Navigation – Plan du site
Dossier : Collections, musées, paysages. Trois entrées du discours archéologique

Le Roc-aux-Sorciers

Du site au centre d’interprétation, un choix scénographique original
Oscar Fuentes et Geneviève Pinçon
p. 51-56

Résumés

Le Roc-aux-Sorciers à Angles-sur-l’Anglin (Vienne, France) constitue un des sites magdaléniens majeurs par son étendue et les qualités graphiques de sa sculpture pariétale monumentale. Fermé au public pour des raisons de conservation, la communauté de communes a pris l’initiative d’ouvrir un centre d’interprétation dont le thème est la frise sculptée qui se développe sur plus de 18 mètres de long in situ. En s’appuyant sur la connaissance de ce site, la frise est montrée comme un support de communication et un dispositif de remises en questions, d’hier mais aussi d’aujourd’hui. Le centre d’interprétation invite le visiteur dans une démarche de découverte mais aussi de compréhension. Le visiteur découvre la frise grandeur nature, sous deux formes bien différentes : une scénographie qui appelle à l’imaginaire par la mise en scène de la frise, et un fac-similé présenté à la lumière du jour qui révèle aux visiteurs la réalité archéologique. Le centre est réalisé de façon à pouvoir se développer, évoluer et s’enrichir. Comme tout autre projet, il repose sur des personnes, des choix politiques et économiques. Cette approche du centre d’interprétation n’exclue nullement d’autres formes de restitution comme la présentation des collections et archives au musée d’Archéologie nationale, la production de documentaire télévisé (cf. « Le génie magdalénien » de Philippe Plailly, mai 2009), ou encore d’autres modes de restitution.

Haut de page

Texte intégral

Le Roc-aux-Sorciers : un site unique au monde

1Le site du Roc-aux-Sorciers se situe aux confins du Poitou, de la Touraine et du Berry, dans le département de la Vienne, à 1,5 km du bourg d’Angles-sur-l’Anglin. Il s’étend de façon continue sur une cinquantaine de mètres le long de l’Anglin, au pied des hautes falaises calcaires jurassiques de Dousse, et présente deux zones géomorphologiques distinctes, l’abri Bourdois et la cave Taillebourg, portant chacune le nom des propriétaires auxquels Suzanne de Saint-Mathurin acheta les terrains lors de ses fouilles. Ces deux loci sont séparés par une réserve archéologique. Dès sa mise au jour, cet exceptionnel art sculpté sur paroi lui valut le nom de « Lascaux de la sculpture » décerné par le professeur Édouard Patte. Datée du Magdalénien moyen, cette œuvre monumentale est conservée in situ. Elle est actuellement dégagée sur plus de 18 m de long

2À la différence des grottes profondes comme Lascaux ou Chauvet, les abris-sous-roche ornés associent art pariétal et occupations humaines. Parmi la famille très restreinte des sites de cette nature, le Roc-aux-Sorciers est majeur par son étendue et les qualités graphiques de sa sculpture monumentale (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

La frise sculptée dans son contexte archéologique

(© Geneviève Pinçon, ministère de la culture, cliché Alain Maulny)

L’historique : des traces d’occupation aux sculptures monumentales

3Les recherches au Roc-aux-Sorciers débutent dès sa découverte, en 1927, par Lucien Rousseau qui l’identifie du Magdalénien moyen. Il fouille au pied de la falaise dans la « Cave Taillebourg » et ne mentionne dans sa publication en 1933 (Rousseau 1933 : 239-256) qu’une seule dalle gravée, sur laquelle Henri Breuil lit une représentation de mammouth, ainsi que quelques petites plaquettes couvertes de fines incisions enchevêtrées.

  • 1  Ces œuvres sont actuellement exposées dans les salles publiques du musée d’Archéologie nationale à (...)

4Quelques années plus tard, Suzanne Cassou de Saint-Mathurin prend connaissance de cet article et visite le site où elle découvre une dalle gravée semblable à celles de la grotte de La Marche à Lussac-les-Châteaux (Vienne), située à une quarantaine de kilomètres et également occupée durant le Magdalénien moyen. Elle décide alors de reprendre les fouilles, aidée de son amie Dorothy Garrod, première femme à occuper une chaire d’archéologie à l’université (Cambridge). Elles fouillent, de manière intensive entre 1947 et 1957, puis plus sporadiquement jusqu’en 1964. Très vite, les deux femmes découvrent des blocs sculptés, gravés et peints, présentant des figurations de bisons, de chevaux, de bouquetins, de félins et le portrait d’un homme1 et, en 1949, un bison sculpté sur la voûte. C’est la première découverte de l’art pariétal au Roc-aux-Sorciers et la seule figure encore en place appartenant au plafond sculpté gravé et peint de la Cave Taillebourg.

5Plus en aval, attirées par une niche en pied de falaise, elles mettent au jour, en 1950, un cheval sculpté en fond d’abri, ce qui les incite à continuer les fouilles dans ce secteur. Elles dégagent alors sur plus de 18 mètres de long une frise sculptée monumentale qui se révèle une œuvre exceptionnelle de l’art paléolithique magdalénien (fig. 1) (de Saint-Mathurin 1988). Le site est alors classé au titre des monuments historiques en 1955.

6Suzanne de Saint-Mathurin, décédée le 25 août 1991, a légué à l’État le site et l’ensemble de ses collections et archives, dont l’étude est reprise par Geneviève Pinçon et François Lévèque, comme elle le souhaitait (Iakovleva & Pinçon 1997 ; Pinçon 2004 et 2009 ; Pinçon, Fuentes & Bourdier 2007).

La frise sculptée : un bouleversant témoignage artistique

7Plus de 18 mètres de frise sculptée ont été dégagés, où se côtoient, de façon très organisée, des bouquetins, des bisons, des chevaux, des félins ou des figures humaines dont trois femmes rendues grandeur nature. Ces dernières, juxtaposées, offrent, trois états différents du corps féminin : jeune femme enceinte, femme mûre, jeune femme ou femme âgée ? Ces représentations féminines associées à deux figurations de bisons (animé et inanimé) sont uniques dans l’art pariétal paléolithique mondial.

8Les techniques utilisées sont variées : sculpture en haut-relief ou bas-relief, gravure fine ou profonde, peinture. Certaines représentations animalières, comme les bouquetins, sont rendues grandeur nature. Les détails anatomiques des animaux et des humains sont réalistes et minutieux. Ces figures portent également des éléments de style comme la géométrisation des détails anatomiques ou des attitudes répétées.

9De nombreux anneaux sont taillés dans la roche calcaire sur des arêtes naturelles verticales. Ils ont pu être utilisés pour tendre des peaux et séparer ainsi des espaces d’habitation. Ils sont étroitement associés aux figures sculptées et délimitent des panneaux thématiques (panneau des bisons, panneau des chevaux, etc.). La frise ainsi délimitée pouvait être lue de manière segmentaire, mais cela n’empêchait pas les Magdaléniens de la connaître dans sa continuité.

10L’abondance d’animaux figurés, leur mise en scène, ainsi que la forte présence du thème humain sont des éléments essentiels de cet art. Les feux des foyers disposés sur le sol, au pied des sculptures, pouvaient permettre par leur lumière de mettre en valeur les volumes des figures et de les animer.

11Plusieurs sculptures présentent des traces de retaille. Celles-ci indiquent une appropriation continue de la paroi par les Magdaléniens et le respect de règles et traditions culturelles tout au long de leurs interventions. En effet, en créant les nouvelles figures, ils ont conservé, ou épargné, des œuvres déjà en place. Nous constatons la retaille de bison en bouquetin ou encore l’élaboration d’un jeune bouquetin aux dépens d’une figure féminine associée à un bison (Pinçon 2008).

12Plusieurs traces de couleur aux tonalités rouge vif, rouge-brun et jaune ont été repérées sur la paroi. La couleur rouge se retrouve également sous forme de ponctuations disposées en bandes sur les sujets sculptés ou gravés. Mais nous n’avons pas encore la preuve que toutes les figures étaient peintes, même si certains détails anatomiques sculptés sont rehaussés de couleur, notamment les sabots des bouquetins couverts de manganèse.

13Tout un ensemble de gravures fines et très peu visibles ont été partiellement détériorées par les sculptures. Elles marquent cependant la présence d’un art plus discret, qui leur est antérieur.

14Tous ces éléments issus de la recherche sont mis à disposition pour une présentation de ce site au public.

Le centre d’interprétation : parti pris et éléments de conception

15Au centre d’interprétation du site du Roc-aux-Sorciers, nous aimerions offrir aux visiteurs autre chose que de la science ou une connaissance établie. La volonté des élus de la communauté de communes des Vals de Gartempe et Creuse, et de son président d’alors René Barré, était de mettre en valeur ce patrimoine afin de dynamiser le tourisme et l’économie locale. Leur première démarche fut de contacter les chercheurs pour construire les bases de leur projet à partir des recherches les plus récentes.

Naissance d’un concept 

16Le site original étant fermé pour des raisons de conservation, il fallait réfléchir de façon collective à la manière de restituer un tel patrimoine. Étant donné son impact archéologique, artistique et culturel, la frise a été placée au cœur du projet. Malgré l’accès impossible à l’original, nous voulions  permettre à tous de vivre l’expérience émouvante et personnelle de la découverte de cet art sculpté monumental tout en répondant aux interrogations qu’il suscite.

17En France, les expériences de restitution de sites ornés par copie ne sont pas nombreuses. Le fac-similé de Lascaux, ouvert au public en 19832 et très fréquenté, en est l’exemple le plus connu. Une partie du Salon noir de la grotte de Niaux est également visible au Parc pyrénéen de l’art préhistorique. Ces restitutions ont été faites à partir d’une copie grandeur nature d’une partie du site. Les visiteurs sont donc placés dans un contexte où la copie se pose comme un objet réel. Il ne s'agit pas seulement d'une substitution à l'original, mais d'un simulacre qui entretient l’illusion du réel. L’objet est la valeur centrale de ce qui est montré. La copie est la finalité.

18Or l’objet ne parle pas. Il faut donc créer une médiation entre le visiteur et lui, et pour cela, il n’y a pas une « réponse unique ».

19Les sites ornés sont des supports d’interprétation par excellence car la finalité des formes iconographiques paléolithiques reste tronquée, cachée. Les chercheurs observent, identifient et inventorient, mais leurs interprétations restent des hypothèses souvent empreintes du contexte historique et culturel dans lequel elles ont été élaborées.

20C’est pourquoi, le support retenu pour présenter la frise sculptée magdalénienne du Roc-aux-Sorciers n’est pas une copie mais un centre d’interprétation. En effet, cela permet à chacun de se faire une idée de ce que cet art pouvait être pour les sociétés magdaléniennes. Il s’agit d’amener le visiteur à se questionner. La frise n’est plus montrée comme un objet fini, absolu, mais comme un support, un point de départ pour un acte de réappropriation lié à ce questionnement. Ainsi reprend-elle sa place centrale, support de communication et dispositif de remises en questions, d’hier mais aussi d’aujourd’hui.

21Le projet ne donne pas non plus un caractère muséal au centre, ce rôle étant assuré par le musée d’Archéologie nationale, propriétaire des collections archéologiques et des archives du Roc-aux-Sorciers.

22La frise sculptée est utilisée comme vecteur de médiation pour la connaissance. « Le propre de l’interprétation est de stimuler chez le visiteur un désir d’élargir l’horizon de ses intérêts et de ses connaissances, et de l’aider à comprendre les grandes vérités qui gisent derrière tout constat fait » (Tilden 1957). L’interprétation est donc « une activité éducatrice qui vise à révéler des significations et des relations […] par expérience directe et par des supports illustratifs, plutôt qu’à simplement transmettre des informations » (Copeland & Delmaire 2003).

23Le centre propose des clés de lecture pour que chacun puisse se faire une idée critique sur le(s) sens que cette frise sculptée pouvait véhiculer.

Imaginaire et réalité archéologique 

24La frise apparaît grandeur nature, sous deux formes bien différentes : une scénographie qui en appelle à l’imaginaire par la mise en scène, associant images et textes (fig. 2, page précédente), et un fac-similé présenté à la lumière du jour qui en révèle la réalité archéologique aussi bien de façon intrinsèque comme artefact que de façon extrinsèque, dans un contexte ouvert sur la nature comme à l’époque magdalénienne (fig. 3, page précédente).

25Le premier contact du visiteur avec la frise vise à être « inoubliable ». C’est pourquoi cette confrontation est préparée par une réelle immersion temporelle conduite par un parcours initial (fig. 4).

26Le cheminement est encaissé entre des murs évoquant la roche calcaire de la falaise sculptée par les Magdaléniens, au-dessus desquels les frondaisons formeront à terme une voûte. La palette végétale retenue évoque un possible paysage magdalénien, aperçu au travers des multiples fenêtres ouvertes dans ces murs.

27Le visiteur se coupe peu à peu de tous ses repères grâce à une promenade sur ce chemin ondulé et bordé de repères graphiques lui permettant de remonter le temps depuis aujourd’hui – l’accueil – jusqu’à la période magdalénienne – avant de découvrir la frise – pour laquelle est évoquée la vie des hommes au Magdalénien moyen au Roc-aux-Sorciers. Cet élément est fondamental ici, car la coexistence de l’art et de l’habitat fait toute l’originalité du site.

  • 3  Angles-sur-l’Anglin, un des plus beaux villages de France.

28Une ouverture paysagère permet la découverte du cadre naturel du site initial, actuellement protégé, implanté au bord de la rivière au pied de la falaise. Le visiteur peut ainsi profiter d'une vue remarquable3 et concevoir la vie en symbiose avec la nature que menaient les Magdaléniens, il y a 15 000 ans.

29Le fac-similé est un moulage en résine effectué par les services de l’État au début des années 1990. Son exposition plein sud permet une lecture archéologique des œuvres, qui réagissent à la lumière naturelle comme elles devaient le faire à l’époque magdalénienne. Le visiteur découvre les figures sculptées et gravées aussi bien avec sa vue qu’avec sa main puisqu’il lui est possible de toucher les sculptures. Ce geste, inconcevable sur l’original pour des raisons de protection, permet ainsi aussi aux aveugles d'accéder à l'œuvre.

Fig. 2

Fig. 2

Mise en scène des foyers retrouvés au pied de la frise sculptée du Roc-aux-Sorciers

(© Roc-aux-Sorciers)

Fig. 3

Fig. 3

Le moulage de la frise sculptée du Roc-aux-Sorciers exposée dans un contexte naturel

(© Roc-aux-Sorciers)

Fig. 4

Fig. 4

Plan du centre d’interprétation du Roc-aux-Sorciers

(© Roc-aux-Sorciers)

La scénographie : une frise révélée par une expérience unique et personnelle

30Pendant une trentaine de minutes, les visiteurs plongés dans le noir vivent une expérience unique en découvrant la frise, révélée par des jeux de mise en scène qui mêlent son et image.

La technique

31La mise en commun de compétences multiples a permis cette réalisation. La société Art graphique et patrimoine avait effectué un relevé laser en 3D de la frise originale dans le cadre des études scientifiques (Pinçon 2004). Cette base de données a été utilisée avec l’accord des services de l’État pour la fabrication d’un fac-similé en polystyrène obtenu par commande numérique (atelier HA).

32La société Axys a ensuite habillé ce support en relief par une anamorphose en 3D grâce à 600 000 images calculées, et a permis ainsi la mise en place de la scénographie. Pour éviter la pollution sonore, la société Iec, qui a assuré l’ingénierie audiovisuelle du site, a réparti dans l’espace les systèmes de diffusion gérés par un Médialon V4 (douze haut-parleurs Mbp 50 Amadeus, quatre ensembles de basses et satellites et quatre caissons de basse).

33La scénographie s’appuie donc sur une reconstitution fidèle à échelle 1:1 de la frise dans sa continuité, servant de support de projection pour un film d’une trentaine de minutes, réalisé par François Garnier (Amak) et produit par Thierry Barbier (Amak). Libre de ses déplacements, le spectateur peut s’approcher d’un détail ou prendre du recul. Pour accentuer l’effet d’immersion, la projection se construit avec huit vidéo-projecteurs synchronisés (HD Optima EP 910) formant sur vingt mètres de long, une seule image. L’environnement sonore est réalisé par une bande son polyphonique signée par Patrick Marcland (avec la collaboration du Centre national de création musicale Césaré, de Reims), spatialisée sur vingt-deux canaux.

Toucher la sensibilité du visiteur

34Appuyée sur un scénario original d’Olivier Auber, cette mise en scène mêle l’émotif à l’informatif. Elle présente de façon didactique et poétique la frise, mais aussi dramatise les interprétations de cet art paléolithique. Elle se fonde autant sur des sources scientifiques que sur des textes poétiques de Beckett, Teilhard de Chardin, Goethe, Diderot, ou d’autres, interprétés par différentes voix et en plusieurs langues, qui parfois se mêlent.

35Les a priori flous des uns et des autres recoupent dans une certaine mesure les points de vue et les théories formulées par des spécialistes tout au long de la très jeune histoire de la préhistoire. Il est donc proposé de les retrouver pour comprendre en quoi, bien que toujours sujets à caution, ils apportent un peu de lumière. La sensibilité et l’esprit critique du visiteur sont ainsi stimulés.

Un choix original à assumer

36La réalisation du projet a avoisiné les 3 millions d’euros. Cette enveloppe budgétaire, plus restreinte que pour d’autres sites de même nature, a été calculée par le cabinet Sadl Présence qui prévoit une fréquentation assez faible pendant les cinq premières années avant d’atteindre un équilibre avec 35 000 visiteurs par an. La communauté de communes des Vals de Gartempe et Creuse a donc piloté un projet de restitution original dans ses partis pris et l’a porté tout au long de sa conception malgré un risque réel. Dans ce sens, les élus de la communauté de communes ont opté pour une gestion en délégation de service public sous forme d’un affermage auprès d’une société privée retenue sur appel d’offre.

37Réalisé en sept ans (six années de conception, une de réalisation) sur la base des connaissances scientifiques récentes, porté par une motivation territoriale de développement durable, ce projet a donc été conçu en tenant compte des paramètres économiques et de façon responsable en matière de fonctionnement. La maîtrise d’ouvrage a pu ajuster ses propositions en fonction des risques calculés.

38L'équipe du centre d’interprétation a dû apprendre à utiliser cet outil de médiation original et à anticiper le comportement du public face à un type de médiation éloigné des restitutions dont il est coutumier.

39Un tel mode de médiation n’est intéressant et viable que si le projet en amont est construit sur une base scientifique. Les partis pris du centre peuvent « plaire » ou ne « pas plaire », mais sa démarche reste cohérente du début à la fin et ses choix se fondent sur des données fiables.

40Une enquête de satisfaction menée auprès des visiteurs depuis l’ouverture, le 21 mars 2008, montre qu'ils sont sensibles à un message de qualité. L’expérience proposée leur offre plus de possibilités que le site original ne l’aurait permis. C’est ainsi que le projet trouve sa légitimité.

41Certains sont déroutés, notamment en découvrant la scénographie qui est une création en soi. Il peut y avoir surprise et, quelquefois, refus de la part d’un public s'attendant à voir ce qu'il a déjà vu, et qui n’est pas toujours prêt à ce qu’on lui propose. Mais, ce qui heurte certains va au contraire en séduire d’autres qui apprécient une découverte peu ordinaire. Ils vont revenir plusieurs fois pour épuiser un sujet aux multiples facettes. Il est à noter que le grand public, moins habitué des lieux culturels, se plaît au centre d’interprétation où il vient sans image préconçue. Le même constat peut être fait chez le jeune public dont le regard neuf n’a pas d’a priori

42Les visiteurs doivent être informés qu’ils ne verront ni l’original, ni un musée, mais un site qui invite chacun, enfants, adultes, personnes aveugles ou jeunes en difficultés, à se l’approprier selon son niveau.

43Cette approche n’exclut nullement d’autres formes de restitution comme la présentation des collections et archives au musée d’Archéologie nationale, la production de documentaire télévisé (voir Le génie magdalénien de Philippe Plailly, mai 2009), ou encore d’autres modes didactiques expliquant la frise. Dès que d’autres moyens seront disponibles, nous envisageons une restitution virtuelle augmentée du lieu et de son atmosphère.

Haut de page

Bibliographie

Copeland, T. & Y. Delmaire. 2003. Interprétation du patrimoine dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine. Strasbourg, Conseil de l’Europe.

Iakovleva, I. & G. Pinçon. 1997. Angles-sur-l’Anglin. La frise sculptée du Roc-aux-Sorciers. Paris, Éditions Rmn / éditions du Cths

Pinçon, G. 2004. « Méthodes de relevé appliquées à l’étude de l’art pariétal sculpté magdalénien du Roc-aux-Sorciers (Angles-sur-l’Anglin, France) », Bulletin de l’Association des archéologues de Poitou-Charentes, 33 : 41-58.

Pinçon, G. 2008. « Chronologie des œuvres magdaléniennes du Roc-aux-Sorciers (Angles-sur-l’Anglin) : entre tradition et innovation », In situ,  9, http://www.revue.inventaire.culture.gouv.fr/insitu/insitu/article.xsp?numero=9&id_article=pincon-1387.

Pinçon, G. (dir.). 2009. Le Roc-aux-Sorciers : art et parure du Magdalénien. Paris, Rmn, disponible sur http://www.catalogue-roc-aux-sorciers.fr.

Pinçon, G, O. Fuentes & C. Bourdier. 2007. « La sculpture en abri. Un art partagé ? », in : Grottes ornées en France, Les Dossier d’archéologie, 324 H : 86-91.

Rousseau, L. 1933. « Le Magdalénien dans la Vienne. Découverte et fouille d’un gisement du Magdalénien à Angles-sur-l’Anglin (Vienne) », Bulletin de la Société préhistorique française, 30 : 239-256.

Saint-Mathurin, S. de. 1988. « Les sculptures rupestres du Roc-aux-Sorciers. », Dossiers d’archéologie, 131 : 42-49.

Tilden, F. 1957. Interpreting our Heritage. Chapel Hill, University of North Carolina Press.

Le centre d’interprétation du Roc-aux-Sorciers, Communauté de communes des Vals de Gartempe et Creuse, 2008, disponible sur http://www.roc-aux-sorciers.com.

Haut de page

Notes

1  Ces œuvres sont actuellement exposées dans les salles publiques du musée d’Archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye.

2  Voir http://www.culture.gouv.fr/culture/arcnat/lascaux/fr/lascaux2.htm.

3  Angles-sur-l’Anglin, un des plus beaux villages de France.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende La frise sculptée dans son contexte archéologique
Crédits (© Geneviève Pinçon, ministère de la culture, cliché Alain Maulny)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/791/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 2
Légende Mise en scène des foyers retrouvés au pied de la frise sculptée du Roc-aux-Sorciers
Crédits (© Roc-aux-Sorciers)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/791/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 3
Légende Le moulage de la frise sculptée du Roc-aux-Sorciers exposée dans un contexte naturel
Crédits (© Roc-aux-Sorciers)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/791/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 4
Légende Plan du centre d’interprétation du Roc-aux-Sorciers
Crédits (© Roc-aux-Sorciers)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/791/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oscar Fuentes et Geneviève Pinçon, « Le Roc-aux-Sorciers », Les nouvelles de l'archéologie, 117 | 2009, 51-56.

Référence électronique

Oscar Fuentes et Geneviève Pinçon, « Le Roc-aux-Sorciers », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 117 | 2009, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/791 ; DOI : 10.4000/nda.791

Haut de page

Auteurs

Oscar Fuentes

Directeur du centre d’interprétation du Roc-aux-Sorciers, archéologue – Umr7041
oscar.fuentes@roc-aux-sorciers.com

Geneviève Pinçon

Directrice scientifique des recherches conduites sur le gisement du Roc-aux-Sorciers, archéologue, ministère de la Culture – Umr7041
genevieve.pincon@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org