Navigation – Plan du site
Dossier : Approches de la chaîne opératoire de la céramique. Le façonnage.

Méthodes d’étude technologique de corpus céramiques issus de contextes détritiques

Le cas des vases retrouvés en contexte d’habitat rubané dans la vallée de l’Aisne
Louise Gomart
p. 25-29

Résumés

Cet article présente les méthodes employées dans le cadre de l’étude technologique de vases issus de quatre sites d’habitat du Néolithique ancien de la vallée de l’Aisne (Picardie). Retrouvés en contexte détritique, les récipients présentent généralement un état fragmentaire important. L’examen des macrotraces techniques a révélé l’existence de plusieurs chaînes opératoires de façonnage pour des vases de même forme. Après avoir présenté les variantes identifiées, nous proposons quelques pistes d’interprétation.

Haut de page

Texte intégral

Cet article présente les méthodes d’étude et une partie des résultats préliminaires obtenus dans le cadre d’une thèse de doctorat en cours à l’université Paris-I - Panthéon Sorbonne, sous la direction de Jean-Paul Demoule et le tutorat de M. Ilett. Je tiens à remercier M. Ilett, pour la mise à disposition du matériel rubané de la vallée de l’Aisne, ainsi que pour ses précieux conseils et ses relectures critiques. Je remercie F. Giligny et S. Méry de m’avoir invitée à participer à ce dossier. Qu’ils trouvent ici l'expression de toute ma gratitude pour leurs nombreux conseils et relectures critiques de cet article.

1Le Néolithique le plus ancien d’Europe centre-occidentale est caractérisé par la culture dite du Rubané, traditionnellement définie par sa céramique ornementée d’incisions linéaires en forme de rubans. Son aire de répartition, très vaste, s’étend de la Transdanubie (Hongrie) au Bassin parisien. Cette importante extension est le plus souvent expliquée par des mouvements de populations, qui résultent de la première installation d’agriculteurs-éleveurs sédentaires en Europe tempérée. Cette colonisation s’opère au gré de petits villages et s’échelonne sur près de six siècles, entre 5600 et 5000 environ avant notre ère (Lichardus & Lichardus-Itten 1985).

2En France, la céramique rubanée a fait l’objet de nombreuses études sur les caractères morpho-dimensionnels des vases et les techniques, motifs et thèmes décoratifs employés (voir par exemple Cahen et al. 1981 ; Constantin 1985 ; Ilett & Constantin 1993 ; Constantin & Ilett 1997; Lefranc 2007 ; Meunier 2009). Elles ont abouti à la mise en place de chronologies régionales particulièrement précises, mais plusieurs questions restent en suspens. Le contexte de production des vases fait encore débat (Van Berg 1987 et 1996 ; Constantin 1994 ; Bosquet, Fock & Livingstone Smith 2005), de même que l’origine exacte de la céramique du Limbourg et de celle de la Hoguette, deux styles définis comme « non rubanés », mais retrouvés presque exclusivement en contexte rubané (Cahen et al. 1981 ; Constantin 1985 ; Jeunesse 1987 ; Lüning, Kloos & Albert 1989 ; Van Berg 1987; Manen & Mazurié de Kéroualin 2003).

3Plusieurs travaux menés en contexte ethnographique ont insisté sur le potentiel informatif de l’étude des procédés de façonnage pour la compréhension des mécanismes sous-jacents à la production céramique (Hyusecom 1994 ; Gelbert 2003 ; Degoy 2005). Elles ont notamment montré l’existence de liens étroits entre techniques de façonnage et identité ethno-linguistique, sociale ou culturelle des producteurs (Gallay 1992 ; De Crits 1994 ; Dietler et Herbich 1994a ; Gosselain 2002). Pourtant, les études des techniques de façonnage de la céramique rubanée restent particulièrement rares puisque pour l’heure, une seule a été publiée (Bosquet, Fock & Livingstone Smith 2005). C’est pourquoi j’ai entrepris un travail de ce type dans le cadre d’une thèse de doctorat, qui vise à cerner l’évolution des techniques de façonnage de la céramique issue des marges occidentales du monde rubané (nord-est de la France et Belgique).

4Dans le cadre de cet article, je présente les méthodes employées pour l’étude des techniques de façonnage de vases issus de quatre sites de la vallée de l’Aisne attribués au Rubané récent du Bassin parisien (Rrbp) : Cuiry-lès-Chaudardes « Les Fontinettes » (Hachem 2000 ; Ilett & Hachem 2001), Menneville « Derrière le Village » (Farruggia, Guichard & Hachem 1996), Berry-au-Bac « Le Vieux Tordoir » (Allard, Dubouloz & Hachem 1997) et Bucy-le-Long « La Fosselle » (Hachem et al. 1998) ; dans un deuxième temps, j'évoquerai les résultats préliminaires.

Cadre et méthode de l’étude

5Les maisons rubanées sont construites sur des plans rectangulaires et bordées de fosses, vraisemblablement destinées à l’extraction de l’argile nécessaire à la construction des bâtiments. Dans un deuxième temps, celles-là ont été remplies par les déchets de l’habitation (Coudart 1998). À cause des labours intensifs, seules les structures en creux ont été conservées sur les sites. En l’absence de paléosol, le matériel issu des fosses est utilisé pour dater le bâtiment auquel elles sont accolées. L’ensemble des vases étudiés est donc issu de contextes détritiques et présente par conséquent un état fragmentaire important : les profils complets sont rares et les tessons sont en général de petite taille (le poids moyen des fragments est de 22 grammes). Seuls les vases issus de contextes funéraires présentent souvent des profils complets. Leur étude a permis de mettre en place une première approche des techniques de façonnage des vases rubanés de la vallée de l’Aisne (Gomart 2006b). Pour procéder à l’analyse des vases issus de contexte d’habitat, une méthode d’enregistrement des données adaptée à leur important degré de fragmentation a été mise au point.

Échantillonnage

6Deux types d’échantillonnage ont été pratiqués. Pour les trois sites de Menneville « Derrière le Village », Berry-au-Bac « Le Vieux Tordoir » et Bucy-le-Long « La Fosselle », étudiés dans le cadre d’un master (Gomart 2007), une sélection des éléments diagnostiques a été effectuée. Ainsi, sur les 900 vases mis au jour sur ces trois sites, 123 (parfois représentés par un seul tesson) ont été sélectionnés parce qu’ils présentaient des macrotraces significatives.

7Pour le site de Cuiry-lès-Chaudardes « Les Fontinettes », dont la fouille a été exhaustive, un autre type d’échantillonnage s’est imposé. Sur six hectares, 33 maisons ont été mises au jour et leurs fosses latérales ont livré un matériel céramique abondant. Les recoupements entre bâtiments ou fosses ont rarement été constatés lors de la fouille. Ce contexte permet de mener une réflexion tant chronologique que spatiale. Nous avons ainsi enregistré, pour chaque fosse, les caractéristiques techniques de l’ensemble des éléments typologiques (bords, préhension, bases). Au final, près de 2 000 tessons ont été enregistrés pour un traitement statistique des données.

Choix des critères techniques significatifs

8Pour l’ensemble des sites étudiés, il convenait dans un premier temps de sélectionner des critères techniques qui soient à la fois significatifs des choix techniques opérés par les producteurs lors du façonnage d’un récipient (hors de toute contrainte physique) et identifiables sur le plus grand nombre de tessons, quel que soit leur degré de fragmentation. Un premier examen des séries a révélé l’emploi de la technique du colombin pour l’ébauchage de la panse de la grande majorité des vases (près de 87 %). Cette technique est souvent identifiée grâce à la présence de fractures préférentielles horizontales suivant les jonctions entre colombins et de petites vacuoles visibles en section, au niveau des joints de colombins.

9Plusieurs études menées en contexte ethnographique ont montré que la technique du colombin regroupe une multitude de variantes, qui dépendent des habitudes motrices des producteurs (Livingstone Smith 2001d ; Gosselain 2002 ; Gelbert 2003). Ces habitudes sont le résultat d’une part d’un processus d’apprentissage, au cours duquel le potier acquiert des « automatismes » (Gosselain 2002 : 26), d’autre part de son savoir-faire. En contexte archéologique, la variabilité de la technique du colombin a été observée par plusieurs auteurs (Stevenson 1953 ; Martineau 2000 ; Ard 2008 ; Giligny 2007 ; Manem 2008).

10Lors de l’analyse, pour identifier les différentes « méthodes » (terme de Roux 1994) de pose des colombins, nous avons enregistré de manière systématique les critères suivants : forme en section radiale, orientation des plans de joint, hauteur des colombins ; et, pour chaque vase contenant un dégraissant, la nature des inclusions incorporées à la pâte. Lorsque l’état de conservation du vase le permettait, les données relatives aux techniques de façonnage de la base, de la lèvre, au type de collage des préhensions et aux traitements des surfaces ont également été enregistrées.

Classement des vases

11Le corpus est caractérisé par une importante homogénéité morphologique (Constantin 1985) : trois-quarts de sphères ou demi-sphères, avec ou sans point d’inflexion sous le bord, vases à col. Les critères morpho-dimensionnels ont donc dans un premier temps été écartés, au profit d’un classement par chaînes opératoires de façonnage et de finition, suivant en cela le travail fait par S. Van der Leeuw (1994a), C. Perlès (2001) et par V. Roux (Roux & Courty 2007). Révélant les différentes manières de faire des producteurs, ce premier tri permet de dénombrer les filières d’apprentissage (Roux & Courty 2007 : 211). L’objectif est d’évaluer l’hétérogénéité ou l’homogénéité technique du corpus sélectionné, afin d’identifier le nombre de producteurs (ou de groupes de producteurs) impliqués dans la production céramique (Roux & Courty 2007). Chaque chaîne opératoire identifiée définit un « groupe technique » (ibid.). Après ce tri par groupes techniques, les données sur la morphologie des vases sont intégrées et des groupes typo-techniques sont alors constitués. On peut ainsi reconnaître la gamme de formes réalisées au sein de chaque groupe technique, mais aussi et surtout voir si des formes identiques sont façonnées au sein de groupes techniques distincts.

12Avec M. Ilett, nous rechercherons, pour les vases décorés, les associations éventuelles entre certaines techniques ou certains outils de décors et des opérations de façonnage particulières. Par ailleurs, nous nous interrogerons sur les niveaux de savoir-faire mis en œuvre au cours du montage des vases et de leur ornementation.

Analyse des données

Diversité des chaînes opératoires de façonnage

13La grande majorité des macrotraces observées sur les vases provenant des sépultures, qui ont été décrites dans un autre article (Gomart 2006), ont aussi été identifiées sur les vases retrouvés en contexte d’habitat. La principale différence entre séries issues de contextes funéraires et séries issues de contextes domestiques réside dans les méthodes de pose des colombins : les vases issus de l’habitat, plus nombreux, ont révélé une plus grande diversité. Ainsi, pour les sites de Menneville « Derrière le Village », Berry-au-Bac « Le Vieux Tordoir » et Bucy-le-Long « La Fosselle », huit chaînes opératoires de façonnage distinctes ont été identifiées (tableau 1). Pour le site de Cuiry-lès-Chaudardes « Les Fontinettes », bien que les données soient en cours de traitement, plusieurs chaînes opératoires ont d’ores et déjà été distinguées. Ces dernières sont surtout caractérisées par différentes méthodes de pose des colombins, présentées ci-dessous. Selon les chaînes opératoires, ces méthodes sont associées à différentes natures de dégraissant (graviers calcaires, sable ou coquilles pilées) et à l’emploi ou non de la technique du battage, identifiée grâce à la présence d’aplats sub-circulaires visibles sur la surface externe des vases (Rye 1981 ; Rice 1987 ; Martineau 2000 et 2005b). Pour l’heure, cinq méthodes de pose des colombins ont été mises en évidence.

14La méthode 1 est observée à Menneville « Derrière le Village », Berry-au-Bac « Le Vieux Tordoir » et Bucy-le-Long « La Fosselle ». La section des colombins est de forme sub-elliptique. L’orientation des plans de joint est oblique. La hauteur des colombins une fois jointoyés est deux à trois fois plus élevée que l’épaisseur de la panse. Aucune ondulation n’est visible ou sensible sur la surface des vases et l’on note la présence fréquente de cassures horizontales en biseau (fig. 1). Ces observations indiquent l’emploi de colombins étirés lors de leur pose, à chevauchement oblique (Van Dooselaere 2005a).

15La méthode 2 est observée à Cuiry-lès-Chaudardes « Les Fontinettes », Menneville « Derrière le Village », Berry-au-Bac « Le Vieux Tordoir » et Bucy-le-Long « La Fosselle ». Les colombins présentent une section de forme sub-circulaire (fig. 2). Les plans de joints entre colombins sont « ponctuels » (terminologie de F. Giligny). Ces observations indiquent que les colombins ont été peu ou pas déformés au cours de leur régularisation. La surface d’adhérence entre eux étant réduite, la formation de cassures arrondies ou en forme de « gouttière » (selon la même terminologie) au niveau des jonctions de colombins est fréquente.

16La méthode 3 est observée à Menneville « Derrière le Village », Berry-au-Bac « Le Vieux Tordoir » et Bucy-le-Long « La Fosselle ». Les panses présentent des cassures régulièrement espacées suivant les joints de colombins (fig. 3). L’orientation des particules et des porosités de l’argile en section est préférentiellement verticale et les plans de joints entre colombins sont plats. Ces caractéristiques témoignent de l’utilisation, durant le montage de la panse, de colombins étirés lors de leur pose ou de leur régularisation.

17La méthode 4 est observée à Menneville « Derrière le Village » et Bucy-le-Long « La Fosselle ». Les vases présentent une configuration aléatoire des particules et des porosités de l’argile en tranche, associée à des sections de colombins de formes diverses pour un même vase. Ceux-ci ne présentent pas de chevauchement préférentiel. On constate aussi la présence fréquente de réseaux de cassures désordonnées, non horizontales, indiquant l’emploi de colombins solidement assemblés les uns aux autres durant le montage.

18La méthode 5 est observée à Cuiry-lès-Chaudardes « Les Fontinettes ». La section des colombins est sub-elliptique. Les plans de joints entre rouleaux sont obliques, avec une orientation alternée interne puis externe : les colombins étaient étirés et posés en chevauchement oblique alterné (fig. 4). Pour certains auteurs, ces macrotraces témoignent d’un amincissement des parois du vase lors de sa mise en forme, par pressions digitales discontinues ou palmaires (Livingstone Smith 2001d).

19Certaines étapes de la chaîne opératoire sont invariables et ont été observées sur l’ensemble des vases examinés (voir tableau 1). Ainsi, toutes les préhensions décollées de la panse des vases montrent le négatif d’un système de collage en tenon et mortaise (une cheville est formée sur la panse par pincement). De plus, les lèvres sont toujours façonnées à l’aide d’un colombin plus fin que les précédents. Enfin, la technique du battage n’a été identifiée que sur la base des récipients et jamais sur la panse ou le bord.

20L’étude des corpus de Menneville « Derrière le Village », Berry-au-Bac « Le Vieux Tordoir » et Bucy-le-Long « la Fosselle » a montré que des formes identiques peuvent être façonnées selon des schémas opératoires différents (Gomart 2007). Cette observation se vérifie notamment pour les vases grossiers, caractérisés par une forte homogénéité morphologique (formes en demi-sphère, le plus souvent sans point d’inflexion). À l’inverse, pour chaque chaîne opératoire mise en évidence, des formes distinctes ont été observées (par exemple bouteilles et vases en demi-sphère au sein d’un même groupe technique). Ces observations seront prochainement testées sur le corpus de Cuiry-lès-Chaudardes « Les Fontinettes ».

Fig. 1 à 4

Fig. 1 à 4

1 :Méthode de pose des colombins no 1 : la section des colombins est sub-elliptique et l’orientation des plans de joints oblique (externe).
2 : Méthode de pose des colombins no 2 : la section des colombins est sub-elliptique, les plans de joints sont ponctuels.
3 : Méthode de pose des colombins no 3 : des cassures horizontales se forment à la jonction entre les colombins.
4 : Méthode de pose des colombins no 4 : la section des colombins est sub-elliptique et les plans de joints obliques alternés.

Tabl. 1

Tabl. 1

Les huit chaînes opératoires (CO) identifiées sur les sites de Menneville « Derrière le Village », Berry-au-Bac « Le Vieux Tordoir » et Bucy-le-Long « La Fosselle »

Des variations au sein des groupes techniques

21Chaque chaîne opératoire, caractérisée par une méthode de pose des colombins, définit un groupe technique au sein duquel plusieurs variantes ont été observées, notamment pour la hauteur des colombins. Par exemple, sur le site de Cuiry-lès-Chaudardes « Les Fontinettes », au sein du groupe technique 1, défini par l’emploi de colombins posés en chevauchement alterné (fig. 4), les hauteurs de colombins varient fortement (tableau 2).

22Quatre groupes de colombins peuvent être distingués :

  1. les colombins de petite taille, dont la hauteur est inférieure à 10 millimètres (26 cas) ;

  2. les colombins de taille moyenne, dont la hauteur est comprise entre 10 et 15 millimètres (85 cas) ;

  3. les colombins de grande taille, dont la hauteur est comprise entre 15 et 20 millimètres (52 cas) ;

  4. les colombins de très grande taille, dont la hauteur dépasse 20 millimètres (8 cas).

23Pour des vases de 9 millimètres d’épaisseur, la hauteur des colombins varie du simple au double (de 10 à 22 millimètres). Il en est de même pour les vases de 4 millimètres d’épaisseur, pour lesquels la hauteur des colombins se situe entre 7 et 15 millimètres. Qui plus est, des colombins de taille moyenne sont utilisés autant pour le montage d’un vase fin (5 millimètres d’épaisseur), que pour un vase épais (12 millimètres d’épaisseur). Il n’existe donc pas de lien direct entre l’épaisseur des récipients et la taille des colombins employés pour leur montage.

Tabl. 2

Tabl. 2

Les différentes hauteurs de colombins observées au sein du groupe technique 1 (pose des colombins en chevauchement alterné) par rapport à l’épaisseur des vases sur le site de Cuiry-lès-Chaudardes « Les Fontinettes »

Interprétations

24La récurrence de certaines étapes de la chaîne opératoire (collage des préhensions, façonnage des lèvres, emploi du battage sur les bases), qui avait également été observée sur les vases provenant des sépultures, confirme l’existence d’un milieu technique commun à l’ensemble des producteurs de la vallée de l’Aisne (Leroi-Gourhan 1943).

25Néanmoins, la mise en évidence de cinq méthodes distinctes de pose des colombins, associées selon les groupes techniques à différentes natures de dégraissant et à l’emploi ou non de la technique du battage, évoque l’existence, au sein de ce fond commun, d’autant de réseaux d’apprentissage distincts. Cette observation confirme l’hypothèse d’une importante diversité, en ce qui concerne les techniques décoratives (Constantin 1994) et les techniques de façonnage des vases rubanés du Bassin parisien. Le croisement des données technologiques et typo-morphologiques montre que des formes identiques peuvent être façonnées selon des schémas opératoires différents, mais aussi qu’il existe une gamme de formes variées au sein de chaque groupe technique. Les techniques et méthodes de façonnage employées pour le montage sont donc indépendantes de la forme du vase.

26Au sein de chaque groupe technique défini, des variations constatées dans la taille des colombins – il n’y a pas de corrélation entre leur hauteur et l'épaisseur des vases – reflètent des habitudes motrices différentes au sein d’un seul et même réseau d’apprentissage. Cette forte variabilité pourrait être significative de l’investissement de plusieurs fabricants dans la production de vases. En d’autres termes, il se pourrait que plusieurs producteurs, issus d’un même réseau d’apprentissage, aient suivi un schéma opératoire identique (pose des colombins en chevauchement alterné), mais avec des habitudes motrices différentes, d’où la diversité des tailles de colombins. L’ensemble de ces observations renforce l’hypothèse d’une organisation de la production à l’échelle domestique, au sein de laquelle un « grand » nombre de producteurs seraient en charge de la réalisation des vases (Constantin 1994).

Conclusion et perspectives

27Même s’ils sont fragmentés, l’étude des vases rubanés retrouvés en contexte d’habitat dans la vallée de l’Aisne permet de proposer plusieurs pistes de réflexion sur la structure de la production céramique du Néolithique le plus ancien de la région. Une importante diversité dans le façonnage a été constatée pour l’ensemble de la production, mais aussi à l’échelle de chaque groupe technique, au sein desquels la variabilité individuelle est importante. Si plusieurs producteurs, aux habitudes motrices différentes, ont réalisé des vases, on peut supposer l’existence d’un contexte de production domestique, avec un grand nombre de producteurs pour le Rubané de la vallée de l’Aisne (Constantin 1994).

28Une analyse de la répartition spatiale et chronologique des différents groupes techniques mis en évidence sera bientôt réalisée, à l’échelle tant régionale qu’intra-site, afin de raisonner sur l’évolution des différentes filières d’apprentissage mises en évidence. Pour la série issue du site de Cuiry-lès-Chaudardes « Les Fontinettes », cette réflexion sera complétée par un croisement entre les données sur les techniques de façonnage et les techniques décoratives, en portant l’accent sur les niveaux de savoir-faire mis œuvre au cours de la production. Ces futures réflexions ont pour objectif d’intégrer l’étude des techniques de façonnage à l’approche culturelle de la céramique rubanée, afin d’appréhender de la manière la plus globale possible les modes de vie des premières communautés sédentaires du Bassin parisien.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 à 4
Légende 1 :Méthode de pose des colombins no 1 : la section des colombins est sub-elliptique et l’orientation des plans de joints oblique (externe).2 : Méthode de pose des colombins no 2 : la section des colombins est sub-elliptique, les plans de joints sont ponctuels.3 : Méthode de pose des colombins no 3 : des cassures horizontales se forment à la jonction entre les colombins.4 : Méthode de pose des colombins no 4 : la section des colombins est sub-elliptique et les plans de joints obliques alternés.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tabl. 1
Légende Les huit chaînes opératoires (CO) identifiées sur les sites de Menneville « Derrière le Village », Berry-au-Bac « Le Vieux Tordoir » et Bucy-le-Long « La Fosselle »
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Tabl. 2
Légende Les différentes hauteurs de colombins observées au sein du groupe technique 1 (pose des colombins en chevauchement alterné) par rapport à l’épaisseur des vases sur le site de Cuiry-lès-Chaudardes « Les Fontinettes »
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Gomart, « Méthodes d’étude technologique de corpus céramiques issus de contextes détritiques », Les nouvelles de l'archéologie, 119 | 2010, 25-29.

Référence électronique

Louise Gomart, « Méthodes d’étude technologique de corpus céramiques issus de contextes détritiques », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 119 | 2010, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/963 ; DOI : 10.4000/nda.963

Haut de page

Auteur

Louise Gomart

Doctorante Paris-I-Panthéon Sorbonne, Umr 7041-équipe de protohistoire européenne
louise.gomart@mae.u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org