Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Le premier congrès international d’archéologie amazonienne

Stéphen Rostain
p. 37-38

Texte intégral

1Il est des événements importants dans l’archéologie mondiale qui méritent d’être signalés. Au cours de la première semaine de septembre 2008 s’est ainsi déroulé le premier congrès international d’archéologie amazonienne à Belém do Pará, au Brésil. Cette grande ville située à l’embouchure de l’Amazonie était particulièrement bien choisie puisqu’elle a vu naître, il y a plus d’un siècle, le premier musée d’ethnologie et d’archéologie de la région. Le Museu Paraense Emílio Goeldi de Belém était donc en bonne place pour organiser une telle réunion.

Antécédents

2Les 7 millions de km2 de forêt tropicale humide amazonienne n’ont jamais attiré une multitude d’archéologues. L’Amazonie comprend pourtant neuf pays : le Brésil, le Pérou, la Bolivie, l’Équateur, la Colombie, le Venezuela, le Guyana, le Suriname et la Guyane française. Les moustiques et les préjugés négatifs ont chassé les chercheurs vers les sociétés andines plus prestigieuses. Dès lors, l’histoire de l’archéologie amazonienne peut s’écrire en quelques lignes.

3Tout au long du xixe siècle, des explorateurs ont découvert et rapporté des vestiges archéologiques de divers sites d’Amazonie. Les savants se sont interrogés essentiellement sur l’évolution humaine et l’origine indigène ou exogène des Amérindiens. Le brésilien Domingos Soares Ferreira Penna peut être considéré comme le premier archéologue amazoniste : il a découvert, à la fin du xixe siècle, de nombreux sites dans l’embouchure de l’Amazone, écrit plusieurs articles sur l’ethnographie et l’archéologie, puis fondé le musée de Belém. Dans la première moitié du xxe siècle, des chercheurs ont commencé à fouiller de façon sommaire des sites et ont étudié des collections archéologiques. On retiendra particulièrement Emilio Goeldi et Curt Nimuendajú pour le bas Amazone. Ces travaux demeurent toutefois ponctuels et occasionnels, aucun programme d’envergure n’ayant été lancé. Une étape essentielle fut franchie après la Seconde Guerre mondiale avec l’arrivée du couple d’archéologues nord-américains de la Smithsonian Institution, Betty J. Meggers et Clifford Evans. En 1948-1949, ils menèrent une vaste prospection sur le littoral d’Amapá et dans les îles de l’embouchure de l’Amazone, qui aboutit à une importante thèse publiée en 1957. Ce travail, qu’il soit applaudi ou dénigré, a fortement inspiré l’archéologie amazonienne. Même si beaucoup de leurs interprétations ont été depuis remises en cause, l’essentiel de leur travail, dont une partie fut réalisée à une époque où les moyens techniques en archéologie étaient encore sommaires, fait toujours référence. Leurs hypothèses demeurent une base de réflexion dans l’archéologie amazonienne. Les théories environnementalistes de Betty J. Meggers ont pourtant été sévèrement critiquées et contredites depuis près de trente ans par une nouvelle génération d’archéologues.

4Jusque dans les années 1980, il était admis qu’aucune société ne pouvait connaître de développement majeur dans le « désert humide ». En s’appuyant sur des études des sciences de la nature qui appliquent des raisonnements occidentaux sur la gestion du milieu tropical humide, les théories de limitation écologique présentaient une Amazonie peuplée de sociétés tribales. Anna C. Roosevelt fut la première à affirmer, en 1980, que les sociétés amérindiennes coloniales étaient très différentes des populations précolombiennes. Le débat théorique concerne alors la capacité agricole, les chefferies, la guerre, l’écologie, la démographie ou l’identité culturelle. Les jeunes chercheurs qui lui ont succédé suivent le sillon qu’elle a commencé à creuser et une autre vision des sociétés précolombiennes voit le jour. Le modèle de « culture de forêt tropicale » ne prenait pas en compte la diversité des sols, la fertilité des terrasses fluviatiles, l’aménagement des ressources, et il avait sous-estimé la pêche et l’agriculture. Les travaux archéologiques menés depuis tendent à étayer des hypothèses radicalement opposées à celles de Betty Meggers. Ainsi, depuis une vingtaine d’années, les archéologues se sont rendu compte qu’en occupant le milieu fertile des plaines alluviales, les populations précolombiennes développèrent une agriculture extensive et intensive, provoquèrent un sédentarisme « obligé » et une poussée démographique. De là, naquirent peut-être une spécialisation des tâches, une hiérarchie de la société, une course au territoire ainsi qu’un début d’urbanisation, signalés par les premiers explorateurs européens de l’Amazonie.

5Après un passage à vide, l’archéologie amazonienne connaît un renouveau notable depuis une vingtaine d’années. Ainsi, de grands projets internationaux de recherche ont vu le jour, d’importantes fouilles de sauvetage ont été menées, des étudiants toujours plus nombreux de différents pays réalisent des thèses, et l’archéologie amazonienne participe de plus en plus aux débats fondamentaux sur l’impact de l’homme sur la nature.

Le premier Encontro Internacional de Arqueologia Amazônica

6Après avoir multiplié les symposium spécialisés sur l’Amazonie dans les grands congrès internationaux d’archéologie, l’heure était venue de réunir autour d’une rencontre unique les chercheurs de plus en plus nombreux s’intéressant à cette région.

7En premier lieu, il faut saluer le dynamisme et l’efficacité des Brésiliens qui ont parfaitement organisé cette belle rencontre qui n’a connu aucune fausse note. Edithe Pereira, archéologue au Museu Paraense Emilio Goeldi, était en charge de la mise en place de l’événement. Le congrès s’est déroulé dans les anciens bâtiments du port de Belém do Pará, récemment entièrement réaménagés de manière luxueuse. Le voyage et le séjour des chercheurs invités étaient pris en charge par les organisateurs. Les conférences, en portugais, espagnol, anglais ou français, étaient ouvertes à tous : professionnels, étudiants et grand public.

8Entre le 2 et le 5 septembre, quatre symposium thématiques par jour se sont déroulés, puis une journée fut consacrée au second « Fórum de Arqueologia e Turismo na Amazônia ». En parallèle furent présentés une exposition de pièces archéologiques amazoniennes et de nombreux posters.

9Les symposium concernaient le premier peuplement de l’Amazonie ; les occupations littorales ; la domestication des plantes, les changements climatiques et les diffusions linguistiques ; les sociétés complexes ; l’archéologie historique ; la paléogénétique, la paléodémographie et la santé des populations ; l’ethnoarchéologie ; les transformations anthropiques du paysage ; l’art précolombien ; l’archéologie des Guyanes ; les nouveaux matériaux étudiés (non céramiques) ; et enfin des réflexions sur l’éducation au patrimoine amazonien.

10Comme dans tout autre congrès, un des premiers intérêts fut de découvrir ou de revoir des collègues. Plusieurs milliers de kilomètres séparent en général nos terrains de fouille et les occasions de nous croiser sont très rares. Moins anecdotique, on a pu constater qu’une masse non négligeable d’étudiants – surtout brésiliens et nordaméricains – se tournaient de plus en plus vers l’archéologie amazonienne, rédigeant des thèses de très bonne qualité. Par ailleurs, la céramique qui fut jusqu’alors le matériau privilégié, voire unique, d’étude du passé, perd de sa primauté au profit des objets lithiques, coquillages, ossements, etc. L’analyse esthétique des pétroglyphes fait place à des analogies iconographiques, des études technologiques et des systématisations plus poussées. Les sociétés précolombiennes ne sont plus regardées comme de simples petites tribus survivant dans « l’enfer vert », mais les récentes données archéologiques indiquent que des sociétés complexes, parfois organisées en chefferies, ont occupé certaines aires privilégiées.

11Les travaux de terrain eux-mêmes montrent également un nouveau visage. Les fouilles par décapage de grandes surfaces sont de plus en plus communes et acceptées. L’archéologie préventive prend de l’importance avec les grands chantiers hydro-électriques et pétroliers du Brésil ou avec la présence de l’Inrap depuis plus de quinze ans en Guyane française. Assister à la naissance de l’archéologie subaquatique dans des rivières réputées sans visibilité a été une belle surprise. Des professionnels brésiliens ont, au contraire, mis en œuvre des méthodes modernes pour explorer le lit des cours d’eau amazoniens.

12Le succès de cette première rencontre est indéniable. Les comptes rendus, financés préalablement, sont déjà en cours de publication sous la direction d’Edithe Pereira. Date a été prise pour réitérer l’expérience en 2010 à Manaos, ancien joyau de l’époque du caoutchouc sur le moyen Amazone.

Fig. 1

Fig. 1

L’archéologie amazonienne prend de plus en plus de place chez les habitants de la région. Ici, une reproduction d’une urne funéraire anthropomorphe et polychrome précolombienne sert de cabine téléphonique à Belém do Pará

© Stephen Rostain

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende L’archéologie amazonienne prend de plus en plus de place chez les habitants de la région. Ici, une reproduction d’une urne funéraire anthropomorphe et polychrome précolombienne sert de cabine téléphonique à Belém do Pará
Crédits © Stephen Rostain
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/722/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphen Rostain, « Le premier congrès international d’archéologie amazonienne », Les nouvelles de l'archéologie, 116 | 2009, 37-38.

Référence électronique

Stéphen Rostain, « Le premier congrès international d’archéologie amazonienne », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 116 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/722 ; DOI : 10.4000/nda.722

Haut de page

Auteur

Stéphen Rostain

Cnrs, Nanterre
stephen.rostain@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org