Navigation – Plan du site
Dossier:Du sentier à la route. Une archéologie des réseaux viaires

Espaces funéraires et réseaux viaires protohistoriques en Basse-Normandie

Deux approches mathématiques de l’espace
Arnaud Chevalier
p. 44-51

Résumés

Les enclos funéraires protohistoriques de Basse-Normandie sont l'objet de prospections aériennes régulières et ce depuis plus de vingt ans. La constitution d'un corpus représentatif et suffisamment étendu, plus de 300 individus, autorise aujourd'hui le recours aux méthodes de l'analyse spatiale. Toutefois, le déficit d'information chronologique oriente vers des méthodes fondamentales d'étude de l'espace. Dans cette optique, l'application de deux algorithmes (de Dijkstra et du K-means) a permis de mettre en évidence d'une part le lien entre la dynamique d'implantation des enclos et les voies de long parcours et d'autre part de proposer une partition de l'espace d'étude en finage.

Haut de page

Texte intégral

« L’espace est l’ensemble de tous les graphes qu’on peut y tracer, autrement dit l’ensemble de toutes les relations possibles, le champ idéal de tous les rapports concevables. »

Michel Serres, 1968

1Les enclos funéraires protohistoriques de Basse-Normandie sont l’objet de prospections aériennes régulières depuis plus de vingt ans. La constitution d’un corpus suffisamment étendu – plus de 300 individus – et représentatif autorise aujourd’hui le recours aux méthodes de l’analyse spatiale. Toutefois, le déficit d’information chronologique oriente vers des méthodes fondamentales d’étude de l’espace. Dans cette optique, l’application de deux algorithmes (de Dijkstra et du K-means) permet d’une part, de mettre en évidence le lien entre la dynamique d’implantation des enclos et les voies de long parcours et d’autre part, de proposer une partition de la plaine centrale de Caen en douze finages d’une douzaine de kilomètres carrés.

La plaine de Caen : cohérence géographique et potentiel archéologique

2La Basse-Normandie est une terre de contraste à plus d’un titre. Elle possède à la fois une large façade littorale et une ouverture sur le Bassin parisien. Ces deux ensembles maritime et continental sont mis en relation par une dépression centrale, couloir bordé, tant à l’ouest (Bocage) qu’à l’est (pays d’Auge), par des reliefs modestes mais très accidentés. Ainsi, tournée à la fois vers la mer et vers les plaines continentales, la Basse-Normandie apparaît comme une voie naturelle de pénétration des influences d’outre-Manche vers les plaines du Bassin parisien (fig. 1).

3La longue dépression centrale se compose d’une succession de « plaines » (plaine de Caen, plaine de Falaise, d’Argentan, de Sées, de Trun et d’Alençon). La plus au nord, la Plaine centrale ou plaine de Caen, s’étend, pour la portion comprise entre l’embouchure de la Seulles et celle de l’Orne, du littoral au nord, jusqu’au seuil de la plaine de Falaise, à la hauteur des monts d’Eraines, au sud. Les cours de la Seulles et de la Laize forment la limite occidentale, tandis que la limite orientale est constituée par les marais et la vallée de la Dives. Ces limites d’origine naturelle confèrent à cette région une véritable unité. Avec ses 60 km du nord au sud, et 25 km d’est en ouest, la Plaine centrale doit plus son nom à sa vocation céréalière qu’à son relief. En effet, elle est formée d’une série de bas plateaux et de faibles ondulations soulignées par des vallées sèches aux tracés parallèles SO-NE. Sur les calcaires jurassiques, souvent fracturés, poreux, et au fort pouvoir drainant, se sont déposés jusqu’à 2 m d’épaisseur de lœss calcaire. La couverture de limon périglaciaire s’amenuise vers le sud pour donner des sols minces de type rendosol. Ainsi, la plaine de Caen offre des terres fertiles, faciles à travailler et bien drainées. De plus, sa sécheresse relative au regard du bocage ou du pays d’Auge (moins de 700 mm/an de pluviométrie) a permis le développement d’une culture céréalière qui prévaut dans le paysage d’openfield.

4Aux sols propices à l’agriculture, il faut ajouter les ressources naturelles qu’offre la proximité du littoral, ainsi que celles du sous-sol comme la pierre de construction, la plaquette calcaire, ou encore les gîtes à silex peu profonds, pour comprendre l’attrait puissant que cette région a pu exercer sur les populations, depuis le Néolithique jusqu’aux époques récentes.

5La dépression dans laquelle s’inscrit la Plaine centrale est en fait un véritable goulet où se concentrent les principaux axes de communication, à la fois terrestres et fluviaux. Ce couloir met en contact le littoral et, au-delà, les régions de l’intérieur, désignant la Plaine comme le seuil entre deux mondes. Elle a d’ailleurs été le théâtre de flux entre ces deux pôles, comme en témoignent aussi bien l’archéologie du Néolithique « atlantique » que le débarquement de 1944.

6Dotée de ressources naturelles très attractives et d’un accès privilégié par sa morphologie, la Plaine centrale offre un fort potentiel archéologique en comparaison des régions qui la bordent. Bénéficiant d’une cohérence géographique et d’un potentiel archéologique forts, la Plaine centrale se prête donc bien à un essai d’archéogéographie.

Fig. 1

Fig. 1

Carte des enclos funéraires protohistoriques de la Plaine centrale bas-normande. L’absence d’enclos à la périphérie de Caen s’explique par l’absence de données en espace urbain

Les enclos funéraires protohistoriques bas-normands : des points dans un espace

7Hormis une vingtaine d’individus, le corpus, formé de 338 enclos funéraires protohistoriques de Basse-Normandie, provient des prospections aériennes menées depuis plus de vingt ans par M. Jean Desloges (service régional de Basse-Normandie). Il faut souligner le fait que la persévérance dans la prospection permet de lisser la variabilité des réponses phytologiques aux conditions pédologiques et climatologiques et d’approcher avec un minimum de biais la population des vestiges archéologiques (Desloges à paraître : 3). La représentativité de la prospection aérienne a d’ailleurs pu être appréciée sur les communes d’Ifs et de Fleury-sur-Orne (Calvados). Dans cet espace situé à la périphérie sud de Caen et voué depuis les années 1980 à l’expansion urbaine, 99 % des structures révélées par les diagnostics archéologiques systématiques avaient été repérées antérieurement par la prospection aérienne. Cette représentativité est essentielle pour valider le recours aux méthodes statistiques.

8La prospection aérienne présente donc l’avantage d’ouvrir les analyses à de nouvelles échelles. Toutefois, l’information brute sans traitement des clichés ni recours aux cartes Ign ou du Brgm se limite à la localisation des enclos, l’indigence des données de terrain n’autorisant pas leur extrapolation à l’ensemble du corpus.

9Celui-ci a été rassemblé dans une base de données composée d’un champ correspondant au numéro d’identification des 338 enclos et de deux autres donnant leur longitude et leur latitude en degrés décimaux. Les autres champs (altitude, situation topographique…) n’interviennent pas directement dans les méthodes mises en œuvre ici.

10Il faut noter que plus de 90 % (308 enclos) des individus se concentrent dans la Plaine centrale, justifiant la restriction à cette zone d’étude pour la pertinence des analyses spatiales (fig. 1).

Voyageur de commerce et nuées dynamiques

11Une première approche du corpus a consisté à détecter une dynamique, c’est-à-dire une relation entre les points représentant les individus de la base. Pour cela, dans une première phase, on a réduit la complexité en rassemblant les enclos par voisinage. Toutes les distances de 250 m à 2 000 m, par pas de 250 m, ont été testées. À chaque distance de voisinage correspond un nombre d’amas regroupant les enclos voisins – ne sont retenus que ceux comprenant au moins trois enclos. Le problème du choix d’une distance de voisinage se pose alors. Plus la distance de voisinage est faible, plus le nombre d’amas (d’au moins trois individus) l'est aussi ; de même, quand la distance de voisinage tend vers l’infini, tous les enclos se regroupent en un unique amas. Entre ces deux minima, il existe un optimum pour lequel l’information spatiale est maximale (c’est-à-dire, un nombre maximum d’amas). Sur le graphique de la figure 2 la valeur de cet optimum est de 1 000 m.

12Pour cette distance optimale de voisinage, les points se rassemblent en 38 amas. Ces amas sont assimilés à leur barycentre dont les coordonnées (longitude, latitude) sont calculées à partir de celles des points les composant. Les distances inter-barycentres forment la matrice inter-amas à laquelle on applique l’algorithme de Dijkstra dit « du plus court chemin » ou encore appelé « du voyageur de commerce ». Cet algorithme permet d’obtenir le cheminement le plus court passant par les 38 barycentres (la solution est obtenue à l’aide du logiciel Storm). Cet itinéraire modèle, optimal à la fois pour la distance de voisinage et pour le cheminement, est alors reporté sur le système d’information géographique (Sig) et comparé aux données archéologiques connues, notamment les voies antiques.

13Une seconde approche du corpus a consisté à saisir l’espace intrinsèque tel que le définit l’ensemble des enclos. Il s’agit de partager le nuage de points représentant les enclos en un nombre K de groupes homogènes. L’homogénéité s’apprécie à l’aide de la variance des distances des enclos d’un même groupe au centre de gravité du groupe. À cet effet, le recours à l’algorithme K-means (ou des nuées dynamiques) permet d’obtenir une partition en K groupes minimisant la somme des variances. Cet algorithme a été employé par Frank Roy Hodson (1971) sur 30 fibules du cimetière laténien de Münsingen (Suisse), afin de les regrouper en classes homogènes selon 13 variables descriptives. Depuis, l’usage du K-means en archéologie semble avoir été limité aux problèmes de classification d’objets.

14Le nombre K est le seul paramètre à fixer. À l’aide du logiciel Crimstat (téléchargeable à l’adresse : http://www.icpsr.umich.edu/​NACJD/​crimestat.html), les valeurs de K de 5 à 46 ont été testées. À l’instar de la première méthode, il s’agit de choisir la « meilleure ». Pour déterminer cette valeur optimale, deux critères ont été retenus : la variance (ou erreur résiduelle) et le coefficient de variation de la densité des enclos (par unité de surface). Le résultat est K = 24. Au-delà, la densité d’enclos varie fortement, et en deçà la variance demeure élevée (fig. 3).

15Ces deux méthodes sont assez faciles à mettre en œuvre. Cependant, cette aisance ne doit pas dissimuler les hypothèses sous-jacentes à ces méthodes. Ainsi l’algorithme de Dijkstra tel qu’appliqué ici considère que la distance euclidienne est une mesure correcte du coût de cheminement entre deux points. Quant à l’algorithme K-means, l’homogénéité des groupes est estimée à partir de leur variance intra-groupe, il s’agit donc là d’un optimum local et non global. Ces deux méthodes sont à proprement parler élémentaires : simples au rapport des mathématiques qu’elles mobilisent et fondamentales quant à l’espace qui les sous-tend.

Fig. 2

Fig. 2

Nombre d’amas en fonction de la distance de voisinage

Fig. 3

Fig. 3

Résidu et coefficient de variation en fonction du nombre de sous-groupes

D’une structuration spatiale à une structuration sociale

16Les précautions d’usage imposent de rappeler que tous les résultats présentés ici ont vocation à être reconnus comme des propositions visant à orienter les recherches ultérieures et non comme un état définitif sur la question traitée.

17Ainsi, une fois reporté l’itinéraire modèle obtenu par l’algorithme de Dijkstra (fig. 4), son lien avec les chemins antiques apparaît. Les chemins pris en considération sont antérieurs ou attestés à la période gallo-romaine. Leur datation repose sur celles d’occurrences archéologiques contextuelles (villae, fanum…). Pour la zone d’étude, deux itinéraires antiques présentent un intérêt particulier : le chemin des Ponts de Jort et le chemin Haussé.

18Le chemin Haussé traverse la plaine de Caen dans l’axe NO-SE sur une trentaine de kilomètre. Au nord, à l’ouest de Caen, il prend naissance sur l’axe antique reliant Bayeux à Lisieux, puis se dirige vers le sud pour atteindre le chef-lieu de la cité des Viducasses, Aregenua (Vieux). De là, il s’écarte peu à peu des hauteurs dominant la vallée de la Laize pour franchir le Laizon au gué de Rouvres, puis poursuit presque en ligne droite jusqu’au gué Angot où il traverse la Dives. Là, il intercepte une autre voie antique qui, venant de Lisieux via Jort, va rejoindre le vicus de Fontaine-Les-Bassets (Orne), Trun et l’oppidum d’Exmes.

19Le chemin des Ponts de Jort, situé à l’est du chemin Haussé et de même orientation, relie Caen à Jort. Il est bordé par de nombreux établissements protohistoriques (fermes indigènes et systèmes d’enclos).

20À ces deux chemins antiques, il faut ajouter deux autres voies. La voie romaine sub-littorale passant par Bayeux traverse au nord la zone d’étude d’ouest en est. Elle a été construite à la fin du iiie siècle pour faire face aux invasions des pillards saxons dans le cadre du litus saxonicum dont Bayeux était un point fort. Elle franchit la Seulles au gué du pont de Reviers, parallèle au littoral, son tracé se perd dans les marais de la Dives. Parallèlement et au sud de la voie sub-littorale, la voie « des Bacs du Port » est attestée depuis Reviers jusqu’à Ranville, elle franchissait l’Orne à l’aide d’un bac depuis le port de Bénouville.

21Tous les chemins reportés jouent un rôle à l’échelle supra-locale pour les amas. En effet, la première étape de la méthode rend inopérante la prise en compte de chemins à l’échelle infra-locale, puisqu’elle assimile plusieurs enclos à un seul amas (leur barycentre) dont la localisation ne correspond à aucun vestige matériel et donc à aucune desserte précise.

22L’apport principal de la première méthode est de mettre en avant le lien entre les chemins anciens de long parcours et les enclos funéraires. Ce lien pressenti par certaines observations devient évident pour le chemin Haussé, le chemin des Ponts de Jort, et la voie des Bacs du Port. De plus, cette première méthode a confirmé la création tardive de certains tracés, comme la voie sub-littorale, par l’absence de lien entre enclos et voie. Le but n’est pas de retrouver l’exact itinéraire qui donnait accès aux enclos, mais de détecter une logique d’implantation des enclos qui recoupe une dynamique régionale. Ainsi l’algorithme de Dijkstra s’est avéré efficace pour détecter une dynamique territoriale.

23Ce lien conduit, en première approche, à réduire la situation à l’alternative entre des enclos installés près des voies pour des raisons socioculturelles, religieuses voire pratiques ou bien des voies implantées pour desservir les lieux funéraires. Afin d’échapper à ce réductionnisme, tout en sauvegardant le lien spatial, on peut considérer un troisième agent motivant l’installation dans un même espace des enclos et des voies. L’habitat pourrait être un candidat naturel pour ce rôle de tierce agent. Malheureusement, les vestiges d’habitat de l’âge du Bronze ne sont connus que dans la périphérie caennaise en raison de la concentration des fouilles préventives. Il est donc impossible en l’état actuel de la recherche de valider ou d’infirmer cette hypothèse pour la zone centrale de la plaine de Caen.

  • 1 Le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (Lévy et Lussault 2003 : 523) propose (...)

24À défaut d’être testée, l’hypothèse peut être posée. Supposer une proximité du lieu des morts et des vivants, ou plus exactement leur co-spatialité1, revient à considérer les enclos funéraires comme représentatifs de l’espace des vivants, marqueurs de l’espace de vie de leurs bâtisseurs c’est-à-dire des micro-terroirs ou finages.

  • 2 « Un problème majeur de l’archéologie de l’âge du Bronze est la relation entre les sites funéraires (...)

25Ce partage d’un même espace entre morts et vivants a été également avancé dans des contextes comparables : l’âge du Bronze dans le Peak District2 (comté du Derbyshire du centre de l’Angleterre), le Wessex et la vallée de la Tamise. « Dans les deux régions étudiées [le Wessex et la vallée de la Tamise], la réorganisation au Bronze final du paysage impliquait la disposition des cimetières de crémation le long de quelques fermes. Ce lien entre les vivants et les morts connaît alors un nouveau développement. Comme ces cimetières vinrent à tomber en désuétude, nous trouvons un accroissement des dépôts d’os non brûlés. Ils furent d’abord placés aux limites des aires d’occupation puis, durant l’âge du Fer, et de manière croissante, à l’intérieur des mêmes aires. » (Bradley 1991 : 64, trad. personnelle)

26Cette hypothèse posée, il s’agit de vérifier la cohérence entre les résultats obtenus à l’aide de l’algorithme K-means et ceux provenant d’autres sources. C’est la conjonction de faits multiples et objectifs s’insérant dans la structure explicative commune du modèle qui constitue la preuve. La preuve, au sens de l’explication la plus probable en l’état des connaissances, n’est emportée que par cet assemblage de faits. Ce mécanisme de la preuve par consilience est fréquemment mobilisé pour comprendre les systèmes complexes comme l’a exposé Stephen Jay Gould dans son ultime ouvrage (Gould 2005 : 203-213).

27L’algorithme K-means distingue à l’optimum 24 groupes sur l’ensemble de la zone d’étude (fig. 5). Seule la zone centrale comprise entre le sud de Caen et le nord de Falaise est retenue. En effet, au nord de Caen comme au sud de Falaise, la variabilité des groupes s’avère élevée notamment en termes de surface et de densité d’enclos. Cette variabilité s’explique, pour la zone nord, par le biais occasionné par l’agglomération caennaise, et pour la zone sud, par le nombre très faible d’enclos.

28Dans la zone centrale (tabl. 1), la superficie moyenne des 12 groupes est d’une douzaine de kilomètres carrés, ce qui correspond à des territoires circulaires de 4 km de diamètre. Comme le rappelle Jean Guilaine (1991 : 42), à la suite des travaux de Vita-Finzi et Higgs (1970), « les producteurs de nourriture (agriculteurs et éleveurs) n’exploitent guère des espaces situés à plus d’une heure de chemin (soit 5 km en terrain plat) ; souvent même les champs ne sont guère distants que de 1 à 2 km de l’aire habitée lorsqu’il s’agit de nourrir une collectivité peu importante ».

29« En culture attelée légère, la faiblesse des moyens de transport oblige à localiser les habitations aussi près que possible des terres labourables. Dans les régions peu accidentées et de fertilité relativement uniforme, l’ager est alors commodément regroupé en auréole autour de chaque village, les terrains périphériques étant réservés au saltus et à la silva. Pour éviter des transports et des déplacements trop importants, les villages ne dépassent pas quelques centaines de personnes. » (Mazoyer et Roudart 2002 [1997] : 304) En supposant que la silva s’étendait entre les groupes, jouant le rôle de zone-tampon ou buffer, les groupes obtenus constituaient alors, non les finages dans leur ensemble, mais la réunion de l’ager et du saltus.

30Dans le système agraire à jachère et culture attelée légère en rotation biennale, où les rendements moyens avoisinent trois quintaux par hectare, il est nécessaire pour nourrir 5 personnes de disposer d’au moins 30 ha composés pour 1/5 d’ager et 4/5 de saltus (ibid. : 320-322). Or ces chiffres conduisent, pour les groupes ou finages (ager + saltus) obtenus, dont la superficie moyenne est de 12 km2, à une population d’environ 200 personnes (1 200 ha / 30 ha x 5 personnes). Ce résultat est cohérent, à la fois avec les villages ne dépassant pas quelques centaines d’habitants, caractéristiques de ce système agraire et, avec les tailles des chefferies proposées pour l’âge du Bronze (Johnson et Earle 2000 [1997] : 246).

31À des fins comparatives, il est intéressant d’évoquer l’étude de la vallée de l’Aisne où la surface théorique des sites oscille entre 3 et 5 km2 (Benoît 1998 : 205 et 215). Dans le cadre du complexe culturel atlantique, la comparaison avec l’Angleterre s’avère justifiée. Ainsi, pour la Ouse Valley sur la base de l’espacement des groupes d’enclos funéraires, 18 community areas pour une superficie totale de 150 km2 ont été détectées, soit une surface moyenne de 8,3 km2 (Burgess 1980 : 170-171). De même, pour le nord-ouest des North Yorkshire Moors (comté du Yorkshire), en prenant en compte les structures funéraires et les cours d’eau, Spratt (1981 : 95) a proposé un découpage en territoire de 8 km2 pour l’âge du Bronze. Dans le Dartmoor, la densité de sites d’habitat est de 1 pour 10 km2 (Denford 1975). Tous ces chiffres présentent donc des ordres de grandeur similaires avec les résultats de la zone d’étude.

32La trame régulière que forment les groupes est aussi à considérer. Au regard des résultats, l’uniformité semble manifeste (tabl. 1). Toutefois, il est possible de quantifier cette impression à l’aide de quelques variables. Ainsi le coefficient de variation de la superficie est de 35 % et celui du nombre d’enclos de 36 %. Mieux encore, les distances entre les groupes et leurs plus proches voisins d’ordre successif sont remarquablement homogènes et varient fort peu (4,5 à 6,5 km, coefficient de variation d’environ 20 %).

33Il ressort donc une grande régularité aussi bien pour la superficie des groupes, que pour le nombre d’enclos qu’ils comptent ou encore leur distribution dans l’espace d’étude. Selon l’un des spécialistes de l’analyse spatiale de l’école scandinave, « si un système social spécifique repose sur un groupe social, par exemple les familles ou les parentés spatialement séparées […] ils peuvent être identifiables au sein d’un espace géographique. Un groupe autonome au sein d’une société, ni protégé ni soumis à une autorité centrale, est supposé développer des zones-tampons vis-à-vis des groupes avoisinants afin d’éviter des tensions inutiles. Si les groupes tribaux sont composés d’unités similaires, la taille de leur population tend à être identique. Cela résulte de demandes similaires en termes de territoire pour une économie homogène. Une organisation régulière des groupes d’implantation séparés par des zones-tampons prouve l’existence d’un tel arrangement » (Lundmark 1984 : 44, trad. personnelle).

34Ainsi, l’homogénéité des finages obtenus pourrait indiquer une faible hiérarchisation sociale. Cependant, cette image peut tenir autant à l’absence de caractérisation dans les vestiges pris en compte par l’étude spatiale, que correspondre à une réalité régionale : « la hiérarchisation des sociétés s’y fait tout de même sentir, comme partout en Europe, peut-être ici avec une moindre insistance […] Les chefferies qui ont tenu la région durant l’âge du Bronze normand n’ont apparemment pas choisi d’affirmer leur pouvoir et leur idéologie de façon trop excessive […] » (San Juan 2005 : 17).

35Cela ne permet pas de trancher sur l’organisation dispersée ou groupée de l’habitat sur ces finages. Les études dans la vallée de l’Aisne indiquent une prédominance du modèle habitat dispersé/tombe dispersée pour le Bronze ancien et moyen (Brun, Guichard et Le Goff 2005 : 484-486). Si en Basse-Normandie les enclos funéraires sont dispersés, il a été aussi bien découvert des fermes isolées attribuées à la fin du Bronze ancien et au début du Bronze moyen, comme à Nonant (Calvados), que des habitats groupés tel le village de Cahagnes (Calvados), daté du Bronze final. L’absence de tout critère chronologique n’autorise pas à trancher entre l’un ou l’autre des modèles d’habitat selon la période.

36Enfin, les barycentres respectifs des enclos des finages de la zone centrale de la plaine de Caen apparaissent distribués le long des deux itinéraires protohistoriques que sont le chemin Haussé et la voie des Ponts de Jort. Déjà mis en évidence à l’aide du premier algorithme, ce lien, s’il permet de conforter la cohérence des résultats, dessine surtout une organisation d’un espace protohistorique (fig. 6) composé d’une douzaine de finages homogènes de 12 km2 régulièrement disposés et desservis par un réseau viaire supralocal orienté nord-ouest/sud-est.

Fig. 4

Fig. 4

Itinéraire modèle et chemins anciens de long parcours

Fig. 5

Fig. 5

Les 24 groupes obtenus par l’algorithme K-means. La zone hachurée correspond à l’agglomération caennaise

Tabl. 1

N°Groupe

Aire en km2

Nombre d’enclos

Distance en km au plus proche voisin d’ordre 1

Distance en km au plus proche voisin d’ordre 2

Distance en km au plus proche voisin d’ordre 3

2

10,3

24

3,3

3,8

5,1

4

3,3

9

3,1

7,3

8,9

5

16,6

15

7,0

7,6

8,0

8

9,1

8

3,1

5,5

5,9

9

8,0

12

3,3

4,6

4,8

10

13,9

13

4,6

7,8

8,0

19

15,3

15

4,7

5,5

5,8

20

14,3

8

5,6

5,8

5,8

21

12,4

11

4,7

5,8

5,9

22

10,0

8

5,1

6,0

6,6

23

9,3

12

3,8

4,8

5,6

24

17,5

14

6,2

6,6

7,8

Moyenne

11,7

12,4

4,5

5,9

6,5

Écart-type

4,1

4,5

1,3

1,2

1,3

Coefficient de variation

35 %

36 %

28 %

21 %

21 %

Caractéristiques et distances aux plus proches voisins des groupes de la zone centrale de la plaine de Caen

Fig. 6

Fig. 6

Proposition d’une structuration de la zone centrale de la plaine de Caen

L’espace dans toutes ses dimensions

37La présente étude a bénéficié de trois avantages : la cohérence de l’espace géographique étudié, la très bonne représentativité de la base de données et, enfin, le faible relief qui autorise à assimiler le trajet entre deux points à leur distance euclidienne.

38Sur le plan méthodologique, on note qu’à l’intégration successive des dimensions, depuis les données ponctuelles (dimension 0) en passant par le linéaire (dimension 1) jusqu’au surfacique (dimension 2), correspondent des apports successifs d’informations complémentaires mais toujours cohérentes entre elles. Plus encore, la prise en compte des dimensions spatiales permet aussi d’appréhender la dimension sociale. Il existe un lien (mathématiquement il serait plus juste de parler d’homomorphisme) entre l’espace physique des vestiges archéologiques et l’espace social à l’origine de celui-là. Le social crée du spatial, et c’est cette filiation qui, en définitive, justifie l’étude de la structure spatiale pour appréhender la structure sociale. Toutefois, dans notre cas, il manque au moins une dimension, celle du temps qui entrave toute reconstruction d’une organisation sociale notamment dans ses aspects dynamiques.

39En définitive, le recours aux méthodes d’analyse spatiale empruntées à l’algorithmique et appliquées au corpus des enclos funéraires protohistoriques de Basse-Normandie a permis de cerner au plus près leur logique d’implantation en relation avec les voies protohistoriques. En outre, ces enclos définissent des aires que leurs caractéristiques, pour la zone centrale de la plaine de Caen, incitent à assimiler à des finages. Ainsi, l’analyse spatiale du corpus des enclos funéraires protohistoriques conduit à une première ébauche d’un modèle d’occupation de la plaine de Caen à l’âge du Bronze. Ce modèle se compose d’un réseau de voies supralocales desservant douze finages d’une douzaine de kilomètres carrés dont l’homogénéité et la répartition régulière laissent supposer une faible hiérarchisation locale. À cette structuration correspondrait donc une mobilité limitée à des espaces réduits et ce sur une très longue durée. Ce résultat n’est évidemment qu’une première image mais à l’instar des périodes historiques, « les âges des métaux ont aussi besoin d’images spatiales » (Guilaine 2000 : 21).

Haut de page

Notes

1 Le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (Lévy et Lussault 2003 : 523) propose une définition du terme d’interspatialité : « interaction entre espaces » qui se subdivise en trois familles : l’interface, l’emboîtement et la cospatialité. Le lien se trouve assuré par la limite dans le premier cas, le « saut d’échelle » dans le deuxième, le commutateur dans le dernier. La cospatialité, est « caractérisée par la mise en relation de deux espaces occupant la même étendue » (p. 213).

2 « Un problème majeur de l’archéologie de l’âge du Bronze est la relation entre les sites funéraires et les sites d’occupation. Le cas du Peak district apporte quelque aide. Tous les sites funéraires qui contiennent de la céramique campaniforme sont dans les aires interprétées comme des cultures et dans la plupart des cas comme labourables. » (Bradley et Hart 1983 : 188, trad. personnelle).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte des enclos funéraires protohistoriques de la Plaine centrale bas-normande. L’absence d’enclos à la périphérie de Caen s’explique par l’absence de données en espace urbain
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/685/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 2
Légende Nombre d’amas en fonction de la distance de voisinage
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/685/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 3
Légende Résidu et coefficient de variation en fonction du nombre de sous-groupes
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/685/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 4
Légende Itinéraire modèle et chemins anciens de long parcours
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/685/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 5
Légende Les 24 groupes obtenus par l’algorithme K-means. La zone hachurée correspond à l’agglomération caennaise
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/685/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 6
Légende Proposition d’une structuration de la zone centrale de la plaine de Caen
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/685/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Chevalier, « Espaces funéraires et réseaux viaires protohistoriques en Basse-Normandie  », Les nouvelles de l'archéologie, 115 | 2009, 44-51.

Référence électronique

Arnaud Chevalier, « Espaces funéraires et réseaux viaires protohistoriques en Basse-Normandie  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 115 | 2009, mis en ligne le 30 mars 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/685 ; DOI : 10.4000/nda.685

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org