Navigation – Plan du site

Avant-propos

François Giligny et Sophie Méry
p. 3-4

Texte intégral

1La volonté d’éditer un volume thématique sur les « Approches de la chaîne opératoire de la céramique » a été suscitée par un récent regain d’intérêt pour ce domaine de recherche. Les auteurs de ce dossier des Nouvelles de l’archéologie illustrent ce courant en présentant soit des travaux menés dans le cadre de thèses en cours ou soutenues récemment (V. Ard, A. Dupont-Delaleuf, S. Manem, L. Gomart, A. Visseyrias), soit des recherches de fond parfois réalisées depuis de nombreuses années (F. Giligny, A. Livingstone Smith, R. Martineau, S. Méry, V. Roux).

2L’ensemble s’inscrit dans une tradition assez ancienne et qui a porté plutôt au départ sur des données ethnographiques (Balfet 1953 ; Guthe 1925 ; Rye 1981), avant de s’intéresser aux données archéologiques (Van der Leeuw 1976 ; Franken & Kalsbeeck 1975). Aujourd’hui, l’analyse des chaînes opératoires de la céramique est rarement intégrée aux études de corpus céramiques, quel que soit le cadre dans lequel ces dernières s’exercent. On observe également que ces approches tardent à être intégrées dans le cadre de la formation universitaire, contrairement aux études de technologie lithique qui sont devenues habituelles, voire incontournables.

3Il s’agit ici de faire un bilan des méthodologies actuelles et des développements à venir sur ce thème afin de montrer son originalité, ses résultats et les convergences possibles avec d’autres domaines d’étude. Le sujet qui a été privilégié traite de la chaîne opératoire de façonnage. Une partie des contributions avaient été présentées à l’occasion d’une série de tables rondes organisées dans le cadre du thème transversal « Méthodes » de l’équipe Arscan (Umr 7041- Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre) en 2007 et 2008.

4À la lecture de ces articles, il apparaît que plusieurs notions semblent désormais partagées, comme les « filières d’apprentissage » (Roux & Corbetta 1990, Gelbert 2003 ; notion reprise ici par S. Manem), le « style technique » (Gosselain 2002), et la « tradition » (Gallay, Huysecom & Mayor 1998). Le style technique est le fruit d’une tradition qui ne peut être appréhendée dans la durée que si les données le permettent (articles de V. Ard, de S. Manem, d’A. Dupont-Delaleuf, et de S. Méry, A. Dupont-Delaleuf & S. Van der Leeuw). La tradition technique peut donc seulement être définie dans une perspective historique, mais pas en synchronie seule, en archéologie comme en ethnologie.

5La constitution de référentiels expérimentaux apparaît comme une étape indispensable à la compréhension des chaînes opératoires de façonnage. Cette démarche est illustrée et discutée dans plusieurs contributions (notamment F. Giligny, R. Martineau et A. Visseyrias).

6Une voie de recherche qui paraît prometteuse porte sur l’intégration spatiale intrasite des données technologiques (articles de S. Manem et de L. Gomart). Cette approche nous évoque les travaux de la New archaeology des années 1970 qui ont porté sur la lecture sociologique des données stylistiques (Longacre 1970 ; Plog 1980).

7Ce dossier a également pour but de présenter la variété des approches, voire des écoles, mais peut-on parler d’école à ce stade ? Quoi qu’il en soit, plusieurs tendances transparaissent à la lecture des contributions. S’agissant du vocabulaire employé, certains d’entre nous utilisent, de manière délibérée, des termes d’usage courant, quitte à en préciser la définition (Livingstone Smith). D’autres s’efforcent de créer un vocabulaire analytique précis et un lexique destiné à être partagés par le plus grand nombre (article de V. Roux).

8Autre question qui traverse le dossier, l’analyse typologique doit-elle être effectuée avant l’analyse technologique ou l’inverse, les deux démarches peuvent-elles être menées en parallèle ou en interaction ? Les auteurs qui s’expriment ici sur ce point ne partagent pas le même point de vue (articles de V. Ard, de S. Méry, A. Dupont-Delaleuf & S. van der Leeuw, et de V. Roux). En découle pourtant le choix de réaliser ou non une analyse technologique sur chaque assemblage étudié. Ce n’est pas en tout cas la tendance actuelle en archéologie, car beaucoup, fortement impliqués dans les études de terrain et de contextes chronoculturels particuliers, pensent que cela n’est pas prioritaire, puisque cela dépend des contextes et de la nature des corpus, mais aussi des problématiques posées.

9En dépit de la variété des réponses données à ces questions de fond, il nous semble que les auteurs impliqués dans ce dossier présentent plus de points communs que de divergences et que tous participent à l’émergence d’un courant fort en technologie céramique, un domaine où les recherches françaises et francophones trouvent une place de choix.

10Nota – Tous les articles renvoient à la bibliographie cumulée en fin de volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Giligny et Sophie Méry, « Avant-propos », Les nouvelles de l'archéologie, 119 | 2010, 3-4.

Référence électronique

François Giligny et Sophie Méry, « Avant-propos », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 119 | 2010, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/954 ; DOI : 10.4000/nda.954

Haut de page

Auteurs

François Giligny

Université de Pais I-Panthéon-Sorbonne
giligny@uni-paris1.fr

Articles du même auteur

Sophie Méry

Cnrs, Umr 7041 Archéologies et sciences de l’Antiquité, Maison René Ginouvès
sophie.mery@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org