Navigation – Plan du site
Dossier : Collections, musées, paysages. Trois entrées du discours archéologique

Solutré : un musée au cœur d’un grand site

Sylvain Quertelet
p. 47-51

Résumés

Découvert en 1866, le gisement préhistorique de Solutré a livré un abondant matériel archéologique témoin d’une très longue occupation humaine durant tout le paléolithique supérieur (– 35 000 à - 10 000 ans). Présentées aujourd’hui dans le Musée départemental de Préhistoire construit à proximité du site archéologique, les collections recueillies à Solutré entretiennent un lien très étroit avec le paysage avoisinant dominé par la roche de Solutré. Cet éperon calcaire de forme abrupte culminant à 393m conditionne à la fois la présence des vestiges préhistoriques en contrebas de la roche mais aussi leur mise en valeur sur le site de Solutré.

Haut de page

Texte intégral

1Découvert en 1866, le gisement préhistorique de Solutré a livré un abondant matériel archéologique témoin d’une très longue occupation humaine durant tout le paléolithique supérieur (35 000 à – 10 000 ans). Le musée départemental de Préhistoire, où sont présentées les collections, est construit à proximité du site archéologique, et entretient ainsi un lien très étroit avec le paysage avoisinant dominé par la roche de Solutré. Cet éperon calcaire de forme abrupte culminant à 393 m conditionne à la fois la présence des vestiges préhistoriques en contrebas de la roche mais aussi leur mise en valeur sur le site de Solutré.

Un site (trois fois) remarquable et une longue occupation

2Le site de Solutré peut être qualifié de remarquable autant pour son histoire, que pour ses vignes ou son biotope. Cet éperon rocheux dominant le village avec le vignoble environnant constitue un ensemble patrimonial prestigieux et exceptionnel à plus d’un titre et offre une composition paysagère insolite en Bourgogne (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Vue de la roche de Solutré et du parc archéologique et botanique en contrebas

(Photo Smgs)

Son histoire

3En 1866, un site archéologique majeur est découvert au pied de la roche de Solutré et, jusqu’en 2004, les nombreuses campagnes de fouilles qui s’y succèdent vont en faire l’un des gisements préhistoriques français les plus importants. Sa renommée grandit à partir de 1869, date à laquelle son nom est choisi pour désigner un faciès culturel préhistorique, le Solutréen, notamment caractérisé par un usage important de la retouche rasante dans la taille du silex qui permet la production de pointes très particulières dites « en feuille de laurier » (Smith 1966). Solutré est ensuite occupé pratiquement en continu de l’époque gallo-romaine à nos jours.

Ses vignes

4Dès lors, le paysage est façonné par l’homme. Le village de Solutré-Pouilly s’implante et se développe en même temps que l’agriculture et plus particulièrement la vigne. Elle est aujourd’hui l’élément le plus marquant du paysage et souligne les lignes de force avec sa marqueterie de parcelles. Cette culture a donné naissance aux célèbres crus Pouilly-Fuissé et Saint-Véran, le Chardonay trouvant ici une alliance de terroir et de climats.

Son biotope 

5Le site est également remarquable par le biotope que constituent les pelouses calcaires (ou pelouses calcicoles) présentes au sommet de la roche de Solutré. Ce milieu semi-naturel, d’une grande richesse et d’un grand intérêt floristique et faunistique, présente en particulier des associations de plantes et d’espèces insolites pour la Bourgogne, et protégées au niveau national et européen.

Le rôle du paysage dans la chasse à Solutré

6Occupé durant plus de 55 000 ans, le site a été fréquenté par des groupes préhistoriques venus notamment chasser des milliers de chevaux et de rennes. L’accumulation d’ossements retrouvés en contrebas de la roche a donné naissance à la célèbre légende des chevaux, rabattus et précipités par les chasseurs, du haut de la falaise (fig. 2). Cette légende, encore aujourd’hui fortement associée à Solutré, commence à se diffuser en 1872 lorsque Adrien Arcelin expose dans son roman comment les chasseurs de la préhistoire avaient dû mettre à profit la configuration du site pour réaliser la fameuse chasse à l’abîme :

[…] le campement était dominé au nord par un haut rocher qui, se terminait brusquement à l’ouest par une pointe étroite et aiguë, escarpée à pic sur trois côtés, s’inclinant en pente douce et en croupe arrondie vers l’orient. Les chasseurs ayant réussi à engager les chevaux sur cette pente, les poussaient en gardant toutes les issues vers l’escarpement supérieur qui dominait la vallée de plus de trois cents pieds. On voyait d’en-bas ces cinq ou six cents bêtes affolées gravir dans un nuage de poussière la croupe dénudée de la montagne, avec un bruit semblable à un tonnerre lointain. La vague vivante montait, montait toujours et nous respirions à peine dans l’attente de la scène horrible de destruction qui devenait imminente. (Arcelin 1872)

7Le fort pouvoir légendaire de ce récit et de ses illustrations continue encore aujourd’hui de fasciner, mais la réalité est tout autre. L’amoncellement osseux a été découvert beaucoup trop loin du bord de la falaise pour accréditer cette histoire, et aucune trace de fracture n’a été relevée sur les ossements. Les données des fouilles menées par Jean Combier dans les années 1960 et 1970 contredisent également cette hypothèse (Combier & Montet-White 2002). En fait, d’après les résultats de Combier et son équipe, il faut envisager l’interception des troupeaux par les chasseurs dans le vallon au pied de la roche de Solutré. Cet endroit se serait particulièrement bien prêté à une embuscade, grâce à la présence de gros blocs effondrés des corniches. Les fouilles ont montré qu’à l’époque ils émergeaient fortement du sol. Ralentis dans leur course, les chevaux étaient pris à l’affût par les chasseurs, tués et démembrés sur place (fig. 3). La configuration topographique peut expliquer que les hommes préhistoriques aient choisi cet endroit pour l’abattage de milliers de chevaux et de rennes.

8Le paysage a également joué un rôle essentiel à l’époque médiévale, où une fortification sur le sommet de la roche est attestée dès le début du xe siècle. L’éperon rocheux constitue en effet un site de choix pour l’observation et la défense de la région mâconnaise. Durant la guerre de Cent Ans, la forteresse de Solutré devint même un enjeu entre les Armagnacs et les Bourguignons. De 1417 à 1434, cette position stratégique passa alternativement entre les mains des uns et des autres. En 1434, la trêve fut signée et, dès l’année suivante, Philippe le Bon ordonna la destruction totale de la forteresse qui fut alors rasée.

Fig. 2

Fig. 2

La chasse à l’abîme à Solutré. Gravure d’Émile Bayard d’après un croquis d’A. Arcelin

(Photo Musée de Solutré)

Fig. 3

Fig. 3

Maquette de la chasse aux chevaux à Solutré

(Photo Eschmann)

L’implantation et la construction du musée de préhistoire

9Émergeant des vignobles du Pouilly-Fuissé, la roche de Solutré a fait l’objet d’une réglementation qui ne tolère aucune construction nouvelle. Depuis 1909, elle est protégée au titre des sites et monuments naturels, l’arrêté de protection lui conférant la qualité d’œuvre d’art. En 1982, le conseil municipal a accepté une proposition de la Commission des sites de zones à « inscrire » ou à « classer » et, en 1983, des terrains ont été déclarés inconstructibles à proximité de la roche pour conserver la qualité du paysage et des points de vue. Ce décret a compliqué l’implantation à proximité du site archéologique du futur musée de la préhistoire dont le projet de réalisation avait été lancé en juin 1982.

10Compte tenu de la spécificité du site, le choix de l’emplacement du musée a suscité de nombreuses polémiques. Dans un premier temps, deux solutions ont été envisagées. La première concernait le terrain situé sur la partie supérieure du gisement, à un endroit ou le musée propice à la trilogie roche-site-musée. La seconde proposait un terrain situé en contrebas du gisement préhistorique où le musée, moins bien intégré à ce dernier, respectait plus, par son éloignement, le site naturel de la roche. Cependant, dans ces deux projets, le musée était visible de l’extérieur ce qui ne répondait pas aux contraintes de préservation du paysage.

11En octobre 1982, trois localisations furent alors envisagées. La première, proposée par le président du conseil général, Charles Pleindoux, se situait sur le haut du gisement préhistorique. Elle avait la préférence d’Édouard Pommier, directeur régional des Affaires culturelles de l’époque, car le secteur était archéologiquement très pauvre et la construction pouvait être masquée par la végétation. Le maire de Solutré, Fernand Bucchianeri, réagit avec vigueur en refusant la présence d’un « furoncle sur la Roche ». La polémique retarda le lancement du projet qui suscita de nombreuses réticences. La construction exigeait bien sûr le respect de normes pour ne pas défigurer le site. En même temps, construire un bâtiment fonctionnel et de grande dimension sur un site protégé représentait une réelle difficulté.

12Finalement, François Mitterrand, alors président de la République, trancha en faveur d’un musée souterrain situé au pied de la roche. Ce choix, entériné en janvier 1984, limitait l’impact de la construction sur le paysage mais contraignait la surface du musée : il ne peut donc accueillir que les salles d’expositions permanente et temporaire, les bureaux administratifs et les réserves étant installés dans le village de Solutré.

Une conception volontairement tournée vers le paysage

13Le musée départemental de Préhistoire a été inauguré en 1987. Niché dans les éboulis, à proximité immédiate du site archéologique, il s’ouvre au flanc de la fameuse roche de Solutré, ce qui respecte le cahier des charges de l’appel d’offre qui le voulait enterré. Il est ainsi pratiquement invisible de l’extérieur (fig. 4). Cette contrainte architecturale impliquait d’imaginer un rapport visuel avec le paysage.

14Guy Clapot et Dominique Dallery, les deux architectes qui ont remporté le concours en 1984, ont choisi un grand parallélépipède, d’une superficie d’environ 500 m2, dégageant un vaste espace intérieur divisé par une double file de colonnes. Pour que le visiteur puisse découvrir à l’intérieur du musée les éléments majeurs du site de Solutré, ils ont créé une ouverture au nord, sur le nez de la roche, une baie vitrée à l’est offrant une vue plongeante sur le site archéologique et la vallée de la Saône et, au sud, ils ont pensé l’accès au musée comme une faille symbolisant l’entrée à travers les couches archéologiques du temps. Les deux lunettes de vues sur la roche et sur la vallée de la Saône marquent un temps de repos dans le discours muséal et attirent l’attention des visiteurs sur les deux points forts du cadre naturel. Ces choix architecturaux permettent non seulement d’ouvrir le bâtiment sur l’extérieur, mais ils aident également à la compréhension du discours muséographique, notamment pour le déroulement et les techniques de chasse à Solutré.

15Les matériaux utilisés – le béton, la pierre et le bois – offrent par leur sobriété un cadre pour la mise en valeur des objets exposés.

Fig. 4

Fig. 4

Vue extérieure du musée de Solutré

(Photo Eschmann)

Le parc archéologique et botanique : intégration et prise en compte de la dimension environnementale

  • 1 Le site fut acquis par l’État en 1967.

16Le site archéologique de Solutré, classé au titre des monuments historiques en 1942, représente une vaste étendue d’une superficie d’environ 13 000 m2. Depuis 1866, il a fait l’objet de nombreuses campagnes de fouilles qui ont modifié le relief du terrain. L’histoire des recherches est ainsi inscrite dans le sol. Le projet initial du musée prévoyait non seulement la construction d’un bâtiment pour présenter les collections mais également l’aménagement et l’accès au site archéologique. Cependant, pour des raisons budgétaires, le projet fut réduit dans un premier temps au seul musée. L’idée d’un parc archéologique ne fut pourtant pas abandonnée et, en 1989, deux ans seulement après l’ouverture du musée, une étude d’aménagement du site archéologique1 fut confiée à un cabinet d’architecture et d’urbanisme par le service régional de l’archéologie de Bourgogne avant d’être présentée à la vie section de la Commission supérieure des monuments historiques (Csmh) où elle reçut un avis favorable. En 1993, la direction du Patrimoine confia la maîtrise d’ouvrage de l’aménagement au conseil général de Saône-et-Loire et, dans un même temps, la direction des Musées de France (Dmf) décida de participer au financement de l’opération compte tenu du caractère muséographique marqué du projet. Une convention, établie sur la parité entre l’État et le département, permit de financer l’opération.

17En 1998, le cabinet d’architecture Frénak et Mosbach a été choisi sur références par un jury pour la maîtrise d’œuvre de l’aménagement du jardin archéologique. Le projet retenu par la commission départementale des sites répond au cahier des charges de l’opération. La mise en valeur du gisement préhistorique renforce l’attrait touristique et culturel du site de Solutré en se fondant sur trois axes principaux : le musée, le parc archéologique et botanique et le site naturel de la roche.

18L’esprit du projet est le suivant : tout ou partie du site doit pouvoir être rendu aux archéologues qui souhaiteraient reprendre leurs recherches en quelque endroit que ce fût. Le sol étant évidemment l’élément de plus précieux, les accès et itinéraires sont travaillés de manière à ce que le site ne soit pas dégradé par la fréquentation des visiteurs et des possibilités de repos sont offertes au public (fig. 5). Le projet s’appuie sur un parcours ponctué de huit stations abordant différents thèmes : la géologie, les techniques de chasse, le paysage durant la préhistoire, la découverte et les premières fouilles du site, les fouilles contemporaines, le gisement et ses vestiges. Le parc archéologique et botanique permet également au visiteur de découvrir des espèces végétales caractéristiques du site grâce à une signalétique indiquant les principales plantes et arbres visibles tout au long du parcours.

Fig. 5

Fig. 5

Vue du parc archéologique et botanique

(Photo musée de Solutré)

L’intégration du musée au sein de l’opération Grand site

19Le caractère remarquable de Solutré induit une fréquentation touristique sans cesse croissante. Alimentée dans les années 1980/1990 par la visite annuelle du président François Mitterrand, sa renommée est aujourd’hui renforcée par le développement d’activités de loisirs et sportives, notamment la randonnée à pied et à vélo ou l’escalade. La roche de Solutré est devenue ainsi au fil des ans un symbole emblématique du département et de la Bourgogne du Sud, à la fois par la beauté du paysage et par la richesse patrimoniale et culturelle qui y est rattachée.

  • 2 Inscription en 1998 des pelouses calcicoles des roches de Solutré et Vergisson et du mont de Pouill (...)

20En 1985 et 1986, le site a bénéficié d’un élargissement du périmètre classé et inscrit au titre de la loi de 1930 sur les sites ainsi que de l’inscription au réseau Natura 20002 des pelouses calcicoles. Il se retrouve pourtant en danger. En l’absence de gestion coordonnée et durable, la banalisation du paysage et l’importance de sa fréquentation mettent en péril son caractère remarquable.

21Les problèmes liés à la fréquentation viennent principalement de l’étroitesse et de la fragilité du chemin d’accès menant au sommet de la roche ainsi que de l'absence de balisage pour limiter l’impact des randonneurs sur la végétation. Le déficit en matière d’accueil et d’aménagement est également important. Le parking est trop petit et surtout très mal conçu. En dehors du musée, les visiteurs ne bénéficient d'aucune information sur le site ni des commodités indispensables (toilettes et cafétéria en particulier).

22Face au mécontentement des habitants et des touristes, auquel vient s’ajouter le constat mitigé des mesures de protection du milieu, les communes de Solutré-Pouilly et Vergisson, soutenues par la préfecture de Saône-et-Loire et la direction régionale de l’environnement de Bourgogne (Diren), demandent en 1994 que l’État les aide à coordonner un véritable projet d’ensemble respectueux des lieux.

23Une démarche Opération grand site (Ogs) initiée fin 1996 a pour objectif de restaurer le site et d'en assurer la gestion pérenne, d’améliorer l’accueil, de conduire les visiteurs sur des parcours aménagés dans le respect des milieux, de permettre des retombées économiques pour le territoire par le développement d’activités compatibles, de conduire des actions pédagogiques. Outre ce qui touche à la mise en valeur, l’Opération grand site rejoint sur plusieurs points les objectifs du programme Natura 2000. Par exemple, le programme Life nature Bourgogne calcaire, porté par l’Office national des forêts (Onf) et le Conservatoire des sites naturels de Bourgogne, a mis en œuvre des actions de gestion innovantes sur ces milieux ; il convient de citer à cet égard les actions spécifiques de pâturage pour la conservation des pelouses et le maintien des paysages ouverts (sans obstacles visuels) sur les roches. La prise en compte de la globalité du projet est donc vite apparue indispensable aux partenaires, conscients des potentialités ainsi offertes pour mettre en exergue des actions exemplaires.

24Depuis le 1er janvier 2004, l’Ogs Solutré-Pouilly-Vergisson est portée par un syndicat mixte qui associe le département de Saône-et-Loire et la communauté d’agglomération du Mâconnais-Val-Lamartinien (Camval) représentant les six communes concernées (Solutré-Pouilly, Vergisson, Fuissé, Davayé, Prissé et Charnay-les-Mâcon). Cette structure permet la gestion durable du site et associe aux actions déjà prévues, la gestion du musée et du parc archéologique et botanique ainsi que de la future Maison du grand site entre Roche et village de Solutré-Pouilly. Le programme d’actions, établi pour dix ans, est défini selon quatre volets déclinés en six objectifs, soit trente-six actions spécifiques financées par l’État, la région Bourgogne, le département, la Camval à hauteur de 7 millions d’euros. Il a pour objectif l’obtention du label « Grand site de France » décerné par l’État, couronnement d’une gestion durable de qualité.

Haut de page

Bibliographie

Arcelin, A. 1872. Solutré ou les chasseurs de rennes de la France centrale. Paris, Hachette.

Combier, J. et A. Montet-White (dir). 2002. Solutré 1968-1998. Paris, Société préhistorique française (Mémoire de la Spf ; xxx).

Smith, P. E. L. 1966. Le Solutréen en France. Bordeaux, Delmas.

Haut de page

Notes

1 Le site fut acquis par l’État en 1967.

2 Inscription en 1998 des pelouses calcicoles des roches de Solutré et Vergisson et du mont de Pouilly au titre des sites d’importance communautaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Vue de la roche de Solutré et du parc archéologique et botanique en contrebas
Crédits (Photo Smgs)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/787/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 2
Légende La chasse à l’abîme à Solutré. Gravure d’Émile Bayard d’après un croquis d’A. Arcelin
Crédits (Photo Musée de Solutré)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/787/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 3
Légende Maquette de la chasse aux chevaux à Solutré
Crédits (Photo Eschmann)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/787/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 4
Légende Vue extérieure du musée de Solutré
Crédits (Photo Eschmann)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/787/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 5
Légende Vue du parc archéologique et botanique
Crédits (Photo musée de Solutré)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/787/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Quertelet, « Solutré : un musée au cœur d’un grand site », Les nouvelles de l'archéologie, 117 | 2009, 47-51.

Référence électronique

Sylvain Quertelet, « Solutré : un musée au cœur d’un grand site », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 117 | 2009, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/787 ; DOI : 10.4000/nda.787

Haut de page

Auteur

Sylvain Quertelet

Responsable du musée départemental de Préhistoire de Solutré
s.quertelet@cg71.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org