Navigation – Plan du site
Dossier:Du sentier à la route. Une archéologie des réseaux viaires

L’atlas de Trudaine et ses apports en archéologie

L’exemple de l’ancienne généralité de Tours
Stéphane Blond
p. 30-35

Résumés

L’atlas dit de Trudaine est fréquemment utilisé par les historiens, les géographes ou les amateurs de cartes anciennes, mais dans le domaine de l’archéologie, cette source peut aussi apporter de précieux services. Réalisée au cours du tiers médian du XVIIIe siècle, cette vaste collection de plans répond d’abord à une commande administrative. Les plans itinéraires ont pour but d’inventorier les routes royales qui doivent être construites et celles sur lesquelles des travaux d’entretien et d’aménagement sont nécessaires. Désormais, elle présente de nombreuses utilisations possibles en matière d’archéologie urbaine, routière ou paysagère. Cette source pose aussi un certain nombre de limites et de problèmes d’exploitation qui supposent des précautions d’usage. À partir d’exemples pris sur le territoire de l’ancienne généralité de Tours, je tente de passer en revue les multiples potentialités de cette série de plans.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Les origines de l’atlas de Trudaine

1Toute utilisation de l’atlas de Trudaine implique d’en connaître au préalable les contours précis et d’en saisir les véritables enjeux. Cette collection de plans ne porte pas le nom de son créateur, mais celui de son directeur. L’atlas est né de la volonté de Philibert Orry (1689-1747), contrôleur général des finances sous le règne de Louis XV, qui décida de remédier aux nombreux problèmes structuraux dont souffraient les routes du royaume de France, car l’état de dégradation avancé du réseau routier nuisait à l’économie et au commerce du royaume (Vignon 1862).

2En 1737-1738, Orry élabora une série de textes formant un vaste programme de réforme dans le domaine routier. Son objectif était de rompre avec plusieurs décennies d’immobilisme ou d’absence d’entretien des routes (Arbellot 1973). L’originalité essentielle de son œuvre législative résida dans l’adoption de l’outil cartographique comme un moyen de gouvernement (Konvitz 1987 ; Nordman 1990). Il commanda un vaste inventaire cartographique des différentes voies de communication terrestre pour établir un diagnostic. Dans le Mémoire sur la conduite du travail par corvées diffusé en 1737, la démarche cartographique occupe la première place : « on ne peut discerner ces opérations [les travaux routiers], que par les plans & les profils ; & par conséquent, c’est le premier sujet à traiter, comme c’est celuy par lequel il faut qu’un ingénieur commence » (archives départementales du Nord, C Intendance 9113).

  • 1  Les volumes de l’atlas de Trudaine sont conservés au département des Cartes et Plans des Archives (...)

3Le résultat de cette directive ministérielle est mieux connu sous l’expression « atlas de Trudaine1 ». Cette appellation doit son origine à Daniel-Charles Trudaine (1703-1769), intendant des finances qui commença sa carrière dans la province auvergnate, avant d’obtenir en 1742 la gestion du stratégique département des Ponts et Chaussées. À partir de cette date, Daniel-Charles Trudaine puis son fils, Jean-Charles-Philibert Trudaine de Montigny (1733-1777) dirigèrent les opérations de cartographie des routes royales. Les plans itinéraires représentent les routes royales qui nécessitaient des travaux urgents. Cette collection contient aussi les projets de nouvelles routes destinées à relier des pôles urbains importants ou des sites de fabrication de produits sans débouchés. Le travail de cartographie et de dessin était réalisé par plusieurs dizaines de personnes employées de manière permanente ou vacataires dépendant de l’administration des Ponts et Chaussées. Dans le cas de la généralité de Tours, 14 géographes chargés des opérations de terrain et 19 dessinateurs sont nommément connus. L’inventaire cartographique dura une trentaine d’années, soit jusqu’au début des années 1770. En fonction des régions, d’importants écarts sont repérables. Pour Tours, le travail a été réalisé entre 1743 et 1751. Il est donc important de retenir que dans l’atlas de Trudaine figurent des routes et des paysages qui datent du tiers médian du xviiie siècle (fig. 1).

  • 2  Le mot « généralité » désigne la plus grande circonscription financière d’Ancien Régime. Elle est (...)

4L’atlas de Trudaine regroupe 62 volumes qui rassemblent 3 100 planches, avec 2 349 cartes et 751 plans d’ouvrages d’art. Les volumes sont classés par ordre alphabétique des généralités d’Ancien Régime2. Le format des feuilles est pratiquement immuable, soit environ 60 x 88 cm (fig. 1). Sur ces grandes feuilles, le dessin est placé à l’intérieur d’un cadre de 55 x 76 cm. Les plans de route forment une bande dont l’orientation dépend du tracé de la route étudiée, qui est toujours placée en position centrale sur la feuille, dans le sens longitudinal. Ses abords sont représentés sur une largeur équivalente à 500-600 toises royales, soit un peu plus d’un kilomètre. C’est sur l’espace délimité par ce faisceau que les ingénieurs concevaient des modifications de tracé, comme de nouveaux alignements ou des déviations d’itinéraire. Le plan itinéraire est encadré par deux espaces blancs : la bande supérieure étroite est prévue pour recevoir le nom des communautés chargées de contribuer aux travaux d’entretien routier par le biais de la corvée et la bande inférieure est destinée à accueillir des indications manuscrites sur l’état de la chaussée, la nature du revêtement ou les travaux à mener en priorité.

5Pour lever les plans, les géographes utilisaient une série d’instruments et de calculs mathématiques, comme la triangulation, qui visent à garantir l’exactitude des éléments figurés (Picon 1992). Dans la plupart des cas, l’individu qui intervenait sur le terrain pour la prise des mesures n’était pas celui qui réalisait le dessin définitif, ce qui, nous le verrons, constitue une limite importante. Tous les plans furent réalisés à l’encre et à la plume, puis rehaussés de couleurs au lavis, ce qui confère à l’atlas de Trudaine une grande qualité esthétique. Les plans itinéraires sont aussi accompagnés par les plans des ouvrages d’art qui garantissaient la viabilité de la route tout au long de l’année, comme les ponts, les ponceaux, les aqueducs, les levés ou encore les digues. Ces documents complémentaires présentent un intérêt architectural, mais aussi archéologique, car ils peuvent être comparés aux infrastructures qui existent encore aujourd’hui.

6Celui qui exploite l’atlas de Trudaine ne doit donc jamais perdre de vue les enjeux qui le virent naître. Il répond à une commande administrative et constitue avant tout une cartographie routière. L’archéologue qui souhaite étudier d’autres aspects, comme le paysage ou des éléments topographiques précis, est limité en permanence par ce cadre étroit.

Fig. 1

Fig. 1

Une planche de l’atlas de Trudaine : la ville de Loches et ses environs. Chan, Cartes et Plans, F14 8505, planche 32

© Archim

Une grande variété d’utilisations possibles

7Il est intéressant de passer en revue les domaines pour lesquels l’atlas de Trudaine représente une source précieuse pour l’historien, le géographe ou l’archéologue. Ce n’est pas qu’un coffret de belles illustrations en couleur. L’échelle adoptée est de 10 lignes pour 100 toises, soit le 1/8640. Grâce à ce niveau de précision, des analyses topographiques très fines peuvent être conduites. Dans un article publié en 1944, Philippe Pinchemel a utilisé les planches de l’atlas pour examiner la morphologie des fermes picardes (Pinchemel 1944). Plus récemment, Claude Petitfrère a exploité cette source pour étudier les représentations de villages limousins (Petitfrère 2003).

8L’apport le plus conséquent de l’atlas concerne probablement les études d’archéologie paysagère, dont la fécondité a été plusieurs fois soulignée par l’historienne Annie Antoine (Antoine 2000 ; Antoine et Vennel 1994), dans la possibilité d’appréhender des paysages anciens. D’une région à l’autre, différents paysages ou modes d’exploitation apparaissent sur le papier, comme le bocage normand clairement délimité par des haies, le marais poitevin ou encore les espaces viticoles et maraîchers de la vallée de la Loire. L’emprise des espaces boisés y est finement relevée, car un bois ou une forêt peuvent considérablement influer sur le tracé d’une route. Grâce à ces informations, le chercheur peut examiner les grandes catégories d’occupation du sol au milieu du xviiie siècle : terres labourables, landes, vignes, prairies,etc.

9Le bâti a été scrupuleusement pris en compte par les ingénieurs, car il influe directement sur le tracé des routes. Un bâtiment ou une maison peuvent rompre un alignement routier, nécessiter une expropriation ou l’adoption d’un nouveau tracé. Le droit d’expropriation est resté pour une large part embryonnaire au xviiie siècle. Expulser des propriétaires ou détruire des maisons constituaient des procédures lentes et coûteuses qui devaient être parfaitement évaluées. Cela explique les précautions qui ont été prises par les géographes. Ainsi, l’atlas de Trudaine est précieux pour étudier le périmètre d’une enceinte urbaine, l’étendue d’une ville ou d’un village, mais aussi la présence de certains édifices comme les églises, les moulins, les fabriques ou encore les casernes. En revanche, à l’intérieur d’une zone agglomérée, chaque bâtiment n’est pas figuré de manière détaillée. Le géographe et le dessinateur représentaient des blocs d’habitations délimités par les principales rues.

10L’illustration qui contient la ville et le château de Richelieu est intéressante à plus d’un titre (fig. 2). Ce plan extrait de l’itinéraire de Chinon à Richelieu permet d’examiner les limites de la ville fondée en 1631 par le cardinal éponyme (1585-1642), avec son tracé orthonormé caractéristique de l’architecture classique. Le château y est représenté de manière détaillée. Or, comme il ne subsiste aujourd’hui que des parties très éparses de cet édifice, l’atlas de Trudaine se mue en source « substitutive ». Il permet d’analyser l’agencement et la forme des bâtiments de l’époque, où encore l’étendue du parc dont les moindres chemins et sentiers ont été relevés.

11En plus du bâti, il n’est pas rare de trouver sur certaines planches d’autres mentions utiles à l’archéologue, comme la représentation de ruines, les restes d’un pont ou d’une voie dite « romaine ». Les toponymes indiqués sont également précieux pour décrire des continuités ou des ruptures dans la désignation des lieux.

12L’autre intérêt majeur de l’atlas de Trudaine réside dans la représentation des itinéraires routiers du royaume, ce qui permet une reconstitution très précise du tracé du réseau au milieu du xviiie siècle. Au total, 490 itinéraires routiers ont été répertoriés ; 348 ont été levés sur le terrain, soit plus de 16 000 km de routes royales, dont 20 itinéraires et 1 157 km pour la seule généralité de Tours.

  • 3  Cet inventaire est conservé dans les archives de l’École nationale des ponts et chaussées : ms 73.

13En suivant les itinéraires cartographiés sur les planches de l’atlas, il est possible de positionner avec précision l’emplacement des voies de communication. De même pour les routes recensées mais non cartographiées, grâce à l’inventaire des itinéraires rédigé par Jean-Rodolphe Perronet (1708-1794), directeur de l’École royale des ponts et chaussées fondée en 1747 sous l’égide de Trudaine3. Cet inventaire dresse la liste des lieux desservis par la route. Il est intéressant pour l’archéologue d’analyser les héritages et les permanences de ce réseau en établissant une cartographie rétrospective des réseaux (fig. 3) et de confronter les cartes obtenues avec des cartes routières actuelles. Le réseau de la généralité de Tours présente un point nodal principal (Tours) et une série de centres secondaires comme Le Mans, Laval ou Angers. Cette circonscription comprenait de nombreuses voies transversales, dont la célèbre route de Paris en Espagne. Plusieurs routes royales reprenaient le tracé de voies plus anciennes, romaines ou médiévales. À l’inverse, beaucoup de routes actuelles suivent le tracé des routes de Louis XV. Chaque itinéraire mériterait ainsi une analyse de détails.

Fig. 2

Fig. 2

Extrait de l’atlas de Trudaine : la ville et le château de Richelieu. Chan, Cartes et Plans, F14 8506, planche 28

© Archim

Fig. 3

Fig. 3

Reconstitution du réseau routier de la généralité de Tours à partir des plans de l’atlas de Trudaine (milieu du xviiie siècle)

Une source lacunaire

14Malgré ses plaisantes et séduisantes qualités esthétiques, l’atlas de Trudaine présente plusieurs défauts qu’il faut connaître avant de l’exploiter. Cette source est à la fois partiale et partielle, car les généralités et les routes du royaume n’y sont que partiellement examinées. Plusieurs provinces disposaient d’une autonomie administrative et de leur propre personnel des Ponts et Chaussées. Elles n’étaient pas astreintes à la réalisation de l’enquête diligentée par le pouvoir central. Ainsi, seulement les deux tiers des généralités du royaume sont couverts par l’atlas de Trudaine. Pour une cartographie exhaustive du territoire, il faut se référer à la carte de Cassini dont les travaux furent lancés dix ans après l’atlas de Trudaine, mais avec un niveau de précision nettement moindre dans la représentation des voies de communication (échelle 1/86 400). De plus, l’atlas ne concerne que les routes dites royales, c’est-à-dire celles qui étaient gérées par l’État central et qui étaient considérées comme les plus importantes et les plus stratégiques. Pour résumer, l’atlas de Trudaine donne l’image d’un réseau routier de premier niveau, alors qu’il délaisse totalement le réseau routier secondaire. S’il permet de réaliser différentes études d’archéologie routière, il est difficilement exploitable pour des analyses territoriales très étendues. Par sa présentation en faisceau, l’utilisateur est régulièrement insatisfait. Les recherches ne peuvent être conduites qu’à proximité immédiate des routes. La bande territoriale exploitable est très étroite, ce qui restreint considérablement les possibilités d’enquête.

15Le manque d’homogénéité de l’atlas limite aussi son utilisation. Il a été réalisé par un grand nombre d’individus qui n’avaient pas toujours la même rigueur ou la même démarche dans leur travail. Les plans ont été élaborés par accumulations successives. Le dessinateur des planches fut rarement celui qui réalisa les opérations de levé sur le terrain, ce qui le contraignit à une interprétation des informations transmises par le géographe. Des lacunes ou des oublis furent fréquents sur le terrain mais aussi au cabinet de dessin. Il ne faut pas oublier non plus que le dessinateur était un artiste qui laissait libre cours à ses talents (Picon et Yvon 1989). Ce constat explique les différences souvent repérées entre les minutes (plans brouillons issus du travail de terrain) et le dessin mis au net, comme pour les illustrations de la ville de Loches extraites du chemin de Tours en Berry (fig. 4).

16Malgré le soin apporté par les ingénieurs et les dessinateurs, les défauts ne sont pas rares. La comparaison des deux extraits fait apparaître une série d’incohérences, de lacunes ou d’approximations. Plusieurs erreurs ont été repérées dans le positionnement des éléments de la topographie. Sur la minute, la personne qui a levé le plan a indiqué les principaux éléments de la topographie, mais elle n’a pas cherché à réaliser une œuvre impeccable sur le plan esthétique. Ce document de travail garde les marques de tracés au crayon, de corrections ou d’ajouts, avec un système de figuration très sommaire. Pour les terres cultivées, le géographe a adopté un système d’abréviations, comme « Vig » pour des vignes ou « Te » pour des terres labourables. Ce système a ensuite été repris par le dessinateur qui a mis le plan au net. À charge pour lui d’adopter le figuré qui correspondait le mieux à l’abréviation (Dainville 1964). Or, l’exemple choisi prouve que le dessinateur ne respectait pas toujours les renseignements portés sur la minute, comme le montre le dessin des parcelles des jardins maraîchers. Là où le géographe n’a relevé qu’une ou deux parcelles, le dessin définitif en représente parfois trois ou quatre. À l’intérieur de la ville basse, la personne qui a dessiné le plan au net a omis de reporter une petite chapelle qui est pourtant représentée sur la minute (Verdier 2008b).

17Celui qui exploite l’atlas doit donc user de précautions, notamment en matière d’archéologie paysagère. Il ne faut pas en attendre une recension aussi précise que celle des plans parcellaires cadastraux (Touzery 1995). De plus, le dessinateur s’est parfois laissé aller à de petites fantaisies qui enjolivent le plan, comme les arbres qui parsèment certains champs mais qui n’apparaissent nullement sur le plan minute. Des erreurs ont été aussi souvent repérées au niveau des toponymes. Soit le géographe n’a pas pris assez le soin de vérifier certains éléments, soit le dessinateur n’a pas relevé l’ensemble avec attention.

18Si l’atlas de Trudaine constitue une bonne base de recherche, celui qui l’utilise doit en user avec précautions. Dès que les thèmes d’étude s’éloignent du seul fait routier, l’atlas montre ses limites. Très souvent, il faut compléter les informations qu’il contient avec celles d’autres documents cartographiques, ou par des connaissances acquises directement sur le terrain. Malgré ces nuances d’usage, l’atlas de Trudaine reste un support à la fois riche et original pour mener des recherches archéologiques.

Fig. 4

Fig. 4

Un plan minute et le dessin définitif d’un itinéraire routier (les différents cercles signalent des écarts de représentation). Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 188 (à gauche) ; CHAN, Cartes et Plans, F14 8507, planche 37 (à droite)

© Archim

Haut de page

Notes

1  Les volumes de l’atlas de Trudaine sont conservés au département des Cartes et Plans des Archives nationales sous les cotes CHAN, CP, F14 8443-8507. Ces documents sont accessibles en version numérique sur le site Archim (banque d’images numériques des Archives nationales).

2  Le mot « généralité » désigne la plus grande circonscription financière d’Ancien Régime. Elle est placée sous l’autorité d’un intendant qui dispose de compétences en matière de justice, police et finances. Les volumes de la généralité de Tours sont conservés sous les cotes : CHAN, CP, F14 8505-8507.

3  Cet inventaire est conservé dans les archives de l’École nationale des ponts et chaussées : ms 73.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Une planche de l’atlas de Trudaine : la ville de Loches et ses environs. Chan, Cartes et Plans, F14 8505, planche 32
Crédits © Archim
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/666/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 2
Légende Extrait de l’atlas de Trudaine : la ville et le château de Richelieu. Chan, Cartes et Plans, F14 8506, planche 28
Crédits © Archim
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/666/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Fig. 3
Légende Reconstitution du réseau routier de la généralité de Tours à partir des plans de l’atlas de Trudaine (milieu du xviiie siècle)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/666/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 4
Légende Un plan minute et le dessin définitif d’un itinéraire routier (les différents cercles signalent des écarts de représentation). Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 188 (à gauche) ; CHAN, Cartes et Plans, F14 8507, planche 37 (à droite)
Crédits © Archim
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/666/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 821k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Blond, « L’atlas de Trudaine et ses apports en archéologie », Les nouvelles de l'archéologie, 115 | 2009, 30-35.

Référence électronique

Stéphane Blond, « L’atlas de Trudaine et ses apports en archéologie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 115 | 2009, mis en ligne le 30 mars 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/666 ; DOI : 10.4000/nda.666

Haut de page

Auteur

Stéphane Blond

Université d’Évry-Val-d’Essonne, Laboratoire d’histoire économique, sociale et des techniques
stephane.blond@ens.univ-evry.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org