Navigation – Plan du site

Le champion de la princesse de Clèves

p. 3-4

Texte intégral

 « Il y a trois sortes de savoir : le savoir proprement dit, le savoir-faire et le savoir-vivre ; les deux derniers dispensent assez bien du premier. »

Charles Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838)

  • 1  Le discours prononcé le 22 janvier par M. Sarkozy est publié sur le site gouvernemental www.elysee (...)

1En France, l’éducation est une affaire d’État et une passion publique : les ministres passent, les réformes s’accumulent, le « mammouth » renâcle, le niveau monte, le niveau baisse et la confusion règne. Quand, par-dessus le marché, le président de la République se pique de réflexion stratégique sur la recherche et l’innovation, les esprits rivalisent d’intelligence et d’ironie pour démontrer que les universitaires et les chercheurs français n’ont pas démérité, bien au contraire1.

  • 2  Le calcul de l’indice s’appuie sur le nombre de prix Nobel et médailles Fields parmi les anciens é (...)

2Pour y voir clair en cette affaire, rappelons d’abord quelques faits. La France arrive en 6e position du classement de Shanghai si contestable et contesté2, mais elle n’est qu’au 14e rang des pays de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (Ocde) quant à l’investissement en recherche et développement par rapport au produit intérieur brut ou Pib (2,12 %). La courbe de l’évolution des dépenses engagées en la matière depuis 1980 fait apparaître plusieurs phases nettement corrélées avec les alternances politiques : depuis 1995, le ratio a baissé de 7,4 % et il faudrait un effort considérable – de l’ordre de 7,5 % par an – pour atteindre les 3 % promis en 2012. Un des arguments avancés par le gouvernement pour justifier la loi relative aux libertés et responsabilités des universités est qu’elles pourront désormais recevoir des fonds privés par l’intermédiaire d’une fondation. En fait, la nouveauté se résume à une défiscalisation (crédit impôt recherche) qui équivaut à un article de foi : en 2003, 5 % de la recherche américaine était financée par les entreprises, 25 % par des fondations philanthropiques que n’avait pas encore ruiné la crise systémique du capitalisme et 70 % par l’État.

3Pour y voir un peu plus clair encore, faisons un peu d’histoire. Depuis 1792, le système éducatif français tend vers l’horizon que lui a désigné le marquis de Condorcet dans son Rapport sur l’organisation générale de l’instruction publique : « L’instruction doit être universelle, c’est-à-dire s’étendre à tous les citoyens. Elle doit être répartie avec toute l’égalité que permettent les limites nécessaires de la dépense, la distribution des hommes sur le territoire, et le temps, plus ou moins long, que les enfants peuvent y consacrer. Elle doit, dans ses divers degrés, embrasser le système tout entier des connaissances humaines […]. Enfin, aucun pouvoir public ne doit avoir l’autorité ni même le crédit, d’empêcher le développement des vérités nouvelles, l’enseignement des théories contraires à sa politique particulière ou à ses intérêts momentanés3. »

4Condorcet réservait l’enseignement secondaire aux fils de familles aisées, qui y recevraient « quelques notions de mathématiques, d’histoire naturelle et de chimie nécessaires aux arts ; des développements plus étendus des principes de la morale et de la science sociale ; des leçons élémentaires de commerce ». L’université impériale fut instaurée en 1806 à côté de grands établissements réformés (Collège de France) ou de grandes écoles créées ex nihilo (Polytechnique). À côté des facultés professionnelles de droit et de médecine, apparurent des facultés de lettres ou de sciences dont l’activité se résumait pour l’essentiel à décerner le grade du baccalauréat.

  • 4  Trois en lettres (lettres, philosophie, histoire), trois en sciences (mathématiques, sciences phys (...)

5La défaite de 1870 imposa l’idée selon laquelle la supériorité allemande s’expliquait, entre autres, par l’excellence de son enseignement supérieur. La création de 300 bourses de licence en 1877, puis de 300 bourses d’agrégation en 1880, justifia la croissance du corps enseignant, la substitution aux licences générales de licences spécialisées4 découpées en certificats, l’apparition d’un diplôme d’études supérieures exigé pour l’agrégation en histoire et géographie – l’objectif étant de multiplier les foyers de pensée sur le territoire national. L’opposition croisée des bonapartistes attachés à la centralisation administrative d’un système piloté depuis le ministère de l’Instruction publique, et celle des villes de taille moyenne qui redoutaient de perdre leurs facultés, aboutit à une décision mi-chèvre/mi-chou : au lieu de quelques grandes universités provinciales, puissantes et autonomes, chaque académie fut gratifiée d’un établissement doté de la personnalité civile, ce qui lui permettait de recevoir des legs et dons de particuliers ou des subventions de collectivités.

6Jusqu’aux années 1970, l’enseignement supérieur, réservé à une élite sociale, assura la formation et le recrutement des professeurs du secondaire et s’affirma par le dynamisme intellectuel de sa recherche. Depuis la décision prise en 1959 de prolonger la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans, le système initial a connu des évolutions considérables avec la création des collèges d’enseignement supérieur (Ces) et d’enseignement général (Ceg) en 1963, leur réunion dans un collège unique en 1975, puis l’ouverture du lycée en 1985. Parallèlement, le budget de l’éducation nationale a considérablement augmenté ainsi que sa part dans celui de l’État – 7 % au début des années 1950, 17 % en 1970, plus de 23 % en 2005.

7Aujourd’hui, 70 % d’une classe d’âge arrive au niveau du baccalauréat et 39 % des 15-25 ans ont un diplôme allant de Bac + 2 à Bac + 5 – ce qui classe la France au 13e rang des pays développés. L’attractivité de ses universités a augmenté d’un point en 2005 alors que, entre 1980 et 2008, le nombre des étudiants a crû de 78 %. Pourtant, la France n’est qu’au 16e rang des nations de l’Ocde pour les dépenses qu’elle leur consacre.

  • 5  Selon une étude comparative conduite en 2007 par la Commission européenne (Le Monde, 20 février 20 (...)

8Dans le même laps de temps, l’effectif des enseignants-chercheurs a augmenté de 59 %. Le salaire mensuel brut d’un maître de conférences au premier échelon est d’environ 2 000 euros par mois, celui d’un professeur en fin de carrière d’environ 5 000 euros – ce qui les réduit à la moyenne des classes moyennes. L’appartenance à la fonction publique de ces diplômés titulaires d’un doctorat (bac + 7) ou d’une habilitation à diriger les recherches (bac + 12 au minimum) se paie donc cher, même si les Français sont dans la moyenne européenne : leur salaire (moyen) est supérieur à celui des Allemands, des Espagnols et des Italiens, égal à celui des Suédois, inférieur à celui des Hollandais5.

9La réforme de l’université intéresse l’archéologie au même titre que les autres sciences, puisque les étudiants y sont formés et que la recherche s’y fait en partenariat avec des spécialistes rattachés à différentes institutions. La modification envisagée pour les cursus de formation et le recrutement des enseignants des premier et second degrés (projet dit de « mastérisation ») pourrait avoir des conséquences en raison d’une moindre attractivité des masters de recherche qui entraînerait une baisse du nombre de doctorats et, par corollaire, une chute du financement des écoles doctorales. Ces craintes méritent d’être prises en considération : il y a, chaque année, un peu moins de 10 000 nouveaux docteurs en France, pour 15 000 au Royaume-Uni et 25 000 en Allemagne ; ce chiffre stagne depuis dix ans et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche envisage lui-même une régression alarmante, qui pourrait atteindre 32,2 % en 2017.

  • 6  Jean Quatremer, « La France tranquille face au savon de Bruxelles sur les déficits », Libération, (...)
  • 7  Voir Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néo-libér (...)
  • 8  A. B. de Sommaize, Le grand dictionnaire des Précieuses, 1660, t. I, p. 291.

10La vraie question n’est donc, bien sûr, pas celle de l’évaluation des enseignants chercheurs, qui existe déjà. Elle porte sur la manière dont le système universitaire va être réformé pour assumer les ambitions affichées par l’État. Selon l’agence de notation Moody’s, sur les 18 pays pouvant prétendre à des conditions avantageuses de financement, la France est l’un des mieux placés en raison de la diversification de son économie (1/18), de son leadership industriel (2/18) et de sa très bonne capacité d’ajustement économique (4/18) – toutes choses qui tiennent pour une bonne part à la place des dépenses publiques dans son Pib –, sa faiblesse tenant à l’insuffisance de sa compétitivité et de son potentiel d’innovation6. Il est sûrement possible d’inventer des alternatives crédibles à la crispation butée sur des postures néo-keynésiennes d’une part, à l’accommodement complaisant à la raison néo-libérale d’autre part. Au principe universel de la concurrence7 que celle-ci met en œuvre pour gouverner les hommes, les chercheurs préfèrent celui d’émulation, défini comme un « sentiment qui porte à égaler8 ».

11La rédaction, le 2 mars 2009

Haut de page

Notes

1  Le discours prononcé le 22 janvier par M. Sarkozy est publié sur le site gouvernemental www.elysee.fr. Parmi les très nombreuses réactions, citons celles du Prix Nobel Albert Fert sur le blog Science de Libération (29 janvier 2009), de la Conférence des présidents d’université relayées sur www.sauvons-luniversite.com ou encore le communiqué de l’Académie des sciences en date du 5 février. La palme revient au collectif marseillais qui propose en vidéo une version raccourcie du discours du Président (www.youtube.com) ou, pour les amoureux de la littérature, aux bateleurs d’un nouveau genre qui déclament La Princesse de Clèves sur les campus d’Aix-en-Provence, Avignon, Grenoble, Montpellier, Paris, Poitiers, Tours, etc., etc. (www.fabula.org). La plupart des informations historiques données dans cet article sont tirées de l’espace pédagogique interactif de Bruno Belhoste, responsable du cours Histoire de l’enseignement en France de l’Ancien Régime à nos jours à l’université de Paris-I (http://epi.univ-paris1.fr). Les données statistiques sont citées par Antoine Destemberg, Un commentaire de texte du discours de Nicolas Sarkozy…, 11 février 2009 ; Henri Audier, Le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche raconté à Sarkozy, 30 septembre 2008 (http://www.sauvonsluniversite.com).

2  Le calcul de l’indice s’appuie sur le nombre de prix Nobel et médailles Fields parmi les anciens élèves (10 %) ou parmi les chercheurs (20 %), le nombre d’articles publiés par ces derniers dans Nature et Science (20 %), le nombre de chercheurs les plus souvent cités dans leur discipline (20 %) ou indexés dans les bases bibliographiques anglo-saxonnes (20 %), les performances académiques relatives à la taille de l’institution (20 %). Les sciences humaines et sociales sont minorées, la recherche en langue anglaise surestimée, les publications limitées à deux revues américaines.

3  Prononcé les 20 et 21 avril 1792, ce discours est publié sur www.assemblee-nationale.fr/histoire/7ed.asp.

4  Trois en lettres (lettres, philosophie, histoire), trois en sciences (mathématiques, sciences physiques, sciences naturelles).

5  Selon une étude comparative conduite en 2007 par la Commission européenne (Le Monde, 20 février 2009, entretien avec Christine Musselin, directrice du Centre de recherche pour les organisations).

6  Jean Quatremer, « La France tranquille face au savon de Bruxelles sur les déficits », Libération, 19 février 2009.

7  Voir Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néo-libérale, Paris, La Découverte, 496 p.

8  A. B. de Sommaize, Le grand dictionnaire des Précieuses, 1660, t. I, p. 291.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Le champion de la princesse de Clèves », Les nouvelles de l'archéologie, 115 | 2009, 3-4.

Référence électronique

« Le champion de la princesse de Clèves », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 115 | 2009, mis en ligne le 30 mars 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/629

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org