sur environ une génération (Marcigny 1999). L’étude des 18 céramiques rejetées dans les fossés a révélé deux chaînes opératoires de façonnage et de finition (Manem 2008). Un seul type de façonnage a cependant été observé : la base est réalisée par modelage et par pressions digitales discontinues tandis que la panse et le col sont façonnés avec des colombins (1,2 et 2,4 cm) et par pressions digitales discontinues. La taille des colombins n’est pas liée au volume ou à la forme de la céramique. Deux types de finition ont été distingués, jamais combinés sur le même pot : le polissage et le lissage intégral, ce dernier étant observé dans un seul cas.

Fig. 2

Fig. 2

Le complexe culturel Manche/Mer du Nord (d’après Marcigny & Ghesquière 2003) et la position géographique des habitats étudiés

14Les trois habitats de Trevisker (Cornwall, Royaume-Uni), espacés les uns des autres d’à peine quelques mètres, ont été utilisés pendant plusieurs générations, ce qui a impliqué certains réaménagements (ApSimon & Greenfield 1972). Les 70 céramiques identifiées présentent une très forte homogénéité technique. Une seule chaîne opératoire de façonnage a été identifiée. La base est réalisée au colombin en spirale et par pressions digitales discontinues. La panse et le col sont façonnés par la technique du colombin et par pressions digitales discontinues. La finition est réalisée par lissage sur les deux surfaces. La diversité est liée aux deux tailles de colombins et surtout aux opérations de finition. Quatre chaînes opératoires de façonnage et de finition ont été dénombrées, impliquant deux techniques : le lissage et le polissage. Cependant, les deux tiers du mobilier sont fabriqués à partir de la même chaîne opératoire, c’est-à-dire un lissage intégral des surfaces intérieures et extérieures. Deux maisons contenaient encore du mobilier céramique. Dans la première, il était façonné selon une seule chaîne opératoire, tandis que dans la seconde, deux ont été identifiées. Cet habitat a été plusieurs fois reconstruit au cours du Bronze moyen et a connu plusieurs occupations. Au final, seuls les fossés qui ont servi de dépotoirs domestiques concentrent les quatre chaînes opératoires.

15Dans l’île de Tatihou (Manche), l’occupation du Bronze moyen, reconnue sur 17 hectares, est associée à un système parcellaire agraire. Une structure principale à deux nefs, interprétée comme la maison principale du site, est entourée de sept bâtiments secondaires (Marcigny & Ghesquière 2003 : fig. 3). Les datations absolues (1515-1405 BC et 1424-1267 BC) indiquent une occupation assez courte, de l’ordre de la génération, comme le suggère la présence de bâtiments secondaires et la concentration du mobilier dans la même fosse (Marcigny & Ghesquière 2003). Cinq chaînes opératoires de façonnage et de finition – dont trois concernent le façonnage – impliquant la technique du colombin, la mise en forme par battage d’une ébauche réalisée au colombin (fig. 3) ou encore le creusement d’une motte, ont été perçues sur une cinquantaine de céramiques rejetées dans les fossés parcellaires. Les colombins sont de deux tailles (1 cm et 2,2 cm), sans relation avec la forme, le volume ni l’épaisseur des poteries. Cette diversité des savoir-faire est cependant très relative. Les céramiques mises en forme par battage ou façonnées par modelage sont très rares et la chaîne opératoire rencontrée à Nonant domine le corpus. On retrouve cependant d’autres finitions possibles, comme le polissage extérieur et le lissage intérieur, voire le lissage des deux surfaces. Mais le polissage intégral des deux surfaces domine largement.

Fig. 3

Fig. 3

Chaîne opératoire de façonnage et de finition d’une céramique de la ferme de Nonant (Calvados) © S. Manem

Les grottes

16L’étude typologique du mobilier déposé dans les galeries et la salle Plexus de la nécropole des Duffaits indique une occupation concentrée sur la phase ancienne du Bronze moyen, même s’il est difficile de parler d’un ensemble clos au sens strict du terme (Gomez de Soto 1995). L’analyse technologique révèle une forte diversité des savoir-faire impliqués (Manem 2008). Seize chaînes opératoires de façonnage et de finition ont ainsi été identifiées. Si l’on tient compte seulement des opérations de façonnage, le mobilier des Duffaits renvoie à huit chaînes opératoires, impliquant des techniques du moulage, modelage, colombin, battage, et des pressions digitales discontinues, continues par compression, etc. Les finitions sont très variées, tant au niveau des techniques (lissage, raclage, rabotage, polissage) que des surfaces ou des parties de céramiques concernées. Ainsi la surface intérieure de la base et la panse peuvent être lissées tandis que le col et le bord – les parties visibles – seront polis, comme l’extérieur. Contrairement au matériel trouvé en contexte domestique, on observe de nombreuses tailles de colombin lorsque cette technique est employée pour des chaînes opératoires différentes, mais aussi au sein de céramiques fabriquées selon le même savoir-faire.

17L’analyse technologique des 904 céramiques de la grotte des Perrats permet d’identifier 48 chaînes opératoires de façonnage et de finition. Cette forte diversité de savoir-faire n’est pas liée à un phénomène cumulatif. L’étude stratigraphique du site, et de la répartition verticale des remontages, permet de dresser cinq occupations sur trois cents ans et d’isoler le mobilier céramique pour chacune. La diversité technique de la production reste très forte, indépendamment du nombre de poteries déposées à chaque stade. Certaines occupations rassemblent à peine 50 % du corpus retrouvé sur la ferme de Tatihou, mais trois fois plus de chaînes opératoires ont été reconnues, pour une durée d’occupation égale ou inférieure. Contrairement aux sites d’habitat de la Manche, aucune pratique technique ne domine réellement le corpus.

Discussion

Caractéristique de l’habitat

18Trois constats peuvent être dressés à partir des sites du contexte culturel « Manche - Mer du Nord ». La diversité technique augmente en général avec le nombre de maisons concentrées en un lieu ou en fonction de l’importance de l’activité économique, comme à Tatihou. De l’habitat simple au hameau, cette diversité est souvent croissante mais reste faible dans l’ensemble, au moins pour les sites rencontrés. Au final, seuls les fossés qui contiennent l’ensemble des déchets des différents habitats « mélangent » ces comportements, preuve qu’ils sont utilisés par « tout le monde ».

19Il existe toujours deux tailles de colombin lorsqu’il y a plusieurs bâtiments ou occupations reconnus. Ce constat pourrait traduire des potiers différents aux savoir-faire très proches. La taille des colombins dépend des habitudes motrices, expliquant ainsi leur forte régularité sur chaque poterie, et plus exactement sur chaque partie de la céramique.

20Quand il y a plusieurs habitats, un savoir-faire technique domine toujours largement, ce qui induit soit un lien étroit entre les différentes familles (les mêmes filières d’apprentissage ?), soit une faible proportion d’objets échangés avec d’autres groupes. C’est sans doute envisageable à Tatihou, site marqué par une activité économique plus importante, où la mise en forme par battage traduit un comportement technique très différent. Dans tous les cas, on note l’absence d’une production très diversifiée issue par exemple d’un regroupement de familles provenant de groupes sociaux ou ethniques différents, comme dans certains villages au Cameroun (David & Hennig 1972).

21Ces exemples rejoignent les observations réalisées dans d’autres contextes (Roux & Courty 2007) et confirment la relation étroite entre le nombre d’individus et la diversité des comportements techniques.

Caractéristique des grottes à vocation rituelle

22Les résultats obtenus pour la nécropole des Duffaits traduisent la participation d’un nombre important individus aux savoir-faire parfois très différents. Cette diversité des comportements contraste donc sensiblement avec ce que l’on observe dans des contextes domestiques utilisés sur une période courte (Tatihou, Nonant) ou longue (Trevisker).

23Le nombre de savoir-faire impliqués dans la production céramique destinée à la grotte des Perrats s’apparente beaucoup plus aux résultats obtenus pour la nécropole des Duffaits qu’aux conclusions du paragraphe précédent. Si l’on retrouve les mêmes chaînes opératoires dans les deux cavités, la diversité des comportements impliqués dans le matériel des Perrats est encore plus forte, induisant d’une part un nombre d’acteurs beaucoup plus important, et surtout l’existence de filières d’apprentissage encore plus nombreuses.

24Ces deux cavités partagent par ailleurs de nombreux autres points communs. Les sépultures sont situées dans les galeries tandis que les dépôts d’objets sont dans la salle principale. Ils sont particulièrement hétéroclites, impliquant de nombreux artisanats. Si le mélange de faune, de céramiques de stockage, de céréales, de bronzes et d’ambre se conçoit parfaitement dans le contexte rituel de la grotte des Duffaits, il prend un sens contradictoire dans l’habitat supposé où les zones de stockage ne peuvent être concentrées sur la même aire que les détritus de faune ou les objets « précieux » et rares, surtout dans un milieu humide.

25L’étude de la fonction des grottes selon le concept de chaîne opératoire aboutit donc à l’hypothèse d’une fonction purement rituelle et funéraire pour la grotte des Perrats. Ces grottes sont proches de phénomènes karstiques fossiles, semi-actifs ou actifs particulièrement spectaculaires, comme d’immenses dolines, des gouffres ou des phénomènes de pertes totales ou partielles de rivières alimentant l’aquifère (fig. 1). L’absence même d’habitats « classiques » et la présence d’une structure rituelle en surface et orientée vers la nécropole des Duffaits (enclos des Fouilloux) renforcent cette interprétation (Manem à paraître).

Comprendre la logique spatiale des dépôts rituels en grotte avec le concept de chaîne opératoire

26Au-delà même du cadre fonctionnel des Perrats, le concept de chaîne opératoire permet aussi de comprendre la logique spatiale des dépôts en grotte. L’enregistrement systématique des coordonnées spatiales et stratigraphiques de chaque tesson des Perrats, réalisé par José Gomez de Soto, permet aujourd’hui d’étudier finement la répartition des dépôts par occupation.

27La deuxième occupation rassemble la plus grande quantité de matériel, avec plus de 280 céramiques identifiées. L’étude spatiale classique révèle une répartition dénuée de logique perceptible : les grandes céramiques sont déposées contre des céramiques fines dans une ambiance apparente plus chaotique qu’organisée. L’étude spatiale des dépôts réalisée en fonction des chaînes opératoires de façonnage et de finition aboutit à un tout autre résultat. Les céramiques sont regroupées en fonction des savoir-faire mis en œuvre par les potiers (fig. 4). Les céramiques réalisées selon la même chaîne opératoire sont déposées ensemble, par petits groupes. Lorsqu’on approfondit l’étude spatiale, en tenant compte par exemple de la taille des colombins pour une même chaîne opératoire, on obtient des regroupements plus fins, isolant ainsi des petits dépôts de céramiques (fig. 5).

Fig. 4

Fig. 4

Exemple non exhaustif de répartition spatiale selon les chaînes opératoires pour l’occupation 2 de la grotte des Perrats (Agris, Charente). Les poteries réalisées selon la même chaîne opératoire sont regroupées par petits lots tandis qu’une étude spatiale par forme ne révèle aucune logique apparente de dépôt. © S. Manem

28Il existe donc un rapport direct entre le producteur et la zone de dépôt. Une chaîne opératoire n’étant pas un élément visible, ce constat traduit deux éléments importants. Chaque objet déposé répond à une logique individuelle, celle du producteur ou d’une tierce personne qui dépose les céramiques de l’artisan en prenant soin de ne pas les mélanger à celles d’un autre potier. Ce constat induit un respect des dépôts par les individus fréquentant les lieux au fil des occupations. Cette cavité rituelle semble donc être à la fois un espace communautaire, connu et utilisé par de nombreux individus, mais aussi un espace personnalisé, voire sectorisé. On comprend dès lors pourquoi une majorité de céramiques sont décorées (57 %), parfois avec des registres stylistiques complexes et chargés, la personnalisation de la production destinée à des fins rituelles – objets de don ou objets de pratique – contribuant à marquer l’espace.

29Ce deuxième exemple, complètement tributaire des qualités de fouille, montre que l’étude technologique doit autant que possible précéder l’analyse typologique (Roux, ce volume). Il ne s’agit pas là d’opposer le concept de chaîne opératoire à la typologie, mais bien de montrer que le second peut être mieux exploité s’il est au préalable orienté par une meilleure connaissance des comportements techniques.

30Du contexte domestique au site de rassemblement à vocation rituelle, une tendance générale se dégage, celle de l’homogénéité plus ou moins importante des comportements techniques dans le premier cas – celui de la cellule familiale – contre la diversité plus ou moins importante dans le second cas. L’étude des comportements techniques offre ainsi un regard différent sur la nature de certaines sociétés du Bronze. Si les hommes et femmes de la culture des Duffaits ne semblent pas être troglodytes, la question des habitats et de l’organisation de ce groupe culturel se pose. Sur un plan plus général, l’exemple de la grotte des Perrats est peut-être transposable aux autres contextes culturels du Bronze où de nombreuses grottes sont elles aussi perçues comme des habitats, refuges ou encore annexes d’habitat. En d’autres termes, le mode de vie troglodytique des populations du Bronze mérite d’être revisité au cas par cas, tant ces occupations en grotte demeurent difficiles à appréhender. Si la question n’est pas nouvelle (Harding 2005), il semble cependant inéluctable que l’étude de la chaîne opératoire ait un rôle capital dans les années à venir.

Fig. 5

Fig. 5

Répartition spatiale selon la chaîne opératoire de façonnage et de finition pour l’occupation 2 de la grotte des Perrats (Agris, Charente). La prise en compte de la taille des colombins pour une même chaîne opératoire permet d’affiner leur localisation (B) lorsqu’un grand nombre de céramiques sont concernées (A). © S. Manem

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Le karst de La Rochefoucauld (Charente) occupé au Bronze moyen par la culture des Duffaits © S. Manem
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 2
Légende Le complexe culturel Manche/Mer du Nord (d’après Marcigny & Ghesquière 2003) et la position géographique des habitats étudiés
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/965/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 3
Légende Chaîne opératoire de façonnage et de finition d’une céramique de la ferme de Nonant (Calvados) © S. Manem
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/965/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 4
Légende Exemple non exhaustif de répartition spatiale selon les chaînes opératoires pour l’occupation 2 de la grotte des Perrats (Agris, Charente). Les poteries réalisées selon la même chaîne opératoire sont regroupées par petits lots tandis qu’une étude spatiale par forme ne révèle aucune logique apparente de dépôt. © S. Manem
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/965/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 5
Légende Répartition spatiale selon la chaîne opératoire de façonnage et de finition pour l’occupation 2 de la grotte des Perrats (Agris, Charente). La prise en compte de la taille des colombins pour une même chaîne opératoire permet d’affiner leur localisation (B) lorsqu’un grand nombre de céramiques sont concernées (A). © S. Manem
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/965/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Manem, « Des habitats aux sites de rassemblement à vocation rituelle », Les nouvelles de l'archéologie, 119 | 2010, 30-36.

Référence électronique

Sébastien Manem, « Des habitats aux sites de rassemblement à vocation rituelle », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 119 | 2010, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/965 ; DOI : 10.4000/nda.965

Haut de page

Auteur

Sébastien Manem

Post-doctorant, Fondation Fyssen, University of Exeter, Umr7055-Cnrs
S.Manem@exeter.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org