Navigation – Plan du site
Politique de la recherche

Surfaces et séries

L’archéologie du Montpelliérais entre 1995 et 2005
Archaeology of the Montpellier region between 1995 and 2005
Alain Chartrain
p. 50-59

Résumés

On soumet ici le bilan partiel d’une décennie d’archéologie de surfaces cumulées sur l’agglomération de Montpellier : quelques 400 hectares ont été observés à travers près de 80 diagnostics et fouilles. On examine de manière quantifiée voire périodisée, les surfaces, les types d’aménagements et d’opérations, leur répartition dans l’espace, la qualité des rapports d’étude, les séries archéologiques ainsi que quelques périodes chronologiques. Les principales découvertes, présentées en 2007 dans la session d’Archéogéographie de Medieval Europe, ne sont pas abordées de même que la question des délais entre projet d’aménagement et fin de toute archéologie. En revanche on trouvera ici un phasage de l’archéologie préventive, une discussion du fort taux de diagnostics positifs ou les aventures du Chasséen entre diagnostic et fouille. Un phénomène inquiétant s’est par ailleurs accéléré depuis 2002: un tiers des opérations issues des diagnostics sont rognées ou non réalisées essentiellement par suite d’un déficit de l’offre archéologique.

Haut de page

Texte intégral

Il nous est particulièrement agréable de remercier ici les organisateurs de la table ronde de Châlons-en-Champagne des 14 et 15 juin 2004 : Patrice Brun du Cnrs et nos collègues du Sra, notamment Jan Vanmoerkerke.

  • 1  Voir le dossier édité par Patrice Brun, Cyril Marcigny et Jan Vanmoerkerke, «Une archéologie des (...)

1Cet article est issu d’une communication faite lors de la table ronde de Châlons-en-Champagne, les 14 et 15 Juin 2004. Il s’agissait de considérer l’apport du développement de l’archéologie sur de grandes surfaces, le Montpelliérais offrant, à l’instar de la Moselle ou de la Plaine de Caen1, un exemple de cumul de petites entités (lotissements et surtout Zac). Ce texte, qui assume un point de vue très « Culture », aborde quelques aspects scientifiques (voir, pour certains développés récemment, Chartrain 2007 ou Daveau, Jorda et Jung 2007) à partir d’une démarche d’évaluation considérant, de manière quantifiée et périodisée, les surfaces, les types d’opération, les coûts, les séries archéologiques ou les périodes chronologiques.

  • 2  Pour les aboutissements scientifiques, voir: Gazoduc - Guilaine et Escallon 2003; A75 – Thernot, (...)

2Les surfaces archéologiquement explorées en Montpelliérais sont à situer dans le contexte d’activité d’un agent du service régional de l’archéologie (Sra). Entre 1995 et  2005, ces surfaces rurales ou périurbaines figurent au sein d’un corpus d’opérations de difficulté et d’envergure très variables : d’une part, 3  lourdes opérations linéaires2  représentant plus de 700 hectares, soit 17 fouilles et 11,6 millions d’euros (tabl. 1), d’autre part, 14 opérations d’archéologie du bâti urbain pour environ 0,23 millions d’euros.

Tableau 1

Tableau 1

Montpelliérais 1996-2005 Détermination des diagnostics non-urbains

3Outre ces majors, le Montpelliérais totalise 355 hectares analysés dans 71 opérations pour un coût archéologique direct de 5,5 millions d’euros. L’activité en dix ans, s’élève à 1 071 hectares et 17,1 millions d’euros, soit plus de 100 hectares explorés et 1,7 million d’euros par an pour un seul agent du Sra : la responsabilité sociale et financière individuelle n’est donc pas anodine, le « prescripteur » engageant chaque mois une dépense archéologique de 141 000 euros.

4Les opérations se distribuent en 52 diagnostics, 24 fouilles urbaines ou rurales et 14 études de bâti.

5Entre 1996 et 2005 en Montpelliérais, le coût moyen d’un hectare diagnostiqué a été de 4 200 euros et celui de la fouille d’un hectare non urbain de 279 000 euros TTC terrassements compris.

6Le coût moyen d’une opération de diagnostic ou de fouille, urbaine ou rurale, s’élève à 91 000 euros. À chaque prescription, nous avons donc engagé une dépense archéologique de près de 100 000 euros, ce qui exige en retour qualité et restitution culturelle.

7Sur l’agglomération (400 000 habitants), ces 5,5 millions d’euros signifient en dix ans une dépense par habitant de 13,73 euros, c’est-à-dire 1,37 euro par an par habitant, soit deux baguettes de pain : voilà qui relativise la part de l’archéologie dans l’investissement social consenti. En comparaison, le coût de la ligne 1 du tramway s’élève à 2 200 millions de francs, soit sur cinq ans 167 euros par an par habitant – prix du ticket : 1,1 euro).

Une activité en trois phases

8De 1996 à 2005, le nombre des opérations a varié de 2 à 14. Les années 1996 à 2000 (2 à 6 opérations l’an) représentent une phase de démarrage amorcée à côté des opérations lourdes déjà indiquées. La fin de ces dernières entraîne, en 2001 et 2002, une forte croissance de l’archéologie du Montpelliérais avec 10 à 14 opérations (soit une par mois). L’essor est aussi lié aux espoirs que suscite la nouvelle loi de 2001 et le pic est observable sur presque tout le Languedoc-Roussillon. Les Sra sont alors accusés de prescrire jusqu’à la moindre piscine, pourtant la réalité mesurable est tout autre (fig. 1) : la loi de 2001 fait simplement affluer les Zac et les lotissements qui, essentiels à l’archéologie du cumul des surfaces, arrivaient rarement auparavant au Sra de Languedoc.

Fig. 1

Fig. 1

Une activité en trois phases : évolution des surfaces explorées entre 1996 et 2005

9La troisième période (2003-2004) est celle de la crise. Avec 7 opérations par an l’archéologie du Montpelliérais régresse de huit années. Ce phénomène d’effondrement observable sur toute la région est brutal. L’archéologie du bâti y sombre. Prescriptions « annulées » ou auto-censurées par le Sra, « modulées » par le préfet ou « reportées » par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), ce sont les années de la « régulation ».

10Avec 13 opérations en six mois, l’année 2005 inaugure une quatrième phase qui perdure, celle d’un renouveau. La diversité des types d’opération le montre, il y a conjonction entre d’une part une reprise, consécutive à l’élection d’une nouvelle assemblée régionale (en 2005, 11 opérations sont liées à des aménagements publics, soit 78 % contre 66 % auparavant) et d’autre part la diversification des opérateurs d’archéologie. Derrière se glisse un changement fondamental : la hausse de l’emprise moyenne des interventions. Les diagnostics prescrits sur Montpellier ne sont plus désormais inférieurs à 10 hectares. En moyenne, 35,5 hectares ont été explorés chaque année par diagnostic ou fouille, selon une variation en dents de scie (fig. 1).

  • 3  Rares en Languedoc-Roussillon ces services se sont, malgré des tracasseries administratives discut (...)

11De 1995 à 2005, l’emprise moyenne d’un diagnostic était de 6,7 hectares, ceux de 2 à 10 hectares (fig. 2) étant les plus nombreux (54 %). Les surfaces supérieures à 10 ou 30 hectares représentaient toutefois 25 %. Cette tendance s’est accentuée entre 2005 et 2008 où, pour 136 hectares de diagnostics prescrits, 40 % portent sur plus de 10 hectares, l’emprise moyenne s’établissant à 17 hectares et la moyenne annuelle à 45 hectares. Malgré l’importance des Zac sur Montpellier, cette hausse n’est pas fidèle aux caractéristiques des dossiers : elle traduit un ciblage par le Sra des aménagements d’envergure. Ces derniers affichent en effet un haut rendement scientifique général, permettant de mieux appréhender l’espace, d’y établir les liens fonctionnels, chronologiques ou diachroniques entre les vestiges, tout en favorisant la constitution de séries. Au regard de ces atouts, les opérations de faible surface sont devenues ingérables voire indésirées par l’Inrap, alors qu’elles sont mieux assumées dans le cadre de la proximité et de la réactivité généralement attachées à un service territorial d’archéologie3.

Fig. 2

Fig. 2

Surface moyenne des diagnostics pour la période 1995-2005

12L’activité déployée de 2005 à 2008 a touché 136 hectares, soit près du tiers des emprises (355 hectares) observées de 1995 à 2004. Sur Montpellier, le mouvement est donc double : accroissement des surfaces traitées et massification de celles-ci. Avec 35 puis 45 hectares explorés chaque année, l’activité archéologique y présente un potentiel de croissance certain, actuellement bridé par le déficit d’offre et les conséquences de délais largement excessifs (neuf mois de la prescription au début d’un diagnostic) (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Types d’aménagement Les deux tiers relèvent d’aménageurs publics ou de sociétés d’économie mixte, 34 % étant dus à des sociétés privées ou à des particuliers, configuration stabilisée depuis 2005. L’activité archéologique est pour l’essentiel motivée par la construction, à 27 % de Zac et à 30 % de lotissements. Les équipements scolaires et sportifs forment ausi une part notable. Le tramway offre des surfaces très modestes (5 hectares prescrits sur la ligne 3 en cours).

Quelques questions de qualité

  • 4  Notamment: A75 Mas de Pascal (depuis 2000); A75 L’Hermitage (2000); A75 Vareilhes (2000); A75 (...)

13Un rapport sur douze n’est pas remis, concernant le plus souvent des opérations assez lourdes, urbaines ou rurales, qui attendent régulièrement plus de cinq ans la rédaction de leur document final de synthèse (Dfs ou Rfo)4. Ce phénomène tient à la conjonction de trois facteurs : les responsables, trop chargés en opérations successives, se trouvent détournés de la fonction primordiale du rapport et de la publication par une participation discutable (en volume et non en principe) à des colloques, Pcr, Acr et autres séances d’Umr : la préoccupation monographique se dissout au profit de l’activisme ; dans le même temps, le pilotage par les Sra a été abandonné au profit d’une maîtrise d’œuvre uniquement Inrap ; enfin, la culture de cet établissement en matière de délais et d’autocritique est manifestement insuffisante. De fait, malgré nombre de rapports de qualité et le progrès des années 1990 aboutissant à la définition de bons standards, le « nettoyage » des terrains a repris le pas sur la qualité scientifique, quelques sites phares étant seuls élus à la publication. Le phénomène, localement constant, est d’autant plus préoccupant qu’il ne semble pas émouvoir.

14Par ailleurs, malgré une certaine fidélisation promue par le Sra et les intéressés, le turn-over constaté entre 1996 et 2005 est important (50 %) : en moyenne, un responsable dirige à peine deux opérations dans le même secteur. L’unicité de l’opérateur n’a pas entraîné de stabilité ni de réel cumul scientifique, moins encore la formation d’une équipe montpelliéraine : une note récente de J.P. Giraud, conservateur régional, à la préfecture fait état de 20 % d’opérations réalisées en Languedoc-Roussillon par d’autres opérateurs que l’Inrap. C’est plus vrai encore pour les diagnostics ruraux : ainsi 13 personnes ont assumé la responsabilité de 15 opérations dans le seul secteur de Mauguio (50 hectares contigus). Dans de telles conditions, cette archéologie par nature cumulative ne parvient même pas à produire un plan général des découvertes, encore moins une première analyse globale de la zone, pourtant nécessaire à l’interprétation des vestiges comme à la projection des opérations à venir, notamment de fouille. L’Inrap n’offre aucune garantie contre un pointillisme qui perd la notion d’échelle et de territoire et prive ses agents d’un objet scientifique micro-régional.

  • 5  On connaît les critiques formulées notamment par les sciences de l’éducation sur ce mode tradition (...)

15La « notation » des Dfs, qui évalue de manière synthétique leur qualité, reste difficilement admise chez les intéressés5. Cependant, le refus de toute évaluation, si imparfaite soit-elle, n’est pas acceptable. Une notation globale, menée dans l’ordre d’inventaire et non par auteur (au reste de plus en plus multiples), met en relief une nette tendance à la baisse de qualité des rapports de diagnostic : sur 61 rapports remis entre 1996 et 2005, le niveau s’établit à 13/20, ce qui est moyen (les notes varient de 6 à 18 et sont rarement en dessous de 10). Cette dégradation est évoquée par de nombreux collègues.

16J’assume l’interprétation suivante : les Sra assuraient tant bien que mal une réelle préparation avec engagement intellectuel, suivi expérimenté, aide au responsable d’opération, ainsi qu’échange scientifique durant et après le diagnostic ou la fouille. Un décrochage s’est produit à la suite de l’instauration d’une gestion très financiarisée des opérations en raison de l’importance du turn-over et souvent du détachement des cadres Inrap de leur territoire de travail. Le souci de la documentation initiale, la fréquentation du Sra et des chercheurs Cnrs/université est en nette baisse, le diagnostic se minimalise et tend vers le plan légendé. Les services de collectivités et, pour les fouilles, les opérateurs tiers échappent plus régulièrement ou plus volontiers à ces travers. La diversité est cependant patente tant la règle s’est dissoute et tant est devenu primordial le souci d’engager et d’achever une opération sur le terrain. De plus, la relation directe aménageur/opérateur a pris du poids au détriment du triangle formé avec le Sra, garant d’un meilleur équilibre.

Les surfaces explorées à Montpellier

Origine et devenir des diagnostics

1786 % des diagnostics sont positifs, 46 % sont suivis d’une fouille et 32 % auraient dû l’être. Ces valeurs en nombre et en surface (88 %) n’ont pas changé de 2005 à 2007, mais les prescriptions affectées de « retenue » ont doublé (67 %) et leur emprise moyenne est passée de 7 à 17 hectares (fig. 4). Il s’agit à l’évidence de deux symptômes de forte pression sur la prescription qui sélectionne des opérations plus grandes voire plus solvables, aux vestiges plus essentiels ou du moins plus visibles. Cette retenue touche surtout les opérations du milieu périurbain (ensembles parcellaires, funéraires, fosses et habitats d’allure modeste). Par ailleurs, le fort taux de sondages positifs introduit une suspicion de surdétermination des diagnostics – en d’autres termes, on enquête là où on a déjà des sites, pratiquant alors une archéologie fermée. En fait, il n’en est rien (fig. 5) : seuls 12 % des diagnostics sont engagés sur un site connu, 23 % sur présomptions ou indices (anciens chemins, vallée, récurrence de découvertes, axe de centuriation etc.), et 65 % à l’aveugle (soit 86 % des surfaces). En ce cas, le facteur déterminant réside en général dans l’importance de l’emprise (leur surface moyenne est de 10 hectares au lieu de 7) ou dans le fait que le secteur ait été peu exploré.

Fig. 4

Fig. 4

Diagnostics et fouillesDe 1996 à 2005, outre l’archéologie urbaine ou du bâti, 44 diagnostics ruraux ou périurbains ont été réalisés sur 322 hectares, soit 92 % de la surface totale explorée. Leur ampleur moyenne a été de 7,3 hectares. Seize fouilles ont été conduites pour un total de 15 hectares, soit une emprise moyenne de 9 300 m2. L’emprise moyenne fouillée correspond à 13 % de la surface diagnostiquée. L’approche en termes de surfaces est scientifiquement plus pertinente que celle en nombres d’opérations, plus utile pour la gestion.

Fig. 5

Fig. 5

Détermination des diagnostics en Montpelliérais

Distributions spatiales

18Ce taux élevé de diagnostics positifs est lié à la structure chronologique et géographique locale ainsi qu’à la répartition des opérations. Le Montpelliérais se divise en quatre entités étagées du nord-ouest au sud-est, définies par leur relief et leur substrat géologique (fig. 6) :

  1. – zone I : collines de calcaires jurassiques, couvertes de garrigues depuis le Moyen Âge,

  2. – zone II : partie subcollinaire mio-pliocène (graviers ou marnes jaunâtres) située entre 40 et 90 NGF,

  3. – zone III : plaine limoneuse de Mauguio constituant la fin du système rhodanien,

  4. – zone IV : cordon littoral, étangs et lagunes ; l’eau a fortement régressé depuis le Néolithique ancien sous les effets des arrivées détritiques provenant d’une multiplicité d’écoulements côtiers.

Fig. 6

Fig. 6

Distribution des opérations préventives selon les grandes zones géomorphologiques

19À chacune correspondent des ressources particulières : bois et charbon, poix, encre, écorce, glands pour les collines ; carrières, agriculture extensive et pacage sur les sols pliocènes difficiles ; agriculture et surtout élevage dans la plaine melgorienne ; pêche, cannes et sel en zone lagunaire.

20Le risque archéologique y est très variable : sites néolithiques ou médiévaux en zone I tous les 30 ou 50 hectares ; vestiges réguliers et sites tous les 10-15 hectares en zone subcollinaire ; vestiges nombreux et sites réguliers en plaine et quasi-continuum archéologique dans la vallée du Lez ; situation inconnue dans la zone littorale. La plaine (zone III) est deux fois plus dense en sites structurés (fig. 6 et tabl. 2) et la zone subcollinaire (II) où est située Montpellier est 30 % moins riche.

Tableau 2

Tableau 2

Montpellier : densité en sites structurés par zone morphologique

21Globalement, le Néolithique pullule, y compris dans les collines. Sauf en termes d’habitat, le Gallo-romain est très présent dans la plaine et la zone subcollinaire à travers les traces de vignes, de parcellaires et l’expression de cadastrations, la voirie et le funéraire, Plus rares, les attestations de l’âge du Fer croissent avec l’activité  préventive, principalement sous la forme de nécropoles variées. L’Antiquité tardive se manifeste régulièrement à travers des nécropoles, mais aussi des témoins agraires. Une étude récente (Chartrain 2007) montre enfin que les chemins sont, dès l’âge du Fer, très présents.

22La distorsion liée à la localisation des Zac et travaux peut être approchée ainsi : 7 % des diagnostics ont lieu dans la zone collinaire I, qui représente 15 % de la fenêtre d’observation. La carence d’enquête sur le littoral (7 % des diagnostics pour 24 % des surfaces) devrait être atténuée par la multiplication des projets dans cette zone (aéroport, Tramway 3, résidences touristiques, travaux sur lidos). Avec 52 % des diagnostics pour 42 % du paysage, le subcollinaire est échantillonné avec régularité. Une pression très supérieure affecte la plaine de Mauguio (33 % des diagnostics sur 18 % des surfaces). Le calcul en hectares diagnostiqués livre la même représentation, l’exploration littorale y apparaissant plus faible encore (2 % des surfaces contre 7 % des diagnostics et une emprise moyenne de 2 hectares contre 9 en zone II et 6 ailleurs qui traduit bien notre recherche de surfaces à explorer).

Quelques récurrences : l’archéologie des séries

23Les centaines d’hectares traités depuis vingt ans par l’archéologie préventive aboutissent à la constitution de nouvelles séries de témoins archéologiques et au développement de leur approche spatialisée. Cette révolution spatiale et quantitative a permis un enrichissement sans précédent des archives, par exemple archéozoologiques, et un développement inédit des problématiques liées (le rat noir, le grand cheval, l’alimentation, la paléozootechnie, etc.). En Montpelliérais (fig. 7), et plus largement en Languedoc, quelques grandes séries ont ainsi surgi des années 1990.

Fig. 7

Fig. 7

Quelques séries récurrentes

L’hydraulique

  • 6  Pour un exemplaire antique et reconstitué voir Blair et Hall 2003.

24Bassins, canalisations, aqueducs de villa, drains mais aussi moulins et norias sont aujourd’hui des objets courants qui peuvent être étudiés sur la base de corpus parfois fournis. On n’a guère progressé en revanche sur les vis, pompes, martelières, vannes ou digues. Comme naguère pour les moulins, la question de l’existence, dans l’Antiquité régionale, de la noria, bien attestée archéologiquement pour le Moyen Âge, et apparemment antique sur la fouille du lycée de Milhaud (30), est désormais posée6.

Les sols fossiles et les paléochenaux

25Ils sont présents dans la vallée du Lez (travaux en cours de C. Cammas et J. Wattez, thèse en cours de C. Jorda), mais aussi en archéologie urbaine où un sol brun est protégé sous les terrasses des pentes de Montpellier. Ces découvertes, que les diagnostics ont tendance à ignorer, résultent d’un important investissement géomorphologique et géoarchéologique dans le Montpelliérais et sur l’A75.

Les systèmes parcellaires et plantations de vignes

26Réseaux fossoyés et alignements font désormais partie du paysage archéologique quotidien, et ont permis, dans les années 1990, l’apparition d’une archéologie de la vigne (Monteil et al. 1999 ; Pomarèdes 2005). À Montpellier, les fossés parcellaires entrent souvent dans le champ de cadastrations, les filiations avec l’Antiquité tardive ou les chemins actuels sont fréquentes (exemple de la fouille récente d’Oxford Archaeology sur la zone de fret). Malgré d’assez grandes fenêtres (15 à 40 hectares), l’habitat est rarement saisi en liaison avec cette morphologie agraire, apparemment en raison d’un maillage très large. On notera avec malice que les vignes fossiles seraient médiévales en Roussillon et antiques à Nîmes et Montpellier. Ces témoins, trop souvent perçus seulement en diagnostic, mériteraient des fouilles régulières. Le datage 14C de racines de vigne imbibées trouvées parmi les plantations de l’Antiquité tardive de Port Ariane (Daveau et al. 2007) renseigne la période carolingienne, qui autrement aurait été absente et écartée du raisonnement archéologique.

Les chemins

27Cette quatrième série régionale émerge depuis peu. Sur Montpellier, l’occurrence est de deux unités et 380 mètres par fouille. Ces chemins ne sont pas toujours identifiés, par défaut de culture archéologique du paysage agraire : ils combinent, souvent pour un même tracé, empierrement, fossé bordier bilatéral ou unique, ornières et tronçons sans traces archéologiques. Lors du diagnostic, la longueur de décapage et la recherche de situations de pente s’avèrent décisives pour leur identification. La sous-série des chemins creux regroupe les exemples de Lattes La Ceréirède, l’Ermitage sur l’A75 ou, à Montpellier, le chemin 103 attribuable au iiie-iie siècle av. J.-C. (fouille 2005, L. Vidal). L’existence de cet équipement viaire en cours de disparition dans le paysage languedocien est désormais assurée dès l’âge du Fer (Chartrain 2007). Pour l’Antiquité, nos estimations entre Nîmois, Montpelliérais et vallée de l’Hérault indiquent une probabilité de nécropole antique lato sensu pour 150 à 250 mètres linéaires de voie ou de chemin attesté.

Le funéraire

28Il s’agit, à Montpellier et ailleurs, d’une des plus grandes moissons du préventif, directement liée à l’importance et à la diversification des surfaces observées. Je soulignerai pour le Montpelliérais l’importance du funéraire Chasséen, attesté de deux manières : sous forme récurrente et toujours avec plusieurs tombes (Montpellier J. Cœur, fouille L. Jallot) sur des sites ou même en contexte « hors site » (Mauguio la Capoulière, fouille L. Jallot), ou bien sous forme de nécropoles parfois fournies (Béziers Le Crès, fouille G. Loison). En revanche, le funéraire du Néolithique final paraît mal représenté par rapport aux nombreux habitats. Certes, l’habitat de plaine a pu disposer d’une aire funéraire en zone collinaire, éventuellement couplée à un système saisonnier (transhumances), mais la discordance invite à percevoir du funéraire là où on fouille actuellement sans le trouver, sur les sites formés de nuages de fosses de la plaine littorale.

29Les découvertes de l’Antiquité tardive correspondent soit à de petites nécropoles (telles que Maumarin, fouille L. Buffat, ou Malbosc, fouille Blaizot) soit à des ensembles conséquents (zone de Fret, fouille V. Diez, ou Lagarel sur l’A750, fouille O. Ginouvez et J. Hernandez). Ces nécropoles, bien corrélées à la fréquence locale des sites de la même époque, accompagnent toujours un chemin fossile. La croissance récente de cette série va permettre d’aborder la question du recrutement funéraire à partir d’un ou deux habitats ou d’habitat groupé, voire celle de l’abandon du culte des ancêtres lignagers au profit de celui des saints, ces « morts élus »  affectés à une collectivité dispersée ou groupée.

30L’autre grand acquis réside dans la récurrence des nécropoles de l’âge du Fer, notamment des viie-ve siècles av. J.-C : travaillé à partir des tumulus des Cévennes (Dedet 2004) et à Mailhac dans l’Aude, mais largement ignoré d’une archéologie oppido-centrée, le fait funéraire laténien du Languedoc devient série et espace à partir du préventif : sites de Lattes La Céreirède (mobilier étrusque et phase iiie av. J.-C. probable, fouille V. Bel), grappe d’incinérations de la Lironde (Dedet et Lisfranc 2005), enclos circulaires et rectangulaires de la Zac de Pérols (fouille I. Daveau) ou de Montpellier Multiplexe (Dedet et Sauvage 1998). L’un des phénomènes les plus spectaculaires de cette décennie est en effet l’apparition des enclos (un monument de 30 mètres de diamètre au Multiplexe) et la perception d’une possible hiérarchisation entre simples incinérations à dépôt, petits ou grands enclos. La fonction des enclos rectangulaires, plus grands en Nîmois, reste à cerner et la tranche II de la Zac de Pérols devrait permettre d’étudier leur organisation spatiale (groupement, hiérarchie de taille et de dépôt, etc.). L’une des conséquences fortes du préventif est ainsi la prise de conscience d’une nombreuse communauté de traits entre les manifestations funéraires de l’âge du Fer du Midi et du Nord.

Représentation des périodes

31Cette représentation primaire (fig. 8, tracé clair) est élaborée selon la méthode de présence/absence : un score de 1 ou 0 est fixé lorsque la période est attestée ou non sur le site, indépendamment du nombre ou de l’étendue des vestiges. Ici, pour 63 sites, le total s’établit à 183 attestations dont 12 % non datées et 14 % à très large attribution. Alors qu’une fraction importante de l’habitat est polarisée en villes et villages, la quasi-absence du Moyen Âge (les fouilles urbaines sont bien sûr hors champ) montre qu’une telle courbe ne saurait en tous endroits refléter la démographie. Le faible pic de l’âge du Fer contraste avec les acquis récents de l’archéologie qui rapprochent la société laténienne de la société gallo-romaine. Certains creux renvoient nettement à la brièveté ou au statut chrono-culturel incertain de quelques intervalles (Campaniforme, République). Au total, cette courbe, présentée à Châlons par plusieurs auteurs, traduit plutôt les périodes pendant lesquelles les sociétés ont fortement marqué le sol. Accessoirement, elle désigne aux étudiants ou praticiens préventifs leur quotidien de terrain.

32La courbe des attestations funéraires (fig. 8, tracé noir), assez proche de celle des périodes, renforce le Néolithique moyen aux dépens du final et hausse l’Antiquité tardive. Mais surtout, elle donne existence à la période mérovingienne et à l’âge du Fer (où le pic cache une carence quasi totale des ive et iiie siècles av. J.C.). La régularité des témoins funéraires des ive-viie siècles apr. J.C. s’oppose à la rareté des autres vestiges : la généralisation de l’inhumation et le maintien more antiquo d’une dissémination sépulcrale en milieu rural semblent expliquer cette visibilité. Le Moyen Âge central soustrait ensuite les faits funéraires à notre vue au profit du seul milieu ad sanctos ou urbain. La faible représentation carolingienne répond quant à elle à celle de l’habitat : la période offre ainsi, avec le Moyen Âge paroissial, un net parallèle qui propose de faire des temps carlovingiens le moment où s’est généralisé le modèle funéraire médiéval. Dans l’Hérault, la rareté des habitats altomédiévaux (moins d’une douzaine) pourrait (Lunel-Dassargues ou l’Ermitage à Paulhan) dénoter un échec ou un glissement des implantations. Les figures d’instabilité ou de rotation locale dans un finage fixe, récurrentes en région parisienne, sont ici étrangères (sauf Mauguio Sud ?) indiquant une polarisation précoce ou une forte continuité antique (cas de Loupian).

Fig. 8

Fig. 8

Attestation funéraire des périodes

Le Paléolithique

33Sur près de 400 hectares on relève seulement deux sites : un ensemble de faune à Montpellier  (Tramway 2, 2005 Fontaine du Pila, fouille F. Bazile) et un ensemble lithique sur la Zac Mermoz (2006, fouille M. Ott).

Le Néolithique ancien

34C’est curieusement de dessous la ville de Montpellier, en bord d’un affluent du Lez et dans le sol brun, que provient un petit ensemble épicardial (Tramway 1, 1999, Saint-Esprit II, fouille M. Vecchione). Cette découverte intervient dans un contexte régional de rareté de la période.

Le Néolithique moyen chasséen

35C’est l’une des révélations du préventif montpelliérain, biterrois ou nîmois. Le Chasséen (fig. 9) a été détecté dans 4 diagnostics, soit une fois sur 11, mais seulement 3 % des surfaces concernées. Il a été découvert dans 7 fouilles sur 18, soit 40 % des fouilles et 62 % des surfaces explorées.

36Le Chasséen est donc assez régulier mais d’ampleur spatiale très moyenne. Toutefois, les fouilles doublant sa découverte tant en nombre qu’en surface, il apparaît à 50 % mal perçu lors des diagnostics. La raison réside dans la méconnaissance du mobilier : on s’est trop longtemps fié aux lamelles (contra thèse de V. Léa notamment sur la base des sites du Montpelliérais) et seuls quatre ou cinq cadres Inrap connaissent bien la céramique chasséenne. Enfin, la seule personne qui y a consacré une thèse et avait dirigé les principaux chantiers chasséens a dû abandonner ses recherches faute de soutien. La poursuite de fouilles préventives chasséennes suppose que s’élabore entre les opérateurs, le Sra et l’Umr de Toulouse une politique sur le Chasséen du Languedoc. Ce dernier présente une variabilité des faciès lithiques et céramiques, un phasage encore incertain, et ses maisons ne sont pas connues malgré la découverte d’un mur en adobe à Montpellier. Entre 1995 et 2005, 9 sites ont été fouillés, soit presque un par an.

37Les sites chasséens sont distribués dans toutes les niches géo-pédologiques et toujours attachés à un cours d’eau. La forte contribution montpelliéraine participe d’importants progrès régionaux accomplis sur le plan chrono-culturel (thèses de V. Léa et C. Georjon) et dans l’enrichissement du fonds funéraire. Mais l’habitat, qui comporte toujours des éléments funéraires, se distribue sans doute en plusieurs types apparemment dépourvus de clôture fossoyée et qui nous échappent encore.

Fig. 9

Fig. 9

Le Chasséen en diagnostic et fouille

Le Néolithique final

38Cette période est attestée dans 47 % des diagnostics (50 % des surfaces soit 169 hectares) et 56 % des fouilles (76 % des surfaces, soit 11,7 hectares). Sa visibilité (fig. 10) est donc inverse de celle du Chasséen. Sa fréquence est de 50 %. Ainsi 14 sites ont été détectés et 8 fouillés.

39Plus de dix ans d’activité préventive n’ont apporté ni rupture véritable, ni même renouvellement ou renforcement des acteurs de la recherche régionale. Toutefois on peut désormais parler de « pullulement » spatial, qu’il reste à expliquer : les Chalcolithiques d’entre 3 300 et 2 800 av. J.-C. sont partout, ils ont partout laissé des fosses en plaine et des cambous partout en garrigue. La malacologie (thèse de S. Martin) montre une déforestation massive ; les nombreux faciès et zones de style ont été définis dans les années 1980. Cependant, des avancées récentes ont eu lieu à la faveur de fouilles préventives : un faciès intermédiaire Ferrières/Fontbouisse ou « style des Vautes » a été repéré sur un ensemble clos du Gazoduc (Guilaine et Escallon 2003) et les approches se sont modernisées avec l’étude du site ceinturé de Puech Haut sur l’A75 (Carozza 2005).

Fig. 10

Fig. 10

Le néolithique final en diagnostic et fouille

40Malgré cela, les données concernant les sites à enclos apparaissent redondantes en termes tant de typologie des sites que d’éventail des structures et équipements (caves, citernes, celliers-resserres pavés, silos, ensembles de fosses et fossés, etc.) : si les Néolithiques finaux furent de sacrés terrassiers, leurs sites sont-ils des habitats ? de simples habitats ? de brève ou longue durée ? De même, on n’y reconnaît pas de traces de l’élevage du bœuf, de la céréaliculture ni de la production du sel. On ne comprend pas les relations entre eux ni les densités d’occupation de la plaine littorale… Le Néolithique final du Montpelliérais recherche un second souffle.

  • 7  Engagée depuis 2004, l’opération est financée à parité par la Drac et le futur aménageur (Groupe G (...)

41Nous avons donc créé une fouille programmée sur six ans (La Capoulière IV), au cœur de la région qui fait référence pour le Néolithique final littoral (Mauguio), en plein secteur soumis à la pression urbaine, dans la zone de prairie et de céréaliculture qui est au contact des étangs du sel (Chartrain et Labriffe 2008). Ce site d’un hectare et demi, perçu en totalité et sur lequel on avait (C. Georjon) préalablement fouillé deux maisons en adobe, constitue un chantier école7 de l’université de Montpellier (masters).

42Une très prochaine fouille à Lattes (partiteur de crues) abordera un habitat ouvert du vie siècle av. J.-C., contemporain sinon légèrement antérieur aux plus anciens niveaux de la cité deltaïque. Il sera analysé sur plus de deux hectares, dans un secteur où ont été trouvés des vestiges étrusques, au bord de la modeste rivière Lironde. Pour la période romaine et l’âge du Fer, les acquis accumulés sur près de 450 hectares ont permis d’aborder récemment (Chartrain 2007) les relations dans l’espace rural montpelliérain entre systèmes parcellaires, cadastres antiques, faits funéraires, bornages et chemins.

Haut de page

Bibliographie

Blair, I. et J. Hall. 2003. Working Water : Roman Technology in Action. Londres, Museum of London.

Carozza, L. 2005. La fin du Néolithique et les débuts de la métallurgie en Languedoc oriental. Les habitats de Puech Haut (Paulhan, Hérault). Toulouse, Ehess.

Chartrain, A. 2004. « A lovely child », in : R. Thernot, V. Bel et S. Mauné, L’établissement rural antique de Soumaltre (Aspiran, Hérault) : ferme, auberge, atelier et nécropole en bordure de la voie Cessero-Condatomagus –ier-iie siècle apr. J.-C. Montagnac, Éditions M. Mergoil : 9-18.

Chartrain, A. 2007. « A Proper Study of Mankind is Dot, and Dash. Parcellaires fossiles et faits funéraires sur le territoire rural de Montpellier », congrès « Medieval Europe » du 6 au 8 septembre Paris, session d’archéogéographie, publié dans les pré-actes sur www.archeogeographie.org et dans les actes en ligne sur http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/A.Chartrain.pdf.

Chartrain, A. et P.-A. de Labriffe. à paraître 2008. « Vers une archéologie du sel en Languedoc-Roussillon», in : O. Weller (éd.), Sel, eau et forêt, actes du colloque d’Arc-et-Senans, MSH de Besançon.

Crubézy, É., S. Duchesne, C. Arlaud et al. 2006. La mort, les morts et la ville. Saints Côme et Damien, Montpellier, xe-xvie siècle. Paris, Errance.

Daveau, I., Ch. Jorda et C. Jung. 2007. Port Ariane (Lattes, Hérault) – Construction deltaïque et utilisation d’une zone humide lors des six derniers millénaire. Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental (Lattara n° 20), 2007.

Dedet, B. 2004. « Variabilité des pratiques funéraires protohistoriques dans le sud de la France : défunts incinérés, défunts non brûlés », Gallia, 61 : 193-222.

Dedet, B. et R. Lisfranc. 2005. « Les trois tombes du premier âge du Fer de Gallière à Montpellier (Hérault) », Documents d’archéologie méridionale, 28 : 91-104.

Dedet, B. et L. Sauvage. 1998. « Les enclos fossoyés du vie siècle avant J.C. au Cauquillous (Montpellier, Hérault) », Bulletin de la Société préhistorique française, 95-4  : 565-580.

Guilaine, J. et G. Escallon (dir.). 2003. Les Vautes et la fin du Néolithique final en Languedoc oriental. Toulouse, Ehess.

Monteil, M. et al. 1999. « Culture de la vigne et traces de plantation des iie et ier siècles av. J.-C. dans la proche campagne de Nîmes (Gard, France) », Revue archéologique de Narbonnaise, 32 : 67-133.

Pomarèdes, H. 2005. La Quintarié – Établissement agricole et viticulture, atelier de céramiques paléochrétiennes (Dsp) – ier-vie siècle apr. J.-C. Montagnac, Éditions M. Mergoil.

Thernot, R., V. Bel et S. Mauné. 2004. L’établissement rural antique de Soumaltre (Aspiran, Hérault) : ferme, auberge, atelier et nécropole en bordure de la voie Cessero-Condatomagus – ier-iie siècle apr. J.-C. Montagnac, Éditions M. Mergoil.

Haut de page

Notes

1  Voir le dossier édité par Patrice Brun, Cyril Marcigny et Jan Vanmoerkerke, «Une archéologie des réseaux locaux. Quelles surfaces étudier pour quelle représentativité?» Les Nouvelles de l’archéologie, n°104-105, 2006.

2  Pour les aboutissements scientifiques, voir: Gazoduc - Guilaine et Escallon 2003; A75 – Thernot, Bel et Mauné 2004; Carozza 2005 et Chartrain 2004; Tramway – Crubézy et al. 2006.

3  Rares en Languedoc-Roussillon ces services se sont, malgré des tracasseries administratives discutables, multipliés depuis 2003 (ville de Perpignan, Communauté du bassin de Thau, agglomérations d’Agde-Pézenas ou de Béziers…). Cet essor indique la vraie solution aux problèmes de l’archéologie préventive: développement de l’offre par diversification des opérateurs (y compris pour les diagnostics), réactivité et restitution culturelle que la proximité seule permet.

4  Notamment: A75 Mas de Pascal (depuis 2000); A75 L’Hermitage (2000); A75 Vareilhes (2000); A75 Peyre Plantade (2001); Lattes Cereirède (2002); Montpellier Lez-Lironde (2003); Zac de Pérols (2003); Montpellier Cl.Royer (2005); Tramway2 Fontaine du Pila (2005) et carrière Saint-Jean-de-Védas (2005). À l’exception de ce dernier (Arkémine), tous les rapports attendus sont Inrap

5  On connaît les critiques formulées notamment par les sciences de l’éducation sur ce mode traditionnel auquel ilfaudrait préférer une grille multicritères (aspects graphiques, qualité du standard, explicitation, procédures de traitement utilisées, objectifs atteints, abandonnés ou omis, présentation des mobiliers et intégration au discours, nature et qualité de la construction chronologique, prise en compte du contexte, adéquation de l’échantillonnageetc.), En son absence, tant à l’Inrap que dans les Sra, nous avons dû nous en contenter.

6  Pour un exemplaire antique et reconstitué voir Blair et Hall 2003.

7  Engagée depuis 2004, l’opération est financée à parité par la Drac et le futur aménageur (Groupe Guipponi), avec un complément des collectivités. La gestion est assurée par la Société languedocienne de Préhistoire, la direction par X.Gutherz, professeur à l’université, et L.Jallot. La moitié du budget (environ 50000euros) est consacrée à la rémunération des agents Inrap d’encadrement. Une convention entre l’université et la Drac prévoit deux sessions de fouille par an et des actions auprès de la population locale. Exposition et publication finales font partie de ce contrat.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1
Légende Montpelliérais 1996-2005 Détermination des diagnostics non-urbains
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/582/img-1.png
Fichier image/png, 186k
Titre Fig. 1
Légende Une activité en trois phases : évolution des surfaces explorées entre 1996 et 2005
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/582/img-2.png
Fichier image/png, 47k
Titre Fig. 2
Légende Surface moyenne des diagnostics pour la période 1995-2005
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/582/img-3.png
Fichier image/png, 20k
Titre Fig. 3
Légende Types d’aménagement Les deux tiers relèvent d’aménageurs publics ou de sociétés d’économie mixte, 34 % étant dus à des sociétés privées ou à des particuliers, configuration stabilisée depuis 2005. L’activité archéologique est pour l’essentiel motivée par la construction, à 27 % de Zac et à 30 % de lotissements. Les équipements scolaires et sportifs forment ausi une part notable. Le tramway offre des surfaces très modestes (5 hectares prescrits sur la ligne 3 en cours).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/582/img-4.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 4
Légende Diagnostics et fouillesDe 1996 à 2005, outre l’archéologie urbaine ou du bâti, 44 diagnostics ruraux ou périurbains ont été réalisés sur 322 hectares, soit 92 % de la surface totale explorée. Leur ampleur moyenne a été de 7,3 hectares. Seize fouilles ont été conduites pour un total de 15 hectares, soit une emprise moyenne de 9 300 m2. L’emprise moyenne fouillée correspond à 13 % de la surface diagnostiquée. L’approche en termes de surfaces est scientifiquement plus pertinente que celle en nombres d’opérations, plus utile pour la gestion.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/582/img-5.png
Fichier image/png, 17k
Titre Fig. 5
Légende Détermination des diagnostics en Montpelliérais
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/582/img-6.png
Fichier image/png, 15k
Titre Fig. 6
Légende Distribution des opérations préventives selon les grandes zones géomorphologiques
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/582/img-7.png
Fichier image/png, 168k
Titre Tableau 2
Légende Montpellier : densité en sites structurés par zone morphologique
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/582/img-8.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 7
Légende Quelques séries récurrentes
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/582/img-9.png
Fichier image/png, 34k
Titre Fig. 8
Légende Attestation funéraire des périodes
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/582/img-10.png
Fichier image/png, 63k
Titre Fig. 9
Légende Le Chasséen en diagnostic et fouille
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/582/img-11.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 10
Légende Le néolithique final en diagnostic et fouille
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/582/img-12.png
Fichier image/png, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Chartrain, « Surfaces et séries », Les nouvelles de l'archéologie, 113 | 2008, 50-59.

Référence électronique

Alain Chartrain, « Surfaces et séries », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 113 | 2008, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/582 ; DOI : 10.4000/nda.582

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org