Navigation – Plan du site

Traitement des plantes textiles à Maurecourt « la Croix de Choisy » (Yvelines) au Néolithique ancien

Questionnement et premiers résultats
Marie-France Dietsch-Sellami, Stéphane Durand et Pascal Verdin
p. 28-32

Résumés

Le site de « La Croix de Choisy » à Maurecourt (Yvelines) forme un ensemble cohérent attribuable à une phase récente du groupe Bliquy – Villeneuve-Saint-Germain. L’hypothèse d’un traitement de plantes textiles est émise pour quatre fosses « particulières » par leur morphologie et comblement. Des analyses de phytolithes et macrorestes végétaux ont été engagées et ont révélé la présence sur le site d’ortie (Urtica dioïca) et de lin (Linum usitatissimum), ce dernier jusque là inconnu au Néolithique ancien dans le Nord de la France. L’une des phases du traitement de ces plantes, le rouissage, est suggérée dans les fosses « particulières » par la présence d’indicateurs d’humidité : spicules d’éponges et gyragonite de Charophytes, les premières associées aux phytolithes d’ortie. La rareté des preuves carpologiques de la culture du lin au Néolithique dans le Nord de la France et leur stricte association avec des preuves archéologiques de son traitement comme plante textile incitent à évoquer l’hypothèse d’une spécialisation de certains villages dans la transformation de cette plante. Les études tracéologiques de l’outillage en os et du matériel lithique semblent corroborer cette hypothèse.

Haut de page

Texte intégral

1Situé dans le nord du département des Yvelines, en limite de deux régions naturelles – le Vexin, à l’ouest, et le Parisis, à l’est –, le bourg de Maurecourt est localisé dans la vallée de l’Oise, à 1 500 m environ de la confluence avec la Seine.

2Le site néolithique de « la Croix de Choisy » est implanté sur la rive droite de l’Oise, à près de 600 m du cours actuel de la rivière, en convexité du méandre. Il est installé sur le replat de la basse terrasse de l’Oise, à une altitude légèrement supérieure à 25 m NGF, au-delà d’un talus de près de 2,50 m de haut qui sert de limite supérieure aux crues séculaires (Krier 2004).

L’occupation archéologique

3La fouille a permis de dégager des vestiges sur une bande d’environ 80 m de long pour 30 m de large (fig. 1). On dénombre 24 structures en creux et un petit amas de blocs de silex bruts testés constituant une réserve de matière première. Aucun niveau de sol ni aucune trace de trou de poteau ne sont conservés. L’absence de mobilier néolithique hors structure, y compris dans les tranchées de diagnostic réalisées à l’ouest, à l’est et au sud du décapage, suggère que le site a subi une érosion assez forte, vraisemblablement liée à l’activité de l’Oise.

Fig. 1

Fig. 1

Plan du site de Maurecourt « la Croix de Choisy » (Yvelines).

4Le mobilier recueilli forme un ensemble typologiquement cohérent, attribuable à une phase récente du Néolithique ancien (groupe Blicquy – Villeneuve-Saint-Germain), ce que confirment les datations par radiocarbone qui situent l’occupation vers 4900-4700 BC. Il est probable que les vestiges découverts ne correspondent qu’à une partie seulement d’une occupation à l’origine bien plus vaste. Les études menées montrent un site de confluence riche en mobilier qui se caractérise notamment par la production de lames en silex tertiaire vouées à la diffusion et par la présence de nombreux fragments de bracelets en roches (schistes, calcaire, roche verte).

5Parmi les structures, on distingue 19 fosses détritiques, un foyer et 4 fosses « particulières » de deux types différents. Ce sont ces dernières qui retiennent ici notre attention. Les fosses 2088 et 2081 (type 1) sont orientées approximativement E-O et sont distantes d’une dizaine de mètres. Leurs dimensions respectives sont de 2 x 0,50 x 0,95 m et de 1,70 x 0,40 x 0,60 m. Longues, étroites et présentant un profil transversal en « V », elles peuvent être qualifiées de fosses en forme de fente. Les comblements sont assez similaires d’une fosse à l’autre et consistent en une succession de couches litées de sédiments encaissants et, en moindre proportion, de sédiments organiques. Les fosses 2063 et 2049 (type 2) sont orientées N-S (légèrement NO-SE pour 2063) et mesurent respectivement 5,40 x 1,70 x 2,30 m et 3 x 1,50 x 1,75 m. Il s’agit encore de fosses en forme de fente, mais de plus grandes dimensions. Les comblements sont constitués d’une alternance de couches litées de sédiments organiques et de sédiments provenant des parois du creusement, puis d’un comblement terminal épais de sédiments bruns dont la mise en place correspond à une utilisation secondaire des fosses ou à leur fermeture.

6La forme de ces fosses et leurs comblements interrogent sur leurs fonctions. Dès la fouille, nous avons envisagé de les interpréter comme des fosses pouvant être liées au traitement de fibres végétales, lors du rouissage, en raison de leur forme longue assez bien adaptée à l’insertion de tiges, et de l’alternance des couches de comblement des grandes fosses qui peut être mise en relation avec l’aspect saisonnier de cette activité. Plusieurs prélèvements de sédiments effectués sur l’ensemble des fosses du site et une première analyse du mobilier archéologique permettent de travailler sur cette hypothèse : nous présentons ici les résultats des études des macrorestes végétaux et des phytolithes.

Les macrorestes végétaux

7L’analyse carpologique a porté sur 17 des 24 fosses mises en évidence, dont 13 sont des fosses détritiques et 3 sont dites « particulières ». Les sédiments ont subi une flottation manuelle sur un tamis de 500 µ, avant d’être tamisés à l’eau sur deux tamis calibrés aux mailles de 2 mm et de 500 µ. Le tri a porté sur l’intégralité des refus de flottation et de tamis de 2 mm, soit 412 litres. Le volume total de sédiments étudié pour la fraction fine est de 371 litres.

8Au total, 2 825 semences carbonisées permettent d’attester 23 taxons dont 6 plantes cultivées, autant de fruits sauvages issus de cueillette et 11 herbacées sauvages.

9Les plantes cultivées sont, par ordre de fréquence décroissant, l’amidonnier (Triticumm dicoccum), le froment (Triticum aestivum l.s.), l’orge vêtue (Hordeum vulgare), l’engrain (Triticum monococcum), l’œillette (Papaver somniferum) et le lin (Linum usitatissimum) (tabl. 1).

Tabl. 1

Taxons

Fréquences/Nombre de mentions

Triticum dicoccum

78 %

Triticum aestivum l.s.

55 %

Hordeum vulgare

33 %

Triticum monococcum

22 %

Papaver somniferum

4 mentions

Linum usitatissimum

1 mention

Fréquences ou nombre de mentions des plantes cultivées attestées à Maurecourt « la Croix de Choisy » (Yvelines)

10La présence d’une semence de lin dans une des fosses détritiques (st 2027) constitue une découverte sans précédent pour le début du Néolithique dans la moitié nord de la France. Les seules autres mentions de semences de cette plante sont plus tardives et proviennent de deux sites du Néolithique final, la « rue Marx Dormoy » à Houplin-Ancoisne (Nord) et la « plateforme aéro-industrielle » à Méaulte (Somme) (Dietsch-Sellami 2003 et 2007). Il est possible que la rareté de ces découvertes soit liée au fait que ces graines ont tendance à éclater lors de la carbonisation, en raison de leur richesse en lipides (Wilson 1984). Il est toutefois intéressant de souligner que l’analyse des phytolithes conforte l’hypothèse de l’utilisation de certaines fosses « particulières » pour le rouissage de plantes textiles (voir infra). La découverte d’une semence de lin ne signifie pas forcément qu’on ait utilisé cette plante pour ses propriétés textiles. Le lin a fort bien pu être également cultivé pour ses graines oléagineuses, d’autant qu’il a été trouvé en contexte de rejet, dans une fosse détritique, et non dans une fosse « particulière ». Néanmoins, à l’instar des deux autres sites sur lesquels le lin est attesté (Caspar, Féray et Martial 2005), le site de Maurecourt livre tout un ensemble d’indices, archéobotaniques et archéologiques, révélateurs du traitement de plantes textiles. Ainsi, s’il ne nous est pas possible d’établir une relation directe entre la présence inhabituelle du lin et la fonction des fosses « particulières », il n’en demeure pas moins qu’elle coïncide avec celle d’autres plantes textiles trouvées dans certaines des fosses « particulières », et qu’au Néolithique, le lin est en général attesté comme plante textile. On peut donc penser qu’il a pu faire partie des plantes textiles traitées dans les fosses « particulières » de Maurecourt.

11Deux plantes sauvages, elles aussi rares au Néolithique, entretiennent un rapport plus ou moins étroit avec les plantes textiles. La première, la cuscute (Cuscuta epilinum), plante épiphyte du lin, fut trouvée en un seul exemplaire au fond d’une fosse « particulière » (st 2049), ce qui renforce l’idée d’une présence du lin dans ces fosses lors de leur utilisation. Les circonstances de la carbonisation de cette semence restent toutefois à élucider. Le second vestige de plante sauvage, rare en milieu sec, est une fructification femelle ou gyro-gonite de Charophytes, microfossile calcaire constituant le seul reste déterminable de ces plantes aquatiques à l’état fossile. Bien que cette gyrogonite provienne d’une fosse détritique (st 2012), son origine est celle d’un milieu aqueux dont elle signe l’existence comme le font les spicules d’éponges, mises en évidence par l’analyse des phytolithes au sein des fosses « particulières » où un apport d’eau aurait permis leur développement.

12En dépit du caractère détritique des macrorestes, la carpologie fournit plusieurs indices concordant avec les résultats de l’étude des phytolithes pour affecter les fosses « particulières » au traitement de plantes textiles. Parmi elles, le lin, de culture délicate, sensible à la verse et exigeant en main-d’œuvre, non seulement lors de la préparation du sol et des sarclages, car il supporte mal la concurrence des mauvaises herbes, mais, aussi, au moment de la récolte, puisque l’arrachage d’un hectare de lin mobilise une quinzaine d’hommes pendant 10 heures. À la lumière de ces caractéristiques, il est possible de reconsidérer la stricte concordance observée sur trois sites (Houplin-Ancoisne, Méaulte, Maurecourt) entre les preuves carpologiques de la culture du lin et l’existence de structures et/ou de mobilier archéologique dévolus au traitement de plantes textiles, et de se demander si le lin n’était cultivé que par les occupants des villages où il était transformé.

L’étude des phytolithes

  • 1  Échantillons positifs : st 2088 us 1, 5, 6, 10 et 14 ; st 2063 us 1, 8, 12, 14, 26 et 27. Échantil (...)

13L’analyse a porté sur des échantillons provenant de deux fosses allongées à fonction indéterminée datant du Néolithique ancien (VSG). Sur 18 échantillons, 14 se sont révélés positifs pour une étude1. Les prélèvements pour analyse de phytolithes proviennent de différentes unités stratigraphiques, ainsi que des sédiments naturels (non directement anthropisés) encaissant les structures, afin d’appréhender le degré d’anthropisation des niveaux archéologiques et leur nature ou un éventuel aménagement de parois de fosses.

14Pour extraire les phytolithes des sédiments, ces derniers ont été défloculés dans l’hexamétaphosphate de sodium, tamisés dans un tamis à mailles de 125 µ afin d’éliminer les grosses particules, et décantés dans des bains de H2O afin d’éliminer les particules inférieures à 5 µ.

15Puis, les calcaires furent dissous dans de l’acide chlorhydrique, les matières organiques furent éliminées par de l’acide nitrique, les phytolithes furent recueillis par lévigation à l’aide d’une liqueur lourde à 2,4 de densité (polytungstate de sodium).

16Les phytolithes extraits ont ensuite été conservés dans de l’alcool à brûler, puis mis entre lame et lamelle dans du baume du Canada et observés au microscope à grossissement x400 en vision de contraste interférentiel Nomarski.

17Plus de 100 phytolithes par lames ont pu être observés.

18Tout d’abord, nous constatons que 3 échantillons négatifs sur 4 proviennent de sédiment non anthropisés, de niveaux encaissant les structures. Ce résultat nous donne un bon indice de confiance dans l’origine anthropique, pour une part importante, des phytolithes observés dans cette analyse.

Les fosses allongées 2088 et 2063

19Le point commun aux assemblages de phytolithes de la fosse 2088 est l’abondance de restes de plantes du genre Urtica pour les unités stratigraphiques n° 5, 6, 10 et 14, ainsi que la forte quantité de spicules d’éponges microscopiques (fig. 2). Seul l’échantillon provenant de l’unité stratigraphique de scellement de cette fosse (us 1) diffère nettement des autres par son contenu mono-spécifique de graminées. Pour la fosse 2063, de morphologie identique, les résultats sont moins tranchés. La présence de cystolithes est bien moins importante que pour la st 2088 (5 échantillons sur 6 présentent moins de 10 % de phytolithes de taxons du genre Urtica). Les graminées dominent cependant dans les assemblages.

Fig. 2

Fig. 2

St 2088 us 14 : spicule d’ éponge (a) et cystolithe d’Urticacée (b).

20Les assemblages issus de sédiments des unités stratigraphiques de ces deux structures sont caractérisés par la présence d’un morpho-type de phytolithes de taxons du genre Urtica (ortie), les cystolithes (Bozarth 1992), et par la présence de phytolithes de Cypéracées/Juncacées (joncs).

  • 2  Ce site appartient au premier âge du Fer, et les fosses non datées s’insèrent bien dans cet ensemb (...)

21La présence concomitante de ces deux morpho-types conduit à proposer l’hypothèse d’une activité de rouissage au fond de ces fosses. En effet, l’ortie et le jonc, ainsi que les cypéracées, sont des plantes textiles (et de vannerie pour le jonc et les cypéracées). L’ortie est aussi une plante rudérale, mais cela n’explique pas la présence de ses phytolithes en très grande quantité (jusqu’à 81,5 % pour l’us 10 de la st 2088). On pense plutôt que leur accumulation au fond de ces fosses est d’origine anthropique. Ce résultat a été observé précédemment pour des structures similaires du site de Ville-Saint-Jacques « le fond des Vallées » (Île-de-France)2 (Verdin 2002).

22La présence abondante de spicules d’éponge renforce cette hypothèse, puisqu’elles se développent dans des milieux très humides ou aquatiques, or le rouissage est une technique nécessitant un apport d’eau régulier. L’interprétation de la présence de cypéracées ou de jonc est en revanche plus délicate. Par leur caractère hygrophile, ces taxons peuvent côtoyer des spicules d’éponge. Cette hypothèse semble aussi plausible que de l’associer au rouissage.

23En conclusion, les fosses allongées de ce site semblent avoir servi au rouissage de plants d’orties et peut-être de cypéracées ou de joncs.

Bilan et perspectives.

24Sur ce site de la fin du Néolithique ancien (B/VSG) où les fosses sont pour la plupart riches en mobilier, quatre se singularisent par leur forme allongée et profonde, et par leur comblement alternant des couches de sédiments organiques et des sédiments effondrés des parois. Les études des macrorestes végétaux et des phytolithes ont permis de mettre en évidence la présence inhabituelle d’herbacées (lin, jonc, ortie) provenant surtout de fosses en forme de fente, et confortent l’hypothèse de leur utilisation pour le rouissage des végétaux. Parmi le mobilier archéologique, une pointe en os présentant des traces de travail de fibres végétales souples fournit un indice supplémentaire du traitement de textile végétal. Enfin, une première étude de tracéologie du silex, menée par Nicolas Cayol sur un échantillon de 88 pièces issues de la fosse 2041, a mis en évidence un cortège d’outils portant de nombreuses traces de raclage et de teillage de matières végétales. Le nombre de pièces liées au travail de plantes siliceuses et de fibres textiles est suffisamment important pour évoquer une aire d’activité spécifique. La présence, à quelques mètres de nos fosses « particulières », de nombreux outils liés aux étapes du traitement de fibres végétales qui suivent immédiatement le rouissage, suggère fortement que cette opération s’effectue sur le site même. Bien que la fonction de rouissage des fosses longues et étroites de Maurecourt n’ait pas pu être directement démontrée, les études pluridisciplinaires engagées ont permis l’obtention de nombreux indices qui rendent très vraisemblable cette hypothèse. On peut espérer que la poursuite des études du mobilier sur l’ensemble du site aidera à la compréhension des modalités de traitement des plantes textiles au Néolithique ancien, et apportera des informations sur la spécialisation des activités de certains villages.

Haut de page

Bibliographie

Bozarth, S. R. 1992. « Classification of Opal Phytoliths Formed in Selected Dicotyledons Native to the Great Plains », in : G. R. Rapp et S. C. Mulholland (éds), Phytolith systematics. New York, Plenum Press (AAMS ; 1) : 193-214.

Caspar, J.-P., P. Féray et E. Martial. 2005. « Identification et reconstitution des traces de teillage des fibres végétales au Néolithique », Bulletin de la Société préhistorique française, 102/4 : 867-880.

Dietsch-Sellami, M.-F. 2003. Houplin-Ancoisne « rue Marx Dormoy ». Étude carpologique d’un site néolithique final du Nord de la France. Rapport de Document final de synthèse dactylographié.

Dietsch-Sellami, M.-F. 2007. Les occupations de la fin du Néolithique de la plateforme aéro-industrielle de Haute-Picardie à Méaulte (Somme) : rapport d’analyse carpologique. Rapport de Document final de synthèse dactylographié.

Krier, V. 2004. La plaine alluviale de l’Oise : milieu et système fluvial ; stratigraphie des formations alluviales et archéologie. Rapport de Vincent Krier produit par le conseil général du Val-d’Oise et l’Institut national de recherches archéologiques préventives.

Verdin, P. 2002. Rapport d’analyses de phytolithes du site de Ville-Saint-Jacques « le fond des Vallées ». Inrap.

Wilson, D. G. 1984. « The Carbonisation of Weed Seeds and their Representation in Macrofossil Assemblages », in : W. Van Zeist et W. A. Casparie (éds), Plants and Ancient Man. Studies in Palaeoethnobotany. Proceedings of the 6th Symposium of the IWGP, Groningen, 30 may-3 june 1983. Rotterdam et Boston, Balkema : 201-226.

Haut de page

Notes

1  Échantillons positifs : st 2088 us 1, 5, 6, 10 et 14 ; st 2063 us 1, 8, 12, 14, 26 et 27. Échantillons négatifs : st 2088 Encaissant, st 2088 us 18 ; st 2063 Encaissant.

2  Ce site appartient au premier âge du Fer, et les fosses non datées s’insèrent bien dans cet ensemble de l’âge du Fer.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan du site de Maurecourt « la Croix de Choisy » (Yvelines).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 2
Légende St 2088 us 14 : spicule d’ éponge (a) et cystolithe d’Urticacée (b).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/604/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-France Dietsch-Sellami, Stéphane Durand et Pascal Verdin, « Traitement des plantes textiles à Maurecourt « la Croix de Choisy » (Yvelines) au Néolithique ancien », Les nouvelles de l'archéologie, 114 | 2008, 28-32.

Référence électronique

Marie-France Dietsch-Sellami, Stéphane Durand et Pascal Verdin, « Traitement des plantes textiles à Maurecourt « la Croix de Choisy » (Yvelines) au Néolithique ancien », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 114 | 2008, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/604 ; DOI : 10.4000/nda.604

Haut de page

Auteurs

Marie-France Dietsch-Sellami

Inrap et Umr 5059, Centre de bio-archéologie et d’écologie, Institut de botanique, Montpellier
marie-france.dietsch-sellami@inrap.fr

Stéphane Durand

Inrap et Umr 7041, ArScAn, équipe protohistoire européenne, Nanterre
stephane.durand@inrap.fr

Pascal Verdin

Inrap et Cepam du Cnrs, Valbonne
verdin@cepam.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org