Navigation – Plan du site

Production et utilisation des plantes « techniques», de l’âge du Bronze à l’époque médiévale en France du Nord

Quelques indices carpologiques
Véronique Zech-Matterne, Marie Derreumaux et Sidonie Preiss
p. 9-17

Résumés

L’artisanat textile a sans doute occupé une place importante dans la vie des populations du passé mais a laissé peu de traces matérielles, en dehors du mobilier traditionnel de filage et tissage : fusaïoles et pesons. L’information concernant les matières premières utilisées nous est rendue accessible par l’étude des fragments d’étoffe, le plus souvent conservés par migrations d’oxydes métalliques en contexte de sépulture, et par les macro-restes végétaux de plantes présumées textiles ou tinctoriales. Nous évoquons les thématiques d’étude relatives aux restes carpologiques de plantes dites techniques, de l’âge du Bronze à l’époque médiévale en France septentrionale, tout en rappelant les réserves portant sur l’interprétation de ces indices au sein de rejets secondaires d’origine domestique.

Haut de page

Texte intégral

Plantes textiles et tinctoriales dans les assemblages carpologiques

1Les plantes «  techniques », i.e. dont tout ou partie sont le support d’activités artisanales, ne sont pas aisément repérables au sein du matériel carpologique. En effet, les organes végétaux, tiges et feuilles, utilisés le plus souvent pour l’extraction de fibres ou de matières colorantes, se conservent rarement, à l’inverse des fruits et des graines. En Europe du Nord-Ouest, on les retrouve surtout sur les sites «  humides », comme les habitats palafittes, et les contextes de sépultures, en raison de la bonne conservation des matières organiques végétales, sous forme imbibée ou minéralisée (Bocquet 1989  ; Médard 2006  ; Degrigny et al. 2000).

2S’ils ne sont pas le reflet direct d’activités artisanales, les restes carpologiques représentent en revanche de bons indicateurs des débuts de la mise en culture d’espèces textiles et tinctoriales. Ils permettent de conforter le caractère local d’un artisanat textile, alors que les produits finis peuvent résulter d’importations. Encore faut-il être en mesure, par l’étude du contexte archéologique, de déterminer l’utilisation exacte des plantes.

3Les résultats d’autres recherches constituent donc le point de départ de notre note. Nous tenterons de mettre en évidence, dans le matériel carpologique de sites du nord de la France (la Seine constituant notre limite méridionale) datés entre l’âge du Bronze et l’époque médiévale, la fréquence et l’importance relative des mentions de plantes potentiellement textiles et tinctoriales.

4Grâce à l’analyse des fibres (Moulhérat 2001  ; Médard 2006) et non plus seulement des aspects technologiques de la confection des tissus (Masurel 1990), une liste des espèces végétales exploitées comme matières premières dans l’artisanat textile a été versée à notre connaissance. Nous nous y référons pour rechercher dans le matériel carpologique les indices évocateurs d’une production de plantes textiles, avec les réserves suivantes  :

  1. la présence de graines de lin et de chanvre au sein de rejets culinaires rappelle que les plantes techniques ne sont pas seulement destinées à la production textile  ;

  2. la qualité de la filasse exige, dans certains cas, une récolte avant la montée en graines. L’étude palynologique s’avèrerait alors le meilleur moyen de détecter une activité de rouissage ou de teillage  ;

  3. les pollens de chanvre et de houblon sont morphologiquement semblables, ce qui rend délicat l’usage de la palynologie pour mettre en évidence la culture du chanvre, d’autant que le houblon sauvage est omniprésent dans les milieux de ripisylve.

5L’analyse physico-chimique des colorants et pigments, base incontournable pour l’étude de la fabrication et du commerce des matières colorantes, y compris d’origine végétale, constitue aussi une source d’inspiration pour notre étude.

6Par l’étude des fibres textiles minéralisées au contact d’objets métalliques dans des sépultures du début du ier âge du Fer à la période romaine, Ch. Moulhérat (2001) distingue trois grandes étapes dans l’évolution des matières premières utilisées  : du viiie au ve siècle, une grande variété de matériaux dont le lin et, dans une moindre mesure, le chanvre et l’ortie, entrent dans la confection des étoffes. À partir du dernier tiers du ve siècle, la laine de mouton domine toute la production textile, jusqu’au iie siècle avant notre ère. Enfin, du ier siècle avant J.-C. jusqu’à la fin de la période romaine, aux fibres végétales précédemment citées à nouveau largement représentées s’ajoute le coton, d’origine exogène (voir article de M. Tengberg et Ch. Moulhérat p. 42).

Une triade lin-chanvre-ortie difficile à appréhender

7Des trois plantes – lin, chanvre et ortie – régulièrement utilisées pour leurs fibres durant la protohistoire, les deux premières sont toujours en usage tandis que la dernière l’était encore il y a peu. Le lin-fibre donne des filasses de bonne qualité en climat doux et humide. Les sous-produits peuvent être utilisés comme combustible. Le chanvre fournit des fibres plus rugueuses au toucher que celles du lin, qu’on destine souvent à la fabrication de cordes, ficelles, toiles à voile et toiles grossières. Des tissus très fins peuvent néanmoins être obtenus à partir de cette plante. Les usages textiles de l’ortie, dont la filasse est soyeuse et de belle qualité, mais dont les brins sont courts, sont plutôt utilitaires. La toile d’ortie, très durable, était utilisée au xixe siècle pour confectionner des draps et des torchons, mais aussi des cordages, des filets de pêche et du fil à coudre (Lieutaghi 1998).

8Les graines de ces plantes découvertes carbonisées, minéralisées ou imbibées au sein de rejets domestiques renseignent sur leur apparition, leur diffusion et leur importance.

9Les graines de lin cultivé (Linum usitatissimum), les akènes de chanvre (Cannabis sativa) et les nucules de grande ortie (Urtica dioica) ne posent pas de problèmes d’identification, même si leur état de conservation n’est pas optimal. Les espèces de lin sauvage (Linum bienne, L. catharticum, L. tenuifolium, L. leonii) présentes dans la flore du nord de la France ont des graines beaucoup plus petites. Le chanvre cultivé ne possède pas d’équivalent sauvage dans ce territoire et la grande ortie n’y a peut-être jamais été vraiment cultivée dans la mesure où l’espèce sauvage se dissémine rapidement, forme des colonies denses et profite du voisinage de l’homme en tant que plante nitrophile.

  • 1  Le lin est attesté en contexte archéologique depuis le début du Néolithique mais nous ne mentionno (...)

10Les graines de lin en contexte archéologique, depuis l’âge du Bronze1, se limitent le plus souvent à quelques spécimens découverts en position de rejet dans des silos, puits ou fosses détournés de leur fonction première pour servir de dépotoirs. Pour un total de 261 sites étudiés, la liste des occurrences est étonnamment courte (34), et la somme de restes (58 pour les 24 sites dont les données sont accessibles) dérisoire, indépendamment du mode de préservation des semences (tabl. 1, ci-contre).

Tabl. 1 – Recensement des mentions de graines de lin à partir d’un corpus de 26 sites protohistoriques, antiques et médiévaux.

Site

Période

Contexte

Référence

NTR*

Mode conservation

Tagnon (08)

La Tène A

Silo

Matterne 2001

3

Carbonisation

Bucy-le-Long (02)

La Tène A

Foyer

Matterne 2001

1

Carbonisation

Limé (02)

La Tène A

Bâtiment

Matterne 2001

1

Carbonisation

Dainville-Achicourt (62)

La Tène C

Silo

1

Carbonisation

Acy-Romance (08)

La Tène C2

Silo

Matterne 2001

1

Carbonisation

Souppes-sur-Loing (77)

La Tène D

Bâtiment

1 f.

Carbonisation

Condé-sur-Suippes (02)

La Tène D

Bakels 1999a

X

Carbonisation

Saint-Denis (93)

La Tène D2

Puits

3

Imbibition

Troyes (10)

5-25

Cuve/bassin

2

Imbibition

Troyes (10)

40-65

Puits

7

Imbibition

Troyes (10)

60-85

Cave/latrines  ?

1

Imbibition

Palaiseau (91)

ier siècle

Fosse

1

Minéralisation

Beaurieux (02)

ier siècle

Bakels 1999a

X

Carbonisation

Meaux (77)

Haut-Empire

Cellier

1

Carbonisation

Saint-Étienne-au-Mont (62)

Haut-Empire

Fosse

1

Carbonisation

Melun (77)

iie siècle

Puits/latrines

Matterne 2001

3

Minéralisation

Jouars-Ponchartrain (78)

iie-iiie siècle

Puits/latrines

2

Minéralisation

Troyes (10)

iiie siècle

Fossé

1

Imbibition

Montévrain (77)

Mérov.

Fossé

2

Carbonisation

Aubréville (55)

«  le chien pendu »

ve-xie siècle

Bâtiments médiévaux

Vermard et Wiethold soumis

X

Carbonisation

Lauchheim

«  Wasserfurche » et «  Mittelhoffen », Ostalbkreis

vie-ixe siècle

Nécropole et fonds de cabanes

Zauner 1992  ; Rösch 1991, 1993, 1997  ; Rösch, Jacomet et Karg 1992

X

Imbibition et carbonisation

Renningen, kreis Böblingen, «  Neuwiesenäcker »

viie-xe siècle

Fonds de cabanes et puits

Rösch 1990  ; Rösch , Jacomet et Karg 1992

X

Imbibition et carbonisation

Serris-les Ruelles (77)

viiie-ixe siècle

Village et villa

De Hingh et Bakels 1996

X

Carbonisation et imbibition

Douai

«  la fonderie de canons » (59)

viiie-xe siècle

Van Zeist, Woldring et Neef 1994

XX

Imbibition et carbonisation

Villier-le-sec (95)

viiie-xe siècle

Puits, fours, foyers

Ruas 1998

1

Carbonisation

Fontaine-Notre-Dame (59)

viiie-xie siècle

Fond de cabane, silo, fosse

13

Minéralisation et carbonisation

Téteghem (59)

ixe-xe siècle

fossé

1

Carbonisation

Mulhouse (68)

«  église Saint-Étienne »

xe siècle

Lundström-Baudais et Guild 1997

XX

Carbonisation

Baillet-en-France (95)

xe-xie siècle

Puits, fours, foyers

Ruas 1998

1

Carbonisation

Lac de Paladru (38)

xie siècle

Niveaux de fumier anthropique

Lundstöm-Baudais et Mignot 1993

X

Imbibition

Lille les tanneurs (59)

xiie-xiiie siècle

Latrine, fosse dépotoir

8

Imbibition

Sainte-Marie-du-Lac (51)

xiie-xiiie siècle

Puits

1

Imbibition

Les Halettes de Compiègne (60)

xiie siècle

Latrine

1

Minéralisation

La cour Napoléon à Paris (75)

xiiie-xve siècle

Fosses à fond perdu

Bouchet et al. 1992

X

 ?

*NTR= Nombre total de restes

NB : En l’absence de référence, les données proviennent de travaux inédits des trois auteurs.

11La faible résistance à la carbonisation des semences oléagineuses de lin n’explique pas à elle seule cette carence puisque le matériel minéralisé ou imbibé n’en livre pas davantage. Le lin n’est pas seulement cultivé pour sa filasse mais aussi pour ses graines, qui fournissent 28  à 38  % d’une huile comestible, aux propriétés siccative et cicatrisante. L’espèce cultivée est unique (Linum usitatissimum) et la sélection s’opère au niveau de variétés à très longues tiges ou à nombreuses graines, selon qu’on les destine à la production de fibres ou d’huile. L’obtention d’une filasse fine et souple résulte d’une récolte effectuée peu de jours après la chute des dernières fleurs, lorsque les capsules commencent à grossir (Brétignière 1913). L’arrachage des tiges avant maturité des graines laisse peu de chance à la plante d’apparaître dans les assemblages carpologiques, à moins qu’il ne s’agisse de graines destinées au semis ou à l’alimentation (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Schéma de la chaîne opératoire de l’acquisition des fibres de lin (Linum usitatissimum) d’après les articles de F. Médard (ce numéro) et D. Morisset (1988). Ce schéma peut s’appliquer au chanvre (Cannabis sativa) et à l’ortie (Urtica dioica).

12L’utilisation des propriétés oléagineuses du lin a de meilleures chances de transparaître au sein des macrorestes botaniques (fig. 2). Deux ensembles carpologiques, beaucoup plus riches en graines carbonisées, pourraient évoquer des restes alimentaires de type brouet. Il s’agit d’amalgames incluant plusieurs milliers de semences intactes, abstraction faite des dégradations relevant de la carbonisation (fig. 3).

Fig. 2

Fig. 2

Schéma de la chaîne opératoire de la production d’huile à partir de graines oléagineuses d’après l’article de P. Marinval (2005).

Fig. 3

Fig. 3

Bloc de graines de lin carbonisées provenant d’un fond de silo mérovingien du site de Cerny-en-Laonnois dans l’Aisne. Longueur d’une graine : 3,6  mm

(cliché V.Matterne).

13Le premier ensemble provient d’un quartier artisanal et d’habitation venu se superposer, dans le courant du ve siècle de notre ère, aux couches de démolition d’un établissement thermal aménagé à Chassenon, en Charente. Le secteur comporte plusieurs foyers et des réserves alimentaires entassées sur le sol et carbonisées à la suite d’un incendie. Parmi ces denrées figurent des «  galettes » de lin d’une dizaine de centimètres. La seconde découverte correspond à des rejets de four découverts dans des silos datés des ve-vie siècles sur le site de Cerny-en-Laonnois (Aisne) (Bakels 1999a  ; Ferdière et al. 2006). Dans les deux cas, les graines ne sont pas dilacérées. Ces résidus pourraient résulter d’une extraction d’huile par ébullition, mais aussi correspondre à des préparations alimentaires à base de farines et graines. La surface lisse et arrondie de certains agrégats de graines suggère une carbonisation à l’intérieur d’un récipient contenant du liquide.

14Les attestations de lin dans les ensembles carpologiques reflètent plus sûrement une consommation des graines, incorporées aux pains et bouillies, qu’une activité textile. Il faut néanmoins souligner la présence très ancienne de cette plante en contexte archéologique européen (Bakels 1991  ; Zohary et Hopf 2000), celle-ci faisant partie du panel d’espèces domestiquées précocement (Van Zeist et Bakker-Heeres 1975  ; Willcox 2000) puis importées du Proche-Orient avec les débuts de l’agriculture.

15Les mentions de chanvre dans le nord de la France sont encore plus rares que celles de lin (tabl. 2). Elles apparaissent de manière sporadique aux périodes protohistorique et antique. Quelques exemplaires minéralisés ont été retrouvés à Saint-Martin-des-Champs à Bourges dans un contexte du ve siècle avant J.-C. (Pradat, sous presse). Un unique spécimen imbibé est issu d’un puits (LT D1) de l’oppidum du Fossé-de-Pandours (Bas-Rhin) (Wiethold 2002). Dans le nord de la France, un akène de chanvre carbonisé a été trouvé au sein d’un amas d’épeautre détruit lors de l’incendie d’un grenier urbain du iie siècle après J.-C. à Amiens (Matterne, Yvinec et Gemehil 1998). Un autre, cette fois imbibé, provient d’un puits du ive siècle après J.-C. desservant l’habitat rural de Compans en Seine-et-Marne. Une ficelle de chanvre plus ancienne aurait été découverte à Béthisy-Saint-Martin (Oise), dans un contexte de la deuxième moitié du ier siècle avant J.-C.

Tabl. 2  – Recensement des mentions de semences de chanvre au sein d’un corpus de 261 sites protohistoriques, antiques et médiévaux.

Site

Période

Contexte

Référence

NTR* (semences)

Mode conservation

Saint-Martin-des-Champs, Bourges (18)

ve siècle av. J.-C.

Pradat sous presse

X

?

Oppidum du Fossé-de-Pandours (67)

La Tène D1

Puits

Wiethold 2002

1

Imbibition

Amiens (80)

iie siècle apr. J.-C.

Grenier urbain

Matterne, Yvinec et Gemehl 1998

1

Carbonisation

Compans (77)

ive siècle apr. J.-C.

Puits, habitat rural

Matterne 2001

1

Imbibition

Semoine (10)

ve-viiie siècles

Four et fond de cabane

15 et 160 f

Carbonisation

Fontaine-Notre-Dame (59)

viiie-xie siècle

Fond de cabane, silo, fosse

134 et 18f

Minéralisation et carbonisation

Nordhouse (67) «  Oberfuerth »

ixe siècle

Puits

Châtelet, à paraître, étude carpologique B. Pradat dans Chatelet et al. à paraître

X

Imbibition et carbonisation

Douai (59)

ixe -xe siècle

Fosse

1

Minéralisation

Téteghem (59)

ixe -xe siècle

Fosse et fossé

3 et 1f

Imbibition et minéralisation

Baillet-en-France (95)

xe -xie siècle

Puits, fours, foyers

Ruas 1998

1

Carbonisation

La motte castrale de Boves (80)

xe -xiie siècle

Latrine et sol d’occupation

3 et 1f

Minéralisation

Lac de Paladru (38)

xie siècle

Niveaux de fumier anthropique

Lundstöm-Baudais et Mignot 1993

X

Imbibition

Sainte-Marie-du-Lac (51)

xiie -xiiie siècle

Puits

14f

Imbibition

Épinal, palais de justice (88)

xiiie siècle

Latrine

1 et 3f

Imbibition

Lille les tanneurs (59)

xiiie -xive siècle

Latrine

5

Imbibition

La cour Napoléon à Paris (75)

xiiie -xve siècle

Fosses à fond perdu

Bouchet et al. 1992

X

?

Perthes (52)

xve -xviie siècle

Fosse-silo

1 f

Imbibition

*NTR= Nombre total de restes

NB : En l’absence de référence, les données proviennent de travaux inédits des trois auteurs.

16Les découvertes de chanvre sont plus importantes pour l’époque médiévale  ; plusieurs sites délivrent des lots de semences plus conséquents. À titre d’exemple, une quinzaine de graines carbonisées et plus de 160 fragments sont issus de deux contextes, four et fond de cabane, des ve-viiie siècles de l’habitat de Semoine, dans l’Aube (fig. 4).

Fig. 4

Fig. 4

Akènes carbonisés de chanvre (Cannabis sativa L.), issus d’un fond de cabane mérovingien du village de Semoine dans l’Aube. Longueur d’un spécimen : 3,2 mm

(cliché V.Matterne).

17Les attestations de l’utilisation du chanvre pour la confection de pièces de tissus sont plus anciennes que les découvertes carpologiques ne le laissent supposer. Des fibres de chanvre ont notamment été identifiées à Chaveria (Jura) pour la période du premier âge du Fer (Hallstatt C/D) (Moulhérat 2001), ainsi qu’à Hochdorf (Lucerne, Suisse) (Körber-Grohne 1985).

18Il est plus probable que les découvertes carpologiques renvoient comme pour le lin à d’autres usages de la plante  : production d’huile ou récupération du chènevis comme nourriture d’appoint.

19L’utilisation de l’ortie comme plante textile est connue au moins depuis le premier âge du Fer, grâce aux exemplaires de Pierrefitte (Loir-et-Cher) (Moulhérat 2001). La découverte de nucules d’ortie dans les assemblages carpologiques est par ailleurs banale, l’espèce étant indigène en France du Nord. La grande ortie est attestée, sous forme de nucules imbibés, dans plusieurs sites gallo-romains dont les structures sont restées en eau. Les puits, bassins et fossés des sites de Vendresse, Troyes, Touffréville et Compans, entre autres, ont livré plusieurs dizaines voire centaines de spécimens. Il est souvent délicat d’attribuer à ces restes une signification particulière, car cette rudérale est très commune dans la végétation spontanée des lieux humides. De plus, la bonne résistance des nucules d’ortie aux agents de dégradation favorise leur survie différentielle (Murphy et Wiltshire 1994). La surreprésentation de cette espèce dans un matériel imbibé mal conservé a été à plusieurs reprises constatée. En bref, l’utilisation de l’ortie à des fins textiles n’est pas évidente au travers du matériel carpologique. Le contexte archéologique peut quelquefois orienter l’interprétation vers des activités de rouissage, tout aussi difficiles à identifier.

20Il est cependant remarquable de constater la faible représentation de l’espèce en contexte protohistorique, notamment dans les puits à eau du site de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) daté du Hallstatt final et celui de Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) daté de La Tène moyenne. L’ortie représente 0,1  % des restes, sur 2 000 individus. Cette meilleure visibilité dans les contextes datés de l’ère chrétienne peut en partie s’expliquer par la multiplication des contextes humides, comme les mares et les bassins, à partir de l’époque romaine. Elle pourrait aussi traduire un stockage de l’espèce, qui peut être utilisée comme légume ou fourrage d’appoint.

Des plantes tinctoriales  ?

  • 2  Coques de pastel, baies de sureau hièble, mûres, prunelles, feuilles et fleurs de genêt, racines d (...)

21Une liste des plantes tinctoriales du domaine européen occidental, en particulier celles figurant dans la flore française, a été publiée par Gérard Firmin (1989) et certaines2 ont été testées expérimentalement pour l’âge du Fer en Gaule (Puybaret 1989). Sur 63 espèces citées, 31 figurent régulièrement dans les assemblages carpologiques de sites humides laténiens et gallo-romains, sans pour autant être plus représentées que d’autres espèces sauvages. Certaines de ces plantes n’ont pas d’autre usage connu que la fabrication de matière colorante. C’est l’hypothèse retenue pour le site Néolithique final de Charavines par exemple (Bocquet 1989), où des semences de sureau hièble (Sambucus ebulus) ont été déterminées en très grand nombre par K. Lundström-Baudais, tandis que l’étude palynologique de A. Barbier-Emery a mis en évidence un pourcentage anormal de pollens de garance (Rubia peregrina).

22Nous n’avons pas encore eu la chance d’observer de telles concentrations dans nos échantillons, sauf pour des fruits sauvages de type sureau (Sambucus spec.) ou ronce (Rubus spec.). Mais, si les teintes obtenues sont intéressantes, l’expérimentation montre que leur tenue n’est pas bonne et que les coloris virent rapidement (Les Gaulois d’Esse, communication orale lors de l’expérimentation menée dans le cadre de la table ronde). La bonne résistance des semences épaisses et dures de ces arbustes par ailleurs envahissants et très productifs explique aussi leur forte représentation en milieu humide. Les contextes de découverte – dépotoirs secondaires dans des structures en creux de type puits/latrines – orientent à nouveau l’interprétation vers un usage alimentaire et une cueillette de petits fruits des bois.

23L’utilisation des plantes tinctoriales est tout autant, sinon plus, délicate à mettre en évidence à partir des ensembles carpologiques que celle des plantes textiles. Une approche possible consiste à observer la brusque apparition d’une plante sauvage, pourtant très commune dans les ensembles carpologiques d’une époque précise, et l’augmentation de ses mentions par la suite, qui peut être révélatrice d’un usage artisanal.

  • 3  Art-sur-Meurthe (54), Compans (77), Goussancourt (02), Horbourg-Whir (68), Jossigny (77), Jouars-P (...)

24Par ailleurs, certaines espèces comme la gaude (Reseda luteola) ne sont présentes qu’à l’état sub-spontané c’est-à-dire échappé de cultures (voir l’article de J. Wiethold p. 52). Le réséda jaunâtre, plus connu sous l’appellation de gaude, constitue une source bien connue de colorant dans la gamme des jaunes aux bruns. Il s’agit d’une plante redevenue sauvage, fréquente sur sol calcaire, qui se développe en lisière des cultures, des chemins, et dans les terrains vagues. Toute la plante (tiges et feuilles) peut être utilisée pour en extraire de la teinture (Cardon 2003). Comme pour l’ortie, un recensement des occurrences de gaude en contexte archéologique, même à l’état de graines, et sur la longue durée, montre des concentrations de restes ou de mentions, traduisant d’anciennes zones de culture. La difficulté réside dans le fait que les plantes sub-spontanées ou sauvages, à l’exception des «  mauvaises herbes » des champs, sont peu représentées dans le matériel carbonisé et qu’elles apparaissent essentiellement sous forme imbibée, dans les contextes demeurés en eau en permanence. Or, la proportion de contextes humides analysés pour chacune des périodes considérées est très inégale, les périodes historiques étant nettement privilégiées. C’est pourquoi le Reseda luteola n’apparaît dans les enregistrements carpologiques qu’à partir de l’époque romaine, sans rejeter l’idée d’une utilisation bien antérieure. Cette représentation est toute relative puisque pour 19 sites fouillés en milieu humide3 – un du premier âge du Fer, 5 du second et 13 de l’époque romaine –, 17 spécimens ont été recueillis pour trois siècles d’occupation (ier-iiie siècle après J.-C.) à Troyes «  Place de la Libération », 36 spécimens pour deux siècles à Rouen «  Place Foch » et un spécimen à Touffréville.

25Une autre espèce tinctoriale, la guède (Isatis tinctoria), qui fournit le colorant pastel, est présente dans deux sites datés de l’âge du Fer, en Gaule, sans qu’il soit possible de déterminer si ces attestations témoignent d’une culture de la plante, indigène dans les régions d’origine. Trois semences ont été recueillies sur le site du «  Grand Jaunet » à Liniez dans l’Indre (Marinval et Pradat 2004) et 18 semences carbonisées à Loupiac dans le Lot (Bouchette inédit). Dans le nord de la France, la seule mention de guède (deux semences minéralisées) est datée du xiiie siècle. Elle provient du site de Dury «  Le Moulin », dans l’Oise (Bakels 1999b).

Interprétation des données carpologiques pour une histoire des plantes textiles et tinctoriales

26On l’aura compris, l’interprétation univoque de découvertes carpologiques impliquant des espèces potentiellement textiles ou tinctoriales est rarement acquise. Les mentions de plantes domestiques comme le lin et le chanvre, toujours cultivées car elles se distinguent de leurs équivalents sauvages ou parce que ceux-ci ne sont pas spontanés dans le nord de la France, ne traduisent pas obligatoirement un artisanat textile bien développé. L’aspect des macrorestes et le contexte de découverte orientent plus souvent les interprétations vers un usage alimentaire, en tant qu’oléagineux. Les indices carpologiques de l’utilisation du lin et du chanvre perdurent pour la période allant du ve au iie siècle, au cours de laquelle les toiles de laine représentent la grande majorité des pièces tissées, ce qui montre bien l’ambivalence de ces espèces.

27Les mentions de plantes sauvages sont également sujettes à caution car elles peuvent advenir de manière anodine dans les assemblages carpologiques en tant que rudérales, plantes compagnes des lieux perturbés par les activités humaines. Leurs usages sont également multiples. Ainsi l’ortie, plante nitrophile omniprésente en contexte d’habitat, a été une plante textile, mais aussi un légume et fourrage d’appoint.

28Par conséquent, les interprétations doivent nécessairement tenir compte de la représentation de la plante au sein du matériel carpologique, de sa résistance aux processus taphonomiques et de la fonction primaire et secondaire des structures dont elle provient.

29Cependant, la carpologie peut se révéler utile pour documenter les processus et les lieux d’apparition des espèces «  techniques », ainsi que les débuts de leur mise en culture. En effet, l’identification des espèces par l’intermédiaire des fruits et graines est précise et généralement datée finement, grâce au mobilier archéologique associé. Nous en avons une illustration à travers les attestations précoces de chanvre (Bouby 2002) ou de guède (Marinval et Pradat 2004).

30Le développement d’une base de données à l’échelle nationale, Arbodat, devrait permettre d’autres approches, chronologiquement et géographiquement très étendues  :

  1. déterminer le moment d’apparition de certaines espèces potentiellement intéressantes dans les ensembles carpologiques et voir si leurs mentions augmentent au cours du temps, ce qui pourrait refléter une utilisation réelle, plus ou moins intensive de la plante, voire une mise en culture  ;

  2. appréhender la dispersion géographique de plantes textiles et vérifier l’influence de tel ou tel facteur climatique sur leur succès (par exemple le lin, réputé produire une filasse d’excellente qualité en climat maritime)  ;

  3. confronter les données carpologiques à celles d’autres disciplines et mettre en évidence d’éventuelles différences qu’il conviendra d’expliquer  ;

  4. voir s’il existe une sélection de variétés en fonction du type de production recherché dans le cas des plantes à la fois textiles et oléagineuses, et à partir de quand.

31En dépit des difficultés à lier l’occurrence des restes carpologiques avec des activités artisanales de type rouissage, tissage etc., plusieurs pistes méritent d’être explorées afin de documenter une histoire des plantes textiles et tinctoriales. Cette note n’avait pas d’autre ambition que de rappeler les usages multiples des plantes, la faiblesse actuelle du corpus et la nécessité de croiser les apports de toutes les disciplines pour mesurer la portée des données carpologiques. C’est ce qui a motivé l’organisation de cette table ronde «  archéobotanique 2006 » et a été aussi la raison de son succès. Les contributions qui suivent montrent bien le vaste champ d’approches envisageables pour traiter la question d’un artisanat difficile à traquer dans ses traces matérielles.

Haut de page

Bibliographie

Bakels, C. C. 1991. «  Western Continental Europe », in : W. Van Zeist, K.-E. Behre et K. Wasylikowa (éds.), Progress in Old World Palaeoethnobotany, A retrospective view on the occasion of 20 years of the International Work Group for Palaeoethnobotany. Rotterdam, Brookfield, A. A. Balkema : 279-297.

Bakels, C. C. 1999a. «  Archaeobotanical Investigations in the Aisne valley, Northern France, from the Neolithic up to the Early Middle Ages », Vegetation History and Archaeobotany, 8 : 71-77.

Bakels, C. C. 1999b. «  Dury “Le Moulin”  : étude des restes botaniques », Revue archéologique de Picardie, 1/2 (1999)  : 237-246.

Bocquet, A. (avec la collaboration de F. Berretrot). 1989. «  Le travail des fibres textiles au Néolithique récent à Charavines (Isère) », in  : Tissage, corderie, vannerie, Approches archéologiques, ethnologiques, technologiques, Actes des IXes Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire tenues à Antibes, octobre 1988, Centre de recherches archéologiques du Cnrs/musée archéologique d’Antibes. Juan-les-Pins, Éditions Apdca  : 113-129.

Bouby, L. 2002. «  Le chanvre (Cannabis sativa L.)  : une plante cultivée à la fin de l’âge du Fer en France du Sud-Ouest  ? », CR Palevol, I (2002)  : 89-95.

Bouchet, F., V. Krier, C. Leroyer, C. Monnet, C. Pepe, M.-P. Ruas et S. Thiébault. 1992. «  Utilisation attestée », in  : C. Monnet (éd.), L’évacuation des déchets en milieu urbain au bas Moyen Âge. L’exemple des fosses à fond perdu de la cour Napoléon du Louvre à Paris (xiiie-xve siècle) et mesures diverses pour assainir les villes. Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain  : 20-29.

Brétignière, L. 1913. Les plantes industrielles, oléagineuses, textiles, aromatiques, diverses. Paris, Librairie agricole de la maison rustique.

Cardon, D. 2003. Le monde des teintures naturelles. Paris, Belin.

Châtelet, M. (avec la collaboration de B. Pradat), J.-H. Yvinec, É. Boës. À paraître. «  Un habitat du haut Moyen Âge encore très instable  : Nordhouse lieu-dit “Oberfuert” en Alsace (ixe-xie siècle) », Archéologie médiévale.

De Hingh, A et C. Bakels. 1996. «  Palaeobotanical Evidence for Social Difference ? The Example of Early Medieval Domain of Serris-Les Ruelles, France », Vegetation History and Archaeobotany, 5 (1996) : 117-120.

Degrigny, Ch., E. Guilminot, M. Folzan, P. Pliska, B. Bell, C. Relier, D. Piponnier, L. Robbiola, M. Pernot, Th. Lejars, A. Rapin, C. Moulhérat, S. Vertongen et J. Vasquez. 2000. La conservation-restauration en archéologie. Objets composites, traces et prélèvements, Actes des XIVes Journées des restaurateurs en archéologie, Utica, juin 1998. Paris, Araafu.

Ferdiere, A., F. Malrain, V. Matterne, P. Meniel et A. Nissen-Jaubert (avec la collaboration de B. Pradat). 2006. Histoire de l’agriculture en Gaule. 500 av. J.-C.-1000 apr. J.-C. Paris, Errance.

Firmin, G. 1989. «  La teinture végétale, les plantes tinctoriales sauvages et cultivées en Europe occidentale et France », in  : Tissage, corderie, vannerie, Approches archéologiques, ethnologiques, technologiques, Actes des IXes Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire tenues à Antibes, octobre 1988, Centre de recherches archéolo-giques du Cnrs/musée archéologique d’Antibes. Juan-les-Pins, Éditions Apdca  : 149-158.

Körber-Grohne, U. 1985. «  Die biologischen Reste aus dem Fürstengrab von Hochdorf, Gemeinde Eberdingen (Kreis Ludwigsburg) », in  : U. Körber-Grohne et H. Küster, HochdorfI. Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg19. Stuttgart, Theiss Verlag  : 87-265.

Lieutaghi, P. 1998. La plante compagne. Arles, Actes Sud.

Lundström-Baudais, K. et R. Guild. 1997. «  Réflexion sur l’agriculture au xe  siècle  : le site de l’église Saint-Étienne à Mulhouse (France) », in  : G. de Boe, et F. Verhaeghe (éds), Environment and Subsistance in Medieval Europe - Papers of the «  Medieval Europe Brugge 1997 » Conference. Zellik, Institute of Archaeological Heritage (I.A.P. Rapporten  ; 9)  : 123-133.

Lundstrom-Baudais, K., C. Mignot et al. 1993. «  Le milieu végétal au xi siècle  : macrorestes et paléosemences », in  : M. Colardelle et E. Verdel (éds), Les habitats du Lac de Paladru (Isère) dans leur environnement. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Documents d’archéologie française  ; 40)  : 77-97.

Marinval, P. 2005. «  Plantes à huile en France du mésolithique à l’Antiquité », in  : F. Sigaut, P. Marinval et M. Gast (éds), Plantes et moulins à huile, hier et demain. Toulouse, Centre d’Anthropologie, Archives d’écologie préhistorique (Archéo-plantes – Hommes et plantes de la préhistoire à nos jours  ; 1)  : 13-39.

Marinval, P. et B. Pradat. 2004. «  Données remarquables sur l’économie végétale du début du second âge du Fer  : le cas du Grand-Jaunet à Liniez (Indre) », in  : Actes du colloque Approche archéologique de l’environnement et de l’aménagement du territoire ligérien, 14-16 novembre 2002, Orléans  : 79-85.

Matterne, V., J.-H. Yvinec, D. Gemehl, avec la collaboration de C. Riquier. 1998. «  Stockage des plantes alimentaires et infestation par les insectes dans un grenier incendié de la fin du ii siècle après J.-C. à Amiens (Somme) », Revue archéologique de Picardie, 1998 (3/4)  : 93-122.

Matterne, V. 2001. Agriculture et alimentation végétale durant l’âge du Fer et l’époque gallo-romaine en France septentrionale. Montagnac, Éditions M. Mergoil (Archéologie des plantes et des animaux  ; 1).

Masurel, H. 1990. Tissus et tisserands du premier âge du Fer. Saint-Germain-en-Laye, Éditions de la Société des Amis du musée des Antiquités nationales et du château de Saint-Germain-en-Laye (Antiquités nationales. Mémoire  ; 1).

Medard, F. 2006. Les activités de filage au Néolithique sur le plateau suisse  : analyse technique, économique et sociale. Paris, Cnrs Éditions (Monographies du Cra  ; 28).

Morisset, D. 1988. «  L’artisanat des textiles et du cuir, La culture et la transformation du lin », in  : R. Guadagnin (éd.), Un village au temps de Charlemagne. Moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du viie siècle à l’an mil. Paris, Réunion des musées de France  : 203-213.

Moulhérat, Ch. 2001. Archéologie des textiles protohistoriques, exemple de la Gaule celtique, thèse de doctorat en anthropologie, ethnologie et préhistoire, université de Paris-I, 2 volumes.

Murphy, P. et P. Wiltshire. 1994 pour 1993. «  A Proposed Scheme for Evaluating Plant Macrofossil Preservation in some Archaeological Deposits », Circaea, The Journal of the Association for Environmental Archaeology, 11 (1) : 1-6.

Pradat, B. Sous presse. «  Apport de la carpologie à la connaissance de l’environnement et de l’alimentation », in  : P.-Y. Milcent (dir.), Les origines protohistoriques de Bourges (vie-ve siècle av. J.-C.). Le gisement de Saint-Martin-des-Champs et son contexte, Bituriga.

Puybaret, M.-P. 1989. «  Expérimentation des techniques de teinture végétale sur fibres à l’âge du Fer, à l’archéodrome de Beaune », in  : Tissage, corderie, vannerie, Approches archéologiques, ethnologiques, technologiques, Actes des IXes Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire tenues à Antibes, octobre 1988, Centre de recherches archéologiques du Cnrs/musée archéologique d’Antibes. Juan-les-Pins, Éditions APDCA  : 159-164.

Rösch, M. 1990. «  Pflanzenfunde aus einem mittelalterlichen Dorf in Renningen, Kreis Böblingen », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 1989  : 285-289.

Rösch, M. 1991. «  Knochen und Pflanzenreste des frühen Mittelalters von Lauchheim, Ostalbkreis », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 1990  : 215-220.

Rösch, M. 1993. «  Früchte und Samen aus den Gräbern 24, 25 und 27 », in  : I. Storck (éd.), Zum Fortgang der Untersuchungen im früh-mittelalterlichen Gräberfeld, Adelshof und Hofgrablege bei Lauchheim, Ostalbkreis. Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 1992  : 240-243.

Rösch, M. 1997. «  Ackerbau und Ernährung », in  : Archäologisches Landesmuseum Baden-Württemberg (éd.), Stuttgart Die Alamannen [catalogue exposition Stuttgart, Zürich, Augsburg 1997]  : 323-330.

Rösch, M., S. Jacomet et S. Karg. 1992. «  The History of Cereals in the Region of the Former Duchy of Swabia (Herzogtum Schwaben) from the Roman to the Post-medieval Period : Results from Archaeobotanical Research », Vegetation History and Archaeobotany, 1  : 193-231.

Ruas, M.-P. 1988. «  L’agriculture. Alimentation végétale, pratiques agricoles et environnement du viie au xe siècle  : Villiers-le-Sec et Baillet-en-France (Val-d’Oise) », in  : R. Guadagnin (éd.), Un village au temps de Charlemagne. Moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du viie siècle à l’an mil. Paris, Réunion des musées de France  : 203-213.

Ruas, M.-P. 1995. «  Légumes, épices et fruits consommés au presbytère de Rigny dans la moitié du xvie siècle  : données carpologiques », Revue archéologique du centre de la France, 34 (1995)  : 229-246.

Van Zeist, W. et J. A. H. Bakker-Heeres. 1975. «  Evidence for Linseed Cultivation before 6000 BC », Journal of Archaeological Sciences, 2  : 215-219.

Van Zeist, W., H. Woldring et R. Neef. 1994. «  Plant Husbandry and Vegetation of Early Medieval Douai, Northern France », Vegetation History and Archaeobotany, 3  : 191-218.

Vermard, L. et J. Wiethold. Soumis et accepté. «  Production agricole et stockage dans une ferme du viie siècle à Aubreville (Meuse), Le Chien Pendu », Revue archéologique de l’Est.

Wiethold, J. 2002. «  Pflanzenreste aus einem spätlatènezeitlichen Brunnen vom oppidum Fossé de Pandours, Col de Saverne (Bas-Rhin) – Vorbericht zu den archäobotanischen Analysen », in  : S. Fichtl et A.-M. Adam, L’oppidum médiomatrique du Fossé des Pandours au Col de Saverne (Bas-Rhin). Rapport triennal 2000-2002. Strasbourg  : 177-186.

Willcox, G. 2000. «  Nouvelles données sur l’origine de la domestication des plantes au Proche-Orient », in  : J. Guilaine (dir.), Premiers paysans du monde. Naissances des agricultures, Séminaire du collège de France. Paris, Errance  : 121-140.

Zauner, F. 1992. «  Die Pflanzenfunde von Oberflacht », in  : S. Schieck (éd.), Das Gräberfeld der Merowingerzeit bei Oberflacht. Stuttgart, Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte Baden-Württembergs,41  : 128-166.

Zohary, D. et M. Hopf. 2000. Domestication of Plants in the Old World. New York, Oxford University Press (3e édition).

Haut de page

Notes

1  Le lin est attesté en contexte archéologique depuis le début du Néolithique mais nous ne mentionnons pas les découvertes carpologiques de cette période, notre contribution débutant aux âges des métaux.

2  Coques de pastel, baies de sureau hièble, mûres, prunelles, feuilles et fleurs de genêt, racines de garance, feuilles de noyer, baies de cornouiller.

3  Art-sur-Meurthe (54), Compans (77), Goussancourt (02), Horbourg-Whir (68), Jossigny (77), Jouars-Ponchartrain (78), La Bruffière (85), Rouen «Place Foch» (76), Rouen «Théâtre des Arts» (76), Sorrus (62), Saint-Denis (93), Touffréville(14), Troyes(10), Varennes-sur-Seine (77), Vendresse (08), Verberie (60), Vic-sur-Seille(57), Villeneuve-Saint-Germain (02) et Yvré l’évêque (72).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Schéma de la chaîne opératoire de l’acquisition des fibres de lin (Linum usitatissimum) d’après les articles de F. Médard (ce numéro) et D. Morisset (1988). Ce schéma peut s’appliquer au chanvre (Cannabis sativa) et à l’ortie (Urtica dioica).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 2
Légende Schéma de la chaîne opératoire de la production d’huile à partir de graines oléagineuses d’après l’article de P. Marinval (2005).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/593/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 3
Légende Bloc de graines de lin carbonisées provenant d’un fond de silo mérovingien du site de Cerny-en-Laonnois dans l’Aisne. Longueur d’une graine : 3,6  mm
Crédits (cliché V. Matterne).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/593/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 4
Légende Akènes carbonisés de chanvre (Cannabis sativa L.), issus d’un fond de cabane mérovingien du village de Semoine dans l’Aube. Longueur d’un spécimen : 3,2 mm
Crédits (cliché V. Matterne).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/593/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Zech-Matterne, Marie Derreumaux et Sidonie Preiss, « Production et utilisation des plantes « techniques», de l’âge du Bronze à l’époque médiévale en France du Nord », Les nouvelles de l'archéologie, 114 | 2008, 9-17.

Référence électronique

Véronique Zech-Matterne, Marie Derreumaux et Sidonie Preiss, « Production et utilisation des plantes « techniques», de l’âge du Bronze à l’époque médiévale en France du Nord », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 114 | 2008, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/593 ; DOI : 10.4000/nda.593

Haut de page

Auteurs

Véronique Zech-Matterne

Cnrs-Umr 7041 ArScAn, Nanterre
veronique.zech-matterne@inrap.fr

Marie Derreumaux

Cravo, université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
mariecarpo@aol.com

Sidonie Preiss

Cravo, université Picardie Jules Verne, Laboratoire d’archéologie et d’histoire, Amiens
einodis@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org