Navigation – Plan du site
Dossier : Archéologie expérimentale du bas fourneau. Réduction et post-réduction du fer

Un protocole d’expérimentations de réduction en bas fourneau d’un minerai calcique (la minette de Lorraine)

Marc Leroy et Paul Merluzzo
p. 17-22

Résumés

Un programme de reconstitutions expérimentales est un volet indispensable à l’étude des processus de production, en complément et en parallèle aux investigations archéologiques et de laboratoire. Les protocoles de reconstitution doivent s’appuyer le plus près possible des données archéologiques et archéométriques. Le caractère fragmentaire de ces dernières nécessite toutefois l’interprétation de certains paramètres. La reproduction de la formation de produits métalliques et de déchets de production similaires aux spécimens archéologiques valide les reconstitutions et permet de tester successivement une série de paramètres jouant sur la conduite des processus opératoires. Cette approche permet de restituer les gestes techniques qui ne peuvent être appréhendés par la seule étude des vestiges matériels, et d’évaluer le degré de maîtrise des forgerons anciens. L’application de cette méthodologie à l’étude des conditions de réduction de la minette de lorraine, un minerai de fer à basse teneur, a produit des résultats novateurs qui modifient la perception de son utilisation aux époques anciennes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  1. La minette de Lorraine est un minerai de nature oolithique, formé par sédimentation marine et r (...)
  • 2  Le fer fort est un minerai d’altération continentale en rognons compacts et siliceux, relativement (...)

1Il y a encore une vingtaine d’années, l’utilisation du minerai de fer oolithique de l’aalénien (transition jurassique inférieur / jurassique moyen, il y a 180 millions d’années), la fameuse minette de Lorraine1, était considérée comme très marginale par rapport à l’emploi des minerais de fer de surface (les minerais de fer fort 2), beaucoup plus riches (Musée du Fer 1977). Les travaux de recherches archéométallurgiques conduits en Lorraine depuis 1985 ont amplement démontré que la sidérurgie ancienne s’était au contraire développée, au moins depuis le début du haut Moyen Âge, de manière presque exclusive à partir de l’emploi de la minette et que les anciens forgerons avaient su en tirer le meilleur parti, malgré une teneur moyenne de fer relativement basse et une composition chimique hétérogène (Leroy 1997 ; Leroy, Le Carlier & Merluzzo 2007). Les études archéométriques ont montré qu’elle permettait pourtant d’obtenir des rendements largement satisfaisants pour les époques considérées. La compréhension des conditions de réduction de ce type de minerai et des conditions de transformation par forgeage du métal qui en est issu a conduit assez tôt à la mise en place d’un programme d’expérimentations, établi sur la base des données rassemblées par les études archéométallurgiques conduites en parallèles. Une plateforme de reconstitutions a été mise en place dès 1994, puis constamment renforcée et améliorée pour aboutir à une structure ouverte au public sur le site du musée de l’Histoire du fer à Nancy-Jarville.

2L’approche expérimentale présente de nombreux intérêts pour la recherche archéométallurgique. Le contact avec la matière n’est pas un des moindres. Elle permet surtout d’essayer de restituer des gestes techniques difficiles à appréhender par la seule étude des vestiges matériels, et de les comprendre pour évaluer le degré de maîtrise des anciens forgerons. En outre, l’expérimentation est un excellent moyen de mettre en pratique l’ensemble des données convergentes rassemblées par les études archéométriques, de les affiner, de les valider ou de les infirmer, et de préciser les questions encore sans réponse. Il s’agit d’un des seuls vecteurs susceptibles de nous faire retrouver les gestes de conduite des procédés, pour lesquels il n’existe aucune source écrite.

 Les protocoles

Les principes méthodologiques

3L’objectif général du programme de reconstitutions expérimentales étant de cerner les principales caractéristiques des conditions techniques de la réduction de la minette et du travail du métal qui en est issu, les principes méthodologiques de base sont fondés sur une mise en application des données fournies par, d’une part les observations archéologiques et leur interprétation, d’autre part les études archéométallurgiques. Les vestiges de la production (fourneaux, foyers, aires de préparation des matières premières…) et les indices de fonctionnement des structures de production et des ateliers (impacts thermiques, panels de déchets de production, morphologie et composition chimique de ces déchets, traces d’outils et de gestes techniques qu’ils peuvent avoir conservés…) vont servir de référentiels indispensables pour :

  1. baliser et guider les reconstitutions et les questionnements ;

  2. valider les résultats obtenus et les comparer aux données archéologiques et archéométriques.

4Néanmoins, ces seules données ne sont pas suffisantes. De nombreuses informations ne peuvent être fournies ni par les vestiges archéologiques, ni par les études de laboratoire, comme par exemple les hauteurs de fours ou la nature et la puissance de la soufflerie. Les informations fournies par l’ethnographie, par d’anciennes sources littéraires ou par d’autres expérimentateurs sont alors des compléments utiles.

5Les déchets sont en général les seuls « produits » des opérations de réduction et de forge conservés et étudiés, et il est indispensable de les reproduire en termes tant de morphologie que de composition chimique et minéralogique, tout en obtenant ce à quoi est destinée une opération métallurgique : la production de métal. La répétition de ces résultats valide la reconstitution. On définit ainsi un ensemble de paramètres qui induisent certains choix et gestes techniques nécessaires à la bonne conduite et à la réussite du processus de réduction ou de forge.

6Nous avons volontairement exclu, dans cette optique, le recours à des procédures de mesures des températures ou de composition des gaz, délicates à mettre en œuvre et sans réelle signification avant que soit obtenue une bonne maîtrise des processus opératoires. Pour la conduite des opérations, on devra se fier surtout à des indices sensuels et beaucoup de bon sens.

Les paramètres de l’expérimentation

Le fourneau de réduction

7En Lorraine, plusieurs modèles de bas fourneaux utilisant la minette ont été trouvés lors de la fouille de cinq ateliers datés du haut Moyen Âge (Leroy 1997 ; Leroy 2008). Tous présentent un système de ventilation forcée à travers une tuyère située audessus du fond de cuve et insérée dans une paroi latérale, ainsi qu’un système d’évacuation de la scorie liquide à la base de la cuve. Ils peuvent être classés en deux ensembles morphologiques :

  1. les fourneaux à cuve de forme oblongue ou rectangulaire, encastrée dans le sol, d'un diamètre compris entre 0,60 et 0,90 m ;

  2. les fourneaux plus petits, à cuve circulaire modelée à la surface du sol de l’atelier, d'un diamètre compris entre 0,35 et 0,45 m.

  • 3  Nancy, musée de l’Histoire du fer, 1989.

8Le choix s’est d’abord porté sur ces derniers, nous donnant la possibilité d’utiliser, au démarrage du programme, un modèle de four de petit gabarit, privilégiant un apprentissage sur une structure de faible capacité, tout en limitant le volume des matières premières manipulées (fig. 1). Avantage supplémentaire, ces dimensions sont assez proches de fourneaux de réduction bien connus et documentés sur le plan ethnologique, comme ceux de l’opération Katana, démonstration de forge traditionnelle par des maîtres-forgerons japonais3 (Merluzzo & Forrières 1995). À terme s’ouvre la possibilité de comparer le fonctionnement de ces deux modèles de capacité fort différente et d’évaluer l’impact du volume des cuves sur la conduite de la réduction.

9Les traces archéologiques permettent de définir certaines caractéristiques du bas fourneau (fig. 1) :

  1. le fourneau est globalement cylindrique : la base de la cuve creusée dans le sol a un diamètre compris entre 35 et 45 cm. Le bâti est construit à partir de limon argileux, la cuve intérieure est tapissée de la même matière plus chargée en sable, ce qui augmente sa résistance à la chaleur. Le bas fourneau est destiné à être réutilisé de nombreuses fois ;

  2. la ventilation est forcée : il dispose d’une arrivée d’air latérale au travers d’une tuyère de 3 cm de diamètre, située à au moins 25 cm du fond ;

  3. il possède une ouverture à la base de la paroi frontale, qui permet l’écoulement de la scorie et l’extraction de la masse de métal sans détruire la structure ;

  4. la scorie est écoulée hors du fourneau sous forme liquide à la base de la cuve, dans un canal ou une fosse creusés à l’avant du fourneau.

Fig. 1

Fig. 1

Chargement de minerai de fer et de charbon de bois dans un fourneau expérimental de petit gabarit

La conduite du système

10L’étude des déchets de production permet d’identifier un certain nombre de paramètres de conduite du système. La grosseur du minerai enfourné est celui d’une petite noix. Le combustible utilisé est un charbon de bois dur, hêtre ou chêne, de petit calibre, probablement des branchages. La scorie est évacuée à l’extérieur du four à l’état liquide sous forme de cordons successifs ou d’une seule coulée d’aspect lisse, dont la source prend naissance dans la cuve ; les écoulements sont dans la continuité du fond de four (fig. 2). Les différences dans la morphologie des scories de fond de four – massives avec peu d’inclusions de charbon de bois, en flaque, ou sous forme d’un agglomérat avec du charbon de bois – indiquent une certaine variabilité des opérations. Certaines présentent encore en inclusion des grains de minerai partiellement réduit. Ces scories internes n’adhèrent ni aux parois, ni au produit métallique.

11Ces paramètres sont complétés par d’autres données expérimentales ou ethnographiques. Les choix réalisés privilégient toujours le temps de maintien de la charge de minerai au contact des gaz réducteurs (CO), pour a priori favoriser la réduction.

12Le débit de la soufflerie est réglé de façon à consumer en environ 20 minutes une charge de charbon de bois d’un volume de 15 litres (soit 2,5 kg), ce qui correspond à une descente de la charge d’une quinzaine de centimètres dans la partie haute de la cheminée du fourneau (dont le diamètre est d’une trentaine de centimètres). L’utilisation d’une soufflerie électrique permet de s’affranchir de la main-d’œuvre. En revanche, elle ne permet pas toujours d’avoir des pressions (sauf souffleries spécifiques) équivalentes à celles des soufflets de type forge. Dans un premier temps, le four fonctionne sans ouverture basse permanente, c’est une cheminée fermée. Le premier chargement de minerai est effectué lorsque les gaz s’enflamment en sortie de four. Chaque charge de minerai d’au moins 1 kg est introduite en alternance avec le charbon (fig. 1). L’évacuation de la scorie liquide se fait par un trou percé à la base du fourneau que l’on rebouche ensuite (fig. 2). L’opération est répétée plusieurs fois au cours d’une réduction. En fin d’opération, la porte est ouverte pour retirer la masse de métal produite (fig. 3).

Fig. 2

Fig. 2

Écoulement de scorie liquide à la base de la paroi frontale du bas fourneau

Fig. 3

Fig. 3

Masse de métal brute produite en fin d’opération

Expérimentations et paramètres testés

13Pour entamer des essais sur certains paramètres de fonctionnement et entrevoir leurs influences, il est indispensable de maîtriser le fonctionnement du fourneau : production d’une bonne masse de métal, écoulement de scorie. La première étape a donc été de reproduire les conditions d’écoulement des scories à la base de la cuve, tout en obtenant la production d’un bloc de métal brut. Les morphologies et la texture des scories d’expérimentations – écoulements boudinés plutôt que cordés, parfois même assez souvent boursouflés ; une texture à forte tendance vitreuse et non pas fayalitique grise – apparaissent assez similaires à celles des scories archéologiques issues de la minette. De même, les compositions chimiques des scories des expérimentations s’insèrent parfaitement dans la gamme des compositions des scories archéologiques. Seule une tendance légèrement moins calcique confirme que les minerais oolithiques utilisés à ces époques sont de composition un peu plus calcique que les minerais géologiques recueillis en mine profonde (Leroy, Le Carlier & Merluzzo 2007). La reproduction de ces résultats met en valeur la pertinence des choix réalisés en amont et valide les reconstitutions. Elle définit en outre un éventail de paramètres nécessaires à la conduite du processus de réduction. Dans un second temps, la modification de certains de ces paramètres permet d’aborder la compréhension d’un certain nombre de gestes techniques, dont la maîtrise va déterminer la plus ou moins bonne marche de l’opération.

14Plusieurs dizaines de reconstitutions expérimentales ont permis de tester toute une série de paramètres de conduite de l’opération de réduction sur ce même modèle de bas fourneau. Il est absolument primordial de n’en faire varier, dans la mesure du possible, qu’un seul à la fois pour voir son influence sur le processus opératoire. Si certains paramètres ont une influence individualisée, en revanche, dans un certain nombre de cas, les interactions peuvent être multiformes. En ce qui concerne les matériaux introduits dans le fourneau, les paramètres étudiés sont le grillage, le calibre, la qualité et la richesse du minerai (essais avec d’autres types de minerais), ainsi que le calibre du charbon de bois.

15Pour les paramètres de conduite, nous avons observé l’influence d’un préchauffage avant l’opération de réduction, du type de soufflerie utilisé (électrique ou mécanique), des rythmes de descente de la charge, de la quantité de minerai enfournée par charge, de la quantité totale de minerai enfournée, de la hauteur de la colonne et, enfin, l’influence d’une ouverture permanente à la base de la cuve pour l’écoulement en continu de la scorie.

16Il n’est pas possible de présenter en détail les résultats obtenus pour chacun des paramètres étudiés et modifiés. Une partie des données les plus récentes est encore en cours de traitement et d’analyse. Un premier bilan avait déjà été présenté il y a quelques années (Leroy et al. 2000) et seules des données d’ordre général et significatives sont reprises ici.

La calcination du minerai

17Certains des ateliers archéologiques étudiés ont livré des indices clairs d’une calcination préalable du minerai, alors que la composition chimique et la structure de la minette ne donnaient pas l’impression que cette opération était indispensable. Les tests réalisés ont montré un gain sensible dans les rendements en fer des réductions en comparaison des expérimentations faites avec du minerai non cuit. L’enrichissement relatif en fer par disparition, lors de la calcination, des éléments volatils s’avère particulièrement utile lorsque le minerai a une teneur assez basse.

Le préchauffage du fourneau

18L’emmagasinage d’une quantité de chaleur en fond de four par le biais d’une phase de préchauffage longue et progressive a une influence sur les rythmes de descente de la charge et donc la réduction des oxydes de fer, et sur la possibilité d’évacuer un déchet suffisamment fluide (tabl. 1). Il suffit ensuite d’apporter le complément d’énergie thermique par combustion pour atteindre les températures nécessaires au maintien de la scorie à l’état liquide. En comparant des expérimentations avec soufflerie manuelle, avec ou sans préchauffage, on s’aperçoit que la dissociation entre la quantité d’air et la chaleur de fonctionnement du bas fourneau permet d’agir sur les rythmes de descente de la charge, voire même de les ralentir. On peut ainsi réduire les débits d’air et donc les cadences de soufflage. A contrario, si le préchauffage est insuffisant, on doit augmenter les rythmes de soufflage pour corriger des températures de départ trop basses afin d’obtenir une remontée des températures de fonctionnement.

Tabl. 1

Tabl. 1

Influence du préchauffage du fourneau sur le déroulement de l’opération de réduction du minerai de fer

Les rythmes de descente de la charge

19Les variations de durée de descente des minerais, obtenues uniquement par modulation des débits d’air de la soufflerie, influent considérablement sur la production de métal et des scories. Par une combustion trop lente, on ne forme que de la scorie. Par une combustion trop rapide, les rendements en fer sont faibles. D’une manière générale, les rythmes de descente de la charge qui conditionnent la fréquence de chargement en minerai et charbon de bois doivent être adaptés au diamètre de la cuve. Les meilleurs rendements en fer ont été obtenus avec des charges de 3 à 5 kg de minerai. Le maintien ou non d’un même rythme est, du reste, un bon indicateur du fonctionnement de l’opération.

La hauteur de la cuve

20Le paramètre de la hauteur de la cuve influence le temps de maintien des charges de minerai dans la zone de réduction (tabl. 2).

21Avec des cuves de moins d’un mètre de haut au-dessus de la tuyère, l’obtention de fer métallique est difficile, quels que soient les rythmes de ventilation adoptés, avec ou sans préchauffage.

22Avec des cuves de plus d’1,50 m de haut, les conditions d’obtention du fer sont réunies mais la combustion décline avec pour conséquence l’accroissement des temps de descente.

23Dans l’état actuel des essais, la hauteur la mieux adaptée au diamètre du fourneau, dont on rappelle qu’il se situe autour de 35 cm, et à l’utilisation d’une ventilation forcée est de 1,10/1,20 m au-dessus de la tuyère.

Tabl. 2

Tabl. 2

Influence de la hauteur de la cheminée du fourneau sur l’opération de réduction du minerai de fer

La soufflerie

24Divers types de soufflets ont été utilisés lors des différentes opérations de réduction. Les souffleries manuelles ont l’avantage de nous amener à la réalité de l’effort et d’être « silencieuses » ce qui permet une meilleure « écoute » du fourneau. L’utilisation de deux soufflets de même dimension donne un flux d’air plus continu et nécessite des rythmes moins élevés. Les pressions atteintes par les souffleries électriques sont nettement inférieures. Les zones de réduction et de fusion dans la cuve sont de ce fait nettement plus confinées autour du bec de tuyère, d’où sa fusion excessive. Une soufflerie électrique de puissance adaptée permet toutefois de reproduire avec une bonne constance des opérations associant des écoulements de scorie et la production de métal.

Le bilan des expérimentations et la production de fer

25Lorsque les bonnes conditions sont rassemblées, une masse de métal située à proximité de la tuyère mais n’adhérant ni à la paroi du four ni aux scories peut être extraite facilement à l’aide d’une barre et d’une pince. Cette masse est un produit brut, inapte, sous cette forme, à la fabrication d’objets. Elle est plus ou moins compacte et possède de nombreuses cavités ainsi que des inclusions de charbon de bois. Elle sera transformée ensuite en produit forgeable (Leroy et al. 2000). Le tableau 3 résume les résultats des expérimentations les plus significatives. Les reconstitutions où la colonne avait moins d’un mètre de haut ont donné des rendements en fer beaucoup plus faibles que lorsqu’elle mesurait 1,20 m et plus. Si la cuve mesure entre 1,20 m et 1,80 m de haut, le rapport entre la quantité de minerai introduite et la quantité de fer produite reste constant quelle que soit la quantité de minerai.

26Les rendements en fer – c’est-à-dire la quantité de fer produit par rapport au fer contenu dans le minerai, ici en moyenne de 35 % – sont toujours supérieurs à 50 % ; ils peuvent atteindre 70 % et sont du même ordre que ceux calculés à partir des données archéologiques (Leroy 1997). Ils paraissent supérieurs à ceux proposés pour les minerais siliceux non calciques. Cette bonne « réductibilité » de la minette, qui compense sa basse teneur initiale, pourrait être une des raisons de son utilisation préférentielle en bas fourneau.

Les essais de réduction du minerai de fer fort

27Des expérimentations de réduction du minerai de fer fort ont été conduites dans le même type de bas fourneau, en gardant les paramètres de fonctionnement qui avaient été définis pour la réduction de la minette, dans la mesure où nous ne disposons pas encore de fouilles d’atelier correspondant. Au cours de ces expérimentations, le fourneau s’est comporté de manière identique : descente régulière des charges, fluidité et écoulement des scories, production de métal.

28Les résultats obtenus sont assez similaires à ceux des opérations réalisées à partir de la minette (tabl. 3). En particulier, les rendements sont sensiblement les mêmes. La seule différence importante est un bilan matière plus équilibré. Cette différence s’explique par la composition de départ de la minette et la proportion élevée d’éléments « volatils ».

  • 4  Des tests ont été réalisés dans des conditions similaires avec du minerai en poudre très riche d’A (...)

29Une première conclusion à cette série d’expérimentations serait qu’un même type de bas fourneau, une fois paramétré, peut accepter des minerais aux caractéristiques assez différentes4.

30Le programme de reconstitutions expérimentales est un complément indispensable à l’étude archéométallurgique des processus de production, à condition que les protocoles de reconstitution soient établis au plus près des données archéologiques et archéométriques. Toutefois, leur caractère fragmentaire nécessite l’interprétation de certains paramètres. La reproduction de produits et de résidus similaires aux spécimens archéologiques est le critère incontournable de la validation des résultats des reconstitutions. La reproductibilité permet de tester successivement une série de paramètres jouant sur la conduite des processus opératoires. C’est par cette approche que peuvent être appréhendé gestes techniques et savoir-faire anciens.

31La mise au point des paramètres de fonctionnement de ce modèle de bas fourneau nécessaires à l’obtention régulière d’un produit métallique étant acquise, il est désormais possible de développer un programme de mesures physico-chimiques pour quantifier avec plus de précision ses conditions de fonctionnement : températures, mesures de gaz, modélisation de la soufflerie. Nous pouvons aussi envisager de reproduire ces paramétrages opératoires sur le second modèle de bas fourneau fouillé en Lorraine, de plus gros volume avec des dimensions de cuve de 0,90 m sur 0,60 m. Nous mettons aussi en place un programme d’expérimentation de post-réduction, qui portera, dans un premier temps, sur les techniques et les conditions de compactage du produit brut. On entreprendra de caractériser et de quantifier les déchets produits, mais aussi d’approfondir les observations analytiques permettant de mesurer le degré de filiation chimique entre les produits.

Tabl. 3

Tabl. 3

Bilan matière et rendement en fer des opérations de réduction des minerais de fer (minette et fer fort)

Haut de page

Bibliographie

Leroy, M. 1997. La sidérurgie en Lorraine avant le haut fourneau. L’utilisation du minerai oolithique en réduction directe. Paris, CNRS Éditions (Monographies du CRA ; 18), 306 p.

Leroy, M. 2008. « Les modes de production du fer au haut Moyen Âge. L’exemple des ateliers sidérurgiques de Lorraine centrale », in : J. Guillaume & E. Peytremann (éd.), L’Austrasie. Sociétés, économies, territoires, christianisation. Actes des XXVIe Journées internationales d’archéologie mérovingienne (Nancy 2005). Nancy, Presses universitaires de Nancy : 177-188.

Leroy, M., C. Le Carlier & P. Merluzzo. 2007. « Entre bas et haut fourneau. L’utilisation de la minette de Lorraine au Moyen Âge : une parfaite adéquation avec la technique du bas fourneau », colloque international Medieval Europe (l’Europe en mouvement), Paris, Inha, septembre 2007. Édition électronique, 9 p., 9 fig.

Leroy, M., P. Merluzzo, P. Fluzin, D. Leclere, M. Aubert & A. Ploquin. 2000. « La restitution des savoir-faire pour comprendre un procédé technique : l’apport de l’expérimentation en archéologie du fer », in : P. Petrequin, P. Fluzin, J. thiriot & P. Benoit, Arts du feu et production artisanales, XXe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes. Antibes, Éditions Apdca, 2000 : 37-51.

Merluzzo, P. & C. Forrieres. 1995. « Les premières étapes du travail du fer en foyer de forge selon des procédés traditionnels japonais », in : P. Benoit & P. Fluzin, Paléométallurgie du fer et Cultures. Symposium international du comité pour la Sidérurgie Ancienne, Belfort 1990. Belfort, Éditions Vulcain : 71-86.

Musée du Fer. 1977. Histoire du fer, guide illustré du musée du Fer. Jarville, musée du Fer, 2e édition.

Haut de page

Notes

1  1. La minette de Lorraine est un minerai de nature oolithique, formé par sédimentation marine et riche en calcaire, en alumine et en phosphore, mais assez pauvre en fer.

2  Le fer fort est un minerai d’altération continentale en rognons compacts et siliceux, relativement riche en fer.

3  Nancy, musée de l’Histoire du fer, 1989.

4  Des tests ont été réalisés dans des conditions similaires avec du minerai en poudre très riche d’Australie

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Chargement de minerai de fer et de charbon de bois dans un fourneau expérimental de petit gabarit
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 2
Légende Écoulement de scorie liquide à la base de la paroi frontale du bas fourneau
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 3
Légende Masse de métal brute produite en fin d’opération
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Tabl. 1
Légende Influence du préchauffage du fourneau sur le déroulement de l’opération de réduction du minerai de fer
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/708/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tabl. 2
Légende Influence de la hauteur de la cheminée du fourneau sur l’opération de réduction du minerai de fer
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/708/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tabl. 3
Légende Bilan matière et rendement en fer des opérations de réduction des minerais de fer (minette et fer fort)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/708/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Leroy et Paul Merluzzo, « Un protocole d’expérimentations de réduction en bas fourneau d’un minerai calcique (la minette de Lorraine) », Les nouvelles de l'archéologie, 116 | 2009, 17-22.

Référence électronique

Marc Leroy et Paul Merluzzo, « Un protocole d’expérimentations de réduction en bas fourneau d’un minerai calcique (la minette de Lorraine) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 116 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/708 ; DOI : 10.4000/nda.708

Haut de page

Auteurs

Marc Leroy

Laboratoire de métallurgies et cultures, Umr5060, Jarville-la-Malgrange
m.leroy@lam-nancy.fr

Paul Merluzzo

Laboratoire de métallurgies et cultures, Umr5060, Jarville-la-Malgrange

p.merluzo@lam-nancy.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org