Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Élaboration d’un protocole d’expérimentation lithique pour la compréhension des comportements techniques et techno-économiques au Paléolithique moyen

Michel Brenet, Laurence Bourguignon, Mila Folgado et Illumina Ortega
p. 60-64

Résumés

Actuellement l’expérimentation constitue une source actualiste de lecture et de comparaison pertinente mais fréquemment sous estimée et sous utilisée dans nos approches techno-économiques des industries lithiques. Ainsi, un premier référentiel expérimental, basé sur l’intégralité de la chaîne opératoire de débitage Levallois avait défini qualitativement et quantitativement quatre phases opératoires (Geneste 1985, 1988). Or, ce fractionnement de la chaîne opératoire n’est pas décrit pour les autres méthodes et modalités de débitage. Le protocole d’expérimentation lithique proposé ici, tout en enrichissant les référents existants, consiste à élargir le champ des expériences à tous les types de concepts de taille (débitage et façonnage) en y évaluant tant d’un point de vue qualitatif que quantitatif les méthodes et modalités, les techniques, les contraintes des matériaux et des volumes exploités. Cette nouvelle base référentielle se veut comparative et évolutive. Le protocole d'expérimentation décrira les conditions du déroulement des expériences adaptées à chaque problématique (techno-économique, spatiale, taphonomique…), d’enregistrement et de traitement des données. Enfin, l’application à quelques exemples d’industries archéologiques permettra de rendre compte des potentialités d’une telle démarche sur la connaissance des comportements économiques des groupes humains du Paléolithique moyen.

Haut de page

Texte intégral

L’apport de nouvelles données

1Dans le Sud-Ouest de la France, depuis plus d’une décennie, des travaux d’archéologie préventive précédant de grands travaux d’aménagement ont contribué à la découverte de nombreux sites du Paléolithique moyen. Ces fouilles récentes ont principalement concerné des occupations de plein-air qui s’échelonnent depuis les stades isotopiques 8 et 7, comme Petit-Bost dans la vallée de l’Isle, Cantalouette 1, Combe Brune 2 et 3 près de Bergerac sur la rive nord de la Dordogne, jusqu’au stade 4 comme Champ de Bossuet et La Mouline dans la vallée de l’Isle, La Folie en Charente ou encore Combemenue en Corrèze (Bourguignon et al. 2002a, 2004, 2006 ; Bourguignon & Turq 2003 ; Brenet & Folgado 2003, 2009 ; Brenet et al. 2008a, 2008b ; Brenet & Cretin 2008 ; Folgado & Brenet sous presse) – pour ne citer que quelques exemples.

2Les nouvelles données concernent la variabilité technologique intrinsèque aux industries lithiques et montrent, depuis le début du Paléolithique moyen, une réelle diversité des conceptions et méthodes de production des outillages. Elles renseignent également sur la complexité des comportements techno-économiques perceptibles au sein même des occupations et, plus largement, dans les territoires de subsistance.

3Ainsi, certaines de ces occupations, implantées sur des gîtes de matières premières  lithiques, révèlent des modes de fonctionnement complexes, qu’ils soient liés à la production et à l’utilisation des supports et outils aménagés ou façonnés, à l’apport de nucléus, ou encore aux déplacements des supports et des outils produits. L’économie de production et de consommation des sites plus éloignés des ressources en matière première paraît par contre dépendre d’un apport massif des matériaux et des artefacts sous la forme de blocs testés, de nucléus parfois en partie exploités, et enfin de tout un outillage taillé dans des roches d’origines diverses.

Les problématiques abordées

4Ces problématiques sur les compositions des ensembles archéologiques, la variabilité des chaînes opératoires et des économies de production lithique, et leur place et fonction au sein d’un territoire et d’un environnement donnés, se sont complexifiées. Elles nous ont amenés à modifier et à enrichir les grilles d’analyse technologique qui sont largement utilisées depuis le début des années 1990, et à engager une réflexion sur la manière d’aborder, d’étudier et d’interpréter les ensembles lithiques en question.

5En référence aux travaux novateurs antérieurs en technologie et techno-économie lithiques, et en particulier à ceux initiés sur les chaînes opératoires Levallois (Geneste 1985 ; Boëda 1986), il nous a paru nécessaire d’engager un projet d’expérimentation lithique adapté aux autres méthodes de production et aux divers matériaux exploités rencontrés dans les sites. Ce programme a débuté il y a cinq ans dans le cadre de l’Action collective de recherche sur le Paléolithique moyen en Aquitaine septentrionale (Umr 5199 Pacea et Inrap) et il se poursuit maintenant dans le cadre d’un Axe de recherche de l’Inrap sur le Paléolithique moyen. Il s’inscrit ainsi dans une volonté de réactualisation des approches technologiques et économiques des industries lithiques. Il a pour objectif de compléter le référentiel expérimental existant et pour ambition de devenir un outil méthodologique comparatif et évolutif d’aide à l’analyse de la variabilité des industries.

6Les problématiques que nous tentons d’aborder, par le biais de la comparaison des ensembles lithiques archéologiques avec un référentiel expérimental raisonné, relèvent de questionnements d’ordre qualitatif et quantitatif sur les conceptions et l’économie de production. Quelles sont les règles techniques internes et spécifiques aux schémas de production ? Si certains critères et procédés sont communs aux différentes méthodes, permettent-ils des passages ou des combinaisons, sur une même matrice, entre schémas de débitage et schémas de façonnage ? Quels sont les caractères techno-morpho-fonctionnels recherchés sur les supports produits ou aménagés ? Quelles sont les quantités et proportions d’éclats corticaux, d’aménagements et de supports de première intention issus de la production, en d’autres termes, quelle est la productivité moyenne par nucléus débité ? Que peut signifier une surabondance ou une carence affirmée de certaines catégories d’éclats ou de matrices ? Comment apprécier la variabilité interne à un schéma de débitage ou de façonnage en fonction de contingences telles que les qualités des matières premières et les niveaux de savoir-faire des artisans préhistoriques ?

7Les questionnements sont également d’ordre comportemental quant à la nature des occupations et à leurs fonctions au sein des territoires de subsistance : qu’est-ce qui définit le statut, la nature ou la fonction d’un site ? À partir de quels critères différencier des assemblages lithiques issus d’un atelier de production, d’une halte temporaire de chasse, d’un campement provisoire ou encore d’un site d’habitat ? Comment apprécier les assemblages lithiques tels qu’ils sont découverts en termes d’importance des groupes humains, de fréquences d’occupations, et selon quelles échelles chronologiques ? Les modes de fonctionnement de ces occupations sont-ils propres à un environnement précis et tributaires de ses ressources en matières premières ? Peut-on déjà envisager la possibilité de relations entre des occupations de natures parfois complémentaires ou identiques au sein d’un territoire défini et parcouru par des groupes humains ? Qu’est-ce qui définit un territoire d’approvisionnement, un territoire de subsistance ?

8Les études géoarchéologiques sur la conservation et l’intégrité des ensembles lithiques soulèvent enfin d’autres questions : comment apprécier l’absence ou la présence des petits éléments au sein d’un niveau archéologique et que nous dit-elle sur la mise en place et la conservation de ce même niveau ? Les méthodes de production et les matières premières produisent-elles toutes les mêmes quantités de petits éléments et d’esquilles ? Dans quelle mesure apprécier la qualité de conservation d’un ensemble lithique issu d’une multitude de comportements techniques sur les pourcentages de ces petits éléments ?

Le protocole expérimental

9La première étape de ce programme a été la mise au point d’un protocole expérimental systématique et d’une fiche d’enregistrement et d’observation. Il s’agissait de mieux mesurer et contrôler, pour chacun des tests mis en œuvre, les paramètres qualitatifs et quantitatifs concernant les matériaux exploités, les objectifs et les méthodes de production lithique envisagés, les connaissances et savoir-faire des expérimentateurs.

10Depuis le début du programme, une documentation photographique la plus complète possible a été rassemblée. De plus, chaque test expérimental a été enregistré en numérotation continue par expérimentateur sur une fiche à entrées multiples renseignant selon les problématiques abordées : les objectifs qualitatifs et quantitatifs affichés de la production en termes de méthode et de procédé de taille mis en œuvre, de supports produits ou de pièces façonnées recherchées ; la matière première exploitée (son origine lithologique, les types de modules, ses dimensions et son poids) ; les outils de percussion utilisés (le matériau, sa morphologie, les dimensions, le poids avant puis après le test, les modifications intervenues après les impacts de percussion) ; les connaissances et les savoir-faire de l’expérimentateur, en fonction des objectifs fixés ; le temps opérationnel du test dans le cas d’un test continu ; le type de sol sur lequel est réalisée l’expérimentation ; la position du tailleur, le maintien des blocs taillés et le mode de préhension des percuteurs ; l’appréciation générale, par le tailleur, de la conduite du processus et d’éventuels changements d’objectifs ;  et enfin, les observations sur la répartition spatiale de l’amas de taille à la fin de la production.

11Tous les artefacts produits et tous les déchets sont conservés, et ce quelles que soient leurs dimensions (les poussières et les esquilles, les éclats de tous types et les nucléus) ; il en est de même pour les outils de percussion. Les uns et les autres sont conditionnés par test quand les questionnements concernent les seuls produits recherchés ; ils peuvent aussi l’être par séquence opératoire si la problématique est orientée vers la représentativité des phases de production.

12Les séries expérimentales peuvent ensuite être décomptées et étudiées selon la même grille d’analyse et les mêmes outils statistiques que le matériel archéologique. Tous les artefacts supérieurs à 2 cm sont caractérisés et classés suivant l’étape du processus de débitage ou de façonnage au cours de laquelle ils ont été produits ou sont intervenus (décorticage, plein débitage, aménagements, etc.).

13Un inventaire synthétique des expérimentations regroupe les informations issues de ce premier niveau d’analyse. Il rassemble, pour chaque expérimentateur et chaque expérimentation, les quantités et poids des artefacts de chacune des séquences opératoires. Le corpus expérimental mis en œuvre depuis 2005 est déjà riche de plus de 160 tests réalisés dans le cadre d’expérimentations ciblées sur des problématiques concernant des productions de débitage ou de façonnage attribuées au Paléolithique moyen.

14Des comparaisons entre le référentiel et les assemblages lithiques archéologiques ont déjà été engagées sur des registres variés, tels que les méthodes de production et leurs règles spécifiques, la morphologie des supports recherchés et leurs implications techno-économiques sur les ensembles considérés. Ainsi avons-nous abordé plusieurs thématiques comme la diversité des modalités de débitage Levallois (déjà initiée par Jean-Michel Geneste et Éric Boëda), la productivité du débitage discoïde à pointes pseudo-Levallois sur silex et quartzite, les schémas et procédés de façonnage de pièces ou de racloirs bifaciaux, la variabilité des débitages laminaires à la percussion dure, ou encore l’évolution physique d’un amas de façonnage exposé à un contexte périglaciaire.

15Nous évoquerons également un aspect méthodologique particulier de nos comparaisons entre séries lithiques expérimentales et séries archéologiques, celui de la quantification des différentes catégories technologiques – à la fois en termes de pourcentages sur l’ensemble de la série et de ratios par matrice exploitée. Ces deux types de calcul nous semblent en effet complémentaires : les pourcentages permettent de comparer la représentativité des catégories d’artefacts entre elles, en particulier dans le cas d’une production sans prélèvement ni apport ;les ratios, quant à eux, aident à mettre en évidence le rendement (ou la productivité) en supports variés par matrice exploitée. Ces ratios aident également à mettre en parallèle des débitages expérimentaux ou archéologiques différents.

Quelques exemples d’application

16Les premiers résultats sont d’ores et déjà très significatifs. Nous en évoquerons seulement quelques exemples parmi les plus marquants.

17Les divers débitages expérimentaux Levallois unipolaires et centripètes ont montré en particulier une variabilité marquée, qualitative et quantitative, entre les différentes modalités et entre les expérimentateurs. Une productivité plus marquée a par exemple été observée pour le Levallois centripète en termes de ratios de catégorie de supports par nucléus débité, ce qui n’était pas apparent pour les pourcentages de catégories (fig. 1).

18Une première comparaison avec des ensembles du Paléolithique moyen du Sud-Ouest de la France à forte composante Levallois a mis en évidence des différences d’ordre économique marquées entre les occupations selon les modes d’acquisition de la matière première, d’apport de nucléus et selon les modes d’exportation des nucléus et des supports.

19Par exemple, à Combe Brune 2 et au Petit-Bost (Dordogne), la production aurait été pour l’essentiel réalisée in situ, sur du silex local, et près de 20 % des supports produits auraient été exportés.

20Les sites de Chemin d’Herbe (Lot-et-Garonne), de La Conne de Bergerac et de Combe Brune 1 (Dordogne) se caractériseraient en revanche par la prédominance de nucléus importés à divers stades d’exploitation et par une exportation marquée des supports produits in situ.

21D’autres sites, comme La Rogère (Dordogne) et la Folie (Charente), témoigneraient de comportements économiques intermédiaires, avec une production sur des nucléus en partie importés, conjuguée à une consommation et une exportation de supports (Bourguignon et al. 2002b ; Bourguignon et al. 2008 ; Brenet et al. 2009 ; Brenet & Folgado 1998 ; Brenet en cours – fig. 2).

22L’expérimentation conduite sur le débitage de conception discoïde, sur silex et quartzite, orienté vers la production de pointes pseudo-Levallois, a dans un premier temps mis en évidence les différences de productivité entre les deux matériaux, pour des expérimentateurs de niveaux équivalents (fig. 3). En effet, alors que le rendement en pointes pseudo-Levallois par nucléus est très proche pour les deux matériaux (6 à 7 pointes), le débitage sur quartzite a été plus productif en tous types de supports (Bourguignon et al. sous presse).

23La comparaison engagée avec des productions archéologiques à débitage discoïde issues d’occupations de plein air ou d’abris sous roche ouvre d’intéressantes perspectives sur l’économie et sur les modes de circulation des pointes pseudo-Levallois entre les sites comme ceux rencontrés en Aquitaine ou dans le Nord de la France. Alors que tous les sites illustreraient de manière significative une exportation des pointes pseudo-Levallois, ils se distingueraient entre eux par le mode d’introduction des matrices (blocs testés au nucléus déjà largement productif).

24Une autre expérimentation a été menée à propos de différentes méthodes de débitages laminaires à la percussion dure rencontrées au Paléolithique moyen et au début du Paléolithique supérieur – depuis le débitage Levallois à éclats allongés, les débitages laminaires unis et bipolaires non Levallois, jusqu’au débitage laminaire châtelperronien. Il s’agissait de mieux comprendre et distinguer les schémas d’exploitation des surfaces ou des volumes des nucléus. Il s’agissait également de faire varier les gestes et trajectoires de percussion – rentrants et tangentiels – et d’en mesurer les conséquences sur les caractères des produits.

25Les analyses qualitatives de ces tests expérimentaux sont actuellement en cours. Les premières mesures morpho-métriques des supports produits et les comparaisons avec des productions archéologiques montrent en moyenne un moindre allongement et une moindre épaisseur des débitages Levallois qui permettent de les distinguer des débitages laminaires volumétriques.

26Un autre exemple est celui de la confection expérimentale de pièces bifaciales sur plaquettes et éclats corticaux, afin de mieux comprendre la production de façonnage de l’occupation de Cantalouette 1, récemment découverte à Creysse en Dordogne et daté à 220 000 ans (Brenet et al. 2008a).

27D’une part, l’utilisation du percuteur dit dur/tendre tout au long de la confection des pièces a été mise en évidence – ces percuteurs sont des petits blocs de silex corticaux utilisés en percussion tangentielle. D’autre part, la comparaison des productions expérimentale et archéologique a confirmé l’interprétation du site comme un lieu de production et de consommation de pièces bifaciales (fig. 4). Nous présenterons en dernier lieu les résultats expérimentaux qui touchent à l’aspect taphonomique et à l’intégrité des ensembles lithiques archéologiques. L’une des questions récurrentes est celle des quantités et de la conservation des petits éléments générés, sur différents matériaux, par les différentes conceptions de débitage ou de façonnage. En quoi ces quantités dépendent-elles des différentes variables : méthodes et schémas de production mis en œuvre, procédés de percussion (dur ou tendre), et des matériaux exploités ?

28Nous avons comparé à cet effet les expérimentations de débitage Levallois et discoïde conduites sur différents matériaux en fonction de deux grandes catégories dimensionnelles : la fraction grossière dont les éléments ont été récoltés avec des tamis à mailles supérieures ou égales à 20 mm et la fraction fine dont les éléments ont été récoltés avec des tamis à mailles de 5 et 10 mm. Les pourcentages de cette fraction fine permettent de distinguer les débitages Levallois des débitages discoïdes, avec 84 à 85 % de petits éléments pour les premiers et 79 à 81 % pour les seconds.

Fig. 1

Fig. 1

Comparaison, en ratios d’éclats par catégorie et par nucléus, des productions expérimentales Levallois centripète et Levallois unipolaire ; la production centripète a montré un meilleur rendement par nucléus débité

Fig. 2

Fig. 2

Comparaison, en ratios, de la production expérimentale Levallois centripète avec plusieurs ensembles lithiques de conception Levallois ; les productions archéologiques témoignent de comportements économiques variés qui intègrent l’apport de nucléus parfois en partie exploités, la production, la consommation et l’exportation de certains supports produits

Fig. 3

Fig. 3

Comparaison, en pourcentages, des productions expérimentales discoïdes sur silex et sur quartzite ; pour les deux matériaux, les pointes Levallois sont la deuxième catégorie représentée après les éclats corticaux

Fig. 4

Fig. 4

Comparaison en pourcentages de la production de façonnage de Cantalouette 1 en Dordogne avec une production de façonnage expérimentale. Cette mise en parallèle confirme l’interprétation du site comme lieu de production de pièces bifaciales

Les perspectives

29Les expérimentations qualitatives et quantitatives, ainsi que leur mode d’enregistrement, se révèlent être un bon outil méthodologique d’analyse de la complexité des industries prises en compte. Elles aident d’une part à la compréhension de la dichotomie entre les schémas d’intention et les schémas de réalisation grâce à la mise en parallèle des productions dues à des expérimentateurs de différents niveaux de compétence. Elles permettent aussi de mieux distinguer certains traits techniques spécifiques des schémas mis en œuvre, comme les procédés de percussion, les constructions volumétriques des matrices lithiques exploitées ou façonnées, et les caractères recherchés sur les supports et outils produits.

30Les résultats les plus marquants sont, en l’état, ceux relevant de problématiques ciblées sur les modes de fonctionnement des occupations étudiées. Ont été ainsi traités certains aspects techno-économiques comme les quantités de nucléus exploités, de supports recherchés et de pièces façonnées. Les occupations se différencient et révèlent parfois de véritables économies de production et de circulation des matériaux, des matrices exploitées et des outillages.

31Ce programme expérimental sur le Paléolithique moyen se poursuivra dans les années à venir. Le cadre en sera tout aussi méthodique avec une adaptation continue des tests réalisés aux questionnements posés, aux matériaux et aux méthodes de production observés. Il n’est pas, cependant, considéré comme un modèle inamovible mais est conçu comme un outil méthodologique évolutif, complémentaire des autres analyses technologiques, pour arriver à prendre en compte les résultats issus des autres champs d’investigation concernant d’autres matériaux et les ressources non lithiques.

Haut de page

Bibliographie

Boëda, E. 1986. Approche technologique du concept Levallois et évaluation de son champs d’application : étude de trois gisements saaliens et weichséliens de la France septentrionale. Thèse de doctorat, Paris-X - Nanterre.

Bourguignon, L. & A. Turq. 2003. « Une chaîne opératoire de débitage discoïde sur éclat du Moustérien à denticulés aquitain : les exemples de Champs de Bossuet et de Combe-Grenal c.14 », in : M. Peresani (éd.), Discoïd Lithic Technology. Advances and Implications. Oxford, Archaeopress (BAR International Series ; 1120) : 131-152.

Bourguignon, L., F. Sellami, V. Deloze, N. Sellier-Segard, S. Beyries & A. Emery-Barbier. 2002a. « L’habitat moustérien de la Folie (Poitiers, Vienne) : synthèse des premiers résultats », Paléo, 14 : 29-48.

Bourguignon, L., F. Sellami, V. Deloze, N. Sellier-Segard, S. Beyries & A. Emery-Barbier. 2002b. Le gisement moustérien de La Folie, Poitiers. Document final de synthèse, Afan, Sra Aquitaine.

Bourguignon, L., I. Ortega, F. Sellami, M. Brenet, F. Grigoletto, S. Vigier, A. Daussy, J.-F. Deschamps & F. Casagrande. 2004. « Les occupations paléolithiques découvertes sur la section Nord de la déviation de Bergerac : résultats préliminaires obtenus à l’issue des diagnostics », Préhistoire du Sud-Ouest, 11-2 : 155-171.

Bourguignon, L., P. Bertran, H. Djema, S. Henry-Duplessis, M. Duplessis, J. Teresa-Matamoros, C. Lahaye. 2006. Petit Bost (Neuvic), A89 Section 2.3. Rapport final d’opération, Sra Aquitaine, Inrap.

Bourguignon, L., H. Djema, P. Bertran, C. Lahaye & P. Guibert. 2008. « Le gisement Saalien de Petit-Bost (Neuvic, Dordogne) à l’origine du Moustérien d’Aquitaine ? » in : J. Jaubert, J.-G. Bordes & I. Ortega, Les sociétés du Paléolithique dans un Grand Sud-Ouest : nouveaux gisements, nouveaux résultats, nouvelles méthodes. Actes des Journées Spf, université de Bordeaux-1, 24-25 novembre 2006. Paris, Société préhistorique française (Mémoire de la Spf, XLVII) : 41-55.

Bourguignon, L, M. Brenet, M. Folgado, I. Ortega. Sous presse. « Aproximación tecno-económica del debitage Discoide de puntas pseudo-Levallois : El aporte de la experimentación », in : Actas del segundo congreso internacional de arqueologia experimental, Ronda-Malaga, Espagne, 26-28 nov. 2008.

Brenet, M. En cours. La Graulet et La Conne de Bergerac (Bergerac, Dordogne), Bergerac, RN21 section sud. Document final de synthèse de sauvetage urgent, Inrap, Sra Aquitaine.

Brenet, M. & C. Cretin. 2008. « Le gisement paléolithique moyen et supérieur de Combemenue (Brignac-la-Plaine, Corrèze). Du microvestige au territoire, réflexions sur les perspectives d’une recherche multiscalaire », in : T. Aubry, F. Almeida, A. C. Araújo & M. Tiffagom (éd.), Proceedings of the XV World Congress Uispp (Lisbon, 4-9 Sept. 2006). Space and Time : Which Diachronies, which Synchronies, which Scales ? Typology vs Technology, Sessions C64 and C65. Oxford, Archaeopress (BAR International Series ; 1831) : 35-44.

Brenet, M. & M. Folgado. 1998. « Les gisements paléolithiques du Champ des débats, de La Rogère 1, des Forets et de La Croix de Trote. Autoroute A89, section Arveyres–Montpon », Bulletin de la Société préhistorique française, 95, 3 : 429-431.

Brenet, M. & M. Folgado. 2003. « Le débitage discoïde du gisement des Forets à Saint-Martin-de-Gurçon (Dordogne) », in : M. Peresani (éd.), Discoïd Lithic Technology. Advances and Implications. Oxford, Archaeopress (BAR International Series ; 1120) : 153-178.

Brenet, M. & M. Folgado. Sous presse. « Relations techno-économiques entre débitage et façonnage sur les gisements du Paléolithique moyen ancien de Cantalouette 1 et Combe Brune 3 (Creysse, France) », in : Approches méthodologiques intégrées pour l’étude des outils lithiques préhistoriques, Florence, 13-15 décembre 2007, Rivista di Scienze Preistoriche, LIX-2009.

Brenet, M., M. Folgado, P. Bertran, A. Lenoble, P. Guibert & E. Vieillevigne. 2008a. « Interprétation de la variabilité technologique de deux industries du Paléolithique moyen ancien du Bergeracois : Cantalouette 1 et Combe Brune 3 (Creysse, Dordogne). Contexte géoarchéologique et chronologique, analyse techno-économique », in : J. Jaubert, J.G. Bordes & I. Ortega, Les sociétés du Paléolithique dans un Grand Sud-Ouest : nouveaux gisements, nouveaux résultats, nouvelles méthodes. Actes des Journées Spf, Bordeaux-1, 24-25 nov. 2006. Paris, Société préhistorique française (Mémoire de la Spf ; 37) : 57-81.

Brenet, M., M. Folgado, S. Vigier, E. Claud, P. Bertran & C. Lahaye. 2008b. Étude interdisciplinaire des niveaux paléolithiques de Combe Brune 2 (Creysse, Dordogne). Bergerac, RN21 section nord. Rapport final d’opération, Inrap, Sra Aquitaine.

Brenet, M., S. Vigier, E. Claud, P. Bertran & J. L. Schwenninger. 2009. Économie de débitage et de matière première sur le gisement du Paléolithique moyen récent de Chemin l’Herbe (Saint-Antoine de Ficalba, Lot-et-Garonne). Saint-Antoine de Ficalba, RN21. Rapport final d’opération, Inrap, Sra Aquitaine.

Folgado, M & M. Brenet. Sous presse. « Économie de débitage et organisation de l’espace technique sur le site du Paléolithique moyen de plein-air de La Mouline (Dordogne, France) », in : N. Conard & A. Delagnes (éd.), Settement Dynamics of the Middle Paleolithic and Middle Stone Age, vol. III. Tübingen, Kerns Verlag (Tübingen Publications in Prehistory).

Geneste, J.-M. 1985. Analyse lithique d’industries moustériennes du Périgord : une approche technologique du comportement des groupes humains au Paléolithique moyen. Thèse de 3e cycle, université de Bordeaux-I, 2 volumes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Comparaison, en ratios d’éclats par catégorie et par nucléus, des productions expérimentales Levallois centripète et Levallois unipolaire ; la production centripète a montré un meilleur rendement par nucléus débité
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/941/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 2
Légende Comparaison, en ratios, de la production expérimentale Levallois centripète avec plusieurs ensembles lithiques de conception Levallois ; les productions archéologiques témoignent de comportements économiques variés qui intègrent l’apport de nucléus parfois en partie exploités, la production, la consommation et l’exportation de certains supports produits
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/941/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 3
Légende Comparaison, en pourcentages, des productions expérimentales discoïdes sur silex et sur quartzite ; pour les deux matériaux, les pointes Levallois sont la deuxième catégorie représentée après les éclats corticaux
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/941/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 4
Légende Comparaison en pourcentages de la production de façonnage de Cantalouette 1 en Dordogne avec une production de façonnage expérimentale. Cette mise en parallèle confirme l’interprétation du site comme lieu de production de pièces bifaciales
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/941/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Brenet, Laurence Bourguignon, Mila Folgado et Illumina Ortega, « Élaboration d’un protocole d’expérimentation lithique pour la compréhension des comportements techniques et techno-économiques au Paléolithique moyen », Les nouvelles de l'archéologie, 118 | 2009, 60-64.

Référence électronique

Michel Brenet, Laurence Bourguignon, Mila Folgado et Illumina Ortega, « Élaboration d’un protocole d’expérimentation lithique pour la compréhension des comportements techniques et techno-économiques au Paléolithique moyen », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 118 | 2009, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/941 ; DOI : 10.4000/nda.941

Haut de page

Auteurs

Michel Brenet

Inrap (base archéologique de Campagne), Umr 51199 Pacea, université Bordeaux-1, Talence
michel.brenet@inrap.fr

Articles du même auteur

Laurence Bourguignon

Inrap (base archéologique de Campagne), Umr 5199 Pacea
laurence.bourguignon@inrap.fr

Mila Folgado

Inrap (base archéologique de Campagne), Umr 51199 Pacea
milagros.folgado-lopez@inrap.fr

Illumina Ortega

Inrap (base de Campagne), Umr 7041
iluminada.ortega@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org