Navigation – Plan du site
Programmes expérimentaux en taphonomie

Dynamique sédimentaire et taphonomie des abris-sous-roche et des porches de grotte en milieu périglaciaire

Le programme Gavarnie
Pascal Bertran, Cédric Beauval, Stéphane Boulogne, Michel Brenet, Julia Chrzavzez, Émilie Claud, Sandrine Costamagno, Véronique Laroulandie, Arnaud Lenoble, Philippe Malaurent, Bertrand Masson, Jean-Baptiste Mallye, Patrick Sin, Céline Thiébaut et Luc Vallin
p. 11-16

Résumés

Le programme Gavarnie permet de documenter la dynamique sédimentaire et les processus taphonomiques qui se déroulent dans les porches de grottes et d’abris sous roche en contexte périglaciaire actuel dans les Pyrénées centrales. Les enregistrements thermiques effectués dans une petite grotte montrent que le régime est sensiblement plus doux dans la cavité qu’à l’extérieur, principalement en raison de l’isolation du sol par une congère de neige en période hivernale. Ces conditions sont peu favorables à l’installation d’un pergélisol mais provoquent un lavage intense des dépôts au moment de la fonte. Les mesures indiquent également que les débris sont soumis à une reptation lente à la surface du talus liée à la chute de cailloux et de spéléothèmes de glace. Plus bas en altitude à l’étage alpin, l’activité biologique joue un rôle important sur la dynamique des porches de cavités. Le développement d’horizons humifères associés à la solifluxion sous pelouse constitue un bon analogue pour comprendre la genèse des couches riches en matière organique typiquement observées dans les séquences du Paléolithique supérieur d’Aquitaine.

Haut de page

Texte intégral

1De nombreux sites paléolithiques français sont localisés sous le porche d’abris-sous-roche ou de grottes, dont le talus détritique renferme souvent plusieurs niveaux d’occupation successifs. Ces talus se sont constitués grâce à l’éboulisation des parois et à des processus de redistribution secondaires des débris sur la pente. Dans les dernières décennies, de nombreux travaux dans les milieux actifs ont permis de mieux comprendre la dynamique des versants et de documenter le faciès des dépôts associés aux différents mécanismes de sédimentation. L’origine de la stratification a notamment donné lieu à une abondante littérature (revue in Bertran et al. 2004). Cependant, le type de configuration rencontré dans les grottes et abris présente de nombreuses spécificités par rapport aux milieux de versants habituellement étudiés. Ce sont en particulier : a) la présence d’un régime thermique spécifique et notamment d’un gradient très marqué entre la partie du talus tournée vers l’extérieur et la partie profonde de l’abri ou de la grotte ; un tel gradient suppose que l’activité et la nature des processus morphogénétiques varient fortement dans les différents secteurs d’un abri ou d’une grotte ; b) une humidité souvent forte, favorable à l’altération mécanique ou bio-induite des roches et à la ségrégation de glace ; c) un régime hydrologique particulier, commandé à la fois par les circulations dans le massif rocheux et par les influences du milieu extérieur.

2L’action des processus de redistribution des débris sur la pente a des répercussions importantes sur les conditions d’enfouissement et de préservation des assemblages archéologiques. Différentes méthodes géoarchéologiques ont été développées pour apprécier les transformations subies par ces assemblages ; elles sont basées sur la recherche d’organisations sédimentaires, leur composition granulométrique, leur état de surface, la fabrique (orientation et pendage des artefacts)… L’interprétation des résultats est fondée sur une comparaison avec des référentiels actuels, naturels ou issus de l’expérimentation. Une des principales limitations de cette approche est le nombre réduit de référentiels disponibles et utilisables dans une perspective archéologique.

3Pour documenter en détail les milieux d’abris et de grottes avec une approche géoarchéologique et taphonomique, le programme lancé en 2003 s’est focalisé dans les Pyrénées centrales sur un secteur d’altitude susceptible de constituer un bon équivalent des environnements qui ont existé à basse altitude en Aquitaine pendant certaines périodes du Pléistocène. Ce secteur combine la présence de sommets dépassant 3 000 m et une lithologie dominée par les calcaires avec un karst bien développé. Deux sites expérimentaux ont été retenus : a) une petite cavité, la « grotte du Névé », qui s’ouvre à 2 760 m sur le versant sud des Pyrénées (Parque Nacional d’Ordesa y Monte Perdido), près de l’isotherme – 1 °C de température moyenne annuelle de l’air, c’est-à-dire à la limite inférieure du désert périglaciaire d’altitude ; cette grotte est orientée vers l’est (fig. 1) ; b) un abri-sous-roche lui aussi orienté vers l’est niché au fond du vallon d’Estaubé, à 1 840 m d’altitude, sur le versant nord des Pyrénées (Parc national des Pyrénées), c’est-à-dire dans l’étage alpin vers l’isotherme + 4 °C.

4Sur le premier site, différents instruments ont été implantés pour documenter le régime thermique du sol et des parois, la dynamique superficielle du talus et des versants environnants, la dégradation de la paroi et les fluctuations de la nappe phréatique. Parallèlement, des cellules archéologiques expérimentales incluant plusieurs types d’artefacts (silex, os, charbons) et de configurations spatiales (lignes d’objets, amas, objets dispersés) ont été mises en place à l’intérieur et à l’extérieur de la cavité. Sur le second site, l’instrumentation a été limitée à la pose de sondes thermiques et de cellules archéologiques. Des difficultés d’ordre divers sont apparues en cours de programme en raison de la défaillance de certains capteurs ou à la suite d’actes de vandalisme à Estaubé ; néanmoins, bien que les enregistrements soient parfois lacunaires, ils permettent de bien cerner le fonctionnement géomorphologique des sites étudiés. Les cellules expérimentales ont eu pour principal objectif de décrire les perturbations typiques des milieux froids sur les assemblages archéologiques, surtout en ce qui concerne les mouvements et l’altération des objets qui précèdent leur enfouissement. Les transformations au sein du sédiment n’ont été abordées qu’au travers de la tracéologie, pour mettre en évidence les modifications de surface des objets lithiques provoquées par la solifluxion.

5Ce programme s’est poursuivi pendant cinq ans à partir de 2003, à raison d’une à deux missions de relevé par an. Les financements proviennent de l’Action collective de recherche (Acr) intitulée « Paléolithique moyen en Aquitaine septentrionale », dirigée par J.-P. Texier et J. Jaubert, ainsi que du programme « Transitions » de la région Aquitaine porté par B. Maureille et J.-G. Bordes (Umr Pacea, Talence). Des financements complémentaires ont également été fournis par l’Inrap dans le cadre de ses projets d’activité scientifique.

6Dans les paragraphes qui suivent, l’attention va principalement aux résultats concernant le régime thermique du site et sa dynamique sédimentaire, tous les aspects relatifs au comportement des vestiges lithiques et osseux étant abordés dans d’autres articles de ce volume.

Fig. 1

Fig. 1

Vue générale de la grotte du Névé et localisation des principaux profils thermiques

Régime thermique

7La comparaison entre les différents enregistrements obtenus montre que le régime thermique intérieur de la grotte, comme celui au niveau du talus extérieur, est beaucoup moins rude que celui des versants qui entourent le site (fig. 2). Ainsi le nombre de cycles de gel/dégel à la surface du sol est-il environ deux fois moindre au niveau du talus externe de la cavité que sur le versant. La principale raison en est la présence de neige, qui forme dès l’automne une congère devant la cavité et isole ainsi le sol des variations de température. Une différence comparable peut aussi être observée pour les températures minimales atteintes et le nombre de jours avec gel. La présence de congères devant les grottes et abris, liée à la redistribution de la neige par le vent, est un fait très général dans le secteur étudié.

8Les enregistrements réalisés sur la colline qui domine la grotte donnent une bonne idée du régime thermique dans le sol, au niveau des cellules expérimentales localisées à l’extérieur. Les caractéristiques que l’on peut retenir sont les suivantes : température moyenne à – 30 cm allant de 3 à 5 °C, qui exclut la présence de pergélisol ; 30 à 45 cycles gel/dégel en surface et 6 à 20 cycles à – 10 cm ; un seul cycle saisonnier à – 30 cm. Les cycles se déroulent essentiellement à la fin de l’automne et au début de l’hiver (de fin août à début novembre) puis à la fin du printemps (de fin mars à début juin), avec des possibilités de cycles tout l’hiver dans les secteurs les moins enneigés et exposés au sud. La variabilité à la fois interannuelle et spatiale est cependant forte. Elle est principalement contrôlée par l’orientation et par la couverture neigeuse. Le nombre de cycles de gel/dégel dans les parois est environ un tiers plus élevé au sud qu’à l’ouest, la paroi ouest restant continuellement gelée de fin novembre à fin mars alors que le sud bénéficie de dégels fréquents tout au long de l’hiver en raison d’un meilleur ensoleillement. En revanche, les températures minimale et moyenne sont plus élevées à l’ouest qu’au sud. Il est vraisemblable que la fusion de la couverture neigeuse répétée au cours des radoucissements hivernaux sur le versant sud expose le sol aux variations de températures extérieures et entraîne un engel profond.

9Pour la cavité, le cycle annuel est le suivant (fig. 3) :

  1. En automne, on observe une période de fortes amplitudes jusqu’à la mi-novembre. Plusieurs cycles de gel/dégel se produisent dans l’air de la cavité pendant cette phase, qui couvre environ les deux tiers de l’année. Les cycles sont très superficiels et le gel ne descend qu’en de rares occasions jusqu’à 10 cm de profondeur. Le capteur de poids installé sous le porche indique clairement les chutes de neige, qui débutent fin septembre et s’accompagnent de baisses de la température de l’air dans la cavité. Entre fin septembre et mi-novembre, le couvert neigeux fond chaque fois rapidement et provoque des variations très marquées de la hauteur de la nappe phréatique. Les importantes précipitations de la fin de l’automne entraînent la formation d’un bouchon de neige sous le porche.

  2. Pendant la période hivernale, la température dans la cavité subit peu de fluctuations en raison de son obturation par une congère ; les différences relevées au niveau du sol et du plafond de la cavité indiquent une stratification de l’air. Au cours de l’hiver, la température décroît lentement dans le sol, traduisant la pénétration progressive de l’onde de froid à travers la neige. Le piézomètre renvoie des valeurs nulles, probablement parce que la formation de lentilles de glace dans le sédiment entraine une dessiccation importante. Dans la grotte, des cycles de gel/dégel peuvent intervenir au début de l’hiver, en liaison avec des redoux qui provoquent l’ouverture partielle du bouchon ; la cavité fonctionne alors comme un « piège à froid » et les chutes de températures liées à la pénétration d’air froid depuis l’extérieur sont bien enregistrées. Une situation comparable se retrouve au printemps. La remontée de la nappe indique la fonte générale du couvert neigeux qui peut intervenir, selon les années, entre la fin du mois d’avril et le début du mois de juin. Elle est d’abord accompagnée d’une baisse des températures dans la cavité puis par une alternance de cycles de gel/dégel. La fonte du bouchon s’achève à partir de mi-juillet, saison à laquelle les variations diurnes de la température atteignent des amplitudes comparables dans la paroi et au niveau du sol.

  3. En été, les fluctuations sont très marquées, mais l’amplitude dans la grotte reste inférieure à celle enregistrée à l’extérieur, l’absence d’ensoleillement et l’évaporation des parois humides jouant un rôle de tampon.

10En résumé, la cavité montre un comportement thermique qui diffère de manière significative de celui enregistré à l’extérieur. Il est caractérisé par un amortissement des fluctuations dû à son fonctionnement comme piège à froid (l’air froid et lourd pénètre rapidement dans la grotte, tandis que les réchauffements se font peu sentir), lié à sa configuration (présence d’un talus détritique sous le porche) et à la présence systématique d’une congère en hiver. Au total, le régime thermique est relativement doux à cause de la neige et les températures du sol, à l’extérieur de la grotte, sont en moyenne de 3 à 4 °C supérieures à celle de l’air. D’une manière générale, ce type de configuration, peu favorable au développement d’un pergélisol, peut expliquer pourquoi les traces de cryogenèse profonde sont si peu abondantes dans les séquences paléolithiques d’Aquitaine des abris et des grottes, contrairement à ce que l’on observe en plein air.

11À Estaubé, les enregistrements sont lacunaires et doivent être poursuivis ; ils montrent néanmoins comme pour la grotte du Névé l’influence de la neige, qui isole le sol de mi-novembre à fin mars, tandis que le gel pénètre jusqu’à 10 cm dans les parois pendant de longues périodes au cours de l’hiver.

Fig. 2

Fig. 2

Régimes thermiques comparés de la grotte du Névé et des versants alentours, 2 750 m d’altitude.

Les sondes « intérieur grotte » ont été implantées sur le talus interne à 3 m du porche, « extérieur grotte » sur la pente externe du talus à l’entrée, « versant sud » et « versant ouest » sur la colline qui domine la cavité.

Fig. 3

Fig. 3

Type d’enregistrement thermique obtenu dans la cavité sur une année (ici, l’année 20062007)

Fonctionnement des abris et des porches de grotte

12Les observations réalisées sur les deux sites d’étude permettent de documenter et de comparer le fonctionnement des talus en contexte d’abri ou de grotte, dans les étages alpin et nival. L’un et l’autre présentent des caractéristiques très différentes principalement liées à des facteurs biologiques. À l’étage alpin, les talus sont colonisés par la pelouse, qui empêche la formation d’un pavage et limite la reptation des fragments rocheux. Les mouvements enregistrés à partir des objets marqués qui ont été disposés sous le porche de l’abri d’Estaubé indiquent néanmoins un lent déplacement du sol. Lié aux cycles de gel/dégel, il donne naissance à des coulées et à des banquettes de solifluxion, auxquelles s’ajoutent des mouvements erratiques affectant les éléments proéminents, provoqués par le piétinement occasionnel de la grande faune. La croissance de la végétation herbacée provoque l’enfouissement des objets disséminés en surface. Cet enfouissement peut être rapide, notamment en ce qui concerne les fragments rocheux libérés par l’éboulisation de la paroi.

13Les coupes faites dans ces talus mettent en évidence un horizon humifère brun noir épais (mull carbonaté), caillouteux, structuré par l’activité biologique dans les 5 à 10 premiers centimètres puis, en profondeur, par la glace de ségrégation (fig. 4). L’épaisseur de cet horizon résulte principalement de son accrétion progressive au cours du temps, grâce à l’apport d’éboulis. L’altération des fragments calcaires produit une matrice fine abondante dans laquelle sont distribués les blocs résiduels. Les parois sont elles-mêmes colonisées par des croûtes cryptogamiques, qui adoptent souvent la forme de taches, et par des cristallisations carbonatées de type calcin. Localement, de véritables petits édifices travertineux liés à l’encroutement de coussins de mousses se forment dans les zones de suintement intense de la paroi, au fond de l’abri.

14À l’étage nival, la végétation est rare et les talus sont recouverts par un pavage caillouteux continu. Des blocs volumineux les parsèment souvent ; on note cependant que la zone faiblement pentue immédiatement localisée contre la paroi est généralement protégée des chutes de blocs du plafond et dépourvue d’éléments grossiers. La neige joue un rôle important sur le fonctionnement des talus ; il a ainsi pu être observé que :

  1. une partie des chutes se produit alors que le manteau neigeux est important et limite le roulement des blocs vers l’aval du versant – ce qui explique vraisemblablement le mauvais granoclassement longitudinal des talus ;

  2. la fonte est généralement plus précoce le long des parois en raison de leur couleur sombre et, entre elles et la paroi, se forment des crevasses qui piègent une partie des débris gélifractés ;

  3. la dripline liée à l’écoulement des eaux de fonte devant le porche s’inscrit généralement très profondément dans le manteau neigeux et collecte de nombreux débris. Ceux-ci sont apportés directement par l’éboulisation du porche ou par le splash à partir des zones déneigées situées dans la partie amont du talus.

15En raison de l’absence de végétation, la remobilisation des débris sous forme de coulées boueuses lors des orages estivaux est fréquente. Ces coulées peuvent être piégées par les cavités karstiques : le cas observé deux années consécutives dans la grotte du Névé a enfoui une partie du niveau archéologique expérimental sous 10 à 20 cm de boue (fig. 5).

16Les coupes montrent dans de nombreux cas un matériel caillouteux à stratification très rudimentaire, partiellement colmaté par une matrice fine et très pauvre en glace de ségrégation, même avant la fonte printanière. L’absence de stratification semble principalement due au lavage des dépôts par la fonte des neiges : celle-ci oblitère le contraste entre les couches (c’est en particulier le cas dans la grotte du Névé, où les coulées boueuses successives sont impossibles à distinguer dans la stratigraphie) ; par ailleurs, elle ne favorise pas la constitution de couches riches en matrice et la ségrégation de glace. La solifluxion est donc peu active et les formes typiques de ce processus (lobes, banquettes…) restent rares dans les porches des abris et des grottes, alors qu’elles sont très répandues à l’extérieur sur les versants (fig. 6). Les mesures de déplacement réalisées sous le porche de la grotte du Névé indiquent cependant que les débris sont affectés par une reptation significative, liée pour l’essentiel sans doute aux chutes de cailloux, de stalactites de glace ou de revêtements de glace des parois. Les spéléothèmes de glace sont en effet abondants en hiver dans les contextes de ce type, et sont liés soit au gel de l’eau suintant de la paroi, soit au givre de l’air humide sortant des parties profondes des cavités.

17Les dépôts sont très pauvres en matière organique et l’activité biologique est réduite dans le sol. Les apports organiques sont essentiellement dus au vent, et prennent la forme de petits fragments végétaux déposés avec la neige pendant les tempêtes hivernales. Deux exceptions ont été observées :

  1. dans certaines cavités, des mousses et des algues se développent sur les parois et notamment au plafond à quelques mètres de l’entrée, en raison de la diminution des cycles de gel/dégel et de la stratification de l’air (« air chaud » situé en hauteur). C’est le cas de la grotte du Névé ;

  2. dans les cavités occupées par des colonies de chocards, les apports organiques (restes de nourriture, débris de nids, guano) favorisent le développement local de touffes de pelouse et d’une intense activité biologique associée.

18Le dépouillement des différents résultats acquis dans le cadre du programme Gavarnie est encore en cours. Quelques expériences concernant l’altération des os et la tracéologie des objets lithiques sont envisagées sur un plus long terme (environ dix ans), et nécessiteront encore quelques missions de terrain. Néanmoins, du point de vue géomorphologique, les observations faites sur les sites d’étude fournissent d’ores et déjà de bons analogues modernes pour les processus observés dans les séquences pléistocènes d’Aquitaine, dans les porches d’abris et de grottes. Plusieurs séquences contemporaines du début du stade isotopique marin (Mis 3) montrent en effet une alternance de couches d’éboulis et de couches humifères, qui peuvent être interprétées comme une succession d’environnements de type alpin et nival, elle-même en relation avec les fluctuations d’altitude des étages de végétation au cours du temps. Ces fluctuations suivent vraisemblablement les oscillations climatiques de Dansgaard-Oeschger, comme cela a été suggéré pour le site de La Ferrassie en Dordogne (Bertran et al. 2008). Lors du dernier pléniglaciaire (Mis 2), les séquences sont en revanche caractérisées, pour beaucoup d’entre elles, par la mise en place de coulées de solifluxion caillouteuses (Texier et al. 2004 ; Bertran 2005). Ces coulées indiquent un environnement périglaciaire certainement plus sec que celui documenté dans le programme Gavarnie, où l’influence nivale sur la dynamique des talus dans les abris et les grottes, très importante, n’est pas favorable à la solifluxion.

Fig 4

Fig 4

Coupe dans un talus en pied d’abri, vallon d’Estaubé.

a) Horizon A11, profondeur de 2 cm. Silt partiellement décarbonaté, coloré en brun par la matière organique. Entassement d’agrégats arrondis de quelques centaines de microns de diamètre, qui résultent de l’inter-action entre la faune du sol et les phénomènes physiques (gel/dégel, retrait/gonflement). Les agrégats de taille inférieure à 100 microns correspondent à des déjections de collemboles. Le lacis racinaire est dense. L’une des racines a été consommée par des acariens oribates, dont on distingue les petites déjections ovales caractéristiques.

b) Horizon A12, profondeur de 10 cm. Par rapport à l’échantillon précédent, l’activité biologique se réduit et les processus physiques deviennent prédominants. La structure s’organise en lamelles sous l’action de la glace de ségrégation

Fig. 5

Fig. 5

Site expérimental sur le talus de la grotte du Névé.

Des coulées de débris déclenchées par les orages estivaux ont enfoui une partie de la cellule. Le ruissellement de fonte et de la cryoexpulsion reconstituent un pavage en surface, tandis que la fraction fine est redistribuée en profondeur.

Fig 6

Fig 6

Coulée de solifluxion à front pierreux, secteur de la grotte du Névé, versant sud, 2 750 m

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Vue générale de la grotte du Névé et localisation des principaux profils thermiques
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/846/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 2
Légende Régimes thermiques comparés de la grotte du Névé et des versants alentours, 2 750 m d’altitude.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/846/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 3
Légende Type d’enregistrement thermique obtenu dans la cavité sur une année (ici, l’année 20062007)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/846/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig 4
Légende Coupe dans un talus en pied d’abri, vallon d’Estaubé.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/846/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 5
Légende Site expérimental sur le talus de la grotte du Névé.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/846/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig 6
Légende Coulée de solifluxion à front pierreux, secteur de la grotte du Névé, versant sud, 2 750 m
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/846/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Bertran, Cédric Beauval, Stéphane Boulogne, Michel Brenet, Julia Chrzavzez, Émilie Claud, Sandrine Costamagno, Véronique Laroulandie, Arnaud Lenoble, Philippe Malaurent, Bertrand Masson, Jean-Baptiste Mallye, Patrick Sin, Céline Thiébaut et Luc Vallin, « Dynamique sédimentaire et taphonomie des abris-sous-roche et des porches de grotte en milieu périglaciaire », Les nouvelles de l'archéologie, 118 | 2009, 11-16.

Référence électronique

Pascal Bertran, Cédric Beauval, Stéphane Boulogne, Michel Brenet, Julia Chrzavzez, Émilie Claud, Sandrine Costamagno, Véronique Laroulandie, Arnaud Lenoble, Philippe Malaurent, Bertrand Masson, Jean-Baptiste Mallye, Patrick Sin, Céline Thiébaut et Luc Vallin, « Dynamique sédimentaire et taphonomie des abris-sous-roche et des porches de grotte en milieu périglaciaire », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 118 | 2009, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/846 ; DOI : 10.4000/nda.846

Haut de page

Auteurs

Pascal Bertran

Inrap et Umr 51199 Pacea, Talence
pascal.bertran@inrap.fr

Articles du même auteur

Cédric Beauval

Archéosphère, Bordeaux
cedric.beauval@free.fr

Articles du même auteur

Stéphane Boulogne

Inrap, Pessac
stephane.boulogne@inrap.fr

Articles du même auteur

Michel Brenet

Inrap (base archéologique de Campagne), Umr 51199 Pacea, université Bordeaux-1, Talence
michel.brenet@inrap.fr

Articles du même auteur

Julia Chrzavzez

Cepam-Cnrs, Sophia-Antipolis
juliac@cepam.cnrs.fr

Émilie Claud

Inrap et Pacea, Umr 5199, université de Bordeaux-1
claudemilie@voila.fr

Articles du même auteur

Sandrine Costamagno

Cnrs, Umr 5608 Traces, université Toulouse-2 - Le Mirail
costamag@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Véronique Laroulandie

Umr 51199 Pacea-Ipgq, Talence
v.laroulandie@ipgq.u-bordeaux1.fr

Articles du même auteur

Arnaud Lenoble

Umr 51199 Pacea, Talence
a.lenoble@ipgq.u-bordeaux1.fr

Articles du même auteur

Philippe Malaurent

Umr Ghymac, Talence
philippe.malaurent@ghymac.u-bordeaux1.fr

Bertrand Masson

Service régional de l’archéologie du Nord - Pas-de-Calais, Villeneuve d'Asq
bertrand.masson@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Jean-Baptiste Mallye

Umr 51199 Pacea-Ipgq, université de Bordeaux-1, Talenc
j|b.mallye@ipgq.u-bordeaux1.fr

Articles du même auteur

Patrick Sin

Umr Ghymac, Talence
p.sin@ghymac.u-bordeaux1.fr

Céline Thiébaut

Umr 51199 Pacea, Talence
celine.thiebaut@wanadoo.fr

Articles du même auteur

  • Des traces et des hommes [Texte intégral]
    Projet interdisciplinaire pour interpréter les comportements techno-économiques des Néandertaliens
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 118 | 2009

Luc Vallin

Service régional de l’archéologie du Nord - Pas-de-Calais, Villeneuve d’Asq
luc.vallin@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org