Navigation – Plan du site
Dossier : Collections, musées, paysages. Trois entrées du discours archéologique

Musées de site sous influence

Harmoniser les valeurs tangibles et intangibles
Anne Nivart et Annette Viel
p. 13-19

Résumés

La particularité du processus de muséalisation en archéologie réside dans un rapport particulier et complexe au site. Á l’aide d’exemples de projets de musées, nous tenterons de démontrer qu’à sa manière, le processus de muséalisation a, de tout temps, intégré les enjeux attenants à l’archéologie, à savoir le site, les vestiges, les acteurs, et ce jusqu’aux fonctions muséales elles-mêmes retenant également comme influence majeure les représentations et les attentes que les acteurs du processus ont de l’institution et du projet.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

archéologie, exposition, muséalisation, musée, site
Haut de page

Texte intégral

Des lieux, des traces, des hommes

  • 1  En 2003, sous l’égide de l’Unesco est publiée une convention pour la sauvegarde du « patrimoine cu (...)
  • 2  Cette problématique n’est pas uniquement le lot de l’archéologie mais se retrouve dans l’ensemble (...)

1Science de terrain, l’archéologie construit son patrimoine autour des traces découvertes in situ dans un territoire investi par les professionnels (Delporte 1984). Fouille, étude, interprétation et diffusion sont autant d’étapes inhérentes menant à la reconstitution de l’histoire sédimentée dans ces lieux devenus « patrimoine ». La recherche en archéologie participe à la constitution d’une culture matérielle, elle-même vecteur et support d’une culture immatérielle1. En effet, des enjeux, des valeurs et des intérêts d’ordre politique, commémoratif, public voire économique, émergent et interférent tout au long du processus de valorisation patrimoniale. Entre vestige et culture, entre site et civilisation, l’archéologie se situe au cœur d’une double problématique de négociation entre des valeurs matérielles et des enjeux immatériels2.

  • 3  Selon la définition de l’Icom (Conseil international des musées), « [l]e musée est une institution (...)

2La muséologie de l’archéologie (Desrosiers 2005 ; Nivart 2004) – englobant des établissements muséaux stricto sensu ou des sites aménagés3 – permet d’analyser et de comprendre les valeurs investies dans le processus de patrimonialisation (Rutschowski & Heude 1990 : 481-483). En effet, l’histoire des sites et de leur valorisation révèle des expressions et des intérêts culturels des hommes qui les ont façonnés. Leur analyse et leur mise en valeur favorisent l’émergence d’autres facettes inscrites dans une histoire certes moins officielle et moins apparente, mais significative de l’époque où ils ont été créés.

3La décision de muséaliser un site de fouille induit une négociation autour d’intérêts divergents, et le basculement d’une logique de recherche vers une démarche de projet culturel. Nous retenons comme facteur majeur d’influence les représentations et les attentes qu’ont les acteurs du processus de l’institution et du projet. Comment se construit cette histoire négociée à même la trace par l’ensemble des acteurs ?

Le champ contemporain de l’archéo-muséologie 

4Les enjeux culturels qui caractérisent le processus de création d’une institution muséale apparaissent dès la prise de décision : un projet qui deviendra alors l’objet d’une négociation constante au gré de son avancée (Mairesse 2002). Le déterminisme des motivations des initiateurs du projet est d’autant plus crucial en archéologie que ce type muséal s’inscrit dans un ancrage local et dans un rapport complexe au site (Farkoa 1998 :63-69 ; Barbet 1988 : 44-46 ; Barruol & Poinssot 1987 : 106-113). Cette territorialité revendiquée du musée d’archéologie se traduit notamment par la référence scientifique à un ou plusieurs sites de fouilles ainsi que par la présence affirmée des fouilleurs (Nivart 2005 : 81-85).

5Nous proposons d’aborder quelques-uns des aspects caractérisant la problématique engendrée par les multiples interactions qui se tissent entre les hommes, les objets et les lieux de l’archéologie. Nous avons structuré notre propos en deux parties. La première aborde la diversité des interactions des acteurs-fouilleurs sur le suivi de projet. Quels sont les valeurs et les enjeux qu’ils consentent et investissent dans le musée ? Notre analyse prend appui sur la procédure chronologique de création du musée depuis la fouille jusqu’au moment où sont envisagées les modalités de la mise en exposition des résultats. Les exemples donnés dans cette partie sont issus d’une pratique française.

6Le musée est aujourd’hui envisagé comme un espace médiatique public et social, un forum d’idées et de controverses alimenté par l’investissement et la participation de l’ensemble des publics (Desvallées 1994 et 1992). Aussi, dans la seconde partie, nous abordons le processus de patrimonialisation au regard du contexte social contemporain. Les champs d’investigation de l’archéologie se sont considérablement diversifiés, outrepassant les clivages disciplinaires et chronologiques (Burnouf & Journot 2004). À travers l’exemple d’un site canadien, nous verrons que les gestionnaires du projet ont dû aussi négocier avec les habitants de la région. Acteurs de site et acteurs de société affirment, à cette occasion, leurs représentations du lieu, de l’histoire culturelle corrélée et de l’institution muséale. Le projet de musée peut-il faire abstraction du pouvoir de sa propre image, tout autant que de l’imaginaire vécu ou recréé du site ?

Une collection pour conserver la mémoire culturelle

7Existerait-il autant de musées que de sites archéologiques répertoriés ? Cette interrogation musée/site stigmatise une réalité française, où nombre de petites structures consacrées à l’archéologie ponctuent le paysage patrimonial. La multiplication des musées d’archéologie constitue bien souvent une réponse locale à la conservation d’objets issus de fouilles. L’exemple d’un musée de préhistoire en Languedoc illustre la présence en continu du fouilleur et son implication scientifique sur l’orientation du projet de mise en valeur.

Le musée de la préhistoire des Matelles : survivre au « père fondateur »

8Le musée de la préhistoire des Matelles (Hérault) s’inscrit dans cette lignée d’institutions résultant de l’enthousiasme et de l’investissement d’une érudition locale (Chaline 1995). Dès 1952, les frères Pannoux, originaires de ce village situé à une vingtaine de kilomètres de Montpellier, firent part à la municipalité de leur volonté de créer un musée pour conserver et montrer les vestiges qu’ils avaient exhumés, arguant que son rattachement à l’université de Montpellier lui conférerait la crédibilité scientifique d’un centre de recherche. La communauté préhistorique régionale soutint le projet qui privilégiait la conservation in situ des vestiges et facilitait ainsi leur étude. Cependant, la direction des Musées de France (Dmf) émit des doutes sur la viabilité du projet tant d’un point de vue financier qu'en raison de sa situation géographique excentrée. Cette opposition témoigne de deux conceptions différentes du musée. L’une, centrée sur l’objet, appréhende le lieu comme un laboratoire de recherche et un dépôt, l’autre envisage le musée comme un établissement culturel à gérer et à pérenniser.

9Le musée de préhistoire des Matelles ouvrit ses portes au milieu des années 1950. Vingt ans plus tard, après la disparition des frères Pannoux, la commune demanda la mise sous tutelle administrative et scientifique du musée qui est dorénavant géré par la conservation départementale des musées de l’Hérault (Girard 2000 : 28 ; Gigou 1992 : 3-9).

10Créé pour répondre à un besoin de stockage de matériel d’étude et de valorisation sociale et scientifique, ce musée de chercheurs ne répondait plus aux nouvelles exigences de gestion culturelle, d’où sa mise sous tutelle départementale. Ce changement important de politique ne pouvait se faire du vivant des fouilleurs, dont l’autorité était garantie par un fonctionnement administratif et scientifique autarcique.

Le musée d’archéologie, une institution investie du devoir de mémoire 

11À l’exemple du musée de préhistoire des Matelles, la création des musées d’archéologie découle d’une forte activité de fouilles et de prospections. Les fouilleurs en sont les principaux acteurs et participent souvent activement à défendre le projet dont ils sont les initiateurs, en en construisant l’argumentation scientifique : l’archivage des vestiges et la diffusion des résultats acquis. La conservation des vestiges pour étude est invoquée au nom de l’intérêt de la science et de la nécessité de conserver des témoins matériels d’une culture disparue, de garder la mémoire inscrite au cœur de la terre fouillée et de son paysage environnant. Leur objectif est de légitimer l’institutionnalisation des objets et des recherches. Ces motivations masquent une réalité plus complexe où se conjuguent désir individuel et commémoration collective. La conservation et la valorisation au sein d’un musée d’objets issus des fouilles constituent une forme de reconnaissance institutionnelle pour les chercheurs qui les ont mis au jour. La muséalisation des collections assure la commémoration de leur activité scientifique à défaut d’une reconnaissance ou d’une légitimité d’envergure nationale.

12L’expérience du musée de préhistoire des Matelles est intrinsèquement liée à la recherche et plus encore à la personnalité d’un fouilleur. Sa conception et sa gestion entérinent une idée datée et utilitariste du musée. Après la disparition des « pères fondateurs », la légitimité et le devenir de l’établissement demeurent des problématiques d’actualité.

Une exposition pour argumenter et communiquer

13Les musées de préhistoire de Tautavel et d’Île-de-France à Nemours, créés à la charnière des années 1970-1980, furent les pionniers du renouveau culturel qui a caractérisé les trente dernières années. La gestion de ces projets illustre également l’intégration des enjeux sociaux et culturels inhérents à tout processus de muséalisation ainsi que l’implication différente des archéologues dans le processus. Ces musées semblent en tout point antagonistes : musée de site contre musée de synthèse. Ils témoignent pourtant tous les deux d’un processus patrimonial légitimé par un site d’exception tant par son ancienneté que par la qualité des résultats obtenus. La mise en exposition, outre ses contraintes propres (Davallon 1999), a intégré les caractères identitaires du site et la méthodologie de l’équipe scientifique qui l’a fouillé dans les plans architecturaux et plus encore dans les scénographies des expositions permanentes.

Tautavel : avant d’être un musée, il est un site…

  • 4  Il s’agissait alors des plus anciens ossements humains fossiles européens. Depuis, des découvertes (...)
  • 5  En 1976, le site de Terra-Amata, découvert lors de la construction d’un immeuble près du port de N (...)
  • 6  6. La présentation d’origine était novatrice par la complémentarité de moulages de sols archéologi (...)

14La présence du site préhistorique de la Caune de l’Arago (Pois 1998 ; Dossiers de l’archéologie 1979), et plus encore les découvertes successives d’ossements humains (mise au jour en 1969 d'un crâne daté de plus de 450 000 ans4), ont participé à la création d’un musée de préhistoire à Tautavel (Pyrénées orientales). La municipalité fut d’abord réticente face aux coûts élevés pour une petite commune retirée dans les terres et touchée par la désertification rurale. Après sept années de réflexion, le conseil municipal donna finalement son accord, convaincu par les arguments d’Henry de Lumley, responsable du chantier qui, entre-temps, avait mené à bien une entreprise similaire à Nice5. Le musée de Tautavel a ouvert ses portes en 19796, dix ans après la première exhumation d’ossements humains. Le bâtiment est installé dans le village à trois kilomètres du gisement. Trois facteurs ont concouru à la concrétisation du projet : la pérennisation d’une activité scientifique, la force de persuasion du responsable du site et surtout le caractère d’exception des découvertes paléoanthropologiques.

  • 7  D’un point de vue administratif, il devient un Établissement public à caractère industriel et comm (...)

15Après une dizaine d’années d’activités, le musée s’est avéré trop exigu pour accueillir la foule des visiteurs. Il fut donc l’objet d’une véritable rénovation7. D’un point de vue muséographique, il ambitionne dorénavant de matérialiser la préhistoire par la découverte de « l’homme de Tautavel » (Pernaud 1996 : 91-95). Le parcours de visite, considérablement agrandi, identifie chaque discipline connexe et constitutive de la préhistoire par ses méthodes et ses objets. À mi-parcours, des dioramas mettent en scène l’homme de Tautavel dans son environnement et expliquent son mode de vie saisonnier (Pernaud-Orliac 1999 : 28-31). Cette médiation visuelle permet la synthèse des données scientifiques présentées dans les autres salles de manière individualisée et autonome les unes des autres.

16Le discours expographique utilise la juxtaposition des salles thématiques et la superposition des niveaux de lecture par strate pour amener les différents publics à comprendre le site. La méthodologie de fouille fondée sur l’étude stratigraphique est transposée dans le plan de l’exposition pour structurer le propos. Cette conception hiérarchisée et stratifiée, corrélée à trois niveaux de lecture destinés à trois types de publics préalablement déterminés (de Lumley 1992 : 43-64), témoigne d’une volonté de communication à tous. Le musée est ainsi intégré à son environnement social par la prise en considération de tous les publics.

Nemours : préhistoire et musée, une rencontre négociée à même les murs

17Le processus de création du musée de préhistoire d’Île-de-France à Nemours est corrélé au site archéologique de Pincevent, réputé pour son occupation magdalénienne ainsi que pour la nouveauté et la rigueur des méthodologies scientifiques qui y ont été mises en œuvre. Ici comme ailleurs, l’entremise d’une personnalité scientifique impliquée sur le chantier de fouilles constitue un facteur essentiel dans la prise de décision. Michel Brézillon, collaborateur de l’équipe scientifique de Pincevent, était, dans les années 1970, directeur des Antiquités préhistoriques pour la région Île-de-France. Il était donc à même de convaincre les élus de l’opportunité de créer un musée et, de surcroît, spécialiste des études préhistoriques régionales. Nemours fut choisi pour sa position centrale et pour la relative richesse archéologique de ses alentours. Le musée d’Îlede-France présente une synthèse régionale de la préhistoire et de la protohistoire du Bassin parisien (Roy 1982 : 5-7 ; 1988 : 39-42 ; 1992).

  • 8  Pour la période Paléolithique sont présentées des industries lithiques, et pour le Néolithique et (...)

18La conception muséologique bénéficia de la participation de spécialistes des domaines en interaction : André Leroi-Gourhan pour la préhistoire et Georges-Henri Rivière pour la muséologie. L’exposition se décline en deux circuits, sur le modèle du musée des Arts et Traditions populaires (Desvallées 1976 : 18-19). Le premier parcours, à vocation écologique (Rivière 1989 ; Roy 1992), s’articule autour de quatre étapes chronologiques (Paléolithique inférieur et moyen, Paléolithique supérieur, Néolithique et Âge des métaux). En complément, se déploie un circuit d’approfondissement introduisant le contexte régional grâce à une présentation typo-logique8. De plus, l’exposition est en interaction constante avec la nature environnante grâce à l’aménagement d’ouvertures vitrées offrant une vision du parc boisé alentour et, surtout, par la présence de jardins intérieurs. Le double parcours rayonne autour de la salle audiovisuelle consacrée au site de Pincevent, située en milieu de visite.

19Là encore, l’exposition renferme en son sein sa clé de lecture, à partir de laquelle les deux parcours de visite rayonnent de manière concentrique. Cette construction architecturale et expographique fait référence au positionnement des foyers préhistoriques (Leroi-Gourhan & Brézillon 1983 ; 1966 : 263-371). Facteur déterminant dans le processus de création du musée, le site de Pincevent est ainsi placé au cœur de l’exposition dont il légitime grandement l’existence scientifique, illustrant le renouveau des études préhistoriques franciliennes, fouille d’école par la rigueur et l’originalité de la méthode mise en œuvre, et enfin site d’exception par les découvertes.

Intégrer des enjeux tels que donner à voir la science et se donner à voir

20La mise en exposition de l’archéologie s’apparente à un processus identitaire. La fouille est adaptée à la topographie du site. La méthodologie de fouille est, en outre, en adéquation avec les thématiques scientifiques de l’équipe : une approche géo-stratigraphique à Tautavel versus une approche ethno-préhistorique à Pincevent. Les musées de Tautavel et de Nemours témoignent d’une volonté de diffuser les recherches et d’intégrer deux niveaux de lecture et d’appropriation du propos : un premier niveau fondé sur une synthèse visuelle donnant à voir le site (diorama à Tautavel et salle de Pincevent) et un second niveau plus complexe où sont introduites des données individualisées que le visiteur doit corréler. L’espace des collections signale une volonté de lisibilité et d’accessibilité de l’information, principalement focalisée sur le site et la méthode de recherche. Ces niveaux de lecture orientent les projets de médiation vers une typologie des visiteurs et de leurs attentes en termes d’information et de contenu mais également de muséographie. À un public averti et informé, est destinée une information scientifique plus détaillée, plus approfondie (circuit d’approfondissement de Nemours ; les disciplines individualisées par salle à Tautavel), et aux autres, est présentée une synthèse des résultats déclinée sous une forme visuelle aisée d’interprétation, dans un circuit court, avec des objets et des images à Nemours et des dioramas à Tautavel. En considérant les visiteurs dans la construction du discours et donc dans le processus de muséalisation, ces deux musées intègrent les enjeux de société et la société elle-même, illustrant ainsi le renouveau muséal des années 1970-1980.

21L’archéo-muséologie tend à démontrer que le musée d’archéologie est un musée de site par essence, plus encore que par définition (Barbet 1988 : 44-46 ; Colardelle 2001 : 451-453 ; Farkoa 1998 : 63-69). Les corrélations aux sites, aux paysages ainsi que la référence constante aux activités de terrain participent du projet et de la vie du musée depuis la gestion des collections jusqu’à leur mise en exposition. L’acteur scientifique – le fouilleur – se positionne doublement comme un référent scientifique et un médiateur pour la diffusion de ses -recherches : il est alors vecteur de savoir et passeur de sens.

Le processus de muséalisation : face à face avec le contexte social

22Nous avons retenu l’exemple d’un site industriel outre-Atlantique dont la mise en valeur a obligé les porteurs du projet à considérer certains enjeux sociaux d’une époque soumise aux influences multimédiatiques et aux valeurs culturelles locales, nationales et internationales. Deux facteurs humains ont présidé à la mise en valeur du site donné en exemple : la population régionale considérée comme public potentiel et les acteurs de ces paysages.

Les forges du Saint-Maurice : de la réalité aux représentations polysémiques

  • 9  La création d’un site est décidée par une commission d’experts nommés par le gouvernement canadien (...)
  • 10  Parcs Canada est un organisme fédéral responsable de la gestion du réseau patrimonial canadien con (...)

23Au Canada, dans le cadre de la valorisation d’un lieu historique national, une équipe pluridisciplinaire participe à la réalisation du plan directeur dont la première version est présentée au public pour consultation9. Cette étape obligatoire fait partie du processus de planification. Le projet conçu par des professionnels est alors confronté à l’opinion des citoyens dont la population locale ; une audience doit également avoir lieu à chacune des révisions du plan directeur, soit en principe tous les cinq ans. Les forges du Saint-Maurice ont constitué une des plus importantes fouilles de Parcs Canada10. C’est aussi le premier grand site industriel sidérurgique en Amérique. En effet, les forges, construites et mises en opération sous le régime français, continuèrent à être utilisées après la conquête britannique. La fonte de fer fut stoppée à la fin du xixe siècle (Samson 1998 ; Tessier 1974 ; Trottier 1980). Sur la base d’une recherche archivistique, des fouilles furent engagées ; le principal chantier se déroula de 1973 à 1976 avec pour objectif de redonner au lieu un pouvoir d’évocation à partir des vestiges mis au jour.

Entre la charte de Venise et la volonté populaire

24Dès que furent connus les premiers résultats des recherches de terrain, un premier plan directeur incluant leur mise en valeur fut ébauché. Il prévoyait la création d’un jardin archéologique associé à la reconstruction évocatrice des anciens bâtiments. Le projet invitait à découvrir l’« esprit du lieu » en présentant les traces in situ et en mettant en scène les bâtiments, notamment la forge basse, la forge haute et la grande maison, grâce à une architecture contemporaine. Il ne s’agissait pas de reconstruire intégralement chaque bâtiment original mais de suggérer leur volume tridimensionnel. Ce parti pris respectait les principes édictés par la charte de Venise (http://www.icomos.org/​docs/​venise.html) offrant aux visiteurs une mise en valeur novatrice et respectueuse de l’« esprit des lieux » (Viel 1995 : 213-229 ; 2001 : 45-51 ; 2003a : 221-235). Le jardin invitait les visiteurs à ressentir les valeurs intangibles de cette page d’histoire alors que les autres bâtiments offraient une expérience culturelle tangible tournée vers la découverte interactive des multiples savoirs inscrits à même l’histoire complexe d’un lieu dont l’activité industrielle a duré près de trois siècles.

25Les audiences publiques en surprirent plus d’un ! Aucun des gestionnaires de Parcs ne se doutait de l’effet télévisuel des représentations du lieu sur la population. À la même époque (1972-1975), la télévision d’État présentait un feuilleton hebdomadaire intitulé Les Forges du Saint-Maurice qui bénéficiait d’une forte audience. Ainsi, la majorité des citoyens connaissait déjà une version très romancée de l’histoire inscrite dans ce haut lieu de mémoire du patrimoine sidérurgique canadien. Dès lors, les citoyens de la région de la Mauricie qui avaient suivi, semaine après semaine, le déroulement de la vie des forges à la Grande Maison et dans les autres bâtiments, ne pouvaient se résigner à voir ce lieu symbolique patrimonial se transformer en signe de la modernité. Ils ne pouvaient l’imaginer que tel que l'avait révélé la télévision avant même que les archéologues en aient recomposé la trame grâce aux objets et aux vestiges. Malgré sa pertinence, la volumétrie expressive, basée sur une évocation architecturale, constituait une approche trop éloignée de ce qui avait été transmis par le décor télévisuel.

Pour un équilibre entre savoir scientifique et savoir populaire

  • 11  Une problématique de droit de propriété des sols entraîna un retard de plus de dix ans dans le cal (...)

26Les gestionnaires et les scientifiques de Parcs Canada prirent en compte la voix populaire, imaginant dès lors un compromis au projet initial. La volumétrie expressive fut conservée pour les forges haute et basse, alors que la grande maison retrouva un aspect architectural plus classique avec la reconstitution d’une bâtisse du xviiie siècle devenant le centre d’interprétation de l’ensemble du site. Parmi les éléments scénographiques, un spectacle multimédia comportant une maquette du site tel qu’il était jadis permit d’inscrire, au cœur du parcours proposé, une synthèse de l’histoire reconstituée grâce aux fouilles effectuées sur le terrain et aux recherches faites dans les archives. Ce parti pris muséographique, réalisé au milieu des années 1980, répondait aux attentes de la population11. Le spectacle retrace l’histoire des forges racontée par nul autre que le diable, personnage central de la légende populaire dans la région de la Mauricie : la mise en récit concilie histoires archéologique et ethnographique.

27La mise en valeur permet aux savoirs scientifiques et aux savoirs populaires de se côtoyer tout en incitant les visiteurs à appréhender les diverses facettes de l’histoire des forges, qu’elles soient de l’ordre du tangible ou de l’intangible. Dans un contexte moderne, tributaire d’une popularité sans cesse grandissante des différents médias auprès de l’ensemble des populations, le savoir populaire et la mémoire des lieux sont nécessairement investis de divers regards et approches dont on ne peut faire l’économie dans la mise en valeur d’un site. Désormais, la procédure de négociation peut être confrontée à cet hypermédia, vecteur d’images et de représentations populaires qui conditionnent la réception des expériences de sens et des visites proposées.

La muséologie de l’archéologie : un jeu de miroir entre des mémoires et des institutions  

28La recherche en archéologie pluridisciplinaire transcende les cadres chronologiques et géographiques. Ses politiques et le processus de muséalisation tendent également à affirmer leur pluralité. Dans le cadre de la dynamique de création et de la gestion durable du patrimoine archéologique, les projets de mise en valeur doivent concilier les dimensions matérielles et immatérielles incarnées dans le site, les vestiges, l’équipe, les méthodologies mises en œuvre, les enjeux financiers et politiques, les attentes individuelles, les représentations collectives ou encore les divergences d’intérêts des acteurs.

29La particularité du processus de muséalisation en archéologie réside dans un rapport particulier et complexe au site, donc au territoire. L’hégémonie de la notion de musée de site (Barbet 1988 : 44-46 ; Barruol & Poinssot 1987 : 106-113 ; Farkoa 1998 : 63-69) témoigne de l’application systématique de cette formule qui sert tout à la fois à qualifier le type muséal, sa localisation, et à caractériser une partie de son discours et de son territoire géo-scientifique. L’ambiguïté de ce rapport au site se répercute dans le processus de muséalisation.

30Autour de la trace, nous pouvons définir trois étapes d’évolution définies à partir des pratiques et des processus analysés, et qui caractérisent le processus de viabilisation des musées de site considérés.

Retracer : les limites du musée de site

31L’enjeu premier se concentre autour de la trace matérielle du site au sens archéologique du terme. Le processus de muséalisation se joue quasi exclusivement dans le périmètre du site archéologique, du lieu de fouille. La large diffusion du musée de site (Rivière 1989) et sa généralisation en archéo-muséologie traduisent la souplesse et l’adaptation de ce modèle. Il permet de corréler les enjeux scientifiques aux valeurs patrimoniales et mémorielles. Tout autant, par une référence trop appuyée à ces mêmes éléments, le musée de site peut rapidement s’enfermer dans un fonctionnement autarcique, notamment contraint par une lacune d’actualisation des données scientifiques et par un territoire scientifique trop restreint.

Dépasser la trace : tendre à être un musée

32Espace clôturé, périmètre circonscrit, la concentration des projets de valorisation autour du site définit les limites de chaque lieu initiant une autarcie écologique et culturelle dans leur gestion durable. L’enjeu est alors au dépassement de la trace ; question de survie pour des musées excentrés. Cet acte d’émancipation vis-à-vis du site et d’une thématique de recherche trop spécialisée induit une autonomisation vis-à-vis des acteurs scientifiques qui ont participé au projet. Le musée doit alors s’inscrire dans une nouvelle territorialité, qu’elle soit patrimoniale, scientifique et/ou géographique, imposant en permanence la nécessité d’un dialogue qui ancrera de nouvelles traces dans le lieu (Nivart 2004).

33Le musée d’archéologie est toujours un musée de site par sa spécialisation thématique, géographique et son ancrage dans un ou plusieurs lieux de fouilles. La présence du site justifie l’existence et la viabilité du musée. Réciproquement l’institutionnalisation des objets et des savoirs légitime et assure la pérennité, au sens de commémoration, des acteurs scientifiques et de leurs activités. L’enjeu du musée d’archéologie se situe autour de « garder la trace », révélant les ambiguïtés et la complexité de ces rapports et des références au(x) site(s) de fouille.

34L’archéo-muséologie se situe entre une archéologie des savoirs qui pérennise les travaux et les données des équipes de recherche et un savoir de l’archéologie, par la référence constante à la matérialité du site dont les caractères identitaires de cette matérialité sont transposés dans la scénographie des expositions ainsi que par l’immatérialité inhérente au site qui incarne les données scientifiques connexes, les modalités et le processus de recherche mis en œuvre par les archéologues.

Négocier enjeux et représentations autour de l’institution

35Les lieux de l’archéologie sont à comprendre dans un système patrimonial où leur création fait résonance à des enjeux et des valeurs émergentes ou enfouies qui se cristallisent dans un territoire et autour d’un objectif. La volonté de pérennisation et de transmission d’une recherche, d’un point de vue matériel avec la conservation de vestiges et d’un point de vue intangible avec la diffusion des données, impose le modèle institutionnel du musée comme une réponse unique auprès de nombreux acteurs. Aujourd’hui, l’effervescence autour du patrimoine immatériel (Museum 2004), à la définition de plus en plus globalisante (Jadé 2004 : 27-37), tend vers une approche systémique. La discussion déjà en cours sur la pertinence pour le musée d’intégrer ce questionnement, tant du point de vue de la collection qu’au sein de son organisation et dans son fonctionnement, paraît caduque. Institution culturelle séculaire, figure historique du patrimoine, le musée s’est affirmé comme une scène d’expression pour les acteurs – scientifiques, politiques, concepteurs, conservateurs, ou visiteurs – interférant et négociant durant le projet ce que nous avons tenté d’illustrer de manière kaléidoscopique. Le jeu des acteurs tout autant que les conflits d’intérêt déterminent et participent de la négociation institutionnelle et muséologique qui préside à la création et à la valorisation d’un lieu de mémoire tel que le sont les sites et musées d’archéologie. En outre, la gestion des conflits d’intérêts et le processus de négociation des acteurs autour du musée ont souvent été perçus et envisagés de manière parcellaire : sous l’aspect uniquement conservatoire, scientifique ou encore en termes de publics.

  • 12  Les principes du développement durable énoncés par la commission Brundlandt ont servi de repère po (...)

36La notion d’« esprit du lieu », concept issu de l’interprétation qui conditionne encore la muséologie nord-américaine (Viel 2003b : 175-183), tend à prendre en considération la pluralité des attentes et des représentations des acteurs et la polysémie des sites. Dans cette perspective, l’orientation des projets et leur analyse muséologiques tendent s'appuyer sur un code éthique qui soit spécifique à chaque lieu de mémoire dans ses composantes identitaires, et généraliste par l’intégration de la polysémie de sens associé au lieu. À ce titre, les principes du développement durable12 ont influencé le champ muséal en participant à la définition d’une écologie culturelle (Viel & Nivart 2005 : 135-156 ; Viel 2003c : 139-149 ; un nouveau cadre de développement à trois pans a vu le jour pour les projets de valorisation patrimoniale. Ces documents ont un point commun : la nécessité d’allier les objectifs environnementaux, culturels, sociaux et économiques au sein de tout projet de développement. En ce sens, les paysages de mémoire qui retiennent de plus en plus la ferveur populaire doivent être présentés avec un juste équilibre entre mise en valeur et conservation, entre espace culturel et espace cultuel, entre savoir montré et savoir ressenti, entre émotion et raison, entre consommation immédiate et continuité, entre rentabilité économique et rentabilité patrimoniale. Retracer, raconter et mettre en valeur l’invisible commande cette éthique professionnelle dont on ne peut s’exempter lorsqu’on aborde des lieux de mémoire dont les paysages révèlent une facette de l’histoire humaine ! Quand la trace investit des enjeux de mémoire, le site devient culturel pour la jouissance de tous dès lors qu’il prend le chemin du patrimoine commun, tout en demeurant un paysage cultuel pour des acteurs qui y ont tant investi. Le projet de valorisation du site doit conjuguer cette apparente antinomie de valeurs.

Haut de page

Bibliographie

Abelanet, J. 1982. « Musée de préhistoire de Tautavel », Musées et Collections publiques de France, 154/1 : 9-11.

Barbet, A. 1988. « Le musée de site archéologique : contribution au débat », Les Nouvelles de l’archéologie,32 : 44-46.

Barruol, G. & Cl. Poinssot. 1987. « Le musée de site archéologique », Les Nouvelles de l’archéologie, 27 : 106-113.

Burnouf, J. & F. Journot (dir.). 2004. « Dossier : l’archéologie moderne», Les Nouvelles de l’archéologie, 96 : 5-42.

Chaline, J.-P. 1995. Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France xixe et xxe siècles. Paris, Cths (Mémoires de la section d’histoire moderne et contemporaine).

Colardelle, M. 2001. « Musées de site et de reconstitution », in : E. de Waresquiel(dir.), Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959. Paris, Larousse / Cnrs éditions : 451-453.

Davallon, J. 1999. L’exposition à l’œuvre : stratégies de communication et médiation symbolique. Paris, L’Harmattan.

Delporte, H. 1984. Archéologie et réalité. Essai d’approche épistémologique. Paris, Picard.

Desrosiers, P. 2005. L’archéomuséologie. Un modèle conceptuel interdisciplinaire. Thèse de doctorat, Québec, université Laval.

Desvallées, A. 1976. « Les galeries du Musée national des arts et traditions populaires : leçons d’une expérience muséologique », Musées et Collections publiques de France, 195 : 5-37.

Desvallées, A. (dir.). 1992. Vagues. Une anthologie de la nouvelle muséologie. Mâcon, Éditions W / Savigny-le-Temple, Mnes (Muséologie nouvelle et expérimentation sociale), vol. 1.

Desvallées, A. (dir.). 1994. Vagues. Une anthologie de la nouvelle muséologie. Mâcon, Éditions W / Savigny-le-Temple, Mnes, vol. 2.

Dossiers de l’archéologie. 1979. « L’homme de Tautavel : le premier homme en Europe », Les Dossiers de l’archéologie, 36.

Farkoa, A. 1998. « À propos des musées de site », Musées et Collections publiques de France, 220 : 63-69.

Guide des musées archéologiques de France. 1994. Dijon, Éditions Faton (Guides monde et musées).

Gigou, L. 1992. « Les conservations départementales : l’exemple de l’Hérault », La Lettre de l’Ocim, 22 : 3-9.

Girard, H. 2000. « Patrimoine : comment travailler avec les conservations départementales ? » La Gazette des communes, 1557 : 28.

Jadé, M. 2004. « Le patrimoine immatériel : nouveaux paradigmes, nouveaux enjeux », La Lettre de l’Ocim, 93 : 27-37.

Leroi-Gourhan, A. & M. Brézillon. 1966. « L’habitation magdalénienne n° 1 de Pincevent », Gallia Préhistoire, IX/ 2 : 263-371

Leroi-Gourhan, A. & M. Brézillon. 1983, « Fouilles de Pincevent : essai d’analyse ethnographique d’un habitat magdalénien, la section 36 », supplément à Gallia préhistoire 7, Paris, Éditions du Cnrs (reproduction par procédé photomécanique de l’édition publiée en 1972).

Lumley, H. de. 1992. « Le musée de préhistoire, musée de sciences naturelles ou musée d’art et d’histoire ? » La Lettre de l’Ocim, 3 : 43-64.

Mairesse, F. 2002. Le musée, temple spectaculaire, une histoire du projet muséal. Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Museum. 2004. « Visages et visions de l’immatériel », Museum international,221-222.

Nivart, A. 2004. De la fouille au musée. Les musées de préhistoire : nouveaux lieux, nouvelles fonctions. Thèse de doctorat, Paris, Muséum national d’histoire naturelle.

Nivart, A. 2005. « Le musée de préhistoire : entre fouille et exposition », Bulletin des Chercheurs de la Wallonie, XLIV : 81-85.

Pernaud, J. 1996. « L’expérience du musée de préhistoire de Tautavel, centre européen de préhistoire », in Observatoire des politiques culturelles, Musées, gérer autrement : un regard international. Paris, La Documentation française : 91-134.

Pernaud-Orliac, J. 1999. « Le musée de préhistoire de Tautavel », Musées et Collections publiques de France, 224 : 28-31.

Pois, V. 1998. La Caune de l’Arago : visualisation spatiale en coupe et en plan du matériel archéologique par interrogation de la base de données. Conséquences sur l’interprétation du mode de vie de l’Homme de Tautavel. Thèse de doctorat, Paris, Muséum national d’histoire naturelle.

Rivière, G.-H. 1989. La muséologie selon Georges Henri Rivière, Cours de muséologie et Textes de témoignages. Paris, Dunod.

Roy, J.-B. 1982. « Nemours (Seine-et-Marne) ; le musée de préhistoire d’Île-de-France », Musées et Collections publiques de France, 154 : 5-7.

Roy, J.-B. 1988. « Nemours, sept d’ans d’ouverture », Musées et Collections publiques de France, 180/181 : 39-42.

Roy, J.-B. 1992. Nemours : musée de préhistoire d’Île-de-France. Boulogne, Éditions du Castelet, n.p.

Rutschkowsky, M. et D. Heude. 1990. « Les musées d’archéologie », in J.-P. Mohen, J. Briard, M. Colardelle & C. Goudineau (dir.), Archéologie de la France. Paris, Réunion des musées nationaux/Flammarion : 481-483.

Samson, R. 1998. Les forges de Saint-Maurice : les début de l’industrie sidérurgique au Canada 1730-1883. Sainte-Foy, Presses universitaires de Laval.

Tessier, A. 1974. Les forges Saint-Maurice. Montréal, Éditions Boréal express.

Trottier, L. 1980. Les forges : historiographie des forges de Saint-Maurice. Montréal, Éditions Boréal express et Parcs Canada (Mékina, 6).

Unesco. 2000. Rapport mondial sur la culture. Diversité culturelle, conflit et pluralisme. Paris, Unesco.

Viel, A. 1995. « La situation canadienne : à l’enseigne de l’esprit des lieux », Actes du colloque Patrimoine culturel, patrimoine naturel, 12-13 décembre 1994.Paris, La Documentation française : 213-229.

Viel, A. 2001. « Quand souffle l’esprit des lieux », in : V. Hétet (dir.), Actes du colloque Médiation culturelle dans un lieu patrimonial en relation avec son territoire, juin 2000. Saint-Vougay, Château de Kerjean, Association pour l’animation du Château de Kerjean : 45-51.

Viel, A. 2003a. « Sens & Contresens de l’esprit des lieux », in : T. Pacquot & C. Younes (dir.), Art et Philosophie - Ville et architecture. Actes du colloque Architecture, urbain et art, Marseille, 19-20 mai 2002. Paris, La Découverte : 221-235.

Viel, A. 2003b. « Récit de projet : sur les traces d’un lieu de mémoire », in : V. Hétet (dir.), Actes du colloque Accueil et projets de développement : vers de nouveaux enjeux, 20-22 mars 2003. Saint-Vougay, Château de Kerjean, Association pour l’animation du Château de Kerjean : 175-183.

Viel, A. 2003c. « Pour une écologie culturelle », Culture & Musées, 1 : 139-149.

Viel, A. 2005. « L’objet dans tous ses états. Mot/musée/motion », in :P. A. Mariaux (textes réunis par), L’objet de la muséologie. Neuchâtel, Institut d’histoire de l’art et de muséologie : 51-81.

Viel, A. & A. Nivart. 2005. « Parcs sous tension », Culture et Musées, 5 : 135-156.

http://www.icomos.org/docs/venise.html

http://www.granddictionnaire.com

http://www.sfiic.fr/core/core8_portraitGHR.htm

Haut de page

Notes

1  En 2003, sous l’égide de l’Unesco est publiée une convention pour la sauvegarde du « patrimoine culturel immatériel ». Par cette expression, « on entend […] les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine » (Unesco 2000).

2  Cette problématique n’est pas uniquement le lot de l’archéologie mais se retrouve dans l’ensemble des types de musées où on note le glissement des fonctions traditionnelles vers de nouvelles fonctions sociétales (Viel 2005 : 51-81).

3  Selon la définition de l’Icom (Conseil international des musées), « [l]e musée est une institution permanente, sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public et qui fait des recherches concernant les témoins matériels et immatériels de l’homme et de son environnement, acquiert ceux-là, les conserve, les communique et notamment les expose à des fins d’étude, d’éducation et de délectation ».

4  Il s’agissait alors des plus anciens ossements humains fossiles européens. Depuis, des découvertes ont été faites à la Sierra d’Atapuerca (Espagne), devenue Patrimoine de l’humanité, et à Dmanissi (Géorgie), datées de 1,8 millions d’années.

5  En 1976, le site de Terra-Amata, découvert lors de la construction d’un immeuble près du port de Nice, devient un musée de préhistoire. Le musée est situé au rez-de-chaussée de l’immeuble à l’origine de la découverte.

6  6. La présentation d’origine était novatrice par la complémentarité de moulages de sols archéologiques, exhibés à côté d’objets, de dessins et de photographies. Le propos était d’insérer la Caune de l’Arago dans une chronologie historique générale (Abelanet 1982 : 9-11).

7  D’un point de vue administratif, il devient un Établissement public à caractère industriel et commercial (Épic) soit une personne publique ayant pour but la gestion d’une activité de service public.

8  Pour la période Paléolithique sont présentées des industries lithiques, et pour le Néolithique et la Protohistoire du mobilier funéraire.

9  La création d’un site est décidée par une commission d’experts nommés par le gouvernement canadien. Celle-ci recommandera le site comme lieu historique national à inscrire officiellement au Parlement après un processus de recherche, conservation et mise en valeur. Dès lors, une équipe matricielle de Parcs Canada, qui assure la gestion du patrimoine national, assure toutes les étapes inhérentes à la réalisation du plan directeur.

10  Parcs Canada est un organisme fédéral responsable de la gestion du réseau patrimonial canadien constitué de 40 parcs nationaux, 132 lieux historiques, 8 canaux historiques et 26 rivières.

11  Une problématique de droit de propriété des sols entraîna un retard de plus de dix ans dans le calendrier initialement prévu.

12  Les principes du développement durable énoncés par la commission Brundlandt ont servi de repère pour l’entente sur la biodiversité signée en 1992 à Rio, laquelle a, à son tour, guidé la rédaction du rapport intitulé La diversité culturelle, parrainé par l’Unesco et paru en 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Nivart et Annette Viel, « Musées de site sous influence », Les nouvelles de l'archéologie, 117 | 2009, 13-19.

Référence électronique

Anne Nivart et Annette Viel, « Musées de site sous influence », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 117 | 2009, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/746 ; DOI : 10.4000/nda.746

Haut de page

Auteurs

Anne Nivart

Docteur en muséologie, responsable du bureau de la régie-direction des collections, Muséum national d’histoire naturelle de Paris
nivart@mnhn.fr

Annette Viel

Muséologue, professeur associé, Muséum national d’histoire naturelle de Paris
annette_viel@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org