Navigation – Plan du site
Dossier : Collections, musées, paysages. Trois entrées du discours archéologique

Les collections archéologiques de Sens

Monique de Cargouët et Lydwine Saulnier-Pernuit
p. 35-40

Résumés

Les collections archéologiques des musées de Sens sont particulièrement importantes du fait du riche passée archéologique du nord du département de l'Yonne, ainsi que de la politique de grands travaux et de la présence des gravières. Les musées municipaux, en partenariat avec la Société archéologique de Sens, le Service régional de l'archéologie et l'Université de Bourgogne sont à l'origine de la création du CEREP : centre de recherche et d'étude du patrimoine. Situé dans un ancien hôtel particulier du xviiie siècle, il est composé d'une bibliothèque-documentation, de trois bureaux destinés aux chercheurs, d'une salle de tri et d'une grande réserve de mobilier archéologique. De nombreuses collections de références, et la documentation qui les accompagne sont conditionnées dans ces locaux. Ce service a principalement pour buts : la gestion du dépôt archéologique (conditionnement et tenue des inventaires), le suivi sanitaire des objets, l'accueil des étudiants, chercheurs et archéologues, les expositions et manifestations destinées aux publics, ainsi que la recherche et le regroupement des collections qui se sont parfois éparpillées au cours des années.

Haut de page

Texte intégral

La richesse archéologique du Sénonais

1L’archéologie et, par conséquent, les collections qui en sont issues sont particulièrement importantes dans le nord de l’Yonne, en raison du contexte géographique de la région et du riche passé de la ville de Sens. Le Sénonais, vaste socle crayeux, s’étend aux confins de l’Île-de-France, de la Champagne, et de la Bourgogne dont il dépend aujourd’hui administrativement. L’Yonne y a creusé une vallée alluvionnaire, largement ouverte à la circulation et aux échanges depuis la préhistoire, avec campements au bord de la rivière, habitats sur les plateaux, oppida sur les hauteurs. Pendant la conquête de la Gaule, Jules César a pris position avec ses troupes à Agedincum qui devint, dès le ier siècle, un point fort de la romanisation, une ville ouverte rythmée de monuments publics. À la fin du iiie siècle, devant la menace des invasions, la cité s’est repliée derrière un rempart dont le soubassement est constitué, dans ce pays sans pierre, de blocs architecturaux ou sculptés provenant des édifices publics et des nécropoles. Ceux-là même représentent l’une des principales collections des musées de Sens. Agedincum est devenue alors la capitale de la ive Lyonnaise, découpage administratif qui s’est imposé à l’Église naissante et qui a fait de Sens le siège d’un archevêché ayant sous son autorité, jusqu’en 1622, sept diocèses dont celui de Paris. De ce passé, l’héritage est remarquable, qu’il soit connu grâce à des découvertes anciennes ou en devenir dans des aménagements futurs.

2Le Sénonais est, en effet, une zone particulièrement sensible, touchée depuis les trente dernières années par des travaux divers et importants. L’exploitation intensive des gravières dans la vallée alluvionnaire pour les besoins de la construction a entraîné la disparition de nombreux sites au bord de la rivière. Les grandes percées des autoroutes (A5 et A19) ont largement entamé le nord du département. L’extension de la ville par des quartiers pavillonnaires et les rénovations du centre ont touché, comme ailleurs, le sous-sol historique.

3Jusqu’aux années 1970, on a accordé peu d’attention aux découvertes archéologiques faites de façon fortuite. Des vestiges parfois remarquables, comme le chapiteau orné d’une tête de femme trouvé sur le site de la Banque de France, et quelques informations ont été recueillis tant bien que mal par des bénévoles passionnés. À partir des années 1980, l’archéologie préventive s’est développée en même temps que la professionnalisation des intervenants et des fouilles systématiques ont été menées avant les constructions immobilières (îlot Genetier, site des Cordeliers…). De même, des accords ont été passés avec les carriers pour une gestion anticipée des sites archéologiques bien en amont des exploitations de gravières. Puis, la collaboration exemplaire avec la Société des autoroutes Paris-Rhin-Rhône, pour les autoroutes A5 et A19, s’est achevée par une importante exposition Mémoires d’autoroute, qui a présenté au public l’essentiel des découvertes faites sur le tracé de l’A5 (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Spatule anthropomorphe des gravières de Passy

(Cliché E. Berry, musées de Sens)

Archéologie et musées

4Parallèlement, le transfert et la rénovation des musées de Sens a conduit à un partenariat étroit avec le service régional de l’archéologie (Drac Bourgogne). En effet, au début des années 1980, il a été décidé de regrouper les collections sénonaises dispersées entre trois propriétaires (État, ville de Sens, Société archéologique de Sens) en un circuit chronologique dans l’ancien palais des archevêques, restauré au fur et à mesure de l’avancement du chantier. Si les collections archéologiques anciennes sont importantes, notamment pour la période gallo-romaine, il a paru absolument nécessaire de les enrichir et de les actualiser grâce l’archéologie de sauvetage qui se développait à ce moment. Dès l’ouverture des salles de préhistoire et de protohistoire en 1989, grâce à l’intervention du service régional de l’archéologie, les premiers dépôts de fouilles récentes trouvèrent leur place directement dans les vitrines et apportèrent un matériel nouveau et une qualité scientifique certaine.

5Dans les années suivantes, cette collaboration avec l’archéologie de terrain s’est approfondie et rationalisée. Une carte de répartition des découvertes entre les trois musées de l’Yonne (Sens, Auxerre, Avallon) a été établie, incitant chacun à se responsabiliser dans son secteur, afin d’entrer en contact avec les archéologues et d’accueillir dans les meilleures conditions le matériel des fouilles. Ainsi les musées de Sens ont apporté leur contribution de différentes manières : sécurisation d’objets comme les 242 globules en or de la ferme gauloise de Saint-Denis-les-Sens, au fur et à mesure de leur découverte sur le chantier de l’autoroute A5 (fig. 2), restauration de quelques armes importantes au-delà de la stabilisation réalisée dans le cadre des fouilles, accueil d’archéologues pour des besoins spécifiques ou pour des comparaisons avec des collections anciennes, moulages de sites archéologiques par l’atelier de moulage des musées de Sens.

6Enfin, à la fin des années 1990, la ville de Sens, souhaitant développer l’enseignement supérieur, décida de mettre en valeur la richesse archéologique du Sénonais.

7Dans cette optique, les bâtiments de l’ancien musée (5, rue Rigault) ont été entièrement rénovés et agrandis : des financements croisés (contrat de plan interrégional) et un jeu de conventions ont conduit à la création d’un Centre de recherche et d’étude du patrimoine (Cerep). L’embauche de personnel supplémentaire a permis de rationaliser et d’accélérer les dépôts archéologiques de l’État. Avec le soutien du service régional de l’archéologie, une grande réserve équipée d’étagères a été aménagée pour  accueillir les collections reconditionnées et inventoriées de façon globale pour la première fois (fig. 3). Le Cerep, dont la direction est assurée par les musées de Sens, a ainsi pour mission de promouvoir l’enseignement et la recherche dans le domaine de l’archéologie et de l’histoire de l’art, ainsi que de développer des formations pratiques liées aux métiers des musées et de la conservation.

Fig. 2

Fig. 2

Globules en or trouvés à la ferme gauloise de Saint-Denis-les-Sens

Fig. 3

Fig. 3

Grande réserve

Les partenaires du Cerep

8Le plus ancien partenaire reste la Société archéologique de Sens, une des premières sociétés savantes de France, puisqu’elle fut fondée en 1844 – elle est hébergée depuis cette date par la ville de Sens dans les locaux municipaux. La convention de 1889 précise que les collections lui appartenant seront présentées avec celles des musées. Une nouvelle convention, signée le 25 mars 1998, a permis la réunion des fonds documentaires de la Société avec ceux du musée, créant ainsi la bibliothèque-documentation du Cerep à laquelle la ville de Sens participe en mettant à sa disposition le personnel qualifié nécessaire à sa gestion et à l’accueil du public.

9Avec l’université de Bourgogne, la convention, signée en avril 1997, a pour but de tisser des liens nécessaires avec l’enseignement supérieur dans les domaines de l’archéologie et de l’histoire de l’art, et d’inciter les étudiants à travailler sur les potentialités régionales. Ainsi, chaque année, le Cerep accueille :

  • des stages d’étudiants en L1 et L2 de la section histoire de l’art, option muséologie ;

  • des séminaires, tables rondes, colloques et rencontres thématiques en archéologie ;

  • des étudiants en master et thèse.

10Avec le service régional, la collaboration et le partenariat restent importants pour la gestion du dépôt de mobilier archéologique appartenant à l’État, tant pour le matériel stocké que pour les nouveaux dépôts, ou pour le suivi de la documentation qui doit accompagner ces collections.

11Enfin, le dernier partenariat, vital pour le Cerep, est celui établi avec la recherche, et plus particulièrement le Cnrs (Umr 5594-ArteHis). Dans le cadre de cette autre convention, Luc Baray, chargé de recherche au Cnrs et directeur adjoint de l’Umr 5594 de Dijon, dispose d’un bureau au Cerep et bénéficie des services proposés par cette structure. Par sa spécialité et ses travaux, il participe à la dynamique du centre en organisant des tables rondes ou des colloques, et en collaborant aux expositions à thème archéologique. Le Cerep accueille aussi d’autres membres de l’Umr 5594 ou d’autres unités du Cnrs, de l’université ou de l’Inrap.

Le dépôt archéologique de l’État

12Il a été aménagé pour la création du Cerep, dans une ancienne salle du musée, la salle de lapidaire romain dite Julliot, et offre 1 410 m2 de réserve, soit 1 436 m linéaires d’étagères, une grande réserve avec 222 m2 au rez-de-chaussée et 170 m2 en mezzanine (fig. 4), et une petite réserve de 20 m2.

13La grande réserve comme la mezzanine sont meublées d’étagères adaptées (Tixit) pouvant recevoir jusqu’à 6 167 boîtes de rangement de taille moyenne (24 x 35 x 43 cm). Il y a actuellement 3 457 contenants plastique ou carton et 912 cartons de toutes tailles. La petite réserve est consacrée aux objets nécessitant une surveillance accrue. Cette pièce est équipée d’armoires métalliques fermant à clé, et d’un déshumidificateur d’air pour le maintien d’une hygrométrie stable. Les objets sont conditionnés dans des boîtes hermétiques avec du silicagel (fig. 5).

14Une salle de tri de 52,5 m2 est équipée de trois grands bacs de lavage, un grand évier bas avec douchette, un meuble de séchage, deux tables en inox et un coin bureau avec postes informatiques. Cette pièce est accessible par la rue Émile-Peynot et permet un déchargement de plain-pied.

15Au deuxième étage, deux bureaux, desservis par un monte-charge, peuvent être mis à la disposition d’étudiants ou chercheurs pour une durée définie au cas par cas.

Fig. 4

Fig. 4

Les deux étages de la grande réserve

Fig. 5

Fig. 5

Objets fragiles conservés dans la petite réserve

Les collections du dépôt

16D’après le découpage défini par le service régional de l’archéologie, le mobilier archéologique provenant des fouilles préventives ou programmées déposé à Sens correspond aux produits des recherches réalisées sur le secteur nord du département de l’Yonne, de la frontière avec l’Île-de-France (département de la Seine-et-Marne) aux limites sud de la ville de Joigny. Des dérogations peuvent exister, comme pour le matériel de la villa gallo-romaine « Dessous de la Côte Mitière » à Migennes (fouilles Jean-Louis Tainturier, 1976 à 1990), pour lequel une convention est en cours de rédaction entre la ville de Migennes, propriétaire du mobilier, et Sens.

17Le dépôt d’État du Cerep recense ainsi le mobilier archéologique provenant d’une centaine de communes du nord du département de l’Yonne, représentant des ensembles souvent très variés d'habitats ou de nécropoles, du Paléolithique aux Temps modernes, dont certains sont encore inédits.

18Quelques exemples de référence sur les 456 sites archéologiques conservés au Cerep :

  • Paléolithique : Marsangy « Pré des Forges » Magdalénien, Vinneuf  « les Hauts Massous » ;

  • Néolithique : Passy « Sablonnière » et « Richebourg » avec ses sépultures du Cerny ; minières néolithiques du tracé de l’autoroute A5 ;

  • âge du Bronze : Villeneuve-la-Guyard « Les Falaise de Prépoux » ;

  • âge du Fer : nécropoles de Soucy, Serbonnes, Michery ; Saint-Martin-du-Tertre « Les Croûtes », Saint-Denis-les-Sens « La Belle Oreille » ;

  • tous les sites gallo-romains de la ville de Sens, mais aussi des communes avoisinantes comme Chanvres « Les Grands Malades »,  Malay-le-Grand et les ferriers des Clérimois ;

  • mérovingien : la nécropole de Saint-Martin-du-Tertre, « Les Carrelottes » ;

  • médiéval : Bagneaux « La ferme de Maulny », les ateliers de four de potier du xive siècle de Dixmont, Saint-Julien-du-Sault et Sens.

19Après chaque chantier, le mobilier est conservé par le responsable d’opération, dans sa base d’affectation, le temps de mener à bien le rapport de fouille ; puis, il est déposé, accompagné de ce rapport et d’un inventaire complet. Actuellement, les mobiliers issus des dernières fouilles sont en attente à la base de Passy (base Sra et Inrap), le temps que les rapports soient achevés et que l’ensemble des objets soit rassemblé après restauration ou analyse en laboratoire.

20Un important travail de recherche du mobilier provenant d’anciennes opérations d’archéologie est en cours, en liaison avec le service régional de l’archéologie, afin d’offrir aux chercheurs et aux étudiants des ensembles complets dans le cadre du Cerep. Ce mobilier a souvent été dispersé lors de l’étude ou pour des raisons de conservation. Une partie demeure encore aujourd’hui éparpillée et il est parfois difficile de retrouver sa trace.

21Nous avons ainsi récemment redécouvert au musée de l’Homme à Paris les squelettes des sépultures néolithiques de Passy « Sablonnière » et « Richebourg », ainsi que tous les ossements de la nécropole mérovingienne de Saint-Martin-du-Tertre « Les Carrelottes ». L’importante collection de squelettes provenant des fouilles des « Cordeliers » de Sens est également en cours de rapatriement depuis le laboratoire d’anthropologie de Bordeaux où elle a été étudiée il y a quelques années.

22De même, le Cerep s’emploie à tisser des liens de confiance avec les acteurs locaux de l’archéologie : faire des expertises auprès de prospecteurs, connaître les collections qui se trouvent encore chez des particuliers, être présent lors de la disparition d’un archéologue bénévole avant que les descendants ne se séparent de l’ensemble de sa documentation sans avoir conscience de son intérêt pour l’archéologie locale. Cela permet de compléter des collections, en même temps que de pérenniser le travail souvent colossal de passionnés qui ont consacré leur vie à l’archéologie.

23Ainsi, l’ensemble du matériel ayant servi aux travaux de Jean-Yves Prampart, à qui nous rendrons hommage cet automne par une exposition à l’Orangerie des musées de Sens, est réuni au Cerep. La documentation concernant les fouilles de Migennes « Dessous la Côte Mitière » y a été déposée ainsi que le mobilier, permettant ainsi de nombreuses études : une maîtrise a été réalisée par Thomas Inacio, L’étude de l’instrumentum de la villa de Migennes ; l’ensemble des monnaies a été analysé par Paul André Besombes ; la faune, de même que la provenance des calcaires de construction, les huîtres, les verreries, ont été réétudiées puis incorporées dans des synthèses… Ce site est donc à nouveau dans le circuit de la recherche et l’apport de cette documentation permet la mise en valeur du travail effectué par l’archéologue.

Conditionnement et inventaires

24Un premier inventaire a été effectué lors des travaux en 1988. En même temps que le reconditionnement, un listing sur tableur est réalisé.

25Les collections sont maintenant reprises, site par site. Après avoir vérifié la documentation disponible, le mobilier est trié. Les matériaux légers (ossements, céramiques entières…) sont stockés sur la mezzanine ; les objets nécessitant une surveillance accrue sont conservés dans la petite réserve sous contrôle hygrométrique, les autres collections, triées par matériau, sont rangées au rez-de-chaussée.

26Les objets métalliques sont protégés dans des sachets en cellophane, rangés dans des boîtes hermétiques avec du silicagel. Les objets les plus fragiles sont nichés dans une mousse de calage en polyéthylène recouvert d’un voile neutre (fig. 5).

27Tous sont étiquetés, marqués pour les pièces les plus importantes, et enfin inventoriés avec le logiciel Micromusée. Une fiche est créée par objet ou par lot d’objets (un sac de tesson, une caisse de tesselles de mosaïque…). Actuellement 6 500 fiches ont été saisies.

Fonctionnement et accueil du public

28Toute personne peut avoir accès au mobilier, en faisant une demande motivée. Une prise de rendez-vous est nécessaire car les objets doivent être préparés.

29Avant la consultation, un formulaire déclinant l’identité du chercheur et le but de sa recherche doit être rempli. Chaque année, une copie de ces formulaires est transmise au service régional de l’archéologie.

30Une personne du Cerep se charge de la manipulation des objets fragiles. La surveillance doit être constante pour éviter les mélanges ou les incivilités.

31Un bureau est mis à la disposition des étudiants ou des chercheurs dont l’étude peut durer et demande un plus grand espace de travail. Une rencontre préalable permet de définir le temps d’occupation des locaux. Une concertation est indispensable pour éviter les mélanges, ou pour définir le tri à opérer si l’ensemble n’a pas encore été inventorié sous Micromusée.

32Nous demandons, à titre de justificatif, une copie de tous les travaux auxquels l’étude du matériel a donné lieu pour compléter les fiches Micromusée, mais aussi pour alimenter le fonds documentaire de la bibliothèque, et améliorer régulièrement les informations que nous mettons à la disposition des utilisateurs de notre structure.

33Il est évident que les dépôts de mobilier archéologique apportent une très grande vitalité aux musées de Sens, par les différentes possibilités qu’ils leur offrent : renouvellement des présentations des collections permanentes, travail avec les écoles dans le cadre du service éducatif, expositions à thèmes archéologiques, rencontres interdisciplinaires, stages d’étudiants… Ce lien solide et enrichissant avec l’actualité scientifique renforce le rôle de service public de tout musée et élargit son champ d’accueil vers des publics nouveaux et spécialisés.

Haut de page

Annexe

Quelques colloques et tables rondes

Colloque en hommage à Jean-Paul Thevenot « Artisanats, sociétés et civilisations », les 2 et 3 avril 2003, sous la direction de Luc Baray. Publié dans la Revue archéologique de l’Est, 24e supplément, Dijon, 2006

Colloque interdisciplinaire « Pratiques funéraires et sociétés. Nouvelles approches en archéologie et anthropologie sociale », les 12 et 14 juin 2003, sous la direction de Luc Baray, Patrice Brun et Alain Testart. Publié aux Éditions universitaires de Dijon (Art, archéologie et patrimoine), Dijon, 2007 

Colloque « La cuisine et la table dans la France à la fin du Moyen Âge : contenus et contenants du xive au xvie siècle », les 8, 9 et 10 janvier 2004, sous la direction de Fabienne Ravoire et Anne Dietrich. Publié aux Publications du Crahm, Caen, 2009

IIe table-ronde interdisciplinaire « Morts anormaux, sépultures bizarres. Question d’interprétation en archéologie funéraire », les 29 mars et 1er avril 2006, sous la direction de Alain Testart, Luc Baray, Bruno Boulestin, et Luc Bachelot. Publié aux Éditions universitaires de Dijon (Art, archéologie et patrimoine), à paraître en novembre 2009

Deux journées d’étude du réseau d’information sur la céramique médiévale et moderne, les 8-9 novembre 2007 et 27-28 novembre 2008, sous la direction de Fabienne Ravoire et Philippe Husi

Séance de la Société préhistorique française « Le Paléolithique supérieur ancien de l’Europe du Nord-Ouest. Réflexions et synthèses à partir d’un projet collectif de recherche sur le Paléolithique supérieur ancien du Bassin parisien », du 15 au 18 avril 2009, sous la direction de Pierre Bodu (actes à paraître)

Table ronde internationale et interdisciplinaire « L’armement et l’image du guerrier dans les sociétés anciennes. De l’objet à la tombe », les 4 et 5 juin 2009, sous la direction de Luc Baray, Matthieu Honegger et Marie-Hélène Dias-Meirinho (actes à paraître)

Quelques expositions d’archéologie

50 ans d’archéologie aérienne dans l’Yonne. Le passé recomposé, Orangerie des musées de Sens, du 6 juillet au 19 octobre 2003, puis musées d’art et d’histoire d’Auxerre, du 9 novembre 2003 au 5 janvier 2004. Publications : le catalogue d’exposition et Archéologie aérienne dans l’Yonne, sous la direction de Luc Baray, respectivement Musées de Sens et d’Auxerre, 2003 et Éditions Alan Sutton, 2004

Vaisselle et ustensiles de cuisine à la fin du Moyen Âge en Bourgogne et en Île-de-France, grande salle d’accueil des musées de Sens, du 8 janvier au 13 mars 2004

Villa gallo-romaine de Migennes « Le Dessous de la Côte Mitière » et sa grande mosaïque, office de tourisme de Migennes, du 27 juin au 3 octobre 2004

Henri Carré. Hommage à un archéologue icaunais, grande salle d’accueil des musées de Sens, du 23 janvier au 20 mars 2005

Hommage à Jean Nicolle, artiste peintre et historien sénonais, grande salle d’accueil des musées de Sens et bibliothèque municipale de Sens, du 13 avril au 20 mai 2006

L’aqueduc romain de Sens, grande salle d’accueil des musées de Sens, du 11 octobre 2008 au 4 janvier 2009

Hommage à Jean-Yves Prampart, exposition prévue pour l’automne 2009 à l’Orangerie des musées de Sens

Les Sénons, exposition prévue en 2011

La bibliothèque-documentation

La bibliothèque-documentation a ouvert ses portes au public en janvier 2002. Dans ce cadre, elle accueille des collégiens, lycéens et étudiants, des historiens et des archéologues, des enseignants, ainsi que toute personne intéressée par les thèmes représentés : histoire locale, archéologie (du Paléolithique à l’époque moderne), histoire, histoire de l’art, beaux-arts et muséographie.

Bibliothèque d’étude spécialisée, elle est constituée par la réunion des fonds documentaires de la Société archéologique et des musées de Sens et permet ainsi la mise à disposition du public de ces fonds jusque-là peu accessibles. Leur catalogue (environ 10 000 monographies et 1 000 périodiques) est informatisé au sein du réseau documentaire de la ville (comprenant en outre la bibliothèque municipale et le service documentation de la mairie).

La bibliothèque-documentation met ainsi à disposition :

– des revues d’art (Histoire de l’art, Coré, Techné, La Revue des Musées de France, Perspective revue de l’Inha…), des revues archéologiques (Gallia, Archéologie médiévale, Bulletin de la Spf, Revue archéologique de l’Est, Nouvelles de l’archéologie…),

– des bulletins de sociétés savantes (Auxerre, Pont-sur-Yonne, Villeneuve-sur-Yonne, Villeneuve-aux-Riches-Hommes, Clamecy, Avallon, Troyes…),

– des ouvrages spécialisés : dictionnaires, catalogues d’exposition (musées nationaux et de province), ouvrages sur l’archéologie, ainsi qu’un fonds de bibliophilie moderne,

– une photothèque sur les collections des musées de Sens et sur le patrimoine local ;

– des dossiers thématiques sur les artistes et la ville de Sens;

– des rapports de fouilles accompagnant le dépôt des collections archéologiques de l’État.

– des fonds documentaires, déposés par des chercheurs et des amateurs : Henri Carré, Jean-Yves Prampart, photos aériennes d’André Heurtaux…

La bibliothèque-documentation du Cerep de Sens est gratuite et ouverte au public du lundi au vendredi, de 14 h à 18 h, et sur rendez-vous le matin.

Le catalogue est accessible via le site www.bibliotheques-sens.fr

Demandes de renseignements

– Collections des musées : Lydwine Saulnier-Pernuit, conservateur en chef des musées de Sens, 03 86 83 88 90, lydwine.saulnier-pernuit@cerep-musees-sens.net

– Dépôt archéologique d’État : Monique de Cargouët, assistante de conservation, 03 86 83 88 93, decargouet@cerep-musees-sens.net

– Bibliothèque-documentation et photothèque : Sylvie Ballester, bibliothécaire-documentatliste, 03 86 83 88 96, ballester@cerep-musees-sens.net et Virginie Garret, assistante qualifiée de conservation, 03 86 83 88 94, garret@cerep-musees-sens.net.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Spatule anthropomorphe des gravières de Passy
Crédits (Cliché E. Berry, musées de Sens)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 2
Légende Globules en or trouvés à la ferme gauloise de Saint-Denis-les-Sens
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/768/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 3
Légende Grande réserve
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/768/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 4
Légende Les deux étages de la grande réserve
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/768/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 5
Légende Objets fragiles conservés dans la petite réserve
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/768/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique de Cargouët et Lydwine Saulnier-Pernuit, « Les collections archéologiques de Sens », Les nouvelles de l'archéologie, 117 | 2009, 35-40.

Référence électronique

Monique de Cargouët et Lydwine Saulnier-Pernuit, « Les collections archéologiques de Sens », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 117 | 2009, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/768 ; DOI : 10.4000/nda.768

Haut de page

Auteurs

Monique de Cargouët

Assistante de conservation, Cerep-Musées
decargouet@cerep-musees-sens.net

Lydwine Saulnier-Pernuit

Conservateur en chef des musées de Sens
lydwine.saulnier-pernuit@cerep-musees-sens.net

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org