Navigation – Plan du site

Texte intégral

1L’archéologie expérimentale du bas fourneau est pratiquée depuis l’après-guerre. Aujourd’hui comme alors, le premier objectif de ceux qui s’y adonnent est de comprendre les modes de construction et de fonctionnement d’une telle structure, la base de données européennes souhaitée par Henry Cleere en 1988 restant un vœu pieux. D’ambition plus modeste, le dossier présenté par Danielle Arribet-Deroin tire les conclusions d’une journée d’études organisée à la Sorbonne en mars 2008 pour « rendre explicites les problématiques, les protocoles, les méthodes et les moyens choisis par chacun ».

2L’ouverture des Actualités scientifiques prolonge les deux numéros doubles Archéologie des départements français d’Amérique (n° 108-109, juillet 2007) et Des mers de glace à la Terre de Feu : archéologie française en Amérique (n° 111-112, avril 2008). Rendant compte du premier Congrès international d’archéologie amazonienne, réuni à Belém (Brésil) en septembre 2008, Stéphen Rostain souligne à nouveau le basculement conceptuel qui s’est opéré depuis les années 1980 : jusque-là, les théories de limitation écologique privilégiaient le modèle d’un « désert humide » peuplé de petites tribus ; depuis vingt ans, à la faveur de fouilles de sauvetage et de programmes de recherche internationaux, les archéologues ont au contraire démontré qu’en développant une agriculture intensive et extensive dans les grandes plaines alluviales, les sociétés amérindiennes s’étaient « naturellement » sédentarisées et hiérarchisées. En septembre dernier toujours, l’Umr Archéologie des Amériques innovait en invitant les universités européennes œuvrant dans ce domaine à trois journées d’études doctorales : six sur dix ont répondu et dix-sept étudiants ont présenté une communication – premier pas vers une meilleure coordination des études et vers un renforcement de l’américanisme européen.

3L’article de Sonia Lévin et Nathan Schlanger sur l’archéologie et les sciences coloniales en Afrique sub-saharienne d’après les archives du ministère de l’Instruction publique s’inscrit dans la suite du numéro Archives de l’archéologie européenne – Area (n° 110, novembre 2007) et annonce celui que nous consacrerons à l’Afrique en 2010. Virginie Fromageot-Laniepce s’intéresse ensuite à l’utilisation et à la gestion des images numérisées en s’appuyant sur l’expérience de l’Umr Archéologie et Sciences de l’Antiquité.

4Cosigné par plusieurs médiévistes, le texte le plus politique de cette livraison veut alerter la communauté scientifique et, au-delà d’elle, les responsables politiques et administratifs, sur les difficultés auxquelles se heurte l’archéologie des villages. Elles tiennent à l’inadéquation des dispositifs réglementaire et financier, au fonctionnement de l’archéologie préventive et à l’évolution des pratiques et des problématiques, qui privilégient le décapage de grandes surfaces pour mieux explorer les terroirs sur la longue durée. Mais comment y arriver, en délaissant l’étude des villages actuels ?

5La rédaction,
Le 21 mai 2009

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Éditorial », Les nouvelles de l'archéologie, 116 | 2009, 3.

Référence électronique

« Éditorial », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 116 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/700

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org