Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Logiques individuelles, logiques d’État

Archéologie et sciences coloniales en Afrique subsaharienne d’après les archives du ministère de l’Instruction publique
Sonia Lévin et Nathan Schlanger
p. 41-45

Texte intégral

  • 1  Les démarches et résultats du réseau Area ont été présentés à travers diverses publications et act (...)
  • 2  Grâce à la collaboration d’Armelle Le Goff, conservateur en chef de la section du xixe siècle aux (...)

1La présente note s’inscrit dans la continuité d’un numéro précédent des Nouvelles (n° 110, novembre 2007) coordonné par le réseau Area (Archives de l’archéologie européenne) et consacré aux archives et à l’histoire de l’archéologie française, en France et à l’étranger. Les principaux objectifs du réseau Area – encourager la recherche sur l’histoire de l’archéologie, en préserver et valoriser les archives, étudier les rapports entre le développement de la discipline et la formation d’identités culturelles et politiques – ont été plusieurs fois déclinés pour divers publics1. C’est dans ce cadre qu’Area a contribué au traitement, à la description et à la valorisation des archives archéologiques du service des Missions conservées dans la sous-série F17, fonds du ministère de l’Instruction publique aux Archives nationales2. Un critère d’investigation géographique a été choisi pour explorer ce fonds : après la Grèce, l’Asie Mineure et le Proche-Orient déjà abordés ailleurs, l’Afrique subsaharienne a retenu notre attention. Au premier abord, la place qu’occupe l’archéologie dans les dossiers et les objectifs scientifiques des missionnés durant la période concernée s’est avérée extrêmement modeste. Il n’en demeure pas moins que l’étude des dossiers de missions présentée ici éclaire sur une gamme d’aspects tout à fait pertinents pour la discipline archéologique, qu’ils portent sur les enjeux idéologiques et pratiques des « sciences coloniales » ou encore sur des stratégies individuelles de mobilisation et de légitimité.

2Entre 1842, date de création du service des Missions, et 1939, année d’institution du Cnrs, la division des sciences et lettres du ministère de l’Instruction publique patronne cent cinquante missions individuelles à destination de l’Afrique subsaharienne (à titre gratuit ou en y contribuant financièrement), tout en écartant plus de quatre-vingt-dix demandes pour ces mêmes contrées.

3L’inventaire de ce fonds d’archives dépasse ces limites chronologiques par un dossier emblématique qui n’est autre que celui de l’aventurier René Caillé (ou Caillié, 1799-1838), à qui Jules Verne attribua le « plus étonnant des voyages modernes ». Caillé fut primé par la jeune Société de Géographie pour avoir atteint, en 1828, la ville mythique de Tombouctou, décrite au xvie siècle par Léon l’Africain. Un siècle plus tard, à l’autre terminus de l’inventaire, on trouve les missions officielles de Marcel Griaule (1898-1956), premier titulaire de la chaire d’ethnologie à la Sorbonne qui parcourut, entre 1928 et 1939, les terrains de l’Abyssinie, du Soudan et du Cameroun et conduisit la célèbre mission « Dakar-Djibouti » (1930-1933). De l’intrépide voyage d’exploration en terra incognita à la mission d’enquête ethnographique, devenue science institutionnalisée, nous appréhendons quelques aspects de ces dossiers individuels de missions scientifiques et littéraires (Broc 1988). Mais la science et l’esprit d’aventure ne sauraient être les seules justifications de la curiosité et de l’engouement pour les terres du continent africain situées au sud du tropique du Cancer.

4Près des deux tiers de ces dossiers ont été constitués dans les deux dernières décennies du xixe siècle, à savoir au cœur de l’expansion coloniale européenne en Afrique noire. Celle-ci s’est amplifiée en France avec la Troisième République, sous l’impulsion de Jules Ferry, qui y vit une composante de la grandeur française, et s’est enracinée dans les décisions de la conférence de Berlin (1884-1885). À la suite de ce traité, l’Afrique désormais partagée devient une véritable arène où se jouent, pour des raisons de prestige autant que de profit, des rivalités de pouvoir et d’influence entre puissances européennes. Comme l’explique Emmanuelle Sibeud, « [l]es explorations à destination de l’Afrique deviennent par conséquent des entreprises d’affirmation ou de reconstruction de la grandeur nationale. Cette inflexion patriotique est particulièrement sensible en France où les subventions accordées à des missions en Afrique atteignent des chiffres record entre 1878 et 1884 au moment où les Républicains s’installent définitivement au pouvoir et lancent une ambitieuse politique d’expansion coloniale » (Sibeud 2007 : 20). Sur cet arrière-fond s’amorce la transition d’une sensibilité initialement aventurière vers une autre, à prédominance administrative. Les « taches blanches » sur la carte de l’Afrique n’appellent plus seulement à la conquête, mais aussi à l’attribution, à la répartition, au démarquage. De même, au rêve et à la bravoure qui motivent toujours les missionnés, s’ajoute – ou du moins se déclare – un sentiment de représentativité, voir de responsabilité.

5L’implication de l’État dans cette entreprise impérialiste, attestée notamment dans les archives d’Outre-mer à Aix-en-Provence, se décline par la création d’une École coloniale (1889), d’un Comité de l’Afrique française (1890) suivi d’un « parti colonial » et, enfin, par celle du ministère des Colonies (1894). En 1895 sont posées les bases de la fédération de l’Afrique occidentale française (Aof) qui regroupait (jusqu’en 1958) huit colonies françaises d’Afrique de l’Ouest, réunissant à terme la Mauritanie, le Sénégal, le Soudan français (aujourd’hui Mali), la Guinée, la Côte-d’Ivoire, le Niger, la Haute-Volta (devenue Burkina-Faso) et le Dahomey (actuellement Bénin). En 1910, le gouvernement général de l’Afrique équatoriale française (Aef), succédant au Congo français, comprenait les territoires du Gabon, du Moyen Congo (devenu la république du Congo), de l’Oubangui-Chari (aujourd’hui la République centrafricaine) et du Tchad. Hormis ces régions, les missionnés dont il est question dans cette sous-série parcourent encore l’Afrique Australe (cap de Bonne-Espérance, Transvaal) et l’Afrique orientale (Éthiopie, Abyssinie, Royaume du Choa, Soudan, Djibouti, Somalie, British East Africa). Les grands fleuves Niger, Oubangui et Congo, Ogooué et Zambèze déterminent souvent l’itinéraire des voyageurs.

6« La mission est à la fois politique, commerciale et scientifique » : telle semble être une formule consacrée que les candidats n’hésitent pas à faire valoir dans leurs lettres de recommandations adressées au ministre de l’Instruction publique (voir par exemple le dossier Colin, F17/2949). Aussi, on ne s’étonnera pas de trouver également dans les dossiers des correspondances et documents émanant d’autres organes de l’État, ministères de la Marine, des Affaires étrangères et du Commerce. Les dossiers s’inscrivent clairement dans le champ de l’histoire coloniale et laissent souvent transparaître, sans détours, les rivalités internationales : « Les Anglais ont eu à leur actif les explorations du Nil, du Niger et du Zambèze ; le Congo reste seul : il nous le faut et nous l’aurons », résume Victor Giraud (F17/2970/B), enseigne de vaisseau, missionné en Afrique centrale entre 1881 et 1889.

7L’ambition colonisatrice rejoint la « mission civilisatrice » dont se sentent investies les grandes puissances, et en particulier, la France. Ce même Giraud a bien intégré les enseignements de Jules Ferry : « Avec le commerce pénétrera la civilisation. Nous voyons tous les jours les efforts dispendieux que font nos voisins d’outre-Manche pour la faire pénétrer chez ces pauvres Africains. En France, pouvons-nous rester en arrière dans l’accomplissement d’une idée aussi grandiose ? » Le ministère de l’Instruction publique patronne donc la mission d’un aventurier dont, comme beaucoup d’autres, la formation scientifique reste beaucoup plus douteuse que le patriotisme et le racisme à l’égard de ces « sales nègres travestis par ces Anglais sans cœur » : « Vous n’êtes pas sans savoir les connaissances multiples qui doivent être familières au voyageur, quant il veut rendre son absence vraiment utile à la science et à son pays ; si par la nature de mes fonctions d’officiers de marine, j’ai pu en acquérir quelques-unes unes, il me reste beaucoup à faire cependant, et je dois travailler encore énergiquement pour arriver à la hauteur de la tâche qui m’incombe. L’Anthropologie, la Géologie, l’Histoire naturelle… sont autant de sciences dont je ne possède que les premières notions », écrit Giraud – qui aurait bien pu ajouter l’archéologie pour compléter ce catalogue de sciences coloniales dont l’utilité pourtant reconnue n’est pas toujours suivie de mise en œuvre informée et efficace.

8De telles notions de « sciences coloniales » n’ont, en effet, pas toujours été faciles à obtenir. Initialement, les connaissances et les compétences nécessaires ont été établies et normalisés par les sociétés savantes, de géographie, de botanique, d’anthropologie. Ainsi, dès sa création en 1859 par Paul Broca, la société d’anthropologie de Paris est sollicitée pour fournir des « instructions » aux voyageurs, résumer à leur demande l’état des connaissances sur telle ou telle tribu ou contrée, ou encore leur préciser quelles sont les questions ou lacunes que leurs voyages lointains, revalorisés désormais comme missions d’enquête, pourraient chercher à combler – sans oublier les vitrines et les réserves qu’il faut remplir de collections, d’objets divers, de documents et de trophées. Le sous-genre qu’est l’instruction au voyageur, dont un célèbre exemple demeure les éditions successives (entre 1874 et 1951) du Notes and Queries on Anthropology du Royal Anthropological Institute, contribuera de façon décisive à la régulation des rapports foncièrement asymétriques entre métropole et colonies dans la production du savoir et du pouvoir : au centre la détermination des problématiques et la calibration des terminologies, aux périphéries – au « terrain » autrement dit – l’observation et l’enregistrement aussi objectif que possible (Blanckaert 1996, 2001 ; de l’Estoile 2001 ; Latour 1987).

9Dès la première décennie du xxe siècle sont établies en France des structures institutionnelles, même si l’investissement de l’État est rarement à la hauteur des attentes et des besoins. Tel est le cas de l’Institut français d’anthropologie (1911), avec l’implication de l’africaniste Delafosse (Sibeud 2007), et surtout de l’Institut d’ethnologie (1925), créé auprès de l’Université de Paris par Lucien Lévy-Bruhl, Paul Rivet et Marcel Mauss. Mauss, en particulier, ressent le besoin d’une meilleure formation à l’ethnologie (Fournier 1994 ; Schlanger 2006). Comme il l’explique (dans des notes de cours prises par J. Soustelle en 1928 et conservées aux archives du musée de l’Homme) :

L’institut d’ethnologie est subventionné par nos colonies. C’est une honte pour l’humanité que l’on ait attendu 300 à 400 ans après la colonisation pour étudier et apprendre à connaître les indigènes de nos colonies. C’est ainsi que les Anglais on détruit la race tasmanienne. Or, les Tasmaniens étaient les derniers paléolithiques inférieurs. Le but de l’institut est de former des ethnographes pour nos colonies.

10Puisque les Anglais sont mis ici en accusation, et servent ailleurs souvent de comparaison, la situation dans l’Empire britannique mérite un petit détour. Passé l’âge des premiers explorateurs et des découvreurs, une partie importante de l’appropriation par la connaissance de la réalité coloniale se fait par le biais des administrateurs civils. Ceux-ci, à la suite de la déplétion du vivier des officiers militaires par la première guerre mondiale, se recrutent dorénavant surtout parmi les diplômés des universités anglaises (Cambridge, Oxford, Londres). Ils y perfectionnent leur formation en géologie, botanique ou médecine tropicale, mais aussi en sciences utiles pour la meilleure connaissance et administration de l’indigène par indirect rule : en linguistique, avec la création en 1916 de la School of Oriental and African Studies (le pendant de l’Inalco), en anthropologie sociale, dans la courant de Haddon et Rivers puis de l’anthropologie fonctionnaliste de Malinowski (voir de l’Estoile 2005 ; Kuper 1996 ; Kuklick 1991) et enfin en archéologie, où, au-delà de l’orientalisme impérialiste, se dessine un intérêt pour l’archéologie préhistorique africaine, à Oxford avec Henry Balfour, et surtout à Cambridge avec Miles Burkitt, qui, lui-même inspiré de Breuil, prodigue le premier enseignement de préhistoire en Angleterre à des « coloniaux » tels John Goodwin, Louis Leakey, J. D. Clark ou Dorothy Garrod (voir Schlanger 2003 ; Smith en préparation).

11Quand à l’État français, même s’il prend graduellement conscience de ses obligations (et de ses opportunités) coloniales, il faut remarquer qu’un réel programme scientifique concerté fait souvent défaut. En effet, « [s]i les explorations s’appuient sur les pratiques de collecte diffuses que les sociétés savantes en plein essor à la fin du xixe siècle en France ont largement popularisées, elles ne relèvent pas d’un projet cohérent d’exploration scientifique de l’Afrique française. L’absence d’un tel projet est d’autant plus surprenante que l’appropriation symbolique du continent est un puissant motif et qu’on dispose à la fin des années 1870 du modèle immédiatement transposable de l’exploration scientifique de l’Algérie. Elle est cependant dans la logique d’une gestion volontairement atomisée des explorations qui permet en fait à la logique politique de la conquête de déborder constamment toutes les autres logiques » (Sibeud 2007 : 30-31 ; voir aussi Sibeud 2001).

12Car in fine, au-delà de leurs objectifs scientifiques parfois obscurs, c’est peut-être dans le « devoir de civilisation » que l’on peut comprendre l’implication de l’Instruction publique pour les missions colonisatrices. Émile Guillou, ancien élève de l’École des hautes études commerciales, livre dans le rapport de sa mission en Afrique occidentale, ses doutes au ministère :

Telle est la population de notre colonie, la langue française n’y a fait aucun progrès, ces noirs sont rebelles à la civilisation, leur fainéantise ne leur permettant pas de se procurer du bien-être, leurs cases sont tout aussi mal tenues que dans l’intérieur et la vermine y pullule ; ils y couchent pêle-mêle : ce ne sont pas des hommes mais des brutes que nous avons le devoir de civiliser ; y parviendrons-nous ? Il faudra beaucoup de temps. (F/17/2973/B, arrêté de 1891)

13L’instruction est aussi celle des métropolitains, invités à découvrir de nouveaux « objets » naturels et culturels comme ceux qui sont présentés au Muséum d’histoire naturelle et au musée d’Ethnographie du Trocadéro, fondé en 1878 par Ernest-Théodore Hamy et dont la première chaire d’anthropologie est occupée par Raymond Verneau. L’on retrouvera à plusieurs reprises leurs deux noms dans les dossiers des missionnés qui ont rassemblé les collections de ces institutions. Dans le cadre des expositions, l’entreprise scientifique n’est pas toujours désintéressée. Bertrand-Bocandé (F/17/2938), missionné au Sénégal en 1878, offre ainsi ses services à l’État :

L’Exposition d’Ethnographie et d’histoire naturelle de l’Afrique deviendra un intermédiaire utile entre le producteur, le commerçant et l’industriel ; elle servira à la fois à accroître, à multiplier les transactions sur les produit déjà exploités par le commerçant et l’industriel, et à provoquer l’attention et les recherches des savants et des industriels sur les autres produits dont la valeur et l’importance ne sont pas suffisamment appréciées ; elle fera connaître ceux qui sont susceptibles d’offrir de nouveaux éléments à la spéculation, elle révélera des sources encore ignorées de richesses à ceux qui, sur le sol africain, ont voué leur existence et les efforts de leur intelligence à la cause du progrès et de la civilisation.

  • 3  Voir Colibay 1997, Robertsshaw 1990, Coye 2006 sur le rôle de l’Abbé Breuil en Afrique, et Schlang (...)

14L’Afrique subsaharienne est un terrain évident de découvertes naturelles et humaines et s’ouvre à l’étude de l’altérité, par l’ethnologie et l’anthropologie. Pour ce qui est de l’archéologie préhistorique, quelques publications apparaissent dès le tournant du siècle dans L’Anthropologie, par les soins de E.T. Hamy et M. Boule. Henri Breuil en particulier découvre l’Afrique australe dès 1906 (correspondance avec l’historien Theal), s’y rend pour une première visite triomphale en 1929, et y passe par la suite plusieurs années à instaurer des pratiques disciplinaires et aussi à poursuivre d’illusoires « dames blanches » (sur l’abbé Breuil en Afrique, voir Coye 2006 ; Smith, Schlanger & Fauvelle-Aymar en préparation). Néanmoins, contrairement aux missions en Afrique du Nord et en Égypte, rares sont les dossiers de la sous-série F17 concernant les missions dans l’Afrique subsaharienne qui témoignent de recherches archéologiques (Revoil en 1880, de Zeltner en 1907, Waterlot en 1935-1937). On sait en effet par ailleurs que cette période est caractérisée par les pratiques de collection de surface par des marchands, soldats ou explorateurs, qui envoient leurs trouvailles en France et donc obtiennent et font prévaloir une interprétation essentiellement française et eurocentrique des industries lithiques africaines3. Selon Philip de Barros,

[l]a plupart des publications consistaient en descriptions d’artefacts, accompagnées de comparaisons avec des traditions lithiques européennes, et parfois avec d’autres vestiges ouest-africains. Beaucoup de ces publications portaient sur des pierres polies ou bouchardées, considérées comme néolithiques, telles des haches ou des pierres perforées, appelées localement des « pierres de foudre » (kwes, sokpe, nyame akuma). Les spéculations sur les affinités raciales des industries lithiques étaient fréquentes. Une fois la colonisation du continent en cours, quelques fouilles superficielles ont été entamées au Sénégal, au Mali et en Guinée. À quelques exceptions près, ces fouilles n’ont pas été publiées, mais au mieux documentées dans les archives coloniales ou brièvement résumées. De nombreuses collections furent envoyées au musée d’Ethnographie du Trocadéro à Paris, dès sa création.

(Barros 1990 : 157-158, notre traduction)

15Les expéditions se suivent et se répondent, leurs objectifs se complètent, leurs appréciations varient. Ainsi, à titre d’exemple et dans trois registres différents, relevons trois types d’échos : Jean Dybowski (F/17/2959/D) se distingue au Congo français pour avoir « vengé Crampel », assassiné quelques années plus tôt (les crânes des trois assassins sont présentés lors d’une exposition au Muséum, au rang des trophées ethnographiques) ; Henri Duveyrier (F/17/2959/D), fort des enseignements tirés de son exploration du Sahara entre 1859 et 1861, membre de la Commission des missions créée en 1874, est appelé à donner son avis sur les objectifs et les rapports des missionnés ; le comte de Cianelli de Serans (F/17/17285), qui demande une mission en 1935, rapporte que « la Mission Griolle [sic] a laissé de trop mauvais souvenirs en Éthiopie pour que le Gouvernement français ne s’efforce de les effacer – Monsieur Griolle était un jeune homme un peu trop ardent, il a forcé la clôture religieuse des couvents Coptes (qui est très rigoureuse) et il a fait démaroufler des toiles murales pour les faire copier – les Éthiopiens disent même davantage ».

16On distinguera bien sûr les expéditions de grande envergure, telles celle de Savorgnan de Brazza (F/17/2943/A) auxquelles s’adjoignent de nombreux scientifiques ou qu’espèrent rejoindre de simples auxiliaires (voir pour la mission Brazza : Marche, Ballay, Didelot, Dusonchet/refusé, Brousseau, Debay). En effet les demandes de missions ne reposent pas toujours sur des projets précis tant en termes de destination que d’objectifs scientifiques ; untel souhaite aller « dans l’intérieur de l’Afrique », tel autre « demande à participer à une mission quelconque en Afrique ». Ainsi en 1886, Deflandre, clerc de notaire (F17/2953), confesse : « Peu importe le pays ; pourvu que je sois loin, c’est tout ce que je demande. »

17Les dossiers de ces missions éclairent donc l’histoire politique, culturelle, scientifique, économique, mais aussi sociale et intime, la « petite histoire » des familles et des mœurs dans laquelle se trouve parfois impliqué le ministère. Le père de Paul Bonnetain (F/17/2940/A) se retourne vers ce dernier pour l’aider à retrouver son fils aventurier, qui lui doit une pension ; enfin les préfets sont sollicités pour juger des qualités des candidats. C’est ainsi qu’en 1907 Porquier (F/17/17283), jugé à son insu « clérical et réactionnaire », se verra refuser sa mission en Abyssinie. Car, ce qui devient perceptible aussi à travers ces dossiers d’archives – confirmant ainsi toute leur valeur de documents historiques –, c’est bien le fait que c’est aussi et même surtout par rapport à soi-même et au chez-soi que l’on voyage, dans l’espace ou dans le temps, pour aborder l’autre et le lointain.

Haut de page

Bibliographie

Barros, P. de. 1990. « Changing Paradigms, Goals & Methods in the Archaeology of Francophone West Africa », in : P. Robertshaw (éd.), A History of African archaeology. Londres, James Currey Ltd :155-172.

Blanckaert, C. (dir.). 1996. Le terrain des sciences humaines. Instructions et enquêtes (xviiie-xxe siècle). Paris, L’Harmattan.

Blanckaert, C. (dir.). 2001. Les politiques de l’anthropologie. Discours et pratiques en France (1860-1940). Paris, L’Harmattan,

Broc, N. 1988. Dictionnaire illustré des explorateurs français du xixe siècle. T. I, Afrique. Paris, Éditions du CTHS.

Coulibaly, E. 1997. « L’archéologie, science oubliée des études africanistes françaises », in : A. Piriou & E. Sibeud (dir.), L’africanisme en questions. Paris, Centre d’études africaines des Hautes études en sciences sociales : 89-111.

Coye, N. (dir.). 2006. Sur les chemins de la préhistoire. L’abbé Breuil du Périgord à l’Afrique du Sud. Paris, Somogy.

Estoile, B. de l’. 2001.« “Des races non pas inférieures mais différentes” : de l’Exposition coloniale au musée de l’Homme », in : C. Blanckaert (dir.), Les politiques de l’anthropologie. Discours et pratiques en France (1860-1940). Paris, L’Harmattan : 391-473.

Estoile, B. de l’. 2005. « Anthropology and the government of natives : a comparative approach », in : B. de l’Estoile, F. Neiburg & L. Sigaud (éd.), Empires, Nations and Natives. Anthropology and State-making. Durham, Duke University Press : 1-29.

Fournier, M. 1994. Marcel Mauss. Paris, Fayard.

Kaeser, M.-A., S. Lévin, N. Schlanger & S. Rieckhoff (dir.). 2008. La formation de l’archéologie européenne / The Making of European Archaeology (Catalogue de l’exposition itinérante Area). Bruxelles/Paris, Editions Culturelab/Atelier des Signes.

Kuklick, H. 1991. The Savage Within. The Social History of British Anthropology, 1885-1945. Cambridge, Cambridge University Press.

Kuper, A. 1996. Anthropology and Antropologists. The Modern British School. Londres, Routledge.

Latour, B. 1987. Science in Action : How to Follow Scientists and Engineers through Society. Cambridge, Harvard University Press.

Le Goff, A. & N. Coutsinas. 2007. « Les dossiers individuels de mission conservés aux Archives nationales et leur apport à l’histoire de l’archéologie. L’exemple de la fouille d’Aphrodisias en 1905 », Les Nouvelles de l’archéologie, 110 : 40-47.

Lévin, S. & F. de Polignac (dir.). 2006. Histoires helléniques. De quelques enjeux culturels, idéologiques et politiques de l’archéologie de la Grèce ancienne. Numéro spécial de la Revue européenne d’histoire, 13/4.

Marikova-Kubkova, J., S. Lévin & N. Schlanger (dir.). 2008. Sites of Memory. Between Scientific Research and Collective Representations. Prague, Castrum Pragense.

Robertshaw, P. (éd.). 1990. A History of African archaeology. Londres, J. Currey Ltd.

Schlanger, N. (éd.). 2002. Ancestral archives. Explorations in the History of Archaeology. Dossier Antiquity, vol. 76

Schlanger, N. 2003. « The Burkitt affair revisited : colonial implications and identity politics in early South African prehistoric research », Archaeological Dialogues, 10/1 : 5-26.

Schlanger, N. 2005. « The history of a special relationship : prehistoric terminology and lithic technology between the French and South African research traditions », in : F. d’Errico & L. Backwell (éd.), From Tools to Symbols - From Early Hominids to Modern Humans. Johannesburg, University of the Witwatersrand : 9-37.

Schlanger, N. (intro. et éd.). 2006. Marcel Mauss. Techniques, Technology and Civilisation. New York / Oxford, Berghahn Books / The Durkheim Press.

Schlanger, N. & J. Nordbladh (dir.). 2008. Archives, Ancestors, Practices. Archaeology in the Light of its History. Oxford / New York, Berghahn Books.

Schnapp, A., N. Schlanger, S. Lévin & N. Coye (dir.). 2007. Archives de l’archéologie européenne (Area). Dossier des Nouvelles de l’archéologie, 110.

Sibeud, E. 2001. « La fin du voyage. De la pratique coloniale à la pratique ethnographique (1878-1913), in : C. Blanckaert (dir.), Les politiques de l’anthropologie. Discours et pratiques en France (1860-1940). Paris, L’Harmattan : 173-198.

Sibeud, E. 2007. Une science impériale pour l’Afrique ? la construction des savoirs africanistes en France 1878-1930. Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Smith, B. W. En préparation. « Breuil, Burkitt, Garrod, Britain and Beyond », in : B. W. Smith, N. Schlanger & F.-X. Fauvelle-Aymar (dir.), Henri Breuil in Africa. On the Making of African Prehistoric Archaeology in the first half of the 20th Century. Johannesburg, Wits University Press.

Smith, B. W., N. Schlanger & F.-X. Fauvelle-Aymar (dir.). En préparation. Henri Breuil in Africa. On the Making of African Prehistoric Archaeology in the first half of the 20th Century. Johannesburg, Wits University Press.

Verne, J. 1863. Cinq semaines en ballon. Voyage de découvertes en Afrique par trois Anglais. Paris, J. Hetzel Éditeur.

Haut de page

Notes

1  Les démarches et résultats du réseau Area ont été présentés à travers diverses publications et actes de colloques (Schlanger 2002 ; Lévin & de Polignac 2006 ; Schnapp et al. 2007 ; Schlanger & Nordbladh 2008 ; Marikova-Kubkova, Lévin & Schlanger 2008). Plus récemment, dans le cadre de Area IV, une exposition itinérante sur « la formation de l’archéologie européenne » a été conçue (Kaeser et al. 2008) et présentée à travers l’Europe, et plus spécifiquement en France au Centre archéologique du Mont Beuvray (juin-juillet 2008), à la Maison de l’archéologie à Nanterre (juillet- août 2008), et à l’Institut national d’histoire de l’art (janvier-avril 2009). Le réseau Area a bénéficié depuis 1999 du financement des programmes culture de la Commission européenne, ainsi que du soutien de ses chefs de file successifs, la Fmsh, l’Inha, et, plus récemment, le Cnrs (Mae, Nanterre).

2  Grâce à la collaboration d’Armelle Le Goff, conservateur en chef de la section du xixe siècle aux Archives nationales. Informations sur la base de données Area : http://www.area-archives.org/ présentation de la sous-série F/17 : Le Goff & Coutsinas 2007. L’inventaire Missions scientifiques et littéraires dans l’Afrique subsaharienne : dossiers individuels (1828-1937) sera prochainement mis en ligne sur le site des Archives nationales http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/index.html

3  Voir Colibay 1997, Robertsshaw 1990, Coye 2006 sur le rôle de l’Abbé Breuil en Afrique, et Schlanger 2003, 2005 sur les contacts avec la préhistoire européenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Lévin et Nathan Schlanger, « Logiques individuelles, logiques d’État », Les nouvelles de l'archéologie, 116 | 2009, 41-45.

Référence électronique

Sonia Lévin et Nathan Schlanger, « Logiques individuelles, logiques d’État », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 116 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/725 ; DOI : 10.4000/nda.725

Haut de page

Auteurs

Sonia Lévin

Inrap
sonia.levin@inrap.fr

Articles du même auteur

Nathan Schlanger

Inrap, University of Witwatersrand (Afrique du Sud)
nathan.schlanger@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org