Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Histoire(s) de(s) village(s)

L’archéologie en contexte villageois, un enjeu pour la compréhension de la dynamique des habitats médiévaux
Florence Carré, Vincent Hincker, Nadine Mahé, Édith Peytremann, Sébastien Poignant et Élisabeth Zadora-Rio
p. 51-59

Résumés

C'est à l'occasion d'une table ronde réunie en 2007 et consacrée à « l'archéologie du village et l'archéologie dans le village » que la nécessité d'écrire un article portant sur les enjeux d'une archéologie en contexte villageois s'est fait sentir. Un rapide aperçu historiographique montre un développement des problématiques axées sur la "naissance du village dans les années 1980, vers une étude plus globalisante prenant en compte l'analyse des espaces villageois. Pour la réalisation de cette étude, il est indispensable de pouvoir mener de front des investigations en milieu rural non bâti et bâti. Or, l'archéologie en contexte villageois reste peu développée, en raison notamment des contraintes techniques auxquelles elle est soumise, mais aussi en raison du peu d'attrait médiatique que soulèvent des découvertes partiellement conservées sur de petites surfaces. Par ailleurs, la pression législative développée ces dernières années ne facilite en rien la mise en œuvre de ce type d'opérations. Les quelques résultats scientifiques récemment obtenus indiquent que loin d'être du domaine de l'impossible, l'archéologie villageoise relève d'une volonté politique aussi bien au niveau des élus, de l'état (SRA) que des scientifiques (collectivités territoriales, CNRS, Inrap et université).

Haut de page

Texte intégral

1En novembre 2007 s’est tenue à Saint-Germain-en-Laye une table ronde consacrée à « l’archéologie du village, archéologie dans le village », organisée à l’initiative du programme collectif de recherches (Pcr) Habitat rural du haut Moyen Âge en Île-de-France et du Groupe de recherche archéologique sur le haut Moyen Âge (Grahma ; en ligne http://www.grahma.org). Cette rencontre a été l’occasion pour des archéologues venus de divers horizons de partager leurs expériences et leurs réflexions concernant l’étude des habitats du haut Moyen Âge au cœur des villages actuels. Elle a montré que les problématiques touchant à l’histoire des villages étaient encore d’actualité et pouvaient être abordées de manière renouvelée, une fois libérées de la polémique qui opposait historiens des textes et archéologues sur la « naissance du village médiéval ». Mais elle a également permis de constater que les spécificités de l’exploration des contextes villageois s’accordent mal avec la législation patrimoniale et le fonctionnement actuel de l’archéologie préventive. Les auteurs de cet article ont alors ressenti le besoin d’attirer collectivement l’attention sur les risques de désertion des villages contemporains par les archéologues, ce qui limiterait considérablement l’approche de l’histoire des campagnes médiévales. Dans ce but, ils dressent un bilan détaillant les enjeux, les étapes de la chaîne opératoire, les difficultés rencontrées, et ils émettent des propositions, à travers la confrontation de leurs différents points de vue liés à la diversité de leurs expériences, ainsi que de leurs organismes et de leurs régions de rattachement.

De la « naissance du village » à l’analyse de l’espace villageois

2C’est au milieu des années 1960 que le village médiéval devient en France un objet d’étude archéologique grâce aux fouilles menées sur des habitats désertés au cours des xive et xve siècles (École pratique des hautes études 1965, 1970). Ces dernières visaient avant tout à illustrer les conséquences matérielles des grandes crises sanitaires et économiques européennes de la fin du Moyen Âge sur les campagnes. En 1972, la publication de la fouille de Brebières marque l’entrée des vestiges d’habitats du haut Moyen Âge dans le domaine des matériaux historiques. C’est notamment à partir de ces vestiges que va s’imposer, au début des années 1980, la question de la genèse du village en instituant « la naissance du village » comme césure entre un premier et un second Moyen Âge. En 1987, la contribution d’un archéologue au cours d’un colloque vient remettre en cause le modèle établi en avançant l’hypothèse d’une stabilité de l’habitat depuis le très haut Moyen Âge (Périn 1992), fondée sur la présence récurrente de nécropoles mérovingiennes précoces à proximité des villages actuels. Objet de vifs débats au cours des années 1980 et 1990 (Chapelot & Fossier 1980 ; Fossier 1982 ; Société des historiens et médiévistes de l’Enseignement supérieur public 1992), la question de la « naissance du village » s’estompe pour laisser place au concept « d’habitat rural du haut Moyen Âge », dont la complexité a été révélée par une archéologie préventive en plein essor.

3La prise en compte des vestiges archéologiques dans les grands travaux d’aménagement du territoire permet désormais de sonder de grandes surfaces et de procéder à des fouilles extensives (Peytremannà paraître-a). Les moyens financiers croissants entraînent l’élaboration de nouvelles techniques de fouilles mises en œuvre par des archéologues professionnels de plus en plus nombreux. Les opérations menées sur des sites d’habitat du haut Moyen Âge se multiplient et permettent de constituer un imposant corpus de structures à partir duquel les archéologues cherchent à comprendre les formes et le développement des habitats au cours du Moyen Âge. Rapidement, il semble évident que l’organisation et le développement chronologique de ces occupations sont d’autant plus lisibles que les surfaces d’observation sont étendues. Ce constat a imposé le grand décapage comme modèle unique, et favorisé l’abandon des contextes où la superficie accessible à la fouille est restreinte et où la lecture n’est pas aussi directe, comme les centres villageois actuels.

4De fait, si l’étude des habitats du haut Moyen Âge a connu de considérables avancées au cours des deux dernières décennies (Lorren1999 ; Faure-Boucharlat 2001 ; Peytremann 2003 ; Zadora-Rio 2003 ; Catteddu 2007), force est de constater que les questions posées au cours des années 1980 sont restées globalement sans réponse. Certes, il ne s’agit plus aujourd’hui d’interroger la « naissance du village médiéval » tant les notions de « naissance » et de définition du village apparaissent dépassées à la lumière des éclairages apportés par une archéologie préventive qui s’intéresse désormais à l’analyse extensive des terroirs sur la longue durée. La recherche du village envisagé en tant qu’archétype s’est parallèlement effacée devant le polymorphisme des sites explorés, conduisant archéologues et historiens des textes à étudier des villages devenus pluriels (Peytremann à paraître-b). Il n’en demeure pas moins que les problématiques relatives à la dynamique des villages restent d’actualité. À quand remontent les villages actuels ? Cette question conduit naturellement à s’interroger sur les vagues de créations de ces habitats, sur leur pérennité et sur les similitudes qu’ils sont susceptibles d’offrir avec les formes et les rythmes d’évolution définis pour les habitats désertés (Peytremann 2003).

5Or, il reste difficile de comparer les données des fouilles extensives aux rares éléments d’information obtenus au sein des villages actuels. Certes, les vestiges fouillés sont morphologiquement semblables, mais la chronologie, l’organisation et le développement topographique des contextes villageois restent délicats à appréhender.

6Parallèlement, de même qu’il est nécessaire de développer les comparaisons entre habitats désertés et habitats pérennes, il ne faut pas négliger l’importance des différences territoriales, alors même que la forme des villages varie encore de nos jours selon les espaces géographiques considérés. Enfin, il est indispensable d’intégrer à la réflexion d’autres aspects tels que les liens avec d’éventuels vestiges plus anciens, les lieux de culte et les espaces funéraires contemporains.

L’archéologie villageoise : une pratique ingrate et difficile à valoriser

7Les problématiques existent donc et justifient les interventions archéologiques sous les villages actuels. Cette pratique est malgré tout peu développée. L’accès au sous-sol est limité parce que les travaux restent souvent superficiels ou consistent à réhabiliter l’existant. Il en a résulté un développement de l’archéologie du bâti qui ne touche que très exceptionnellement les vestiges du haut Moyen Âge. Les aménagements sont fréquemment à l’initiative de particuliers et portent sur des surfaces restreintes à une ou deux parcelles, ce qui entraîne des contraintes à la fois administratives et techniques (impossibilité d’utiliser des grosses pelles, problème de stockage des déblais in situ, etc.). Elles sont comparables à celles du milieu urbain, pour lesquelles des solutions ont été trouvées. Seulement, à l’inverse des fouilles urbaines qui sont susceptibles de révéler à un large public des vestiges spectaculaires ou bien visibles, les fouilles en milieu villageois ne livrent souvent aux résidents que des vestiges en creux, rarement bien conservés et difficiles à valoriser.

8 De plus, les interventions sont délicates : comme en milieu urbain, il peut exister une stratification, souvent ténue, ardue à lire car elle correspond à une succession de niveaux très organiques qui nécessitent une attention particulière, similaire à celle portée aux « terre noires » urbaines. Le diagnostic en milieu villageois est donc le travail d’un archéologue qui va savoir non seulement caractériser les découvertes, mais également les replacer dans le contexte local, régional et national, afin de présenter les enjeux d’une intervention complémentaire. Faute de quoi le verdict, sans appel, est l’absence de prescription de fouille en raison du faible nombre et de l’indigence des structures dégagées en sondage. Enfin, cette archéologie du village s’accommode mal des perpétuels changements d’équipes : à l’instar de l’archéologie urbaine, c’est une archéologie à long terme qui demande de maîtriser à la fois le développement des problématiques scientifiques et la connaissance intime d’un terroir.

9L’obtention de résultats est en effet conditionnée par un suivi archéologique sur la longue durée, parcelle après parcelle, diagnostics après fouilles, sans oublier les enquêtes de proximité, les recherches documentaires et les suivis de travaux ignorés par la législation actuelle. Le cumul des connaissances passe aussi par la prise en compte des sondages négatifs. L’ensemble constitue les pièces d’un puzzle dont le résultat n’apparaît qu’après plusieurs dizaines d’années de labeur. C’est en additionnant les fosses, les silos et les trous de poteaux qu’on obtiendra des bâtiments, des zones de stockage et des champs ; c’est en exploitant l’ensemble des données mobilières, morphologiques, textuelles et paléo-environnementales qu’il sera possible de proposer des hypothèses sur le développement du village étudié.

  • 1  On pense en particulier aux campagnes de sondages systématiques réalisées dans des villages actuel (...)
  • 2  Les unités mixtes de recherches (Umr) pourraient avoir vocation à constituer de tels pôles régiona (...)

10La poursuite de stratégies de recherche à long terme à l’échelle régionale ou micro-régionale, articulant fouilles préventives, fouilles programmées, prospections et sondages systématiques1 exige des équipes stables associant l’Institut national de recherches archéologiques préventives, les collectivités territoriales, les services régionaux d'archéologie, le Cnrs et les universités2.

La fouille au cœur des villages, un dispositif réglementaire inadéquat

11De même que la spécificité du milieu villageois, le dispositif réglementaire en matière d’archéologie préventive ne favorise pas les interventions. Une grande partie des aménagements échappe depuis toujours au contrôle des Sra (réseaux, voiries) et ne font l’objet de suivis ponctuels que sur accord amiable. Avant la loi de 2003, chaque Sra négociait avec la direction départementale de l’Équipement (Dde) un seuil de saisine au niveau départemental. Les projets concernant des parcelles de petite superficie étaient rarement pris en compte (le Sra de Haute-Normandie, par exemple, avait adopté un seuil d’un hectare), sauf par définition d’un zonage, souvent réservé aux agglomérations principales, parfois secondaires, ou à des sites particuliers. La loi du 1er août 2003 n’a pas amélioré les choses, car seuls les aménagements d’une superficie supérieure à 30 000 m2, concernant le plus souvent les marges des bourgs actuels (lotissements, zones d’aménagement concerté et projets donnant lieu à étude d’impact), font maintenant l’objet d’une saisine automatique du Sra (décret 2004-490 du 3 juin 2004). La plupart des travaux entrepris au cœur des villages a donc échappé et échappe encore à tout contrôle.

12Les conséquences de ces modes de gestion sont différentes selon les terroirs : elle sont par exemple moins lourdes dans l’Eure, où de nombreux villages présentent une occupation peu dense et où des parcelles de plus d’un hectare sont encore libres de constructions. L’exemple de Guichainville (1 134 ha), en bordure immédiate de la ville d’Évreux, illustre bien cet aspect (fig. 1). Aucune problématique scientifique particulière n’a été déployée dans la gestion de cette commune où les diagnostics, prescrits presque systématiquement à partir d’un seuil d’un hectare depuis 1993, ont porté quelquefois sur les abords immédiats du village (11,3 ha), mais surtout sur l’ensemble du territoire (104,5 ha). Les résultats sont intéressants, particulièrement pour le haut Moyen Âge : après trois opérations négatives, un habitat des viie-xe siècle a été mis au jour à 300 m de l’église médiévale ; à la périphérie, trois autres sont étudiés. Il est difficile d’évaluer la perte d’information liée aux nombreux travaux antérieurs à 1993. En revanche, le choix du seuil de déclenchement des diagnostics apparaît globalement adapté pour appréhender la forme dispersée de l’habitat au cours des premiers siècles du Moyen Âge sur ledit territoire. Il laisse toutefois encore dans l’ombre quelques questions complémentaires comme la localisation des sites funéraires ou la présence d’exploitations agricoles isolées.

13En revanche, dans de nombreuses régions où la morphologie villageoise est plus dense, une gestion similaire aurait des conséquences très destructrices. La mise en fonction de zonages, dispositif conservé dans la loi de 2003, permet de choisir le seuil de saisine qui peut même être abaissé à un mètre carré. Une telle pratique ne peut cependant être généralisée, en raison de la charge de travail qu’elle induit pour les agents traitant les dossiers dans les administrations (Sra et Dde). Il faut alors choisir un échantillon de villages susceptible de répondre au mieux aux problématiques.

14Ce choix est particulièrement délicat : il ne doit pas ignorer la diversité des terroirs et ne peut laisser de côté certains sites clés, comme les agglomérations secondaires antiques ou les villages associés à un élément fortifié ou religieux (Zadora-Rio & Galinié 2003 ; Passarrius, Donat & Catafau 2008). Il doit aussi prendre en compte la morphologie propre aux habitats de chaque territoire. Enfin, il est intimement lié au développement des villages actuels, dont les tendances sont parfois difficiles à prévoir à long terme tant elles dépendent de l’action et/ou de la pérennité des maires. Ainsi, certaines communes de la périphérie d’Évreux ont connu ces dernières décennies un développement important initié par un maire dynamique, tandis que d’autres, également bien localisées, témoignent de changements moins conséquents et irréguliers. Il y a vingt ans, il était réellement impossible de deviner quelle commune choisir pour obtenir le plus de renseignements.

15De plus, la mise en place de ces zonages demande une convergence de volontés politiques qu’il est très rare d’obtenir. Elle nécessite un réel investissement des Sra dans l’élaboration de ces zones de saisine, et leur validation par les préfets qui craignent souvent que les élus n’y voient des mesures coercitives susceptibles d’éloigner les investisseurs potentiels. Lorsque lesdites zones sont instituées, il existe parfois encore des difficultés liées à la coordination avec les services instructeurs ou les mairies.

16La mise en œuvre des dispositifs réglementaires qui permettent de procéder à une archéologie villageoise requiert donc une coopération entre les élus, les services administratifs en charge du traitement des autorisations faites au titre du Code de l’urbanisme et les services prescripteurs en matière d’archéologie. Mais cette coopération doit aussi concerner les opérateurs susceptibles de conduire des fouilles préventives. Trop souvent, les emprises foncières prescrites sont considérées comme trop petites au regard des moyens humains et financiers nécessaires au diagnostic ou à la fouille. Le nombre limité de services de collectivité procédant à des diagnostics, et la capacité d’intervention plafonnée de l’Inrap, obligent les Sra à des choix draconiens qui favorisent les opérations de grande envergure, où le risque de découverte fortuite est important, et où des sites peuvent être exhaustivement livrés à la fouille. De plus, comme en milieu urbain, le montant de la redevance ne couvre jamais le coût du diagnostic. La fouille mobilise quant à elle des moyens pour de courtes durées. De ce fait, les opérateurs utilisent ces interventions comme variable d’ajustement pour pallier des ruptures de charges de leur calendrier d’intervention. En conséquence, les équipes se succèdent et ne se ressemblent pas, et la question de la sensibilité à la problématique villageoise n’intervient pas dans le choix des archéologues mobilisés. Par ailleurs, dans bien des cas, la prise en charge du coût de la fouille par le Fonds national pour l’archéologie préventive (Fnap) n’incite pas les opérateurs à répondre à l’appel d’offre, non parce que le versement n’est pas effectué en temps et en heure, mais parce qu’il exige des procédures supplémentaires et demeure adossé à une enveloppe réputée pour ne pas être extensible. De fait, faute d’opérateur intéressé par l’histoire de tel ou tel bourg, les appels d’offre sont infructueux et repoussent le début des travaux à la disponibilité de l’opérateur national qui, n’ayant pas répondu à la première consultation, n’est pas très pressé de répondre à la seconde. La limitation quantitative du personnel de l’Inrap réduit d’ailleurs ses capacités opérationnelles au détriment des opérations courtes, peu rentables en termes financiers et de communication. S’ensuit toute une série de mécontentements, dont les élus se font les porte-parole. Autant de remous qui conduisent les services régionaux de l’archéologie à ne pas privilégier ces petites opérations qui présentent des complications administratives et politiques. Pire encore, lorsqu’une prescription est arrachée par le dynamisme d’une équipe d’archéologues intéressés, elle est la première à être annulée lorsque la pression politique due au retard d’intervention se fait trop pesante. Dans un contexte de nécessaire régulation, les opérations de grande ampleur, immédiatement valorisables auprès du grand public, se trouvent largement privilégiées au détriment des petites interventions dans les villages : les résultats scientifiques de ces dernières ne se prêtent guère aux exigences de la communication à court terme qui devient la norme dans le monde de l’archéologie nationale. À ce titre, les choix opérés dans le cadre de Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne) constituent une bonne illustration du déséquilibre de la recherche en matière d’habitat rural du haut Moyen Âge. Ce projet, qui a déjà livré plusieurs milliers d’hectares à la sagacité des archéologues, et notamment des sites majeurs comme celui de Des-Ruelles dans la commune de Serris, a jusqu’à présent totalement délaissé les centres anciens touchés directement par des terrassements très destructeurs (drainage, collecteurs d’eaux pluviales, tranchées techniques, parking souterrain, etc).

Fig. 1

Fig. 1

Localisation des opérations archéologiques sur le territoire de la commune de Guichainville (Eure)

F. Carré

L’archéologie villageoise est avant tout le fruit d’une volonté politique

17Il n’en demeure pas moins que le dispositif réglementaire pour procéder à une archéologie des contextes villageois existe et que ses contraintes sont connues. Sa mise en œuvre nécessite une adhésion de tous les acteurs économiques, politiques et scientifiques autour de problématiques qui en définitive pourraient très bien converger si une véritable démarche pédagogique expliquait l’utilité d’un suivi archéologique sur la longue durée. Des partenariats de longue date et des relations de confiance établis par des agents de l’État, des archéologues de collectivités et plus rarement des équipes de l’Inrap ou du Cnrs attestent qu’un suivi et un conseil de proximité peuvent amener des élus à prendre en compte le patrimoine archéologique enfoui dans la politique d’aménagement de leur village, tout en limitant l’impact économique en termes de délais et de coûts. La politique d’encadrement systématique des travaux dans les communes de l’Ostrevent, conduite par la Commission archéologique du Douaisis (Nord), commence aujourd’hui à porter ses fruits (fig. 2). Néanmoins, il aura fallu près de vingt années d’opérations pour obtenir ces résultats fondamentaux. D’autres programmes s’inscrivent dans cette même perspective. Ils sont généralement le fait d’un investissement particulier d’une collectivité territoriale, comme le suivi et l’étude menés sur le village de Tremblay-en-France par le service départemental de l’archéologie de Seine-Saint-Denis. Ils peuvent être aussi menés par une équipe du Cnrs, comme à Lunel-Viel où, pendant une vingtaine d’années, ont été associés fouilles préventives et programmées, prospections et suivis de travaux, grands décapages et explorations de petites parcelles au cœur du village (Raynaud2007).

18Dans certaines communes ou communautés d’agglomérations, les procédures de demande volontaire de diagnostic sont privilégiées parce qu’elles permettent à un aménageur de bénéficier pour un coût modéré (0,41 euros par mètre carré à l’heure actuelle) d’un bon outil d’évaluation du temps et des moyens qui seront mobilisés, le cas échéant, par la fouille. Privilégier un tel dispositif nécessite néanmoins la disponibilité d’un opérateur qui accepte de prendre à sa charge l’essentiel du coût du diagnostic tout en assurant une intervention dans des délais raisonnables. Cette option est celle mise en œuvre pour assurer le suivi archéologique à Vieux (Calvados), petite commune rurale dont la vocation agricole se traduit par une stabilité de l’habitat troublée seulement de temps en temps par un projet de construction individuel et des travaux liés à l’application des normes européennes en matière d’assainissement collectif ou d’enfouissement des réseaux (Hincker 2007). Depuis plus de vingt ans, le travail de sensibilisation des résidents en matière de patrimoine et la disponibilité du service d’archéologie du conseil général du Calvados permettent d’assurer les surveillances de travaux et la conduite des diagnostics et des fouilles (fig. 3). Les changements législatifs de 2001, 2003 et 2004 ne sont pas venus remettre en cause ce choix alors que le montant de la redevance reste le plus souvent infime. À Vieux, comme ailleurs, malgré les investissements lourds en termes de temps et de financements consentis par la collectivité, force est de constater que le travail de pédagogie est un travail de tous les instants, car l’entente reste toujours précaire. Les présupposés ont la vie dure tant ils ont pendant longtemps motivé le regard des uns et des autres. Un raté dans la procédure ou un retard dans les calendriers opérationnels produit très vite des réflexes de méfiance. Il est donc nécessaire d’expliquer régulièrement les motivations et les procédures de l’archéologie, dont les élus de petites communes ont bien souvent quelques difficultés à suivre les évolutions, aussi rapides que chaotiques. Pour susciter l’adhésion des élus locaux, les archéologues doivent faire la démonstration de la pertinence de l’investissement consenti. Or, contrairement à une idée largement partagée, l’argument d’une mise en valeur du patrimoine ne saurait suffire en lui-même, car les élus savent très bien que cette démarche entraîne de nouveaux coûts dont ils n’ont pas forcément envie d’assumer la charge à moyen et long terme. Jouer sur la seule fibre patrimoniale obligerait les archéologues à se cantonner à une logique économique et financière difficile à plaider quand ils ne découvrent que des trous de poteaux et des cabanes excavées. L’archéologie villageoise n’a en effet rien à gagner à se justifier par des critères exclusivement comptables, si chers aux actuelles politiques d’évaluation qui sévissent à tous les niveaux de l’investissement public.

19Il convient donc d’emprunter d’autres pistes pour expliquer l’utilité d’étudier l’histoire des villages, en explorant notamment ce qui porte aujourd’hui l’affreuse appellation du « vivre ensemble » que recouvrait il y a peu la notion de lien social. Les questionnements retenus par les archéologues, comme la dynamique de l’urbanisme, la place des équipements collectifs utilitaires ou symboliques, la gestion des espaces non bâtis, le statut de la terre, l’usage du sol, les causes du déclin ou inversement de l’essor des agglomérations, leurs interactions avec le terroir et les autres pôles d’habitat, etc., sont autant de problématiques qui occupent aujourd’hui les institutions politiques en charge de la gestion des villages et de leurs territoires. Il est dès lors possible de montrer qu’il y a convergence de préoccupations, du moins si l’on prend le temps de cette démonstration. Ce temps nécessite d’inscrire l’investissement des équipes d’archéologues dans la longue durée, notamment pour établir un dialogue confiant avec les élus. Nos outils d’analyse et la connaissance des témoignages du passé peuvent ainsi devenir des moyens d’aide à la prise de décision politique.

20Ils sont également la source de nouveaux liens sociaux. Qui, en effet, n’a pas constaté que, dans les villages, les terrains fouillés se transforment bien vite en nouvelle place publique ? Qui n’a pas été confronté à l’apparition d’une association ou d’un comité des fêtes souhaitant produire des actions culturelles autour des découvertes archéologiques ? L’archéologie en contexte villageois crée de fait de nouveaux liens sociaux dont les acteurs sont susceptibles, ensuite, d’intervenir dans la gestion administrative et financière de l’archéologie préventive. Faute d’une équipe d’archéologues professionnels à demeure, les associations de bénévoles doivent être considérées comme de très bons relais locaux. Elles sont longtemps intervenues dans les débats relatifs à la politique nationale de l’archéologie. Mais la professionnalisation de la discipline s’est accompagnée d’une déconsidération de ces relais associatifs qui prive aujourd’hui les intervenants publics d’intermédiaires utiles auprès des décideurs politiques.

21Dans la pratique, la dynamique aboutissant à une prise de conscience de l’intérêt de l’archéologie dans un contexte villageois est le résultat d’une fouille préventive, d’une volonté politique de la part d’un acteur public, ou d’une initiative émanant d’un ou plusieurs archéologues. La conduite d’une fouille programmée au cœur d’un village est un bon moyen d’y prendre pied. Cet outil de sensibilisation demeure capital pour s’assurer la participation des populations locales à la gestion des politiques patrimoniales.

  • 3  Par exemple, l’Inrap ne les considère que par « l’évolution des terroirs, au travers des opération (...)

22La découverte de la diversité des habitats ruraux du haut Moyen Âge est l’un des apports majeurs de l’archéologie préventive. Pour comprendre ces résultats, il est indispensable de comparer les vestiges des habitats abandonnés découverts lors des grands décapages avec ceux qui se trouvent sous les villages actuels. Or, l’archéologie médiévale se trouve face à une profonde contradiction dans la mesure où, depuis quelques années, elle intègre l’étude du milieu dans lequel évoluent les populations, alors qu’elle délaisse l’exploration des villages actuels. À l’heure où toutes les instances scientifiques s’accordent sur la nécessité d’étudier des terroirs dans la longue durée3, force est de constater que la pratique même de la fouille ne parvient pas à s’inscrire dans la continuité. La prise en compte urgente du sous-sol des villages actuels passe par une stabilisation et une meilleure coordination interinstitutionnelle des équipes d’archéologues, et par la sensibilisation des élus.

Fig. 2

Fig. 2

Localisation de la fouille de Lauwin-Planque sur la matrice cadastrale (Nord)

Chr. Séverin, J.-M. Willot

Fig. 3

Fig. 3

Schéma d’évolution de l’occupation dans le hameau Saint-Martin de Vieux (Calvados) entre le viie et le xe siècle à partir des diverses opérations archéologiques menées depuis 1987

Haut de page

Bibliographie

Catteddu, I. 2007. « Le renouvellement des connaissances sur l’habitat et l’espace rural au haut Moyen Âge », in : J.-P. Demoule (dir.), L’archéologie préventive dans le monde. Apports de l’archéologie préventive à la connaissance du passé. Paris, La Découverte : 82-101.

Chapelot, J. & R. Fossier. 1980. Le village et la maison au Moyen Âge. Paris, Hachette.

École pratique des hautes études, vie section et Centre des études historiques (éd.). 1965. Villages désertés et histoire économique : xie-xviiie siècle. Paris, Sepven (Les hommes et la terre ; 11).

École pratique des hautes études & Académie polonaise des Sciences (éd.). 1970. Archéologie du village déserté, Paris, Armand Colin (Cahiers des Annales ; 27).

Faure-Boucharlat, E. 2001. Vivre à la campagne au Moyen Âge : l’habitat rural du ve au xiie siècle (Bresse, Lyonnais, Dauphiné) d’après les données archéologiques. Lyon, Association lyonnaise pour la promotion de l’archéologie en Rhône-Alpes (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne ; 21).

Fossier, R. 1982. Enfance de l’Europe. Aspects économiques et sociaux, t. I. L’homme et son espace. Paris, Presses universitaires de France.

Hedeager, L. 1982. « Settlement continuity in the villages of Stevns, South-Eastern Zealand – an archaeological investigation », Journal of Danish Archaeology, I : 127-131.

Hincker, V. 2007. « De la ville au village médiéval. Déclin de la capitale de la cité des Viducasses, Vieux (Calvados) du ive siècle à l’An mil », Annales de Normandie, 57e année, fascicules 1 et 2 : 3-26.

Lewis, C. 2007. « Test pit excavation within currently occupied rural settlement in East Anglia – Results of the Hefa Cors project in 2007 », Medieval Settlement Research Group Annual Report, 22 : 48-56.

Lorren, Cl. 1999. « Le village en Gaule du Nord pendant le haut Moyen Âge. Quelques remarques et hypothèses suscitées par l’observation des résultats de fouilles archéologiques récentes », in : J. Decaëns & A.-M. Flambard Hericher (éd.), Actes du IIIe Colloque européen des professeurs d’archéologie médiévale, université de Caen, centre Michel de Boüard, Cram, 11-15 septembre 1996. Caen, Publications du Cram : 119-132.

Passarrius, O., R. Donat & A. Catafau. 2008. Vilarnau. Un village médiéval en Roussillon. Perpignan, Trabucaire Éditions.

Périn, P. 1992. « La part du haut Moyen Âge dans la genèse des terroirs de la France médiévale », in : M. Parisse & X. Barral i Altet (éd.), Le roi de France et son royaume autour de l’An mil. Actes du colloque Hugues Capet 987-1987, la France de l’An mil, Paris-Senlis, 22-25 juin 1987. Paris, Picard : 225-234.

Peytremann, É. 2003. Archéologie de l’habitat rural dans le nord de la France du ive au xiie siècle. Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne (Mémoires de l’Afam ; 13) 2 volumes.

Peytremann, É. À paraître-a. « L’archéologie de l’habitat rural du haut Moyen Âge dans le nord de la France : trente ans d’apprentissage », in : J. Chapelot (éd.), Trente ans d’archéologie médiévale en France : un bilan pour un avenir. Actes du IXe Congrès international de la Société d’archéologie médiévale. Vincennes, 16-18 juin 2006.

Peytremann, É. À paraître-b. « Pour une approche renouvelée des habitats ruraux du haut Moyen Âge dans la moitié nord de la France », in : Actes de la table ronde « Pratiques de l’espace. Archéologie et histoire des territoires médiévaux », organisée à l’occasion du cinquantenaire du Crahm, Caen 29 février-1er mars 2008.

Raynaud, C. (dir.). 2007. Archéologie d’un village languedocien. Lunel-Viel (Hérault) du ier au xviiie siècle. Lattes, Éditions de l’Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon (Monographies d’archéologie méditerranéenne ; 22).

Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public (éd.). 1992. Villages et villageois au Moyen Âge. Actes du XXIe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, Caen, 1990. Paris, Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale ; 26).

Zadora-Rio, É. (dir.). 2003. Dossier L’habitat rural du haut Moyen Âge, Les Nouvelles de l’archéologie, 92 : 5-33.

Zadora-Rio, É. & H. Galinié. 2003. « La fouille du site de Rigny (viie-xixe siècles) et la question de la genèse des centres paroissiaux », Les Nouvelles de l’archéologie, 92 : 24-27.

Haut de page

Notes

1  On pense en particulier aux campagnes de sondages systématiques réalisées dans des villages actuels d’autres pays européens comme le Danemark (Hedeager 1982) ou l’Angleterre (Lewis 2007).

2  Les unités mixtes de recherches (Umr) pourraient avoir vocation à constituer de tels pôles régionaux interinstitutionnels, mais encore faut-il qu’elles ne soient pas balayées par les réformes en cours du Cnrs.

3  Par exemple, l’Inrap ne les considère que par « l’évolution des terroirs, au travers des opérations de grande ampleur » (axe de recherche n° 8).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Localisation des opérations archéologiques sur le territoire de la commune de Guichainville (Eure)
Crédits F. Carré
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 2
Légende Localisation de la fouille de Lauwin-Planque sur la matrice cadastrale (Nord)
Crédits Chr. Séverin, J.-M. Willot
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/727/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 3
Légende Schéma d’évolution de l’occupation dans le hameau Saint-Martin de Vieux (Calvados) entre le viie et le xe siècle à partir des diverses opérations archéologiques menées depuis 1987
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/727/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Carré, Vincent Hincker, Nadine Mahé, Édith Peytremann, Sébastien Poignant et Élisabeth Zadora-Rio, « Histoire(s) de(s) village(s) », Les nouvelles de l'archéologie, 116 | 2009, 51-59.

Référence électronique

Florence Carré, Vincent Hincker, Nadine Mahé, Édith Peytremann, Sébastien Poignant et Élisabeth Zadora-Rio, « Histoire(s) de(s) village(s) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 116 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/727 ; DOI : 10.4000/nda.727

Haut de page

Auteurs

Florence Carré

Service régional d’archéologie de Haute-Normandie, Rouen
florence.carre@culture.gouv.fr

Vincent Hincker

Service départemental d’archéologie du Calvados, Caen
v.hincker@cg14.fr

Articles du même auteur

Nadine Mahé

Inrap, Croissy-Beaubourg
nadine.mahe@inrap.fr

Édith Peytremann

Inrap et université Paris-I, Strasbourg et Paris
edith.peytremann@inrap.fr

Sébastien Poignant

Inrap, Croissy-Beaubourg
sebastien.poignant@inrap.fr

Élisabeth Zadora-Rio

Centre national de la recherche scientifique, Tours
elisabeth.zadora-rio@univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org