Navigation – Plan du site
Programmes expérimentaux en taphonomie

Taphonomie des sites plio-pléistocènes d’Afrique orientale

Apport de l’expérimentation
Manuel Domínguez-Rodrigo
p. 6-11

Résumés

Les incertitudes liées aux processus de formation des sites plio-pleistocènes d´Afrique Orientale sont à l’origine du développement d’approches actualistes visant à élaborer des référentiels relatifs à l’accumulation et à la modification des ensembles osseux fossiles par les Hominidés ou les Carnivores. Ces analogues ont été élaborés à partir de l´observation de carcasses consommées par des carnivores en milieu naturel et par la mise en œuvre d’expériences visant à répliquer différents scénarios d’accès aux carcasses. Dans l’état actuel des recherches et sur la base des référentiels expérimentaux, seuls trois sites de plus d’un million d’années (FLK Zinj et BK à Olduvaï et ST4 à Peninj en Tanzanie) ont livré des ensembles osseux d’origine exclusivement anthropique.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier Sandrine Costamagno pour ses suggestions et son aide inestimable pour la traduction. Je voudrais aussi la remercier de m’avoir offert l’opportunité, avec Isabelle Théry-Parisot, de contribuer à ce dossier spécial des Nouvelles de l’archéologie. Je remercie aussi le rapporteur pour ses commentaires.

1Ces dernières années, la taphonomie et l’archéologie expérimentale dans le contexte du Plio-Pleistocène africain ont connu un essor considérable. Les problèmes liés aux processus de formation de sites de plus d’un million d’années, auxquels s’ajoute celui du nombre limité de preuves d’intervention anthropique sur les stocks fauniques, soulèvent la question du rôle des premiers Hominidés dans les accumulations d’ossements animaux, leur pratique de la chasse et du charognage suscitant un débat.

2Seule l’approche taphonomique, dont les méthodes d’analyse se sont développées parallèlement à l’élaboration de cadres analogiques basés sur l’expérimentation, pourra apporter des réponses à ces interrogations. Pour autant, l’actualisme, principe développé par la géologie moderne en vertu duquel les processus qui se sont exercés dans le passé lointain s’appliquent encore de nos jours, n’a pas toujours été utilisé à bon escient sur les sites plio-pléistocènes africains.

  • 1 Par opposition aux conceptions atomistiques, fondées sur des méthodes analytiques, l’holisme est un (...)
  • 2 Relatifs aux organismes vivants autres que l’homme.

3Dans les années 1980, qui correspondent à l’introduction de la taphonomie en Afrique, en particulier, des conceptions holistiques1 et écologiques ont été mises en œuvre pour distinguer les assemblages d’origine anthropique de ceux liés à des agents biotiques2 ou abiotiques et pour identifier les modifications osseuses qui s’y rapportent. Les études faites sur des accumulations naturelles trouvées dans la savane africaine et sur des ensembles osseux présents dans des repaires d’Hyénidés ou d’autres carnassiers restent très générales (voir références dans Potts 1988). On parle encore de « comportements » de carnassiers, comme si tous consommaient leurs proies de manière identique et laissaient les mêmes traces sur leurs carcasses.

4Depuis quinze ans, les études se sont précisées et les limites de l’approche précédente, qui prenait en compte quelques variables seulement et cherchait à comprendre comment elles s’exprimaient dans un petit nombre de sites, ont été soulignées. Cette seconde phase a vu apparaître une taphonomie nouvelle, hiérarchisant ses questionnements, à commencer par la recherche de l’identité des agents d’accumulation considérés dans leur contexte. Chaque site ayant sa propre histoire, chaque hypothèse doit être testée par une expérimentation précise qui n’est pas toujours applicable à d’autres gisements. Cela vaut surtout pour les sites dont les environnements diffèrent, les variables répliquées de manière expérimentale dépendant de ces derniers.

5Ces nouvelles méthodes prennent en compte les attributs taphonomiques physiques observés sur les ossements (Domínguez-Rodrigo, Barba & Egeland 2007). On passe progressivement de l’étude des traces de modification de chaque spécimen osseux à l’analyse de l’ensemble faunique. Auparavant, les interprétations reposaient essentiellement sur la prise en compte des ensembles osseux dans leur entier (nombre d’animaux présents, parties anatomiques représentées), n’employaient pas d’études de marques de dents et des os striés ou bien les utilisaient d’une manière secondaire dans l’argumentation. Les thèses de Binford (1981), qui soutenaient que ces accumulations étaient dues à des morts naturelles autour de trous d’eau, ou étaient le fait de carnassiers et, en second lieu, d’hominidés charognards, ont d’abord été réfutées. On est passé ensuite, pour le registre plio-pléistocène, aux postulats suivants : d’une part, en raison d’une incapacité à identifier des accumulations analogues dans la savane moderne, on assumait le fait que ces gisements correspondaient à ceux d’Hominidés (Potts 1988) ; d’autre part, selon les sites et les auteurs, les mêmes profils squelettiques pouvaient s’interpréter comme le résultat, soit de leur capacité à sélectionner de préférence les parties les plus nourrissantes, soit de leur intervention opportuniste et postérieure sur des carcasses abandonnées par les fauves, pour en extraire la moelle (Blumenschine 1986, 1995 ; Bunn & Kroll 1986 ; Bunn 2001 ; Capaldo 1997).

  • 3 Le principe d’équifinalité étudie l’évolution des systèmes, sachant que deux systèmes aux condition (...)
  • 4 La diagenèse est l’ensemble des processus qui interviennent dans la transformation des sédiments en (...)

6Ces interprétations divergentes résultaient du principe d’équifinalité3 : les fréquences de parts anatomiques pouvaient s’expliquer de façon divergente si l’on ne retraçait pas l’histoire taphonomique des assemblages, c’est-à-dire les empreintes de chaque agent intervenu sur les caractéristiques de modifications des os. Aujourd’hui, l’étude des profils anatomiques sur les sites contemporains des premiers Hominidés a cessé d’être prédominante ; elle ne vient plus qu’en complément de celle de la modification des attributs physiques relevés sur les ossements, subie par chaque spécimen et due au comportement de l’agent responsable, ou des agents responsables – ce qui satisfait mieux au principe d’équifinalité. Les chercheurs commencent par identifier les modifications les moins ambiguës puis continuent selon une échelle croissante d’incertitude qui dépend de la quantité de variables pouvant participer à une caractéristique physique déterminée. Ces attributs physiques comprennent : 1) les stigmates de fracture osseuse (plans de frappe, encoches, morphologie des bords de fracture), 2) les altérations de la surface osseuse (traces de dents, d’outils lithiques, de facteurs biochimiques, d’exposition subaérienne), 3) les modifications diagénétiques4 des os, etc. (pour une description plus complète, voir la liste de critères publiée par Domínguez-Rodrigo, Barba & Egeland 2007).

7Pour comprendre ces attributs, des analogies ont été développées dans le cadre d’expérimentations et d’observations naturelles – domaine où la recherche en taphonomie est particulièrement dynamique. Deux questions centrales conditionnent l’accroissement de nos connaissances des sites archéologiques plio-pléistocènes : quels sont les processus et les agents qui sont responsables de leur formation (au sens d’accumulation) ? Si les Hominidés y ont participé, est-ce en tant que chasseurs ou comme charognards ? Cette contribution présente quelques exemples d’applications de l’archéologie expérimentale visant à renseigner ces deux questions à partir de l’étude de certains attributs physiques.

Fracturation et modes de percussion des ossements

  • 5 On utilisera le terme « fragmentation » dans un sens général, pour désigner les cassures et fractur (...)

8Une part importante des ossements fossiles provenant des sites plio-pleistocènes est cassée. Les expérimentations réalisées afin de connaître les agents qui sont à l’origine de la fragmentation5 ont abouti à la mise en place d’un cadre analogique permettant une meilleure interprétation des assemblages fossiles.

9La fragmentation des os est un phénomène physique sujet à des lois qui dépendent du mode de fracture et peuvent être déterminées et différenciées. Les caractéristiques physiques des divers processus de fractures commencent à être bien cernées. Il est ainsi possible de distinguer, par l’étude des bords de fracture, la fragmentation sur os frais de la fragmentation sur os sec et d’évaluer leur part respective au sein d’un ensemble osseux (Villa & Mahieu 1991). Cependant, dans le premier cas, il est nécessaire, pour une interprétation correcte des sites, de déterminer si l’agent est un Hominidé ou un carnassier. Des expériences ont donc été menées en partant du principe que la fracturation des ossements suivait les mêmes règles que la taille de la pierre. Les supports d’outils lithiques obtenus par percussion directe présentent des angles de talon différents de ceux qui sont extraits par pression. Dans le cas de fractures sur os frais, on peut distinguer le processus de charge dynamique par percussion (Hominidés) du processus de charge statique par pression (carnassiers) car les plans de frappe des vestiges osseux supérieurs à 4 cm et fracturés par percussion lancée se caractérisent par des angles de fracture très aigus ou très obtus (Alcántara et al. 2006 ; Pickering et al. 2005). Ces observations expérimentales ont été appliquées avec succès aux sites de Swartkrans (Afrique du Sud) et d’Olduvai (Tanzanie) (Pickering et al. 2005 ; Domínguez-Rodrigo, Barba & Egeland 2007). Elles ont fourni des interprétations concordantes avec celles qui avaient été émises sur la base d’autres critères taphonomiques, comme le pourcentage et la distribution des traces de dents de carnassiers.

10La fracturation sur os frais produit également des encoches. Les diverses expériences réalisées ont montré que leur morphologie diffère (fig. 1) selon qu’elles sont produites par percussion (charge dynamique) ou par pression (charge statique) (Capaldo & Blumenschine 1994 ; Galán et al. 2009). Les encoches ou impacts de percussion d’origine anthropique sont larges et superficielles (fig. 1f), tandis que celles liées à l’action des carnassiers sont souvent moins larges et plus profondes. Les combinaisons morphologiques sont variées : elles peuvent être complètes ou incomplètes, isolées, doubles ou triples, imbriquées ou opposées en fonction de la nature de la fracturation. Les cuspides (sommets) des dents des carnassiers entrent en contact avec plusieurs points de la surface osseuse, ce qui génère souvent une pluralité d’encoches. Ainsi, bien que tous les types d’encoches soient représentés dans les ensembles fracturés par les Hominidés ou les carnassiers, elles sont plus souvent le fait de ces derniers quand elles sont imbriquées ou opposées (Domínguez-Rodrigo, Barba & Egeland 2007 ; Galán et al. 2009).

Fig. 1

Fig. 1

Types d’encoches : a) encoches doubles imbriquées et opposées ; b & e) encoches opposées ; c & d) encoches imbriquées ; toutes créées par des carnassiers (Hyenidés). f) encoche large créée par percussion. (D’après Domínguez-Rodrigo, Barba & Egeland 2007)

Modifications des surfaces osseuses : marques de percussion, traces de dents et de boucherie

11La prise en compte de la forme des bords de fracture, de la morphologie, des dimensions et de la combinaison des encoches, qui permet d’identifier les agents à l’origine de la fragmentation d’un ensemble osseux donné, doit être complétée par l’étude des types de marques présentes sur les surfaces osseuses.

12Dans le cas d’une fracturation d’origine anthropique, des marques de percussion doivent être principalement retrouvées sur les os riches en moelle (fig. 2). Les multiples expériences mettent en évidence la grande variabilité des pourcentages : entre 5 et 30 % des fragments diaphysaires portent de telles traces (Blumenschine & Selvaggio 1991 ; Pickering & Egeland 2006 ; Galán et al. 2009). L’identification des caractéristiques microscopiques diagnostiques des traces de percussion a également été développée pour les sites plio-pléistocènes africains afin d’évaluer le degré d’interaction des Hominidés et des carnassiers et l’intensité de leur intervention sur les ensembles osseux (Blumenschine & Selvaggio 1988). Ce référentiel a été récemment complété par de nouvelles expériences qui ont permis de mieux distinguer la morphologie des traces de percussion selon le type de percuteur employé (galet ou galet aménagé) et les variations de leur pourcentage. Selon ces deux études, la percussion produit des traces mais 30 % de celles laissées par les percuteurs bruts présentent des morphologies similaires aux traces de dents de carnassiers – un problème d’équifinalité difficile à résoudre (Galán et al. 2009).

13La plupart des études se sont fondées sur les traces de dents des carnassiers. Elles démontrent leur intervention sur un ensemble osseux et leurs éventuelles interactions avec des Hominidés, sans qu’aient été encore dégagés les critères taphonomiques qui permettraient de distinguer les traces de dents des uns et des autres. D’autres études ont récemment insisté sur une possible confusion entre des traces d’origine biochimique et des traces de dents (Domínguez-Rodrigo & Barba 2006, 2007 ; Blumenschine et al. 2007).

14Dans le cas d’une fracturation liée à l’activité des carnassiers, les traces de dents sur les os appendiculaires doivent être relativement nombreuses (fig. 3). D’après les expériences menées avec les Hyénidés et les Canidés, ce pourcentage dépend du mode d’acquisition des carcasses (Blumenschine 1988, 1995 ; Capaldo 1995). S’ils ont accès à des animaux complets (accès primaire), 70 à 100 % des restes d’os longs portent des traces de dents. En revanche, s’ils pratiquent le charognage (accès secondaire), les traces de dents sont moins nombreuses (inférieures à 15 %) et distribuées de façon très particulière : elles sont abondantes sur les extrémités spongieuses et beaucoup plus rares sur les fragments de diaphyses.

15C’est sur la base de ces référentiels, complétés par des expériences récentes, que l’hypothèse d’un accès primaire aux carcasses par les grands Félidés suivi d’un charognage par les Hominidés a été avancée pour un certain nombre de sites africains (Blumenschine 1995 ; Capaldo 1995, 1997 ; Selvaggio 1994). Les traces de dents laissées par les Félidés sont nettement moins fréquentes que celles laissées par les Hyénidés et elles ne peuvent être distinguées des traces produites par ces derniers sur des carcasses initialement exploitées par l’Homme (Domínguez-Rodrigo, Barba & Egeland 2007 ; Domínguez-Rodrigo, Egeland & Pickering 2007). Ces expériences ont par ailleurs montré que les Félidés sont les carnassiers qui altèrent le moins les ossements, et invalidé l’affirmation selon laquelle ils pourraient laisser plus de 50 % de traces de dents sur le squelette appendiculaire de leur proie (Selvaggio 1994). Les os longs qu’ils ont consommés sont le plus souvent complets et leurs traces de dents sont majoritairement isolées. Si les Hominidés fracturent ces ossements pour la moelle, la plupart des fragments ne porteront aucune trace de dents, puisque les Félidés en laissent cinq fois moins que les Hyénidés ou les Canidés (Domínguez-Rodrigo et al. 2007b).

16Les pourcentages des traces de dents ne permettant pas de discriminer tous les assemblages, une étude récente a évalué le potentiel informatif de la répartition anatomique de celles laissées par les Félidés à des emplacements différents de celles laissées par des Canidés et des Hyénidés (Domínguez-Rodrigo, Barba & Egeland 2007 ; voir fig. 4). La révision de la collection expérimentale de C. K. Brain sur des os consommés par des Félidés, l’étude de repaires modernes de léopards menée avec mes collègues T. Pickering et C. Egeland et mes propres recherches sur l’analyse des os de proies de lions et de guépards révèlent que ces prédateurs ne laissent pas de traces de dents sur les métapodes. Sur les autres éléments appendiculaires, les traces apparaissent principalement sur la crête tibiale, les extrémités distale et proximale du fémur et, surtout, sur la face caudale de l’épitrochlée de l’humérus. Ce comportement contraste fortement avec celui des Hyénidés et des Canidés, qui modifient l’extrémité distale de l’humérus en commençant par la trochlée et l’épicondyle – modification qui trouve son pendant au niveau de l’olécrâne de l’ulna. Sur le squelette axial, les Félidés n’attaquent que les apophyses épineuses alors que les corps vertébraux sont systématiquement endommagés par les Canidés et les Hyénidés. L’impact des Félidés, Canidés et Hyénidés peut également être mesuré à partir des dimensions des traces dentaires observées sur les surfaces corticales diaphysaires (Selvaggio & Wilder 2001 ; Domínguez-Rodrigo & Piqueras 2003).

17Les stries de boucherie sont un autre volet d’étude, dans la mesure où elles peuvent résulter de l’exploitation par les Hominidés d’animaux entiers ou de prélèvements de petits morceaux de chair sur des carcasses abandonnées par les Félidés (fig. 5). Leurs interprétations sont donc essentielles pour déterminer l’ordre d’intervention des hominidés et des carnassiers sur les carcasses.

18Jusqu’à une date récente, la quantification des stries, comme celle des traces de dents, portait sur la totalité de l’ensemble osseux (suivant chaque espèce/taxon/classe ou taille), leur localisation étant rarement abordée bien qu’elle soit riche d’informations potentielles. Dans les années 1990, les modèles interprétatifs relatifs aux stries de boucherie ont bénéficié de protocoles expérimentaux visant à répliquer les hypothèses d’accès primaire ou secondaire aux carcasses par les premiers Hominidés. Les traces étaient analysées selon leur fréquence relative et leur distribution par élément et portion squelettique (Domínguez-Rodrigo 1997). Procéder de la sorte a permis de considérer la variabilité des comportements générateurs de traces, certains bouchers plus habiles pouvant en laisser moins que d’autres. Même quand les fréquences sont relativement faibles, la distinction entre la boucherie de carcasses entières et celle de carcasses partiellement ou complètement décharnés apparaissait possible.

19Des expériences répliquant la boucherie de restes abandonnés par certaines espèces de carnassiers ont également permis de préciser l’emplacement des stries sur des carcasses charognées (fig. 6). De ce point de vue, l’étude des ressources disponibles sur des carcasses consommées par les Félidés a produit un cadre analogique (Domínguez-Rodrigo 1999) qui, appliqué aux sites africains du Plio-Pleistocène en conjonction avec la distribution anatomique des traces de boucherie, suggère un accès primaire aux carcasses par les Hominidés (Domínguez-Rodrigo, Barba & Egeland 2007). Cette analogie a été remise en cause à partir d’un nouveau référentiel suggérant que les Hominidés ont pu trouver de la viande en abondance sur des carcasses charognées (Pobiner 2007). Mais cette hypothèse soulève de sérieuses questions épistémologiques, liées à l’élaboration de cadres actualistes dépourvus de critères valides : il y manque en effet un lien de causalité entre ce que l’on reproduit ou ce que l’on observe et ce que l’on prétend interpréter dans le registre archéologique, dont le contexte écologique différait complètement. Elle a été élaborée selon un procédé d’analyse peu rigoureux à partir d’un échantillon négligeable, obtenu dans une propriété privée du plateau de Laikipia (Kenya), où les lions sont régulièrement abattus pour éviter une trop forte prédation du bétail. Cette situation très particulière pourrait être à l’origine d’une consommation moins intense des carcasses, par rapport à ce qui est observé dans les réserves naturelles où l’impact des hommes est minime (Blumenschine 1986 ; Domínguez-Rodrigo, Barba & Egeland 2007 ; Domínguez-Rodrigo 2008).

Fig. 2

Fig. 2

Exemple de traces de percussion. Les « percussion pits » (signalées par la grande flèche) sont associés aux microstries (petite flèche)

Fig. 3

Fig. 3

Exemple de traces de dents. Les sillons sont observés sous binoculaire (× 20) et microscope électronique à balayage. Noter la forme en U du sillon et son aspect poli

Fig. 4

Fig. 4

Types de dommages créés par les Félidés (Léopard) : a & b) épitrochlée humérale ; c) extrémité proximale et crête tibiale ; d) olécrâne de l’ulna ; e) extrémités proximale et distale de fémur ; f) extrémité proximale d’humérus

Fig. 5

Fig. 5

Exemple de stries de boucherie.

Fig. 6

Fig. 6

Image classique des ressources abandonnées par les Félidés sur leur proies, d’après les études conduites dans le Serengeti (Blumenschine 1986) et au Maasai Mara et TsavoGalana-Kulalu (Domínguez-Rodrigo 1996, 1999)

Applications de ces cadres référentiels aux sites africains du Plio-Pleistocène

20L’application de cette approche analytique aux sites d’Olduvai a produit une série d’interprétations complètement inattendues. Dans la majorité d’entre eux, les accumulations d’ossements sont le fait des carnassiers et non des Hominidés (Domínguez-Rodrigo, Barba & Egeland 2007 ; Egeland & Domínguez-Rodrigo 2008 pour une discussion plus détaillée). Binford (1981) avait avancé une interprétation proche, mais la différence fondamentale introduite par les études récentes porte sur l’absence d’interaction entre carnassiers et Hominidés qui ont contribué indépendamment les uns des autres aux registres archéologiques. Dans les cas marginaux d’interaction, les carnassiers semblent avoir été précédés par les Hominidés, ce qui contredit les hypothèses antérieures qui postulaient la vraisemblance du charognage. Seuls FLK Zinj et BK peuvent être assimilés à des sites anthropiques. Il en est de même de ST4 à Peninj (Domínguez-Rodrigo et al. 2002). À Koobi Fora, trois sites récemment publiés pourraient être d’origine anthropique (Pobiner et al. 2008). La plupart des autres gisements, antérieurs à 1 million d’années, sont d’attribution inconnue ou clairement rattachés aux carnassiers.

21Sur les sites dont sont crédités les Hominidés, l’abondance des fractures sur os frais, l’observation de plans de fracture (aigus ou obtus), la présence d’impacts de percussions larges et peu profondes, la fréquence d’encoches isolées relativement aux encoches imbriquées ou opposées, le pourcentage faible de traces de carnassiers et fort de stries de boucherie sont autant d’arguments étayant les interprétations.

22L’étude des stries de boucherie montre qu’elles sont prépondérantes sur les fragments de diaphyses des parties charnues, contrairement à ce qui est observé dans les expériences où l’homme n’a qu’un accès secondaire aux carcasses. Les stries sont localisées au niveau des attaches musculaires mais aussi dans des zones qui en sont dépourvues. Leur emplacement suggère que, bien loin de se livrer au charognage, les Hominidés ont décarcassé une grande masse de viande. Les responsables des accumulations osseuses avaient donc, de façon récurrente, un accès primaire à des carcasses complètes.

23Il n’est pas exclu que de nouvelles expériences remettent un jour cette thèse en cause. Quoi qu’il en soit, l’interprétation du registre des premiers sites archéologiques ne pourra que bénéficier de la poursuite des approches expérimentales.

Haut de page

Notes

1 Par opposition aux conceptions atomistiques, fondées sur des méthodes analytiques, l’holisme est une doctrine ou théorie qui considère les phénomènes comme des totalités.

2 Relatifs aux organismes vivants autres que l’homme.

3 Le principe d’équifinalité étudie l’évolution des systèmes, sachant que deux systèmes aux conditions initiales semblables peuvent évoluer vers un état final différent et qu’inversement, deux systèmes aux conditions initiales différentes peuvent évoluer vers un état final semblable.

4 La diagenèse est l’ensemble des processus qui interviennent dans la transformation des sédiments en roches sédimentaires.

5 On utilisera le terme « fragmentation » dans un sens général, pour désigner les cassures et fractures des ossements. Le mot « fracturation » sera choisi lorsque l’agent responsable est un être vivant, animal, hominidé ou homme.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Types d’encoches : a) encoches doubles imbriquées et opposées ; b & e) encoches opposées ; c & d) encoches imbriquées ; toutes créées par des carnassiers (Hyenidés). f) encoche large créée par percussion. (D’après Domínguez-Rodrigo, Barba & Egeland 2007)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 2
Légende Exemple de traces de percussion. Les « percussion pits » (signalées par la grande flèche) sont associés aux microstries (petite flèche)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/832/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 3
Légende Exemple de traces de dents. Les sillons sont observés sous binoculaire (× 20) et microscope électronique à balayage. Noter la forme en U du sillon et son aspect poli
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/832/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 4
Légende Types de dommages créés par les Félidés (Léopard) : a & b) épitrochlée humérale ; c) extrémité proximale et crête tibiale ; d) olécrâne de l’ulna ; e) extrémités proximale et distale de fémur ; f) extrémité proximale d’humérus
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/832/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 5
Légende Exemple de stries de boucherie.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/832/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 6
Légende Image classique des ressources abandonnées par les Félidés sur leur proies, d’après les études conduites dans le Serengeti (Blumenschine 1986) et au Maasai Mara et TsavoGalana-Kulalu (Domínguez-Rodrigo 1996, 1999)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/832/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Domínguez-Rodrigo, « Taphonomie des sites plio-pléistocènes d’Afrique orientale », Les nouvelles de l'archéologie, 118 | 2009, 6-11.

Référence électronique

Manuel Domínguez-Rodrigo, « Taphonomie des sites plio-pléistocènes d’Afrique orientale », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 118 | 2009, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/832 ; DOI : 10.4000/nda.832

Haut de page

Auteur

Manuel Domínguez-Rodrigo

Departmento de Prehistoria, Universidad Complutense (Madrid, Espagne)
manueldr@ghis.ucm.es

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org