Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Premières journées doctorales européennes

Archéologie des Amériques
Éric Taladoire
p. 39-41

Texte intégral

1Les 25, 26 et 27 septembre 2008 ont eu lieu, à l’Ufr 03 (Histoire de l’art et archéologie) de l’université de Paris1, les premières Journées doctorales européennes sur les civilisations préhispaniques des Amériques. Cette manifestation, dont on trouvera ci-dessous le programme détaillé, résulte d’une initiative de l’Umr 8096 (Archéologie des Amériques) et a bénéficié, pour son organisation, de l’appui de l’École doctorale d’archéologie (Ed 112), de son directeur, Gilles Touchais, et des infrastructures de l’Ufr 03, gracieusement mises à disposition par sa directrice, Mme Françoise Dumasy. Mais, sa tenue n’a été vraiment rendue possible que grâce à une subvention du collège des Écoles doctorales de l’université de Paris-1, complétée par un financement de l’Umr 8096. Les voyages des invités ont été à la charge des universités participantes, qui ont ainsi contribué au succès de l’entreprise.

2Pour une première expérience de « coordination » d’activités académiques des universités européennes qui disposent d’un département d’enseignement/recherche où les mondes anciens américains sont représentés, il n’a pas été possible d’obtenir la participation de toutes les parties concernées. Ont ainsi manqué à l’appel les universités de Varsovie, de Barcelone, de Londres et d’East Anglia. Cependant, des représentants des plus importants départements ont été réunis, soit, outre l’université de Paris-1 (10 membres de l’Umr 8096 présents), l’université de Leyde (prof. Dr Maarten E.R.G.N. Jansen, prof. Dr Corinne Hofman), l’Universidad Complutense de Madrid (prof. Dr Andrés Ciudad Ruiz), l’Université libre de Bruxelles (prof. Dr Peter Eeckhout), l’Universidad de Valencia (prof. Dr Cristina Vidal) et l’université de Bonn. Des doctorants à divers niveaux d’avancement de leur travail (de la première à la quatrième année) de toutes ces institutions ont fait le point sur leur recherche. Dix-sept communications ont été présentées devant un public composé de quinze chercheurs et enseignants-chercheurs et d’une bonne trentaine d’étudiants – en doctorat, master 1 et master 2. Les présentations ont été faites en anglais (5) et en espagnol (12), seules langues communes à tous les participants. Plusieurs étudiants de Leyde ont également fait le voyage pour assister à ces journées doctorales sans y faire de présentation, un indice parmi d’autres de l’intérêt soulevé par cette initiative. Une des doctorantes de l’Universidad Complutense de Madrid s’est même déplacée depuis Washington, où elle effectue des recherches à Dumbarton Oaks.

3Les communications ont permis d’aborder quasiment l’ensemble des champs chronologique et géographique des recherches que mènent les Européens sur le double continent américain. Si dans cette première session, l’archéologie maya s’est taillé la part du lion avec huit communications, trois ont porté sur d’autres civilisations de l’aire mésoaméricaine, trois autres encore sur l’aire caraïbe, deux sur l’aire andine et une sur le sud-ouest des États-Unis. Par ailleurs, si seule une des communications a traité de préhistoire stricto sensu, toutes les autres, qui ont concerné des périodes plus récentes, ont démontré la variété des approches adoptées : fouilles et données de terrain, iconographie, épigraphie, archéozoologie, archéométrie et même ethnohistoire et ethnologie : en fait, six intervenants sur dix-sept travaillent dans ces dernières perspectives, ce qui illustre bien l’importance d’une interdisciplinarité anthropologique dans le contexte des études américanistes.

4Il est trop tôt pour procéder à un bilan détaillé de ce qui a été présenté, afin, notamment, de bien situer la place de chacune des institutions participantes et de dégager les complémentarités à mieux valoriser à l’avenir. Toutefois on ne peut que souligner quelques évidences. Ainsi, l’université de Leyde focalise ses recherches sur l’aire caraïbe et sur l’approche ethnohistorique de l’ensemble mésoaméricain. Les universités espagnoles concentrent leurs activités plutôt sur l’aire maya. L’université de Paris-1 semble être la seule qui dispose d’un spectre de recherches couvrant la quasi-totalité du continent, puisqu’elle intervient en différents points des deux grandes aires culturelles (Andes et Mésoamérique), mais aussi en Patagonie, en Alaska et dans les Caraïbes. Certains départements se dédient plus intensément au travail de terrain et à l’acquisition de données, d’autres développent davantage des approches analytiques spécialisées. Le niveau de contextualisation théorique des travaux en cours est par ailleurs très variable d’un endroit à l’autre, mais aussi d’un étudiant à l’autre. Toutefois ces diverses remarques sont provisoires et demeurent bien sûr liées à l’échantillon des recherches doctorales qui ont été exposées : c’est dans la durée qu’il sera possible de procéder à des évaluations mieux fondées et d’en tirer des leçons pour maximer la recherche européenne sur l’Amérique ancienne.

  • 1 Pourtant, de nombreux pays d’Amérique latine sont désireux de développer des collaborations, en par (...)

5Le constat des différences existantes n’a évidemment pas pour but de susciter des jugements de valeur ; il doit servir à mieux mesurer les complémentarités pour une véritable politique de coopération. L’ampleur du double continent, l’extrême variabilité des terrains, des problématiques et des méthodologies applicables interdisent à toute équipe, quelle que soit son importance, de répondre à l’ensemble des attentes. Même l’Umr 8096, bien implantée en Amérique, grâce notamment aux structures qui l’ont précédée et à l’existence de ces bases inestimables, politiques, logistiques et intellectuelles, que sont les deux instituts permanents du ministère des Affaires étrangères – Institut français d’études andines (Ifea), fondé en 1948, et, Centre français d’études mexicaines et centraméricaines (Cemca), dont les débuts datent de 1961 –, n’est pas en mesure, loin de là, faute de personnel, de s’investir partout, par exemple, dans la plupart des pays d’Amérique centrale, ou de reprendre des recherches en Bolivie ou en Colombie. La situation des autres équipes européennes n’est pas meilleure1. De ce fait, plusieurs étudiants, qui travaillent sur des régions délaissées par leur équipe de rattachement ou qui seraient tentés de le faire, ne disposent pas des infrastructures nécessaires, ni de l’appui académique indispensable vis-à-vis des partenaires locaux. La mise en place de coopérations européennes permettra certainement d’atténuer cette situation : ainsi, plusieurs d’entre eux inscrits à l’université de Paris-1 travaillent aujourd’hui de façon isolée dans la région de Oaxaca (Mexique) et/ou ont dû s’insérer dans des projets mexicains ou nord-américains, alors que l’université de Leyde bénéficie d’une bonne implantation locale.

6Certaines collaborations existent déjà, qui se sont mises en place au fil des années : en Équateur, par exemple, l’Universidad Complutense de Madrid et l’Umr 8096 coopèrent dans le projet Manabi, et des chercheurs de l’Umr ont travaillé à plusieurs reprises avec ceux de l’université de Leyde dans les Antilles. Ces échanges se sont toujours révélés fructueux et ont contribué à renforcer l’implantation de la recherche européenne dans l’américanisme. L’accroissement significatif du poids des chercheurs européens est d’ailleurs, à ce sujet, révélateur : le nombre de références bibliographiques de chercheurs européens dans les travaux américains augmente régulièrement et, chaque année, des manifestations en Europe (colloques, congrès, séminaires…) attirent un nombre croissant de spécialistes des États-Unis et de l’Amérique latine.

7C’est dans le dessein de répondre à quelques-unes des attentes mentionnées et, par une coopération mieux structurée, de renforcer le potentiel de toutes les institutions impliquées qu’il avait été décidé de façon collective de mettre en place cette première session de Journées doctorales européennes sur les civilisations préhispaniques des Amériques. Cette manifestation a permis d’évaluer quelques-unes des possibilités existantes, de connaître plus précisément les recherches en cours ainsi que les plus jeunes de ceux qui les mènent. Le troisième jour de cette rencontre, une séance de travail entre chercheurs titulaires a permis d’avancer un certain nombre de propositions. La première est bien sûr la poursuite des échanges au niveau doctoral, par l’organisation à court terme d’autres Journées, avec pour principe une rotation des universités d’accueil, afin que chacune puisse en retirer un bénéfice substantiel pour ses étudiants. Les modalités précises restent à définir (périodicité, durée…), mais une deuxième session devrait avoir lieu en 2009 et l’Universidad de Valencia s’est offerte pour l’organiser. Le deuxième projet serait la mise au point, en s’appuyant sur les programmes Erasmus, d’un master européen qui regrouperait toutes les universités participantes. Bien entendu, c’est un projet de plus longue haleine, qui nécessite une évaluation précise des compatibilités d’enseignement et de niveau, des accords internationaux et des adaptations pratiques, par exemple sous la forme de séminaires intensifs. La troisième proposition est la mise en place rapide, sur des thématiques communes qui ont commencé à être discutées le 27 septembre et ont été précisées à la fin de l’année 2008, d’un groupe de recherche européen (Gdre) qui aurait pour objectif de mieux structurer encore le réseau en cours de constitution et d’apprendre aux enseignants chercheurs et aux chercheurs européens à travailler ensemble.

Liste des présentations

Jeudi 25 septembre

8Nicolas Goepfert (Université Paris-1) : Ritos funerarios, ofrendas e ideología del sacrificio animal, en la cultura Moche, Costa Norte de Perú.

9Ricardo Torres Marzo (Universidad de Valencia) : Arte en piedra tallada. La lítica de la ciudad maya de La Blanca, Petén, Guatemala.

10Patricia Horcajado Campos (Universidad de Valencia) : Las figurillas cerámicas en el Petén oriental. Estudio arqueométrico e iconográfico.

11Élise Ferran (Université Paris-1) : La piedra levantada en el area maya, objeto de representación.

12Chloé Pomedio (Université Paris-1) : La cerámica incisa del Bajío, Guanajuato, México.

Vendredi 26 septembre

13Patrice Bonnafoux (Université Paris-1) : Iconografia de la cerámica del Clásico Temprano en las tierras bajas mayas (en anglais).

14Pilar Asencio (Universidad Complutense de Madrid) : Animales en la cerámica maya del Clá-sico Tardío : un estudio a partir de las imágenes del venado y el pecarí.

15Araceli Rojas (Université de Leyde) : Estudio etno-arqueológico del calendario mesoamericano entre los mixes de Oaxaca.

16Carolina Aretz (Université de Leyde ) : Estudio etno-arqueológico del calendario mesoamericano entre los ixiles de Guatemala.

17Jimmy Mans (Université de Leyde) : Ethno-archaeology of Material Culture in Suriname.

18 Laure Lodeho (Université Paris-1) : Los primeros poblamientos del norte de Perú (11000-5000 BP). Caracterización cultural y estudio comportamental a partir de las industrias costeras, andinas y amazónicas.

19Rogelio Valencia (Universidad Complutense de Madrid) : El rayo, la abundancia y la realeza. Análisis de la compleja naturaleza del dios K’awiil en la cultura y la religión maya.

20Teri Erandeni Arias Ortiz (Université de Bonn) : La etnohistoria del sureste de Campeche.

21Angus Mol (Université de Leyde) : Exchange in the Caribbean during the Late Ceramic period.

22Alice Samson (Université de Leyde) : Taino Households at El Cabo (Dominican Republic).

23Maelle Sergheraert (Université Paris-1) : La expansión mexica (1430-1520 d.c.).

24Monica Minneci (Université libre de Bruxelles) : Las relaciones entre mitos aztecas y del Sur-Oeste de los Estados Unidos (en anglais).

Haut de page

Notes

1 Pourtant, de nombreux pays d’Amérique latine sont désireux de développer des collaborations, en particulier dans des domaines où les Européens sont susceptibles d’apporter des contributions originales et d’être à l’origine de « transferts de méthodologies », par exemple en préhistoire, en anthropologie funéraire, en études archéométriques au sens large et en études paléo-environnementales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Taladoire, « Premières journées doctorales européennes », Les nouvelles de l'archéologie, 116 | 2009, 39-41.

Référence électronique

Éric Taladoire, « Premières journées doctorales européennes », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 116 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/723 ; DOI : 10.4000/nda.723

Haut de page

Auteur

Éric Taladoire

Université de Paris-I, Umr8096
e.taladoire@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org