Navigation – Plan du site
Dossier : Archéologie expérimentale du bas fourneau. Réduction et post-réduction du fer

Pour une expérimentation archéométrique

Réflexion sur une approche spécifique de reconstitution de la chaîne opératoire du fer
Philippe Dillmann
p. 8-12

Résumés

Entre les expérimentations purement archéologiques visant à comprendre les structures découvertes en fouilles et les gestes techniques liées à leur utilisation, et la recherche archéométrique en laboratoire, il existe un espace pour des expérimentations spécifiques : les expérimentations archéométriques. Celles-ci sont destinées à valider les hypothèses de formation des matériaux ferreux archéologiques basées sur l’observation métallographique des objets et déchets anciens. Elles constituent à notre sens une clef de voûte des études archéométriques des prochaines années. A ce titre, cette communication se propose d’en jeter les bases méthodologiques et de donner quelques exemples de leur mise en place.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  1. Certains expérimentateurs s’interdisent toute mesure physico-chimique avec des méthodes « moder (...)
  • 2  Par examen métallographique, au sens de « lire ce qui est écrit dans le métal », on entend l’exame (...)

1Ces dernières années, dans le domaine de l’étude de la métallurgie des alliages ferreux, les expérimentations dites archéologiques ont fleuri sur l’ensemble du territoire français voire européen. Il est parfois difficile, derrière l’enthousiasme des expérimentateurs, de dégager le questionnement scientifique et de distinguer l’expérimentation archéologique scientifique de l’animation touristique ou de l’étude sans réelle base méthodologique ; chacune de ces approches a sa légitimité, mais dans le cadre d’une recherche scientifique, seule la première a le droit de cité. Si devant un tel foisonnement, il peut paraître inutile, voire contre-productif, de vouloir développer une nouvelle voie dite « archéométrique », dont nous nous proposons de poser certaines bases ici, il nous a paru au contraire que cette approche spécifique, issue de la rencontre entre l’expérimentation archéologique et les laboratoires de la science des matériaux et de la chimie, était de première importance. En effet, l’expérience archéologique a d’abord pour but de confronter à la réalité du fonctionnement d’un système, des hypothèses de restitution. Elle est sous-tendue, comme toute expérimentation, par une dialectique entre observation, variation des paramètres et confrontation avec les données archéologiques de terrain. En revanche, si elle peut dans certains cas mesurer quelques paramètres physico-chimiques (température le plus souvent, pression partielle des gaz parfois dans le cas de la métallurgie)1, elle ne considère que rarement dans le détail ou dans leur totalité les processus physico-chimiques et les mécanismes potentiels. Ce n’est pas son objectif. D’un autre côté les analyses archéométriques des déchets, matériaux et objets archéologiques, fondées sur une approche de science des matériaux, ont depuis de nombreuses années apporté un corpus de nouvelles données archéologiques liées à la structure et à la composition de la matière, toujours plus complètes et complexes. Ainsi sont obtenues des informations sur l’usage de l’objet, sur ses processus de fabrication liés à la nature et à l’organisation de la chaîne opératoire, et, depuis peu pour les alliages ferreux, sur son origine géographique qu’il serait impossible d’atteindre autrement (Desaulty et al. 2007, 2008). Certaines sont relativement faciles à décrypter (structures de trempe sur le tranchant d’une épée, par exemple) et peuvent immédiatement servir à l’archéologue. D’autres, au contraire, ne peuvent être déduites que par la compréhension fine des mécanismes potentiels amenant à la formation des données métallographiques observées (structure et composition). De cette observation métallographique à la déduction des informations archéologiques, le chemin est long et périlleux du fait de la multiplicité des hypothèses de départ. Il nécessite parfois une véritable « recherche fondamentale » propre, souvent peu comprise par l’archéologue en bout de chaîne, et qui va, dans un premier temps, amener l’archéomètre à s’éloigner du contexte archéologique pour affiner les interprétations métallurgiques. Lors de cette démarche, pour plusieurs raisons que nous allons détailler, on ne peut se contenter d’affirmations générales, voire péremptoires, issues du domaine de la chimie et de la science des matériaux. Des expériences spécifiques faisant varier des paramètres métallurgiques, et pas forcément archéologiques, sont nécessaires pour cerner les phénomènes. Par ailleurs, de petites expériences qui seraient limitées à l’échelle du laboratoire (matériaux modèles, fours ou réacteurs de petites tailles) s’avèrent très rapidement insuffisantes parce qu’elles ne reflètent pas la complexité du système formé par le matériau archéologique. Réaumur parlait déjà de la nécessité de faire les expériences métallurgiques « en grand » afin de bien comprendre les phénomènes. C’est un continuel va-et-vient entre les différentes échelles et contextes de recherche qui permettra d’avancer de façon significative. Ainsi, entre une expérimentation archéologique focalisée sur le geste technique, les structures de production et la nature macroscopique des matériaux, et la manipulation de laboratoire par trop simpliste, il existe un espace pour l’expérimentation archéométrique qui peut s’éloigner autant que nécessaire des hypothèses archéologiques (geste technique, taille des structures, etc.) pour comprendre les processus physico-chimiques complexes et les synergies à l’origine des microstructures observées sur les objets archéologiques. Précisons aussi que, contrairement à une expérimentation archéologique, toute expérimentation archéométrique doit être suivie de l’examen métallographique2 des produits et déchets obtenus, et que cette approche analytique est partie intégrante de l’expérimentation. À l’issue de cette dernière, la confrontation avec les données de fouille d’une part et celles de l’expérimentation archéologique d’autre part est extrêmement profitable. L’expérimentation est même, à notre avis, la seule voie possible pour certaines approches archéométriques.

Pourquoi l’expérimentation archéométrique est-elle nécessaire ?

  • 3  De manière souvent simpliste, on postule qu’une atmosphère réductrice contient moins d’oxygène qu’ (...)
  • 4  C’est-à-dire qu’elle va favoriser la stabilité des oxydes plutôt que des composés métalliques.
  • 5  Action plus ou moins réalisable, selon la nature du métal et du cément, de carburer un alliage fer (...)
  • 6  C’est notamment le cas pour certains laitiers et scories aux teneurs assez éloignées de celles tro (...)

2Les lois physico-chimiques qui régissent le comportement de la matière sont bien évidemment les mêmes dans les contextes archéologiques (époques, fourneaux, etc.) et ceux du laboratoire et de la science des matériaux, mais le nombre de paramètres (éléments en jeu, températures, vitesses de refroidissement) et l’hétérogénéité des systèmes étudiés autorisent très souvent plusieurs scénarios pour l’obtention d’un matériau donné. Ce n’est que par une étude fine des processus qu’il est possible les différencier. À ce stade, il faut se méfier des considérations générales tirées de grandes lois obtenues sur des systèmes simplifiés et portant sur les paramètres cinétiques et thermodynamiques. Elles ont souvent tendance à négliger certains effets de synergie ou d’hétérogénéité du système qui peuvent en changer de façon drastique le comportement. Ainsi, on considère souvent qu’un fourneau de réduction possède une atmosphère réductrice3 au contraire des foyers de forge ou d’affinage qui seraient oxydants. Or, cette vision est grossière et ne permet pas d’appréhender la formation de certaines structures métallographiques. En réalité, il existe des zones oxydantes dans les fourneaux de réduction et des zones réductrices dans les foyers de forge pouvant amener une carburation locale et différenciée du matériau lors des traitements de réduction et de forge (le long des lignes de soudure pour cette dernière étape). Il convient de préciser la proportion de chacun des phénomènes dans chacun des systèmes avant de trancher. On touche ici aux notions d’ordre de grandeur et de probabilité. Ainsi, avant de postuler que plus le traitement est éloigné de la réduction, moins le métal est carburé, il conviendra de vérifier la véracité de cette assertion dans le système considéré, en procédant à un certain nombre d’expérimentations archéométriques, suivies d’un examen métallurgique. De même, on peut considérer que l’atmosphère qui règne dans les foyers d’affinage de la filière indirecte est évidemment oxydante4. Or, si cela est vrai quand on considère le carbone de la fonte (le but de ces foyers étant de procéder à la décarburation de cette fonte), ce n’est pas forcément le cas pour d’autres composés ou éléments pour lesquels cette atmosphère peut être réductrice. Selon la température, il y a concurrence entre la stabilité des oxydes et des carbures dans le foyer. Cette observation est de toute première importance car la prise en compte de ces phases, au sens de composés, apporte des informations de premier ordre sur la détermination des procédés de réduction du minerai lors de l’analyse des objets archéologiques (Dillmann, Fluzin & Chevalier 2002). En fonction du système considéré (composition initiale des minerais et des matériaux, températures atteintes dans le foyer…), les conclusions de l’observation peuvent changer. Afin de les fiabiliser, chaque hypothèse métallurgique doit être vérifiée par une expérimentation archéométrique dédiée (forge, affinage, etc.). Le plan d’expérience peut être très long et fastidieux, mais il est nécessaire pour enlever tout caractère péremptoire aux assertions métallurgiques. Ainsi, à notre sens, beaucoup des hypothèses publiées dans diverses études sont à valider par une série d’expériences pour l’interprétation des matériaux archéologiques. On citera par exemple : le degré de cémentation5 en fonction de la nature du matériau, la nature des déchets métalliques (forme, carburation, etc.) piégés dans les culots et fonds de four, les conditions de forgeage de certains matériaux (fer phosphoreux et carburés, alliages fortement chargés en inclusions), l’influence de la teneur en manganèse du minerai sur le degré de carburation obtenu, la formation des inclusions dans les étapes de post-réduction, etc. Les expérimentations peuvent également être complétées par une modélisation thermodynamique qui s’avère parfois complexe et difficile et dont les résultats n’existent pas dans la littérature scientifique actuelle6.

  • 7  Son influence sur le comportement mécanique reste une préoccupation importante en sidérurgie conte (...)

3Une des difficultés de l’étude des matériaux archéologiques est liée aux effets de synergie entre les différents paramètres. En effet, l’hétérogénéité structurale (distribution en carbone, en phosphore, taille et nombre des inclusions, etc.) empêche souvent d’isoler le paramètre pertinent ou dimensionnant s’il existe. Par exemple, en archéosidérurgie, comment se comportent les alliages ferreux phosphoreux lors du forgeage. De la protohistoire au xixe siècle, on rencontre en grande quantité ces métaux, dont la forte teneur en phosphore provient du minerai initial, dans les artefacts archéologiques en Europe et en Asie. Or, depuis un siècle, le phosphore a une extrêmement mauvaise réputation quant à son comportement mécanique à chaud et à froid. Cet élément est mentionné comme un poison de l’acier dans plusieurs traités de chimie de la fin du xixe siècle. Il n’est donc plus utilisé et les études contemporaines en science des matériaux ne le considèrent pas7. On doit alors étudier le comportement (chimique et mécanique) des alliages qui le contiennent en laboratoire (voir plus bas). Malheureusement, ce métal, tout comme le fer pur, n’existe pas dans la réalité archéologique. En effet, du fait des procédés anciens, on a toujours affaire à un mélange complexe de fer, de carbone, de phosphore éventuellement, contenant plus ou moins d’inclusions. Or, chacun de ces paramètres influe directement sur le comportement mécanique tant à chaud qu’à froid. Ainsi, toute expérience archéologique (de forge par exemple) qui ne considère pas l’ensemble de ces paramètres ne peut tirer de conclusions générales sur le comportement de ces matériaux. On mesure ici la nécessité, mais aussi la difficulté de l’approche archéométrique, qui doit isoler puis combiner chacun de ces paramètres. Il est aussi nécessaire de mettre en place sur le long terme un certain nombre de programmes d’études archéométriques. Malheureusement, la tendance actuelle aux programmes courts dans la recherche nationale ne favorise pas cette démarche.

4Enfin, vu la complexité des systèmes, il faut déterminer sur quelles questions prioritaires pour l’archéologie les forces (limitées) de l’archéométrie française doivent se concentrer dans les prochaines années. Pour les métaux ferreux, on peut citer de manière non exhaustive : l’expression de leur qualité (au sens neutre du terme) liée à leur microstructure et à leur comportement mécanique en fonction des contextes technologiques et économiques des différentes époques, l’apparition et la diffusion des procédés d’obtention des alliages, la provenance des matériaux ferreux et les foyers de production, la compréhension de certains produits et déchets spécifiques des chaînes opératoires. Ces questions doivent être définies et précisées dans le cadre pluridisciplinaire des équipes d’archéométrie existantes.

Comment procéder ? 

5Une fois la question archéologique posée (dans la plupart des cas, liée à un système précis permettant de fixer certains paramètres : aire géographique, système technique), il est nécessaire de dresser un plan d’expériences. Nous allons illustrer quelques démarches.

  • 8  Il faut alors parfois aller jusqu’à doubler l’équipe autour de l’expérience ce qui peut poser cert (...)

6Les inclusions non métalliques sont des scories piégées dans les matériaux ferreux anciens. À ce titre, elles constituent de véritables témoins des procédés d’obtention du métal d’une part et des minerais d’origine d’autre part. Pour atteindre ces informations il convient de comprendre dans le détail leur processus de formation et de transformation tout au long des différentes chaînes opératoires. Ainsi, une partie des inclusions est formée lors de la réduction du minerai de fer à partir des composés non réduits du système minerai-four-combustible, principalement les oxydes d’aluminium, silicium, magnésium, potassium et calcium pour les éléments majeurs. De plus, le forgeron, afin de limiter l’oxydation du métal lors des traitements de post-réduction, peut utiliser un certain nombre d’ajouts de différente nature (sable, argile, etc.) qui vont générer de nouvelles inclusions. Au cours de l’étude archéométrique que nous menons depuis quelques années au sein du laboratoire Métallurgies et cultures de l’Iramat (Umr 5060-Cnrs) et du laboratoire Pierre Süe (Cea-Cnrs), nous avons mis au point une méthodologie analytique pour distinguer les inclusions de forge de celles formées lors de la réduction et pour mieux cerner le comportement des secondes (Dillmann & L’Héritier 2007). Nous avons utilisé plusieurs expériences archéométriques à partir de réductions avec différents minerais et du forgeage de différents objets, pour répondre à ces deux questions. Ici, les dimensions des bas fourneaux utilisés, les gestes techniques de l’opérateur, la correspondance du revêtement des parois avec une réalité archéologique importaient peu. En revanche, la caractérisation précise de la composition de tous les constituants du système (minerai, paroi, ajouts) avant l’expérience était primordiale. L’analyse des inclusions dans les objets issus de différentes expérimentations montre que les rapports des composés non réduits ne varient pas tant que les constituants du système de réduction ne varient pas (fig. 1). Ces observations ouvrent la voie à des comparaisons de corpus afin de valider l’homogénéité de leur provenance. On en trouvera des applications dans les travaux archéologiques de Gaspard Pagès et Sylvain Beauvais (Pagès et al. 2008 et sous presse ; Bauvais 2007). Notons qu’il a fallu réaliser des expériences avec différents minerais en variant les paramètres de réduction. Ces expérimentations, sans aucune application archéologique immédiate, ont permis de comprendre la formation des inclusions issues de la réduction et par là même de fournir à l’archéologie un outil interprétatif nouveau. Ajoutons enfin que certaines de ces expériences étaient des expérimentations à but premier archéologique pour lesquelles l’ensemble des mesures nécessaires à l’approche archéométrique ont été réalisées. Il est donc possible de concevoir des « expérimentations intégrales » alliant les différentes approches. Cela ne va pas sans une préparation minutieuse de l’expérimentation ni un suivi rigoureux de son déroulement8.

7Aujourd’hui, cette démarche fondée sur la réalisation d’expérimentations archéologiques se poursuit à travers l’étude du comportement des éléments présents à l’état de trace dans le minerai tout au long de la chaîne opératoire. Elle permettra de déterminer la signature chimique du minerai dans les objets. Ces expérimentations ouvrent la voie à des études de provenance sur les objets ferreux, inaccessibles jusqu’à présent. Les premiers résultats obtenus dans le cadre des thèses d’Anne-Marie Desaulty (Desaulty et al. 2008 et sous presse) et de Stéphanie Leroy ont démontré la faisabilité de cette approche pour différentes régions productrices d’alliages ferreux des époques protohistoriques et médiévales.

8Un autre exemple peut être donné par les études sur alliages ferreux à forte teneur en phosphore et les questions qu’il suscitent : qualité et appréhension de cette qualité dans les systèmes technico-économiques des différentes périodes, et techniques de mise en forme lors des traitements de post-réduction (Crew & Crew 1994 ; Vega, Dillmann et Fluzin 2002 ; Vega et al. 2003). Certains de ces alliages ont tendance à se fissurer de manière rédhibitoire lors de ces traitements. Il convenait donc de cerner les conditions de forgeage optimales pour ce type d’alliage. Le plus difficile est que les alliages ferreux anciens présentent, outre le phosphore, de nombreux paramètres susceptibles de varier telles la teneur en carbone, la taille de grain ou la propreté inclusionnaire. Pour pallier cet inconvénient, une série d’expérimentations archéométriques a été réalisée sur des alliages archéologiques prélevés sur des monuments français sous la forme de barres de taille importante (et donc disponibles en grandes quantités). Avant l’expérimentation, la caractérisation métallographique a montré qu’ils étaient constitués de fers phosphoreux exempts de carbone. Soulignons ici que, plus que le contexte historique ou archéologique du prélèvement, c’est la nature de la structure métallographique du matériau prélevé qui importait. Cela illustre encore une fois une différence importante entre l’approche purement archéométrique et celle historique et/ou archéologique. La réalisation de plusieurs traitements de forge à différentes températures sur une barre datée du xviiie siècle a permis de mieux comprendre le comportement de ces alliages et l’évolution de leur microstructure en fonction des conditions de forgeage : sur la figure 2, on voit les hétérogénéités de distribution du phosphore ainsi que les fissures provoquées lors d’un forgeage aux environs de 1 100 °C. En effet, à une certaine température, une structure duale, formée de phases dont le comportement mécanique différent peut être à l’origine de fissures lors du forgeage, apparaît à l’intérieur du matériau (Vega, Dillmann et Fluzin 2002 ; Vega et al. 2003). Des températures spécifiques ont été proposées pour le forgeage des fers phosphoreux et vont maintenant être testées à la fois lors d’expérimentations spécifiquement archéométriques mais aussi dans des contextes liés à l’interprétation de structures archéologiques et de gestes techniques (foyers de forges, nature et nombre de chaudes lors du forgeage, etc.). On voit ici encore l’utilité d’une démarche qui, dans un premier temps, est déconnectée de l’archéologie et de son mode d’expérimentation propre, pour mieux y répondre ensuite. Les structures observées dans les matériaux archéologiques et les gestes techniques qui leur ont donné naissance sont ainsi mieux compris, et émergent alors de nouvelles questions sur l’existence de filières spécifiques en relation avec la nature du matériau forgé. L’aller-retour entre archéologie et archéométrie permet d’y répondre.

  • 9  Cette approche est développée systématiquement pour l’étude des alliages ferreux sur la plateforme (...)

9Le but de cette contribution était de jeter les bases d’une réflexion autour de la réalisation d’expérimentations proprement dédiées à des questions archéométriques. Une méthodologie spécifique, incluant intégralement l’analyse métallographique dans l’approche expérimentale a été développée ces dernières années. Elle implique des va-et-vient entre le laboratoire et la plateforme d’expérimentation9 dont les contours restent à préciser de manière théorique et pratique et surtout l’approche proprement archéologique. On a vu que, dans certains cas, cette démarche archéométrique s’intégrait à celle, purement archéologique. Dans la pratique, cela peut complexifier de manière notoire le déroulement de l’expérimentation et surtout la collecte des informations et des données pertinentes à l’interprétation. Il faut donc choisir en fonction des cas. Enfin, l’approche expérimentale archéométrique est devenue nécessaire à une discipline qui, après une période de découverte de la matière ancienne et de son hétérogénéité intrinsèque, ne peut plus se contenter de généralités chimiques et thermodynamiques fondées sur des études de la chimie et de la métallurgie dédiée aux matériaux contemporains. La complexité des systèmes et des scénarios possibles de formation de la matière nécessitent une approche dialectique entre hypothèses métallurgiques et expérimentation et test des hypothèses formulées. Les expérimentations archéométriques sont, à notre sens, la clef de voûte de cette approche et nous espérons qu’elle sera suivie de manière rigoureuse et systématique dans les futurs travaux archéologiques en archéosidérurgie publiés en Europe.

Fig. 1

Fig. 1

Composition des inclusions dans des objets issus de différentes expérimentations archéométriques et archéologiques (Dillmann & L’Héritier 2007)

Fig. 2

Fig. 2

Expérimentations archéométriques. Structure métallographique observée sur un fer phosphoreux (attaque oberhoffer). Fissures générées par un forgeage aux environs de 1 000 °C (Vega et al. 2003)

Haut de page

Bibliographie

Bauvais, S. 2007. Évolution de l’organisation des activités de post-réduction dans le nord du Bassin parisien au iie âge du Fer : études multidisciplinaires de la chaîne opératoire en métallurgie du fer. Belfort, université de technologie de Belfort-Montbéliard.

Crew, P. & S. Crew. 1994. « The experimental production of bar iron », in : M. Mangin, (ed.) La sidérurgie ancienne de l’Est de la France dans son contexte européen, archéologie et archéométrie. Actes du colloque de Besançon, 10-13 novembre 1993. Paris, Les Belles Lettres (Annales littéraires de l’université de Besançon ; 536. Série archéologie ; 40) : 175-176.

Desaulty, A.-M., C. Mariet, P. Dillmann, J.-L. Joron & P. Fluzin. 2008. « The study of provenance of iron objects by ICP-MS multi-elemental analysis », Spectrochimica Acta Part B, 63 : 1253-1262.

Desaulty, A.-M., C. Mariet, P. Dillmann, J.-L. Joron, B. Gratuze, C. Le Carlier & P. Fluzin. Sous presse. « Trace elements behavior in direct- and indirect-iron metallurgy : the case of pays de Bray (France), La Metallurgie Italiana.

Dillmann, P., P. Fluzin & P. Chevallier. 2002. « Determination of ironmaking processes using synchrotron microprobe », in : E. Jerem & K. T. Biró (éd.), Archaeometry 98. Proceedings of the 31st Symposium, Budapest, April 26 - May 3 1998. Oxford, Archeopress (British Archaeological Reports. International Series ; 1043) : 327-344.

Dillmann, P. & M. L’Héritier. 2007. « Slag inclusion analyses for studying ferrous alloys employed in French medieval buildings : supply of materials and diffusion of smelting processes », Journal of Archaeological Science, 34 : 1810-1823.

Pagès, G., L. Long, P. Fluzin & P. Dillmann. Sous presse. « Networks and distributions of the ferrous semi-products in the Mediterranean during the early roman Empire : the case of the roman shipwrecks of Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône, France) », in : P. Crew (éd.), Early Ironmaking In Europe. Plas Tan y Bwlch.

Pagès, G., L. Long, P. Fluzin & P. Dillmann. 2008. « Réseaux de production et standards de commercialisation du fer antique en méditerranée : les demi-produits des épaves romaines des Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône, France) », Revue archéologique de Narbonnaise, 41 : 261-83.

Vega, E., P. Dillmann & P. Fluzin. 2002. « Contribution à l’étude du fer phosphoreux en sidérurgie ancienne », La Revue d’archéométrie, 26 : 197-208.

Vega, E., P. Dillmann, M. L’Héritier, P. Fluzin, P. Crew & P. Benoit. 2003. « Forging of phosphoric iron. An analytical and experimental approach », in : Archaeometallurgy in Europe. Milan, Associazione Italiana de Metallurgia, vol. 2 : 337-346.

Haut de page

Notes

1  1. Certains expérimentateurs s’interdisent toute mesure physico-chimique avec des méthodes « modernes » pour ne pas « fausser » l’expérience, ce qui justifie plus encore l’approche en expérimentation « archéométrique ».

2  Par examen métallographique, au sens de « lire ce qui est écrit dans le métal », on entend l’examen aux microscopes optique et électronique, mais aussi l’analyse chimique du matériau par diverses méthodes.

3  De manière souvent simpliste, on postule qu’une atmosphère réductrice contient moins d’oxygène qu’une atmosphère oxydante. Cette notion est extrêmement relative selon les phases considérées et ne devrait en aucun cas être manipulée de manière absolue.

4  C’est-à-dire qu’elle va favoriser la stabilité des oxydes plutôt que des composés métalliques.

5  Action plus ou moins réalisable, selon la nature du métal et du cément, de carburer un alliage ferreux.

6  C’est notamment le cas pour certains laitiers et scories aux teneurs assez éloignées de celles trouvées en métallurgie contemporaine

7  Son influence sur le comportement mécanique reste une préoccupation importante en sidérurgie contemporaine mais on le considère à des teneurs beaucoup plus basses (< 0.01 %) que celles trouvées dans les matériaux archéologiques.

8  Il faut alors parfois aller jusqu’à doubler l’équipe autour de l’expérience ce qui peut poser certains problèmes d’interférence entre archéomètres et archéologues.

9  Cette approche est développée systématiquement pour l’étude des alliages ferreux sur la plateforme de Melle, animée par Florian Téreygeol, qui accueille chaque année un certain nombre d’expériences dédiées exclusivement au questionnement archéométrique ou, a minima, couplant les deux approches (archéométriques et archéologiques).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Composition des inclusions dans des objets issus de différentes expérimentations archéométriques et archéologiques (Dillmann & L’Héritier 2007)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/704/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 2
Légende Expérimentations archéométriques. Structure métallographique observée sur un fer phosphoreux (attaque oberhoffer). Fissures générées par un forgeage aux environs de 1 000 °C (Vega et al. 2003)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/704/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dillmann, « Pour une expérimentation archéométrique », Les nouvelles de l'archéologie, 116 | 2009, 8-12.

Référence électronique

Philippe Dillmann, « Pour une expérimentation archéométrique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 116 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/704 ; DOI : 10.4000/nda.704

Haut de page

Auteur

Philippe Dillmann

Cnrs-Lmc Iramat Umr 5060 et Lps/Sis2m Cea/Cnrs, Cea Saclay
philippe.dillmann@cea.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org