Navigation – Plan du site
Programmes expérimentaux en taphonomie

La question des os brûlés dans les sites du Paléolithique

Un programme d’archéologie expérimentale en taphonomie1
Isabelle Théry-Parisot, Sandrine Costamagno, Jean Philip Brugal, Jean-Christophe Castel, Magali Gerbe, Laurent Bouby et Raphaële Guilbert
p. 31-36

Résumés

La présence d’ossements brûlés confère à certains sites du Paléolithique une certaine spécificité sans qu’il soit toujours aisé d’en inférer l’origine. Une série d’expériences réalisées dans le cadre de l’ACI « Economie des combustibles au Paléolithique » a permis de définir les propriétés combustibles de l’os et de caractériser les restes osseux issus de la combustion. Ce travail a été complété par des expériences visant à évaluer l’incidence des processus post-dépositionnels sur les résidus osseux brûlés. Sur la base de ces résultats, trois indices relatifs à la fréquence des portions spongieuses, à l’intensité de la fragmentation et à l’intensité de la combustion sont proposés pour décrire et interpréter les assemblages osseux brûlés. L’analyse multivariée menée sur différents ensembles archéologiques pris comme référence permet de différencier trois grandes classes (« combustible », « non combustible » et « combustible/entretien ») sur lesquelles repose le modèle discriminant. Ce modèle, constitue une base de réflexion pour l’étude des sites à os brulés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sous la direction d’Isabelle Théry-Parisot, financements Aci jeunes chercheurs (ministère de la Re (...)

1L’Action concertée incitative (Aci) jeunes chercheurs « Économie des combustibles au Paléolithique » a constitué le cadre institutionnel d’un programme d’archéologie expérimentale réunissant à la fois des archéobotanistes et des archéozoologues.

2La vocation de ce programme était de dépasser la question, certes cruciale, de l’origine du feu et de son accession au rang d’acte quotidien, pour aborder celle des modalités d’acquisition et de gestion des combustibles au Paléolithique, à la lumière de nouvelles grilles d’interprétation des assemblages brûlés, principalement charbons de bois et ossements animaux, retrouvés dans les sites.

3Ce programme a comporté un large volet expérimental dont les objectifs recouvraient tant la caractérisation des propriétés des combustibles que l’évaluation des biais taphonomiques de distorsion des assemblages brûlés résiduels. Pourquoi et comment sont utilisés les différents combustibles ? Que reste-t-il au terme de la combustion ? Quelle est la part du visible et du non visible ? Existe-t-il une conservation préférentielle de certains combustibles ?

4Le travail réalisé dans le cadre de ce programme a porté sur l’étude des ossements animaux et du bois, les deux combustibles les mieux représentés dans les sites du Paléolithique, à travers la caractérisation des propriétés combustibles des matériaux, l’étude des processus taphonomiques de la combustion et, enfin, l’impact des processus post-dépositionnels. Les objectifs étaient de réévaluer les assemblages brûlés, de redéfinir les propriétés des combustibles, non plus en termes de qualité mais en termes de fonctions et d’usages spécifiques, et de rediscuter la place de ce segment de l’économie, i.e. la gestion des combustibles, au sein des systèmes techniques du Paléolithique.

5Dans cet article, nous proposons une synthèse des données publiées portant sur le combustible osseux : la caractérisation expérimentale des propriétés combustibles de l’os, l’évaluation des biais taphonomiques liés à la combustion et aux processus dépositionnels, les développements interprétatifs reposant pour partie sur les résultats de l’expérimentation.

Protocole expérimental

6Les expériences portant sur les processus mêmes de la combustion ont été réalisées dans un foyer ouvert, en condition de laboratoire, afin de limiter l’incidence avérée des facteurs externes sur le déroulement de la combustion (vent, humidité atmosphérique, forme du foyer, etc.). Bien entendu, l’aménagement du foyer, sa taille et la façon de l’alimenter ont une incidence directe sur son comportement thermique et, par conséquent, sur les résidus eux-même. Mais il existe tant de combinaisons qu’il est illusoire de penser que l’on est capable de reproduire expérimentalement l’ensemble des situations passées. Ainsi, en limitant l’incidence des paramètres extrinsèques et en standardisant au maximum les expériences, il est possible et même fondamental, si tant est que l’on souhaite dissocier l’un de l’autre, d’étudier le processus de la combustion pour ce qu’il est indépendamment du geste technique.

7Sur l’ensemble des combustions, ont été enregistrées les caractéristiques des lots mis au feu – selon le combustible, masse, volume, humidité, calibre, partie anatomique, etc. –, le déroulement des combustions – températures (12 capteurs par foyer), durées dissociées de la combustion – et l’ensemble des résidus brûlés – pesées et dénombrement par classe de taille.

  • 2  Afin de prendre en compte la variabilité spécifique, des humérus de différents taxons (bœuf, cheva (...)

8Les combustions ont porté sur des humérus de bœufs adultes (Bos taurus). Caractérisé par une grande variabilité (portions compactes et portions spongieuses de densités variables), cet os représente une bonne base comparative pour la plupart des éléments anatomiques2. Outre la variété du tissu osseux, l’expérimentation visait à tester l’incidence du taux d’humidité ante combustion des os (sec/frais) et de la fracturation (entiers/fracturés).

9Le mode opératoire est strictement identique pour chaque expérience : la combustion est initiée avec 15 % de bois, aucun combustible n’est introduit dans le foyer après l’allumage, un entretien constant permet une combustion de l’ensemble des éléments mis au feu. Suivant la modalité expérimentale, le foyer est composé soit d’os entiers secs ou frais, soit d’extrémités articulaires fraîches ou sèches, entières ou fracturées, soit de diaphyses (fig. 1). Chaque modalité expérimentale est reproduite trois fois afin d’enregistrer la variabilité et d’évaluer la reproductibilité des résultats obtenus.

10Les résultats présentés portent sur 36 combustions, représentant 420 kg d’os et 117 000 résidus.

Fig. 1

Fig. 1

Protocole expérimental

Caractérisation des propriétés combustibles de l’os

Objectifs

11Les travaux récents ont montré que l’identification des combustibles apportait souvent plus à la compréhension de la fonction ou du fonctionnement des foyers que l’étude des structures elles-mêmes, dont la variabilité est très faible au Paléolithique (foyer en cuvette/foyer à plat).

12Or, parmi les combustibles d’usage avéré (bois, ossements animaux, végétaux non ligneux, charbons fossiles) ou supposé (bouses), seules les propriétés combustibles du bois sont réellement bien documentées. Cette connaissance restreinte des combustibles conduit régulièrement à des interprétations erronées de leur utilisation, opposant de manière dualiste l’emploi du bois, matériau noble, préféré par tous, à celui des autres, substituts de moindre intérêt, utilisés par nécessité.

13Ces postulats ont été battus en brèche au cours des dernières années par les données archéologiques, qui ont notamment montré l’usage concomitant de plusieurs combustibles dans un environnement riche en bois (Costamagno et al. 2005, 2009 ; Théry-Parisot 1998, 2001 ; Théry-Parisot & Costamagno 2005 ;Théry-Parisot et al. 2005). Néanmoins, restait à valider l’hypothèse alternative selon laquelle ces autres combustibles possèdent une palette de propriétés suffisamment diversifiée pour suppléer ou être préférés au bois en toute circonstance. La caractérisation des propriétés de chaque combustible utilisé au Paléolithique est alors essentielle à l’évaluation précise de la fonction à laquelle il répond de manière optimale. Elle constitue le préalable à la définition des motivations qui ont présidé à son utilisation.

14Dans le cadre de ce programme, les travaux expérimentaux ont été focalisés sur les ossements animaux, dont les propriétés combustibles, peu étudiées (Costamagno, Griggo & Mourre 1998 ; Théry-Parisot 1998, 2001), sont mal connues. Leurs restes carbonisés sont fréquents dans les sites du Paléolithique auxquels ils confèrent parfois une véritable spécificité (voir références dans Costamagno et al. 2009).

Principaux résultats

15Les enregistrements réalisés au cours des expériences et la réplication de leurs modalités ont précisé les propriétés combustibles des ossements animaux : 1) seul l’os spongieux est réellement combustible. L’os compact se transforme chimiquement sous l’effet de la chaleur mais n’apporte rien à la combustion. Il cesse de se consumer dès lors que la source de chaleur est éloignée ; 2) la combustion de l’os privilégie la phase d’émission des flammes ; elle est peu active pendant la calcination ; 3) la densité (extrémité distale/extrémité proximale), l’humidité (sec/frais) et la fracturation (entier/ fracturé) influencent le comportement de l’os au feu. Plus l’os spongieux est fracturé, plus il est sec et de faible densité, plus la durée de la combustion avec flammes est faible (fig. 2) ; 4) ni la variété du tissu osseux ni le taux d’humidité ou de fracturation n’ont un effet statistiquement significatif sur les températures maximales ; 5) en revanche, l’évolution des températures sur la durée est sensiblement différente selon les modalités expérimentales (fig. 3) ; 6) à masse équivalente, l’os et le bois ne peuvent être discriminés en termes de températures de combustion ; 7) l’os offre une durée de combustion moyenne avec flammes légèrement supérieure à celle du bois mais très inférieure pendant la phase de calcination. L’os est donc moins polyvalent que le bois. Les résultats exhaustifs sont publiés dans Théry-Parisot & Costamagno 2005 ; Théry-Parisot et al. 2005.

Fig. 2

Fig. 2

Effet des différentes variables sur la durée des flammes

Fig. 3

Fig. 3

Répartition des températures enregistrées sur 4 heures

Bilan

16Compte tenu de ses propriétés combustibles et par opposition à celles de l’os compact, la présence d’os spongieux en abondance dans certains foyers préhistoriques plaide résolument en faveur d’une utilisation préférentielle de ces portions pour la combustion.

17Ces résultats montrent également qu’il est possible de moduler le comportement au feu de l’os spongieux en jouant sur sa densité, sa taille et son taux d’humidité. À ce titre, il présente donc une adaptabilité qui s’apparente à celle du bois. Par ailleurs, à masse équivalente, il offre une durée de combustion avec flammes légèrement supérieure à celle du bois. Par conséquent, l’entretien d’un feu d’os est plus rentable, en termes de quantité de combustible à employer.

18Il semble néanmoins que l’os devienne totalement inapproprié pour les activités qui impliquent une pyrolyse sans flammes (e.g. traitement thermique, cuisson indirecte), ou qui nécessitent une puissance importante. Par conséquent, il ne peut se substituer totalement au bois pour l’ensemble des besoins énergétiques d’un groupe, pour peu que les activités liées au feu soient réellement diversifiées.

Étude des processus taphonomiques de la combustion

19Les processus physico-chimiques de la combustion modifient la composition finale des assemblages mis au feu. Ainsi, la combustion des ossements d’animaux, quelle que soit l’intention (combustible ou non), entraîne des modifications du spectre faunique tant du point de vue de la taxinomie que de la représentation squelettique. Cette distorsion peut conduire à une interprétation erronée des assemblages. La question de la conservation différentielle de l’os spongieux lors de la combustion se pose. La présence majoritaire d’os spongieux brûlés dans un foyer témoigne-t-elle d’une sélection de ces portions ou d’une meilleure préservation à la fin du processus ? Quelle est la relation entre les assemblages mis au feu et les résidus carbonisés ? Quels sont les biais introduits par l’action du feu ?

20La prise en compte des processus de combustion comme agent potentiel de déformation constitue une étape essentielle à la compréhension et à l’interprétation des assemblages brûlés.

21L’expérimentation a ainsi permis d’évaluer leur incidence sur les assemblages osseux et de compléter les résultats des études antérieures (Caractérisation des signatures physico-chimiques des os brûlés : Brain & Sillen 1988 ; Nicholson 1993 ; Shahack-Gross, Bar-Yosef & Weiner 1997 ; Shipman, Foster & Schoeninger 1984 ; Sillen & Hoering 1993 ; Taylor, Hale & White 1995 ; Walters 1988. État de l’os avant combustion : Gifford-Gonzalez 1989 ; Guillon 1986 ; Johnson 1989 ; Thurman & Willmore 1981 ; Mentzer, 2009. Caractère d’identification de l’origine de la combustion : Bennett 1999 ; Costamagno, Griggo & Mourre 1998 ; Costamagno et al. 2005 ; David 1990 ; Gifford-Gonzalez 1989 ; Spennemann & Colley 1989).

Principaux résultats3

    • 3  Principaux résultats publiés dans Théry-Parisot et al. 2004 ; Costamagno et al. 2005 ; Costamagno (...)

    La masse résiduelle d’os brûlés varie selon les parties anatomiques et semble corrélée à la densité de l’os : plus il est dense (compact) plus sa masse résiduelle est importante. En revanche, fracturation et humidité n’influencent pas la réduction de masse (fig. 4).

  1. Le pourcentage de pièces brûlées inférieures à 2 cm est de 56 % en moyenne. Le type de tissu osseux n’a pas d’incidence sur le taux de fragmentation. En revanche, les os complets se fragmentent cinq fois plus que les os fracturés et les os frais six fois plus que les os secs (fig. 5).

  2.  L’indice de combustion (tabl. 1) est toujours très élevé avec plus de 76 % des restes qui sont calcinés (blancs). Les extrémités proximales sont plus intensément brûlées que les extrémités distales et les diaphyses. Les os complets le sont plus que les os fracturés. En revanche, le taux d’humidité des os avant combustion n’a pas d’incidence sur l’indice de combustion (fig. 6).

Fig. 4

Fig. 4

Effet des variables sur la réduction des masses (Anova)

Fig. 5

Fig. 5

Effet des variables sur le taux de fragmentation (Anova)

Fig. 6

Fig. 6

Effet des variables sur l’indice de combustion (Anova)

Tabl. 1

Tabl. 1

Calcul de l’indice de combustion d’après les codes de couleurs

Bilan

22À quantité équivalente, l’os dense est sur-représenté en masse mais sous-représenté en pourcentage de pièces inférieures à 2 cm. En revanche, le taux de fragmentation, indépendant de la nature histologique de l’os, exprime mieux les proportions initiales mises au feu (os compact/ spongieux ; extrémités distales/ proximales) que les deux autres descripteurs (masse résiduelle et pourcentage de pièces inférieures à 2 cm). Mais le signal est perturbé par la forte incidence sur le taux de fragmentation de la fracturation et de l’humidité ante combustion. Or, ces deux paramètres ne sont pas identifiables archéologiquement et peuvent entraîner des distorsions lors de la quantification des résidus brûlés.

23Dans un contexte archéologique, le faible nombre de pièces supérieures à 2 cm et le nombre élevé d’os brûlés indéterminés limitent la détermination et l’interprétation des restes.

24D’autre part, le pourcentage de pièces calcinées (76 %) obtenu lors des expérimentations est bien supérieur à celui rencontré en contexte archéologique. Il semble donc que ces parties très intensément brûlées sont plus sensibles aux agents post-dépositionnels. Ainsi, si la combustion constitue un filtre de premier ordre entre les assemblages osseux mis au feu et les résidus brûlés, il faut aussi considérer l’impact du filtre post-dépositionnel comme agent de distorsion secondaire.

L’impact des processus post-dépositionnels sur les résidus de la combustion

25La transformation physico-chimique induite par la combustion entraîne une modification profonde des propriétés physiques et mécaniques de l’os. Peut-on alors transposer aux résidus brûlés le comportement des os non brûlés face aux agents taphonomiques post-dépositionnels, ou doit-on admettre que leur devenir est régi par d’autres lois ? Si l’intense fragmentation des os brûlés est attestée sur les sites archéologiques, en revanche, l’abondance d’os calcinés qui caractérise, d’après nos expériences, l’utilisation de l’os comme combustible, est rarement documentée dans les assemblages osseux dont les indices de combustion sont relativement faibles. L’action des processus taphonomiques post-dépositionnels pourrait être à l’origine de cette distorsion. La disparition probable des fragments calcinés rend extrêmement délicate la mise en évidence de l’utilisation de l’os comme combustible à partir de l’indice de combustion de l’assemblage osseux.

26Plusieurs expériences ont donc été mises en œuvre dans le but de comprendre le devenir des assemblages osseux brûlés.

Le weathering

27Une première expérience a porté sur l’action des phénomènes météorologiques (Gerbe 2004, à paraître). Environ 5 000 restes brûlés provenant des expérimentations et parfaitement quantifiés ont été exposés aux intempéries durant dix-huit mois.

28L’exposition a entraîné une fragmentation du matériel qui a été majoritairement redistribué dans la classe des restes de taille inférieure à 2 cm. Les phénomènes météorologiques ont principalement affecté par une fragmentation très importante les éléments spongieux de grande taille. Les portions compactes ont en revanche mieux résisté, y compris les éléments de grande taille. De même, les pièces calcinées ont été les plus sensibles à l’exposition. Dans la fragmentation des os brûlés, l’intensité de la combustion croît s’ils sont composés de spongiosa.

Le piétinement

29Cette expérience est destinée à évaluer les conséquences du piétinement sur des amas lithiques et osseux brûlés ou non (Thiébault et al. sous presse). Elle regroupe quatre cellules expérimentales déposées en plein air, sur une zone de passage régulièrement empruntée par les bisons. Deux cellules contiennent des os brûlés parfaitement quantifiés et provenant tous de nos expériences. Les cellules expérimentales ont été démontées après quatorze mois d’exposition et 9 m2 de sédiments ont été fouillés sur une épaisseur variant de 3 à 5 cm. La totalité des sédiments ainsi recueillis a ensuite été tamisée à l’eau à une maille de 2 mm.

30Les résultats montrent que les os brûlés sont beaucoup plus sensibles au piétinement que les os non brûlés. Plus de 90 % des os brûlés initialement déposés étaient absents des deux assemblages récoltés. Cela corrobore certaines conclusions émises antérieurement (Walters 1988 ; Stiner et al. 1995 ; David 1990). L’extrême fragilité des os brûlés, qui se traduit par une fragmentation importante des pièces mais aussi une disparition de matière, suggère que, sur la plupart des gisements archéologiques, la part des os initialement brûlés est largement sous-estimée. Les fragments présentant des stades de combustion avancés sont beaucoup plus sensibles aux pressions mécaniques engendrées par le piétinement, ce qui est conforme aux résultats de Stiner et al. (1995). Ces expériences montrent également que, comme attendu, les portions spongieuses sont plus sujettes à destruction que les portions compactes.

Bilan

31L’intense fragmentation des assemblages archéologiques d’os brûlés (Villa, Bon & Castel 2002 ; Castel 1999, 2003 ; Costamagno et al. 2005 ; Mentzer 2009) résulte à la fois des processus de combustion et des processus post-dépositionnels. Le weathering et le piétinement ont un effet comparable se traduisant par une plus forte fragmentation des os calcinés et des os spongieux.

32Ces études confortent l’hypothèse d’une conservation différentielle des os calcinés induisant leur plus faible représentation dans les assemblages archéologiques. Pour les sites où l’hypothèse de l’os comme combustible est proposée, la faible proportion de pièces calcinées pourrait donc être liée, en partie, aux sollicitations mécaniques auxquelles sont soumis les assemblages archéologiques.

33Par ailleurs, la sensibilité de l’os spongieux face aux agents climatiques et au piétinement tend à masquer un des critères de caractérisation de l’os utilisé comme combustible, à savoir la sur-représentation des portions spongieuses brûlées.

34Sur les sites archéologiques, sous réserve que d’autres processus taphonomiques agissent de manière inverse aux processus mécaniques, une sur-représentation des portions spongieuses brûlées ne peut être due qu’à une combustion préférentielle de ces portions par les hommes, sûrement à des fins combustibles. A contrario, si la part des portions spongieuses est peu élevée, leur fragilité peut en être la cause et masquer leur combustion préférentielle.

35Afin de compléter ces résultats, deux autres séries d’expériences ont été engagées : la première, réalisée dans le cadre du programme Gavarnie, étudiait le devenir des restes osseux brûlés en contexte périglaciaire (voir Mallye et al. p. 26-31), la seconde portait sur leur enfouissement dans différents types d’encaissants (résultats en cours d’exploitation).

De l’expérimentation à l’application archéologique

36L’expérimentation a permis de définir les propriétés combustibles de l’os, d’étudier la représentativité des os brûlés au terme de la combustion et d’évaluer leur évolution face à certains agents post-dépositionnels. Mais, l’expérimentation doit conduire à une meilleure compréhension et interprétation des assemblages osseux brûlés retrouvés en contexte archéologique.

37La simple présence d’os brûlés ne suffit pas à conclure à leur utilisation comme combustible. Pratiques culinaires ou rituelles, simple proximité des foyers ou incendie naturel, entretien du camp ou combustible sont autant d’utilisations simultanées ou successives qui peuvent justifier leur présence, quelle que soit la période chronoculturelle considérée. Le postulat proposé par l’archéozoologue conduit toujours à une interprétation dont le sens et la valeur économique ne sont pas anodins pour la compréhension globale du site, notamment lorsqu’il s’agit de combustible. À ce titre, la définition de l’origine des assemblages brûlés, en tant que marqueur potentiel de pratiques sociales ou économiques, constitue un des objectifs majeurs de l’étude archéozoologique. Se pose alors la question de la discrimination de ces pratiques : comment et sur quel(s) critère(s) peut-on interpréter ces assemblages ?

38L’ensemble des résultats présentés ici nous a conduits à proposer trois critères de caractérisation des assemblages archéologiques osseux brûlés (Costamagno et al. 2009) : le pourcentage de spongieux brûlés, le pourcentage d’os brûlés de taille inférieure à 2 cm, le pourcentage d’os au moins carbonisés (tabl. 2). Calculés pour des ensembles osseux issus de huit sites paléolithiques choisis pour la qualité des enregistrements, ces indices ont permis de proposer un modèle discriminant les sites à os brûlés selon trois groupes (fig. 7) :

  1. « combustible » : combustion intentionnelle des ossements avec utilisation préférentielle des portions spongieuses ;

  2. « non combustible » : combustion accidentelle à proximité des foyers, incendie ou cuisson alimentaire ;

  3. « combustible et/ou entretien » : combustion intentionnelle des ossements sans choix en faveur des portions spongieuses, ne pouvant se distinguer d’un nettoyage systématique du camp.

39Le modèle proposé permet de préciser les causes de la combustion des ossements et d’identifier les sites dans lesquels ils ont sans équivoque servi de combustible. Pour autant, ces données ne suffisent pas pour appréhender les réelles motivations. Elles doivent être confrontées à l’ensemble des informations fournies par un site, au niveau fonctionnel, structurel comme environnemental. Ce travail doit également être complété par la mise en évidence d’autres critères descriptifs afin d’affiner les interprétations. L’objectif final est bien de comprendre, au cas par cas, les pratiques de gestion des combustibles, d’évaluer leur relation avec la mobilité des groupes, la fonction des sites, la saisonnalité, voire de dégager des spécificités (alimentaire, technique, utilitaire, rituelle, etc.) propres aux différentes sociétés de chasseurs-collecteurs du Paléolithique et du Mésolithique.

Tabl. 2

Tabl. 2

Description des indices retenus

Fig. 7

Fig. 7

Analyse factorielle discriminante

Haut de page

Notes

1  Sous la direction d’Isabelle Théry-Parisot, financements Aci jeunes chercheurs (ministère de la Recherche), Apn jeunes chercheurs (Cnrs)

2  Afin de prendre en compte la variabilité spécifique, des humérus de différents taxons (bœuf, cheval, mouton) ont fait l’objet d’expérimentations. Seuls sont présentés, dans cette contribution, les résultats obtenus sur les humérus de bœuf, les autres espèces étant en cours d’étude.

3  Principaux résultats publiés dans Théry-Parisot et al. 2004 ; Costamagno et al. 2005 ; Costamagno et al. 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Protocole expérimental
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 2
Légende Effet des différentes variables sur la durée des flammes
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/900/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 3
Légende Répartition des températures enregistrées sur 4 heures
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/900/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 4
Légende Effet des variables sur la réduction des masses (Anova)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/900/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 5
Légende Effet des variables sur le taux de fragmentation (Anova)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/900/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 6
Légende Effet des variables sur l’indice de combustion (Anova)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/900/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tabl. 1
Légende Calcul de l’indice de combustion d’après les codes de couleurs
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/900/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tabl. 2
Légende Description des indices retenus
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/900/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 7
Légende Analyse factorielle discriminante
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/900/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Théry-Parisot, Sandrine Costamagno, Jean Philip Brugal, Jean-Christophe Castel, Magali Gerbe, Laurent Bouby et Raphaële Guilbert, « La question des os brûlés dans les sites du Paléolithique », Les nouvelles de l'archéologie, 118 | 2009, 31-36.

Référence électronique

Isabelle Théry-Parisot, Sandrine Costamagno, Jean Philip Brugal, Jean-Christophe Castel, Magali Gerbe, Laurent Bouby et Raphaële Guilbert, « La question des os brûlés dans les sites du Paléolithique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 118 | 2009, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/900 ; DOI : 10.4000/nda.900

Haut de page

Auteurs

Isabelle Théry-Parisot

Cnrs, Cépam UMR 6130, Valbonne
thery@cepam.cnrs.fr

Articles du même auteur

Sandrine Costamagno

Cnrs, Umr 5608 Traces, université Toulouse-2 - Le Mirail
costamag@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Jean Philip Brugal

Cnrs, Umr 6636 Lampea, Mmsh, Aix-en-Provence
brugal@mmsh.univ-aix.fr

Jean-Christophe Castel

Muséum d'histoire naturelle, département d'archéozoologie, Genève
Jean-Christophe.Castel@ville-ge.ch

Magali Gerbe

Doctorante, UMR 6636 Lampea, Mmsh, Aix-en-Provence
gerbemagali@yahoo.fr

Articles du même auteur

  • Des traces et des hommes [Texte intégral]
    Projet interdisciplinaire pour interpréter les comportements techno-économiques des Néandertaliens
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 118 | 2009

Laurent Bouby

Cnrs, Cbae, Umr 5059, Montpellier
laurent.bouby@univ-montp2.fr

Raphaële Guilbert

Post-doctorante, Cépam Umr 6130, Valbonne
guilbert@cepam.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org