Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

L’utilisation et la gestion des images numérisées en archéologie1

Virginie Fromageot-Lanièpce
p. 45-51

Texte intégral

  • 1  Cet article, rédigé en juillet 2007 pour un atelier de numérisation, a été mis à jour en avril 200 (...)

1En introduction de l’un de leurs articles méthodologiques, René Ginouvès et Anne-Marie Guimier-Sorbets affirmaient : « On ne s’étonnera pas que des archéologues, appelés à décrire le rôle de l’image dans leur discipline, commencent par affirmer que ce rôle est absolument essentiel. L’archéologie effectivement s’applique à l’étude des documents du passé, documents matériels qui, parce qu’ils occupent un volume dans l’espace, avec des formes, des couleurs, éventuellement un décor, toutes choses qui peuvent être représentées en images, comme les réalités matérielles dont s’occupent bien d’autres sciences ; mais dans notre discipline, ces images sont appelées à constituer un élément fondamental dans le processus de la recherche. » (Ginouvès & Guimier-Sorbets 1992) Les archéologues exploitent la diversité des formes d’images, dessins ou photographies, moulages, photogrammétries (Jockey 1999), et les organismes de recherche ont parfois utilisé l’informatique pour gérer les volumes d’images produits (Guimier-Sorbets 1994 ; Arnaudiès 2005).

2Avec les progrès des technologies numériques, les archéologues, dans leur grande majorité, créent et utilisent de plus en plus des documents numérisés pour les descriptions textuelles, chiffrées, les reproductions graphiques, photographiques et parfois même vidéo des données qu’ils manipulent pour leur recherche. Que ce soit sur les terrains de fouille ou dans les laboratoires, l’acquisition de ces dernières se fait sous une forme directement numérisée ; quand ce n’est pas le cas, les équipes sont amenées à numériser les documents acquis. Selon quelles techniques faut il réaliser ces images numérisées – qui seront bientôt en nombre considérable et qui sont d’une importance majeure pour l’acquisition et la conservation de la connaissance archéologique, comme pour sa diffusion – pour répondre aux diverses utilisations ? Comment doivent-elle être conservées et accessibles ? Ces besoins ne sont pas vraiment nouveaux (Guimier-Sorbets 1996).

3Ce texte présente l’élaboration technique d’un projet de numérisation en archéologie en vue d’aider ceux qui ont à mener un tel projet ou qui préparent dans le cadre d’un appel d’offre un cahier des charges pour la numérisation d’un fonds documentaire.

Des besoins variés

Numériser les documents acquis sous forme analogique

4Dans notre équipe, le programme de numérisation remonte à la fin des années 1980, quand Kodak a proposé au public de remplacer les traditionnels diaporamas et les projecteurs de diapositives par une solution numérique utilisant les CD-Photos (supports d’une centaine d’images) et l’ordinateur (outil de lecture). Ces disques géraient des fourchettes de définitions avec cinq tailles de fichiers et un format non compressé, dans un système intelligent répondant aux utilisations diverses de l’usager, et de l’archéologue en particulier : le format le plus grand pour la conservation et l’édition de qualité, des formats inférieurs pour les lectures à l’écran.

5Cette forme numérisée des documents a permis jusqu’à présent de satisfaire une gamme d’utilisations diversifiée :

  1. retrouver l’image archéologique sous forme numérisée, en l’appelant à partir des bases de données de l’équipe ;

  2. conserver une copie informatique de documents originaux qui peuvent avoir une durée de vie « limitée » ; on peut aussi corriger les clichés, par exemple enlever la tonalité rougeâtre que les diapositives prennent au fil des années ;

  3. fournir aux éditeurs, pour la communication écrite (actes de colloque, périodiques, ouvrages), les illustrations numérisées ;

  4. projeter, pour la communication orale, les « Powerpoint » d’images de plus en plus employés dans les séminaires et colloques ; les diapositives sont conservées pour l’enseignement, mais les solutions numériques se généralisent dans certaines universités ;

  5. examiner les images pour les recherches.

6Nous utilisons toujours aujourd’hui les fichiers issus de la numérisation de Kodak, bien qu’il ait fallu récemment transférer les disques.

7Après cette première expérience, l’équipe a numérisé diapositives, négatifs, tirages et extraits de livres, en s’équipant avec ses propres moyens et en se formant grâce à l’aide du service photographique de la Maison René-Ginouvès, tout en assurant une part d’auto-formation (Pelle, Bierry & Boutroue 2000). La limite maximum atteinte par la résolution (6 millions de pixels) est aujourd’hui bien supérieure à nos besoins et les photographes de la Maison René-Ginouvès peuvent imprimer les posters des expositions photographiques à partir des numérisations. Nos premiers travaux, quant à eux, peuvent être analysés comme une phase d’expérimentation qui n’a pas donné que de bons résultats à l’édition, et dont nous tirons aujourd’hui des enseignements.

8Du fait des utilisations variées, avec des restitutions à l’impression ou à l’écran, nous devons travailler avec le principe de la fourchette de définitions des CD-Photos :

  1. des images « haute définition » pour l’édition : il faut numériser les images avec une taille d’au minimum 2 048 x 3 072 pixels (longueur et largeur de l’image en pixels), ce qui donne une image de taille A4 et laisse donc une marge pour des impressions en général plus petites. Numériser en très haute définition est aussi nécessaire à la création de posters photographiques destinés à des expositions ;

  2. des « images écran » pour la communication orale et l’enseignement : l’image pour pouvoir être affichée en plein écran doit être environ de la taille des écrans des portables qui servent à la projection, aujourd’hui un minimum de 1 024 x 1 536 pixels ;

  3. des « vignettes » pour la visualisation des images dans les bases de données ou dans les sites web : ces « imagettes » d’aperçu rapide, de 512 x 768 pixels, facilitent le travail sur des volumes importants d’images et accélèrent les temps d’accès pour la consultation en ligne. Ce format prévient aussi contre le « piratage » d’images.

9Dans les bases de données internes d’équipes de recherche, les images liées seront des « images écran » et une fonctionnalité d’export permettra aux enseignants-chercheurs de constituer leurs dossiers de cours ou de conférences en consultant la base.

  • 2  Par exemple sur Mac, dans le logiciel Aperçu, commande « Lire les informations » ; dans Photoshop, (...)

10Une fois les besoins déterminés, on cherche la résolution, c’est-à-dire la finesse de la trame de points qui sert à coder l’image en pixels ; pour cela, le document original, ses dimensions et sa qualité sont déterminants. On choisit 3 000 dpi (unité de mesure de la résolution) pour une diapositive 24 x 36, mais 300 dpi pour une image pleine page dans un livre d’art, 600 dpi pour une image de petite dimension que l’on souhaite agrandir. La taille en pixels des images, indice de qualité, se vérifie avec tous les logiciels de lecture d’images, avec plus ou moins de facilité2.

11Le tableau 1 résume ces principes de numérisation.

Tabl. 1

Tabl. 1

Les cinq tailles de fichiers images utilisées par les CD-Photos de Kodak et reprises par l’équipe

L’acquisition de données sous une forme directement numérisée

12On ne fera qu’aborder pour mémoire le dessin assisté par ordinateur (Dao) – plans, relevés, restitutions – qui est très répandu, à la fois pour créer les représentations nécessaires à l’étude et pour reprendre d’anciens documents qu’il faut publier avec le meilleur résultat. Réalisée en image vectorielle, cette imagerie, à la différence du Bitmap, ne pose pas le problème de la résolution mais celuidu rendu selon l’épaisseur des traits.

  • 3  Conseil de test pour régler la résolution de la prise de vue dans l’appareil : regarder la taille (...)
  • 4  Dans I-Photo sur Mac, si on adopte la gravure sur CD, on produit une photothèque IPhoto sur le dis (...)

13Quant à la photographie numérique, qui nous intéresse ici directement, elle a d’abord coexisté avec la photographie argentique avant de s’imposer. Elle permet de multiplier les clichés, à charge pour l’utilisateur de choisir ensuite lesseules images qu’il juge indispensables. La prise de vue numérique est également précieuse pour numériser des livres anciens. Les appareils ont une résolution moyenne de 6 millions de pixels et les plus performants atteignent 20 millions, ils permettent d’excellents tirages et la gamme d’utilisations vue ci-dessus3. La conservation après la prise de vue dépend de l’outil de lecture accessible : à condition de disposer d’un ordinateur, on transfère les photographies depuis la carte mémoire de l’appareil numérique pour graver les fichiers sur un DVD-ROM de sauvegarde. Sans machine, il faut partir avec plusieurs cartes et éventuellement faire des tirages papier chez un prestataire (on en trouve dans beaucoup de pays). Ces images ont l’avantage d’être disponibles avec une certaine immédiateté pour l’étude, elles peuvent être examinées avec zooms et premières retouches, et aussi annotées. Des logiciels4– par exemple pour Mac et PC : I-Photo, Acd-See, Picasa, Adobe Lightroom – sont apparus à cette étape de post-production numérique, afin d’assister les photographes amateurs ou professionnels dans le transfert, la sauvegarde, la consultation et l’annotation de leurs photos. L’annotation des clichés, dès la prise de vue, est essentielle pour le chercheur, et il faut la récupérer dans le système documentaire de l’équipe de recherche.

Stockage sur supports optiques et serveurs d’images

  • 5  Disques enregistrables à préférer pour la conservation : le CD-R (650 à 740 Mo de données), le DVD (...)

14Les images peuvent se conserver, et se retrouver, sur des disques CD-ROM et DVD-ROM5, enregistrables pour la photothèque et effaçables pour les sauvegardes des prises de vues ; gravés selon la norme ISO 9660 activée par défaut par les dernières versions de Windows et Mac OS, ils sont lisibles dans les deux environnements. Sur le plan de la conservation, certains professionnels accordent toute confiance aux disques optiques pour l’archivage à long terme. Des progrès sont à attendre du stockage en ligne, qui permet de gérer des volumes bien plus importants et qui peut se décliner en deux configurations : « Intranet », c’est-à-dire à l’usage interne d’une institution, ou « Extranet », accessible par des utilisateurs extérieurs. L’une et l’autre sont utiles, la première aux organismes de recherche pour gérer leurs collections en accroissement exponentiel quand la gestion sur disques n’est plus possible, la seconde pour le travail réalisé dans le cadre de collaborations interprofessionnelles ou interinstitutionnelles. Une telle infrastructure existe déjà dans les secteurs industriels ou dans les grandes entreprises, où les documents sont stockés dans des espaces partagés qui remplacent l’environnement bureautique individuel, en vue de faciliter  la circulation de l’information entre les collaborateurs tout en préservant un accès réservé aux documents, et de permettre le « travail nomade ». Dans les organismes de recherche ou dans les universités, les services informatiques exploitent de plus en plus les technologies réseaux qu’ils connaissent bien ; les équipes pourraient transférer tout ou partie de leurs photothèques numériques (documents et base de données) pour autoriser l’accès à distance et simultané de plusieurs chercheurs aux mêmes documents, faciliter les mises à jour et simplifier les procédures de conservation avec un seul et même support et un ensemble de logiciels limité au serveur. Pour cela, il faut mutualiser les compétences des services informatiques qui sont les seuls à pouvoir mettre en œuvre durablement des équipements lourds conformes aux attentes des équipes (voir tabl. 2, Archéovision et Banques d’images de la Maison de l’Orient méditerranéen ; toutes les adresses des sites citées dans cet article sont rassemblées dans ce tableau).

Tabl. 2

Tabl. 2

Ressources Internet citées (ces adresses Web ont été consultées jusqu’au 22 avril 2009)

Formats et compression des images

15Comme formats d’enregistrements, les normes JPEG (images fixes) et MPEG (images animées) garantissent une lecture sur toutes les configurations et utilisent des techniques de compression pour réduire l’encombrement des fichiers sur les supports de stockages – une diapositive 24 x 36 couleur haute définition a une taille moyenne de 25 Mo sans compression et passe à 3 Mo en JPEG (compression légère). Les autres formats de fichiers, propriétaires mais standardisés (TIFF, EPS), offrent l’alternative sans compression pour la conservation et l’édition. Mais il existe beaucoup d’autres formats : le logiciel Aperçu d’Apple en lit une dizaine, Photoshop est plus avancé avec vingt-cinq formats.

16Pour les prises de vues : les images sont enregistrées par l’appareil photo numérique directement en JPEG en excellente qualité et conservées dans ce format d’origine ; le récent format RAW offrant une qualité supérieure est de plus en plus utilisé par les photographes.

17Pour la conservation et l’édition : on s’entend dans plusieurs équipes de recherche pour enregistrer les images brutes en TIFF, retoucher une copie gardée dans ce format pour éviter d’enregistrer en multipliant les compressions, et transmettre le résultat en TIFF aux éditeurs. Les prises de vues numériques sont converties en TIFF si les règles de l’éditeur le précisent.

18Pour les échanges avec d’autres chercheurs et les tirages papier chez les prestataires (en France et à l’étranger) : on préfère convertir en JPEG pour garantir la lecture, après avoir rencontré plusieurs problèmes.

19Pour la lecture à l’écran (Powerpoint, Internet, base de données) : on doit passer à JPEG avec compression dégradante pour ne pas encombrer sa machine ou les lignes ; nous pratiquons la compression à 30 %, voire à 10 % de la qualité, sans que cela altère la restitution à l’écran, en utilisant la commande « Enregistrer pour le Web » de Photoshop, très performante.

Retouche

20La numérisation de l’image, on le sait, offre de multiples possibilités de traitement ; les corrections colorimétriques, le renforcement des contrastes, la netteté, la suppression des poussières, le contrôle des inversions gauche-droite des clichés sont les plus fréquentes, d’autres sont plus avancées :

  1. pour le dessin d’une mosaïque, le fond blanc a été corrigé en fond noir pour retrouver la véritable couleur de fond de la mosaïque ;

  2. pour des terres cuites à décor de poissons et des monnaies, différentes photos d’objets ont été rassemblées sur la même planche en respectant les échelles, afin de présenter les rapports de taille ;

  3. pour les photographies de mosaïques in situ ou dans un musée, la position du photographe, debout à l’extérieur du pavement, crée une vue biaisée, en argentique comme en numérique, que l’on peut redresser sur le document numérisé pour obtenir une vision à 90 degrés (Aubry 2006 ; Szabados 2006).

21Tous ces traitements ont leurs limites, comme l’expliquent les archivistes : « Les données et documents numériques sont plus faciles certes à manipuler, dupliquer, transférer que les documents traditionnels. Mais ils sont également plus faciles à modifier et ils peuvent, très rapidement et de façon irréversible, perdre leur intégrité d’origine. » (Dhérent 2002) Sur le même principe, André Pelle, responsable du service photographique de la Maison René-Ginouvès, propose de conserver la version brute de l’image de façon à pouvoir, à l’avenir, relancer des moulinettes de traitement sur les images originales. Il précise que cette précaution vaut pour les prises de vues in situ difficiles à refaire ; on pense aussi aux diapositives numérisées au passage d’un collègue étranger. Un logiciel d’image professionnel (Aperture, pour Mac) lui donne raison : avant toute retouche, ce programme conserve les fichiers originaux sous forme d’un fichier « master ».

Mettre aux normes de l’édition imprimée

22Les consignes techniques données par les éditeurs aux auteurs des publications concernent :

  1. la définition : toute image, même parfaite à l’écran, ne sera pas bonne une fois éditée car seule la haute définition convient ; les éditeurs demandent une image de 3 000 x 2 000 pixels pour une impression pleine page à 300 dpi. Les images graphiques posent quelques problèmes : la revue de l’American Journal of Archaeology demande des images numérisées à 1 200 dpi en niveaux de gris (voir tabl. 2, Submitting Image), le Centre d’études alexandrines redessine les plans en mode vectoriel ;

  2. les formats d’enregistrement : les images dans des formats pas ou peu compressés – TIFF et EPS de préférence, en évitant les images importées dans Word, dans Illustrator, ou les fichiers PDF, à moins de les donner aussi à part – sont facilement importables dans les logiciels de mise en page ;

  3. les tirages papier qui peuvent servir à renumériser ou indiquer les bonnes couleurs.

23Pour la restitution des couleurs à l’impression, l’éditeur prévient de la différence entre les résultats obtenus avec les imprimantes laser et jet d’encre des équipes de recherche et les sorties des imprimeurs en quatre couleurs (cyan, magenta, jaune, noir). Une revue italienne nous a demandé de convertir dans cette quadrichromie nos images numérisées en trichromie, mode réservé à l’écran ; mais combien de personnes dans notre communauté sauront appliquer toutes ces règles nécessaires au travail des imprimeurs ? Ceux-ci travaillent avec des chaînes numériques calibrées qui garantissent la même gamme de couleurs entre matériel d’acquisition et de restitution, mais ici commence peut-être un autre métier.

24Pour aborder l’édition électronique, on peut dire que la restitution à l’écran se fait avec des images en basse résolution (72/150 dpi) et des formats compressés – JPEG, PNG (photographies), GIF (graphiques) ou PDF (textes mis en page) –, soit de petites tailles pour un affichage rapide (512 x 768 pixels), soit avec une taille plein écran (1 024 x 1 536 pixels) pour les présentations Powerpoint. On crée toutes ces images à partir du cliché haute définition, jamais l’inverse. Le logiciel Photoshop permet d’automatiser la réduction et la compression avec des scripts sur des dossiers entiers. Cette méthode, qui n’intéresse que quelques personnes aux activités d’édition électronique, pourrait s’étendre à un plus grand nombre si chercheurs et universitaires souhaitaient déposer leurs tirés à part, articles sous presse ou publiés, dans les archives de publications du Cnrs, et si les docteurs voulaient faire de même avec leurs thèses (voir tabl. 2, HAL-SHS et TEL), car en archéologie, la mise en circulation du texte intégral n’a pas de sens sans les illustrations. Certains produits numériques suivent une autre règle, celle de restituer à l’écran les images haute définition pour offrir de bonnes vues de détails des images et permettre un travail iconographique approfondi ; c’est le cas des photographies de Rome dans les années 1910 du fonds Collinet-Guérin, conservées par l’Institut national d’histoire de l’art et consultables sur son site Web, ou des images à 50 millions de pixels du Musée achéménide virtuel et interactif édité par le Collège de France.

L’image dans la base de données

25La gestion des documents traditionnels, qu’il s’agisse de photographies argentiques (négatifs, diapositives, tirages photographiques) ou d’imprimés (dessins, plans et cartes), suit un protocole connu. Les chercheurs et enseignants gèrent souvent la documentation eux-mêmes, et parallèlement les institutions de recherche organisent la gestion des archives scientifiques de leurs membres. Dans les deux cas, les documents physiques doivent être conservés dans un parfait état sur place et dans la durée (Centre de recherches sur la conservation des documents graphiques 1991), leur analyse et leur classement doivent être organisés. La constitution de bases de données référentielles facilite les recherches quand le nombre de documents est trop important pour que la mémoire seule puisse s’y retrouver. L’École française d’Athènes, par exemple, a une certaine avance et un chercheur qui travaille sur un monument de Delphes peut trouver dans les archives tous les dessins, les photographies et les estampages réalisés depuis 160 ans. Cet accès est organisé par et pour les chercheurs, fournisseurs et utilisateurs de la photothèque générale, qui déposent les documents, analysent les informations qu’ils contiennent et indiquent les modalités de communication souhaitées (communication ouverte, réservée, interdite). L’institution assure la pérennité de ces documents et celle de la base de données qui conserve les informations pertinentes pour les retrouver et les utiliser.

26Avec les documents numérisés, il faut conserver les mêmes principes et constituer la base de données le plus rapidement possible, face à une croissance de type exponentiel : le chercheur qui travaille sur le monument de Delphes doit trouver les documents « récents » acquis lors des prises de vues numériques et en dessin assisté par ordinateur, au même titre que les « anciens » numérisés ou redessinés. L’outil sera utile à tous les cercles de travail, à l’équipe de recherche pour pérenniser l’information au fil de l’étude, dans le cadre des collaborations, puis pour le fonds documentaire collectif après la publication des résultats de recherche.

27L’Institut national d’histoire de l’art a ouvert une autre voie, en prenant en compte les collections d’images numérisées disponibles sur Internet : il vient d’ouvrir en début d’année sur son site Web le Guide iconographique qui permet d’atteindre 145 sites validés dont les images sont librement téléchargeables. Pour les ressources payantes, les propositions d’abonnements électroniques du département Sciences humaines et sociales du Cnrs pour 2009 comptent le nouveau site ArtStore, qui apparaît comme une solution académique sélective par rapport à Google Images (voir tabl. 2).

L’identification des images

28La base de données donne bien sûr accès à toutes les images conservées sur les supports de stockage. Il est simple, quand on travaille avec des disques, de choisir un système d’identification partant du support physique :

  1. pour les CD-Photo, un numéro de disque et un numéro d’image (ex. CD3094-055) ;

  2. pour nos numérisations, un numéro de disque, un titre archéologique abrégé en dossier intermédiaire et le numéro d’image (ex. CD010-Antiochemosaique-01) ;

    • 6  Logiciels téléchargeables sur le Web, en cherchant sur Google : « renommer fichiers » ou « renomme (...)

    pour les prises de vues, le numéro du disque de sauvegarde, les mentions précisant la localisation, l’auteur et la date, suivies d’un numéro d’image, tous ces éléments attribués grâce à des logiciels qui renomment les fichiers par lots et remplacent le numéro d’image généré automatiquement par l’appareil photographique6 (ex. CD079-Anfouchy-AMGS2006-01).

L’indexation

29La nature des informations prises en compte dans la base de données doit être décidée avec les membres de l’équipe de recherche. Nous avons retenu pour notre fonds :

  1. l’identificateur évoqué ci-dessus,

  2. le lieu de prise de vue,

  3. la description des vestiges archéologiques par lots d’images (au lieu d’un travail image par image),

  4. la date de prise de vue,

  5. son auteur,

  6. la source bibliographique pour une reproduction de livre,

  7. le type d’image,

  8. la référence à des publications de l’équipe (système pour retrouver rapidement des images souvent utilisées pour illustrer un dossier de recherche).

30La plupart de ces informations macroscopiques sont saisies au laboratoire avant que le spécialiste n’intervienne à un niveau plus fin pour préciser la localisation et la description des vestiges avant de remplir le champ « Commentaire » par des annotations libres. L’équipe doit donc gérer la saisie à plusieurs auteurs dans une base de données unique ou des extractions de fiches.

31Sur le plan de l’informatique documentaire, ces informations sont structurées dans des champs déterminants pour les traitements.

La visualisation interactive de l’image

32La base est d’autant plus utile qu’elle donne, pour toutes les images, un aperçu immédiat grâce à la visualisation interactive, et permet de sélectionner rapidement les éléments les plus pertinents. Cette technique, expérimentée par Anne-Marie Guimier-Sorbets avec le vidéodisque analogique ancêtre des CD-ROM, a été reprise aujourd’hui avec des dossiers d’images liés au fichier de la base. Nous avons décrit les principes de préparation des images dans la première partie de ce texte.

  • 7  Filemaker pro, par exemple, fournit un fichier de Catalogue Photos prêt à l’emploi (de la version  (...)

33Les systèmes de gestion de bases de données disponibles sur le marché (Filemaker, Access, 4D) sont plus répandus dans les équipes que les logiciels professionnels de photothèque et ils sont adaptés à la visualisation de l’image7. Ils ont comme avantage leur simplicité d’utilisation et autorisent la migration vers un logiciel professionnel, en conservant toutes les informations textuelles associées aux images. Néanmoins, certains peuvent poser le problème de la portabilité de la base de données sur les différentes machines des chercheurs ou sur un serveur d’équipe (perte des liens entre base et images). À la Maison René-Ginouvès, ce problème vient d’être résolu fin 2008 grâce à l’informaticien Éric Gimel qui a programmé le maintien des liens.

34De l’acquisition de l’image à sa visualisation dans la base de données, il est important d’enchaîner les étapes sans tarder ; dans le cas inverse, un tableau de bord (saisi dans Word) est un bon moyen de suivre l’état d’avancement d’un lot, en relevant le dossier scientifique, le support de stockage des images, leur état (retouche, enregistrement dans la base de données).

La conservation sur la longue durée

  • 8  Le logiciel de consultation fourni sur les CD-Photos n’est plus compatible avec le système Mac OS  (...)

35L’emploi courant des images numériques pose le problème de la conservation de la forme électronique, dont on maîtrise mal les solutions encore aujourd’hui. Le passage par la forme traditionnelle est parfois utilisé : à l’École française d’Athènes, les documents graphiques étaient systématiquement imprimés (permettant une nouvelle numérisation). Les Archives de France ont été sollicitées pour définir des méthodes d’archivage de la forme numérisée dans le cas des dossiers de titre de séjour, des données du recensement – et bientôt peut-être de la carte d’identité (Solan 2004 : 14-16). Le procédé qu’elles recommandent consiste à conserver la machine et le logiciel qui permettent la lecture, la reproduction, la transmission des documents ; dans le cas contraire, elles préconisent de les recopier (compatibilité physique) ou de les convertir (compatibilité logique). Elles conseillent une double sauvegarde des images haute définition, sans compression, sur des supports de type différents, sachant que la durée de vie du support CD-ROM (30 ans selon les constructeurs) et l’obsolescence des outils informatiques (entre 2 et 5 ans) nécessite une recopie régulière des données. Toutes ces méthodes sont applicables en archéologie, à condition que l’on respecte le principe de rassembler dans un même lieu (équipe, organisme de recherche) les documents, bases de données référentielles, machines et logiciels, et que l’on veille à ce qui est en danger. Actuellement, les images conservées sur cassettes ZIP et CD-Photos Kodak8 doivent être rapidement transférées car les lecteurs ou le logiciel runtime, pour les CD-Photos, fonctionnent sur des ordinateurs d’anciennes générations qui disparaîtront bientôt.

36Les deux règles consistent à s’assurer de la durée de vie des supports utilisés et surtout à garantir le matériel et le logiciel de lecture des documents en surveillant l’obsolescence des technologies (on a souvent conservé les disques 78 tours, mais le tourne-disque fait défaut).

37On voit bien le résultat des changements techniques qui ont cours, l’entrée dans le stock d’images archéologiques, qui sont les éléments du processus de recherche, de documents correspondant aux technologies les plus avancées. Cette expérience montre que nous maîtrisons de plus en plus l’acquisition de ces documents, mais beaucoup reste à faire pour en assurer la pérennité au fil de la recherche, et plus encore pour assurer leur lecture par les générations futures ; pensons aussi aux images issues des microscopes, aux fichiers et aux représentations produites par les Systèmes d’information géographique (Sig).

Les métiers d’accompagnement à la recherche et la formation des étudiants

38Le protocole de numérisation a été initié par la responsable de notre équipe de recherche, Anne-Marie Guimier-Sorbets, comme un service destiné aux chercheurs producteurs et utilisateurs des informations. La réalisation de ce protocole a nécessité des compétences en photographie ; le service photographique de la Maison René-Ginouvès a apporté sa connaissance précieuse de la chaîne de l’image numérique. André Pelle et Anne-Marie Guimier-Sorbets collaborent pour concevoir des techniques d’imagerie (éclairage UV, traitements numé-riques) qui aident à l’étude de matériaux archéologiques mal conservés, voire invisibles (Pelle 2006). La collaboration avec les informaticiens a été mentionnée ci-dessus. Il reste enfin la partie de gestion de l’information assurée par les documentalistes, d’une part l’archivage des données internes, d’autre part l’acquisition d’images et en particulier la veille des ressources Internet (pour quelques exemples, se reporter au tableau 2 et à la Chronique Internet qui paraît dans les Nouvelles). Ces diverses spécialisations techniques s’acquièrent à travers les cours et les stages des diplômes d’archéologie, mais aussi grâce à des diplômes universitaires spécifiques ; il en existe par exemple en documentation. Ensuite, la formation aux logiciels et les partages d’expériences entre archéologues sur le traitement d’information sont complémentaires ; au sein de notre unité Archéologies et Sciences de l’Antiquité, un groupe de travail se réunit deux à trois fois par an (voir Cahier des thèmes transversaux ArScAn, thème Outils et méthodes, disponible en ligne : http://www.mae.u-paris10.fr/​Cahiers/​index.htm).

Haut de page

Bibliographie

Arnaudiès, A. 2005. « Les archives de Karnak », Archéologia, 423 : 34-42.

Aubry, L. 2006. « Introduction au redressement de documents photographiques », Cahier des thèmes transversaux ArScAn, VI-2004/2005 : 106-108, en ligne : http://www.mae.u-paris10.fr/Cahiers/index.htm

Centre de recherches sur la conservation des documents graphiques. 1991. Les documents graphiques et photographiques : analyse et -conservation. 1988-1990. Paris, Archives nationales et Documentation française.

Dhérent, C. 2002. Les archives électroniques, manuel pratique, Paris 2002, en ligne et mis à jour : http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/gerer/numerisation/

Ginouvès, R. & A.-M. Guimier-Sorbets. 1992. « L’image dans l’archéologie », in : L’image et la science, Bulletin du Cths : 231-248, en ligne : http://web.mae.u-paris10.fr/ginouves/texteimpr/AR17.html.

Guimier-Sorbets, A.-M. 1994. « La photothèque du Centre de recherche sur la mosaïque : constitution d’une banque de données documentaire pour la consultation automatisée. Évolution des techniques et des modes de consultation de 1982 à 1992 », in : J.-P. Darmon & A. Rebourg, La Mosaïque gréco-romaine. IV. Paris, Association internationale pour l’étude de la mosaïque antique : 13-17.

Guimier-Sorbets, A.-M. 1996. « Le traitement de l’information en archéologie : archivage, publication et diffusion », Les Nouvelles de l’archéologie, 63 : 10-13.

Jockey, P. 1999. L’archéologie. Paris 1999.

Pelle, A, R. Bierry & M.-E. Boutroue. 2000. « La numérisation des images : un petit guide “maison” », Cahier des thèmes transversaux ArScAn,I-1998/1999 : 236-237, en ligne : http://www.mae.u-paris10.fr/Cahiers/index.htm

Pelle, A. 2006. « De l’invisible aux fantasmes », Cahier des thèmes transervsaux ArScAn, VI-2004/2005 : 48-53, en ligne : http://www.mae.u-paris10.fr/Cahiers/index.htm

Solan, O. de. 2004. Les archives numériques, dossier de la lettre d’information Culture et Recherche, 103, en ligne : http://www.culture.gouv.fr/culture/editions/rcr.htm

Szabados, A.-V. 2006. « Expérience de redressement de documents photographiques », Cahier des thèmes transervsaux ArScAn, VI-2004/2005 : 109-114, en ligne : http://www.mae.u-paris10.fr/Cahiers/index.htm

Haut de page

Notes

1  Cet article, rédigé en juillet 2007 pour un atelier de numérisation, a été mis à jour en avril 2009.

2  Par exemple sur Mac, dans le logiciel Aperçu, commande « Lire les informations » ; dans Photoshop, menu « Image / Taille de l’image ».

3  Conseil de test pour régler la résolution de la prise de vue dans l’appareil : regarder la taille en pixels d’une première photo avec l’ordinateur.

4  Dans I-Photo sur Mac, si on adopte la gravure sur CD, on produit une photothèque IPhoto sur le disque où l’on récupère images et annotations. Cette méthode présente un inconvénient quand on communique les photos à un utilisateur PC ou quand on veut faire des tirages papier chez un prestataire : il faut alors utiliser la commande exporter du logiciel.

5  Disques enregistrables à préférer pour la conservation : le CD-R (650 à 740 Mo de données), le DVD-R (pour une gravure sur Mac) ou + R (pour une gravure sur PC) qui sont de plus grande capacité (4,7 Go de données, mais 4,2 de stockage réel). Disques effaçables pour la sauvegarde après la prise de vue : le CD-RW, le DVD-RW (Mac) ou + RW (PC).

6  Logiciels téléchargeables sur le Web, en cherchant sur Google : « renommer fichiers » ou « renommer fichiers mac ».

7  Filemaker pro, par exemple, fournit un fichier de Catalogue Photos prêt à l’emploi (de la version 6 à la version 10, parmi les exemples destinés aux collections).

8  Le logiciel de consultation fourni sur les CD-Photos n’est plus compatible avec le système Mac OS X et les machines équipées de Mac OS 9 vont bientôt disparaître : il faut lire les disques sur ces machines, les recopier sur des disques durs externes ou les graver sur DVD, en ajoutant l’extension aux fichiers (.pct pour pict) ; le format PICT est aujourd’hui suffisamment répandu pour qu’il ne soit pas nécessaire de convertir l’ensemble.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tabl. 1
Légende Les cinq tailles de fichiers images utilisées par les CD-Photos de Kodak et reprises par l’équipe
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tabl. 2
Légende Ressources Internet citées (ces adresses Web ont été consultées jusqu’au 22 avril 2009)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/726/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Fromageot-Lanièpce, « L’utilisation et la gestion des images numérisées en archéologie », Les nouvelles de l'archéologie, 116 | 2009, 45-51.

Référence électronique

Virginie Fromageot-Lanièpce, « L’utilisation et la gestion des images numérisées en archéologie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 116 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/726 ; DOI : 10.4000/nda.726

Haut de page

Auteur

Virginie Fromageot-Lanièpce

Cnrs, Umr Archéologies et Sciences de l’Antiquité, Maison René Ginouvès
virginie.fromageot-laniepce@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org