Navigation – Plan du site
Dossier: Images publiques de l'archéologie

Entre culture populaire et science, la « marque archéologique »

Cornelius Holtorf
Traduction de Samuel van Willigen (Zürich)
p. 26-30

Résumé

Parmi les marques académiques, l’archéologie jouit d’un préjugé des plus positifs (Holtorf 2007). L’archéologie est populaire parce qu’elle raconte des histoires d’aventure et des récits de sauvetage captivants auxquelles le grand public, fasciné, prend part directement ou par l’intermédiaire des médias. Bien que l’image de l’archéologie dans la culture quotidienne soit, comme nous le décrivons dans cet article, sensiblement différente de celle qu’en ont la plupart des professionnels, le fait que cette discipline soit axée sur des sujets attrayant pour le grand public est précisément un capital qu’elle devrait exploiter de manière plus intensive, dans son propre intérêt comme dans celui d’un large public passionné d’archéologie.

Haut de page

Texte intégral

Mes remerciements vont à Brigitte Röder pour ses commentaires sur une première version de ce texte et à Wilfried Beege, Geoff Carver et Judith Kaufmann (Playmobil) pour les illustrations, sans oublier la Freiwillige Akademische Gesellschaft de Bâle pour le financement de la traduction.

1L’archéologie est une science extrêmement médiatique. Indépendamment du fait qu’ils travaillent dans des entreprises privées de fouilles archéologiques, des musées, des universités ou d’autres institutions, les archéologues sont souvent et volontiers dépeints comme des héros. Compétents et patients, ils évoluent dans des conditions souvent rocambolesques sur les traces de la vie quotidienne des anciens, nous dévoilent des aspects importants sur les rouages de l’histoire et préservent notre patrimoine culturel pour les générations futures. Tout cela est présent dans les esprits quand on parle d’archéologie ou quand on observe les archéologues au travail.

2En d’autres termes, l’archéologie est une des « marques » universitaires les mieux implantées et les mieux perçues (Holtorf 2007). Ce vocabulaire inspiré du marketing ne veut en aucun cas dire que je suis partisan d’une commercialisation encore plus poussée de la discipline. Au contraire, je veux attirer l’attention sur le fait que l’archéologie, dans ses manifestations à la fois scientifiques et grand public, propose des produits de marque et de qualité qui sont très demandés et volontiers consommés par un grand nombre de personnes. Il s’agit d’une part de récits relatifs à notre héritage culturel et à la vie humaine dans le passé et, d’autre part, de récits consacrés au processus captivant du travail de l’archéologue (fig. 1).

Figure  1

Figure  1

Archéologue Playmobil en pleine aventure. Reproduction avec l’aimable autorisation de Playmobil. Playmobil est une marque de la société geobra Brandstätter Gmbh & Co. KG, pour laquelle les jouets représentés sont aussi protégés.

L’archéologie : vivre des aventures

3La caractéristique de loin la plus importante des archéologues dans la culture populaire est leur lien avec l’aventure. L’archéologie est souvent assimilée à une quête aventureuse des traces du passé qui nous emmène dans des endroits lointains et exotiques pour aboutir, en dépit des privations et des dangers, à de grandes découvertes avec lesquelles le héros finit par rentrer chez lui.

4Un tel parcours est modélisé dans les quatre films de la série Indiana Jones tournés jusqu’à présent, Les aventuriers de l’arche perdue (1981), Indiana Jones et le temple maudit (1984), Indiana Jones et la dernière croisade (1989) et Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal (2008) dont les trois premiers ont fait un milliard de dollars d’entrées. Indiana Jones est sûrement l’archéologue et l’aventurier le plus connu et rares sont les archéologues qui n’ont jamais été confrontés à ce personnage. Ainsi, le préhistorien allemand Hermann Parzinger, quand il fut nommé président de l’Institut archéologique allemand, a été qualifié par le Tagesspiegel (quotidien Berlinois ; ndt) de « réponse allemande à Indiana Jones ». Les professionnels et les étudiants de la discipline jouent eux-mêmes volontiers avec cette parenté et peut-être y a-t-il effectivement dans tout archéologue une part d’Indiana Jones.

5Lara Croft est une version féminine du même personnage qui est rapidement devenue célèbre dans les années 1990. L’héroïne dont la série de jeux vidéo porte le nom, est entre-temps devenue une star de cinéma avec Lara Croft : Tomb Raider (2001) et Lara Croft : Le berceau de la vie (2003).

6Cette caractérisation de l’archéologue comme aventurier et découvreur se retrouve, au-delà du cinéma et des jeux vidéo, dans d’autres domaines de la culture du quotidien : des jeux (Playmobil, Légo) en passant par les publicités jusqu’aux romans, aux livres spécialisés (C. W. Ceram, Des dieux, des tombeaux, des savants, 1949), aux documentaires télévisés (l’émission Expedition de la chaîne allemande ZDF) et aux magazines (Abenteuer Archäologie [Aventure archéologie] du National Geographic). Un tel stéréotype est cependant loin d’être innocent. Il a en effet des contenus impérialistes et parfois misogynes. Les archéologues y sont souvent présentés comme des machistes et leurs collègues féminines sont là au mieux pour les assister. Lara Croft elle-même agit de manière typiquement masculine et peut donc être perçue comme l’incarnation d’un Women power mais aussi comme un esprit viril dans un corps de femme.

7Le jeu de Reiner Knizias Lost Cities. Fesselnde Expeditionen für zwei / Lost Cities. Des expéditions captivantes à deux (1999) des éditions Kosmos est consacré à des expéditions d’archéologues dans des « lieux reculés et mystérieux » pour découvrir les ruines de diverses « villes perdues » ainsi que les objets qui en font partie. Les joueurs doivent essayer de maximiser la « gloire » de leur expédition. De plus, s’ils sont particulièrement audacieux, ils peuvent parier sur le succès de leurs expéditions. Il n’est jamais question des gens qui vivent sur place, de leurs droits sur les sites archéologiques et de leur manière d’interpréter le passé. À l’exception des films sur les momies, les archéologues qui travaillent dans d’autres parties du monde sont, dans la culture populaire, rarement confrontés aux conséquences désagréables de leurs agissements.

L’archéologie : lire des traces

8Une autre représentation largement répandue de l’archéologue est celle du détective du passé, cultivée par nombre d’archéologues dans les discussions avec des journalistes mais aussi dans leurs publications scientifiques (voir par exemple Gründel et Ziegert 1983) : leur rôle consiste, avant toute chose, à documenter avec minutie les nombreuses traces du passé. Les archéologues tentent ensuite, tels Sherlock Holmes, de faire parler les indices pour découvrir ce qui a eu lieu par le passé sur les sites. Pour reconstituer ce puzzle fastidieux, ils ont à leur disposition, comme dans la criminalistique moderne, un large éventail de méthodes scientifiques : des méthodes de datations physiques aux analyses génétiques et autres analyses de matériaux en passant par la prospection géomagnétique (Hunter, Roberts et Martin 1996).

9Les narrations archéologiques dans les documentaires (Discovery Channel) et dans les jeux vidéo (Sherlock Holmes : The Mystery of the Mummy) sont souvent représentés sous forme d’enquêtes policières. Heidrun Derks, directrice du musée de Kalkriese consacré à la bataille de Varus, dépeint l’archéologue comme un détective. Le visiteur est interpellé par les mots : « Bonjour ! Un moment ! J’aimerais vous montrer quelque chose : je suis ici l’enquêteur. Appelez-moi tout simplement Stahnke... » (Derks 2003).

10Parallèlement, il existe un grand nombre de romans policiers dans lesquels les archéologues jouent un rôle important. Ainsi, le roman d’Agatha Christie Meurtre en Mésopotamie (1936) se déroule sur une fouille archéologique et Poirot doit chercher le meurtrier parmi les archéologues et autres collaborateurs de l’expédition. Agatha Christie connaissait bien par expérience personnelle cet univers professionnel puisqu'elle était mariée avec l’archéologue Max Mallowan et l’accompagnait régulièrement sur ses fouilles au Proche-Orient (Trümpler 1999).

11Les archéologues-détectives sont des aventuriers de l’esprit : ce sont des savants rêveurs, souvent coupés du monde réel, affublés d’un nœud papillon, de lunettes et d’une barbe. Ils assemblent patiemment les éléments d’un puzzle et percent ainsi les secrets du passé. Le professeur Henry Jones, père d’Indiana Jones, est une personnification typique de l’historien qui déchiffre les traces. À eux deux, le détective érudit et le héros d’aventure constituent une équipe imbattable quant il s’agit de résoudre des énigmes archéologiques.

12Une brillante parodie du personnage de l’archéologue détective nous vient de l’auteur satirique allemand Hans Traxler (2007). Des fouilles ainsi qu’une série d’indices mettent l’archéologue Georg Osseg, spécialiste des contes, sur les traces de la vérité historique voilée derrière le conte de Hänsel et Gretel… La description de la fouille d’un site du xxe siècle par l’écrivain et dessinateur américain David Macaulay (1979) n’est pas moins impressionnante : l’archéologue amateur Howard Carson fouille en 4022 le Motel of the Mysteries et y découvre des « choses extraordinaires » tout comme Howard Carter, jadis, dans la tombe de Toutankhamon. Ces « trésors » sont pour Carson autant d’indices qui le renseignent sur certains mystères que cèle notre civilisation disparue…

L’archéologie : découvrir et révéler

13À la fin des récits d’aventure et des romans policiers archéologiques arrive souvent l’instant de la découverte, la révélation d’un secret important. Le moment de la découverte d’un trésor est une caractéristique si importante de l’archéologie dans la culture populaire qu’il doit être traité à part.

14Les médias attendent aussi que les archéologues fassent des découvertes sensationnelles. Des manchettes accrocheuses telles que « Découverte du Stonehenge de Dresde : un observatoire vieux de 7 000 ans » (Bildzeitung, Dresde) sont révélatrices de cette attente. Dans les journaux télévisés, les quotidiens et les magazines, des résultats peu spectaculaires sont volontiers présentés comme des découvertes sensationnelles. Dans le même ordre d’idées, le magazine satirique américain The Onion a publié en 1999 un article intitulé « Archaeological Dig Uncovers Ancient Race of Skeleton People » (numéro du 8 décembre, sur le Web : http://www.theonion.com/​content/​node/​29976). Le fouilleur d’une nécropole y présente les implications époustouflantes de cette découverte :

This is an incredible find. Imagine: At one time, this entire area was filled with spooky, bony, walking skeletons. […] We now know that the skeletons we see in horror films and on Halloween are not mere products of the imagination, but actually lived on Earth.

Un autre spécialiste rajoute :

Like humans, these creatures walked upright on two legs and possessed highly developed opposable thumbs. These and many other similarities lend credence to the theory that hundreds of thousands of years ago, human development passed through a skeletal stage. These skeletons may, in fact, be ancestors to us all. Any of us could be part skeleton.

15Cet exemple illustre bien le fait que, dans la culture populaire, l’archéologue annonce volontiers des découvertes renversantes d’une grande importance pour tous. Les archéologues hollywoodiens sont souvent les sauveurs, voire les rédempteurs de l’humanité. Indiana Jones est en quête de l’arche d’alliance et du Graal, rien de moins. Lara Croft doit parvenir au dernier moment à sauver le monde entier d’un cataclysme imminent.

16Gisela Graichen (1995 : 14, 22), auteur de nombreuses séries ayant trait à l’archéologie pour la télévision allemande, a avancé une fois que les archéologues étudient les raisons pour lesquelles certaines sociétés fonctionnent alors que d’autres échouent, afin d’élaborer des stratégies de survie pour l’avenir du genre humain. La supposition que les archéologues puissent effectivement faire de telles révélations place leur travail aux limites du merveilleux. Leur capacité, souvent vantée, à pouvoir faire revivre des cultures disparues et à faire parler des objets, donne à penser qu’ils disposent de dons surnaturels. Rudolf Pörtner a décrit cette aptitude étonnante dans une préface parue en 1986 :

17Il peut paraître audacieux de prétendre que les archéologues modernes sont capables de lire dans le sol comme dans un livre, qu’ils reconstituent l’histoire et qu’ils peuvent réanimer des objets inanimés, mais c’est pourtant très proche de la vérité.

18Dans ce contexte, même les films dans lesquels des archéologues font revenir une momie à la vie et sont ensuite poursuivis par leur malédiction ne paraissent plus le pur fruit de la fantaisie. Une telle intrigue est plutôt une conséquence logique des « dons surnaturels » que les médias attribuent à l’archéologue en présentant les secrets archéologiques de la même manière que les films d’horreur, les soucoupes volantes et la série télévisée The X File.

L’archéologie : sauvegarder

19Ces trois traits caractéristiques de l’archéologie remontent à la seconde moitié du xxe siècle, à l’époque des découvertes d’Heinrich Schliemann. C’est à ce moment que s’est créée non seulement la discipline scientifique qu’est l’archéologie (préhistorique) dans sa forme actuelle, mais aussi le produit de marque, si populaire. Schliemann y a contribué de manière décisive (voir Zintzen 1998).

20Depuis les années 1960-1970, une quatrième image de l’archéologue dans la vie quotidienne a fait son apparition. Elle reflète les nouvelles réalités de son métier et en particulier de l’archéologie préventive. L’archéologue est de plus en plus présenté comme l’avocat énergique et le gardien, au profit des générations futures, de tous les sites menacés par les chantiers de construction, les guerres et les trafics d’objets archéologiques.

21Cet archéologue n’est pas un baroudeur, c’est un activiste local sur les chantiers de construction et dans les administrations. Sous son ciré, il porte parfois une cravate. Il est fréquemment présent dans la presse locale qui relate volontiers et souvent quelles découvertes et quels objets ont été sauvés lors de la l’édification de tel ou tel nouveau bâtiment. Cette nouvelle image de l’archéologue a même déjà fait son entrée à Hollywood.

Fig. 2

Fig. 2

Faisant preuve de beaucoup de patience, les archéologues font parler le passé dans la revue Verena (5/1990). Reproduction avec l’aimable autorisation du photographe Wilfried Beege.

22Dans le film The Body (2001), c’est la sépulture de Jésus-Christ lui-même que l’on découvre dans l’urgence habituelle pendant un sauvetage à Jérusalem ! L’archéologue du film, Sharon Golban, raconte les circonstances de la découverte d’une manière impensable chez Indiana Jones ou Sherlock Holmes : « They wanted to put up flats in about three months so we had to be quick. » Même la National Geographic Society, normalement plutôt versée sur les histoires d’aventure traditionnelles, a bien perçu cette évolution. Le texte de couverture d’un DVD contenant un film qu’elle diffuse Inca Mummies : Secrets of a Lost Empire est une invitation : « Join archaeologists racing to rescue priceless Inca relics from looters and urban sprawl. »

23Comble de l’ironie, en tant que gardien, l’archéologue n’a pas intérêt à multiplier les découvertes. Bien au contraire, il doit préserver autant de sites qu’il le peut pour les générations futures et utiliser ses ressources avec parcimonie pour sauver le plus de choses possibles avant l’arrivée des pelleteuses. Dans cet ordre d’idées, un journal suédois titrait il y a quelques années : « Aucune découverte archéologique sur le tracé de la route nationale n° 29 ». Vingt ans plus tôt, cela n’aurait probablement intéressé personne.

L’archéologie dans la société de l’expérience vécue

24Dans les quatre représentations de l’archéologie évoquées, qui naturellement présentent parfois entre elles des recoupements importants, le processus lié au travail de l’archéologue est un aspect central. La popularité de la « marque » archéologique est liée aux actions de l’archéologue : fouiller, découvrir, lire les indices, révéler et faire revire le passé, sauvegarder les sites de notre patrimoine culturel. Dans la culture quotidienne actuelle, l’archéologie est toujours un verbe ! Par là, je veux dire que le substantif archéologie est généralement perçu comme une action et non pas comme un nom commun qui décrit un objet. L’emblème de l’archéologue est toujours – et ce n’est pas un hasard – la bêche, son outil le plus important, la truelle (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Quelques représentants de la science du pinceau et de la truelle au travail dans une vitrine du grand magasin « Kaufhof », Cologne, 2006.  Photographie de Geoff Carver, reproduction avec l’aimable autorisation du photographe.

25L’image quotidienne de l’archéologie est un produit soumis à une forte demande. Elle permet non seulement de vendre des films mais aussi des journaux. Elle est utilisée dans des spots publicitaires sur les chaînes commerciales, des livres, des attractions touristiques ainsi que toute une palette d’autres produits (Jensen et Wieczorek 2002). Ce constat ne doit pas être perçu comme un danger mais comme une chance pour l’archéologie scientifique d’atteindre, elle aussi, le grand public. Nous vivons dans une société que Christoph Köck (1990), spécialiste en ethnologie européenne, et le sociologue Gerhard Schulze (1992) ont qualifiée indépendamment l’un de l’autre de « société de l’expérience vécue » : l’individu y dispose de plus en plus d’occasions de s’épanouir, ce qui conduit à une mutation des conceptions de la vie et à la mise en place d’un « marché de l’expérience vécue ». Vivre et voir deviennent de plus en plus synonymes (Pine et Gilmore 1999).

26L’archéologie est populaire parce qu’elle raconte des aventures et des histoires de sauvetage captivantes, auxquelles le grand public fasciné peut assister directement sur place ou par l’intermédiaire des médias. La « science du pinceau et de la truelle » n’est plus seulement destinée à un public restreint, mais fait partie d’un phénomène de masse lié à la marque archéologie.

27Au sens figuré, l’archéologue ne fouille évidemment pas seulement le sol mais aussi dans des problématiques qui touchent directement l’humanité. L’archéologie a naturellement une dimension strictement scientifique, à savoir l’étude du passé humain et de ses vestiges ; parallèlement, et à un autre niveau, elle permet à l’être humain de voir sa propre vie sous un nouveau jour. Le travail de l’archéologue ne réveille pas seulement des rêves et des espoirs largement partagés mais aussi les soucis et les détresses de l’espèce humaine. Nous sommes tous amenés durant notre vie à surmonter des aventures et leur cortège de privations et de dangers (et, occasionnellement, nous en redemandons !). Nous devons tous résoudre avec patience les énigmes du quotidien. Nous sommes tous enthousiasmés par nos propres découvertes et fascinés par les acquis intellectuels fondamentaux d’un monde qui évolue vite. Nous tous devons gérer nos ressources et protéger de l’oubli et de la destruction ce qui nous est cher. Tous ces sujets reviennent dans les récits qui ont trait au travail de l’archéologue ; c’est la raison pour laquelle l’archéologie non seulement divertit le public mais le touche aussi profondément. La conséquence du grand intérêt porté à l’archéologie est que le grand public en a une perception différente de celle qu’en ont les archéologues. Le véritable problème, s’il y en a vraiment un, tient moins au déficit de connaissance du public quant aux réalités de l’archéologie qu’au déficit de connaissance des archéologues quant aux attentes du public (Holtorf 2007).

28Dans la « société de l’expérience vécue », une des questions fondamentales de notre discipline, et en même temps sa justification, est de savoir comment répondre à la demande d’expériences vécues. La réponse est évidente dans la mesure où l’archéologie se consacre par nature à des travaux de terrain dans des lieux (plus ou moins) éloignés, à la découverte de « trésors » scientifiques, à l’étude des êtres humains et de leur histoire, ainsi qu’à la protection d’objets et de sites importants. Cette orientation, propre à notre discipline, vers des sujets populaires est un atout que les archéologues professionnels devraient utiliser de manière plus résolue, dans leur propre intérêt et dans celui d’un public toujours plus large intéressé par l’archéologie.

Haut de page

Bibliographie

Ceram, C. W. 1949. Götter, Gräber und Gelehrte. Roman der Archäologie. Hamburg, Rowohlt.

Christie, A. 1936. Murder in Mesopotamia. Londres, Collins Crime Club.

Derks, H. 2003. « Kalkriese – oder : wie man eine Schlacht ausstellt », Archäologische Informationen, 26 : 127-132.

Graichen, G. 1995. « “Time-digger” oder die Entschlüsselung von Botschaften aus einer anderen Welt », in : G. Graichen et M. Siebler (éds), Schliemanns Erben. Entschlüsseln Archäologen unsere Zukunft ? Mayence, Zabern : 11-23.

Gründel, A. et H. Ziegert. 1983. « Archäologie und Kriminalistik. Ziele und Wege der Erkenntnisgewinnung », Archäologische Informationen, 5 : 175-192.

Holtorf, C. 2007. Archaeology is a brand ! The Meaning of Archaeology in Contemporary Popular Culture. Oxford, Archaeopress.

Hunter, J., C. Roberts et A. Martin (éds). 1996. Studies in Crime : An Introduction to Forensic Archaeology. Londres, Batsford.

Jensen, I. et A. Wieczorek. (éds). 2002. Dino, Zeus und Asterix. Zeitzeuge Archäologie in Werbung, Kunst und Alltag heute. Mannheim, Reiss-Engelhorn-Museen.

Köck, C. 1990. Sehnsucht Abenteuer. Auf den Spuren der Erlebnis-gesellschaft. Berlin, Transit.

Macaulay, D. 1979. The Motel of the Mysteries. Boston, Houghton Mifflin.

Pine, J. II et J. Gilmore. 1999. The Experience Economy. Work is Theatre & Every Business a Stage. Boston, Harvard Business School Press.

Pörtner, R. 1986. « Archäologie : Abenteuer und Wissenschaft », in : R. Pörtner (éd.), Vergangene Welten, Faszinierende Funde. Abenteuer und Geheimnisse der Archäologie. Stuttgart etc, Das Beste : 6-7.

Schulze, G. 1992. Die Erlebnisgesellschaft. Kultursoziologie der Gegen-wart. Francfort et New York, Campus.

Traxler, H. 2007 [1963]. Die Wahrheit über Hänsel und Gretel. Stuttgart, Reklam.

Trümpler, C. (éd.). 1999. Agatha Christie und der Orient. Kriminalistik und Archäologie. Munich, Scherz.

Zintzen, C. 1998. Von Pompeji nach Troja : Archäologie, Literatur und Öffentlichkeit im 19. Jahrhundert. Vienne, WUV Universitätsverlag.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure  1
Légende Archéologue Playmobil en pleine aventure. Reproduction avec l’aimable autorisation de Playmobil. Playmobil est une marque de la société geobra Brandstätter Gmbh & Co. KG, pour laquelle les jouets représentés sont aussi protégés.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/564/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 2
Légende Faisant preuve de beaucoup de patience, les archéologues font parler le passé dans la revue Verena (5/1990). Reproduction avec l’aimable autorisation du photographe Wilfried Beege.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/564/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Fig. 3
Légende Quelques représentants de la science du pinceau et de la truelle au travail dans une vitrine du grand magasin « Kaufhof », Cologne, 2006.  Photographie de Geoff Carver, reproduction avec l’aimable autorisation du photographe.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/564/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cornelius Holtorf, « Entre culture populaire et science, la « marque archéologique » », Les nouvelles de l'archéologie, 113 | 2008, 26-30.

Référence électronique

Cornelius Holtorf, « Entre culture populaire et science, la « marque archéologique » », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 113 | 2008, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/564 ; DOI : 10.4000/nda.564

Haut de page

Auteur

Cornelius Holtorf

Université de Lund et université de Kalmar (Suède)

Cornelius.Holtorf@ark.lu.se

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org