Navigation – Plan du site
Dossier: Images publiques de l'archéologie

Archéologie et journalisme

De la fouille au bureau de rédaction
Archaeology and journalism
Geneviève Lüscher
Traduction de Samuel van Willigen (Zürich)
p. 22-26

Résumés

Les relations entre l’archéologie et le journalisme ne sont pas sans heurts. Si les archéologues se trouvent trop peu sollicités par les journalistes, ces derniers désespèrent de la capacité des archéologues à présenter leurs recherches et leurs fouilles de façon adaptée aux exigences des médias. Les archéologues ont désappris à distinguer ce qui est intéressant pour un large public de ce qui ne l’est pas. Il ne suffit pas de trouver les mots simples pour expliquer quelque chose de complexe. Le journalisme scientifique n’est pas de la vulgarisation. En outre, le journaliste scientifique n’écrit jamais « pour » une discipline – ici l’archéologie – mais pour ses lecteurs en tenant compte des intérêts de ces derniers et en écrivant, au besoin, « contre » l’archéologie.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Mes remerciements vont à la Freiwillige Akademische Gesellschaft de Bâle pour le financement de la traduction.

1L’archéologie dispose, à la différence d’autres disciplines, de nombreux atouts pour attirer l’attention des médias : elle répond à la fois à l’envie d’aventure, au plaisir de la découverte, à la nostalgie des pays lointains et des époques reculées et à l’attachement à son pays. Les objets originaux qui proviennent de fouilles archéologiques permettent de rendre le passé visible et tangible. L’archéologie tente aussi de trouver une réponse à une des questions essentielles de l’humanité : d’où venons-nous ? Tout cela intéresse et fascine un public qui, aujourd’hui plus que jamais (ce qui est peut-être une conséquence de la mondialisation), a besoin d’un passé qui lui donne un sens, de repères et d’orientation. C’est la raison du large succès que connaît actuellement l’archéologie et dont témoigne l’explosion du nombre d’ouvrages grand public sur ce thème ou le nombre de visiteurs d’expositions sur Troie, Toutankhamon ou l’homme de Néanderthal. Évoquons aussi les foules de personnes intéressées qui se pressent lors des visites de fouilles organisées dans le cadre de journées portes ouvertes, pour savoir ce qui, une fois de plus, a été découvert devant leur porte.

2Paradoxalement, l’archéologie en tant que science a du mal à être présente dans les médias. Cela est lié d’une part aux médias eux-mêmes, d’autre part aux archéologues. Ce coup d’œil jeté dans les coulisses de la rédaction d’un journal suisse permettra peut-être à l’archéologie d’éviter des malentendus, tout au moins en ce qui concerne la presse écrite, de mieux comprendre les impératifs journalistiques et contribuera ainsi, éventuellement, à améliorer la collaboration entre journalisme et archéologie. En tant qu’archéologue qui, après vingt ans d’exercice de cette profession, s’est réorientée vers le journalisme, les deux côtés me sont familiers.

3En guise d’introduction, je présenterai dans un premier temps la situation de l’archéologie dans les médias allemands, supposant que la situation en Suisse ne présente pas de différences sensibles. J’examinerai ensuite les structures existant au sein de la rédaction d’un journal avant de me tourner vers les protagonistes, d’abord les archéologues, ensuite les journalistes scientifiques, sans oublier les conflits d’intérêts qui les séparent. Pour finir, je poserai la question – sans réponse – du public et de ses attentes à l’égard d’un journal.

Les médias

4Ne disposant d’aucune étude statistique sur la présence de sujets archéologiques dans la presse suisse, je résumerai ici les résultats d’une analyse de la presse allemande réalisée récemment (Benz et Liedmeier 2007). Cette étude a clairement montré que le nombre d’articles consacrés à des sujets archéologiques a considérablement augmenté au cours des années 1990, pour ensuite rester constant dans certaines revues et continuer à croître dans certains journaux.

5Seuls les journaux et magazines à large diffusion publient de longs articles et il s’est avéré que ceux-ci sont toujours liés à la présence d’un rédacteur intéressé par l’archéologie. Les journaux régionaux publient rarement de tels articles et, quand ils le font, il s’agit alors de sujets régionaux. Du reste, ils ne disposent, en général, d’aucun rédacteur véritablement formé à de tels sujets, ce qui a une incidence sur la qualité des articles. Benz et Liedmeier insistent sur le fait que les contacts personnels entre rédacteur et milieu archéologique ont un effet décisif sur tous les plans. Les deux chercheuses ont constaté que, de manière surprenante, dans tous les magazines, revues et journaux dépouillés, les articles portant sur la préhistoire européenne ont augmenté en nombre alors que ceux consacrés à l’archéologie classique ont presque disparu – si l’on fait abstraction des comptes rendus de films à succès tels que Troie ou les Jeux Olympiques. La « proximité », qu’elle soit spatiale, humaine ou thématique, semble être le critère dominant dans le choix des rédactions. Les sujets liés à un personnage sont également très appréciés : Ötzi, Toutankhamon, Hatshepsout ou Cléopâtre. À défaut d’un tel sujet, il faut au moins que le chercheur impliqué vienne d’Allemagne. À l’inverse, peu appréciés et donc impubliables sont les sujets impersonnels et ceux consacrés à la méthodologie et aux fondements théoriques de notre discipline, alors que les articles consacrés au culte, à la religion, aux trésors, au pouvoir et à la richesse (sujets qui n’intéressent pas particulièrement les archéologues…) sont très prisés.

La rédaction

6Un journal est composé de plusieurs rubriques qui ont chacune leur orientation thématique. Seuls les grands journaux ont une rubrique exclusivement consacrée aux sciences pour laquelle travaillent des journalistes scientifiques. Dans le cas de journaux plus modestes, ce sont les journalistes « généralistes » qui traitent ce type de sujet. En règle générale, les journalistes scientifiques n’écrivent que sur les domaines dans lesquels ils sont spécialisés, pour y avoir consacré leurs études, souvent jusqu’au niveau du doctorat.

7Dans les pays germanophones, le journalisme scientifique porte sur les sciences naturelles, la médecine et les technologies. Les sciences humaines et sociales en sont d’ordinaire exclues ; art et littérature sont traités dans la rubrique culturelle.

8L’archéologie a de la chance. En tant que science interdisciplinaire, et grâce à ses nombreux prolongements au sein des sciences naturelles – les datations radiocarbones, la botanique, les études consacrées à l’Adn fossile, les analyses isotopiques, l’évolution humaine –, elle a accès, en quelque sorte par la petite porte, à la rubrique « recherche ». De plus, de grands journaux se sont aperçus que la recherche est un domaine extrêmement large et s’ouvrent de plus en plus aux sciences humaines, ne serait-ce que pour surmonter le fossé notoire qui existe entre ces deux cultures scientifiques.

9Cependant, ces nouveaux domaines, perçus comme des intrus, continuent à être traités avec suspicion dans les rubriques consacrées à la recherche. Ils sont considérés comme des sciences « molles », voir comme non scientifiques. Et comme tous les journalistes veulent écrire et publier, l’espace disponible est très convoité. Il est très difficile pour les sciences humaines de se ménager une place car elle ne sont, à l’exception des découvertes sensationnelles, jamais « vitales ». Comparées à la génétique, l’énergie nucléaire, l’astronomie, les nanotechnologies, les nouveaux médicaments et les nouvelles techniques d’opération, qui affichent des découvertes et des progrès prétendument plus fantastiques les uns que les autres et qu’il faut soi-disant impérativement publier sans tarder, les sciences humaines, avec leur lenteur, ne sont pas demandées.

10Une idée de sujet doit donc être avant toute chose vendue envers et contre une avalanche de communiqués des sciences dures. Les journalistes scientifiques doivent donc faire comprendre aux responsables de la rédaction que le sujet proposé est, d’une manière ou d’une autre, « nouveau ». La question classique est : « pourquoi devons-nous publier ceci ? ». Un journal ne publie que les nouvelles dignes de ce nom, les « news » ! Les nouvelles sensationnelles ont la partie facile et n’ont besoin d’aucune justification : la mort nouvellement élucidée d’Ötzi ou une tombe impériale en Chine n’ont aucune difficulté à passer le cap, à condition cependant que les journaux concurrents n’aient pas encore publié l’information de manière exhaustive. En Europe, de telles découvertes sont rares. La mise au jour d’un nouveau village lacustre ou d’une villa romaine, par exemple, n’est pas une information suffisamment importante pour un journal national. Ce sont des découvertes assez courantes qui n’ont plus rien de « nouveau » et qui font donc tout au plus l’objet d’une notice. En revanche, si la même villa a livré une belle mosaïque dans un état de conservation exceptionnel ou si on y a mis au jour le plus ancien pépin de grenade de Suisse, cela peut être alors considéré comme une nouveauté. N’étant pas mise en valeur par les archéologues, elle passe inaperçue.

L’archéologue

11Les archéologues doivent apprendre à reconnaître ce qui fait l’intérêt journalistique de leur travail. Ce n’est pas la villa, même si, avec ses douze phases de construction, elle présente un certain intérêt d’un point de vue scientifique, mais c’est la mosaïque ou encore le fameux pépin de grenade !

12L’expérience montre que la plupart des archéologues, après quelques années de vie professionnelle, sont incapables d’évaluer correctement l’intérêt de leur travail pour le grand public (et souvent même pour les spécialistes). Les contacts constants avec les collègues, la participation à des conférences et séminaires professionnels, la publication dans des organes scientifiques, tout cela voile leur regard critique sur leur propre travail, ce d’autant plus qu’il n’existe pas d’attitude assimilable à une « culture de la critique » dans l’archéologie suisse.

13De nombreux archéologues font certes l’effort d’attirer l’attention d’un large public ; ils écrivent des textes et présentent des conférences sans pour autant s’interroger sur cette activité ni vérifier qu’ils atteignent bien ce fameux public, voire sans même se renseigner sur ce que ce dernier peut bien vouloir savoir. Depuis peu, ces « rapports avec le public » font jusque dans les universités l’objet d’un enseignement, dont sont cependant généralement exclus le public ainsi que les médias.

14La vulgarisation est souvent perçue comme une traduction : l’archéologue décrit au non spécialiste un fait scientifique en utilisant une langue de tous les jours, aussi simple que possible et dépourvue de tout jargon. Les informations et le sujet restent cependant scientifiques. En d’autres termes, la villa et ses douze phases de construction sont imposées au lecteur dans le détail, alors que le pépin de grenade n’est évoqué que de manière marginale.

15La remarque fugitive de l’archéologue indiquant qu’il s’agit là de la première découverte de ce genre dans ce pays attire immédiatement l’attention du journaliste. Il veut en savoir plus sur la question. L’archéologue élude : le pépin doit faire l’objet d’une analyse plus poussée. Et la mosaïque ? C’est encore trop tôt, on ne pourra en parler qu’au terme de l’étude, dans quelques années… Inutile de dire que dans quelques années, il sera impossible de placer dans un journal un article sur un pépin de grenade découvert longtemps auparavant ! Son effet médiatique aura fait long feu depuis belle lurette. L’actualité est à la base de toute activité journalistique.

16Les nombreux communiqués de l’archéologie renferment, souvent de manière dissimulée, une information intéressante qu’il faut tout d’abord reconnaître puis mettre en valeur. Cela implique que l’archéologue doit se détacher du détail de ses problématiques scientifiques, par exemple les douze phases de construction de la villa. Cela suppose un surplus de travail, car il doit fournir au journaliste de la matière supplémentaire, c’est-à-dire des connaissances faciles à comprendre qui ne font pas nécessairement partie de ses compétences ou de ses centres d’intérêts ; le journaliste ne peut pas faire ce travail pour lui. L’archéologue en tant que spécialiste doit mettre en forme l’information sur les sujets « grenade » et « mosaïque » même s’il est en fait spécialiste d’architecture romaine. Il doit pour cela d’une part dépasser l’horizon de la fouille archéologique sur laquelle il travaille et chercher au-delà de son canton voire de la Suisse, d’autre part, et c’est là que le bât blesse, réduire les mois de travail consacrés à la villa et à ses différentes phases à un pépin de grenade. Il lui faut ensuite un peu de courage car ce qu’il a dit sur ses propres fouilles est, scientifiquement parlant, prématuré et donc peut-être spéculatif. Le journaliste a cependant besoin de cette focalisation sur ce qui lui paraît les seules choses intéressantes découvertes dans cette villa.

17Le journaliste a par ailleurs besoin de bonnes photographies. Un sujet, aussi sensationnel qu’il soit, n’a aucune chance auprès du journaliste sans photographie utilisable. Peuvent être qualifiées de « bonnes » des photographies de beaux objets que l’on peut reconnaître comme tels, de sépultures avec leur squelette, ainsi que de reconstitutions et de scènes de vie. Les tessons n’intéressent personne, de même que des murs et stratigraphies quelconques. Les vues de fouilles archéologiques sont monotones, elles ont en effet toujours le même aspect et ne disent absolument rien au non-spécialiste.

Le journaliste scientifique

18Les journalistes scientifiques ne sont pas des scientifiques camouflés même s’ils ont tous fait des études et s’ils ont généralement un doctorat. Ils ont changé de camp. Leur vision de la recherche n’est plus ni scientifique, ni vulgarisatrice ; c’est une vision journalistique. Le journal est leur employeur et leur public n’est plus limité à quelques collègues, mais rassemble des dizaines de milliers de lectrices et de lecteurs.

19Le scientifique fait de la vulgarisation lorsqu’il veut présenter ses recherches à un large public. Il parle ou écrit pour son compte, à savoir pour ses propres recherches, pour sa science. Le journaliste, et c’est là que réside une des principales méprises des archéologues à son égard, écrit toujours pour les lectrices et les lecteurs et non pas, comme dans notre exemple, pour l’archéologie. En d’autres termes, il peut aussi écrire, si besoin est, « contre » l’archéologie.

20Le journaliste scientifique doit mettre en forme un sujet généralement présenté de manière sèche pour en faire une « histoire » captivante. Il doit donc écourter certains faits et doter certains autres d’un arrière-plan ; il doit établir des liens, trouver un fil rouge, souligner certains aspects et mettre beaucoup de choses de côté, au grand dam du scientifique. Il est cependant toujours soucieux de justesse scientifique. Pour les archéologues, qui insistent toujours sur les aspects provisoires et partiels de leurs résultats en invoquant le fait que beaucoup d’éléments leur manquent, que peu de choses sont bien établies et qu’il serait préférable d’attendre le résultat de nouvelles fouilles, il est souvent difficile de comprendre que, dans les médias, il faut aller droit au but, il faut focaliser.

21Le journaliste scientifique tait son opinion personnelle à la différence du journaliste culturel qui peut, quant à lui, donner son avis sur une exposition ou sur un livre. Le journaliste scientifique se contente en fait de traiter l’information, il rend compte des découvertes d’autrui en laissant parler les spécialistes. Il traite cependant les informations qui lui sont livrées par les scientifiques pour en faire une histoire à part entière. Il devient auteur tandis que le scientifique est cantonné au rôle de fournisseur de faits.

22Alors que les sciences de la nature sont souvent marquées par des opinions divergentes qu’il est facile de mettre en opposition, ce genre de controverses est plus rare pour les sciences de l’homme. Les sujets archéologiques font rarement l’objet de débats. Les spécialistes ne se permettent pas de critiquer leurs collègues, ce qui est aussi lié au fait qu’il est très difficile de juger de la qualité d’une fouille archéologique en tant qu’observateur extérieur. Cependant, la recrudescence de nouvelles sensationnelles, par exemple en provenance d’Égypte, commence à susciter des protestations encore timides de la part des spécialistes. Les crieurs publics de ces « scoops » en provenance du Caire (analyse de l’Adn d’Hatshepsout), de Rome (grotte du Lupercal) ou encore de Jérusalem (ciste funéraire et son inscription) savent bien comment les médiatiser et leurs découvertes font les premières pages dans le monde entier sans qu’aucun média ne puisse s’y soustraire. Pour le journaliste scientifique sérieux, qui imagine bien qu’on a fait beaucoup de bruit pour rien, il reste difficile de trouver au sein des spécialistes des avis contraires susceptibles d’être présentés au grand public. Qui est prêt à provoquer ce « cher » collègue à Rome ou encore le tout puissant chef des Antiquités au Caire ? Dans de tels cas, il est difficile de rendre compte des faits de manière correcte, ce qui est généralement peu satisfaisant.

Les sources

23Comment le journaliste scientifique trouve-t-il ses sujets ? Aujourd’hui, la principale source d’informations est Internet. Il existe différents services d’informations spécialisés, auxquels il est possible de s’abonner. Les revues en ligne et les conférences peuvent donner des idées intéressantes. Mais les réseaux personnels, les relations avec le monde de la recherche ainsi que les collègues sont, eux aussi, très utiles. Les communiqués de presse adressés à un service de rédaction anonyme ont peu de chance d’atteindre leur but et finissent dans la corbeille à papier. Seuls les courriers postaux ou électroniques adressés à une personne servent à quelque chose.

Les conflits d’intérêts

24Le journalisme scientifique n’est pas au service de la science. Il n’en est pas le porte-parole, mais poursuit toujours les intérêts des lectrices et des lecteurs. Les scientifiques s’attendent, à tort, à ce que les journalistes accordent à leur cause un soutien sans faille tout en gardant eux-mêmes le contrôle de la communication vers l’extérieur. Il n’en est rien. Les journalistes sont autonomes et rendent compte, de manière scientifiquement correcte, de leur point de vue et comme bon leur semble. Ce sont eux qui décident de ce qui intéresse et n’intéresse pas le public.

25Le fait d’avoir changé de camp peut également amener le journaliste scientifique à attirer l’attention sur les dysfonctionnements dans le milieu archéologique. En tant qu’instance indépendante, il ne doit ménager personne. Il est cependant tenu de trouver des spécialistes en mesure de confirmer ces mêmes dysfonctionnements. Comme partout, il y a en archéologie des choses qui ne sont pas comme elles devraient être. En Suisse, où le fédéralisme est marqué, les archéologues cantonaux, par exemple, se considèrent comme intouchables : ils n’ont souvent au-dessus d’eux qu’un seul responsable politique, qui de surcroît ne comprend rien à l’archéologie, donc personne n’est en mesure de les rappeler à l’ordre. On pourrait ainsi se demander pourquoi il n’y a plus de découverte préhistorique dans certains cantons alors que les activités liées à la construction sont en plein essor et que ces mêmes cantons avaient été, par le passé, extrêmement riches en la matière. Avons-nous affaire à de l’incompétence ?

26Dans les universités, on pourrait dénoncer les processus de recrutement opaques, les nominations abusives, des projets de recherche qui restent inachevés, le gaspillage de fonds publics et le manque de coopération entre les universités. En ce qui concerne les musées, l’essor de l’« événementite » serait un sujet intéressant pour les médias. Cette culture de l’événement semble en effet se développer aux dépens de la préservation et de l’étude des biens culturels qui leur sont confiés.

27De telles ingérences se heurtent naturellement au désaveu et sont condamnées comme une immixtion dans des affaires internes, la plupart des archéologues suggérant qu’il faudrait mieux laver son linge sale en famille. Le suivi médiatique des fouilles du sanctuaire celtique de Mormont dans le canton de Vaud l’a bien montré.

28Le souhait des archéologues d’être plus présents dans les médias n’a donc pas que des aspects positifs. Les feux de la rampe éclairent aussi les coins les plus sombres.

Les lecteurs

29Qui lit quels journaux et quelles rubriques ? Le lecteur est le grand inconnu dans la presse. Beaucoup d’efforts ont été et sont encore entrepris pour découvrir ce qu’il veut lire. Veut-il des textes courts avec beaucoup d’images ou le contraire ? Veut-il beaucoup de sport et peu de culture, plus de science et moins de politique ? Personne ne peut répondre clairement à ces questions.

30Pour le journaliste qui doit remplir un contrat, ces questions ne se posent pas. Il rend son travail en accord avec les exigences du rédacteur en chef. Il n’a donc aucune influence sur le rapport entre texte et image qui dépend de la mise en page, pas plus qu’il ne peut décider du titre de son article et des légendes des figures, qui relèvent également de la mise en page et doivent être uniformes sur l’ensemble du journal. Cependant, il décide du niveau de langue employé, qui dépend de manière décisive du type de publication auquel est destiné l’article (magazine scientifique universitaire, quotidien, journal local, hebdomadaire de haut niveau…).

31Dans tous les cas, il ne peut présupposer le moindre savoir archéologique, même pas en ce qui concerne le magazine universitaire. Même les lecteurs instruits, à l’exception de ceux intéressés par l’histoire, n’ont qu’une vision très vague du passé. Le terme « Vindonissa » ne dira rien à une chimiste qui pense peut-être qu’il s’agit d’une plante, un physicien se demande si les Romains arrivent avant ou après les Lacustres et un spécialiste de l’histoire contemporaine s’étonne qu’il y ait encore des choses à découvrir en Suisse. Les scientifiques ne peuvent se représenter l’étendue du temps passé au sein duquel les archéologues évoluent avec aisance, et sont incapables d’y placer des événements. Il semble qu’ils aient une vision de l’histoire très statique alors que les archéologues ont une vision du monde en perpétuel mouvement, sans cesse développée, complétée et élargie.

32Cependant, les archéologues ont aussi des lacunes surprenantes pour les scientifiques. Qui donc parmi eux connaît la différence entre une planète et une étoile ou entre une bactérie et un virus ? Qu’est-ce que le Cern à Genève et la tectonique des plaques ? Pourquoi un orage est-il accompagné d’éclairs et de tonnerre ?

33En tant que journaliste scientifique, il est impératif de s’adresser au lecteur en partant de zéro. Cela n’est en aucun cas ennuyeux dans la mesure où une préhistorienne spécialiste du premier âge du Fer est ainsi amenée à évoluer dans des domaines entièrement nouveaux : les terres cuites chinoises, les Mayas au Mexique, Toutankhamon en Égypte ou encore le Moyen Âge à Novgorod. Se plonger dans des régions et des périodes lointaines demande du courage et beaucoup de temps. Pour réussir, il faut être toujours prêt à repartir de zéro.

Haut de page

Bibliographie

Benz, M. et A. K. Liedmeier. 2007. « Archaeology and the German Press », in : T. Clark et M. Brittain (éds), Archaeology and the Media. Walnut Creek, Left Coast Press : 153-174.

Göpfert, W. (éd). 2006. Wissenschaftsjournalismus. Berlin, Econ (5e édition).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Lüscher, « Archéologie et journalisme », Les nouvelles de l'archéologie, 113 | 2008, 22-26.

Référence électronique

Geneviève Lüscher, « Archéologie et journalisme », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 113 | 2008, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/560 ; DOI : 10.4000/nda.560

Haut de page

Auteur

Geneviève Lüscher

Archéologue et journaliste

g.luescher@bluewin.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org