Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Étude expérimentale des macrotraces d’utilisation sur les tranchants des bifaces

Caractérisation et potentiel diagnostique
Émilie Claud, Michel Brenet, Serge Maury et Vincent Mourre
p. 55-60

Résumés

Cet article présente un référentiel expérimental de macro-traces d’utilisation sur des bifaces en silex. L’originalité de ces stigmates par rapport à ceux présents sur les supports bruts est mise en évidence, tout comme leur potentiel diagnostique, grâce à la recherche de récurrences et de différences au sein du corpus de traces d’utilisation. Un exemple d’utilisation de ce référentiel est donné, à travers l’étude tracéologique de bifaces du Paléolithique moyen de La Graulet et de La Conne de Bergerac (Dordogne). Les données fonctionnelles, combinées aux données morphologiques, permettent de montrer l’existence d’un lien entre la forme des bifaces et leur mode de fonctionnement, et vont à l’encontre de l’hypothèse, souvent émise, selon laquelle les bifaces étaient polyfonctionnels.

Haut de page

Texte intégral

Problématique et objectifs

1L’expérimentation constitue l’une des bases méthodologiques des études fonctionnelles ou tracéologiques, puisqu’elle permet d’établir des référentiels de traces dont l’origine est réputée susceptible de pouvoir être comparée avec les stigmates présents sur le matériel archéologique (Semenov 1964 ; Plisson 1991). Nous présentons ici un catalogue expérimental de traces macroscopiques d’utilisation sur des bifaces en silex.

2Plusieurs raisons nous conduisent à concentrer notre attention sur l’échelle macroscopique, accessible par un examen à la loupe binoculaire. Premièrement, il est acquis que les macrotraces (Lemorini 2000), tels les esquillements et les émoussés, peuvent renseigner sur les modes de fonctionnement des outils, notamment lithiques (Tringham et al. 1974 ; Odell & Odell-Vereecken 1980), et être utilisées seules ou en complément des micro-traces (polis, stries, micro-émoussés). Ces dernières peuvent en effet indiquer la dureté relative de la matière travaillée et le mouvement effectué (mode d’action). Deuxièmement, les macrotraces sont en général mieux conservées que les microtraces : leur interprétation est donc fondamentale, notamment pour l’étude des industries anciennes, qui sont souvent intensément touchées par des altérations d’origine naturelle (Beyries 1990). Enfin, s’il a été mis en évidence que les caractéristiques des esquillements varient fortement en fonction de la morphologie du tranchant (Tringham et al. 1974), les variations liées à ce paramètre ont peu été documentées et illustrées. L’effet de la présence de retouches sur la formation des esquillements n’a, par exemple, pas fait l’objet de recherches systématiques et les référentiels publiés concernent surtout les tranchants bruts.

3Pour réduire ces lacunes, nous avons exploré le comportement à l’usure des tranchants des bifaces avec l’espoir d'arriver à mieux comprendre leur fonction. Depuis le xixe siècle les bifaces, fréquents à l’Acheuléen et au Paléolithique moyen en Europe, ont souvent été présentés comme des outils polyfonctionnels, du fait de leurs caractéristiques morphologiques et de leurs traces d’usure (Macalister 1921 ; Posnansky 1959 ; Soriano 2000 ; Soressi 2002). Pourtant les études tracéologiques, relativement rares (voir néanmoins Veil et al. 1994 ; Mitchell 1998 ; Soressi & Hays 2003), ont généralement été réalisées sur de faibles échantillons. De plus, la production de différentes morphologies de bifaces a pu conditionner des modes de fonctionnement distincts (Albrecht & Müller-Beck 1988 ; Phillipson 1997), susceptibles d’avoir évolué en fonction de l’état de réduction de ces outils connus pour leur longévité (Soressi & Hays 2003 ; Boëda, Soriano & Noël-Soriano 2004 ; Brenet & Folgado 2006). Il paraissait donc utile de s’interroger à nouveau sur eux à la lumière de données techno-morphologiques.

4Après avoir détaillé le protocole et les techniques que nous avons mises en œuvre dans le cadre des expérimentations, nous documentons l’originalité et le caractère diagnostique des stigmates d’utilisation macroscopiques. Enfin, un exemple d’utilisation de ce référentiel est donné, à travers l’étude tracéologique des bifaces du Paléolithique moyen de La Graulet et de La Conne de Bergerac (Dordogne).

Protocole expérimental

5Les bifaces expérimentaux ont été confectionnés selon des techniques et des méthodes identifiées pour le Paléolithique moyen et mises en œuvre notamment au Moustérien de tradition acheuléenne (Mta). Des éclats ont souvent servi de supports au façonnage puis à l’affûtage des bifaces réalisés au percuteur tendre organique ou minéral par gestes tangentiels. Nombreux sont ceux qui présentent deux bords latéraux convergents retouchés en racloirs et une base non coupante (Soressi 2002), à l’image des bifaces Mta « classiques » (fig. 1). L’angle coupant des bords latéraux est compris entre 40° et 50°, et leur section est plano-convexe. Les bifaces à tranchant distal transversal, d’angle de coupant équivalent et de section biplane, sont plus rares. Différents silex ont été utilisés : Sénonien brun (« Grain de Mil »), noir et maastrichtien.

Fig. 1

Fig. 1

Exemples de bifaces expérimentaux utilisés en percussion dans le cadre d’une activité de boucherie

6Des empreintes et moulages des tranchants ont été réalisés avant l’utilisation des bifaces, afin d’enregistrer leur état initial et de servir de points de comparaison pour identifier les modifications liées réellement à l’utilisation, et non à la retouche. Un élastomère dentaire appelé Provil Novo Light (Heraeus Kulzer, Allemagne) a été utilisé pour les empreintes (Dubreuil 2001), le moulage des bords étant fait grâce à une résine polyuréthane réactive (Pascal Rosier), très fluide, fidèle et résistante, dont le retrait est inférieur à 0,4 %.

7Les activités expérimentales ont été pratiquées dans le cadre d’une thèse réalisée par l’un des auteurs (Claud 2008), du Programme collectif de recherche (Pcr) « Des traces et des Hommes » (Thiébaut et al., p. 49-55) et de l’Axe de recherche commune (Acr) 141 de l’Inrap (Brenet et al., p. 60-64).

8Sur les 72 bifaces utilisés, 102 zones actives ont servi, plusieurs tranchants ayant pu fonctionner sur une même pièce. Les modes d’utilisation des bifaces correspondent aux activités qui ont pu être pratiquées par les hommes du Paléolithique ancien et moyen, telles que la boucherie, le travail du bois et celui de la peau. Quelques expérimentations ont été réalisées avec les matières dures animales, minérales, les herbacées et la terre. Des actions longitudinales (coupe, sciage ou rainurage), transversales (raclage), verticales (percussion) et plus rarement rotatives (perçage) ont été exécutées (tabl. 1). Les bords latéraux convergents, la pointe distale et le tranchant distal transversal sont les zones les plus souvent utilisées. Excepté quelques pièces emmanchées (principalement employées pour trancher du bois en percussion), les bifaces ont en général été tenus à main nue ou par l’intermédiaire d’une gaine en cuir. Leur temps d’utilisation est variable (3 à 110 minutes), le plus souvent entre 10 et 30 minutes. L’ensemble des paramètres propres à l’outil expérimental et au déroulement de l’expérimentation ont été enregistrés : nom du tailleur, nom de la personne ayant pratiqué l’activité, matière première, nature exacte et état de la matière travaillée, mode d’action, objectifs du travail, mode de préhension, temps d’utilisation, efficacité, etc.

Tabl. 1

Tabl. 1

Modes de fonctionnement des bifaces expérimentaux (les chiffres indiquent le nombre de zones actives)

9Les bifaces ont pour la plupart été nettoyés simplement à l’eau savonneuse. Les pièces présentant des résidus persistants ont été trempées dans de l’eau oxygénée (résidus animaux) ou dans de l’acétone (résidus végétaux).

10Enfin, grâce à une loupe binoculaire, les traces d’utilisation ont été recherchées et décrites en comparant l’état du bord usé avec l’état initial (moulages). La nomenclature utilisée pour caractériser les esquillements est principalement issue de la Hoho Classification proposée à l’occasion de la conférence de Burnaby au Canada (Hayden 1979), des travaux d’Odell et Odell-Vereecken (1980), d’Akoshima (1987) et de Prost (1989). Les critères descriptifs, communs à la plupart des tracéologues, sont les suivants : localisation, position, distribution, disposition, nombre, morphologie, terminaison, étendue, initiation, taille, allongement et direction. De nouveaux critères ont également été pris en compte ; il s’agit du nombre de superpositions successives d’esquillements, et de la profondeur de l’esquillement (importance de la concavité créée sur le tranchant vu en plan). Par ailleurs, la position et l’intensité des émoussés ont été renseignées.

11Dans un souci de concision, nous invitons le lecteur à consulter la thèse de l’un des auteurs (Claud 2008), dans laquelle cette nomenclature fait l’objet de descriptions et illustrations.

Analyse des stigmates expérimentaux : caractérisation et intérêt interprétatif

12Sur la centaine de tranchants utilisés, 90 portent des macro-traces, le plus souvent des esquillements. Cette échelle d’observation n’est donc pas à négliger malgré le caractère résistant des bords retouchés par rapport aux tranchants bruts sur lesquels les esquillements sont habituellement décrits. Les tranchants sans macrotraces ont servi à travailler du bois végétal tendre et fibreux déjà écorcé comme du peuplier frais (sciage 10 à 15 minutes, raclage 15 à 40 minutes, rainurage 25 minutes), à couper de la viande une fois retirée de la carcasse (30 minutes) et enfin à écharner la peau fraîche (40 minutes).

13Les macrotraces sur les tranchants des bifaces peuvent être comparées à celles qui figurent sur les tranchants bruts d’angle équivalent, décrites dans la littérature (voir notamment Tringham et al. 1974 ; Odell & Odell-Vereecken 1980) et observables au sein d’un référentiel récemment constitué (Claud 2008). Des différences notables ont été notées dans le cas de la coupe de matières carnées et cutanées, et de l’ensemble des travaux sur le bois végétal (fig. 2). Les stigmates produits par les matières dures animales et minérales, la terre, les herbacées ainsi que le raclage de peau présentent davantage de caractéristiques communes avec ceux relevés sur les tranchants bruts.

Fig. 2

Fig. 2

Comparaison entre les esquillements observés sur un tranchant brut et sur un tranchant retouché de biface, dans le cas de la coupe de matières carnées résistantes et du sciage de bois végétal

14Parmi les différences observées, les esquillements ont tendance à être plus petits, moins nombreux, plus souvent discontinus et isolés. Certaines morphologies sont absentes comme les demi-lunes ; d’autres sont privilégiées comme les trapézoïdales ; la terminaison en escalier est plus fréquente. La profondeur des esquillements est moindre pour une même opération. Leur allongement est plus faible pour les actions longitudinales, tandis qu’il est parfois plus important pour les actions transversales en raison de leur faible étendue.

15La position, le nombre de générations, l’initiation et la direction sont en revanche peu affectés par la présence de retouches. Il en est de même des émoussés et arrondis.

16Ces expérimentations ont permis d’observer des récurrences dans les caractéristiques des macrotraces d’utilisation pour un même mode de fonctionnement, et des différences pour des modes de fonctionnement distincts (fig. 3 et 4), ce qui confirme leur caractère diagnostique. Les tranchants des bifaces obéissent aux mêmes « règles » d’usure que les tranchants bruts. Les mêmes paramètres (dureté de la matière travaillée, mouvement, etc.) induisent des différences dans les caractéristiques des traces, et une combinaison de critères doit être prise en compte pour leur interprétation : morphologie, distribution, terminaison, etc. À partir de ces stigmates, le mode d’action peut donc être déterminé, et la distinction entre des matières animales tendres, végétales tendres, végétales moyennement dures, organiques dures, minérales meubles, et minérales dures peut être faite. Le degré de précision est plus faible que celui atteint grâce à l’étude des polis, car chaque catégorie citée ci-dessus regroupe plusieurs matières travaillées, comme la viande et la peau au sein des matières animales tendres, et l’os, le bois de cervidé et le bois végétal très dur au sein des matières organiques dures

Fig. 3

Fig. 3

Esquillements dus au travail de différentes matières selon une action longitudinale sur des tranchants de bifaces.

Fig. 4

Fig. 4

Esquillements dus au travail du bois végétal selon différents modes d’action sur des tranchants de bifaces

17Il faut également garder à l’esprit que certaines des activités testées expérimentalement ne sont parfois pas perceptibles à l’échelle macroscopique, comme la coupe de matières animales tendres sans contact avec l’os. L’identification de ces fonctionnements nécessite alors un examen des polis d’utilisation, présents de manière systématique sur nos pièces expérimentales, mais qui sont plus rarement conservés sur le matériel archéologique.

18Enfin, nous avons aussi pu vérifier que ces macrotraces d’utilisation sont faciles à distinguer des altérations naturelles, des enlèvements de retouche et des stigmates liés à la préhension. Ces distinctions, qui ont par ailleurs été renseignées sur les supports non bifaciaux (Tringham et al. 1974 ; Odell & Odell-Vereecken 1980 ; Rots 2004), sont indispensables pour utiliser ces stigmates comme des indices fonctionnels lors des études tracéologiques. Contrairement aux esquillements d’utilisation, les micro-enlèvements de régularisation de retouche sont parfois très étendus et ils diminuent l’angle de coupant du tranchant. Les traces liées à la préhension à mains nues et par l’intermédiaire d’une gaine sont, quant à elles, beaucoup moins fréquentes et plus réduites que les traces d’utilisation. Les stigmates liés à l’emmanchement sont discrets et rares, en raison de l’utilisation fréquente d’adhésifs (Rots 2004). La localisation de l’ensemble des traces de préhension est enfin différente de celle des traces d’utilisation, car elle se limite aux zones les plus en contact avec les doigts ou la limite du manche, au lieu d’être distribuée de façon régulière le long d’un tranchant.

Exemple d’application : étude tracéologique des bifaces de La Graulet et de La Conne de Bergerac 

19Ce référentiel de traces d’utilisation a été utilisé pour déterminer les modes de fonctionnement de bifaces moustériens (Claud 2008), notamment de La Graulet (niveau 3) et de La Conne de Bergerac en Dordogne (Brenet en préparation). Ces gisements de plein air sont situés sur le tracé de la déviation de Bergerac-sud et leurs industries, attribuées à une phase récente du Paléolithique moyen, ont été rapprochées du Mta. Les bifaces, en silex bergeracois pour la plupart, ont été introduits déjà façonnés et retouchés. L’état macroscopique des pièces est correct, mis à part quelques enlèvements, cupules et cassures, d’origine naturelle ou accidentelle.

20Sur les dix bifaces, quatre portent des macrotraces d’utilisation. Deux bifaces de La Conne de Bergerac, cordiformes et à bords convergents, présentent des esquillements diagnostiques d’une coupe délicate de matières tendres de nature animale, nature qui a été confirmée par la présence, sur l’une des pièces, d’un poli de coupe de matières carnées et/ou cutanées (fig. 5). Sur deux bifaces de La Graulet, ovalaires et à tranchant distal transversal, les macrotraces indiquent une utilisation pour trancher en percussion une matière organique moyennement dure telle que le bois. Aucune trace de préhension n’a été observée, les outils de la tracéologie ne peuvent donc pas apporter d’informations à ce sujet. Cependant, plusieurs éléments pourraient aller dans le sens d’un emmanchement des bifaces ovalaires : 1) des expérimentations de tranchage de bois avec des répliques non emmanchées ont été douloureuses et laborieuses, un système d’emmanchement apporterait un confort et un gain d’efficacité, grâce au bras de levier et au poids supplémentaire ; 2) ces pièces sont légères (autour de 200 g) et leur base, peu épaisse et régulièrement retouchée, ne s’oppose pas a priori à son insertion dans un éventuel dispositif d’emmanchement.

Fig. 5

Fig. 5

Bifaces de La Conne de Bergerac (a) et de La Graulet (b) présentant des macro-traces d’utilisation indiquant leur utilisation pour couper des matières animales tendres et percuter des matières moyennement dures telles que du bois végétal (dessins F. Brenet)

21Ces données nous permettent de proposer, pour ces deux occupations moustériennes, l’existence de deux groupes morpho-fonctionnels distincts : 1) des bifaces à bords convergents utilisés pour couper des matières tendres animales, probablement lors d’activités de boucherie, et 2) des bifaces à tranchant distal transversal ayant servi à hacher des matières organiques moyennement dures comme du bois.

22Sur les bifaces, les macrotraces sont donc de bons indicateurs tracéologiques et leur analyse, seule ou complémentaire de celle des microtraces lorsqu’elles sont conservées, est un atout majeur pour les interprétations fonctionnelles.

23Les clés de lecture dégagées grâce à ce référentiel ont été appliquées aux bifaces de La Graulet et de La Conne de Bergerac, mais également à d’autres séries, notamment 48 bifaces du site de Chez-Pinaud (Charente-Maritime, Airvaux 2004 ; Jaubert et al. 2008). Ces études montrent que les bifaces n’ont pas servi pour n’importe quelle activité, indépendamment de leurs caractéristiques techno-morphologiques, et remettent en question l’hypothèse selon laquelle les bifaces étaient polyfonctionnels.

24Ce référentiel constitue une première étape dans la documentation des traces d’utilisation portées par les bifaces, puisqu’il reste à élargir l’application de l’approche fonctionnelle proposée, notamment en renseignant le comportement à l’usure de pièces fabriquées dans d’autres matières premières que le silex.

Haut de page

Bibliographie

Airvaux, J. 2004. Le site de Chez-Pinaud à Jonzac, Charente-Maritime. Premiers résultats : études sur la coupe gauche. Supplément au numéro 8 de Préhistoire du Sud-Ouest.

Akoshima, K. 1987. « Microflaking quantification », in : G. Sieveking & M. Newcomer, The Human Uses of Flint and Chert. Papers from the Fourth International Flint Symposium. Cambridge, Cambridge University Press : 71-79.

Albrecht, G. & H. Müller-Beck. 1988. « The Palaeolithic of Sehremuz near Samsat on the Euphrates river. Summary of the excavation fondings and a morphology of the handaxes », Paléorient, 14, 2 : 76-86.

Beyries, S. 1990. « Problems of interpreting the functional results for ancient periods », in : B. Gräslund & H. Knutsson (éd.), The interpretative possibilities of microwear studies. Proceedings of the International Conference on Lithic Use-Wear Analysis, 15-17th February 1989 in Uppsala Sweden. Uppsala, Societas archaeologica Upsaliensis (Aun ; 14) : 71-76.

Boëda, E., S. Soriano & S. Noël-Soriano. 2004. « Fonction et fonctionnement d’un site à la fin du Pléistocène moyen. Le niveau acheuléen C’3 base de Barbas I (Creysse, Dordogne) », in : P. Bodu & C. Constantin, Approches fonctionnelles en préhistoire. Actes du XXVe Congrès préhistorique de France, Nanterre 24-26 nov. 2000. Paris, Société préhistorique française : 293-305.

Brenet, M. & M. Folgado. 2006. « Économie de production et statut de l’outillage bifacial au Paléolithique moyen ancien. L’exemple de deux sites de plein air de Dordogne (France) : Cantalouette 1 et Combe Brune 3 ». Communication au XVIe Congrès international de l’Uispp, Lisbonne, 4-9 sept. 2006.

Brenet, M. En préparation. « La Graulet et La Conne de Bergerac (Bergerac, Dordogne), deux occupations du Paléolithique moyen récent, Bergerac, RN 21 section sud ». Rapport final d’opération, Inrap, Sra Aquitaine.

Claud, E. 2008. Le statut fonctionnel des bifaces au Paléolithique moyen récent dans le Sud-Ouest de la France. Étude tracéologique intégrée des outillages des sites de La Graulet, La Conne de Bergerac, Combe Brune 2, Fonseigner et Chez-Pinaud / Jonzac. Thèse de doctorat, université de Bordeaux-1.

Dubreuil, L. 2001. « Études fonctionnelles du matériel de broyage en préhistoire : recherches méthodologiques. Comment faire parler les pierres ? » Bulletin du Centre de recherche français de Jérusalem, 9 : 9-26.

Hayden, B. 1979. Lithic Use-Wear Analysis. Proceedings of the Conference held at Department of Archaeology Simon Fraser University Burnaby (Canada) 16-20 march 1977. New York, Academic Press.

Jaubert, J., J.-J. Hublin, S.-P. McPherron, M. Soressi, J.-G. Bordes, E. Claud, D. Cochard, A. Delagnes, J.-B. Mallye, A. Michel, M. Niclot, L. Niven, S.-J. Park, W. Rendu, D. Richter, M. Roussel, T.-E. Steele, J.-P. Texier & C. Thiébaut. 2008. « Paléolithique moyen récent et Paléolithique supérieur ancien à Jonzac (Charente-Maritime) : premiers résultats des campagnes 2004-2006 », in : J. Jaubert, J.-G. Bordes & I. Ortega, Les sociétés du Paléolithique dans un Grand Sud-Ouest : nouveaux gisements, nouveaux résultats, nouvelles méthodes. Actes des Journées Spf, université de Bordeaux-1, 24-25 novembre 2006. Paris, Société préhistorique française (Mémoire de la Spf ; 37) : 203-243.

Lemorini, C. 2000. Reconnaître des tactiques d’exploitation du milieu au Paléolithique moyen. La contribution de l’analyse fonctionnelle. Oxford, Archaeopress (BAR International Series ; 858).

Macalister, R. A. S. 1921. A text-book of European archaeology. 1. The Palaeolithic period. Cambridge, University Press.

Mitchell, J.-C. 1998. A use-wear analysis of selected British Lower Paleolithic Handaxes with special reference to the site of Boxgrove (West Sussex). A study incorporating optical microscopy, computer aided image analysis and experimental archaeology. PhD dissertation, Oxford, Somerville College.

Odell, G.-H. & F. Odell-Vereecken. 1980. « Verifying the reliability of lithic use-wear assessments by “blind tests” : the Low-Power approach », Journal of Field Archaeology, 7, 1 : 87-120.

Phillipson, L. 1997. « Edge modification as an indicator of function and handedness of acheulian handaxes from Kariandusi, Kenya », Lithic Technology, 22, 2 : 171-183.

Plisson, H. 1991. « Tracéologie et expérimentation : bilan d’une situation », in : Archéologie expérimentale. 2. La terre : l’os est la pierre, la maison et les champs. Actes du colloque Expérimentation en archéologie : bilan et perspectives, Archéodrome de Beaune les 6-9 avril 1988. Paris, Errance : 152-167.

Posnansky, M. 1959. « Some functional considerations on the handaxe », Man, 59 : 42-44.

Prost, D. 1989. Enlèvements accidentels, enlèvements d’utilisation et de retouche sur les outils de pierre taillée. Thèse de doctorat, Paris-X - Nanterre.

Rots, V. 2004. « Prehensile Wear on Flint Tools », Lithic Technology, 29, 1 : 7-32.

Semenov, S. A. 1964. Prehistoric Technology. An Experimental Study of the Oldest Tools and Artefacts from Traces of Manufacture and Wear. Londres, Cory, Adams & Mackay.

Soressi, M. 2002. Le Moustérien de tradition acheuléenne du Sud-Ouest de la France. Discussion sur la signification des faciès à partir de l’étude comparée de 4 sites : Pech de l’Azé I, Le Moustier, La Rochette et la Grotte XVI. Thèse de doctorat, université de Bordeaux-I.

Soressi, M. & M. Hays 2003. « Manufacture, transport and use of Mousterian bifaces : a case study from the Perigord (France) », in : M. Soressi & H. Dibble, Multiple Approaches to the Study of Bifacial Technologies. Proceedings of the Meeting of the Society for American Archaeology, Philadelphia 2000. Philadelphia, University of Pennsylvania, Museum of Archaeology and Anthropology (University Museum Monograph ; 115) : 125-144.

Soriano, S. 2000. Outillage bifacial et outillage sur éclat au Paléolithique ancien et moyen : coexistence et interaction. Thèse de doctorat, Paris-X - Nanterre.

Tringham, R., G. Cooper, G Odell., B. Voytek & A. Whitman. 1974. « Experimentation in the formation of edge damage. A new approach to lithic analysis », Journal of Field Archaeology, 1 : 171-196.

Veil, S., K. Breest, H.-C. Höfle, H.-H. Meyer, H. Plisson, B. Urban-Küttel, G.-A. Wagner & L. Zöller. 1994. « Ein mittelpaläolithischer Fundplatz aus der Weichsel-Kaltzeit bei Lichtenberg, Lkr. Lüchow-Dannenberg», Untersuchungen, 197 : 1-66.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Exemples de bifaces expérimentaux utilisés en percussion dans le cadre d’une activité de boucherie
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Tabl. 1
Légende Modes de fonctionnement des bifaces expérimentaux (les chiffres indiquent le nombre de zones actives)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/935/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 2
Légende Comparaison entre les esquillements observés sur un tranchant brut et sur un tranchant retouché de biface, dans le cas de la coupe de matières carnées résistantes et du sciage de bois végétal
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/935/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 3
Légende Esquillements dus au travail de différentes matières selon une action longitudinale sur des tranchants de bifaces.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/935/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 4
Légende Esquillements dus au travail du bois végétal selon différents modes d’action sur des tranchants de bifaces
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/935/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 5
Légende Bifaces de La Conne de Bergerac (a) et de La Graulet (b) présentant des macro-traces d’utilisation indiquant leur utilisation pour couper des matières animales tendres et percuter des matières moyennement dures telles que du bois végétal (dessins F. Brenet)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/935/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 707k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Claud, Michel Brenet, Serge Maury et Vincent Mourre, « Étude expérimentale des macrotraces d’utilisation sur les tranchants des bifaces », Les nouvelles de l'archéologie, 118 | 2009, 55-60.

Référence électronique

Émilie Claud, Michel Brenet, Serge Maury et Vincent Mourre, « Étude expérimentale des macrotraces d’utilisation sur les tranchants des bifaces », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 118 | 2009, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/935 ; DOI : 10.4000/nda.935

Haut de page

Auteurs

Émilie Claud

Inrap et Pacea, Umr 5199, université de Bordeaux-1, claudemilie@voila.fr

Articles du même auteur

Michel Brenet

Inrap (base archéologique de Campagne), Umr 51199 Pacea, université Bordeaux-1, Talence, michel.brenet@inrap.fr

Articles du même auteur

Serge Maury

Service départemental d’archéologie de Dordogne, Périgueux
s.maury@dordogne.fr

Articles du même auteur

  • Des traces et des hommes [Texte intégral]
    Projet interdisciplinaire pour interpréter les comportements techno-économiques des Néandertaliens
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 118 | 2009

Vincent Mourre

Inrap et Traces, Umr 5608, Toulouse
vincent.mourre@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org