Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Chronique de sites Internet n°18

(date de consultation : 5 mai 2009)
Virginie Fromageot-Lanièpce
p. 59-64

Texte intégral

[ Généralités]

> Google Books

1http://books.google.fr

2Ce service de Google ne prend en compte que des livres sur le Web ; ces livres sont parus sous une forme traditionnelle et ont été numérisés par le moteur de recherche avec l’accord des éditeurs. Des tests d’interrogation montrent qu’il existe des monographies archéologiques dans la base de recherche. Ce service aide à cibler des lectures, en apportant la recherche d’extraits, selon des modalités nouvelles par rapport aux catalogues de bibliothèque. En effet, il n’est pas question pour l’usager de récupérer ou d’imprimer l’ouvrage repéré, ni de lire à l’écran son contenu, mais d’interroger sur des questions précises la masse de livres rassemblés. La plupart des ouvrages sont protégés par le droit d’auteur et l’utilisateur ne peut en lire que les sections où les éléments d’information ont été trouvés, soit des phrases, soit quelques pages, ensuite il doit acheter un exemplaire ou aller à la bibliothèque. Certains ouvrages sont au contraire libres de droit et totalement consultables à l’écran. Ce sont les éditeurs qui déterminent les droits de consultation, mais Google assure l’indexation du texte intégral pour tous les documents, en limitant l’affichage du texte à l’échantillon défini par l’éditeur. La fonctionnalité de recherche sur les livres est intéressante pour les scientifiques, d’autant que Google favorise des partenariats académiques : par exemple en France avec la Maison des sciences de l’homme, et aux États-Unis avec les universités. On dispose pour chaque ouvrage de la référence bibliographique et de la table des matières, également de suggestions de mots-clés.

  1. Exemples de livres indexés avec « aperçu/extraits disponibles » (30 pages accessibles, non continues, illustrées) : J.N. Bonneville et al., Belo VII. Le Capitole (collection de la Casa de Velázquez ; 67), Madrid 2000 ; J. Bénard et al., Les agglomérations antiques de Côte-d’Or, Besançon 1994 ; S. Van der Leeuw & J. McGlade (éd.), Time, Process, and Structured Transformation in Archaeology, Londres/New York 1997 ; K. Rheidt, Altertümer von Pergamon 15, 2, Die Stadtgrabung, Die byzantinische Wohnstadt, Berlin/New York 1991.

  2. Exemples de livres indexés, entièrement consultables et téléchargeables : Journal des Savans, Académie des inscriptions et belles-lettres, Institut de France, 1829 (copie de l’exemplaire de l’université du Michigan) : notice sur la collection de vases peints et autres monuments de l’art, Histoire naturelle des poissons par M. le baron Cuvier, Le Roman de Rau et des ducs de Normandie par Robert Wace, Description des monumens musulmans du cabinet de M. le duc de Blacas par M. Reinaud, Histoire de la Louisiane par M. Barbé-Marbois.

3> Le portail de revues en sciences humaines et sociales Cairn http://www.cairn.info

4Nous avons indiqué pour ce portail de revues un accès payant aux articles numérisés (Chroniques 16 et 17 dans Les Nouvelles de l’archéologie n° 107 : 37 et n° 114 : 61-62,). On trouve aussi une part non négligeable d’articles en accès gratuit, tout dépend de la barrière mobile fixée à 5 ans. On peut donc aujourd’hui consulter gratuitement et imprimer les articles des revues intégrées parus de 2001 à 2003. De plus, les abonnés à la version papier des revues disponibles dans le portail ont un accès libre total à la version électronique de la revue. Ils doivent contacter le service d’abonnement de l’éditeur pour recevoir un code personnel. (Informations de Marie-Christine Hellmann, directrice de la Revue archéologique et membre de l’unité Archéologies et Sciences de l’Antiquité – ArScAn, Cnrs, universités Paris-I et Paris-X, ministère de la Culture)

5— Revues disponibles pour anthropologie, archéologie, histoire ancienne et histoire de l’art : L’Année épigraphique ; Études rurales ; Histoire & Sociétés rurales ; L’Homme ; Le Moyen Âge ; Revue archéologique ; Revue d’assyriologie et d’archéologie orientale ; Revue d’histoire des sciences humaines ; Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes.

6> Cahier des thèmes transversaux ArScAn http://www.mae.u-paris10.fr/​Cahiers/​index.htm

7Dernière parution : Cahier VIII-2006/2007 publié par l’unité Archéologies et Sciences de l’Antiquité – ArScAn précitée.

8Exemples de textes (se reporter au site Web pour accéder à l’ensemble des textes) :

  1. thème Environnement, sociétés, espaces (Brigitte Boissavit-Camus éd.) : A. Veyrac, « La maîtrise de l’eau au sein des édifices romains de spectacle : l’amphithéâtre nîmois » ; P. Volti, « La présence et l’usage de l’eau dans les couvents mendiants » ; B. Boissavit-Camus, « Adduction et évacuation de l’eau dans les baptistères paléochrétiens de Gaule » ;

  2. table ronde « La métallurgie de transformation des alliages cuivreux » : approches méthodologiques et applications archéologiques récentes (Cécile Oberweiller, Bénédicte Quilliec, Virginia Verardi éd.) du thème Outils et Systèmes de production et de circulation : D. Lacambre, « La pesée des artefacts au Proche-Orient ancien : pour un dialogue entre épigraphie et archéologie » ; M. Guichard, « La vaisselle de bronze à Mari à l’époque amorrite » ; C. Michel, « Étain et cuivre dans les archives commerciales du xixe siècle av. J.C. : du commerce du métal à l’objet » ; V. Verardi, « Les artisans métallurgistes des iiie et iie millénaires av. J.C. » ; E. Wyremblewski, « Réflexion théorique sur la pesée des objets métalliques en archéologie, l’exemple de la protohistoire », etc. ;

  3. thème Images, textes et sociétés (Luc Bachelot, Claude Pouzadoux éd.) : L. Bachelot, « La peur des images : la figurabilité » ; S. et C. Botella, « Régrédience de la pensée et animisme » ; F. Frontisi Ducroux, « La peur des images » ; L. Haumesser et S. Montel, « Les images cachées » ; V. Pirenne-Delforge, « Ne jamais négliger un dieu : Artémis et Aphrodite, entre l’Hippolyte d’Euripide et quelques reliefs athéniens » ;

  4. table ronde « Utilisation des systèmes d’informations géographiques (SIG) en archéologie environnementale » (Marie-Pierre Buscail, Virginie Fromageot-Lanièpce, Laurent Aubry éd.) : Q. Borderie, « SIG, archéologie et “terres noires” : quelle conception de l’espace urbain entre Antiquité et Moyen Âge ? » ; M.-P. Buscail, « Archéogéographie des espaces royaux médiévaux en Gâtinais : quels espaces pour quelles représentations ? » ; C. Castanet, « Les apports de la géomatique à la reconstitution des dynamiques fluviales de la Loire moyenne et des interactions sociétés-milieux fluviaux tardiglaciaires et holocènes (Val d’Orléans, Loiret) ».

> L’Orgue de l’Antiquité à nos jours

9http://www.unicaen.fr/​services/​puc/​article.php3?id_article=641

10Textes de la journée d’études organisée le 5 décembre 2003 à l’université de Caen, axe de recherche Savoirs et mémoire, responsable Ph. Fleury, historien. La rencontre a réuni autour du thème de l’orgue des historiens, des philologues, des physiciens, des facteurs d’orgue mais aussi des musiciens.

11Textes preprints : J. Hamel, « Sciences et facture d’orgue » ; P. Fleury, « L’orgue hydraulique antique » ; A. Hairie, « Le fonctionnement des plinthides, ou quelques expérimentations autour de l’orgue antique » ; F. Neveux, « L’Orgue médiéval de la cathédrale de Bayeux (xiie-xvie siècle) ».

[ Archéologie nationale ]

> Archéologie de la France – Informations (Adlfi)  

12http://www.adlfi.fr

13La revue Gallia du Cnrs et la direction de l’architecture et du patrimoine du ministère de la Culture ont ouvert le site Web Adlfi dédié à l’édition des informations sur les opérations archéologiques menées en France (responsables de la publication : William Van Andringa, université Lille3, Grégor Marchand, Cnrs/université Rennes-I, Bernard Randoin, ministère de la Culture). L’édition traditionnelle du volume Gallia Informations : l’archéologie des régions est abandonnée (1987-1992) au profit du site ; de même que les cd-rom (1999-2003), dont le contenu est repris et téléchargeable : www.revues-gallia.cnrs.fr, page Gallia Informations. La politique éditoriale d’Adlfi est de publier des actualités archéologiques, des chroniques de fouilles pour le territoire national et pour toutes les périodes (préhistoire, protohistoire, Antiquité). Des centaines de comptes rendus de travaux archéologiques (diagnostics, sondages, prospections, fouilles programmées ou de sauvetage) sont déjà disponibles pour une période large, entre 1940 et 2006, et principalement entre 1980 et 2000. La mise à jour est régulière et les notices plus récentes sont ajoutées dès réception et validation. Les chroniques sont publiées par les services régionaux de l’archéologie, l’ensemble est édité en ligne par la revue Gallia, le service est hébergé par la Maison René-Ginouvès. Cette expérience montre plusieurs avantages de l’édition électronique par rapport à l’édition traditionnelle : les textes appartiennent à des séries qui sont versées dans la base cumulative, sans attendre que l’ensemble de la région soit prête ; les images sont souvent publiées en couleurs. Chaque notice d’opération est signée et possède une année de publication (dans l’identifiant de la notice). Les lecteurs peuvent rechercher sur les textes ou sur des mots-clés : nom du site et localisation, sujets de recherche, période des vestiges. Ceux qui le souhaitent peuvent s’abonner pour recevoir sur leur messagerie des notices sélectionnées par rapport à la demande qu’ils ont enregistrée au préalable sur le site. Toutefois, de nouvelles habitudes sont à prendre : si les temps de repérage et de consultation restent les mêmes, l’impression et la préparation de documents papier reposent maintenant sur le lecteur.

14Mode d’emploi de la recherche :

  1. recherche en texte intégral (case située dès la page d’accueil) ;

  2. recherche sur les mots-clés multicritères (menu -recherche) : lire l’aide, attendre l’affichage des listes de mots-clés et saisir les accents ;

  3. thésaurus (menu mots-clés, notice) : intégration en cours du thésaurus PACTOLS, Peuples, Anthroponymie, Chronologie, Thèmes, Lieux préparé par Brigitte Lequeux (Frantiq, Documentation Maison René-Ginouvès). Pour inciter à l’utiliser, quelques exemples : Peuples, ex. chasséen, Anthroponymie, ex. Constantin le Grand, Chronologie, ex. âge du Fer ou Antiquité romaine, Thèmes, ex. amphore, anthropologie, atelier métallurgique.

15L’investissement que représente le repérage des mots-clés intéressants, dans les listes et dans le thesaurus, devrait être rentabilisé du fait de la croissance exponentielle des informations prochainement archivées.

16Exemples de textes :

  1. 2006 : A.-M. Flambard-Héricher, B. Lepeuple, E. Daniel et al., « Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie »,

  2. 2004, région Languedoc-Roussillon : F. Laubenheimer, « Sallèles-d’Aude - Clots de Raynaud » (complexe de potiers gallo-romains) ; R. et M. Sabrié, « Narbonne - Le Clos de la Lombarde » (domus du Haut-Empire),

  3. 1997, région Nord-Pas-de-Calais : J. Alain, « Arras, Nemetacum, Atrebates – Baudimont I » (sanctuaire germanique, casernes théodosiennes, mobilier, monnaies, sigillées).

[ Archéologie environnementale ]

> Archéogéographie

17http://www.archeogeographie.org

18Ce site, dédié aux travaux qui croisent l’archéologie et la géographie, a été créé par un groupe de recherche sous la direction de Gérard Chouquer, unité Archéologies et Sciences de l’Antiquité. La vision de l’archéogéographie est quelquefois un peu trop rapidement réduite à la mise en œuvre des Sig, même si elle explore les possibilités de cet outil. Ces recherches émergent du milieu de l’archéologie et analysent le développement et l’aménagement des espaces géographiques de la planète, en prennant en compte la durée historique, la part des héritages et la capacité des sociétés à aménager l’espace pour longtemps : « au point que des aménagements bimillénaires laissent encore aujourd’hui des traces actives ». Le site offre des dossiers scientifiques – celui sur l’arpentage romain est régulièrement mis à jour – ainsi que des informations bibliographiques : annonces de parutions, analyses de livres, présentation ou texte intégral de thèses. Des cours donnant accès à des ressources géographiques sont également disponibles : formation à la lecture d’images de la terre, cartes, moyens d’accès aux géoportails.

19Présentations d’ouvrages : Joëlle Burnouf, Archéologie médiévale en France. Le second Moyen Âge (xiie-xvie siècles), Paris 2008 ; Gérard Chouquer, Traité d’archéogéographie 1 : La crise des récits géohistoriques, Paris 2008 ; Laurent Costa, Sandrine Robert, avec la collab. de Mélanie Foucault, Guide de lecture des cartes anciennes. Illustrations dans le Val-d’Oise et le Bassin parisien, Paris 2008.

20Ressources Internet : « Les planimétries historiques sur les missions du site Web Live Maps »

21Dossiers scientifiques : « Paléoformes et habitats anciens de la basse vallée de l’Ognon (France, Jura, Doubs, Haute-Saône) », « Archéogéographie des milieux traversés par l’autoroute A 85 (France : Anjou et Touraine) », etc.

[ Préhistoire ]

> Lascaux et la conservation en milieu souterrain

22http://www.archeologie.culture.gouv.fr

frao

23Pré-actes : C. Albanel, « Ouverture » ; J. Clottes, « Présentation » ; M. Gauthier, « Les travaux du Comité scientifique dans le contexte de la recherche international » ; R. Lastennet et al., « Hydrogéologie, caractérisation des eaux d’infiltration et propriété du support à Lascaux » ; P. Malaurent et al., « Climatologie du milieu souterrain à Lascaux : d’une étude globale à la microclimatologie des parois » ; D. Lacanette et al., « L’apport de la modélisation à la connaissance et à la gestion du climat des grottes : l’exemple de Lascaux » ; C. de Las Heras et al., « La conservation de la grotte d’Altamira : orientations et recherches actuelles » ; R. Ontañón et al., « Preservation of Palaeolithic Cave Art in Northern Spain » ; J. Clottes, « Conclusion ».

24Voir aussi : La grotte de Lascaux, visite virtuelle, www.culture.gouv.fr/fr/arcnat/lascaux/fr

> Le Roc-aux-sorciers, Angles sur l’Anglin, Vienne : art et parure du Magdalénien

25http://www.catalogue-roc-aux-sorciers.fr

26La publication de l’art mobilier de l’abri sous roche du Roc-aux-Sorciers est parue, sous la responsabilité de Geneviève Pinçon (chargée de mission au musée d’Archéologie nationale [Man] et membre de l’unité ArScAn) avec les contributions de différents spécialistes. Cette publication combine une monographie et un catalogue électronique qui présente le mobilier trouvé lors des fouilles anciennes de Lucien Rousseau (1927-1939) et de Suzanne Cassou de Saint-Mathurin (1947-1964). Ce mobilier est conservé au musée d’Archéologie nationale, à Saint-Germain-en-Laye, où il est en partie exposé au public dans la galerie paléolithique ; maintenant, l’ensemble du corpus est publié et mis à disposition de tous sur le Web, à partir d’un site constitué par la Réunion des musées nationaux et ouvert en janvier 2009. Le Roc-aux-Sorciers est connu pour sa frise sculptée, mais le plafond a fait l’objet de recherches récentes. De plus, l’art pariétal et la culture matérielle des occupants magdaléniens (figurines, matériel lithique, objets de parure, etc.) ont été étudiés en étroite relation, en vue d’établir une datation et d’interroger la fonction du site : habitat ou sanctuaire ? Les articles de synthèse et les notices d’œuvres et d’objets, tous signés, sont consultables en ligne. L’usager passera de la lecture des pages, depuis l’introduction et le sommaire, à l’interrogation de la base de données. Pour découvrir de bonnes entrées, se reporter aux trois index (Matière, Technique du support, Technique du décor) de la page Outils.

27Voir aussi : Centre d’interprétation de la frise du Roc-aux-Sorciers , http://www.roc-aux-sorciers.com, en part. pages Lascaux de la sculpture (photos) et recherches en cours (bibliographie).

[ Protohistoire et Antiquité ]

> Lattes en Languedoc, les Gaulois du Sud

28http://www.lattara.culture.fr

29Dans la collection des publications électroniques du ministère de la Culture, le dernier site Web est consacré à l’antique ville portuaire de Lattara, aujourd’hui située près de Lattes, à cinq kilomètres de Montpellier, dans un pays de lagunes. Le site Web aborde l’histoire de la ville de sa fondation à la période romaine, ainsi que le cadre historique général (icônes en bas d’écran) : Lattara est fondée à la fin du vie siècle av. J.-C., quand des indigènes développent les échanges commerciaux avec les étrusques ; de cette période, un rempart, des habitations et des installations portuaires (maisons-entrepôts) sont attestés. Puis vers 475 av. J.-C., les Étrusques perdent leur influence sur la région au profit des Phocéens de Marseille ; l’influence de cette cité et de la culture grecque prend son essor. À partir des informations fournies par Thierry Janin et Michel Py, équipe Protohistoire méditerranéenne de l’unité Archéologie des sociétés méditerranéennes, les résultats des recherches environnementales et surtout archéologiques sont présentés sous une forme multimédia validée. Le lecteur a le choix entre la partie historique et cinq chapitres : le pays lagunaire, la ville gauloise, artisanat et commerce, rencontre des cultures, Lattara et la recherche (menu de gauche). On profite tout au long du parcours des restitutions de la cité, des îlots d’habitation et de son bâti, ou bien des photographies. L’iconographie fait bien sûr référence au mobilier trouvé sur le site – amphores à vin et vaisselle de table d’origines diverses reflétant les échanges commerciaux ; de même la partie historique est illustrée par les œuvres et productions des villes en contact avec Lattes (Agde, Marseille, Olbia/Hyères, mais aussi Agrigente, etc.). Des trouvailles originales sont abordées comme les sols des maisons (sols d’adobe et d’opus signinum avec insertions de coquillages), mais aussi la conservation, la production et la consommation des denrées alimentaires ou les trésors monétaires d’oboles en argent de Marseille… Le site archéologique, fouillé dès 1963 par Henri Prades, est devenu par la suite un chantier école, associé à un musée de site et doté d’un système d’information numérique pour l’enregistrement du matériel archéologique parmi les plus renommés (cf. page recherche). Chaque rubrique ouvre de nombreuses pages d’informations et le site est disponible en français, anglais, espagnol et en langue des signes.

> Lattara, base de données archéologiques

30http://www.lattara.net/​

31Cette adresse complète la première, elle offre des instruments de travail destinés aux membres de la mission et ouverts plus largement :

  1. Dicocer, Dictionnaire des céramiques anciennes, coordonné par Michel Py (Cnrs), Éric Gailledrat (Cnrs), Sébastien Barberan (Inrap), David Asensio (Ub), qui traite des régions Provence, Languedoc, Ampurdan et du site de Lattes ; transposition électronique d’une publication de la collection Lattara avec mise à jour ;

  2. Système d’information de Lattes, accès réservé aux membres de la mission ;

  3. ArcheOnLine, base de données multimédia en consultation ouverte concernant l’archéologie protohistorique et antique du Midi de la France et plus généralement de Méditerranée nord-occidentale.

> Pour une anthropologie de la naissance et de la petite enfance, étude de documents archéologiques grecs et romains

32http://perso.unifr.ch/​veronique.dasen/​naissance/​naissance.htm

33Véronique Dasen, professeur à l’université de Fribourg, travaille sur le thème de recherche de la naissance et de la petite enfance. Elle a constitué une liste de sources pour les historiens et les archéologues, composée d’informations bibliographiques, d’exemples archéologiques, de représentations iconographiques et de références aux textes anciens, notamment aux traités médicaux.

> Sculptures de la Gaule romaine, Nouvel Espérandieu

34http://nesp.mmsh.univ-aix.fr

nrsnrsRecueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine,Nouveau Recueil d’EspérandieuespRbr

35Pour illustrer le parcours de recherche, l’interrogation du sujet « Auguste » renvoie à 33 notices, dont par exemple deux têtes masculines, l’une trouvée et conservée à Arles, datée entre le ier siècle av. et le ier siècle apr. J.-C. et identifiée comme Octave-Auguste (F. Salviat) ou Marcellus (J.Ch. Balty), l’autre découverte à Vienne, datée du ier siècle apr. J.C. et d’un tout autre style. Ne pas oublier le bouton galerie pour consulter les images, vues d’ensemble et détails, ainsi que le bouton bibliographie. Au-delà des « représentations officielles », on trouve les statues des divinités, des héros de la mythologie, des animaux, des personnages de la vie quotidienne, comme l’athlète ou la danseuse. Les images sont exportables (clic droit de la souris sur l’image).

36Cet outil est conçu pour répondre à de très nombreuses questions de spécialistes et il s’ouvre à un public d’élèves et d’étudiants en proposant des fiches pédagogiques sur les personnages et sur l’histoire de l’art. Outre le rôle documentaire, le projet vise une autre perspective en collaboration avec l’Institut national de recherche en informatique et automatique : l’apport de l’ordinateur dans l’identification des personnages, à l’aide d’algorithmes de reconnaissance des formes qui seront appliqués à des séries de portraits, disponibles en ronde bosse et sur des monnaies.

[ Moyen Âge ]

> Medieval Europe, IVe Congrès international d’archéologie médiévale et moderne, Paris 2007

37http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr

38Textes des communications de la rencontre organisée du 3 au 8 septembre 2007 à l’Institut national d’histoire de l’art et à l’université de Paris-I. La rencontre a réuni des archéologues travaillant dans les domaines de l’archéologie médiévale, moderne et contemporaine. La publication n’est disponible que sous forme numérique : une cinquantaine de textes de communications et de posters sont consultables, classés selon huit entrées ; pour chacune, nous reproduisons le premier texte publié en ligne en vue de donner un aperçu des contenus.

  1. Archéologie de l’espace urbain : P. Molaug (Norvegian Institut for Cultural Heritage Research), « Occupying town plots on the early development of habitations in Norwegian medieval towns »,

  2. Archéologie de l’espace rural : C. Citer (Università di Siena), « Central places in uncentral Landscapes. The Tuscany of “weak towns” between Lombards and Carolingians (7e-9e AD) »,

  3. Archéologie des techniques : G. Bruley-Chabot (Inrap), « Les fours culinaires du haut Moyen Âge »,

  4. Archéologie moderne et contemporaine (dont la production céramique médiévale et moderne) : P. Pope, « Le mobilier céramique européen des établissements de pêche d’Amérique du Nord du xvie au début du xxe siècle »,

  5. Archéologie funéraire : P. Mignot (direction de l’archéologie, ministère de la Région wallonne), « Une église et un cimetière. Froidlieu (viie-xviiie siècles) »,

  6. Archéogéographie : A. Chartrain (Sra Languedoc-Roussillon), « Parcellaires fossiles et faits funéraires dans l’espace et le temps sur le territoire rural de Montpellier »,

  7. Archéologies environnementales : Y. Devos et al. (université de Bruxelles), « Anthropisation du paysage bruxellois aux x-xiiie siècles »,

  8. Archéologie du bâti : N. Reveyron (université Lyon2), « Les nouvelles orientations méthodologiques et thématiques de l’archéologie du bâti en France à la fin du xxe siècle ».

[ Italie ]

> Mourir à Pompéi : bilan de quatre années de fouilles dans la nécropole de Porta Nocera

39http://www.mourirapompei.net

> Base de données des mosaïques d’Italie

40On trouve à cette adresse un système d’archivage informatique dédié au catalogage des pavements antiques d’Italie et des bâtiments qu’ils ornent. La base de données est mise en ligne par l’université de Padoue, sous le nom de Tess abréviation de tessera/tessellato (tessère/tesselle) et la langue de consultation est l’italien. Tess permet d’archiver très précisément les différentes caractéristiques des pavements répertoriés ; elle fournit des plans, dessins et photographies souvent en couleurs. Ce projet est réalisé à l’initiative de Francesca Ghedini et Federica Rinaldi, par l’ensemble du département d’archéologie de l’université de Padoue. Une collaboration entre cette université et la région de Vénétie a permis de réunir les premières informations, depuis elle s’est étendue à l’Émilie-Romagne, la Toscane, le Latium, la Frioul-Vénétie-Julienne et la Ligurie, ainsi qu’à d’autres pays (Crète/Grèce et Albanie). Les mosaïques sont datées principalement entre le ier siècle av. J.-C. et le vie siècle apr. J.-C. Si le nom de la base met en évidence l’opus tessellatum, mosaïques de petits cubes de pierre, elle prend en compte différentes techniques de revêtement de sols : pavement de galets, de briques, sols en mortier, pavage, opus sectile. Pour l’interrogation de la base en italien, des instruments de travail multilingues peuvent être consultés : Catherine Balmelle et al., Le décor géométrique de la mosaïque romaine. T. I. Répertoire graphique et descriptif des compositions linéaires et isotropes, Paris 1985, t. II. Répertoire graphique et descriptif des décors centrés, Paris 2002. René Ginouvès et Roland Martin, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine. T. I. Matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor, Athènes/Rome 1985. (Notice de Véronique Vassal, chercheur associé Unité ArScAn)

Conseil pratique

41Certains sites offrent des textes, mais il n’est pas sûr que ces contenus restent définitivement disponibles ; il est préférable de télécharger ces documents, par exemple pour L’Orgue de l’Antiquité à nos jours, Lascaux et la conservation en milieu souterrain ou Medieval Europe.

42http://www.mae.u-paris10.fr/​chronique/​

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Fromageot-Lanièpce, « Chronique de sites Internet n°18 », Les nouvelles de l'archéologie, 116 | 2009, 59-64.

Référence électronique

Virginie Fromageot-Lanièpce, « Chronique de sites Internet n°18 », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 116 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/734 ; DOI : 10.4000/nda.734

Haut de page

Auteur

Virginie Fromageot-Lanièpce

Cnrs, Umr Archéologies et Sciences de l’Antiquité, Maison René Ginouvès
virginie.fromageot-laniepce@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org