Navigation – Plan du site
Programmes expérimentaux en taphonomie

Taphonomie des ensembles lithiques du Paléolithique moyen en contexte loessique

L’approche expérimentale
Jean-Paul Caspar, Bertrand Masson et Luc Vallin
p. 21-26

Résumés

La plupart des sites paléolithiques européens ont connu, pendant ou après leur formation, une ambiance climatique périglaciaire. Les processus dynamiques, liés au gel en particulier, ont exercé leur action tant sur la morphologie individuelle que sur la distribution spatiale des artefacts lithiques. La possibilité d’une convergence de résultats entre ces processus naturels et certaines actions anthropiques fait l’objet, depuis 2004, d’un programme d’expérimentations conduites sur le terrain et en laboratoire. En ce qui concerne l’action supposée de la glace du sol sur la microtopographie des silex, les résultats, uniquement issus pour l’instant des simulations en laboratoire, ne sont pas conformes aux constats tracéologiques effectués sur les sites archéologiques pris en référence . En revanche les cellules expérimentales mises en place en milieu périglaciaire d’altitude ont montré, au moins dans un cas (Gavarnie), que la répartition spatiale originelle des vestiges lithiques pouvait être rapidement et fortement modifiée par la formation de sols structurés tels que les sols polygonaux. Les constats effectués sur un amas expérimental reconstitué dans le Nord de la France confirment le rôle primordial des pipkrakes dans les déplacements d’artefacts postérieurement à leur abandon.

Haut de page

Texte intégral

1De nombreux sites du Paléolithique moyen, notamment ceux qui ont servi à la définition et à la classification de ce complexe, se présentent comme des accumulations détritiques d’artefacts lithiques et parfois de vestiges osseux, sans structuration anthropique perceptible. Cela a parfois amené les préhistoriens à considérer que les gisements de cette période n’étaient que des palimpsestes dus à la superposition d’occupations indiscernables. Qui plus est, des conclusions d’ordre socioculturel ont naguère été tirées de cette apparente absence de structuration de l’espace occupé par les Néandertaliens. Cependant, depuis une trentaine d’années, se multiplient les découvertes de gisements dits « à haute résolution », présentant une distribution des vestiges cohérente avec une interprétation fonctionnelle. On les trouve surtout en contexte de plein air, entre autres dans les plaines loessiques du nord-ouest de l’Europe. Une telle inégalité de conservation des gisements paléolithiques incite à identifier les agents taphonomiques responsables des effets de brouillage, avec un double enjeu : sélectionner les gisements présentant le meilleur potentiel informatif et discriminer les faits de nature anthropique.

  • 1  Ont participé à cette Acr, outre les signataires : Pierre Antoine (Meudon), Bruno Aubry (Inrap), P (...)

2On a très tôt suspecté que les mécanismes périglaciaires pléistocènes avaient joué un rôle important dans le processus de dégradation des sites des hautes et moyennes latitudes. Les milieux périglaciaires actuels ont fait l’objet, depuis une cinquantaine d’années, de la part des géomorphologues et des quaternaristes, de nombreuses études de terrain couplées aux simulations expérimentales (références in Pissart 1987 ; Van Vliet-Lanoë 1988 ; Coutard, Lautridou & Ozouf 2000). Parallèlement, les expériences conduites depuis une trentaine d’années par les géoarchéologues ont été surtout axées sur l’évolution des coulées de solifluxion à front pierreux (programme Transit, Texier et al. 1998 ; Lenoble et al. 2003), sur l’action du ruissellement (Lenoble 2003) et sur la dynamique des sites d’abri (programme Gavarnie) ; en revanche les contextes loessiques et les reliefs de faible énergie ont été moins bien documentés. C’est pourquoi nous avons mis en place, entre 2004 et 20071, dans le cadre d’une Action collective de recherches, plusieurs expérimentations visant à utiliser les données actualistes pour caractériser les mécanismes périglaciaires responsables de l’altération et du déplacement des vestiges dans des sédiments fins ; ces expériences ont été menées conjointement à l’analyse taphonomique de divers gisements moustériens.

Peut-on identifier un « poli de glace » ?

3Sur le gisement de plein air d’Hermies le Champ-Bruquette (Pas-de-Calais), fouillé entre 1993 et 1996, deux états de conservation nettement distincts coexistent dans le même niveau archéologique (Vallin, Masson & Caspar 2001). Cette différence se traduit, dans la zone la moins bien conservée, par une distribution spatiale des artefacts lithiques nettement moins polarisée mais aussi par un état de surface du silex plus altéré. Le contexte géomorphologique (présence d’un gley de toundra cryoturbé dans la zone altérée) incitait à axer les recherches sur l’action du gel, en particulier sur le rôle joué par la glace du sol. En effet, des expériences de frictions artificielles d’éclats de silex sur divers matériaux gelés (tabl. 1) ont montré que le frottement de la glace, à condition que celle-ci soit chargée en particules minérales, pouvait provoquer la formation d’un micropoli morphologiquement semblable à celui qui affecte certains artefacts d’Hermies ; celui-ci, décrit comme un poli réticulaire en dôme, à surface lisse, réfléchissant une fraction importante de la lumière incidente, présente également des analogies avec le poli résultant du travail du bois (Caspar, Masson & Vallin 2003).

4Différentes expériences, en milieu contrôlé et en milieu naturel, ont cherché à vérifier si les mécanismes engendrés par les cycles gel/dégel, en particulier la cryoexpulsion des éléments grossiers, pouvaient produire les mêmes stigmates.

Tabl. 1

Matière

Action

Résultat tracéologique

Remarque

Eau déminéralisée gelée

Raclage, sciage, patinage (10 à 20 minutes)

Absence de stigmate

Eau minérale gelée

Raclage, sciage, patinage (10 à 20 minutes)

Poli doux, brillant, marginal, à texture lisse

Poli de type bois

Eau de pluie gelée

Raclage, sciage, percussion lancée (pic à glace)

Poli brillant, à texture lisse, d’extension réticulaire marginale

Les convexités des sommets de la microtopographie sont très proches de celles occasionnées par une friction mécanique intentionnelle sur du bois frais et humide.

Limon gelé

Raclage patinage

Poli brillant, à texture lisse, d’extension soit marginale à étendue, pour l’action transversale, soit couvrante et visible à l’œil nu sous l’aspect d’une plage brillante pour le patinage (proche du lustre céréalier) ; la convexité des dômes est faible par rapport au poli de bois.

En bordure du bord actif et sur le fil, le poli présente l’émoussé et la texture criblée caractéristique des polis de limon meuble, alors qu’il reste lisse et brillant aux marges de son extension.

Résultats tracéologiques du travail expérimental de matières gelées

Reproduction artificielle de cycles de gel / dégel

5Des bacs en plastique de différente taille, remplis de limon loessique saturé en eau et contenant des éclats de silex fraîchement débités, ont été placés dans des congélateurs et soumis à des passages rapides du gel au dégel et réciproquement, selon un rythme et une intensité variables. Des éclats de silex ont également été placés, pour comparaison, dans d’autres contextes (eau de pluie, eau minérale, eau déminéralisée, limon sableux, loess sec) et soumis aux mêmes processus (tabl. 2). Ces expériences n’ont pas permis de reproduire les stigmates observés sur les artefacts provenant de la zone cryoturbée d’Hermies, les microtraces obtenues expérimentalement s’apparentant plutôt à un poli de sédiment qui se forme d’ailleurs très rapidement.

6Les conditions de ces expériences préliminaires n’étaient pas favorables à la formation de lentilles de glace de ségrégation, suspectées de jouer un rôle dans la formation du « pseudo-poli de bois » d’Hermies. Un protocole expérimental destiné à recréer des conditions plus proches d’un milieu naturel a été mis en place au Centre de géomorphologie de Caen, en collaboration avec l’Umr 6143 du Cnrs (M2C) : un modèle de plus grande taille (37 litres), contenant 20 artefacts en silex disséminés dans un limon loessique, a été équipé de capteurs thermiques et soumis, de juillet 2004 à juillet 2007, à 100 cycles de gel/dégel progressifs (de – 8 °C à + 11 °C) dans une enceinte thermique Secasi. Contrairement à ce qui était attendu, les silex n’ont pas été cryoexpulsés au cours de l’expérience ; la cryodessication du sédiment et la faible dimension du modèle expliquent peut-être cet échec.

Tabl. 2

Position des silex

Températures extrêmes de l’air (en °C)

Durée de la phase de gel

Nombres de cycles

Observation tracéologique

Remarque

Enfouis de 2 à 3 cm dans le limon sec (exp 310804)

+19/-22

24 heures

302

« Frimas » à peine perceptibles

En surface d’un limon saturé en eau (exp 300103)

+19/-10

7 jours

70

Absence de trace sur 3 pièces, poli criblé mat fermé

idem

+19/-10

7 jours

100

« Frimas » peu développé à poli criblé mat fermé

Enfouis de 2 à 3 cm dans le limon saturé en eau (exp 41202)

+19/-22

24 heures

12

Présence de quelques îlots épars de poli mat à texture criblée

idem

+19/-22

24 heures

366

Micropoli très développé, couvrant sur les deux surfaces, à texture criblée, mat, souligné de traits linéaires en creux

Abrasion très homogène de la microtopographie ; poli semblable à celui qui résulte d’une action intentionnelle sur du limon et dont les caractères sont identiques à ceux relevés, notamment sur les tranchets néolithiques

Immergés, en surface d’un limon recouvert d’eau (exp 131004)

+20/-22

24 heures

100

Abrasion mate plus ou moins développée selon les faces

Couvrant sur la fece de repos

En surface d’une couche de glace, recouverts de limon (exp 41004

-0,2/-19

24 heures

429

De « frimas » à abrasion mate en îlots plus ou moins épars

Pas de dégel total

Immergés dans une eau déminéralisée (exp 131202)

+20/-22

24 heures

395

Traces tendant au poli mat, mieux développées sur la surface convexes (ventrale) que sur la surface dorsale

Desquamation totale et fragmentation du cortex ; le micropoli, ténu, s’apparente plutôt au poli d’aspect mat laissé par une matière minérale meuble

Immergés dans une eau déminérallisée (exp 170804)

+20/-22

24 heures

172

« Frimas » tantôt bifacial, tantôt limité

Silex soumis à une fragilisation préalable (4 silex chauffés, un fragment de silex ayant séjourné dans un eau acide) ; desquamation et fragmentation du cortex

Résultats tracéologiques d’expériences de cycles gel/dégel rapides

Expérience en milieu périglaciaire actif : Gavarnie

7La cellule expérimentale mise en place en septembre 2004 en milieu périglaciaire d’altitude, en marge du programme Gavarnie, présente des analogies avec l’expérience précédente : 28 artefacts en silex ont été disséminés dans un limon éolien remplissant une fosse d’un quart de mètre carré ; les résultats ne seront examinés que dans quelques années, afin d’exposer les objets à un nombre de cycles gel/dégel au moins égal aux expériences de laboratoire.

Altération des sols archéologiques : l’effet du gel

8L’analyse spatiale des niveaux archéologiques du Paléolithique moyen porte souvent sur la mise en évidence d’amas de débitage lithique, parce que ces structures sont les plus fréquentes et parce que les remontages ouvrent des perspectives favorables pour comprendre l’activité du site. Pour les mêmes raisons, ces amas sont des objets privilégiés d’étude des processus post-dépositionnels ; ils doivent donc être appréhendés dialectiquement.

9L’archéologie expérimentale permet de disposer de référentiels fiables pour les structures simples que sont les amas de débitage ; la reconstitution de l’état initial intègre la répartition des objets dans l’espace (Boëda & Pelegrin 1985) mais aussi la composition granulométrique de l’assemblage (Bertran et al. 2006). L’impact des processus fluviatiles (Petraglia & Nash 1987 ; Schick 1987) et des dynamiques de versant (Lenoble & Bordes 2001) a fait l’objet d’assez nombreuses études expérimentales ; les processus périglaciaires, en dehors de la solifluxion, sont moins bien documentés de ce point de vue.

De l’amas à la nébuleuse : le rôle des pipkrakes

10Le mécanisme de formation des pipkrakes a été décrit et reconstitué en laboratoire par les géomorphologues (Higashi & Corte 1971 ; Washburn 1973 ou 1980 ; Van Vliet-Lanoë 1988). Il s’agit d’aiguilles de glace fibreuse, exsudées du sol, dont la croissance progressive (jusqu’à 10 cm ou plus) peut soulever les éléments reposant à la surface, y compris les pierres (fig. 1). La fusion de la colonnette de glace provoque ensuite un déplacement de l’objet soulevé vers la zone déprimée.

Fig. 1

Fig. 1

Photo de pipkrakes près du lac Tuissier (Alpes-de-Haute-Provence)

11Des expériences ont montré le rôle des pipkrakes dans la dissémination des concentrations d’artefacts. En 1973, dans la région des Tangle Lakes (sud de l’Alaska), Bowers a mis en place quatre cellules expérimentales constituées d’artefacts lithiques (Bowers, Bonnichsen & Hoch 1983). Des relevés cartographiques et photographiques sur deux d’entre elles ont été effectués en 1974, 1976 et 1980 ; ils ont montré que les objets ont migré respectivement de 4,0 et 4,7 cm/an en moyenne sur les deux cellules, sans relation entre leur taille et l’ampleur du déplacement. Les auteurs suggèrent que les pipkrakes sont le facteur explicatif de ces mouvements, même si les précipitations neigeuses, assez importantes dans cette région, ne laissent guère que le début de l’automne ou la fin du printemps disponibles pour la formation des pipkrakes. Il faut aussi signaler que plus de la moitié des artefacts avaient perdu leur identification lors des retours sur le terrain. Les auteurs ont alors postulé que leur position originelle avait été proche de la nouvelle, ce qui n’est guère satisfaisant du point de vue méthodologique. À partir des déplacements mesurés, ils ont simulé, par extrapolation mathématique, un modèle de redistribution des artefacts après 100 et 1 000 ans.

12En 1999, Michael Hilton mit en place quatre cellules expérimentales constituées de répliques d’artefacts (deux en surface, deux enfouies), sur la côte d’un îlot situé à la racine de la péninsule Aléoutienne (Hilton 2002, 2003). Le climat y est caractérisé par des vents forts et des précipitations fréquentes, mais peu de neige. La végétation est rase, de type toundra. Afin de minimiser l’influence des paramètres autres que l’alternance gel/dégel, une tranchée de drainage avait été ouverte autour des cellules de surface et l’une d’entre elles (formée de 57 éclats disposés sur deux lignes perpendiculaires) avait été protégée par une structure grillagée, en particulier du vent et des ours ; l’autre cellule de surface, servant de contrôle, était constituée de 62 éclats également disposés en croix. La pente était de 6° vers le sud-est. Les mesures de température relevées sur le site ont enregistré entre soixante et une centaine de cycles gel/dégel par an mais seulement deux cycles gel/dégel en trois ans à 15 cm de profondeur. Les relevés effectués en juillet 2000 et août 2002 ont montré, après trois hivers, des mouvements notables, qui ont entièrement détruit la disposition originelle : de 0,7 à 31,7 cm pour la cellule protégée (en moyenne 4,7 cm la première année et 7,8 cm en moyenne en 3 ans), et de 6 à 136 cm (ou plus) pour la cellule exposée (en moyenne 18,4 cm la première année et 31,8 cm en moyenne en 3 ans). Le classement des artefacts par poids et par dimension ne montre pas de claire corrélation avec la distance de déplacement pour la cellule protégée, alors que les éclats petits et légers sont les plus mobiles dans la cellule exposée. La différence de direction des mouvements dans les deux cellules s’explique, d’après l’auteur, par l’influence prédominante des vents du Sud sur la cellule exposée alors que les mouvements au sein de la cellule abritée, dans le sens de la pente, sont attribués principalement à l’action des pipkrakes.

13En juin 2004, nous avons reconstitué à Villeneuve d’Ascq (Nord), un poste de débitage de silex sur une aire de 29 m2 constituée par le dépôt artificiel d’une couche de limon éolien sur une quinzaine de centimètres d’épaisseur. Deux blocs de silex ont été débités sur place par un tailleur assis à même le sol nu, au sommet d’une légère éminence présentant une pente moyenne de 9,5° vers le sud, en direction d’une dépression fermée (fig. 2a et b). Un relevé photographique vertical a été réalisé à l’aide d’un appareil numérique ; les clichés ont été géo-référencés afin de cartographier l’amas à l’aide d’un logiciel de Sig. Des points de couleur peints sur 74 silex ont été relevés au télémètre laser. Treize couvertures photographiques verticales, effectuées entre juin 2004 et juin 2009, permettent de suivre l’évolution de la cellule expérimentale. Les déplacements d’objets sont représentés sur les figures 2g et 2h. Les causes de ces mouvements sont évidemment variées. Les pluies d’orage estivales sur un sol dénudé ont eu pour effet principal le lessivage très rapide des plus petites esquilles. L’activité des insectes (terriers d’hyménoptères) et des lombrics a pour conséquence directe l’enfouissement partiel de certains éclats et pour effet indirect d’attirer les oiseaux, capables de retourner les éclats et de les déplacer sur plusieurs décimètres. La principale cause constatée des déplacements d’objets (hors esquilles) est cependant attribuable à l’action du gel. Grâce aux périodes hivernales, la formation de pipkrakes a pu être observée à plusieurs reprises, excepté durant l’hiver 2006-2007 qui fut exceptionnellement doux (fig. 2c, e et f). Une température très basse n’est pas nécessaire : en novembre 2004, il a suffi d’un gel de courte durée (cinq heures) à – 0,9 °C (température enregistrée à Lesquin) ; en revanche les pipkrakes ne se sont formés que lorsque l’épisode de gel succédait à une période suffisamment pluvieuse pour saturer le limon. L’exploitation des données météorologiques de la station de Lille-Lesquin, distante de 8 km, a permis de décompter le nombre annuel de cycles de gel/dégel et d’établir une corrélation entre le nombre de gels favorables à la formation de pipkrakes et la médiane des déplacements des éclats pointés (tabl. 3). Le soulèvement des artefacts et leur basculement lors de la fusion des colonnettes de glace ont pu être observés en détail (fig. 2c et d) ; le sens du déplacement est déterminé par la microtopographie plus que par la pente générale. En effet les pipkrakes se sont formés essentiellement dans les boursouflures limoneuses formées par les déjections de lombrics, à la périphérie immédiate des concentrations ; l’absence ou la rareté de la végétation est donc une condition nécessaire. En conséquence, il est peu vraisemblable que les pipkrakes aient, dans des conditions normales, une action notable en milieu tempéré, en dehors des zones montagneuses ou, ponctuellement, de sols dénudés (piétinés par exemple). En revanche, dans les conditions artificielles que nous avons maintenues par désherbage manuel et chimique, les résultats obtenus sont cohérents avec ceux des expériences conduites en milieu périglaciaire (voir supra).

Fig. 2

Fig. 2

Amas de débitage expérimental de Villeneuve d’Ascq. a) Débitage de deux nucléi in situ (juin 2004). b) Vue oblique de l’amas (juin 2009). c) Petit éclat soulevé par des pipkrakes en février 2009. d) Le même éclat après le dégel. e) Éclat soulevé par des pipkrakes en février 2009. f) Nucléus soulevé par des pipkrakes en février 2009. g) Déplacement des pièces pointées (de juin 2004 à juin 2009), équidistance des courbes : 1 cm. h) Position des pièces pointées, en 2004 (en grisé) et 2009 (en noir)

Tabl. 3

Tabl. 3

Corrélation entre le nombre de cycles gel/dégel et les déplacements d’objets au sein de l’amas expérimental de Villeneuve d’Ascq (Nord)

La redistribution des vestiges archéologiques dans les sols polygonaux

14En milieu périglaciaire, l’action des pipkrakes, combinée à la cryoexpulsion (migration verticale des éléments grossiers du sédiment vers la surface sous l’action du gel) et au gonflement cryogénique différentiel (bombement des formations meubles dû à la formation de lentilles de glace), conduit, dans certaines conditions de pente, de drainage et de granulométrie du sédiment, à la formation de « sols structurés ». Ils se caractérisent par un tri granulométrique que traduit en surface, de façon souvent spectaculaire, une distribution géométrique des éléments grossiers en cercles, en polygones ou en rubans parallèles (on parle alors de sols striés). Les conditions de formation et d’évolution des sols figurés ont fait l’objet de nombreuses études géomorphologiques, y compris du point de vue expérimental (voir en particulier Pissart 1987).

15L’impact de la formation des sols polygonaux sur les niveaux archéologiques a été évoqué par plusieurs auteurs (Sommé, Vaillant & Fagnart 1972 ; Vallin 1992 ; Hilton 2003). En liaison avec l’équipe du programme Gavarnie, nous avons élaboré une première expérience destinée à simuler ce processus. Une fosse d’un mètre carré sur 0,10 m de profondeur a été creusée en septembre 2004 dans un champ de petits polygones situé dans les Pyrénées à 2 760 m d’altitude, sur le replat d’un versant exposé au sud et à l’ouest du cirque de Gavarnie ; la fosse a été comblée par 180 kg de loess décarbonaté provenant d’un site du Pas-de-Calais. Dans un premier temps, un amas a été reconstitué à partir d’un débitage expérimental composé de 6 264 artefacts en silex sénonien. La perturbation de la cellule par des animaux, attirés par la présence de limon, a été constatée l’année suivante. L’expérience a été renouvelée en septembre 2005 selon des modalités différentes ; la surface de la fosse a été couverte de 326 éclats de silex répartis régulièrement. Un an plus tard, les relevés photographiques ont montré une redistribution des éclats de silex avec dégagement de deux aires internes presque vides entourées de cordons de vestiges ; qui plus est, cette trame coïncidait à la structure des polygones préexistants (fig. 3). La moyenne des déplacements individuels, mesurée d’après les clichés géoréférencés, est de 8 cm (médiane = 34 mm), soit le double de ce qu’Albert Pissart avait mesuré en deux ans lors de ses expériences dans le massif du Chambeyron (Pissart 1987). La forte gélivité du limon importé, ainsi que l’exposition du site, expliquent peut-être la rapidité de cette dynamique.

Fig. 3

Fig. 3

Plan photographique de la cellule expérimentale de Gavarnie (Hautes-Pyrénées), en septembre 2005 et septembre 2006.

16Cette expérience a été complétée par la mise en place de deux autres cellules expérimentales, dans le massif alpin du Chambeyron. En juin 2006, 120 silex taillés ont été disséminés sur une surface de 2 m2 couvrant l’aire interne d’un polygone lui-même subdivisé en trois par des cloisons internes, près du lac Tuissier, à 2 700 m d’altitude, sur le replat d’un versant exposé au sud-ouest ; les artefacts, disposés de façon lâche, ont été recouverts d’une fine couche de limon argileux. Un an plus tard, un peu moins d’un tiers était ressorti à l’air libre, probablement sous l’effet de la cryoexpulsion ; un pavage superficiel de granules avait commencé à se reformer ; deux ans plus tard, la moitié des artefacts étaient de nouveau visibles. Aucun déplacement supérieur à 4 cm n’a toutefois été constaté.

17Une troisième cellule expérimentale a été installée le 27 juin 2007 dans une cuvette au pied du col du Roure, à 2 730 m d’altitude. Une fosse de 80 × 70 cm et de 7 cm de profondeur a été creusée, à cheval sur deux petits polygones de gel. Cent éclats de silex de dimensions variables, peints sur une face, ont été déposés de façon régulière sur le fond puis recouverts avec le sédiment extrait ; cent trois éclats, non peints, ont été placés en surface. Tous avaient été, au préalable, marqués et photographiés sur les deux faces pour faciliter leur repérage. En septembre 2008, un premier relevé a permis de constater le déplacement de la plupart des objets (fig. 4). La médiane de leurs déplacements entre juin 2007 et septembre 2008 est de 21 mm, comparable à celle observée sur le site expérimental de Villeneuve d’Ascq. Il est encore trop tôt pour évaluer la signification de cette observation et présupposer une reconstruction des polygones.

Fig. 4

Fig. 4

Plan des déplacements supérieurs à 2 cm des artefacts de la cellule expérimentale du Roure (Alpes-de-Haute-Provence)

Laisser le temps au temps

18En archéologie comme en géomorphologie, les enseignements tirés de l’expérimentation, souvent fondés sur l’analogie, peuvent susciter un certain nombre d’objections. Dans quelle mesure les données actualistes peuvent-elles être transposées dans le passé ? Est-il pertinent, dans les expériences de laboratoire, de compenser la brièveté du temps d’observation par l’accélération des processus ? Il est certain que seules la réitération des expériences et la convergence des approches peuvent, dans le domaine de la taphonomie, autoriser des conclusions fondées. Il faut aussi penser l’expérimentation sur le long terme et en envisager la transmission sur plusieurs générations.

Haut de page

Notes

1  Ont participé à cette Acr, outre les signataires : Pierre Antoine (Meudon), Bruno Aubry (Inrap), Pascal Bertran (Inrap), Dominique Cliquet (Sra Basse-Normandie), Anne Delagnes (Bordeaux), Philippe Feray (Inrap), Marianne Font (Caen), Gérard Guillemet (Caen), Jean-Luc Locht (Inrap), Jean-Claude Ozouf (Caen), Colette Swinnen (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Photo de pipkrakes près du lac Tuissier (Alpes-de-Haute-Provence)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/882/img-1.png
Fichier image/png, 112k
Titre Fig. 2
Légende Amas de débitage expérimental de Villeneuve d’Ascq. a) Débitage de deux nucléi in situ (juin 2004). b) Vue oblique de l’amas (juin 2009). c) Petit éclat soulevé par des pipkrakes en février 2009. d) Le même éclat après le dégel. e) Éclat soulevé par des pipkrakes en février 2009. f) Nucléus soulevé par des pipkrakes en février 2009. g) Déplacement des pièces pointées (de juin 2004 à juin 2009), équidistance des courbes : 1 cm. h) Position des pièces pointées, en 2004 (en grisé) et 2009 (en noir)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/882/img-2.png
Fichier image/png, 119k
Titre Tabl. 3
Légende Corrélation entre le nombre de cycles gel/dégel et les déplacements d’objets au sein de l’amas expérimental de Villeneuve d’Ascq (Nord)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/882/img-3.png
Fichier image/png, 18k
Titre Fig. 3
Légende Plan photographique de la cellule expérimentale de Gavarnie (Hautes-Pyrénées), en septembre 2005 et septembre 2006.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/882/img-4.png
Fichier image/png, 118k
Titre Fig. 4
Légende Plan des déplacements supérieurs à 2 cm des artefacts de la cellule expérimentale du Roure (Alpes-de-Haute-Provence)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/882/img-5.png
Fichier image/png, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Caspar, Bertrand Masson et Luc Vallin, « Taphonomie des ensembles lithiques du Paléolithique moyen en contexte loessique », Les nouvelles de l'archéologie, 118 | 2009, 21-26.

Référence électronique

Jean-Paul Caspar, Bertrand Masson et Luc Vallin, « Taphonomie des ensembles lithiques du Paléolithique moyen en contexte loessique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 118 | 2009, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/882 ; DOI : 10.4000/nda.882

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Caspar

Facultés Notre-Dame-de-la-Paix, Namur, Belgique (décédé)

Bertrand Masson

Service régional de l’archéologie du Nord - Pas-de-Calais, Villeneuve d'Asq
bertrand.masson@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Luc Vallin

Service régional de l’archéologie du Nord - Pas-de-Calais, Villeneuve d’Asq
luc.vallin@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org