Navigation – Plan du site
Dossier : Approches de la chaîne opératoire de la céramique. Le façonnage.

Reconstitution de la chaîne opératoire de la poterie

Bilan et perspectives en Afrique sub-saharienne
Alexandre Livingstone Smith
p. 9-12

Résumé

L'analyse de la chaîne opératoire de la poterie a connu un développement important depuis la fin des années '80. Pourtant, malgré l'importance du sujet et le nombre de publications, ce domaine connaît encore de nombreux problèmes en archéologie (méconnaissance technique, développement inégal de la recherche pour les différentes étapes de la chaîne opératoire, disparité terminologique, etc.). Dans cet article je propose de faire un bref bilan de l'évolution de la discipline et de passer en revue la contribution des études africaines à ce champ de recherche.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail a été rendu possible par le soutien de plusieurs institutions : Musée royal de l’Afrique centrale, université libre de Bruxelles, Geography, Archaeology and Environmental Studies - Wits University. Je remercie également Olivier pour son soutien habituel !

1On connaît l’importance de la poterie pour les archéologues ! On sait aussi à quel point, à quelques exceptions près, son exploitation en tant que document historique s’est longtemps cantonnée à ces aspects très accessibles que sont les formes et les décors. Lorsque des éléments techniques sont pris en compte, ce sont aussi les plus aisément analysables par des méthodes développées par les géologues, les chimistes ou les physiciens qui retiennent l’attention. Dès 1910 par exemple, Franchet évoque les trois domaines auxquels s’attachera l’essentiel des reconstitutions durant tout le xxe siècle : matières premières, préparations et transformations par le feu.

Les poteries noires ont fait, souvent, l’objet de recherches spéciales dont le but était de déterminer si les potiers préhistoriques utilisaient des terres naturelles ou des terres préparées et si, d’autre part, ils possédaient des méthodes particulières de cuisson. (Franchet 1910 : 298)

  • 1 La plus célèbre est sans doute celle de Shepard (1936) sur la céramique amérindienne, mais en Europ (...)

2Forcément incomplètes, les premières approches n’en permettent pas moins des développements importants, par exemple en ce qui concerne la provenance des artefacts1. Le mouvement prend de l’ampleur à partir des années 1950 avec le développement de l’archéométrie, mais il faut attendre la fin des années 1980 pour que les recherches se focalisent sur d’autres étapes de la chaîne opératoire, notamment celles pour lesquelles les méthodes développées dans d’autres disciplines ne sont pas directement applicables en archéologie : façonnage, traitements des surfaces, traitement pré- ou post-cuisson. Cette évolution résulte de multiples facteurs, dont trois au moins méritent d’être soulignés. Premièrement, le concept de chaîne opératoire initialement proposé par André Leroi-Gourhan (1971 [1943]) et développé plus tard par Hélène Balfet (1965, 1966) et Robert Cresswell (1972) contribue à faire émerger en France un intérêt anthropologique et archéologique pour les techniques. Deuxièmement, les chercheurs prennent conscience, des deux cotés de l’Atlantique, que celles-ci participent pleinement de la culture des sociétés et constituent de ce fait un moyen d’en approcher la diversité et l’histoire (Lechtman 1977 ; Lechtman & Steinberg 1979 ; Lemonnier 1986, 1992). Troisièmement, on voit émerger avec l’ethnoarchéologie et l’archéologie expérimentale un intérêt pour la compréhension des processus techniques et la constitution de référentiels applicables à l’archéologie (Rye 1981).

3Les deux dernières décennies du xxe siècle ont connu une évolution considérable des études céramiques, qui accordent désormais une place importante aux techniques de fabrication. Comme le démontrent les études ethnographiques menées à travers le monde, tous les aspects de la chaîne opératoire, même les plus anodins, peuvent nous renseigner sur l’organisation sociale, économique et idéologique des communautés humaines (Arnold 1985, 1993 ; Bowser 2002 ; Cort, Lefferts & Narasaki 1995 ; David & Hennig 1972 ; David, Sterner & Gavua 1988 ; Degoy 1997 ; Fowler 2008 ; Gallay 1991-1992 ; Gelbert 2000 ; Gosselain 2002 ; Pétrequin & Pétrequin 1999 ; Reith 1997 ; Sillar 2000 ; Stark 1992).

4Ce potentiel interprétatif ne peut néanmoins se développer en archéologie que si l’on arrive à reconstituer finement les chaînes opératoires de la poterie. Or, malgré la relative abondance des publications sur le sujet, les études céramiques connaissent encore de gros problèmes méthodologiques en matière d’identification, de description et d’interprétation des paramètres techniques. Les progrès en ce domaine sont récents et liés en grande partie au développement des recherches sur le continent africain. Il est donc légitime d’en résumer les lignes directrices, pour faire le point non seulement sur ce qui a été fait, mais également sur ce qui reste à faire ou continue à poser problème. Dans cette optique, je suivrai ici les principales étapes de la chaîne opératoire.

Sélection et extractions des matières premières

5En Afrique sub-saharienne, comme dans le reste du monde, les artisans utilisent des « terres » de composition très variable, mais contenant une proportion d’argile suffisante pour permettre la fabrication de la poterie. Ce type de matériau est très répandu, ce qui ne signifie pas que la sélection des gisements soit aléatoire. Plusieurs critères entrent en considération (Gosselain 1995 ; Gosselain & Livingstone Smith 2005 ; Nicklin 1979) : appréciation des caractéristiques physiques de la matière (par exemple, argiles jugées « sableuses » ou « gluantes »), localisation du site par rapport aux zones d’habitations et d’activités, accessibilité saisonnière ou non, propriété, conceptions et pratiques religieuses, etc. Il est important de comprendre que l’appréciation de la qualité d’une argile dépasse donc ses propriétés strictement physiques et s’inscrit dans une relation plus large avec l’environnement naturel, relation fondée sur des représentations géographiques, sociales et symboliques.

6On a vu que la caractérisation des matières premières intéresse les archéologues depuis longtemps. La nature des terres exploitées peut ainsi être identifiée : dépôts fluviaux, dépôts lacustres ou marécageux, dépôts éoliens, dépôts marins, argiles d’altération de roches (granites, calcaires, etc.), terres de termitières. Ces matériaux présentent des caractéristiques minéralogiques et granulométriques distinctes, parfois identifiables au terme de toutes les modifications que leur font subir les artisans. Le protocole d’analyse proposé par Peacock (1969 et 1970) à la fin des années 1960, aujourd’hui largement adopté, affirme la nécessité de débuter systématiquement par une observation à l’œil nu et à la loupe binoculaire, si l’on veut éviter l’utilisation déraisonnée de méthodes d’analyses plus sophistiquées (pour une application rigoureuse de cette démarche sur du matériel syrien, voir Vokaer 2005). Au niveau des observations directes, il est important de procéder de manière systématique en analysant la nature, la morphologie, l’abondance, la distribution et le classement des inclusions (Courty, Goldberg & Macphail 1989 ; Tucker 1981). On peut ainsi caractériser et différencier les matériaux et, si l’environnement géologique est suffisamment contrasté, localiser leur origine. L’application à des matériaux ethnographiques a permis de valider cette démarche et d’en illustrer le potentiel (Echallier & Roset 1986 ; Jacobson 2005 ; Langdon & Robertshaw 1985 ; Senasson 1995). Le second cas de figure est notamment documenté sur le site de Uan Tabu (Libye) : une part importante des poteries est fabriquée à l’aide d’un matériau dont la source la plus proche se situe à 70 kilomètres à vol d’oiseau (Livingstone Smith 2001c :138). Bien qu’une localisation précise des gisements reste souvent difficile, comme dans la vallée du Nil (De Paepe & Brijse 1987) par exemple, ou aux alentours de Jebel Uweinat en Libye (De Paepe 1986), ces études révèlent des territoires d’exploitation préférentiels et la diversité des lieux d’approvisionnement.

Préparation de la pâte

7Beaucoup d’artisans se contentent d’homogénéiser la terre et d’en éliminer les éléments les plus grossiers. Il existe néanmoins des modes de préparation plus complexes. On distinguera ainsi les techniques qui impliquent une homogénéisation de la matière première (séchage, trempage, pourrissage, pétrissage, malaxage) et celles qui en modifient la composition, soit par retrait (triage, pilonnage, concassage, broyage, tamisage et décantation), soit par adjonction de matériaux d’origine minérale (autre terre, roche broyée, sable, chamotte, terre brûlée, etc.), végétale (paille, balle de mil ou de riz, sciure de bois, etc.) ou animale (coquillages, crottin, os, poils, graisse, etc.). Comme pour la sélection des matières premières, le choix des techniques de préparation se fonde sur une multitude d’enjeux d’ordre technique, social et symbolique ; Gosselain (2002 : 65-66) note aussi des parallèles entre la préparation de la pâte et la préparation des aliments.

8En règle générale, c’est surtout l’adjonction de matière, ou « dégraissant », qui a une chance d’être identifiée. On procédera par analyse à la loupe binoculaire et par analyse pétrographique en lame mince. Les analyses chimiques sont peu utiles à ce stade de la chaîne opératoire. Le principe de l’identification repose sur une caractérisation préalable de la matière première et la mise en évidence « d’anomalies » dans la pâte des récipients archéologiques. Les analyses réalisées sur des matériaux ethnographiques ou expérimentaux ont permis de déblayer le terrain en ce qui concerne la détermination de diverses techniques – addition de paille, de crottin, de chamotte, de roches broyées ou mélange d’argiles (Livingstone Smith 2000 et 2001b). L’étude plus détaillée des matières organiques incluses dans les pâtes a permis à la fois d’affiner les méthodes d’identification et de mettre en valeur des informations qui dépassent le cadre strictement technique – relation avec les pratiques agricoles, la collecte de graminées sauvages, etc. (voir Van Dooselaere & Hayes 2006).

9L’identification est évidemment d’autant plus simple que les matériaux ont peu de chance d’être naturellement inclus dans la pâte. L’un des cas les plus célèbres à cet égard est celui des spicules d’éponges dans des céramiques de la vallée du Nil Blanc (Soudan) et du delta intérieur du Niger (Mali) (Adamson, Clack & Williams 1987 ; Brisseau & Houdayer 1986 ; McIntosh & MacDonald 1989). Ces éléments sont naturellement présents dans les dépôts alluviaux. Adamson et al pensent cependant qu’ils ont pu être ajoutés délibérément. En effet, on observe une plus forte proportion de spicules dans la pâte que dans les sédiments – ainsi qu’une concentration et une conservation des parties fragiles de l’éponge – ce qui laisse supposer que les artisans les auraient ajoutées sous forme de cendre. La présence de minéraux instables ou fragiles en bon état dans des poteries égyptiennes a aussi été interprétée comme preuve d’une addition de roche broyée (Mallory-Greenough, Greenough & Owen 1998 : 398).

Techniques de façonnage

10Pour cette étape de la chaîne opératoire, les recherches menées en Afrique ont eu un impact énorme sur les études céramiques, qu’il s’agisse de l’interprétation des comportements techniques ou de la constitution d’un référentiel destiné à l’archéologie.

11Les observations effectuées depuis la fin du xixe siècle ont permis l’identification d’au moins sept grandes techniques d’ébauchage en Afrique sub-saharienne : le modelage, le colombinage, le creusement/étirement d’une motte, l’étirement d’un anneau, l’étirement d’anneaux superposés, le moulage et le martelage (Gosselain 2002). Ces techniques peuvent être appliquées ou combinées de diverses manières et des dizaines de méthodes d’ébauchage distinctes ont été identifiées. Dans le cas de l’ébauchage au colombin, par exemple, des segments de colombins de dimensions variables peuvent être accolés, pincés ou écrasés, en chevauchement interne ou externe, voire simplement superposés. Il en est de même pour d’autres techniques comme le martelage, qui connaît de nombreuses variantes de postures, de gestes ou d’outils (Huysecom 1992 ; Livingstone Smith 2001b ; Sterner & David 2003).

12Pour assurer la reconstitution de ces techniques, quatre types d’éléments doivent être systématiquement pris en compte : 1) la morphologie des fractures, 2) les variations d’épaisseur, 3)les irrégularités des surfaces, 4) la structure interne (orientation des inclusions et des pores). La plupart de ces éléments sont observables à l’œil nu ou à la loupe binoculaire. Pour caractériser les structures internes, il faut aussi utiliser des techniques d’imagerie médicale.

  • 2 Il faut aussi signaler les observations en lame mince faites par Senasson (1993) et Pierret (1995a)

13L’analyse de séries de récipients collectés en Afrique (voir par exemple, Bedaux 1994 : 200 ; Gelbert 2003 ; Huysecom 1994 ; Livingstone Smith 2001b et c ; Van Doosselaere 2005a et b) a permis la mise sur pied d’un référentiel de macrotraces qui a été enrichi d’observations par analyse radiographique sur sections brutes et polies2. La combinaison des macrotraces et des caractéristiques structurelles ainsi reconnues permet de reconstituer finement l’ensemble des techniques mises en œuvre lors de l’ébauchage.

14Il faut préciser que tous les fragments de poteries ne présentent pas nécessairement de traces significatives, et qu’aucune technique d’analyse, prise isolément, ne permet de garantir la reconstruction des différentes étapes du façonnage. Pour bien faire, il faut examiner une grande quantité d’échantillons et multiplier les approches analytiques, car la reconstitution des techniques mises en œuvre par les artisans se fonde davantage sur une convergence d’indices que sur une reconnaissance de traits singuliers.

15En dépit de ces avancées, les applications archéologiques sont encore peu courantes. Il existe de grandes synthèses fondées essentiellement sur des observations macroscopiques ou sur des informations contextuelles (Bedaux 1994 ; Huysecom 1992 ; Mayor 2005, à paraître ; Sterner & David 2003), mais les études détaillées présentant les résultats d’analyses combinées sont encore très rares (Livingstone Smith 2001c ; Van Doosselaere 2005a et b).

Les techniques ornementales

16Si aucune synthèse n’a été entreprise pour l’Afrique sub-saharienne, la documentation disponible témoigne de l’extraordinaire diversité des comportements techniques à ce stade de la chaîne opératoire. Réalisés sur pâte humide ou sur pâte sèche par déplacement, retrait ou addition de matière, au doigt ou à l’aide d’un outil, les décors varient également du point de vue des matières premières, des modalités de fabrication et du mode d’utilisation des outils.

17Les premières tentatives de reconstitution visaient essentiellement à reconnaître les grandes catégories techniques au départ d’un référentiel expérimental (De Meulesmeester 1975 ; Soper 1979, 1985), mais la finalité était avant tout comparative et non analytique. La première étude analytique a été réalisée sur du matériel archéologique (Caneva 1987). Tout en insistant sur la nécessité de distinguer le geste et l’effet sur la matière, son auteur formalise les protocoles d’identification technique en partant de photos de tessons. La méthode consiste alors à analyser les rapports entre les éléments individuels du décor pour identifier la partie agissante de l’outil. Une fois celui-ci identifié, on peut reconnaître le geste. Cette approche est facilitée par l’utilisation d’agrandissements digitaux des surfaces et leur importation dans un logiciel de dessin (pour une description détaillée, voir Livingstone Smith sous presse).

18L’absence de synthèse sur les décors observés en contexte ethnographique est compensée par une abondante littérature sur l’ornementation des poteries archéologiques. Dans ce cas, les éléments techniques peuvent être à la base des grandes séquences établies (voir par exemple Gallin 2002 ; Jesse 2004 ; Langlois 2001 ; Mayor 2005 ; Wiesmueller 2001). Ces travaux ont permis de distinguer des phases chronologiques et des faciès culturels mis en relation avec d’éventuels processus linguistiques. En général, l’étude des décors reste néanmoins fondée sur une comparaison des ressemblances visuelles plutôt que sur une approche analytique du type de celle qu’a développée I. Caneva.

Les techniques de cuisson

19Pour un archéologue habitué à entendre parler de cuisson en four ou en feu ouvert, de cuisson à 700° C ou d’atmosphère oxydante, la diversité des techniques de cuisson observées aujourd’hui en Afrique sub-saharienne est tout simplement extraordinaire. La structure, le combustible et, d’une manière générale, la manière dont les artisans mènent l’opération, varient considérablement d’une tradition technique à une autre (Gosselain 1992, 1995 ; Livingstone Smith 2001a et b).

20L’appréhension archéologique de cette diversité pose cependant d’énormes problèmes. Elle a longtemps reposé sur une évaluation des conditions de cuisson (température et atmosphère), fondée sur le degré d’altération des argiles et des minéraux (pour un aperçu de la question, voir Livingstone Smith 2001a ; Tite 1995). On se contentait alors de distinguer les poteries cuites en four de celles cuites en feu ouvert – catégorie regroupant tous les autres procédés. L’idée qui sous-tend ces travaux est que la structure est la principale cause de l’évolution thermique d’une cuisson et donc le principal paramètre influençant les caractéristiques physiques de la poterie. Cette conception présente de nombreuses faiblesses. Tout d’abord, les phénomènes qui affectent les argiles et les minéraux lors d’une cuisson ne sont pas seulement liés à la température. Des caractéristiques physiques similaires peuvent résulter de méthodes de cuisson très différentes. Ensuite, l’opposition entre « feu ouvert » et « four » est largement insuffisante pour rendre compte de la diversité et de la complexité des procédures de cuisson (Gosselain 2002). Dans une telle perspective, les sept types de structures de cuisson reconnues aujourd’hui en Afrique sub-saharienne devraient être réunies en une seule catégorie. Enfin, l’analyse des données thermométriques obtenues lors de cuissons ethnographiques montre qu’il est impossible de distinguer les différentes méthodes sur la base des seules caractéristiques thermiques (Gosselain 1992 ; Livingstone Smith 2001a).

21Ces différents éléments soulignent l’énorme difficulté à laquelle sont confrontés les archéologues par rapport à cette étape de la chaîne opératoire. À ce jour, aucune des pistes analytiques explorées n’a apporté de réponse satisfaisante.

Les traitements post-cuisson

22En dehors de l’enfumage, les traitements post-cuisson – application d’eau ou d’enduits organiques, à chaud ou à froid, après la cuisson – sont rarement évoqués en archéologie. Il s’agit certainement de l’aspect le moins connu de la chaîne opératoire.

23En vue d’une reconstruction archéologique, il faut distinguer les techniques en fonction des modalités d’application (enfumage, frottage, aspersion ou trempage à chaud ou à froid) et des matériaux utilisés (eau, écorces, racines, fruits, résine, etc.). La technique d’application pourrait avoir un effet sur la microstructure de la pâte (interruption des phénomènes résultant d’un refroidissement lent), tandis que les matériaux appliqués en modifieraient la composition (présence dans la pâte de composés organiques spécifiques).

24À ma connaissance, on ne dispose d’aucune information sur l’effet des techniques d’application sur la microstructure des récipients. Par contre, en ce qui concerne les matières utilisées, des analyses par chromatographie liquide ont permis d’identifier des résidus pyrolisés de tanins présents dans quatre espèces végétales utilisées pour enduire des récipients. Des composants similaires ont ensuite été identifiés sur des poteries congolaises vieilles de 2 000 ans, ce qui a permis, pour la première fois, d’affirmer l’ancienneté de ce type de techniques (Diallo, Vanhaelen & Gosselain 1995).

25Le principal objectif de cet article était de dresser un bref bilan des recherches consacrées aux chaînes opératoires de la céramique en Afrique sub-saharienne et à leur reconstitution archéologique. J’espère avoir attiré l’attention sur l’intérêt d’un dialogue plus systématique et plus rigoureux entre l’ethnologie et l’archéologie. Si la combinaison des approches historique, ethnographique et archéométrique est prônée depuis longtemps, il reste manifestement bien des problèmes à résoudre.

26Cette démarche pluridisciplinaire aide tout d’abord à prendre conscience de la diversité et de la complexité des comportements humains liés à la fabrication des récipients en terre cuite. Il est dès lors possible de mieux définir les objectifs à atteindre lors des reconstitutions archéologiques et d’établir une grille d’analyse permettant une comparaison des résultats. Ainsi, on a vu par exemple qu’un examen à l’œil nu et à la loupe binoculaire permet de dégager les principales caractéristiques d’un assemblage. On peut alors, pour répondre à des questions plus précises, procéder à des analyses nécessitant un appareillage plus sophistiqué.

27Les matières premières, les outils et les récipients collectés auprès d’artisans contemporains permettent également de tester les méthodes analytiques et d’établir un référentiel de traces techniques. Ici, il ne s’agit pas seulement de constituer une collection de référence à laquelle les échantillons archéologiques peuvent être comparés, mais aussi de réfuter des concepts erronés empruntés à d’autres disciplines pour élaborer enfin une méthodologie propre à l’archéologie. Peut-être cessera-t-on alors d’utiliser le terme pompeux d’analyse scientifique pour toutes les recherches qui nécessitent un moyen analytique annexe tel qu’un microscope optique ou un microscope électronique à balayage. Le constat n’est pas neuf, mais il conserve malheureusement toute sa pertinence.

Haut de page

Notes

1 La plus célèbre est sans doute celle de Shepard (1936) sur la céramique amérindienne, mais en Europe il faut noter les travaux d’Obenauer (1936) sur la céramique du néolithique ancien de Köln Lindenthal.

2 Il faut aussi signaler les observations en lame mince faites par Senasson (1993) et Pierret (1995a).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Livingstone Smith, « Reconstitution de la chaîne opératoire de la poterie », Les nouvelles de l'archéologie, 119 | 2010, 9-12.

Référence électronique

Alexandre Livingstone Smith, « Reconstitution de la chaîne opératoire de la poterie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 119 | 2010, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/955 ; DOI : 10.4000/nda.955

Haut de page

Auteur

Alexandre Livingstone Smith

Musée royal de l’Afrique centrale, Geography, Archaeology and Environmental Studies – Wits University, université libre de Bruxelles

alexandre.smith@africamuseum.be

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org