Navigation – Plan du site
Politique de la recherche

Les centres de conservation et d’étude

Une nouvelle politique de l’État vers les dépôts archéologiques et la gestion des mobiliers du patrimoine
The centers of preservation and study. A new State policy towards the archaeological deposits and the management of the material of the heritage
Jean-François Charnier
p. 47-50

Résumés

Le Ministère de la culture à souhaité mettre en oeuvre une nouvelle politique pour les dépôts archéologiques tournée vers la mutualisation des moyens et des compétences entre acteurs de l’archéologie dans les territoires, particulièrement entre les services archéologiques et les musées. Cette orientation prend en compte les réflexions récentes dans ce domaine, notamment exprimées dans plusieurs rapports rendus à l’administration, et sur une analyse des causes ayant conduit à la situation dans laquelle se trouvent les dépôts archéologiques depuis plusieurs décennies. Il en ressort que les dépôts archéologiques n’ont pas suffisamment assuré leur rôle de gestionnaires des mobiliers archéologiques, dans une logique d’équipements culturels contribuant à la valorisation de l’archéologie auprès des concitoyens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Un séminaire de l’Institut national du patrimoine coordonné par Philippe Vergain sur la question d (...)

1La question des « dépôts » archéologiques a été analysée par trois rapports récents (Papinot et Verron 1998 ; Duval 2004 ; Magnan et al. 2007), qui ont proposé des solutions à l’afflux important de mobiliers depuis le développement des fouilles préventives et face aux enjeux statutaires et sanitaires qui en ont découlé. C’est dans la continuité de ces réflexions, et pour répondre à la situation nouvelle créée par la loi de 2002 sur les musées de France et à la loi de 2003 relative à l’archéologie préventive (Desachy 2006)1, que la Direction de l’architecture et du patrimoine et la Direction des musées de France ont souhaité s’associer et mettre en œuvre un projet pluriannuel pour développer un réseau de centres de conservation et d’étude (Cce) destinés à répondre aux attentes des différents partenaires vis-à-vis des mobiliers archéologiques.

2Inspiré de plusieurs expériences en cours dans la gestion concertée des mobiliers au niveau de certaines collectivités territoriales et services déconcentrés, le projet de Cce vise à amorcer une inflexion de la doctrine concernant les « dépôts », pour développer des équipements culturels aux missions diversifiées, aptes à répondre aux besoins de conservation et de valorisation des produits de la recherche, et non plus seulement des lieux de stockage. Cette évolution passe notamment par la recherche systématique de cohérences territoriales en termes de mutualisation de moyens et de compétences.

La situation des « dépôts » : une question de logistique ou un problème d’identité ?

3Les trois rapports que nous venons d’évoquer ont décrit dans le détail la situation difficile dans laquelle se trouvent les « dépôts » archéologiques et la gestion des mobiliers : hormis quelques exceptions notables, ce sont des lieux trop souvent fermés et isolés, aux espaces de stockage souvent saturés et à la conservation préventive aléatoire. Les inventaires et le marquage des ensembles sont lacunaires ou disparates, voire absents. Les archives de fouilles sont généralement gardées loin des mobiliers, dans des conditions peu propices à leur conservation pérenne. Les conséquences de cette situation sont bien connues, elles consistent en problèmes d’accessibilité aux mobiliers et à la documentation, condition pourtant nécessaire à leur consultation et à leur suivi sanitaire. Les causes quant à elles sont généralement liées à l’importance quantitative des mobiliers et de la documentation, à la difficulté de prise en charge par les services, notamment en raison du manque de personnel, et à la complexité des procédures de gestion, avec la question du statut juridique des mobiliers en épouvantail.

  • 2  Si le terme de « dépôt » apparaît dans le vocabulaire dès le xviiie siècle avec les déposes révolu (...)
  • 3  Le paragraphe (tome III, page 20 du rapport) sur la question des « centres archéologiques », en ré (...)

4Il est pourtant apparu d’emblée avec évidence que le terme de « dépôt » matérialisait une bonne part de ces difficultés. Cette terminologie piège, issue d’une pratique d’urgence2, a été renforcée par la circulaire de 1985 sur les « lieux de conservation et d’étude », qui distinguait les deux fameuses catégories de « dépôts sas » et de « dépôts silos ». Nous savons maintenant que ces derniers ne verront pas le jour, en tous les cas pas dans la forme statutaire prévue par la circulaire, car la plupart des « dépôts sas » sont devenus des « dépôts silos » par défaut. La raison en est qu’ils n’étaient pas pensés comme des équipements culturels et que la conservation pour la conservation, conséquence d’une certaine angoisse de la perte, n’a pas de sens. Cette confusion terminologique et doctrinale traduit surtout un manque de dialogue durable entre les deux directions du patrimoine et des musées. Elle n’a pas permis de penser les convergences institutionnelles nécessaires lors de la mise en place des dépôts archéologiques dans les régions, alors que s’engageaient les réflexions sur la question des réserves muséales et de leur externalisation. Il semble que ce soit en raison de ces mêmes positions terminologiques et de ségrégation institutionnelle que les propositions formulées par le rapport important de Jean-Claude Papinot et Guy Verron n’ont pas été appliquées3. La proposition de classer les « dépôts » fonctionnellement entre dépôts de chantier, de stockage pour étude, d’archivage ou spécialisés, reste une typologie qui traduit un défaut de prise en compte de la mission des musées et de l’intérêt du public.

5Or, c’est pourtant dès 1952, au moment où cette question entre dans le débat officiel lors de la première réunion de la commission chargée par le secrétaire d’État aux Beaux-Arts de trouver une solution pour les « dépôts », qu’une réponse pragmatique à ces attentes collectives est proposée. Les conservateurs des monuments historiques dont dépend l’archéologie manifestent en effet leur souhait d’ouvrir depuis un certain temps des « dépôts » au public et de les nommer « centres archéologiques ». Cette proposition sera repoussée par l’administration des musées qui considère la présentation au public comme relevant de ses attributions. Le terme de « centre archéologique » est exactement celui qui sera appliqué quarante ans plus tard, en 1995, au « dépôt » de Pessac en Gironde, pour faciliter les négociations et le partenariat avec la collectivité. La médiation auprès du public prend alors un autre chemin que la seule exposition, avec des ateliers pédagogiques présentant l’enquête archéologique de la fouille au laboratoire, selon un processus éducatif. Autre exemple de cet esprit d’ouverture : le courrier adressé en 1982 par le sous-directeur de l’archéologie Roger Delarozière au maire de Saint-Denis : « Plutôt que des dépôts, ce sont des complexes archéologiques au niveau régional, départemental ou de grandes agglomérations et chantiers qui se justifient. » Cette clairvoyance a certainement contribué à la réussite de l’unité archéologique de Saint-Denis, où un travail au long cours a permis de valoriser une très riche documentation archéologique devenue socle d’une médiation permanente de la ville.

6La rencontre organisée par les archéologues de collectivités à Bourges en 1998 tire d’ailleurs la leçon des expériences en cours au niveau local pour souligner l’importance des attentes des tutelles vis-à-vis des lieux de conservation. L’Association nationale des archéologues des collectivités territoriales (Anact) rédigera d’ailleurs une note, jointe en annexe au rapport Papinot-Verron, dans laquelle elle proposera l’hypothèse d’un maillage de services reliant les « dépôts » aux équipes archéologiques, à des laboratoires de conservation-restauration et aux musées. Le « dépôt » ne serait ainsi qu’un élément dans un système et non une structure à part entière. En 2004 enfin, le terme de « dépôt » est encore utilisé avec hésitation par Alain Duval dans son rapport, en alternance avec celui de « réserve » en raison de l’inter-fonctionnalité – « couplage » pour reprendre son vocabulaire – souhaité entre « dépôt » et musée. Il est à noter qu’un processus parallèle d’évolution terminologique, en lien avec une réflexion fonctionnelle et statutaire du même type, a affecté ces dernières années le monde muséal et les archives. Les notions de « pôles de conservation » ou de « centres de conservation » se sont ainsi développées pour faire évoluer les « réserves » vers des ateliers patrimoniaux destinés à renforcer le travail sur les collections et à faciliter leur mouvement. L’expression « centres des archives départementales » vise à mieux afficher quant à elle l’image d’accueil et de médiation vers le public que souhaitent incarner les services départementaux d’archives.

Dépasser la césure archéologie/musées pour repenser le statut des mobiliers et la vocation des « dépôts » ?

  • 4  En moyenne, la Sda a investi un million d’euros dans les dépôts entre le début des années 1980 et  (...)

7Il apparaît ainsi que si les moyens importants engagés par la sous-direction de l’archéologie (Sda) depuis près de trente ans4 ont permis une première structuration et un assainissement du maillage des « dépôts », le malentendu statutaire révélé par la terminologie a empêché d’aboutir à un réseau territorial d’équipements concerté avec l’ensemble des acteurs concernés.

8Parmi les causes évoquées de la situation des mobiliers, la question des partages avec les propriétaires des terrains est significative de la difficulté que l’administration rencontre à définir une politique cohérente en ce domaine. Les statuts de propriété non réglés bloquent en effet les dévolutions vers les musées et maintiennent les mobiliers et les « dépôts » dans une situation de confusion juridique étonnante. Le manque de solution depuis 1941 à cette question, comme à celle posée par l’absence de procédures clarifiées ou l’insuffisance d’un personnel gestionnaire, rappelle que les archéologues ont prioritairement concentré leur attention sur la fouille et la publication des résultats, sans s’investir réellement sur la conservation raisonnée des produits de leurs recherches. La situation est telle qu’on peut se demander si la conservation pérenne des mobiliers archéologiques est de leur ressort. La vocation des musées à cet égard, bien que reconnue par tous les textes, n’est pourtant pas admise sans réserves de la part de la profession. Le débat sur la notion « d’archives du sol » et sur la vocation des mobiliers à rejoindre les archives départementales en est un exemple significatif. Il n’en reste pas moins que si le musée, sous sa forme traditionnelle de musée polyvalent, n’est peut-être pas le seul horizon espéré des mobiliers – il reste peu adapté à l’arrivée et à la consultation de collections archéologiques –, une visibilité publique des produits des fouilles est une nécessité.

9On a déjà longuement décrit le problème de mentalité à l’origine de la carence de dialogue entre les deux institutions. Il est lié à des habitudes de travail différentes autant qu’à des représentations divergentes du statut du produit des fouilles (Roy 2006). Il faut reconnaître que le transfert des mobiliers vers le musée est un moment difficile pour l’archéologue, qui a le sentiment de perdre ses droits sur des vestiges dont il a été l’inventeur. Les cahiers d’inventaires des musées sont perçus à juste titre comme des actes de propriété, et la nécessité de devoir passer par un circuit administratif pour consulter les collections reste mal perçue.

  • 5  Alain Schnapp montre pourtant combien les archéologues sont des descendants d’antiquaires et de co (...)

10Pour les conservateurs, qui sont souvent des historiens de l’art, la muséographie traditionnelle reste très liée aux beaux-arts et à une médiation par l’esthétique, en contradiction avec les données liées à la vie quotidienne issues de l’archéologie et pour lesquelles ils manifestent parfois un certain dédain. Le musée assoit son action sur la notion de « collection », ensemble matériel limité dont le statut de propriété est assuré, et sur l’objet/œuvre comme unité de gestion. Les archéologues considèrent les mobiliers comme une documentation archéologique dont la cohérence est liée à l’argumentation scientifique et non à sa seule matérialité, moins encore à sa qualité esthétique. Ils soulignent l’incompréhension de cette notion par les conservateurs de musée qui n’hésitent pas à dissocier des ensembles archéologiques et opèrent un tri-sélection. Leur méfiance se focalise surtout sur la question de « l’objet », accusé de symboliser les erreurs d’une archéologie passée liée à la collection5. Elle s’explique également par l’émergence d’une archéologie dite « scientifique», et le développement d’une archéologie médiévale et moderne, au prix d’une remise en cause de la centralité du discours de l’histoire et de l’histoire de l’art axé sur l’archive et le monument.

11Il n’en reste pas moins que, si la masse de documents produits par les fouilles préventives exige la mise en œuvre de procédures clarifiées, le passif accumulé dans des dépôts devenus « silos » confronte la communauté archéologique à un enjeu de gestion majeur qui nécessitera un engagement sous la forme d’un véritable « chantier des collections », pour reprendre un terme muséal. Cette action ne pourra se faire que de manière concertée avec l’ensemble des partenaires impliqués dans la gestion de ces patrimoines.

Le territoire et son identité, une convergence d’intérêts entre archéologie et muséographie

12Si le dialogue n’est pas encore évident, des convergences d’intérêts commencent à s’esquisser sur le terrain entre les deux professions. L’exposition des résultats de la recherche devient un passage obligé pour les financeurs et les tutelles, vis-à-vis desquelles il faut justifier les moyens engagés. La multiplication des musées archéologiques, dont la plupart sont le fait d’archéologues comme le rappelle le rapport de l’Inspection générale de l’administration des actions culturelles (Igaac), montre que ces liens n’ont jamais été complètement coupés. Côté musées, le développement, favorisé par la Directions des musées de France (Dmf), de programmations raisonnées et validées par le biais de projets scientifiques et culturels (Psc), pour la mise en place et le réaménagement de ces équipements culturels, devient un facteur important d’insertion des musées dans une logique d’inter-institutionalité et dans la vie des territoires. Ces programmations sont une occasion pour les Directions régionales des affaires culturelles (Drac) d’intéresser les collectivités au destin des mobiliers archéologiques. Le travail sur les mobiliers dans les « dépôts » pourra s’inspirer des chantiers sur les mobiliers entrepris dans le cadre de ces Psc.

13Enfin et surtout, des synergies entre les deux institutions au niveau des services de collectivités amorcent des évolutions importantes. On assiste depuis quelques années à des formes d’hybridations entre l’archéologie, les musées, les archives et les monuments historiques, fruits d’un pragmatisme de terrain où s’expérimentent les solutions d’avenir en décloisonnant les atavismes administratifs. Quelques orientations peuvent être évoquées : de nombreux musées à vocation archéologique assurent, en lien avec les services territoriaux d’archéologie, une responsabilité de gestion des mobiliers et des archives de fouille. Le musée de Jublains en Mayenne est exemplaire d’une telle démarche : il a permis de rendre visible le patrimoine archéologique et, en l’intégrant dans un schéma de développement départemental, d’en faire un élément identitaire de la collectivité. On peut évoquer aussi l’ouverture à la valorisation des lieux de conservation gérés par des services de collectivité, qui accueillent des groupes scolaires dans leurs « dépôts », comme le Centre archéologique de Pessac – il existe également des musées polyvalents dont la section archéologique est gérée par le service archéologique territorial, comme à Boulognesur-Mer. Ailleurs, des réserves muséales externalisées intègrent les mobiliers des « dépôts » locaux, par exemple à Lons-le-Saunier dans le Jura, où cette association a permis d’inventer un nouvel équipement commun de conservation et de valorisation des mobiliers et des collections archéologiques. D’autres projets de « pôles » ou de « centres de conservation » sont actuellement à l’étude dans le Lot, dans le Var, à Soissons, etc., qui regroupent et mettent en cohérence des services territoriaux du patrimoine.

Des Cce pour favoriser les cohérences, les mutualisations et la responsabilité territoriale

14Le projet de Cce s’inscrit pleinement dans cette évolution adaptée aux situations locales. Il était tout d’abord essentiel, étant donné les problèmes de communication détaillés plus haut, que son lancement se fasse sous les auspices d’une concertation inter--institutionnelle. Il fallait aussi l’engager par une série de rencontres et d’échanges pour le préciser et le confronter en réponse à la diversité des besoins. Une table ronde inaugurale a ainsi réuni le 20 septembre 2007 les conservateurs régionaux de l’archéologie et les conseillers pour les musées. Cette démarche a été renouvelée vers les services de collectivité par une rencontre sous l’égide du Centre national de la fonction publique territoriale (Cnfpt), le 25 septembre à Dijon, et a été approfondie lors d’un séminaire de l’Inp, du 26 au 28 novembre à Villeneuve-les-Avignon. Une information a également été faite auprès de l’Anact le 18 janvier 2008 à Lille, lors de la journée d’étude annuelle de l’association. Cette démarche a montré la nécessité d’engager des schémas concertés de développement régional et d’adapter les actions selon les situations propres à chaque région, tout en soulignant l’urgence qu’il y avait à faire évoluer les habitudes de travail.

15Des groupes de travail inter-institutionnels sur la question des outils et procédures de gestion ont été constitués pour apporter des réponses concrètes à plusieurs problématiques posées par la gestion des mobiliers. Quatre groupes travaillent actuellement : le premier sur l’harmonisation des inventaires ; le deuxième sur le tri-sélection, à la lumière de la question plus large des collections d’étude ; le troisième sur la conservation préventive ; et le quatrième sur la question des personnels. Leur objectif n’est pas de proposer un approfondissement théorique de plus mais, à partir d’un travail de recension des nombreux travaux et expériences existants, de faire des propositions concrètes pour aboutir à des normes, des procédures et des protocoles de travail dans tous ces domaines.

16Une expérimentation a été engagée dans quatre régions pilotes (Auvergne, Bretagne, Languedoc-Roussillon et Corse). Confiée à l’agence de programmation Abcd, elle a pour objectif de définir les modalités d’implantation et de développement des réseaux de Cce. Une analyse fine des quatre contextes a donné lieu, dans un premier temps, à plusieurs scénarios d’implantation. Sur cette base, un document de synthèse, sorte d’aide à la mise en œuvre du projet à destination des Drac, va permettre de généraliser la démarche. Un certain nombre d’enjeux ont d’ores et déjà été identifiés : la difficulté de mettre en œuvre des partenariats souligne le caractère incitatif de cette action, qui doit s’inscrire sur le long terme ; le développement d’une conservation en réseau pose la question de la forme organisationnelle et juridique des Cce. Celle-ci n’est pas arrêtée et se définira en fonction des partenariats conclus. Une sorte de labellisation pourra éventuellement être élaborée dans l’avenir à partir des critères de responsabilité et de compétence dévolus à ces équipements.

17Une identification budgétaire dès 2008 dans le cadre du programme 175 témoigne de l’intérêt porté par l’administration à ce dossier, qu’elle considère comme prioritaire. Les moyens sont fléchés vers la mise à niveau des équipements existants ou le développement de nouveaux sites. La sélection des projets candidats est soumise à deux conditions : assurer une responsabilité territoriale, régionale ou départementale, et développer des mutualisations. Des moyens importants pour les études de faisabilité ont été mis en place dans les départements pour définir des scénarios de développement et esquisser des perspectives de partenariat.

18Deux niveaux ont été identifiés pour le développement des Cce. Au niveau régional, le Cce est envisagé comme un outil de la Drac, développé en concertation étroite avec les collectivités territoriales, la communauté archéologique et celle des conservateurs de musées pour répondre à leurs besoins. Après étude des mobiliers archéologiques, il doit permettre à l’État d’assurer leur réception – notamment dans le cadre de l’archéologie préventive après les délais d’étude des opérateurs et, surtout, de l’Inrap –, de procéder à l’instruction des partages avec les propriétaires, à l’expertise des demandes de transfert de propriété vers les collectivités, à la mise en œuvre de chantiers des mobiliers pour le passif, à l’accueil des collections en déshérence, à la conservation-restauration des mobiliers issus des monuments historiques,  etc. Le réseau des dépôts référents peut servir de base au développement de ce premier niveau.

19Au niveau des collectivités territoriales, le Cce est un équipement qui associe les activités de conservation de l’État avec celles des services territoriaux de l’archéologie et du patrimoine et, plus encore, qui s’insère dans un projet de valorisation. Une couverture territoriale cohérente d’équipements associant la conservation et la recherche à un pôle muséal est une perspective idéale. L’articulation des missions de conservation avec les missions de valorisation auprès du grand public répond pleinement aux attentes des collectivités territoriales. Elle favorise la formation du réseau des services territoriaux d’archéologie et elle renforce et rend durable l’intérêt pour le patrimoine archéologique dans les territoires.

Haut de page

Bibliographie

Desachy, B. 2006. « Des mobiliers et de la documentation scientifique. Compte rendu de la table ronde de Bibracte », Les Nouvelles de l’archéologie, 106 : 66-69.

Duval, A. 2004. « L’étude de la situation et du statut des collections archéologiques appartenant à l’Etat », Sdarchetis, non publié mais consultable dans les Drac.

Magnan, A., G. Aubin, M. Rutschowsky et N. Bel. 2007. « L’application des textes relatifs aux mobiliers archéologiques », Sdarchetis, non publié mais consultable dans les Drac.

Papinot, J.-Cl. et G. Verron. 1998. « La conservation du mobilier archéologique », Sdarchetis, non publié mais consultable dans les Drac.

Roy, J.-B. 2006, « L’improbable parcours des matériaux archéologiques, de la fouille au musée, ou au dépôt de fouille », Les Nouvelles de l’archéologie, 103 : 43-47.

Schnapp, A. 1993, La conquête du passé, Paris, Carré.

Haut de page

Notes

1  Un séminaire de l’Institut national du patrimoine coordonné par Philippe Vergain sur la question de l’objet archéologique s’est tenu à Paris en octobre 2005, et un autre sur les archives de fouilles, animé par Bruno Desachy, a eu lieu à Bibracte en septembre 2006.

2  Si le terme de « dépôt » apparaît dans le vocabulaire dès le xviiie siècle avec les déposes révolutionnaires et le travail de sauvegarde d’Alexandre Lenoir, c’est en fait un processus de création spontané depuis le début du xxe, lié au développement des fouilles sur le territoire, qui a abouti aux 487 « dépôts » répertoriés par J.-C. Papinot et G. Verron dans leur enquête

3  Le paragraphe (tome III, page 20 du rapport) sur la question des « centres archéologiques », en référence sans doute au projet récent de Pessac, montre une hésitation significative devant ce type de structure qui diversifie les missions des « dépôts ».

4  En moyenne, la Sda a investi un million d’euros dans les dépôts entre le début des années 1980 et 1998, et 1,5 million d’euros ensuite.

5  Alain Schnapp montre pourtant combien les archéologues sont des descendants d’antiquaires et de collectionneurs. « L’archéologie, je la verrais bien comme une petite sœur bâtarde de la collection. » (Schnapp 1993 : 12).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Charnier, « Les centres de conservation et d’étude », Les nouvelles de l'archéologie, 113 | 2008, 47-50.

Référence électronique

Jean-François Charnier, « Les centres de conservation et d’étude », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 113 | 2008, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/572 ; DOI : 10.4000/nda.572

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org