Navigation – Plan du site
Programmes expérimentaux en taphonomie

Programmes expérimentaux en taphonomie

Sandrine Costamagno et Isabelle Théry-Parisot
p. 5-6

Texte intégral

Nous tenons à remercier le comité de rédaction des Nouvelles de l’archéologie qui nous a proposé de coordonner ce dossier thématique. Merci à Véronique Laroulandie de nous avoir autorisées à utiliser une figure issue de sa thèse et à Céline Thiébaut, Marie-Pierre Coumont et Aline Averbouh de nous avoir permis de prendre connaissance de la version sous presse de leur papier introductif à la table ronde « Mise en commun des approches en taphonomie ».

  • 1  « Une succession ou une chaîne d’événements qui débute juste avant la mort d’un organisme et se po (...)

1Selon la définition princeps d’I. A. Efremov (1940 : 85), la taphonomie, des termes grecs taphos (tombe) et nomos (loi), est l’étude de la transformation des restes animaux de la bio-sphère dans la lithosphère. La définition qu’en donne C. P. Koch (1989 : 2) – «a process or chain of events that begins just before the death of an organism, and proceeds through decomposition, disarticulation, burial, fossilization, exposure, and collection. At each stage of this process, various taphonomic agencies intervene to obscure, bias, and add to the information that is available from the resulting collection1» – résume bien les différentes étapes par lesquelles passent les organismes vivants depuis leur mort jusqu’à leur analyse (fig. 1). Selon cette définition, l’homme est évidemment un agent taphonomique à part entière susceptible de modifier les thanatocénoses. Néanmoins, dans la pratique archéologique, il existe une distinction nette entre les biais relatifs aux activités anthropiques et ceux engendrés par les autres agents, seule l’étude de ces derniers relevant alors de l’approche dite taphonomique. Cette définition restrictive de la taphonomie trouve écho dans les approches relatives aux productions matérielles qui traitent, par exemple, de la question de l’origine des assemblages lithiques et de leur modification par des agents naturels (voir discussion dans Thiébaut, Coumont & Averbouh sous presse). En complément, la caractérisation des processus de formation des sites est un aspect qui ne doit pas être négligé puisqu’il participe à la caractérisation du degré d’intégrité des assemblages archéologiques (Schiffer 1987 ; Texier 2000).

2Pourquoi un dossier sur ce thème ? Au sein de la communauté française des préhistoriens, la taphonomie a connu ces dernières années un essor considérable qui s’est traduit par la tenue de plusieurs rencontres scientifiques. C’est ainsi qu’ont été organisées les tables rondes « La taphonomie : des référentiels aux ensembles osseux fossiles » (Costamagno, Fosse & Laudet 2008) à Toulouse en 2005 et « Mise en commun des approches en taphonomie » (Thiébaut, Coumont & Averbouh sous presse) dans le cadre du XVe Congrès de l’Uispp (Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques) en 2006. Un réseau thématique prioritaire ayant vocation à structurer la communauté des chercheurs travaillant sur cette thématique a aussi vu le jour en 2007 (voir Brugal, p. 41-43). Il nous a donc semblé pertinent de proposer un état des lieux des programmes menés en France sur ce qui constitue un des piliers de la recherche en taphonomie, à savoir l’approche actualiste (Hill 1978 ; Gifford 1981 ; Cadée 1991). Ce concept défini par C. Lyell (1933) repose sur le principe d’invariance des lois naturelles, des processus et de leurs conséquences dans le temps et dans l’espace. Face aux nombreux agents et processus susceptibles de modifier les assemblages fossiles, les observations en milieu naturel et l’expérimentation permettent d’établir des relations causales entre certaines caractéristiques observées sur les vestiges archéologiques et les processus intervenant dans leur modification (par exemple Behrensmeyer 1978 ; Binford 1981 ; Brain 1981 ; Haynes 1983 ; Andrews 1990). Ce type d’études relatives à des référentiels modernes ou expérimentaux s’est surtout développé pour les vestiges fauniques dans des contextes subtropicaux ou désertiques très différents du contexte européen (voir références dans Costamagno, Fosse & Laudet 2008). Devant l’inadéquation des référentiels disponibles, la nécessité de la mise en place de nouveaux cadres interprétatifs tenant compte des spécificités climatiques et biologiques de l’Europe s’est fait jour (Guadelli & Ozouf 1994 ; Robert & Vigne 2002 ; Prucca 2003 ; Castel 2004 ; Cochard 2004 ; Fosse et al. 2004 ; Campmas & Beauval 2008 ; Guadelli 2008). Parallèlement, ont été proposés des référentiels relatifs à la taphonomie des vestiges botaniques (Marguerie & Hunot 2007 ; Théry-Parisot 2001 ; Théry-Parisot & Chabal sous presse) ou lithiques (Plisson & Mauger 1988 ; Caspar, Masson & Vallin 2003 ; Caspar, Vallin & Masson 2005 ; Thiébaut 2007) mais aussi à l’impact des phénomènes géologiques dans la formation des sites (Lenoble et al. 2003 ; Lenoble 2005 ; Bertran et al. 2006).

3Ce dossier thématique offre un aperçu représentatif des programmes expérimentaux en taphonomie qui sont actuellement en cours dans l’hexagone. Nous avons opté pour une définition large de la taphonomie allant de la question des processus de formation des sites (Bertran et al. p. 11-16, Lenoble et al. p. 16-20, Caspar et al. p. 21-26) à la caractérisation de l’impact de certains phénomènes sur les assemblages lithiques (Caspar et al. p. 21-26), osseux (Mallye et al. p. 26-31, Théry-Parisot et al. p. 31-36) ou polliniques (Lebreton et al. p. 37-41). Afin d’élargir notre propos, nous avons demandé à Manuel Domínguez-Rodrigo, spécialiste des faunes plio-pléistocènes d’Afrique, de nous livrer une synthèse sur les approches actualistes relatives à la taphonomie des sites à premiers Hominidés. Cette contribution ouvre le dossier thématique.

4Nota : Tous les articles du dossier renvoient à la bibliographie cumulée p. 44-48.

Fig. 1

Fig. 1

Étapes de formation et de modification d’un assemblage osseux (d’après Andrews & Cook 1985 ; traduit dans Laroulandie 2000)

Haut de page

Notes

1  « Une succession ou une chaîne d’événements qui débute juste avant la mort d’un organisme et se poursuit à travers la décomposition, désarticulation, enfouissement, fossilisation, exposition et collecte. À chacune de ces étapes, divers agents taphonomiques peuvent intervenir obscurcissant ou biaisant les informations disponibles. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Étapes de formation et de modification d’un assemblage osseux (d’après Andrews & Cook 1985 ; traduit dans Laroulandie 2000)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Costamagno et Isabelle Théry-Parisot, « Programmes expérimentaux en taphonomie », Les nouvelles de l'archéologie, 118 | 2009, 5-6.

Référence électronique

Sandrine Costamagno et Isabelle Théry-Parisot, « Programmes expérimentaux en taphonomie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 118 | 2009, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/829 ; DOI : 10.4000/nda.829

Haut de page

Auteurs

Sandrine Costamagno

Cnrs, Umr 5608 Traces, université Toulouse-2 - Le Mirail, costamag@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Isabelle Théry-Parisot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org