Navigation – Plan du site
Dossier : Approches de la chaîne opératoire de la céramique. Le façonnage.

Reconstitution des techniques de fabrication de la céramique néolithique dans le Bassin parisien

Un état des recherches
François Giligny
p. 20-25

Texte intégral

1Contrairement à nos connaissances sur la technologie lithique, la séquence chrono-culturelle néolithique du Bassin parisien est largement sous-documentée du point de vue des techniques céramiques. Les travaux pionniers en la matière concernent avant tout les matériaux, en particulier les dégraissants, notamment organiques comme l’os et récemment la mousse (Constantin & Courtois 1980 ; Constantin 1986 ; Constantin & Kuijper 2002). Si les techniques de fabrication sont presque toujours abordées, c’est seulement depuis la fin des années 1990 que les céramologues, dans le cadre de travaux universitaires et de programmes de recherches, s’intéressent à la reconstitution des chaînes opératoires, en particulier de l’étape de façonnage. Leur caractère souvent inédit explique le faible nombre de références bibliographiques. Nous proposons ici d’en dresser un état des connaissances selon la séquence chronologique.

La séquence chrono-stylistique

2La colonisation du Bassin parisien par des communautés néolithiques s’effectue d’est en ouest par les axes naturels de circulation que sont les grandes vallées alluviales. La plus ancienne culture archéologique, pour le Néolithique ancien, est la céramique linéaire. Elle est représentée en Champagne par une étape moyenne et dans les vallées de l’Aisne, de l’Oise, de la Marne, de la Seine et de l’Yonne, par son évolution régionale finale dite Rubané récent du Bassin parisien ou RRBP (5100-4900 av. J.C.). La culture de Villeneuve-Saint-Germain ou VSG, qui lui succède, gagne le Massif armoricain et la vallée de la Loire (4900-4700 av. J.-C.). Les occupations de ces deux cultures se font de manière privilégiée sur les loess. Elles sont denses dans les vallées puis sur les plateaux au VSG. Les récipients céramiques RRBP se partagent en deux catégories techno-morphologiques, la céramique fine décorée ou non, et la céramique grossière à décors modelés ou appliqués. Les formes sont géométriques à fond rond. Les décors sont incisés, imprimés au peigne ou au poinçon. Les matériaux utilisés sont des argiles loessiques avec des inclusions naturelles et parfois du dégraissant. Un certain nombre d’éléments céramiques dits du Limbourg et de la Hoguette ont été retrouvés en association avec la céramique linéaire dans les régions rhénanes et le Bassin parisien (Constantin 1985). Ils ne seront pas présentés ici car leurs techniques de façonnage n’ont pas encore été analysées de manière systématique.

3Les caractères de la céramique VSG sont assez proches de celles du RRBP mais sa répartition en deux catégories n’est pas systématique et l’utilisation de dégraissant (chamotte ou os) est plus fréquente.

4Pendant le Néolithique moyen (4700-3400 av. J.-C.) et les cultures de Cerny, Rössen et post-Rössen, Chasséen ou Michelsberg, se développent les enceintes à fossé interrompu et palissade, les sépultures monumentales et les minières à silex.

5Les formes céramiques Cerny sont surtout des bouteilles et des bols à deux anses. Les décors sont majoritairement imprimés, modelés ou appliqués Le dégraissant à l’os calciné pilé est utilisé conjointement avec de la chamotte, ainsi que les coquilles fossiles.

6La céramique du Chasséen septentrional est influencée par celle du Chasséen méridional. Celle-ci est surtout caractérisée par la rareté des décors et la présence de quelques récipients aux surfaces polies très régulières, de couleur sombre et d’épaisseur réduite. Le dégraissant au silex pilé est très fréquent. Les formes sont très variées, simples ou composites : bols, assiettes, coupes, gobelets et vases cylindriques, écuelles carénées, vases à épaulement, coupes à socle. Les préhensions sont nombreuses mais les décors incisés-gravés quasi absents, à l’exception des coupes à socle qui sont probablement des brûle-parfums. Les statuettes féminines en terre cuite sont présentes de manière récurrente. La fin du Néolithique moyen est très peu documentée. Seuls quelques corpus peuvent être situés après 3600 av. J.-C., comme ceux du groupe de Balloy, à la confluence Seine-Yonne, dont la céramique associe des caractères du Néolithique moyen (plats à pain avec dégraissant au silex) et du Néolithique récent (gobelets à col court, profil en S et base plate).

7Au Néolithique récent (horizon Seine-Oise-Marne ou SOM : 3400-2800 av. J.-C..) puis final (Gord et Campaniforme : 2800-2200 av. J.-C.), de nombreuses sépultures collectives sont construites puis réutilisées. Les tombes individuelles réapparaissent au Campaniforme.

8L’horizon SOM est en cours de redéfinition à travers plusieurs groupes régionaux, dont celui du Montet dans la région Centre ou celui des hypogées de la Marne en Champagne (Cottiaux et al. 2005). La céramique du Néolithique récent est grossière, à montage rapide, parois épaisses, surface rarement polie et tout juste lissée ou régularisée. Les formes, à base plate et à pied droit ou proéminent, sont des jarres hautes à col déversé ou des gobelets. Quelques bouteilles à collerette renvoient à des influences orientales. Les décors sont quasiment absents. Deux catégories techno-morphologiques coexistent dans la céramique du Gord, comme dans  d’autres régions : une céramique fine à fond rond, formes simples et carénées ; une céramique grossière à fond plat, profils sinueux et col. S’y ajoutent des cuillères, louches et fusaïoles et de nombreux éléments de préhension et de suspension. Quelques sites, comme le Fort-Harrouard (Eure-et-Loir), montrent des influences du centre-ouest de la France par la présence d’éléments de la culture d’Artenac, d’autres, dans la vallée de la Seine, présentent des éléments Conguel issus de Bretagne.

9La céramique campaniforme est constituée de plusieurs composantes : standard (style maritime, style linéaire), styles régionaux, céramique commune dite d’accompagnement, ainsi que des éléments composites attestant d’imitations ou de transferts entre styles.

Objectifs et méthodologie

10Depuis 1998, plusieurs travaux universitaires ont porté sur les techniques de fabrication des styles céramiques des Ve et IIIe millénaires avant notre ère. Leur objectif est de reconstituer les techniques de façonnage et de traitement de surface de corpus représentatifs de ces styles céramiques. Ces reconstitutions sont réalisées par type morphologique, les formes récurrentes et les mieux documentées étant privilégiées, le but final étant d’intégrer les chaînes opératoires de fabrication à l’étude diachronique des changements stylistiques et culturels.

11L’approche est double, avec description des stigmates de façonnage et des traces de surface des vases archéologiques d’une part, reconstitutions expérimentales d’après les modèles archéologiques choisis d’autre part. Cette double approche est menée en parallèle, les premières reconstitutions étant engagées au cours de l’étude des vases archéologiques. Les reconstitutions hypothétiques sont ainsi testées et améliorées afin d’être les plus proches des observations archéologiques. Après cuisson, les vases expérimentaux sont brisés, remontés puis traités comme des vases archéologiques en « test aveugle ». Les résultats des interprétations sur les vases expérimentaux sont enfin comparés à ceux obtenus sur les vases archéologiques, validant ou infirmant les hypothèses de reconstitutions émises (fig. 1). Il faut noter ici que l’analyse typologique, qui inclut les paramètres technologiques élémentaires (dégraissant et inclusions, traitement de surface, cuisson) a été dans la plupart des cas réalisée au préalable ou en même temps que le travail d’analyse plus détaillée des stigmates en vue de reconstituer la chaîne opératoire de façonnage.

Fig. 1

Fig. 1

Protocole d’expérimentation céramique suivi pour les travaux réalisés à l’université Paris-I

12Afin de limiter le nombre de reconstitutions expérimentales, des paramètres fixes ont été choisis. Les pâtes utilisées sont constituées d’une à deux argiles auxquelles du dégraissant a été ajouté en proportion constante en limitant leur nature.

13Le travail de description des vases archéologiques repose sur un examen détaillé de chaque individu entier pour identifier :

  1. les stigmates et macrotraces de façonnage par observation de l’orientation des lignes de fractures en surface et sur la tranche, des variations d’épaisseur de la pâte,

  2. les macrotraces de surface par observation des traces d’outils, du degré de régularité de la paroi, sa brillance ou sa matité…

14Les indices sont reportés sur un profil schématique à l’échelle 1:1. Des photographies de vases entiers ou de détails ainsi que des dessins schématiques complètent ces observations. Une fiche d’enregistrement est remplie pour les vases entiers décrits et les bases. Les autres vases ou ensembles de remontages sont examinés plus rapidement.

15Ces travaux ont également un but pédagogique : le référentiel expérimental constitué est utilisé dans le cadre des cours de céramologie de master de l’université Paris-I et mis à la disposition des étudiants et des chercheurs de la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie de Nanterre (Umr 7041-équipe protohistoire européenne).

Travaux réalisés

16Les reconstitutions des chaînes opératoires de façonnage au Néolithique ancien ont porté à la fois sur le Rubané récent du Bassin parisien et sur le Villeneuve-Saint-Germain ou VSG (tableau 1).

17Les styles du Rubané récent du Bassin parisien et du VSG, pour l’instant documentés partiellement, vont l’être plus largement dans le cadre d’une thèse en cours (Gomart, ce volume), qui complète et développe les premières analyses des vases funéraires de la vallée de l’Aisne et des habitats correspondants (Gomart 2006a et b, 2007). Ces deux derniers mémoires ont apporté une vision nouvelle des corpus céramiques du Rubané et VSG, en insistant en particulier sur la diversité des chaînes opératoires de fabrication mises en œuvre. Ils ont également permis d’identifier, pour la première fois dans le Bassin parisien, la technique du battage repérée auparavant en contexte Néolithique final dans le Jura (Martineau 2001).

Tabl. 1

Tabl. 1

Sites ayant fait l’objet d’une reconstitution des chaînes opératoires de fabrication

18L’étude du corpus VSG de Neauphle-le-Vieux (Yvelines) a permis de réaliser quelques observations sur les techniques de montage et de reconstituer des chaînes opératoires montrant en particulier l’omniprésence de la technique du colombin et ses variantes – en anneaux, en anneaux aplatis ou étirés, en spirale (Giligny 2007).

19Le Cerny et les styles Rössen tardif et post-Rössen des sites de Balloy « Les Réaudins » et de Paris « Bercy » ont fait l’objet de deux mémoires universitaires (Merand-Ohlson 2002 ; Binder 2006). Ils ont amené à la proposition de reconstitution des chaînes opératoires de fabrication pour plusieurs catégories de vases, bols, vases à col, vases à embouchure carrée, essentiellement basés sur la technique du colombin (fig. 2). L’horizon chasséen et le Néolithique moyen II ont fait l’objet de travaux plus conséquents en nombre de sites et de vases analysés, notamment dans la thèse de C. Colas, une des premières à avoir abordé la question des techniques de manière globale et reconstitué des chaînes opératoires (2000). Elle a concerné plusieurs styles de la moitié nord de la France, avec pour le Bassin parisien le Chasséen septentrional, le groupe de Noyen et le Michelsberg, mais aussi le Chasséen de Bourgogne, le Néolithique moyen bourguignon, le Néolithique moyen de l’Ouest. Ce choix géographique et culturel a conditionné les résultats concernant le Bassin parisien mais aussi les relations entre celui-ci et les styles des autres régions, à savoir la grande homogénéité technique propre aux sites du Bassin parisien d’une part et l’impossibilité de privilégier les influences stylistiques provenant des régions voisines.

Fig. 2

Fig. 2

Balloy « Les Réaudins ». Reconstitution des chaînes opératoires de fabrication des vases à col

20C. Lelu a analysé tout d’abord les coupes à socle (2004) en montrant la multiplicité des techniques et des chaînes opératoires mais aussi l’homogénéité du milieu technique au sein du Chasséen concernant ces vases, les techniques étant communes à l’ensemble des sites du Bassin parisien analysés. Elle a ensuite étudié les vases carénés, en particulier les vases à carène basse d’inspiration ou de tradition méridionale, mais aussi les formes plus caractéristiques du Chasséen septentrional, afin de juger des différences et des influences entre ces formes (Lelu 2005). Une reconstitution expérimentale des techniques de fabrication des plats à pain, forme commune au Cerny, au Chasséen septentrional et au Michelsberg, a également été conduite d’après les observations de C. Colas (Colas 2000 et 2006; Giligny 2007). Ces observations ont été complétées sur des plats issus d’autres corpus – Balloy « Les Réaudins », Lauwin-Planque « Avenue Jacques Cartier » (Giligny, 1995 ; Manceau 2009) – façonnés à l’aide de plusieurs techniques : montage par plaques superposées, montage aux colombins, modelage et montage sur une vannerie (fig. 3).

21La fin du Néolithique est encore une période mal documentée. Récemment, un projet collectif de recherche sur le IIIe millénaire dans le centre-nord de la France s’est attaché à combler cette lacune (Augereau et al. 2001 ; Cottiaux et al. 2005). Un inventaire et une reprise de la documentation ont permis de sélectionner plusieurs corpus du Néolithique récent. R. Martineau a entrepris de les étudier selon une problématique orientée sur l’identification des techniques et méthodes de fabrication des vases à fond plat et parois tronconiques, afin de mettre en évidence l’unité ou la diversité des techniques dans la région considérée. Une comparaison avec les céramiques du Horgen, style bien documenté dans le Jura, devrait apporter un éclairage nouveau sur les liens historiques supposés entre Seine-Oise-Marne et Horgen (Martineau 2005a : 28-92 ; Martineau 2000, 2001).

22Les styles du Campaniforme n’ont pour l’instant pas fait l’objet d’analyses systématiques des méthodes de façonnage et c’est un thème de recherches qu’il faudrait développer à l’avenir.

Fig. 3

Fig. 3

Hypothèses pour le montage des plats à pain et reconstitutions à l’aide de la technique du colombin en spirale (1-3) et de la superposition de disques (4-6)

Problématiques

23Plusieurs problématiques ont été appliquées aux corpus céramiques du Bassin parisien. Elles diffèrent selon l’échelle d’analyse spatiale choisie : la structure (fosse, fossé ou maisonnée), le site, la microrégion, l’aire culturelle.

24La question du mode de production et de la qualité des producteurs, potiers spécialistes ou non, a été posée à la fois à l’échelle du site et à l’échelle microrégionale.

25Sur des sites particuliers, comme les enceintes, la diversité des chaînes opératoires pourrait être mise en correspondance avec une circulation des personnes ayant fréquenté ces lieux interprétés comme des lieux de regroupement à l’échelle régionale, voire supra-régionale. L’étude de cas de Balloy « Les Réaudins » (Seine-et-Marne) (Merand-Ohlson 2002 ; Giligny 2007) a montré le caractère assez homogène des chaînes opératoires de fabrication, à l’image des matières premières – argiles et dégraissants – probablement locales ou régionales. Seule une importation en provenance du Massif central a pu être démontrée. Par contre, la présence dans les dépôts de vases aux formes parfois identiques mais dont les caractères de traitement de surface et les décors sont assez différents laisse penser qu’ils ont été fabriqués par plusieurs potiers. Les dépôts de vases retrouvés dans les fossés d’enceinte de Lauwin-Planque (Nord) présentent en revanche une grande variabilité technique. Ce résultat a suscité plusieurs hypothèses : fréquentation par plusieurs communautés possédant des savoir-faire distincts, vases fabriqués par des potiers ayant intégré des normes différentes lors de leur apprentissage, pratique de la poterie irrégulière impliquant une faible standardisation (Manceau 2009).

26De l’examen des matières premières et des décors des corpus de la vallée de l’Aisne et de Belgique, C. Constantin avait déduit un grand nombre de chaînes opératoires de fabrication (Constantin 1994). Une étude plus récente des chaînes opératoires de fabrication de la céramique rubanée du site de Remicourt en Belgique met en évidence le même phénomène (Bosquet, Fock & Livingstone Smith2005) : près de dix-huit chaînes opératoires différentes ont été restituées et confrontées aux étapes évolutives des styles, plusieurs coexistant pour des vases appartenant à une même étape stylistique. P. L. Van Berg au contraire, en se basant sur l’analyse de quatre séries de vases rubanés de la Hesbaye liégeoise retrouvés dans des sites différents, a proposé une production spécialisée par « la haute qualité de la plupart des produits » (Van Berg 1998) : plusieurs vases très proches par leurs caractères technologiques ou stylistiques auraient été réalisés par le même potier. Toutefois, pour expliquer cette proximité et étant donné la circulation des biens et les contacts entre les communautés danubiennes, prouvés à l’échelle européenne aussi bien qu’à l’échelle micro-régionale, l’hypothèse de potiers ayant suivi un apprentissage commun mériterait d’être discutée avant d’être d’emblée rejetée. Elle avait été déjà évoquée par B. Soudsky, qui lui avait préféré celle d’un mode de production domestique pour expliquer les ressemblances entre les styles céramiques des maisons d’une même phase à Bylany (Bohême). Il avait proposé d’interpréter ces ressemblances par un changement de résidence des femmes potières après leur mariage et le maintien d’une tradition stylistique et décorative au sein de communautés familiales ou gentilices (Soudsky & Pavlu 1966).

27La variabilité des vases au sein des maisonnées de Cuiry-lès-Chaudardes conforte plutôt cette dernière hypothèse (voir Gomart ce volume). Avant de discuter de la spécialisation, le terme vague de spécialiste doit être défini plus précisément. Un tel projet ne peut être entrepris que par une analyse croisée des matériaux, des techniques et des styles décoratifs. Si a priori, la présence de potiers en partie spécialisés ne peut être exclue, plusieurs modes de production ont pu coexister au sein des villages et des communautés du Rubané et du VSG, avec une céramique réalisée pour l’essentiel à l’échelle domestique, et certains objets particuliers, comme le vase zoomorphe retrouvé à Aubevoye (Eure), fabriqués certainement par un potier ayant un haut degré de savoir-faire.

28À l’échelle régionale ou interrégionale, le degré d’homogénéité technique d’un style céramique pose la question du milieu technique, qui était au centre de la thèse de C. Colas et a été testée à une large échelle géographique, depuis la façade atlantique jusque dans les Ardennes et la Bourgogne (Colas 2000).

29Les travaux de C. Lelu sur les coupes à socle et les coupes carénées du Chasséen septentrional ont conclu à l’existence à la fois d’une grande variabilité intrasite et d’une homogénéité régionale. En effet, les techniques varient à la fois pour chaque partie morphologique des coupes à socle mais aussi entre celles qui sont issues du même site. Par contre, cette diversité est commune à tous les sites étudiés du Chasséen septentrional, et si les proportions varient, ce sont les mêmes techniques qui ont été utilisées dans l’ensemble de cette culture. Cette unité dans la production des coupes à socle du Chasséen septentrional traduit certainement un milieu technique commun et des relations entre les potiers des différentes régions du Bassin parisien.

30La question de l’homogénéité technique a également été abordée en diachronie au sein d’une même région. La comparaison des vases retrouvés dans les habitats et les sépultures RRBP et VSG de la vallée de l’Aisne fait ressortir des ressemblances techniques entre ces deux styles qui se succèdent, la présence du battage et l’ajout d’un colombin pour former la lèvre des vases modelés renforçant l’hypothèse d’une filiation entre eux (Gomart 2006a et b, 2007).

Conclusion

  • 1  Projet Anr/Dfg MK-Projekt « Recherches franco-allemandes sur la culture de Michelsberg » 2010-2012 (...)

31Les analyses de corpus visant à reconstituer les chaînes opératoires de fabrication en sont encore à leur début pour le Néolithique du Bassin parisien. La qualité de certains corpus, la bonne lisibilité des stigmates et le nombre de contextes bien documentés favoriseraient pourtant une telle approche. Les questions posées sur la continuité ou la discontinuité entre styles se succédant ou le degré de ressemblance entre styles contemporains ne peuvent se passer désormais de l’approche technologique. Par contre, les ruptures et les rythmes évolutifs ne sont pas forcément toujours synchrones dans les différents champs de variation des styles – décors, formes, matériaux et techniques de façonnage. Tous ces paramètres devront être croisés afin de reconstituer une vue d’ensemble à la fois synchronique et diachronique des styles céramiques. Plusieurs niveaux de problématiques posées, sur la variabilité spatiale entre maisonnées d’un même village, le degré d’homogénéité des vases retrouvés au sein de dépôts en contexte d’enceinte ou funéraire, conduisent à se rapprocher au plus près des potiers ou potières néolithiques dans une perspective pal-ethnographique. Les travaux en cours et les programmes à venir, comme le projet franco-allemand portant sur la culture de Michelsberg au Néolithique moyen II1, donneront certainement un éclairage nouveau à cet artisanat qui a été largement négligé du point de vue non seulement technique, mais aussi social.

Haut de page

Notes

1  Projet Anr/Dfg MK-Projekt « Recherches franco-allemandes sur la culture de Michelsberg » 2010-2012, sous la direction de F. Lüth et J.-P. Demoule.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Protocole d’expérimentation céramique suivi pour les travaux réalisés à l’université Paris-I
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/961/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tabl. 1
Légende Sites ayant fait l’objet d’une reconstitution des chaînes opératoires de fabrication
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/961/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 2
Légende Balloy « Les Réaudins ». Reconstitution des chaînes opératoires de fabrication des vases à col
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/961/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 3
Légende Hypothèses pour le montage des plats à pain et reconstitutions à l’aide de la technique du colombin en spirale (1-3) et de la superposition de disques (4-6)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/961/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Giligny, « Reconstitution des techniques de fabrication de la céramique néolithique dans le Bassin parisien », Les nouvelles de l'archéologie, 119 | 2010, 20-25.

Référence électronique

François Giligny, « Reconstitution des techniques de fabrication de la céramique néolithique dans le Bassin parisien », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 119 | 2010, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/961 ; DOI : 10.4000/nda.961

Haut de page

Auteur

François Giligny

Université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
giligny@uni-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org