Navigation – Plan du site
Dossier:Du sentier à la route. Une archéologie des réseaux viaires

La route en train de se faire…

Nicolas Verdier et Sandrine Robert
p. 51-52

Texte intégral

  • 1  En géographie on dirait l’approche morphologique ; sur ce point on lira d’anciens travaux de Marce (...)

1Comment la route était-elle pensée par les acteurs des temps passés ? Le passage par le vocabulaire nous en donne quelques indices. En effet, on le sait, le mot route vient du latin rupta, participe passé de rumpere. Le mot désigne dans son sens premier une rupture et appartient au vocabulaire du défrichement. Il apparaît en France au xie siècle au moment de l’extension des zones cultivées et peut signifier aussi bien un petit sentier de forêt qu’une bande de gens de guerre (Froissart). Le mot signifie aussi rompre, dans le sens de rompre un ordre dans la forêt pour imposer une humanisation par la voie de communication. Le mot qui au Moyen Âge se rapproche le plus de celui de route, tel qu’il a été décrit ici, est celui de camin, ou chemin. Il est très proche de cheminer et place le mot chemin dans un entre-deux, entre pratiques du déplacement et sédimentation sur le sol. Ce qui est mis ici en avant ne relève donc ni de l’approche des formes1, ni de l’approche fonctionnelle. Nous sommes plus du côté d’une description génétique qui, passant par un verbe d’action (défricher, cheminer), nous montre le mouvement. D’ailleurs, rechercher les usages anciens relève de la même logique et donne à voir le vocabulaire de la voie de communication en train de se constituer, voire d’évoluer. Passer par une approche génétique, c’est prendre au sérieux ces temporalités, et refuser les éléments d’intemporalité des voies de communication.

2Il y a là les traces d’un débat ancien qui oppose ceux qui valorisent le processus à ceux qui valorisent les périodes, voire plus modestement les moments. L’historiographie a longtemps opposé ces deux approches, un temps qualifiées d’événementielle pour l’une et de « longue durée » pour l’autre. Le retour de l’événement (Ozouf-Marignier et Verdier 2000) en histoire semble cependant être parvenu à dépasser ces oppositions dans le cadre de jeux d’échelles aux articulations encore réfléchies (Les Annales 1989 ; Revel 1996), mais dont la réflexion sur les pratiques offre des solutions élégantes. De ce point de vue, l’histoire des sciences renouvelée par les historiens anglo-saxons offre une métaphore commode, en déplaçant son regard depuis l’étude des inventions vers l’étude des procédures, voire des processus de la recherche. Une approche de la route en train de se faire pourrait ici déplacer le regard depuis les créations vers les processus en cours dans la durée.

3Le retour des pratiques remet en cause tant la seule sédimentation que la seule fonction. C’est là que des objets qui intégraient difficilement les deux premières conceptions trouvent le plus aisément leur place. En effet, on connaît depuis longtemps les cas de « dédoublement » de voies, voire les « systèmes de doublets d’une même route » (Loubès 1982 ; Grenier 1985 [1934]) ; d’ailleurs, qui n’a jamais utilisé un itinéraire de délestage lors de ses pérégrinations estivales ? Chacun des auteurs de ce dossier, du plus théorique au plus empirique, a été amené à évoquer cette question. Sandrine Robert dans son texte sur la route-monument, parle ainsi de « route faisceau », Nicolas Verdier traite des « vibrations du réseau », Claire Marchand s’intéresse aux « mobilités des tracés ». Dans un autre registre, le second article de Sandrine Robert montre les suites ininterrompues d’usages, d’abandons, de reprises, de transformations et de transmissions. Stéphane Blond observe au travers des planches de l’Atlas Trudaine la coexistence d’anciens et de nouveaux tracés. Quant à Jean-François Gleyze, il souligne l’intérêt de ne pas tenir compte d’un chemin unique, même s’il est le plus court, entre deux lieux. Enfin, dans son article, Arnaud Chevalier, étudie la coexistence, de deux chemins parallèles pour un même itinéraire. Le cœur du dossier se trouve ici, dans cette coprésence de voies qui oblige à penser des usages et des pratiques diverses ainsi que des chronologies complexes.

4Sur le terrain ou dans les sources coexistent donc plusieurs tracés, souvent de niveaux différents, entre deux lieux. Dans l’approche typo-chronologique, ces doublets intègrent des niveaux hiérarchiques différents. Une limite de cette approche apparaît ici puisqu’elle mène à penser une hiérarchie routière uniquement liée aux dimensions, à la forme ou aux matériaux utilisés. Elle refuse d’imaginer la simple coexistence à un même niveau, quelle que soit la forme. Dans l’approche fonctionnaliste, ces différentes voies sont la même, et n’ont pas d’intérêt en tant que tel. Ce qui importe c’est que la communication existe. L’échelle de prise en compte de la route est celle du flux entre les lieux où se concentrent les fonctions.

5Passer par une approche génétique permet de dépasser les apories des raisonnements typo-chronologiques et fonctionnels ainsi que l’idée d’une sédimentation unique pour en arriver à des phases successives en fonction de temporalités complexes. Dès lors, la durée prend un sens nouveau et le réseau transmis n’est plus romain, ni gaulois, voire médiéval ou moderne. On pourrait dire que le réseau est toujours de son temps, puisque ce qui importe est sa « mise au présent » par les pratiques quelles qu’elles soient. Chaque période innove – même par l’abandon –, mais en s’appuyant sur l’existant, en se l’appropriant parfois pour des usages imprévus. De nombreux cas ont été analysés pour l’architecture moderne et contemporaine, à travers les réappropriations de quartiers entiers qui transmettent les formes tout en les transformant (Castex, Céleste et Panerai 1979 par exemple), ou les formes d’architecture particulières comme l’hôtel aristocratique parisien du xviiie siècle qui devient ministère, voire habitation fragmentée en appartements (Coquery 1998). Rien n’était prévu, mais la morphologie s’est avérée appropriée, parfois à l’échelle la plus fine.

6Dans le cas des réseaux viaires, la question des échelles est des plus nécessaires (Verdier 2004). Les interventions et adaptations pratiquées à une échelle ne sont pas les mêmes à une autre. Dès lors, c’est l’ensemble de l’interrelation de ces échelles qui doit être repris, à nouveau frais, à chaque moment du réseau. On notera de ce point de vue que la plupart des auteurs de ce dossier ont ressenti la nécessité de distinguer au moins deux échelles, parfois plus, opposant au minimum le local ou le terrain, au régional, voire au suprarégional. À certaines échelles, les approches typo-chronologiques et morphologiques semblent dominer, à d’autres, c’est l’approche fonctionnelle, le tout dans une série de jeux constants. Une route locale n’a pas toujours une fonction locale, ce que ne permet pas de saisir l’approche hiérarchique par exemple. En d’autres mots, aller chercher son pain en empruntant une route nationale ne fait pas de ce trajet un trajet national. Inversement le réseau national peut se constituer par le bas, un peu à la façon dont les frontières nationales se construisent peut-être d’abord dans les villages frontaliers (Sahlins 1996). Dès lors, le rôle du pouvoir central, toujours évoqué lorsque l’on traite des voies de communication, se trouve en partie disqualifié. En partie seulement car il semble que lorsqu’un pouvoir fort en a la possibilité, il tente d’organiser le réseau, voire de l’étendre ; mais même sans cela, les transmissions et les réappropriations se font et l’ensemble des voies se maintient. Le réseau disparaît peut-être alors, c’est-à-dire le système qui permet de penser l’ensemble comme un tout (Verdier 2007).

7La route ne doit donc pas être considérée comme un tracé unique et stable menant d’un point à un autre, mais plutôt comme un espace-route composé de plusieurs faisceaux pouvant être utilisés à une même époque, une aire de routes plus ou moins parallèles et de tailles variées, dont l’usage peut se trouver déterminé par les saisons, l’état de la voirie, les besoins des voyageurs, voire par les moments où l’usage s’intensifie ou se restreint. Vidal de la Blache (1902) et Lucien Febvre (1922) s’entendaient sur une même définition de cette « chose presque immatérielle qu’on appelle une voie de communication ». On retrouve ici la question des voies multiples. La fin de cet espace-voie de communication serait-elle liée à l’affirmation de l’État par la route ? Aurait-on d’abord une labilité, puis une fixation ? Soit, mais en même temps, comme pour rendre raison à l’approche morphologique, ces voies ne changent parfois que très peu de localisation. La route apparaît résiliente. À la façon de Galilée, on pourrait dire : « et pourtant elles durent… ». La voie de communication est fragile, labile, variable, et cependant elle se retrouve bien souvent à la même place. Il y a là tout de l’oxymore : l’instabilité et la variabilité, mais au même endroit. En archéogéographie, les concepts de transformission, isotopie, isoclinie et iso-axialité rendent compte de ces phénomènes observés également pour les trames parcellaires (Chouquer 2000). Là se réunissent toutes les difficultés du déterminisme et du fonctionnalisme. Ce n’est probablement que par une approche génétique qui accepte de faire varier les échelles, en accordant aux sédimentations, aux fonctions, aux variations chacune leurs niveaux, que l’on peut décomposer un tel objet pour le rendre intelligible.

Haut de page

Notes

1  En géographie on dirait l’approche morphologique ; sur ce point on lira d’anciens travaux de Marcel Roncayolo (1988) ou plus récemment des réflexions menées lors du Géopoint 2004 (Groupe Dupont 2004)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Verdier et Sandrine Robert, « La route en train de se faire… », Les nouvelles de l'archéologie, 115 | 2009, 51-52.

Référence électronique

Nicolas Verdier et Sandrine Robert, « La route en train de se faire… », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 115 | 2009, mis en ligne le 30 mars 2012, consulté le 22 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/694 ; DOI : 10.4000/nda.694

Haut de page

Auteurs

Nicolas Verdier

Cnrs, Umr 8504 Géographie-cités, Paris
nicolas.verdier@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Sandrine Robert

Conseil général du Val-d’Oise, service départemental de l’archéologie, Saint-Ouen-l’Aumône et université Paris-I, Umr7041 ArScAn Nanterre
sandrine.robert@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org