Navigation – Plan du site
Dossier : Archéologie expérimentale du bas fourneau. Réduction et post-réduction du fer

L’emploi des terres pour la construction des bas fourneaux

Le cas particulier de Forges-les-Eaux
François Peyrat
p. 23-28

Résumé

L’élaboration, dans la nature, d’éléments chauffants tels fours, forges ou bas fourneaux nécessite toujours le recours au matériau de base que constituent les argiles. Disponibles souvent à foison sur le terrain, leur emploi exige néanmoins la plupart du temps une modification de leur composition. Avant chaque expérimentation, la terre est testée - « à cru » et « à cuit » - de façon à connaître et éventuellement modifier ses qualités spécifiques de façon à l’adapter à chaque cas particulier. C’est en prenant en compte des impératifs imposés comme la taille de la construction, le type de ventilation, les températures à atteindre, le réemploi possible de la structure, le fait que ce soit ou non une reconstitution, etc., que le choix se portera sur tel ou tel type de façonnage de parois. Deux grandes catégories peuvent se distinguer : parois épaisses et parois minces, chacune faisant référence à des techniques de montage différentes.

Haut de page

Texte intégral

1Le développement des expérimentations sur le terrain, notamment dans les domaines de la métallurgie, conduit à poser le problème de la composition et de la fabrication des éléments chauffants. Avec quels matériaux et de quelle manière façonner parois, tuyères, soles, creusets, etc. ? Dans tous les cas de figures, le seul élément à la fois isolant, réfractaire, et disponible in situ est bien sûr l’argile. En effet, l’élément « terre », est absolument incontournable dès qu’il s’agit, dans la nature, d’obtenir des températures égales ou supérieures à 1 000 °C. Le but de cet article est donc de proposer quelques éléments de réflexions sur le rôle et l’importance de la mise en œuvre des terres dans l’élaboration de parois, ainsi que de préciser certains éléments de vocabulaire. Si les exemples cités ici s’appuient sur des reconstitutions de bas fourneaux dans le cadre de la métallurgie du fer, beaucoup de ces réflexions sont bien sûr transférables à d’autres types de constructions telles que fours, forges, etc. Une place privilégiée est accordée à la construction très particulière et remarquable trouvée à Forges-les-Eaux. Bien qu’également en « terre », les petits éléments chauffants comme les tuyères, soles ou creusets font l’objet d’un traitement très différent de celui indiqué pour les parois et ne sont pas traités ici.

Terres crues - Terres cuites

2Qu’entend-on par terres crues ? La pauvreté du vocabulaire dans ce domaine, l’absence de termes spécifiques, créent de nombreuses confusions dès qu’il s’agit de parler, sur le terrain, des argiles. Le potier, le tuilier, le briquetier, parlent de « terre » pour désigner l’argile qu’ils emploient. L’agriculteur, le jardinier, parlent de « leur » terre, mais le maçon de maison de terre également. Pourtant, rien de commun entre toutes ces terres. Et chacun, dans son activité, investit ce mot « terre » de propriétés bien spécifiques faisant appel à des notions souvent inaccessibles à ceux qui ne sont pas du métier. Le même mot est utilisé pour désigner la terre arable et fertile du jardinier et la roche minérale plastique, stérile, du potier. Même en ne parlant que des argiles, dire qu’un objet, un four, une maison, sont « en terre », n’apporte guère de précisions, dans chaque cas, sur l’argile ou le mélange particulier employé, la composition, les qualités spéciales, les préparations, qu’ils ont pu subir. Sachant que les variétés d’argiles offertes par la nature sont infinies, même si les couleurs peuvent être les mêmes, chacune d’elle est tout à fait particulière. Suivant l’emploi qu’on lui destine, il est donc nécessaire à chaque fois de tester la matière, à cru et à cuit, de façon à en déduire soit une modification (décantation, dégraissage…) soit, exceptionnellement, une adaptation de la chaîne opératoire. Considérer la terre comme élément secondaire dans une expérimentation et sous-estimer l’importance de sa mise en œuvre revient à ignorer ou nier le rôle qu’elle joue et son influence sur le résultat final.

3Mais pourquoi parle-t-on de « terre » et non d’argile ? Tout simplement parce que, dans tous les cas sauf exception, l’argile trouvée ne peut convenir employée seule. Elle ne sera le plus souvent qu’un des constituants du mélange approprié, parfois même en pourcentage très faible. Le reste de la composition, appelé dégraissant, granulat, chamotte, peut comprendre des sables, de la terre cuite pilée (chamotte) ou, pour certains usages, des débris végétaux ou animaux comme certaines herbes, de la balle de grain, des poils d’animaux, du crottin séché, etc. Il s’agit donc toujours d’un mélange, parfois complexe, dont l’argile est le liant et que l’on nomme, faute de mieux, du terme générique de « terre ».

4Heureusement, le vocabulaire s’enrichit considérablement et devient mieux adapté dès qu’il s’agit de terres cuites. Les termes sont plus précis, plus spécifiques, permettant de désigner de façon assez précise les particularités d’un éventail étendu de matières aussi bien que de produits finis. Chaque terme sous-entendant pour le connaisseur les variétés correspondantes de matières premières ainsi que la chaîne opératoire probable afférente. Poterie, terre vernissée, terre à feu, faïence tendre ou dure, grès, grès porcelainique, porcelaine, dure ou tendre… Autant de vocables faisant référence aussi bien à la chaîne opératoire (composition de la matière, élaboration, température probable de cuisson…) qu’à l’usage particulier de l’objet en question.

Emploi des terres pour la construction des bas fourneaux

5Pour produire du fer, il faut réunir trois éléments : du minerai, de la terre, du charbon de bois. La prise en compte de l’importance respective des choix de matériaux entrant dans la chaîne opératoire impose d’être au moins aussi cohérent dans le choix de la terre que dans celui du minerai ou du charbon de bois.

6C’est bien la terre et la qualité de sa mise en œuvre qui vont fournir l’enveloppe permettant d’atteindre et d’entretenir la température suffisante à la réduction. Dans chaque cas, il devient donc nécessaire de choisir le mélange adéquat pour élaborer le type de parois le plus pertinent, les exigences augmentant avec la demande de performance. Certains construisent des fours ou bas fourneaux à l’aide d’argile achetée en pains dans les commerces de produits céramiques. S’il est admissible d’employer ces terres pour la réalisation d’éléments très particuliers comme tuyères ou creusets, y avoir recours pour monter des fours entiers est à proscrire. Ces argiles, souvent des pâtes à faïence ou à grès avec ajout de chamotte, ne sont pas du tout adaptées à cet emploi. Il semble que, sur chaque site de production de fer étudié, ce soit bien la terre locale qui ait été employée pour élaborer les fours de réduction (le minerai est plus facile à déplacer que la terre). Que ce soit d’ailleurs le cas ou non, il y a presque toujours en pratique la nécessité d’adapter cette ou ces terres particulières à la chaîne opératoire de construction du bas fourneau en question. Souvent, plusieurs types d’argiles peuvent être trouvés sur les lieux ou les environs très proches, sans parler des divers sables. L’extraction à la main permet une sélection subtile des divers ingrédients. Ces choix, accompagnés de quelques tests rapides à exécuter sur le terrain, permettent de réaliser dans la plupart des cas avec succès les différents éléments de cuisson. Dans la fabrication de fours ou bas fourneaux, il y a bien sûr toujours des parties chaudes et des parties froides, avec les contraintes inhérentes. Il est donc indispensable de prendre en compte, par des essais préalables, deux caractéristiques fondamentales du mélange argileux : sa résistance et son comportement à cru, et sa résistance et son comportement à cuit. Les essais « à cru » donnent de bonnes indications sur les possibilités de construction (plasticité, retrait au séchage, résistance à l’écrasement, déformation…). Les essais « à cuit », plus difficiles il est vrai à mener sur le terrain, renseignent sur le comportement des parties chaudes, abords de tuyères, tuyères, sorties d’alandiers (température de grésage, de fusion, dégazage…).

L’épaisseur des parois

7La diversité des méthodes de construction nécessite, pour simplifier, de définir deux grands types d’élaboration de parois, « épaisses » et « minces », chacun impliquant des méthodes très différentes de mise en œuvre. Le type « mince » comporte l’exception que constituent, nous le verrons, les parois « fines ». Dans le cas de reconstitutions, le type de parois est imposé ou supposé tel. Dans les autres cas, le choix n’est pas toujours libre non plus si on prend en compte les critères de hauteurs, diamètres, cuissons unique ou multiple, etc. Le choix d’une épaisseur de paroi va impliquer directement la préparation éventuelle à effectuer sur la terre. Inversement, l’impossibilité de modifier la terre peut imposer un mode de construction (exemple de Forges-les-Eaux).

Parois « épaisses »

  • 1  Barbotine : argile délayée plus ou moins liquide et permettant d’effectuer des collages.
  • 2 Adobe : brique constituée le plus souvent d’argile et de foin et séchée au soleil. Un des plus anci (...)

8On classera dans les parois épaisses celles comprises entre 10 cm et 30 cm. Montées soit par levées successives à la façon des maçonneries de maison de terre (système de la bauge), soit par empilement et collage à la barbotine1 d’éléments préfabriqués s’apparentant aux techniques d’adobe2, soit encore par entassement d’éléments plus ou moins disparates trouvés sur place, pierres, blocs de scories, le tout maçonné au mortier de terre pouvant inclure divers débris végétaux, herbes, foin, paille. La pratique des parois épaisses peut sembler une méthode pratique et rapide à mettre en œuvre. De fait, elle est plus facile d’accès sans connaissance particulière des argiles, mais elle est vite limitée et comporte de très nombreux inconvénients.

9Les inclusions de grosses pierres (surtout calcaires), si elles peuvent aider dans un premier temps à monter la paroi, seront, au moment de la chauffe, des sources de fissures et décollements entraînant fragilité mécanique et surtout perte d’étanchéité – la terre effectuant son retrait sur un élément étranger lisse qui aurait plutôt tendance à se dilater. Le défaut d’étanchéité peut être d’autant plus difficile à déceler que la paroi est épaisse et que la fissure n’est pas droite. Les seules inclusions de gros blocs qui soient acceptables sont les blocs de scories. Leur constitution alvéolaire compliquée permet à la terre de rester fixée solidement tout en effectuant son retrait. De plus, les scories sont de bons isolants.

10Plus une paroi est épaisse, plus elle est lourde, plus elle emprisonne d’eau. Un four n’atteint jamais son régime de fonctionnement normal tant qu’il y a de la vapeur d’eau à évacuer. Cela peut demander plusieurs jours. Par ailleurs, une erreur courante est de penser que plus une paroi est épaisse, plus elle sera solide et plus on pourra monter haut. La pratique démontre exactement l’inverse. Le recours aux parois épaisses ne se justifie vraiment que dans le cas de parois de faible hauteur devant résister à de fortes contraintes mécaniques ou météorologiques, ou bien dans le but de cuissons multiples.

Parois « minces »

11À l’opposé, le montage en parois minces (3 à 5 ou 6 cm) est plus exigeant dans la préparation et la mise en œuvre de la terre. Le choix d’une faible épaisseur de paroi interdit totalement l’inclusion de gros corps étrangers comme des pierres. Le mélange doit être un peu plastique, mais avec un minimum de retrait. Or, le retrait est fonction de la plasticité. Il est donc ici indispensable de procéder au préalable à un minimum de tests pour connaître le rapport argile/granulat à effectuer, puis son comportement au séchage (retrait) et à la chauffe. Après sélection des ingrédients et composition du mélange à sec, la terre est humectée, « marchée » puis malaxée, l’idéal étant de la laisser reposer plusieurs semaines. Les parois sont montées par bandes successives, par plaques ou bien par colombins suivant les habitudes ou compétences du « potier ». La préférence est donnée à la méthode nécessitant le moins de collages. Ces derniers sont soignés pour que la paroi finie soit considérée d’une seule pièce. L’ensemble terminé ne comporte pas de fissures et doit « sonner ».

12Avantages des parois minces : bien réalisées, elles sont très performantes à divers points de vue. Même si en amont un travail de préparation de la terre est nécessaire, les quantités employées sont faibles par rapport à une construction en parois épaisses. Beaucoup moins de vapeur d’eau à évacuer, séchage rapide, peu de poids, possibilité d’atteindre facilement des hauteurs conséquentes, collages soignés, très bonne étanchéité.

13Inconvénients : toutes les terres ne conviennent pas. Si le diamètre est important, la fragilité mécanique impose de la prudence lors des différentes charges de charbon et de minerai. La mise en chauffe demande de la délicatesse ; les parois montent vite en température ; il est capital que cette montée soit homogène sur tout le pourtour de façon à répartir les contraintes. En cas de vent, prendre soin de protéger le côté venté. Une fente verticale est souvent due à un choc thermique, une fente horizontale à un mauvais collage.

Parois « fines »

14Un mot sur cette catégorie particulière relevant de la même technique que les parois minces mais où l’épaisseur est réduite à seulement 1 ou 2 cm. Dans ce cas, les exigences en matière de qualité de terre et de mise en œuvre deviennent très importantes. Si on peut voir de telles constructions sur des témoignages filmés en Afrique, cette méthode demande de telles spécificités tant sur les compétences potières que sur les matériaux, qu’elle semble, sauf exception, difficilement accessible en Europe du Nord.

Les dimensions relatives des constructions

15Dans la construction des bas fourneaux, plusieurs critères sont à prendre en compte. Le choix du type de parois est le plus souvent imposé par le rapport hauteur/diamètre, d’où la pratique des parois minces pour la ventilation naturelle. Il est bien sûr possible d’associer plusieurs types de parois. Une base convenable en paroi épaisse peut soutenir une colonne de paroi mince, mais cela peut engendrer des différences de dilatations entre les deux parties. Le diamètre est un critère déterminant. En effet, les problèmes de résistance aux dilatations des parois minces se compliquent sérieusement pour les grands diamètres. La solidité d’une paroi mince, comme pour un œuf, repose sur sa courbure. La règle générale est qu’un objet en terre est d’autant plus solide qu’il est constitué de courbes et contre-courbes, ce qui lui permet d’absorber les divers retraits ou dilatations sans casser. Dans le cas où le diamètre des constructions est supérieur au mètre, un arc de paroi mince est presque assimilable à une droite et devient par conséquent beaucoup plus fragile aux sollicitations mécaniques, ainsi qu’aux dilatations des montées et descentes de températures. La hauteur des parois est un critère moins crucial. Il est possible de monter plusieurs mètres en parois minces sans aucun problème. Le type de ventilation est bien sûr, déterminant. En ventilation forcée, la hauteur des parois est faible, la colonne remplie jusqu’en haut, le four est toujours « en pression » et de petites « fuites » par des fissures de parois ne portent pas trop à conséquences et restent d’ailleurs la plupart du temps invisibles. Dans ce cas, le choix du type de paroi n’influe donc que peu ou pas du tout sur le résultat. En ventilation naturelle, au contraire, la colonne devant être beaucoup plus haute et toujours en dépression, le moindre défaut d’étanchéité perturbe totalement le fonctionnement en limitant d’autant l’alimentation des tuyères ou des évents. Autant d’impératifs qui poussent à prendre soin de l’étanchéité, donc à prendre sérieusement en compte la préparation du mélange et la méthode d’élaboration des parois.

Le cas particulier de Forges-les-Eaux, le montage « en saumons »

  • 3 « Vert », « cuir » ou « fromage dur » : se dit d’une terre entre l’état plastique et l’état sec ; m (...)

16Ce bas fourneau, bien que réalisé par assemblage d’éléments préfabriqués, est tout de même considéré comme monté en paroi mince. Cette technique plus qu’étonnante a été trouvée lors de la construction de la déviation de Forges-les-Eaux au lieu dit « Prés-de-Montadet » sur la commune du Fossé. De nombreux restes de parois témoignent d’un type de fabrication ignorée jusqu’ici (Colliou & Peyrat 2007). Des morceaux conséquents de ces parois montrent un assemblage très élaboré d’éléments ou modules répétitifs et très réguliers en forme de losanges allongés, appelés « saumons » (fig. 1). Les traces de doigts et leur forme précise montrent bien qu’ils ont été modelés à partir de balles de terre de masse équivalente pressées entre les deux mains en creux, doigts tendus. Lors des journées du patrimoine 2006, un premier essai de reconstitution fut tenté, à Forges, avec la terre du site. Après la fabrication des premiers saumons (fig. 2), les premiers essais d’assemblages furent expérimentés sur un bas fourneau à ventilation forcée, de façon à connaître les conditions d’assemblage ainsi que la tenue des parois au retrait du séchage puis aux contraintes de la chauffe. Après préparation de la terre et des saumons, une première colonne fut donc montée à l’aide de ces modules à l’état « mi-vert3 », trempés au fur et à mesure dans une barbotine épaisse.

17À chaque tour, l’inclinaison des saumons fut inversée pour ne pas créer un effet spiral. Si, avant l’expérience, la perspective de pouvoir monter des parois hautes par cette méthode nous laissait pour le moins dubitatif, il s’avéra très vite qu’elle comportait des avantages remarquables, tant sur le plan du temps de réalisation que sur celui des performances et de la tenue au séchage et à la chauffe. Ce four à ventilation forcée put être monté « dans la foulée ». Chaque saumon fut posé presque vert, ayant donc déjà effectué une bonne partie de son retrait, la résistance à l’écrasement au cours du montage s’en trouva grandement améliorée, et le temps de séchage réduit en conséquence. De plus, l’inversion de sens des saumons à chaque tour fait que chacun devient une clef de voûte s’opposant à l’affaissement. Après réduction, cette première construction supporta très bien une ouverture sur un côté pour extraire une première loupe sans toucher à la tuyère, puis fut rechapée pour une nouvelle chauffe. Cette méthode des saumons fut donc appliquée pour la réalisation du bas fourneau à ventilation naturelle dénommé Red xiii. La colonne était constituée d’une seule épaisseur de saumons (paroi mince), sur 1,30 m de haut au dessus des tuyères. Un ceinturage métallique fut mis en place durant la montée en température, au moment des fortes dilatations. Justifié par souci de sécurité, il ne s’avère pas nécessaire. Ce premier bas fourneau à ventilation naturelle monté en saumons a fonctionné parfaitement, les quatre tuyères affichant constamment des températures entre 1 370 et 1 450 °C. Il fut même nécessaire, à un moment, de le freiner de peur qu’il ne « s’emballe » et ne brûle le métal. Après refroidissement le four fut démonté pour récupérer la loupe de 17 kg (Colliou & Peyrat 2007). La construction en saumons se « démonte » proprement plus qu’elle ne se casse, et la plupart des saumons restent intacts. Il reste à savoir s’ils seraient vraiment réutilisables. La terre l’est, les saumons c’est moins sûr.

Fig. 1

Fig. 1

Saumon archéologique

Fig. 2

Fig. 2

Préparation des saumons

Red xiv : la construction de Melle

18La même reconstitution eut lieu l’été 2007 sur la base de paléométallurgie de Melle (Deux-Sèvres) dans le cadre du programme collectif de recherches (Pcr) dirigé par Florian Téreygeol. Même minerai, même diamètre de four, même nombre de tuyères. L’amélioration résidait dans la possibilité d’expérimenter dans des conditions réelles la fosse à scories piégées. Après avoir analysé par lévigation la composition des saumons archéologiques, c’est donc avec les éléments minéraux du site rapportés à Melle que nous avons reconstitué le mélange approprié pour réaliser les nouveaux saumons. L’emplacement du four fut choisi sur un lieu idéal, une pente de remblai argilo-caillouteux abritée des vents dominants. La fosse de 0,60 m de profondeur fut enduite d’une préparation réfractaire à base de sable de quartz provenant du lieu de fouille, le four s’élevant d’1,40 m au dessus de la fosse. La construction en saumons fut néanmoins beaucoup moins facile qu’à Forges-les-Eaux. En effet, à Forges, une seule personne – donc les mêmes mains – avait façonné les 450 ou 500 saumons nécessaires à l’ouvrage. À Melle, plusieurs personnes ont participé à la fabrication de ces modules. Les morphologies et « coup de mains » différents ont formé des saumons beaucoup plus irréguliers de forme. Or, il s’avère que la facilité de montage est directement dépendante de la régularité des modules (cette erreur fut porteuse de nombreux enseignements). Néanmoins, l’ouvrage fut mené à bien. Un enduit interne réfractaire et un enduit extérieur de la terre à saumons furent rajoutés pour parfaire l’étanchéité. Cette fois encore, le four donna satisfaction lors de cette réduction (Red xix) et les scories qui avaient coulé jusqu’au fond de la fosse, puis la loupe, purent être sorties pour la première fois par-dessous, sans toucher ni aux tuyères ni à la colonne. (Colliou & Peyrat 2007). Un abri de fortune fut installé pour lui permettre de passer l’hiver et une deuxième réduction (Red xv) fut réalisée en mars 2008. Le four fut retrouvé en parfait état ; la fosse, très saine, n’avait pas retenu d’eau. La paroi, côté intempéries, était un peu érodée par les pluies, tandis que le côté opposé commençait à être légèrement verdâtre de lichens. Après rechapage de l’ouverture de la fosse, suivi d’une journée et d’une nuit de préchauffage, le bas fourneau fonctionna de nouveau sans problème. Nous n’avions pas touché non plus aux tuyères qui étaient donc plus courtes de quelques centimètres. Aujourd’hui (avril 2009), ce bas fourneau vient de traverser son deuxième hiver avec succès et vient d’effectuer sa troisième réduction.

19Désormais, des questions se posent : combien de cuissons successives ces parois minces en saumons peuvent-elles supporter sans problème ? Sachant qu’aucun reste de tuyère n’a été trouvé sur le site, ce bas fourneau fonctionnerait-il aussi bien en remplaçant les tuyères par de simples évents ? Les parois étaient-elles constituées d’une ou plusieurs couches de saumons ? Dans cette éventualité, la construction se compliquerait pour pouvoir lier les différentes couches entre elles. On peut également concevoir des couches en dégradé, de bas en haut, l’épaisseur diminuant avec la hauteur. En quel état les saumons étaient-ils posés : frais, mi-frais, verts, mi-secs… ? L’état vert à mi-sec semble le plus probable au regard de l’état non déformé de ceux découverts sur le site.

Considérations sur la construction en saumons

  • 4 Grésage : début de vitrification par fusion de certains éléments minéraux. La terre subit un nouvea (...)

20Les fouilles du site n’ont révélé aucun élément ou partie d’élément constitué d’argile plastique, tuyères ou autres. Aucune trace apparente non plus d’éventuels bassins de décantation suffisamment conséquents qui auraient pu permettre d’extraire une quantité exploitable d’argile plastique. Or, la terre du site est composée à plus de 82 % de quartz. Il est impossible, avec elle, de modeler des éléments complexes ni de monter des parois minces de façon traditionnelle. Les éprouvettes testées montrent aussi que cette terre devient d’une extrême fragilité par manque d’éléments fusibles à des températures comprises entre 700 °C et 1 150-1 200 °C. Vers 1 300 °C elle devient solide, un commencement de grésage4 se produit. Par contre, à cru, elle possède des qualités certaines de dureté, de retrait très faible (2,5 %), et de grande résistance mécanique à la compression.

21Il semble bien que les hommes qui ont œuvré sur ce site n’ont eu d’autre choix que cette terre très « maigre ». Devant la difficulté de l’enrichir, comment contourner le problème de la réalisation de parois hautes, donc minces ? Par l’invention de « génie » que constituent les saumons ! À chaque réduction, nous constatons combien leur système de saumons est intelligent et plus performant que les systèmes habituels d’assemblage d’éléments. Il ne peut en aucun cas être assimilé à une technique d’adobe. Peut-être d’ailleurs est-ce la seule façon de monter des parois minces fiables avec cette terre si particulière. On voit bien à l’usage que la cohérence et l’efficacité extrême de ce système répétitif ont été très réfléchies. Par sa simplicité apparente et son système répétitif de mise en œuvre, on ne peut, lorsqu’on expérimente cette curieuse méthode de construction, éviter de la comparer à un tressage, à une vannerie… une vannerie de terre ! Une vannerie de terre où la pesanteur fait le serrage entre les éléments. Comme dans une vannerie, plus les éléments sont identiques et posés régulièrement, meilleures sont la solidité, l’étanchéité, la tenue à la dilatation, etc. Un concept de vannerie appliqué à une construction de terre ! Ce système réussit le tour de force d’auto-éliminer le principal défaut des montages en adobe : les fuites et mauvais collages causés par le retrait de chaque élément au séchage. Et, dans la perspective d’un réemploi répété de la colonne, c’est un argument essentiel. Dans nos expérimentations, nous avons choisi un « tressage » des saumons qui nous semblait le plus proche des restes de parois trouvées, bien que plusieurs dispositions aient été possibles par rapport à une verticale. La prise en compte des effets des différentes contraintes dues aux chocs thermiques éliminait de suite les assemblages où les saumons sont debout et se rapprochent donc de la verticale. Par ailleurs, une pose à axe complètement horizontal était aussi à exclure car elle éliminait les qualités principales de ces formes particulières, l’auto-serrage par la pesanteur et l’effet clef de voûte. Les saumons ont donc besoin d’être inclinés mais pas trop. Sous quel angle ? Les expériences futures nous en apprendront sans doute davantage à ce sujet.

22Comment conclure, alors que ce sujet immense n’est qu’à peine ici esquissé ?

23Des polémiques peuvent exister sur l’épaisseur des parois et sur le choix des techniques de montage. Dans le passé, ces dernières pouvaient sans doute varier de façon considérable en fonction des types de terres, des types de fours, ou même des régions et des cultures où elles étaient mises en œuvre. Aujourd’hui également, des techniques différentes peuvent bien sûr coexister, mais, comme par le passé, le choix doit être conditionné par un compromis entre le type de structure, les impératifs du matériau, les compétences potières. Ce n’est donc qu’avec une connaissance générale des argiles et en respectant les impératifs inhérents au mélange choisi dans chaque cas particulier, que l’on pourra progresser dans l’élaboration et la compréhension des différentes structures chauffantes dans la nature. En conséquence, il apparaît qu’un minimum d’apprentissage des techniques manuelles de traitement et de mise en œuvre des argiles s’avère utile de la part des expérimentateurs. Avec cet acquis et une bonne maîtrise de la conduite du feu – sans parler dans certains cas de la compréhension et de la maîtrise des atmosphères–, de gros progrès pourraient être réalisés sur les expérimentations.

Haut de page

Bibliographie

Colliou, C. & F. Peyrat. 2006. « Proposition de reconstitution et expérimentation d’un four de réduction de minerai de fer en ventilation naturelle », in : Journées archéologiques de Haute-Normandie, Bulletin n° 11 du Centre de recherche archéologique de Haute-Normandie, fascicule 2, publication du Centre de recherches archéologiques de Haute-Normandie : 15-22.

Haut de page

Notes

1  Barbotine : argile délayée plus ou moins liquide et permettant d’effectuer des collages.

2 Adobe : brique constituée le plus souvent d’argile et de foin et séchée au soleil. Un des plus anciens systèmes de construction.

3 « Vert », « cuir » ou « fromage dur » : se dit d’une terre entre l’état plastique et l’état sec ; moment opportun pour réaliser des coupes ou des collages sans déformation des pièces à coller.

4 Grésage : début de vitrification par fusion de certains éléments minéraux. La terre subit un nouveau retrait.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Saumon archéologique
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 2
Légende Préparation des saumons
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Peyrat, « L’emploi des terres pour la construction des bas fourneaux », Les nouvelles de l'archéologie, 116 | 2009, 23-28.

Référence électronique

François Peyrat, « L’emploi des terres pour la construction des bas fourneaux », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 116 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/711 ; DOI : 10.4000/nda.711

Haut de page

Auteur

François Peyrat

Céramiste indépendant, 86330 Aulnay
peyrat-francois@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org