Navigation – Plan du site
Dossier : Collections, musées, paysages. Trois entrées du discours archéologique

Manifeste architectural d’une archéologie intégrée : le Laténium (Neuchâtel, Suisse)1

Marc-Antoine Kaeser
p. 27-34

Résumés

Inauguré en 2001 sur les nouvelles rives du lac de Neuchâtel, le musée du Laténium abrite également l’office cantonal d’archéologie et un institut universitaire de préhistoire. Son architecture souligne l’interconnexion de la recherche et de l’enseignement avec la muséographie de l’archéologie. Les fonctions administrative, scientifique et académique du bâtiment sont en effet exploitées dans le discours scénographique, matérialisant de la sorte le fonctionnement effectif, en amont, des interactions indispensables à la mise en valeur publique du patrimoine. La même conception intégrative a présidé au concept d’exposition des collections. Par un décloisonnement spatial et par des échanges constants entre le musée et son parc, le Laténium illustre en effet les relations entretenues au fil du temps par les sociétés humaines avec leur propre passé et avec leur environnement.

Haut de page

Texte intégral

Un seul bâtiment pour trois institutions

  • 1 Ce texte, rédigé à la suite du colloque international Icom Rencontres du Léman : architecture et mu (...)

1Inauguré en 2001 sur les nouvelles rives gagnées sur le lac de Neuchâtel à la faveur de la construction de l’autoroute A5, le Laténium marque ce nouveau paysage par la sobriété de son architecture résolument contemporaine (fig. 1). Implanté dans un vaste parc archéologique, il se distingue par l’intérêt et la qualité de sa muséologie, qui lui a valu le Prix du musée du Conseil de l’Europe en 2003. Cumulant des surfaces d’exposition presque dix fois supérieures à celles de son prédécesseur, l’ancien musée archéologique de l’avenue DuPeyrou situé dans le centre-ville de Neuchâtel, le Laténium n’est toutefois pas juste un nouvel écrin pour la conservation et la présentation des très riches collections archéologiques de la République et canton de Neuchâtel, car il n’est pas qu’un musée – au sens étroit du terme.

2Cet édifice abrite en effet trois institutions : le musée cantonal d’archéologie bien entendu, mais également la chaire de préhistoire de l’université de Neuchâtel et l’Office neuchâtelois d’archéologie (équivalent helvétique d’un service régional d’archéologie français). Sensible dans la pratique depuis des décennies, l’étroite association de ces trois institutions s’est ainsi vu donner, par le geste architectural, une assise durable. Défendue avec vigueur et constance par le professeur Michel Egloff, fondateur du Laténium, cette option ne procède en effet pas simplement d’une volonté de simplification administrative ou d’économie budgétaire. Elle traduit une véritable vision, quant à la définition de l’archéologie : celle de l’interdépendance essentielle des fonctions conférées aux trois entités administratives qui la composent. En d’autres termes, le Laténium est appelé à démontrer l’interconnexion effective, dans la conduite de l’archéologie neuchâteloise, de la recherche et de l’enseignement, de la protection et de la mise en valeur du patrimoine.

  • 2 Architectes : Laurent Chenu, Bruce Dunning, Pierre Jéquier, Philippe Vasserot et Pieter Versteegh ; (...)

3Ce programme nous paraît avoir été rempli avec succès et brio par les architectes et les responsables de la scénographie du Laténium2 grâce à un décloisonnement spatial éclatant et conséquent qui, outre son effet visuel, présente des avantages tant pratiques que symboliques. Adaptée au fonctionnement effectif de la « maison » archéologique neuchâteloise, l’architecture intégrée du Laténium simplifie, tout en les alimentant, les interactions entre ses collaborateurs. Mais elle permet aussi de démultiplier les profits en matière de communication, puisqu’il est ainsi possible à chacune des institutions de cumuler l’autorité et le prestige respectifs des trois partenaires.

Fig. 1

Fig. 1

Le Laténium et son parc, au bord du lac de Neuchâtel. Au premier plan, les blocs erratiques et la plage de galets offrent une reconstitution des rives au tardiglaciaire, après le retrait du glacier du Rhône, qui couvrait auparavant les flancs du Jura, au second plan

(Cliché Y. André, Laténium)

La résurrection d’une vieille tradition muséale

4Dans un paysage muséal en plein essor et marqué par de profonds bouleversements, où tant de nouveaux musées sont contraints d’apporter la preuve de leur légitimité, l’option des concepteurs du Laténium paraît d’autant plus sensée qu’elle se fonde sur un acquis désigné comme the Neuchâtel way of archaeology (Egloff 1998), qui prolonge en vérité un état de fait largement répandu autrefois dans les musées scientifiques.

5À l’origine, les musées étaient en effet toujours conçus à la fois comme des institutions de recherche, d’enseignement et de divulgation. Pour l’archéologie, au cours du xxe siècle, leurs fonctions ont été progressivement restreintes à la conservation et à la mise en valeur du patrimoine – sous le double effet de l’affirmation académique de la discipline (Callmer et al. 2006) et de la lente mise en place des cadres législatifs, administratifs et financiers de la protection du patrimoine (Kaeser 2004 ; 2006 : 11-31). Or, en dépit des critiques soulevées par les partisans de ce processus de dissociation, l’ancienne emprise muséale ne fonctionnait pas que par défaut. Les promoteurs des premiers musées archéologiques étaient en effet conscients de la spécificité des tâches de recherche, d’enseignement et de mise en valeur, dont l’articulation entraînait des réflexions épistémologiques approfondies et où les options stratégiques étaient également guidées par les atouts politiques et « médiatiques » des missions respectives (Reubi sous presse).

6Ce « particularisme neuchâtelois » ne forme donc ni une expérience aventureuse ni une solution de facilité, mais figure plutôt un retour aux sources éprouvées de la tradition muséale en archéologie. Comme on le verra, la cohérence de cette option se trouve du reste démontrée par le fait qu’elle s’exprime tant pour les collaborateurs, aux plans pratique et scientifique, que pour les usagers publics, au plan muséologique.

Une optimalisation pratique et scientifique

  • 3 Les laboratoires de conservation--restauration et de dendrochronologie sont affectés respectivement (...)
  • 4 Au plan formel, le musée et l’office archéologique sont intégrés dans l’Office et musée cantonal d’ (...)

7L’association des ressources humaines et financières se traduit naturellement par un cumul quantitatif et une multiplication qualitative des instruments et des compétences disponibles. Au niveau des infrastructures, le partage des dépôts et des laboratoires, des ressources informatiques, infographiques et éditoriales, des laboratoires3, des salles de cours, de réunions et de conférences, d’une bibliothèque, d’une diathèque et d’archives communes, etc. représente un avantage certain. Il en va de même pour les ressources humaines. Chacune des fonctions administrativement distribuées entre les trois institutions4 peut en effet être mise à la contribution privilégiée des projets respectifs du musée, du service des fouilles et de l’université ; entre le jardinier-paysagiste et les spécialistes des études paléo-environnementales, entre le menuisier et les restaurateurs, les synergies s’expriment ainsi par des enrichissements réciproques souvent inattendus et parfois insolites.

8Un tel état de fait entraîne bien sûr une interdépendance étroite des trois institutions : chaque projet doit être conduit de manière concertée et transparente, dans le respect des priorités respectives. Or, sur le plan de la sociabilité professionnelle, la proximité au quotidien garantie par le partage au Laténium de toutes les infrastructures (photocopieuse, cafétéria… et chambre froide comprises) constitue évidemment un élément propice au désamorçage constant des incompréhensions et des malentendus inévitables entre scientifiques de terrain et de laboratoire, entre chercheurs et gens de musée, entre étudiants et professionnels, ou entre spécialistes et généralistes.

Un quadruple enrichissement muséographique

Un parc archéologique avant le musée

9Fondée sur l’étude des vestiges matériels, l’archéologie est appelée à remonter de faits fragmentaires aux réalités sous-jacentes. Recomposant l’inconnu, elle insère ses restes incomplets et isolés dans un « contexte » présumé, postulé ou démontré. Dans une telle entreprise, la présentation muséale des objets conservés s’avère naturellement insuffisante (Kaeser 2009). Au Laténium, l’une des réponses apportées à ce problème se traduit par l’insertion du musée dans un parc archéologique. Sur 2,5 hectares, celui-ci propose un grand nombre d’éléments archéologiques d’époques diverses (tombes, monuments mégalithiques, habitats, port, bateau, pont, puits, aqueduc, etc.). Et, puisque l’étude des cultures humaines ne peut être dissociée de la prise en compte des différents écosystèmes avec lesquels les populations ont interagi, ce parc inclut également des reconstitutions d’éléments paysagers (géologie et végétation) illustrant les ressources et les conditions de vie propres à diverses périodes climatiques de la préhistoire et de l’Antiquité.

10Un tel parc constitue un atout pour le musée. Il se prête bien à l’organisation d’événements ponctuels et offre à la bonne saison un cadre approprié pour certaines animations (démonstrations et ateliers pédagogiques). Situé entre le port d’Hauterive et le débarcadère de la compagnie publique de navigation, en libre accès sur le cheminement des rives du lac de Neuchâtel, il permet de toucher des publics pas (encore) ou peu sensibilisés au patrimoine et à la culture.

11Mais, au-delà de ces opportunités, le parc archéologique forme aussi une expression de l’intégration des fonctions défendue par le Laténium. Les éléments présentés n’y ont en effet pas été élaborés ex nihilo : illustrant certains enseignements tirés d’études récentes, les originaux prélevés sur le terrain, tout comme les reconstitutions archéologiques, ont été planifiés très en amont, dès la fouille et les travaux de laboratoire, jusqu’à dix ou vingt ans avant la création du parc. Leur réalisation et leur installation ont donc été rendues possibles grâce l’agencement précoce des réflexions muséographiques au cœur des processus de recherche scientifique. Mieux encore, leur rôle ne s’arrête pas à l’exploitation muséographique : dans la réalisation de certains de ces éléments (avec des techniques et des outils « d’époque ») comme dans l’examen de leur usage et de leur vieillissement naturel, ces opérations d’« archéologie expérimentale » permettent en effet aux chercheurs, en testant des hypothèses de travail, d’alimenter leur réflexion.

  • 5 Le crédit visait à compléter une infrastructure (le parc) existante et appréciée du public. Très bi (...)
  • 6 La muséographie du Laténium traite du reste les aménagements intérieurs sous une forme paysagère : (...)

12Dans le cas présent, cette intégration est d’autant plus manifeste que le parc archéologique avait été réalisé avant le musée ; il a même été un argument efficace dans la campagne de votations nécessaire à la libération du crédit de construction du Laténium5 (26,6 millions de francs suisses, hors financements privés et subventions fédérales). En l’occurrence, il manifestait la continuité entre le travail de fouille et la mise en valeur du patrimoine naturel et culturel. Implanté sur des terres gagnées sur le lac lors de la construction de l’autoroute, ce parc s’est en effet inscrit dans le programme d’aménagement des rives financé, comme les fouilles, par le constructeur. Divers sites archéologiques ont d’ailleurs été mis au jour à cet emplacement lors de l’aménagement qui a autorisé, juridiquement et financièrement, la réalisation du parc où les résultats de ces travaux ont pu être présentés à l’attention du public. Comme le souligne l’architecte Laurent Chenu (2001 : 66), « cet inhabituel renversement d’étapes de chantier a renforcé encore la prédominance de la construction du site sur celle du bâtiment » – consolidant de la sorte l’intégration du musée dans son site, et l’association de l’expérience changeante de l’espace et du temps6.

De l’autre côté du vitrage : une vitrine à double sens

13On s’accorde souvent à considérer les musées scientifiques comme des vitrines destinées à mettre en valeur les connaissances gagnées en amont. Selon nous, une telle image trahit une conception rétrograde du rôle des musées, qui ne formeraient qu’un réceptacle passif pour la « vulgarisation » de résultats acquis en vase clos, dans la « boîte noire » où s’élaborerait la connaissance, à l’abri du monde. Comme l’ont montré plusieurs décennies de science studies, ces représentations scientistes font fi des innombrables interactions (fertiles ou dangereuses) entre science et société, pour lesquelles les musées constituent un carrefour et un lieu d’observation privilégiés. Dans les musées, nous sommes en effet placés de manière idéale pour mesurer l’impact des attentes et des questionnements publics sur la conduite de la recherche.

14Dans sa conception, le Laténium répond à cette remise en question de l’ordre hiérarchique discursif entre la construction et la diffusion du savoir. Le décloisonnement des tâches et des fonctions est en effet rendu perceptible aux visiteurs. Les espaces publics forment le cœur du bâtiment, autour duquel sont disposés les espaces dévolus à la recherche et à l’enseignement. Sur le plan pratique comme sur le plan symbolique, ce dispositif a un double effet. D’une part, les collaborateurs et les étudiants sont régulièrement mêlés aux visiteurs ; d’autre part, leurs activités sont « mises en vitrine » – pour reformuler l’image dénoncée plus haut. Car dans l’architecture comme dans la scénographie, l’aménagement du Laténium a été conçu pour rendre les « coulisses » du musée aussi visibles que possible.

  • 7 Placé dans l’abri antiatomique de l’édifice, ce dépôt abrite les collections d’étude du Laténium. S (...)

15Ainsi, sur le parcours d’accès public, les visiteurs dépassent tout d’abord l’entrée de service, avec sa rampe de chargement. Après avoir contourné l’angle du bâtiment, où est situé l’appartement de fonction de l’agent technique, ils longent les baies vitrées du laboratoire de conservation-restauration, dont les appareillages ont délibérément été placés bien en vue, le long de la façade côté lac. Avant d’entrer, ils déambulent sur une esplanade aménagée au-dessus du dépôt servant à l’entreposage du mobilier technique et qui, par sa fonction, est celui connaissant le plus de mouvements. Du côté du lac, à l’extrémité méridionale du parc, la plateforme mobile de plongée de l’équipe de fouilles subaquatiques est amarrée juste à côté de la reconstitution du chaland romain, réalisée par cette équipe qui en avait précédemment fouillé l’épave. Une fois franchi le sas d’entrée, les visiteurs se trouvent dans un vaste hall abritant à la fois le café du musée, le vestiaire, la boutique et la réception. Deux escaliers mènent respectivement au « dépôt visitable7 » et à la salle d’animations pédagogiques situés à l’étage inférieur, ou aux locaux de l’université et à la salle des expositions temporaires situés à l’étage supérieur. De plain-pied, le parcours prioritaire conduit les visiteurs vers l’exposition permanente.

Un parcours archéologique ancré dans notre présent commun

16Dès le vestibule d’entrée, la scénographie du Laténium montre une de ses idées-force : le lien indissociable entre les passés découverts et les archéologues en action. D’un côté, une stratigraphie minérale de 16 m de long, protégée par une paroi inclinée en verre et constellée d’écrans illustrant les gestes techniques et l’expression physique du travail manuel sur la fouille archéologique ; en face, une toile semi-opaque de dimensions imposantes derrière laquelle on distingue, sur deux étages, les couloirs de l’administration et les bureaux de la direction, où se découpe en ombres chinoises le va-et-vient des collaboratrices et des collaborateurs. Une telle juxtaposition invite les visiteurs à prendre conscience du contraste entre le passé figé des vestiges matériels et le présent mouvant de la recherche.

  • 8 Respectivement les périodes de l’âge du Bronze et du Néolithique, du Mésolithique et du Paléolithiq (...)

17Au moyen d’effets de transparence et d’ouvertures subites dans les parois, ce rapport entre l’architecture et la muséographie est sans cesse souligné. À titre d’exemples, la présentation des « Celtes de La Tène » est ponctuée d’une grande fenêtre oblique ouvrant sur un panorama éminemment celtique, où la silhouette du mont Vully (siège de l’oppidum du même nom) se découpe sur le lac de Neuchâtel, alors que le biseau de la fenêtre sert de viseur pour la localisation du fameux site de La Tène qui a donné son nom au musée. L’espace dédié à l’époque romaine (« À sept lieues d’Avenches ») est situé le long d’une baie vitrée recouverte d’une fine toile, qui laisse deviner le jardin romain reconstitué en face, dans le parc. De même, une large échappée dans la paroi occidentale du musée ouvre la perspective sur le vaste étang aménagé en surplomb, vers lequel le majestueux chaland de 20 mètres de long présenté dans l’espace « Six millénaires de navigation » semble en cours d’appareillage (fig. 2). Dans un registre légèrement différent, mais tout aussi significatif, des fenêtres disposées dans les espaces intitulés « Lacustres », « Sur la piste des chasseurs », « La Suisse sous les glaces » et « Au pays du grand ours »8 confrontent de façon insolite les visiteurs de ces trouvailles multimillénaires avec, une quinzaine de mètres en contrebas, l’autoroute A5 dont la construction a entraîné ces découvertes.

18Le même esprit a présidé à la définition du parcours de visite. D’ordinaire, les musées archéologiques sont aménagés pour faire progresser le visiteur dans la temporalité reconstruite par les archéologues : selon une logique évolutionniste, on débute par les origines pour suivre ensuite le fil des étapes de l’histoire humaine. Au Laténium, en revanche, le parcours est disposé à rebours de la chronologie habituelle : le cheminement du visiteur s’amorce dans le présent, pour descendre ensuite toujours plus profondément dans le passé. Les premiers espaces de l’exposition permanente sont en effet disposés sur un plan incliné, qui exprime physiquement la lente plongée de l’expérience archéologique exhumant, couche après couche, un passé toujours plus ancien.

19Aussi dérangeant soit-il, surtout pour les maîtres d’école habitués à la narration progressiste de leurs manuels, ce cheminement rend justice à l’ordre de la découverte intime de chaque visiteur. En débutant par les objets les plus familiers, des vestiges modernes ou médiévaux qui imprègnent encore notre quotidien, le parcours prépare le visiteur à la rencontre de réalités archéologiques toujours plus lointaines, mais ainsi rattachées, en un fil continu, à notre présent commun.

Fig. 2

Fig. 2

Chaland romain (182 apr. J.-C.) dans l’espace « Six millénaire de navigation » ; au fond, la baie vitrée s’ouvre sur un vaste étang. Servant à la reproduction piscicole, celui-ci est également un instrument muséographique traduisant l’évolution du paysage régional : dominant de 2,70 m les eaux du lac, sa surface donne à voir l’ancien niveau historique du lac de Neuchâtel

(Cliché Y. André, Laténium)

Des espaces ouverts sur des temporalités multiples

20La seconde idée-force de l’exposition permanente manifeste très clairement le décloisonnement conceptuel du Laténium. En rupture avec un usage solidement ancré dans la muséologie de l’archéologie, le parcours de visite ne connaît en effet aucune solution de continuité.

21De manière générale, les musées archéologiques agencent leurs besoins didactiques aux contraintes architecturales en modulant le développement chronologique au rythme des parois, segmentant ainsi la visite selon la succession des périodes archéologiques, auxquelles sont dévolues respectivement une salle (la « salle de l’âge du Bronze », la « salle de l’âge du Fer », etc.). Or, au Laténium, l’inversion chronologique ouvre la voie à un affranchissement de cette pensée « en tiroirs » si répandue parmi les archéologues. Ici, le parcours se développe de manière continue : le visiteur traverse des espaces ouverts, où les murs, les piliers, les rampes, les escaliers, les fossés, les passerelles ne servent qu’à ménager des contrastes, des effets de surprise et des jeux de lumière. Les cloisons sont même disposées de sorte à ouvrir des perspectives entre les espaces – donc entre les périodes archéologiques. Et compte tenu de l’ampleur et de la générosité des volumes, sur trois étages et six niveaux différents, ces perspectives sont aussi multiples qu’inattendues : elles ne portent pas nécessairement sur les temps immédiatement antérieurs ou postérieurs. En s’élevant au-delà de la mise en scène d’une épave du xvie siècle et de sa cargaison de lingots de fer, le regard du visiteur pourra ainsi être happé, à quelques dizaines de mètres, dans un puits de lumière, par les armes celtiques du site de La Tène (fig. 3 page suivante). Ou au détour d’un marbre romain, les rayons changeants du soleil de l’après-midi pourront faire scintiller, cinq niveaux plus haut, les faisceaux de tubes lumineux symbolisant les champs de blé des premiers agriculteurs du Néolithique, derrière lesquels s’élève un gigantesque menhir sculpté.

22Au niveau didactique, ces ouvertures ne sont pas destinées simplement à alléger le poids du discours archéologique. Ménageant des perspectives subjectives, elles donnent à chaque visiteur la possibilité de réinventer des parcours et des relations alternatives. De tels rapprochements ne sont ni gratuits ni anodins, sur le plan intellectuel comme sur le plan scientifique. Ainsi, la « révolution néolithique » est éclairée par les enseignements historiques sur les défrichements médiévaux ; de même, l’artisanat médiéval se comprend par la maîtrise des principes technologiques mis en place à l’âge du Fer – dans une région dont la prospérité, aux Temps modernes comme à l’époque celtique, reposait en grande partie sur la proximité des sources d’approvisionnement en minerai de fer de bonne qualité.

23Sur un plan plus théorique, ces ouvertures soulignent par ailleurs la multiplicité et l’interpénétration des temporalités (Olivier 2008). Elles nous rappellent que nous n’avons l’exclusivité ni de l’interprétation de ces passés ni des interactions avec eux. Car de tous temps, les sociétés se sont préoccupées, à leur manière, de leur rapport au temps, passé et futur. Comme le montrent les fréquentes réoccupations de sites, de même que le remploi et le recyclage qui caractérisent une grande partie de l’action humaine depuis les origines, la discipline archéologique ne forme qu’une réponse récente (celle de la science) à une interrogation fondamentale et permanente, constitutive peut-être de l’humanité.

24Parmi tant d’autres objets, le menhir sculpté de Bevaix/Treytel exposé dans le musée incarne de manière emblématique cette évocation conceptuelle de la récurrence mémorielle. Dominant, du haut de sa masse de près de trois tonnes, tout le volume de l’exposition permanente, ce bloc à figuration anthropomorphe est interprété comme une représentation d’ancêtre mythique ou mythifié. Pour les premiers agriculteurs qui, il y a plus de 6 000 ans, l’ont érigé sur les rives du lac de Neuchâtel, il devait manifester l’enracinement des populations sédentaires sur les territoires désormais soumis à l’exploitation humaine, à travers l’affirmation minérale monumentale d’une filiation symbolique avec un passé défini comme fondateur et constitutif du présent néolithique.

Fig. 3

Fig. 3

Exploitation artistique du contexte archéologique : au centre, les lingots de fer ont été disposés tels qu’ils ont été découverts, plantés au fond du lac à la suite du naufrage d’un navire du xvie siècle, au large d’Hauterive. Le reste de la cargaison a été disposé dans la vitrine, au premier plan

(Cliché Y. André, Laténium)

À l’épreuve de l’usage : problèmes et perspectives

25En guise de bilan, on peut souligner, me semble-t-il, l’excellente articulation des objectifs architecturaux, muséographiques, scientifiques, administratifs et techniques. Néanmoins, aussi positif soit-il, un tel constat ne saurait nous bercer dans l’illusion de l’accomplissement. L’insertion de ce nouveau musée dans le paysage régional (culturel, touristique et politico-administratif) a en effet mis en évidence des problèmes et des besoins nouveaux. Afin d’ouvrir des perspectives sur l’avenir de l’institution, il me paraît donc judicieux de concentrer notre conclusion sur ces enjeux et ces difficultés.

La difficulté d’un développement de l’exploitation commerciale

26Sur un plan assez prosaïque, la forte intégration des fonctions du Laténium s’avère logiquement préjudiciable à l’exploitation autonome du volet commercial. Avec son site et ses infrastructures (salle de conférences, café et terrasse ouverte sur le lac et les Alpes), le musée a en effet engendré une demande difficile à combler sans efforts humains et financiers conséquents. En l’occurrence, le décloisonnement pose des problèmes de sécurité qui, pour être satisfaits à bon compte, réclament un fonctionnement standardisé peu compatible avec le dynamisme qu’on est en droit d’attendre d’une telle institution. Ainsi, par exemple, l’organisation d’apéritifs ou de conférences en dehors des heures d’ouverture des bureaux exige une forte mobilisation en personnel de surveillance, puisque le bâtiment n’a pas été conçu pour fonctionner de façon partielle. Le caractère académique du Laténium soulève des difficultés analogues : les zones universitaires n’étant pas dotées d’un accès réservé, les déplacements des étudiants, population très « volatile » depuis la réforme de Bologne, réclament une surveillance assez rigoureuse, peu en phase avec les principes et les usages académiques.

27Avec les ressources dont il dispose actuellement, le Laténium est donc contraint à une relative sous-exploitation commerciale et « événementielle ». Si l’on souhaite optimiser son rendement, ces questions devront être envisagées, tôt ou tard, dans une réflexion prospective. Compte tenu de l’attractivité du site et du bâtiment, on peut en effet considérer que des interventions mineures (notamment sur les accès et le système d’alarme), accompagnées par un renforcement des infrastructures de services (une cuisine professionnelle, par exemple), formeraient un investissement judicieux, car profitable, non pas seulement au plan strictement commercial, mais également, indirectement, pour les fonctions publiques et académiques du Laténium.

Les pieds dans le lac, le dos tourné à la cité ?

28Un autre enjeu touche à la localisation du musée. Car à l’attrait incontestable du site répondent des inconvénients en termes de visibilité. Le plus grand musée archéologique de Suisse est en effet situé, non seulement dans une zone marginale au plan national, mais également dans la commune résidentielle d’Hauterive, en périphérie de la ville de Neuchâtel. Or, son statut juridique (le musée est cantonal, et non municipal), de même que les quelques mètres qui le séparent de la frontière communale de la capitale du canton, privent le Laténium des puissantes infrastructures de communication de la ville de Neuchâtel, dont il contribue pourtant à enrichir l’offre culturelle. Enfin, quoique très aisément accessible par bus, bateau, vélo ou voiture, le Laténium est de façon métaphorique coupé de la vie urbaine par la tranchée de l’autoroute dans son dos, alors qu’il regarde le lac à ses pieds.

  • 9 Les Neuchâtelois forment moins du quart de la clientèle, 11 % des visiteurs sont domiciliés à l’étr (...)

29Pour la qualité de la visite, cet état de fait s’avère certes très positif, puisque aucun de nos visiteurs ne peut être soupçonné d’être entré au Laténium par hasard… En termes quantitatifs, cependant, chaque « client » doit être cherché là où il se trouve9. En bref, pour compenser la périphérie réelle et symbolique du musée, il faudrait consentir, pour sa promotion, des dépenses considérables, hélas hors de notre portée.

Gérer la monumentalisation symbolique

30Paradoxalement, la qualité de la performance muséographique, avec l’intérêt qu’elle a suscité bien au-delà des cercles intéressés par les contenus présentés, a tendance à accentuer ce problème. Le grand succès d’estime et le prestige associé aux récompenses qui ont sanctionné cette réalisation ont, en effet, entraîné une sorte de « monumentalisation » du Laténium. Pour une grande partie du public, et même parfois pour ses propres employés, le musée est ainsi perçu symboliquement d’abord par l’acquis architectural et la scénographie de l’exposition permanente, plutôt que par son rôle et ses activités.

31Depuis l’ouverture notamment du musée Guggenheim de Gehry à Bilbao, ce phénomène est bien connu. Partout dans le monde, les nouvelles institutions muséales cultivent même volontiers cet effet de monumentalisation qui suscite de puissants appels d’air promotionnels. Dans le cas du Laténium, la situation s’avère pourtant plus problématique : pour fonctionner réellement, la monumentalisation doit être accompagnée de puissantes campagnes de communication – ce qui, pour des raisons financières évidentes, n’a guère été le cas ici. Mais en l’espèce, c’est sur le plan sociologique que réside le nœud du problème, puisque la clientèle première des musées de préhistoire et d’archéologie régionale paraît relativement hermétique à ces effets de mode et ces tendances consuméristes. Au contraire, nous observons même que le public familial et les amateurs de patrimoine se défient parfois de l’élitisme qu’ils associent spontanément à l’image prestigieuse du Laténium. Afin de se dégager des représentations intimidantes liées à cette image, il conviendrait bien sûr de faire porter nos efforts sur le renouvellement régulier du musée. Or, le volume et la forme adoptée pour l’exposition dite, précisément, « permanente » posent des problèmes d’autant plus aigus que la muséographie a été pensée dans l’architecture même du bâtiment.

  • 10 Le budget de fonctionnement annuel du Laténium (salaires compris, hors amortissements) s’élève à en (...)

32De plus, les moyens disponibles pour entretenir et faire vivre le Laténium au quotidien sont en très fort contraste avec les montants investis pour sa construction et son aménagement originel10. Impossible, dès lors, de calquer le style et la forme des manifestations et des expositions temporaires sur la muséographie permanente du musée. Au contraire, celles-là doivent s’en démarquer. L’adoption d’un ton et de langages différents, plus simples, plus légers et plus économes, permet, d’une part d’éviter des comparaisons peu susceptibles de leur être favorables et autorise, d’autre part, un enrichissement du propos muséographique.

33À cet égard, les activités de médiation culturelle et scientifique, mises en chantier dès l’ouverture du Laténium, ont été développées de manière intensive. La monumentalisation symbolique du bâtiment est ainsi contrebalancée à moindres frais par le dynamisme du musée (grand nombre d’animations et d’ateliers pédagogiques, qualité et richesse des visites guidées), dont il faut désormais adapter la communication afin de mieux valoriser ces activités (fig. 4, page suivante).

Fig. 4

Fig. 4

Traitement parodique du complexe de supériorité gréco-romain face aux « barbares » celtes : une création du Groupe de théâtre antique de l’université de Neuchâtel, lors d’un event accompagnant l’exposition « Par Toutatis ! » reprise et adaptée du musée gallo-romain de Lyon-Fourvière

(Cliché J. Roethlisberger, Laténium)

L’image du bâtiment comme solution d’un faux problème ?

34Après examen, les inconvénients inhérents à la monumentalisation sont peut-être un faux problème. C’est, en effet, l’aura associée à l’image emblématique du bâtiment qui nous permet de faire rayonner l’institution et de gagner de nouveaux publics à la cause de l’archéologie. Mais puisque le caractère périphérique de l’Arc jurassien limite le bassin de recrutement de ces nouveaux visiteurs, nos publics doivent être fidélisés sur le moyen et le long terme. À cet effet, le musée n’échappe pas à la nécessité de se montrer convivial et participatif. L’enjeu se situe dès lors sur un double plan qualitatif (mobiliser un personnel compétent et motivé) et quantitatif (mobiliser l’argent indispensable au financement des activités).

35Or, c’est ici que nous pouvons tirer avantage de l’image prestigieuse de ce « monument » de l’archéologie. Pour ses activités, l’étroitesse relative des budgets publics incite en effet le Laténium à faire appel à des financements privés, sensibles à cette image emblématique. Quant aux ressources humaines qui font la substance de l’institution, l’expérience nous montre que l’image, ici encore, s’avère très bénéfique. Elle nous permet de recruter, à tous les niveaux de responsabilités, des collaboratrices et des collaborateurs hautement qualifiés, qui font preuve d’une très forte identification avec le musée et ses objectifs – dans les bureaux et les laboratoires, mais également du côté de l’accueil des publics. En effet, ce secteur fonctionne presque exclusivement avec de jeunes universitaires diplômés qui, à côté de leur travail au musée, sont souvent engagés personnellement dans la recherche scientifique. Qu’il s’agisse d’une excursion d’entreprise, d’une course d’école, d’un atelier didactique dans le parc ou d’un anniversaire au musée, tous nos visiteurs, petits et grands, ont dès lors l’assurance d’être pris en charge par des professionnels maîtrisant tous les rouages de la discipline, qui sont parfaitement familiarisés avec le travail effectué de l’autre côté des parois des salles d’exposition.

36Si l’on en revient au rôle fondamental du musée, à sa fonction sociale qui est de transmettre nos connaissances et notre passion, il n’est assurément pas de meilleur gage de succès, ou du moins de plus beau motif de satisfaction. Abstraction faite des conjectures technocratiques et des conjonctures politiques et financières, le langage développé dans le programme architectural du Laténium offre donc, dans la conjonction de la forme et du contenu, une base idéale, car parfaitement appropriée pour l’accomplissement de son dessein muséographique.

Haut de page

Bibliographie

Arnold, B. 2007. « Le passé conjugué au futur : le dépôt visitable du Laténium », Archéologie suisse, 30 : 38-41.

Blanchet-Dufour, J. 2005. « La mise en espace au Laténium », La Lettre de l’Ocim, 97 : 4-12.

Callmer, J. et al. (dir.). 2006. Die Anfänge der ur- und frühgeschichtlichen Archäologie als archäologisches Fach (1890-1930) im europäischen Vergleich. Rahden, M. Leidorf (Berliner archäologische Forschungen ; 2).

Chenu, L. (dir.). 2001. Laténium pour l’archéologie. Le nouveau Parc et Musée d’archéologie de Neuchâtel. Hauterive, Laténium.

Donner, P. et al. 2000. « Le “Laténium”, dossier spécial », Ingénieurs et architectes suisses. Bulletin technique de la Suisse romande, février : 50-63.

Egloff, M. 1998. « “The Neuchâtel Way” : Libres propos sur 34 ans de fouilles entre Vaumarcus et Le Landeron », in : G. Kaenel (dir.), 30 ans

de grands travaux. Quel bilan pour la préhistoire suisse? Actes du colloque de Bâle. Lausanne, Groupe de travail pour les recherches préhistoriques en Suisse (Documents du Gps ; 1) : 61-62.

Kaeser, M.-A. 2004. « Les prémices d’une politique archéologique au xixe siècle », Revue historique neuchâteloise, 141 : 15-32.

Kaeser, M.-A. (dir.). 2006. De la mémoire à l’histoire : l’œuvre de Paul Vouga (1880-1940). Des fouilles de La Tène au « néolithique lacustre ». Neuchâtel, Service et musée d’archéologie (Archéologie neu-châteloise ; 35).

Kaeser, M.-A. (coord.). 2009. « Neuchâtel : le Laténium, Parc et musée d’archéologie – Actualités archéologiques en Suisse », Dossiers d’Archéologie, 333 (mai/juin).

Kaeser, M.-A. Sous presse. « La muséologie et l’objet de l’archéologie : le rôle des collections face au paradoxe des rebuts du contexte », in : P.-A. Mariaux (éd.), Les acteurs de la muséologie. Berne, Lang.

Olivier, L. 2008. Le sombre abîme du temps. Mémoire et archéologie. Paris, Seuil.

Pes, J. 2003. « High watermark : the Latenium », Museum Practice Magazine, 23 : 22-27.

Ramseyer, D. 2002. « Laténium : hier… entre Méditerranée et Mer du Nord », Archéologie suisse, 25 : 4-11.

Reubi, S. Sous presse. Gentlemen, prolétaires et primitifs. Institutionnalisation, pratiques de collection et choix muséographiques dans l’ethnographie suisse, 1880-1950. Berne, Lang.

Haut de page

Notes

1 Ce texte, rédigé à la suite du colloque international Icom Rencontres du Léman : architecture et musées au quotidien (Musée d’art et d’histoire, Genève, juin 2007), sera publié dans une version très abrégée dans les actes du colloque édités par France Terrier.

2 Architectes : Laurent Chenu, Bruce Dunning, Pierre Jéquier, Philippe Vasserot et Pieter Versteegh ; muséographes : Michel Etter, Anne Fühler, Johanne Blanchet et Nathalie Fonjallaz (Muséum Développement, Vevey). Pour une présentation détaillée, voir Donner et al. (2000), Chenu (2001), Ramseyer (2002), Pes (2003), Blanchet-Dufour (2005), Kaeser (sous presse).

3 Les laboratoires de conservation--restauration et de dendrochronologie sont affectés respectivement au musée et à l’office des fouilles ; ils accueillent régulièrement des stagiaires de l’université et des hautes écoles spécialisées.

4 Au plan formel, le musée et l’office archéologique sont intégrés dans l’Office et musée cantonal d’archéologie (Oman), subordonné au Service des affaires culturelles. Le directeur du musée et son adjoint enseignent à l’université, alors que le titulaire de la chaire d’archéologie préhistorique co-dirige la série de publications éditée par l’Oman.

5 Le crédit visait à compléter une infrastructure (le parc) existante et appréciée du public. Très bien préparée aux plans politique et médiatique, cette votation a montré, le 9 juin 1996, une large adhésion populaire (66,2 %), avec l’unanimité des districts – un résultat exceptionnel, en Suisse, pour un projet culturel.

6 La muséographie du Laténium traite du reste les aménagements intérieurs sous une forme paysagère : la mise en scène des époques respectives s’articule sur leur rapport spécifique à l’espace et au territoire (immensités ouvertes de la toundra de « Sur la piste des chasseurs », ruelles étroites du village des « Lacustres », rythmes réguliers de la centuriation romaine dans « À sept lieues d’Avenches », etc.).

7 Placé dans l’abri antiatomique de l’édifice, ce dépôt abrite les collections d’étude du Laténium. Selon une mise en scène minimaliste, il est ainsi possible de présenter, dans des compactus vitrés et climatisés, les séries complètes et les ensembles de comparaison indispensables au travail de l’archéologue : voir Arnold 2007.

8 Respectivement les périodes de l’âge du Bronze et du Néolithique, du Mésolithique et du Paléolithique supérieur, de la dernière glaciation, et du Paléolithique moyen.

9 Les Neuchâtelois forment moins du quart de la clientèle, 11 % des visiteurs sont domiciliés à l’étranger (dont une infime minorité en provenance des départements français limitrophes), 25 % viennent du reste de la Suisse romande et près de 40 % de la Suisse alémanique, en particulier des cantons les plus proches (Berne, Soleure, Argovie).

10 Le budget de fonctionnement annuel du Laténium (salaires compris, hors amortissements) s’élève à environ 5 % du coût total de construction du bâtiment.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Le Laténium et son parc, au bord du lac de Neuchâtel. Au premier plan, les blocs erratiques et la plage de galets offrent une reconstitution des rives au tardiglaciaire, après le retrait du glacier du Rhône, qui couvrait auparavant les flancs du Jura, au second plan
Crédits (Cliché Y. André, Laténium)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Fig. 2
Légende Chaland romain (182 apr. J.-C.) dans l’espace « Six millénaire de navigation » ; au fond, la baie vitrée s’ouvre sur un vaste étang. Servant à la reproduction piscicole, celui-ci est également un instrument muséographique traduisant l’évolution du paysage régional : dominant de 2,70 m les eaux du lac, sa surface donne à voir l’ancien niveau historique du lac de Neuchâtel
Crédits (Cliché Y. André, Laténium)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/763/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 3
Légende Exploitation artistique du contexte archéologique : au centre, les lingots de fer ont été disposés tels qu’ils ont été découverts, plantés au fond du lac à la suite du naufrage d’un navire du xvie siècle, au large d’Hauterive. Le reste de la cargaison a été disposé dans la vitrine, au premier plan
Crédits (Cliché Y. André, Laténium)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/763/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 4
Légende Traitement parodique du complexe de supériorité gréco-romain face aux « barbares » celtes : une création du Groupe de théâtre antique de l’université de Neuchâtel, lors d’un event accompagnant l’exposition « Par Toutatis ! » reprise et adaptée du musée gallo-romain de Lyon-Fourvière
Crédits (Cliché J. Roethlisberger, Laténium)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/763/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc-Antoine Kaeser, « Manifeste architectural d’une archéologie intégrée : le Laténium (Neuchâtel, Suisse) », Les nouvelles de l'archéologie, 117 | 2009, 27-34.

Référence électronique

Marc-Antoine Kaeser, « Manifeste architectural d’une archéologie intégrée : le Laténium (Neuchâtel, Suisse) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 117 | 2009, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/763 ; DOI : 10.4000/nda.763

Haut de page

Auteur

Marc-Antoine Kaeser

Directeur du Laténium – Parc et musée d’archéologie, Hauterive, université de Neuchâtel
marc-antoine.kaeser@ne.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org