Navigation – Plan du site
Dossier : Collections, musées, paysages. Trois entrées du discours archéologique

Histoire d’un aller et retour

La collection Arnold Guyot entre Princeton et Neuchâtel (1875-2007)
Noël Coye
p. 19-26

Résumés

A la fin du xixe siècle, le neuchâtelois Arnold Guyot réunit à Princeton une collection d’antiquités lacustre de Suisse occidentale. En juillet 2007, le département de géologie de l’université de Princeton fait don de cette riche série au Laténium (musée d’archéologie de Neuchâtel). Notre article s’intéresse à l’histoire de la collection entre ces deux moments et aux raisons qui ont présidé à son arrivée aux États-Unis et à son retour en Suisse quelque 130 années plus tard. Exilé aux États-Unis, Arnold Guyot est professeur de géologie et de géographie physique à l’université de Princeton à partir de 1854. Il est chargé de développer le musée de l’université qui comprend de nombreuses collections de géologie et quelques séries archéologiques. C’est dans ce contexte qu’il réunit, à partir de 1875, une collection d’antiquités lacustres qui fut en grande partie achetée au collectionneur Victor Gross. Cette collection témoigne du développement de l’archéologie lacustre dans la région de Neuchâtel dans les années 1870. Elle trouve sa place dans le musée du département de géologie de l’université de Princeton grâce à la conception universaliste du progrès humain qui est celle de l’archéologie préhistorique du xixe siècle. A partir du début du siècle suivant, la préhistoire et la protohistoire refondent leurs concepts ; la collection Guyot possède avant tout une pertinence européenne et sa présence à Princeton devient un écueil à son étude et à sa diffusion. Ce mouvement, nettement amorcé dans les années 1950, aboutit en 2007 à son retour en Suisse. Elle devient aujourd’hui à nouveau un sujet de recherche scientifique et de médiation.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur de cet article tient à remercier pour leur soutien et leur accueil M. Marc-Antoine Kaeser, directeur du Laténium, M. Béat Arnold, archéologue cantonal de Neuchâtel, M. le professeur Michel Egloff, concepteur et premier directeur du Laténium, Mme Gerta Keller, directrice du département de géosciences de l’université de Princeton et de, façon plus générale, l’ensemble des personnes qui ont prêté leur concours à cette étude et plus particulièrement Mme Gianna Reginelli Servais.

1Au début de l’été 2007, trois caisses expédiées par le département de géosciences de l’université de Princeton (New Jersey, Usa) parviennent au quai de livraison du Laténium à Hauterive, près de Neuchâtel (Suisse). Cette arrivée concrétise plus de deux années de négociation et de collaboration entre les deux institutions ; elle clôt également une chronique archéologique de plus de cent trente années. Ces caisses contiennent en effet quelque 2 300 objets « pêchés » à la fin du xixe siècle dans les lacs de Suisse occidentale et achetés en plusieurs lots par un Neuchâtelois exilé aux États-Unis : Arnold Guyot (1807-1884), professeur de géologie et de géographie physique à l’université de Princeton.

2La collection ainsi constituée réunit du mobilier lithique, osseux (faune et industrie), céramique et métallique, et divers restes en matières organiques : objets fabriqués ou vestiges botaniques, charbons de bois… La grande majorité des pièces provient des sites de Bevaix (fig. 1, page suivante) sur le lac de Neuchâtel et de Lüscherz et Mörigen sur le lac de Bienne, ainsi que de plus d’une vingtaine d’autres sites répartis dans la région des Trois-Lacs, l’ensemble de la Suisse et une partie de l’Allemagne. Le mobilier appartient essentiellement au Néolithique et aux âges des métaux – entre 5 000 av. J.-C. et le début de notre ère – mais quelques objets antiques et médiévaux sont également présents. La collection est accompagnée d’un fonds d’archives modeste mais précieux pour comprendre sa constitution et son histoire. Les principaux documents – sur lesquels se fonde en grande partie la présente étude – sont deux listes d’acquisition datées de 1875 et 1876, indiquant souvent le prix de vente des pièces, des extraits de registres d’inventaire réorganisant, en 1877 et 1882, les éléments des documents précédents, un fichier manuel de deux tiroirs rédigé en 1911 (fig. 2), une couverture photographique et un inventaire quasi exhaustifs réalisés entre 1977 et 1979, ainsi que diverses pièces relatant la gestion de la collection au quotidien – correspondance, dossiers administratifs…

3Le « retour » de la collection Guyot n’est pas un acte mémoriel. C’est le résultat logique d’un long processus intellectuel qui traduit un profond changement du statut de la collection dans la pratique archéologique, entre les xixe et xxie siècles. Dès lors, les deux mouvements doivent être considérés comme également pertinents et révélateurs de modes de pensée et de savoir-faire historiquement déterminés.

Fig. 1

Fig. 1

Une infime partie du mobilier du site de Bevaix (NE) après reconditionnement dans les réserves du Laténium

(Cliché N. Coye ; © Laténium)

Fig. 2

Fig. 2

Fichier constituant l’inventaire de la collection Guyot dans son état de 1911. Les fiches dont la première rédaction remonte à cette époque ont par la suite reçu de nombreuses annotations consignant l’histoire des pièces au quotidien

(Cliché Marc Juillard ; © Laténium)

Arnold Guyot, de Neuchâtel à Princeton

4Arnold Guyot (fig. 3) naît en 1807 à Boudevilliers. Il entre au collège de Neuchâtel en 1821 et y fait notamment la connaissance de Frédéric Godet (1812-1900), le futur grand théologien neuchâtelois avec qui il restera lié tout au long de sa vie. C’est d’ailleurs à la théologie que Guyot va tout d’abord se consacrer entre 1825 et 1832, date à laquelle il s’oriente durablement vers les sciences naturelles, tout en conservant une foi fervente et en dédiant une partie de ses très nombreuses activités à la science religieuse. À partir de 1829, il réside à Berlin où, parallèlement à ses études de théologie, il suit les cours de Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831), devient un élève du géographe Karl Ritter (1779-1859) et lie connaissance avec Alexander von Humboldt (1769-1859), qui lui donne libre accès au jardin botanique royal. C’est à ces deux derniers savants qu’il dédie sa thèse de philosophie sur la classification naturelle des lacs, soutenue en 1835 à Berlin. Après quelques années de voyage en Europe, Arnold Guyot revient à Neuchâtel en 1839 et déploie une importante activité au sein de la Société des sciences naturelles. L’année suivante, il est nommé professeur d’histoire et de géographie à l’Académie de Neuchâtel. Pendant huit ans, il va y enseigner, participer aux recherches sur les phénomènes glaciaires, étudier la morphologie des lacs de Neuchâtel et de Morat, et organiser un service météorologique.

  • 1 Le College of New Jersey est créé en 1746. Les cours sont donnés à Elizabethtown, puis Newark, et e (...)

5En mars 1848, les troubles révolutionnaires provoquent la proclamation de la République de Neuchâtel. Le canton rompt ainsi ses derniers liens avec la Prusse et intègre pleinement la confédération helvétique. Ce changement s’accompagne d’une profonde tourmente institutionnelle, conduisant notamment à la dissolution de l’Académie de Neuchâtel. Comme nombre de ses collègues universitaires, c’est aux États-Unis que Guyot va rechercher des conditions favorables à la poursuite de ses travaux. Il quitte Neuchâtel le 3 août 1848 et, pendant six ans, parcourt les États-Unis, donne cours et conférences – dont une partie est publiée dès 1849 sous le titre Earth and Man – et œuvre à l’installation de stations météorologiques. En 1854, le Princeton College1 crée à son intention une chaire de géologie et de géographie physique. Arnold Guyot s’installe donc l’année suivante à Princeton. Désormais, il assure ses enseignements, réalise et publie de nombreuses cartes murales ainsi que plusieurs ouvrages – dont sa Physical Geography (1873) – et développe le musée du College, conçu comme le support indispensable à sa pratique pédagogique.

Fig. 3

Fig. 3

Portrait d’Arnold Guyot à l’époque où il réunit à Princeton la collection d’antiquités lacustres. (Favre 1885)

Le musée de l’université de Princeton

6Profondément marqué par l’empreinte d’Arnold Guyot, le musée de l’université de Princeton est toutefois antérieur à l’arrivée du chercheur neuchâtelois. Une lettre de Louis Agassiz du 2 décembre 1846 mentionne l’existence d’un « musée [qui] referme une collection d’animaux et des ossements fossiles » (Jones 1929 : 57). Celui-ci demeurera du reste essentiellement tourné vers la géologie, admettant des extensions vers l’ethnologie et l’archéologie. Arnold Guyot semble avoir joué, dès son arrivée à Princeton, un rôle important dans son développement. D’une part, les nombreuses courses et excursions qu’il organise à l’intention de ses étudiants lui donnent l’occasion de recueillir échantillons minéraux et fossiles des États-Unis ; d’autre part, il met à profit son réseau et ses voyages en Europe pour compléter la collection par des séries issues de ce continent. Il participe aussi au financement des acquisitions, grâce à ses modestes moyens et en drainant des fonds issus du mécénat. Charles Faure (1884 : 67) et Leonard Chester Jones (1929 : 59) mentionnent ainsi la somme de 600 000 francs donnée en plusieurs fois par William Libbey, ami de Guyot, pour le développement du musée. Cette somme fut consacrée à l’acquisition de collections formant le « E. M. Museum », par référence à Elizabeth March, épouse de Libbey. Les archives de la collection Guyot recèlent plusieurs cartels et étiquettes portant cette mention, ce qui indique qu’une partie des fonds provenant du mécénat de Libbey a été consacrée à l’achat d’antiquités lacustres.

7Dans l’histoire du musée de l’université de Princeton, 1874 est une date importante puisque cette année-là, le musée est réorganisé et installé dans plusieurs salles des ailes est et sud du bâtiment appelé Nassau Hall (Jones 1929 : 59-60). L’ancienne bibliothèque est restaurée et aménagée en une « salle synoptique » qui présente l’histoire de la terre, depuis l’apparition de la vie jusqu’à celle de l’homme, à travers une collection de fossiles venus du monde entier. Une seconde grande salle réunit la collection de roches et fossiles caractéristiques du New Jersey offerte par le State Geological Survey. Une troisième salle, la Swiss Room, accueille plus de 5 000 fragments de blocs erratiques recueillis par Guyot entre 1839 et 1848 et donnés au Princeton College. En 1877, Henry Fairfield Osborn et William Berryman Scott rapportent une importante collection de fossiles de leur première expédition dans l’Ouest (Foltiny & Baird 1977 : 160). Cette série prend place l’année suivante dans une salle « supplémentaire » destinée à recevoir des collections servant de support à un cours de paléontologie : fossiles de vertébrés et invertébrés d’Europe et d’Amérique, ainsi que fossiles du Colorado et du Wyoming.

8Par la suite, Arnold Guyot continue à développer ce qu’il considère désormais comme son musée. Le 29 décembre 1880, il écrit dans une lettre à son ami d’enfance, le théologien neuchâtelois Frédéric Godet :

Mon musée a marché à grands pas cette année. Nous venons d’acquérir pour une somme de $ 15 000 (plus de 60 000 fr.) une magnifique collection de fossiles qui remplit l’aile nouvelle de notre bâtiment [Nassau Hall], que j’avais, l’année dernière, transformée en une seule salle à large galerie, le tout éclairé admirablement d’en haut et sur les côtés et rempli de vitrines. Cette collection est l’œuvre du Prof. Ward, qui, pendant 15 à 17 ans, y a placé tous les meilleurs échantillons qu’il a pu se procurer ici, en Europe et dans tous les continents presque à tout prix. Sous ce rapport, elle est unique. Elle comprend, de plus, des squelettes complets et montés : de l’ours des cavernes, du grand élan d’Irlande, dont les bois mesurent 11 pieds d’une extrémité à l’autre, des Dinornis, etc. […] Tout cela ne laisse pas que de me prendre bien du temps malgré les aides que j’ai. Ma collection de blocs erratiques a une chambre à part et va recevoir sa complète classification et les cartes explicatives. (Bpun, fonds Philippe Godet, Ms 3042bis)

9Parallèlement, le musée conserve des collections archéologiques américaines et européennes. Les biographes de Guyot mentionnent une riche série de poteries péruviennes et mexicaines, ainsi qu’une autre de modèles des ruines des falaises du Sud-Ouest des États-Unis, formée sous la direction du Dr Hayden (Favre 1885 : 72 ; Jones 1929 : 60 ; Foltiny & Baird 1977 : 160). La section archéologique est complétée par une abondante collection provenant des sites lacustres de Suisse occidentale qui s’organise autour d’une maquette représentant une cité lacustre (Foltiny & Baird 1977 : 160).

La constitution de la collection

10Les biographes d’Arnold Guyot (Favre 1885 ; Foltiny & Baird 1977) ont rapporté que la collection d’archéologie lacustre de Princeton a été en grande partie constituée entre 1875 et 1877, sur les conseils d’Édouard Desor (1811-1882), à partir de la collection Victor Gross (1845-1920), médecin et archéologue amateur de la Neuveville qui céda par la suite d’abondantes séries archéologiques pour former le fonds du Musée national suisse, inauguré à Zurich en 1898. Cette hypothèse est très plausible bien qu’elle soit documentée de manière inégale.

  • 2 Aen, fonds Desor : D 33, correspondance reçue : Arnold Guyot (1807-1884).
  • 3 Laténium, fonds Collection Guyot, Correspondance : José Maria de Navarro / Donald Baird, 1963-1974 (...)

11C’est lors d’un séjour à Paris entre 1835 et 1839 qu’Arnold Guyot fait la connaissance d’Édouard Desor, qui travaille alors à la traduction française de la Géographie de Karl Ritter (Kaeser 2004 : 40). Par la suite, les deux hommes, revenus à Neuchâtel, collaborent avec Louis Agassiz (1807-1873), apportant notamment leur contribution à l’étude des phénomènes glaciaires et des blocs erratiques. De cette époque, le fonds Desor des archives de l’État de Neuchâtel conserve deux lettres d’Arnold Guyot datées des 25 juillet et 1er août 1844. Respectivement expédiées de Milan et d’Airolo (Tessin), elles traitent d’observations purement géologiques2. Louis Favre mentionne par ailleurs une lettre envoyée par Édouard Desor, l’année même de son arrivée aux États-Unis en 1847, dans laquelle celui-ci incite Arnold Guyot à le rejoindre sur ce continent où « tout est grandiose » et où on « trouve mille sujets neufs à étudier » (Favre 1885 : 38). Leur relation sera mise à mal par la prise de position de Guyot contre Desor dans le conflit qui oppose ce dernier à Louis Agassiz à la fin des années 1840. Par la suite, les deux hommes n’entretiennent plus que des relations distantes, jusqu’au retour de Desor à Neuchâtel en 1852 (Kaeser 2004 : 64-66, 79, 130). C’est dans ce contexte qu’il aurait été conduit, quelque vingt-cinq ans plus tard, à sélectionner pour la collection Guyot un certain nombre de pièces. Louis Favre rapporte ainsi que les « objets lacustres de l’âge de la pierre et du bronze [acquis par Arnold Guyot] furent choisis avec soin par son ami Desor, heureux de lui rendre ce service » (Favre 1885 : 72). Dans une lettre du 14 décembre 1974 adressée à Donald Baird, alors conservateur du muséum d’histoire naturelle de Princeton, le protohistorien José Maria de Navarro argumente de même à partir de l’étude de deux fourreaux provenant du site de La Tène. Il met en effet en évidence, pour chacun de ces objets, des remontages entre des fragments conservés à Princeton et au musée d’archéologie de Neuchâtel. Ce dernier a remobilisé, à une époque, certaines pièces de la collection Desor. Ces objets pourraient ainsi avoir une origine commune, impliquant, de façon directe ou indirecte, l’intervention d’Édouard Desor3.

12Les relations entre Édouard Desor et Victor Gross sont bien documentées par la correspondance conservée aux archives de l’État de Neuchâtel et l’on pourrait penser que si Desor a servi d’intermédiaire entre Guyot et Gross, c’était également dans un souci de conseiller son collègue de la Neuveville. On chercherait cependant en vain, dans la correspondance échangée entre les deux archéologues, toute référence à Guyot ou à l’université de Princeton.

13Les relations entre Arnold Guyot et Victor Gross ne sont par ailleurs qu’indirectement documentées, puisque les mentions des tractations réalisées entre les deux hommes se trouvent dans la correspondance entre Guyot et Frédéric Godet. Ces éléments gagnent à être croisés avec le fonds « Collection Guyot » du Laténium, ainsi qu’avec les éléments issus de l’étude de la collection elle-même.

  • 4 Laténium, fonds Collection Guyot, inventaire et facture Fellenberg, 1875-1882.

14La liste d’acquisition établie le 2 février 1875 par Edmond de Fellenberg, conservateur du musée de Berne, livre ainsi la constitution du premier lot acheté par Guyot. Elle a été dressée par le « concierge » du musée de Berne « chargé du gouvernement de la vente des objets provenant des fouilles officielles ». Fellenberg a ensuite « fait une révision exacte de la note […] et trouvé la somme de fr. 1.500 exacte, l’emballage y compris4». Pour Stephen Foltiny, qui a révisé, entre 1977 et 1979, l’inventaire de la collection, les pièces mentionnées sur la liste proviennent toutes de la collection Gross, le musée de Berne ayant joué ici le rôle d’un intermédiaire. Si la correspondance adressée à Édouard Desor par Edmond de Fellenberg mentionne de nombreux sites d’où proviennent les pièces de cette liste de février 1875, aucun document ne révèle un quelconque arrangement entre Gross et Fellenberg pour faire parvenir des objets à Arnold Guyot à l’université de Princeton.

  • 5 Bpun, fonds Philippe Godet, Ms 3042bis.
  • 6 Bpun, fonds Philippe Godet, Ms 3042bis.

15En fait, ce sont deux post-scriptum relevés dans des lettres adressées par Arnold Guyot à Frédéric Godet qui conduisent à identifier les pièces de la facture Fellenberg comme issues de la collection Gross. Le 6 avril 1875, Guyot écrit : « Si par hasard, tu voyais Dr Gross qui m’a envoyé une si belle collection lacustre, voudrais-tu le prier de ne pas continuer son mutisme. À réception de la collection, je lui ai envoyé une traite de 1 500 fr. dont je n’ai pu encore obtenir un reçu, malgré deux lettres ; en sorte que je ne sais si elle est arrivée5. » Quelques jours plus tard, le 13 avril 1875, il rectifie : « J’ai enfin reçu une lettre du Dr Gross – tout est en règle6. »

  • 7 Laténium, fonds Collection Guyot, « Dr Victor Gross coll. », 1876-1911, 1977-1979.

16Les archives documentant la collection conservent une autre liste d’acquisitions où le nom de Victor Gross apparaît cette fois-ci en toutes lettres, puisque le document7 s’intitule : « Liste des objets contenus dans la caisse envoyée par le Dr Gros [sic] et ouverte le 27 novembre 1876 ». La transaction se monte à une somme de 1 664 francs arrondie à 1 600 francs.

  • 8 Bpun, fonds Philippe Godet, Ms 3042bis.

17Une dernière mention apparaît dans la lettre précédemment citée adressée par Guyot à Frédéric Godet le 29 décembre 1880. Elle indique qu’un troisième lot d’objets aurait été acquis de Victor Gross peu avant cette date : « J’ai de plus ajouté au département archéologique une collection de 3 500 fr. du docteur Grossz8. » Aucun document ne fournit la liste de ce troisième lot, d’une valeur pourtant supérieure aux deux autres réunies.

  • 9 Aen, fonds Desor, D 32.

18La collection elle-même peut être mise en perspective avec les documents d’archives afin d’identifier les pièces ayant appartenu à la collection Gross avant d’intégrer la collection Guyot au musée de Princeton. Dans sa correspondance avec Édouard Desor, Victor Gross sollicite fréquemment son collègue pour identifier ou diagnostiquer les pièces qu’il a récemment acquises. Une lettre du 4 septembre 1873 permet ainsi d’identifier un objet enregistré dans le fichier de 1911 sous la référence 1123. Il s’agit d’un objet d’époque historique, peut-être même très récent, dont Gross dresse un croquis et qu’il décrit comme : « 3. Une boucle de ceinturon de Nidau-Steinberg en bronze. Je n’ai pas encore vu de pièce analogue. – Je l’ai achetée à un pêcheur Kopp de Nidau avec plusieurs objets en fer trouvés à Vigneules9. »

19L’objet a ainsi été pêché par Hans Kopp en 1873, vendu à Victor Gross et soumis pour expertise à Édouard Desor. Par la suite, nous perdons sa trace puisqu’il ne figure pas sur les listes d’acquisition de 1875 et 1876 et que les inventaires partiels de 1877 et 1882 ne permettent pas davantage de l’identifier. Il réapparaît toutefois avec certitude sur l’inventaire de 1911 et sur la révision de Foltiny en 1977-1979.

20Une autre source permet d’identifier des pièces de la collection Guyot provenant de la collection Gross. Il s’agit d’une publication datant de 1878 et intitulée : Deux stations lacustres : Moeringen et Auvernier, époque du Bronze (Gross 1878). Cet ouvrage se présente sous la forme d’un album de 12 planches de grand format figurant uniquement des pièces de la collection personnelle de Victor Gross. Stephen Foltiny l’a sans doute utilisé à la fin des années 1970 pour identifier les pièces provenant de la collection Gross. De fait, plusieurs objets figurant dans l’album se retrouvent aujourd’hui au Laténium dans la collection Guyot. Archives et collection recèlent ainsi plusieurs indices confirmant la tradition historiographique qui situe dans la collection Gross les origines de la collection Guyot. Des zones d’ombre subsistent toutefois, notamment en ce qui concerne le contenu exact du dernier lot acquis par Princeton vers 1880 et la nature du rôle joué par Édouard Desor dans l’ensemble des transactions.

Une collection lacustre suisse aux États-Unis

21Si l’on s’interroge sur les raisons de la présence au xixe siècle d’une collection d’antiquités lacustres suisses dans une université de géologie aux États-Unis, les réponses peuvent être formulées à différents niveaux. La date d’arrivée de la collection et la biographie d’Arnold Guyot constituent toutefois deux éléments importants.

22Au début des années 1870 Arnold Guyot, qui a dépassé la soixantaine, est en butte à des problèmes de santé. Sa correspondance avec Frédéric Godet montre comment, à partir de cette date, il réduit progressivement ses cours pour se consacrer à d’autres tâches relevant notamment des domaines de la publication et de la diffusion. C’est dans ce contexte que se produit en 1874 la réorganisation du Nassau Hall dont plusieurs salles sont destinées à accueillir les collections d’histoire naturelle et d’archéologie. Ce chantier muséographique qui constitue un enjeu capital pour le College semble avoir tout d’abord constitué une charge non voulue par Arnold Guyot, ce qu’il exprime clairement dans une lettre à Frédéric Godet du 6 avril 1875 :

Merci du conseil que tu me donnes de ne pas dissiper mes forces, celles qui me restent. Je t’assure que j’en ai bien l’intention, & cependant il semble que les démarches se multiplient & paraissent toujours plus impératives. J’ai réduit mon enseignement à trois mois en abandonnant mille dollars de mes appointements, pour avoir mon temps & voilà un musée à édifier qui me tombe sur le dos & que le collège perd si je n’accepte pas la tâche. Toutefois, j’espère en sortir mais un peu tard, comme toujours.

(Bpun, fonds Philippe Godet, Ms 3042bis)

  • 10 Bpun, fonds Philippe Godet, Ms 3042bis : lettres d’Arnold Guyot à F. Godet, 10 décembre 1876 ; 7 dé (...)
  • 11 Bpun, fonds Philippe Godet, Ms 3042bis : lettre d’Arnold Guyot à F. Godet, 24 juin 1857.

23Imposé par des circonstances apparemment extérieures, le développement du musée va toutefois rapidement constituer pour lui une mission si importante qu’il va s’y identifier, employant l’expression « mon musée » pour parler de celui-ci dans ses lettres à Frédéric Godet10. Cette appropriation explique pourquoi l’acquisition d’importantes séries géologiques va trouver un prolongement logique dans l’ajout de séries provenant des sites lacustres de Suisse occidentale à la collection archéologique américaine. Le choix d’une telle thématique n’est en effet pas étonnant de la part d’un chercheur qui a conservé avec sa patrie d’origine de nombreux liens qu’une abondante correspondance et trois voyages lui ont permis d’entretenir. Les lettes adressées à Frédéric Godet sont souvent empreintes d’une profonde nostalgie : « Si Dieu me retient toujours dans le Nouveau Monde malgré mon espoir de chaque année de vous revoir tous, mes chers amis, il me permet au moins de vous envoyer des amis qui peuvent vous parler de celui que vous devez tous croire muet à toujours11. » Ajouter une collection lacustre à la section d’archéologie de son musée est sans doute aussi pour Arnold Guyot une façon de s’approprier intellectuellement une appartenance identitaire dont les circonstances l’ont éloigné contre son gré. C’est du reste de 1874 que date son dernier voyage en Europe ; par la suite, il ne reviendra plus dans sa patrie d’origine.

24L’arrivée de collections lacustres de Suisse occidentale à Princeton relève également de causes contingentes. Quel que soit le rôle exact qu’a pu jouer Édouard Desor dans les transactions, c’est le réseau neuchâtelois qui est à l’œuvre. Dès lors, l’origine géographique des pièces s’imposait d’elle-même ; d’autant plus que les années 1870 correspondent à une période de développement important de l’archéologie lacustre dans le canton de Neuchâtel, en relation avec les travaux de la première correction des eaux du Jura. À partir de 1868, des travaux de génie civil de grande ampleur sont entrepris dans la région des Trois-Lacs. Ils vont entraîner, en l’espace d’une vingtaine d’années, une baisse de 2,5 m du niveau des lacs de Bienne, Neuchâtel et Morat, exondant et rendant progressivement accessibles de nombreux sites lacustres (Reginelli Servais 2007 : 40-41).

25Au milieu des années 1870, de nombreuses conditions sont ainsi réunies pour que le musée de Princeton fasse l’acquisition d’une collection lacustre de plus de 2 300 pièces. Ce chiffre est considérable mais ne représente toutefois qu’un faible investissement financier. La lettre d’Arnold Guyot du 29 décembre 1880 mentionne une valeur de 60 000 francs pour une seule collection de fossiles, alors que l’ensemble de la collection lacustre ne représente – d’après les listes d’acquisitions et les correspondances qui nous sont parvenues – qu’un montant de 6 600 francs, soit environ dix fois moins.

La pertinence de la collection

26L’arrivée de la collection lacustre suisse à Princeton est ainsi, en grande partie, le résultat d’une conjonction de facteurs favorables. Ceux-ci auraient toutefois été inopérants si la science géographique d’Arnold Guyot n’avait pas offert une configuration des savoirs conforme à l’intégration d’une telle série dans un musée de géologie. Activité pédagogique et développement du musée relèvent chez lui d’une même démarche : les deux s’illustrent et se nourrissent mutuellement. C’est donc dans le programme d’enseignement que l’auteur a rédigé pour son cours d’histoire et de géographie, à l’époque de la première Académie de Neuchâtel, que se trouve l’arrière-plan théorique encore à l’œuvre au moment où il concentre ses efforts sur l’enrichissement du musée de Princeton :

Quelles sont maintenant les branches de cette science si étendue que l’on doit faire entrer dans le cadre des études humanitaires et académiques ? […] Il ne doit plus être permis aujourd’hui à un homme censé avoir fait de bonnes études, ou simplement à l’homme de bonne éducation, d’ignorer les lois qui régissent notre système solaire, d’être étranger aux explications que donne la science des accidents de la croûte terrestre et des grands phénomènes qu’il a journellement dans les yeux. Il ne peut plus ignorer décemment la position, la forme, la nature, les productions, les habitants [sic], les mœurs, le degré de civilisation et les ressources des diverses contrées du globe, qu’il est appelé peut-être à parcourir, dont il entend parler sans cesse, où s’agitent souvent les questions politiques, industrielles ou commerciales les plus graves. Veut-il étudier l’histoire ? À chaque pas il sentira, je ne dis pas l’utilité, mais la nécessité de connaissances géographiques exactes et bien assises pour réussir dans cette étude. (Cité dans Schaer 1988 : 206)

27Pour Guyot, géographie – lato sensu – et histoire sont ainsi dans une continuité parfaite, en ce qu’elles relèvent d’une même approche anthropologique. La planète, le paysage, l’objet fabriqué et l’ensemble des procédures que ces objets d’étude mettent en œuvre concourent à une connaissance unitaire de l’humanité dont la portée scientifique et morale constitue un facteur d’enrichissement de chaque être humain. Dans sa dimension nationale, la collection lacustre suisse donne un éclairage particulier sur la portée anthropologique de la culture matérielle. Elle prend ainsi part, aux côtés des séries péruviennes et mexicaines, à la démonstration de la cohérente diversité du monde. De ce point de vue, elle n’est pas moins pertinente que la collection de fragments de blocs erratiques de la Swiss Room, avec laquelle nous devons la comprendre en continuité.

28Par ailleurs, elle est également porteuse d’un message scientifique à valeur universelle, celui de l’évolution technique, à mettre en perspective avec les idées philosophiques de l’auteur. Profondément religieux, Guyot investit de la puissance créatrice divine le continuum qu’il retrace entre le monde et l’homme, entre le macrocosme géologique et le microcosme historique.

L’idée constante qui a dirigé le Prof Guyot dans l’arrangement des fossiles a été de les distribuer et arranger de telle sorte qu’ils puissent être examinés par les étudiants comme un livre ouvert où ils puissent lire d’un coup d’œil l’histoire de la Création depuis la première apparition de l’être vivant jusqu’à celle de l’homme.

(Bpun, fonds Louis Favre, Ms.1823 : Sandoz Ernest. Notes sur la vie et les travaux du prof. Guyot en Amérique traduites par Léo Lesquéreux, f° 10.)

29Dans cette conception unitaire du monde et de l’homme, l’archéologie a son rôle à jouer en ce qu’elle retrace – dans le programme défini au xixe siècle – une évolution technique qui prolonge la trajectoire géologique et biologique. Illustrant le système des trois âges, les collections lacustres suisses acquièrent une valeur démonstrative dépassant largement leur dimension nationale. Elles constituent le support privilégié d’une démonstration à valeur universelle. À ce titre, elles délivrent un enseignement dont la pertinence n’est pas moindre à Princeton qu’à Neuchâtel.

Une collection en exil

  • 12 Bpun, fonds Louis Favre, Ms. 1823 : Sandoz Ernest. Notes sur la vie et les travaux du prof. Guyot e (...)

30Après la disparition d’Arnold Guyot en 1884, le musée maintient son activité sans toutefois connaître d’acquisitions importantes. La notice biographique rédigée par Ernest Sandoz, neveu de Guyot, indique que le musée appartient alors en propre au College et que son directeur est « un jeune professeur instruit sous la direction du Prof. Guyot et préparé ainsi à en prendre charge après sa mort12. » Les années qui suivent constituent le temps des hommages et des célébrations. Le 10 juin 1890, un bloc erratique de 5 tonnes est acheminé, grâce au produit d’une souscription, des environs de Neuchâtel à Princeton. Il prend place devant Nassau Hall, à l’exception d’une partie détachée du bloc principal qui est installée dans la chapelle du CollegeMarquand Chapel – pour servir de support à une plaque commémorative. Deux ans plus tard, c’est au tour de Neuchâtel de rendre hommage à Arnold Guyot : un monument à sa mémoire est inauguré le 6 mai 1892, pour la célébration du 25e anniversaire de l’ouverture des cours de la Nouvelle Académie (Jones 1929 : 108-113). Cette célébration conduit ainsi à renouer le fil du temps saluant la mémoire d’une personnalité de la première Académie, tandis que la volonté de Princeton de s’associer à cette manifestation souligne le « trait d’union » qui relie Ancien et Nouveau Mondes dans le développement du savoir scientifique.

31Mais la date capitale dans l’histoire de la collection après le décès de Guyot est 1909, année de l’inauguration du Guyot Hall. Ce bâtiment d’une surface totale de 7 900 m2 a été financé par le philanthrope Cleveland H. Dodge qui avait obtenu le diplôme de bachelier ès arts à Princeton en 1879. C’est bien évidemment un hommage supplémentaire rendu aux travaux et à la personnalité d’Arnold Guyot, mais c’est également un signe que les temps ont changé et que le statut de sa collection est appelé à évoluer. D’une part, Guyot Hall n’est pas un écrin formé autour de la collection ; c’est un bâtiment conçu pour répondre à diverses fonctionnalités de la recherche et de l’enseignement qui comporte, outre le musée qui n’occupe en rez-de-chaussée qu’un quart de la surface utile, une aula, une bibliothèque, des salles de cours et des laboratoires (Jones 1929 : 115). D’autre part, dans le musée même, les collections Guyot sont regroupées avec l’ensemble des autres collections de l’université. L’inauguration du Guyot Hall est ainsi, en même temps, une consécration de l’œuvre de Guyot et le début de la banalisation de ses collections, prélude à leur disqualification.

32Les archives qui les accompagnent comportent une importante lacune chronologique. Si le fichier manuel de 1911 fixe une image précise de la série, les documents qui suivent remontent au début des années 1960. À cette date, la collection a radicalement changé de statut, ce qui apparaît clairement dans la correspondance échangée entre divers chercheurs américains ou européens et Donald Baird.

  • 13 Laténium, fonds Collection Guyot, Correspondance : Stephen Foltiny / Emil Vogt, 1964-1966.
  • 14 Laténium, fonds Collection Guyot, Correspondance : Stephen Foltiny / Emil Vogt, 1964-1966.

33Ce nouveau statut se manifeste tout d’abord dans un changement de situation matérielle de la collection. Dans une lettre du 10 mars 1965 adressée à Emil Vogt, directeur du musée national suisse, Stephen Foltiny précise que la collection Guyot n’est alors plus exposée13. Le changement est également perceptible à travers le regard que les chercheurs portent sur elle et les attentes qu’ils expriment à son égard. L’abondante correspondance entre Baird et José Maria de Navarro14 montre à quel point la localisation de la série à Princeton est avant tout perçue comme un facteur compliquant le travail d’inventaire et de description, en vue d’une mise en contexte dans un ensemble foncièrement européen. Ce cas n’est pas isolé ; la correspondance arrivée à Princeton durant les années 1970 se focalise sur les questions d’accès à l’information, à travers la publication des objets et la réalisation d’une couverture photographique intégrale. Celle-ci va d’ailleurs être réalisée à la fin de la décennie par Paul J. F. Schumacher, en lien avec la révision de l’inventaire conduite par Stephen Foltiny. Ce dernier est diplômé des universités de Szeged (Hongrie) et Vienne (Autriche), puis associé à l’université de Princeton et au Metropolitan Museum of Art de New York ; son domaine de recherche est clairement centré sur l’Europe, et c’est à ce titre qu’il s’intéresse à la collection Guyot dont il s’attache à retracer également l’histoire en collaboration avec Donald Baird (Foltiny & Baird 1977 : 159).

  • 15 Laténium, fonds Collection Guyot, Correspondance : Musée national suisse, 1969-1972 ; Correspondanc (...)

34Sans remettre en cause la conservation matérielle de la collection à Princeton, la communauté archéologique exprime ainsi l’idée que c’est dans le contexte de la pré- et protohistoire européenne que celle-ci fait sens. Les démarches entreprises par les musées suisses vont dans la même direction : le Musée national envoie plusieurs demandes de renseignements dans le contexte d’un inventaire des collections archéologiques suisses à l’étranger, et plus particulièrement aux États-Unis15. Si l’intérêt scientifique de la collection d’antiquités lacustres réunie par Arnold Guyot n’est pas remis en cause, son statut est ainsi profondément modifié. Un siècle après son arrivée à Princeton, elle ne possède plus de pertinence scientifique ni même de pouvoir de démonstration. C’est une collection en exil, devenue témoin historique d’une démarche scientifique disqualifiée.

Le retour de la collection

  • 16 Les lignes qui suivent s’appuient sur une entrevue conduite avec M. Egloff au Laténium en mars 2008 (...)

35Au début des années 2000, un projet d’extension et de réaménagement du département de géosciences de l’université de Princeton fait courir un grave danger à la collection. Le département a besoin d’espace et sa directrice, Gerta Keller, développe un projet d’établissement dans lequel la collection Guyot n’a aucune place. À l’occasion d’une réunion en vue de l’organisation à Neuchâtel d’un colloque de paléontologie, elle prend contact avec Michel Egloff, alors directeur du Laténium, par l’intermédiaire de Thierry Adatte, professeur de géologie à l’université de Neuchâtel16. Dès ce premier contact, Gerta Keller exprime sa conviction que la collection doit revenir à Neuchâtel. Dans cette perspective, le Laténium constitue bien évidemment le lieu d’accueil idéal, la collection Guyot s’insérant dans une politique d’acquisition parfaitement cohérente de collections anciennes.

36Début 2006, le processus s’amorce. Michel Egloff effectue un premier voyage aux États-Unis pour expertiser la série, composer des lots d’objets à rapatrier ou à laisser sur place et commencer l’emballage des pièces. En accord avec Gerta Keller, il décide que les artefacts lourds et volumineux comme le mobilier de broyage – meules et molettes – seront laissés sur place. De la même façon, la faune est triée et un important lot d’ossements – souvent sans origine précise – est écarté ; il a aujourd’hui intégré les collections d’étude du département de zoologie de l’université de New York. Commence alors le pointage et l’emballage de la plus grande partie de la collection destinée à prendre le chemin de la Suisse. Lorsque Michel Egloff quitte Princeton, un chercheur du département qui l’a assisté dans les opérations d’expertise poursuit l’emballage et la mise en caisse en vue de l’expédition.

37Parallèlement, le dossier administratif avance, aussi bien à Neuchâtel où Michel Egloff reçoit le soutien des autorités culturelles de l’État, qu’à Princeton où Gerta Keller accomplit les démarches en vue du transfert juridique qui prendra la forme d’un dépôt permanent (permanent loan). La question financière se règle de même : Princeton prend à sa charge l’intégralité des frais d’emballage, de transport et d’assurance liés à l’expédition.

38Après un séjour de Gerta Keller à Neuchâtel, qui la conduit à visiter le Laténium, future institution d’accueil de la collection, et un deuxième voyage de Michel Egloff à Princeton, l’emballage qui a suivi son cours est achevé. La collection, accompagnée de son inventaire et de ses archives, est conditionnée dans trois caisses prises en charge par Béat Arnold, archéologue cantonal de Neuchâtel, qui assure leur convoiement et leur rapatriement au début de l’été 2007. Le déballage est réalisé en plusieurs fois dans les mois qui suivent par l’équipe de l’office cantonal et du musée. Cent trente ans après son arrivée à Princeton, la collection Guyot revenue en Suisse retrouve une pertinence scientifique et entame une nouvelle carrière (fig. 4).

Fig. 4

Fig. 4

« Retour d’Amérique », installation muséographique temporaire dans le hall du Laténium : les caisses ayant servi au transport sont transformées en vitrines pour évoquer l’arrivée et le déballage de la collection Guyot ; août 2008

(Cliché N. Coye ; © Laténium)

Haut de page

Bibliographie

Aen – Archives de l’État de Neuchâtel, fonds Édouard Desor (1811-1882)

Bpun – Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, fonds Louis Favre (1822-1904)

Bpun – Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, fonds Philippe Godet (1850-1922)

Laténium, Hauterive (NE), fonds Collection Guyot (1807-1884)

Faure, Ch. 1884. Notice sur Arnold Guyot, 1807-1884. Genève, Impr. Ch. Schuchardt, 72 p.

Favre, L. 1885. « Arnold Guyot (1807-1884) », Musée neuchâtelois, t. 22 : 7-14, 33-41, 65-75.

Foltiny, St. & D. Baird. 1977. « European artifacts in Princeton », Archaeology, vol. 30, 3, mai : 158-165.

Gross, V. 1878. Deux stations lacustres : Moeringen et Auvernier, époque du Bronze. Neuveville, Impr. A. Godet, 12 pl.

Jones, L. Ch. 1929. Arnold Guyot et Princeton. Neuchâtel, Secrétariat de l’Université (Recueil des travaux publiés par la faculté des lettres, fasc. 14), 125 p.

Kaeser, M.-A. 2004. L’univers du préhistorien. Science, foi et politique dans l’œuvre et la vie d’Édouard Desor (1811-1882). Paris, L’Harmattan (Histoire des sciences humaines), 621 p., 20 fig.

Reginelli Servais, G. (dir.). 2007. La Tène, un site, un mythe, 1. Chronique en images (1857-1923). Neuchâtel, Office et musée cantonal d’archéologie (Archéologie neuchâteloise, 39), 204 p.

Schaer, J.-P. 1988. « Arnold-Henri Guyot, géographe, géologue et pédagogue », in : Université de Neuchâtel, Histoire de l’université de Neuchâtel, 1. La première Académie, 1838-1848. Hauterive, Gilles Attinger : 199-221.

Haut de page

Notes

1 Le College of New Jersey est créé en 1746. Les cours sont donnés à Elizabethtown, puis Newark, et enfin Princeton à partir de 1756. En 1896, Princeton College devient Princeton University (Jones 1929 : 29).

2 Aen, fonds Desor : D 33, correspondance reçue : Arnold Guyot (1807-1884).

3 Laténium, fonds Collection Guyot, Correspondance : José Maria de Navarro / Donald Baird, 1963-1974 et recherches en cours de Gianna Reginelli Servais.

4 Laténium, fonds Collection Guyot, inventaire et facture Fellenberg, 1875-1882.

5 Bpun, fonds Philippe Godet, Ms 3042bis.

6 Bpun, fonds Philippe Godet, Ms 3042bis.

7 Laténium, fonds Collection Guyot, « Dr Victor Gross coll. », 1876-1911, 1977-1979.

8 Bpun, fonds Philippe Godet, Ms 3042bis.

9 Aen, fonds Desor, D 32.

10 Bpun, fonds Philippe Godet, Ms 3042bis : lettres d’Arnold Guyot à F. Godet, 10 décembre 1876 ; 7 décembre 1877.

11 Bpun, fonds Philippe Godet, Ms 3042bis : lettre d’Arnold Guyot à F. Godet, 24 juin 1857.

12 Bpun, fonds Louis Favre, Ms. 1823 : Sandoz Ernest. Notes sur la vie et les travaux du prof. Guyot en Amérique traduites par Léo Lesquéreux, f° 10.

13 Laténium, fonds Collection Guyot, Correspondance : Stephen Foltiny / Emil Vogt, 1964-1966.

14 Laténium, fonds Collection Guyot, Correspondance : Stephen Foltiny / Emil Vogt, 1964-1966.

15 Laténium, fonds Collection Guyot, Correspondance : Musée national suisse, 1969-1972 ; Correspondance : expéditeurs divers, 1963-1977.

16 Les lignes qui suivent s’appuient sur une entrevue conduite avec M. Egloff au Laténium en mars 2008 ainsi que sur le dossier de la transaction entre l’université de Princeton et le Laténium.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Une infime partie du mobilier du site de Bevaix (NE) après reconditionnement dans les réserves du Laténium
Crédits (Cliché N. Coye ; © Laténium)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 2
Légende Fichier constituant l’inventaire de la collection Guyot dans son état de 1911. Les fiches dont la première rédaction remonte à cette époque ont par la suite reçu de nombreuses annotations consignant l’histoire des pièces au quotidien
Crédits (Cliché Marc Juillard ; © Laténium)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/752/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 3
Légende Portrait d’Arnold Guyot à l’époque où il réunit à Princeton la collection d’antiquités lacustres. (Favre 1885)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/752/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 4
Légende « Retour d’Amérique », installation muséographique temporaire dans le hall du Laténium : les caisses ayant servi au transport sont transformées en vitrines pour évoquer l’arrivée et le déballage de la collection Guyot ; août 2008
Crédits (Cliché N. Coye ; © Laténium)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/752/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noël Coye, « Histoire d’un aller et retour », Les nouvelles de l'archéologie, 117 | 2009, 19-26.

Référence électronique

Noël Coye, « Histoire d’un aller et retour », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 117 | 2009, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/752 ; DOI : 10.4000/nda.752

Haut de page

Auteur

Noël Coye

Conservateur du patrimoine, Traces – Umr 5608, ministère de la Culture et de la Communication
noel.coye@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org