Navigation – Plan du site
Dossier: Images publiques de l'archéologie

L’archéologie face à l’école

Analyse des manuels scolaires allemands
The archaeology in front of the school Analyse of the German textbooks
Miriam Sénécheau
p. 13-19

Résumés

De quelle manière la préhistoire est-elle présentée dans les manuels actuels allemands ? En quoi ces présentations reflètent-elles la recherche archéologique, l'histoire de ses idées et ses relations avec le public non spécialiste ? Telles sont les questions posées dans cet article. Il est composé d'une partie subsumant des informations sur le corpus étudié, sur son contenu et sur des observations générales, suivie par un petit tour d'horizon à travers la représentation des différentes époques pré- et protohistoriques. L'analyse est faite à partir d'un point de vue archéologique. Elle étudie surtout les images populaires de la préhistoire et leurs origines ainsi que les problèmes que l'on rencontre dans les textes et les illustrations.

Haut de page

Texte intégral

1Comment sont présentées les époques pré- et protohistoriques dans les manuels ? En quoi ces présentations reflètent-elles la recherche archéologique, l’histoire de ses idées et ses relations avec le public non spécialiste ? Telles sont les questions posées dans le cadre d’une étude analysant des manuels d’histoire, les programmes scolaires, les films didactiques et les romans historiques pour la jeunesse allemands (Sénécheau 2006a).

2Ce choix de médias comme matériel de base d’une analyse qualitative est fondé sur deux constatations. D’abord, la plupart des auteurs concernés, non-archéologues, doivent se documenter sur une matière qu’ils ne dominent pas. Ce fait peut nous donner une idée des voies de transmission ou d’informations entre l’archéologie et le public. Ensuite, un public jeune implique un choix dans les thèmes ainsi que des présentations simples et condensées. Le choix fait par les auteurs est d’une part lié à des considérations pédagogiques et didactiques, d’autre part, influencé par l’image que ces mêmes auteurs se font d’une certaine époque, par les sujets discutés dans notre société ainsi que par des clichés transmis de génération en génération.

3Étudier l’image de la préhistoire dans les médias de vulgarisation en tant qu’archéologue aboutit très vite à une énumération d’erreurs. Ces critiques doivent prendre en compte le fait que certains clichés populaires résultent de l’histoire des recherches, et que beaucoup d’interprétations problématiques sont imputables à l’archéologie elle-même qui, à son tour, est elle aussi influencée par des modes et des courants inscrits dans les mentalités de la société. Il faut ajouter à cela, surtout en Allemagne et pour certains thèmes, un manque de transmission d’informations à un large public par les archéologues. Cette carence oriente les auteurs de manuels, films et romans vers des médias de vulgarisation, parfois très anciens, pour se documenter.

Généralités

Spécificités du corpus

4En Allemagne, la pré- et la protohistoire sont au programme des 5e, 6e et 7e années de scolarité. Comme chaque Land établit ses propres programmes, qui servent de base pour les manuels, une analyse de 31 programmes (un à quatre pour chacun des seize Länder) a précédé l’étude des manuels.

5Les 47 manuels choisis (sur environ 120 admis pour le même niveau scolaire), publiés entre 1991 et 2003 par dix éditeurs, sont destinés à différents types d’écoles (en général, Hauptschule, Realschule, Gymnasium ou Gesamtschule). Ils sont écrits par un collectif d’auteurs – enseignants et anciens enseignants, historiens universitaires et professeurs travaillant à la formation des maîtres – associant rarement des archéologues.

L’importance relative des différentes époques

6Les programmes scolaires prescrivent presque tous l’enseignement de la préhistoire à l’âge de la Pierre, ainsi que celui de l’histoire romaine dans les provinces (tabl. 1). Les autres époques apparaissent moins souvent.

7Les manuels consacrent en moyenne 40,8 pages (22 à 57) à des sujets pré- et protohistoriques. Les premières civilisations et l’Antiquité occupent plus que le double de place (110 pages en moyenne). La représentation de certaines époques dans le manuel est donc infime : par exemple, l’âge du Bronze en Europe occupe seulement 1 % des pages consacrées à la préhistoire et à l’Antiquité.

8Les époques pré- et protohistoriques sont représentées de manière inégale (tabl. 2) : les manuels consacrent, par exemple, 10,4 pages en moyenne au Paléolithique, mais seulement 6,6 au Néolithique, 1,3 à l’âge du Bronze ou 2,6 à l’âge du Fer. L’histoire romaine dans les provinces prend presque autant de place que le Paléolithique (9,1 pages en moyenne).

9À côté de ces moyennes statistiques, la situation réelle dans les manuels varie beaucoup : par exemple entre 4 et 18 pages pour le Paléolithique, de 0 à 7 pages pour l’âge du Bronze, ou de 0 à 8 pages pour les peuples germaniques aux temps de César et de Tacite. Les manuels répondent ainsi à l’importance donnée au sujet dans les programmes des différents Länder et montrent une certaine liberté de choix de la part des auteurs dépassant parfois le minimum prescrit.

Tableau 1

Époques et sujets dans les programmes

prescrit

facultatif

total

pourcentage des programmes abordant le sujet

Paléolithique

29

2

31

100 %

Néolithique

29

2

31

100 %

Âge du Bronze et 1er âge du Fer

14

2

16

52 %

Époque romaine : les Germains

15

6

21

68 %

Époque romaine : les Romains dans les provinces

22

5

27

87 %

Époque des invasions et époque mérovingienne

14

3

17

55 %

Époques pré- et protohistoriques abordées dans les programmes

Tableau 2

Époques et sujets dans les manuels

Nombre moyen de pages (sur 40,8)

Pourcentage moyen de pages

(sur 40,8)

minimum et maximum de pages

pourcentage des manuels abordant le sujet

Paléolithique

10,4

25,5%

4-18

100%

Néolithique

6,6

16,2%

2-17

100%

« Peuples primitifs »

0,9

2,2%

0-8

45%

Âge du Bronze

1,3

3,2%

0-7

70%

Âge du Fer

2,6

6,4%

0-7

83%

Époque romaine : les Germains

1,7

4,2%

0-8

60%

Époque romaine : les Romains dans les provinces

9,1

22,3%

0-20

98%

Époque des invasions et époque mérovingienne

3,7

9,1%

0-12

72%

Divers

4,2

10,3%

0-12

94%

Place occupée par les différentes époques dans les manuels

Sources des auteurs

10À côté des catalogues d’expositions et des illustrations d’objets conservés dans des musées, les auteurs utilisent surtout la presse, des livres pour la jeunesse, de la littérature écrite par et pour un public d’amateurs et des publications pédagogiques. Les sources antiques citées proviennent rarement d’éditions scientifiques.

11Les illustrations des scènes de vie et les dessins techniques n’ont, pour la plupart, pas été créés pour le manuel, mais ils sont empruntés à d’autres médias (essais, livres pour la jeunesse, livres archéologiques de vulgarisation). Beaucoup de motifs sont copiés de peintures du xixe siècle. On peut y trouver, comme dans différentes publications scientifiques, une « archéologie des dessins » avec des copies de copie de copie... Ce sont surtout les reconstitutions très parlantes qui continuent à être reprises (Sénécheau 2007c).

12La littérature spécialisée, qui s’adresse en premier lieu à des archéologues, est rarement prise en compte. Et tous les auteurs ont recours aux sources antiques écrites, s’il en existe pour le sujet, et leur donnent un rôle informatif plus important qu’aux sources et publications archéologiques : l’histoire domine l’archéologie.

Problèmes généraux dans les représentations

13Les périodes allant du Paléolithique à l’âge du Fer servent en général à la description des modes de vie et à la présentation des évolutions importantes de l’humanité, normalement classifiées comme une suite de progrès. Cette vision évolutionniste a une influence importante sur la présentation de l’outillage et de la vie sociale : d’après les manuels, les outils deviennent de plus en plus raffinés, la vie dans une nature hostile devient, grâce aux inventions humaines, toujours plus facile, et, au cours du temps, les formes sociales évoluent de la horde à la tribu en passant par la « Sippe » (ancien terme pour « clan »). Les « peuples primitifs » seraient restés à un état culturel correspondant à l’âge de la Pierre. Cette image de l’évolution remonte au xixe siècle et à des théories scientifiques fortement liées aux contextes sociologiques dont elles sont issues (Stoczkowsi 1990).

14D’une manière générale, les textes évoquent une division du travail selon les sexes : l’homme est chasseur et fabricant d’outils, la femme, accompagnée des enfants, va à la cueillette ou reste au foyer (Paléolithique) ; l’homme laboure les sols et construit les maisons, la femme tisse et cuisine (Néolithique), etc. – image relayée dans les dessins (Sénécheau 2007c). L’idée de la répartition du travail remonte à la fin du xixe et au début du xxe siècle et s’enracine dans des courants philosophiques de l’époque bourgeoise (Röder 2002 : 45-46). L’archéologie a adopté une telle notion. L’idée a de même, beaucoup influencé les recherches ethnographiques sur lesquelles se fondent les hypothèses sur le partage des rôles, discutées de manière controversée dans le cadre de l’ethnologie actuelle (Owen 2005). Cette critique ne s’adresse donc pas seulement aux auteurs des manuels, mais aussi aux scientifiques.

15La position des manuels sur de tels sujets s’explique par l’importance des questions discutées dans notre société, ainsi que par l’intégration de certains termes dans les programmes, comme « progrès », « horde » et « clan », « répartition du travail » ou « peuples primitifs » (Sénécheau 2005). Une correction des manuels demanderait donc en préalable celle des programmes.

16Les anachronismes sont nombreux, surtout pour l’outillage : des objets de différentes époques figurent sur une même image, des découvertes d’une période apparaissent dans le contexte d’une autre, etc. Les manuels contiennent bon nombre de « petites erreurs » dans les datations, dans l’emploi de termes spécifiquement archéologiques, dans les dénominations d’objets, les explications de méthodes archéologiques, les surinterprétations des données archéologiques à visée didactique, et dans les illustrations produites par des amateurs en archéologie. Les planches, souvent sans échelle, associent différents objets dessinés à des échelles différentes. L’ensemble aurait facilement pu être évité en coopérant avec des archéologues. D’autres problèmes sont dus aux simplifications et raccourcis justifiés par un souci didactique.

17Les exemples archéologiques concrets intégrés dans les manuels concernent le plus souvent, et pour toutes les époques, la reconstitution de l’habitat, presque toujours très proche des résultats scientifiques. Les photos d’objets font apparaître une préférence pour l’esthétique ou l’extraordinaire, fait aussi répandu dans les musées ou les publications sur l’archéologie. Mais si l’enseignement actuel de l’histoire demande d’aborder la vie quotidienne, comme le prescrivent les programmes, il faudrait intégrer de manière plus régulière des objets banals pour l'illustrer.

18Les programmes proposent des travaux pratiques dans le cadre des cours d’histoire : expérimenter avec des techniques artisanales, reconstituer des objets ou fabriquer des maquettes d’habitats, etc. Les manuels répondent à ces demandes, mais les exercices proposés sont parfois problématiques (Sénécheau 2007a).

19L’analyse a montré que l’archéologie peut aussi servir à propager des idées politiques dans le cadre de l’éducation scolaire actuelle et à concourir au fondement d’une identité liée à la région, à la nation, à l’Europe ou au monde (Sénécheau 2006b et c).

  • 1 Lucy : M 9, 21, 22 et 25a ; Turkana Boy : M 3b, 8 et 12 ; l’homme de Neanderthal : M 3b, 4, 7c, 14a(...)

20Cette science prend de plus en plus d’importance dans un contexte pédagogique où les élèves doivent être guidés vers une approche méthodique de l’histoire. Elle est très présente dans les programmes et les manuels, et ses méthodes sont décrites de manière objective. La personnalisation et l’individualisation sont très répandues : on raconte la découverte d’un site, d’un objet ou, dans la plupart des cas, d’un individu (Lucy, Turkana Boy, etc.)1. Parmi les méthodes présentées, celles qui proviennent des sciences naturelles dominent les méthodes archéologiques classiques.

Étude des différentes époques dans les manuels

Le Paléolithique et le Mésolithique

21Le Paléolithique, le Mésolithique ainsi que le Néolithique forment très souvent une unité thématique dans les manuels. Pour une raison de simplification didactique, le Mésolithique est rarement abordé.

  • 2 M 2(5), 3c, 8, 9, 11a,13a, 16, 17, 18, 19a, 21, 22, 23a.
  • 3 M 2(5), 7a, 12, 13a, 15, 19a, 22.

22Les manuels décrivent les modes de vie du Paléolithique en s’appuyant sur la chasse et la cueillette, l’outillage, l’habitat, l’art et les croyances. Pour les techniques, beaucoup ne distinguent pas assez les outillages spécifiques de chaque époque – par méconnaissance ou pour simplifier. Un cliché assez répandu chez les archéologues amateurs est celui de la chasse à l’arc au Paléolithique2 alors que l’arc ne devient une arme typique qu’à partir du Mésolithique (Stodiek et Paulsen 1996 : 39-45). Les manuels diffusent cette erreur en illustrant les textes sur la chasse par des peintures rupestres espagnoles beaucoup plus récentes3 (Stodiek et Paulsen 1996 : 56-57).

  • 4 Par exemple : M 1a, 6, 7a, 11a, 13a et 18-20.
  • 5 M 18 et 20.

23Une autre idée commune est l’interprétation de l’art des cavernes comme rituel magique pour une chasse fructueuse4. Certains manuels vont jusqu’à parler de peintures montrant des scènes de chasse ou des armes5, alors que l’interprétation de différents signes paléolithiques en tant qu’armes est fortement discutée, et que, d’après les analyses de restes animaliers, les animaux représentés ne semblent pas correspondre aux espèces chassées à la même époque (Lorblanchet et Bosinski 2000). L’idée d’un culte magique dédié à la chasse est un cliché reposant sur des idées dépassées ayant leur origine dans les sciences mêmes (ethnologie, archéologie) et qui font partie de leur histoire (ibid.).

  • 6 M 2(5), 3b-c, 11a, 18.

24Les manuels mettent l’accent sur la chasse du gros gibier. L’idée obsolète de la chasse du mammouth à l’aide de grands pièges creusés persiste dans plusieurs livres (illustrations et textes)6. L’importance de la chasse au petit gibier et de la cueillette est au contraire minimisée. S’agit-il d’un cliché populaire, d’ignorance de la part des auteurs, de réduction didactique ? En tout cas, la chasse au gros gibier, plus palpitante, est susceptible de mieux captiver les enfants et les adolescents.

25Le chasseur « typique » du gros gibier est, selon les descriptions, le Néanderthalien, qui « d’imbécile balourd » est devenu peu à peu « un représentant de l’espèce humaine comme vous et moi ». Les représentations des deux dernières décennies témoignent d’une évolution progressive vers une nouvelle image populaire, celle d’une espèce intelligente, sensible et extrêmement bien adaptée à son environnement. Cette idée est diffusée par certains musées (par exemple le Neanderthal Museum Mettmann sur le site éponyme, source de la plupart des illustrations dans les manuels récents), et surtout par des documentaires télévisés ou des revues de vulgarisation scientifique. Le public est fasciné par les nouvelles techniques de pointe utilisées dans les sciences naturelles (analyses ADN) : la modernité des méthodes d’analyses transforme automatiquement l’image du Néandertalien. Au vu de ce phénomène, on pourrait soutenir que nous assistons à la création d’un nouveau mythe. Car le fait de vouloir transmettre une image soi-disant moderne mène, entre autres, à des associations erronées : les manuels parlent ainsi de rites funéraires néanderthaliens – une thèse scientifique aujourd’hui controversée (Auffermann et Orschiedt 2002 : 75-81) – ou soutiennent que ces hommes pratiquaient déjà la chasse à l’arc.

  • 7 Bilzingsleben : M 7a, 8, 11, 13c et 25a. Gönnersdorf : M 2(5), 6, 9,12, 14a, 21, 24a.

26Le cliché populaire des troglodytes de la préhistoire a fait place à l’image d’hommes habitant sous abris ou sous tentes. Les sites archéologiques les plus populaires dans les manuels analysés sont ceux de Bilzingsleben et de Gönnersdorf dont D. Mania et G. Bosinski ont vulgarisé les résultats des -recherches, et on remarque une très bonne réception directe des données7.

Le Néolithique

27Le Néolithique est présent dans tous les manuels. Ceux-ci évoquent la sédentarisation, l’agriculture et la domestication, des innovations techniques et sociales ainsi que des aspects religieux. Les descriptions s’enchaînent à celles du Paléolithique en énumérant les « progrès » accomplis, avec l’idée dominante que l’homme, libéré par l’agriculture et l’élevage de sa soumission aux forces de la Nature, mènerait alors une vie beaucoup plus facile. Une telle perspective conduit souvent à de mauvaises interprétations dans le domaine de la culture matérielle, à une surévaluation de l’importance de certaines innovations et à un manque de différenciation chronologique de leur apparition. Parmi ces innovations, on trouve le perçoir à archet, illustré de manière stéréotypée par une reconstitution qui remonte, au moins, aux années 1930 (Sénécheau 2007a : 218). On retrouve l’idée de progrès dans le domaine social à propos duquel les manuels font une sur-interprétation en parlant (même pour le Rubané) de hiérarchies sociales et de métiers.

  • 8 M 2(5), 3b-c, 6, 7a, 16 et 18. Critique de la mise en rapport de cultures archéologiques avec des e (...)

28Les informations sur l’apparition du Néolithique sont souvent obsolètes et ne différencient pas le Proche-Orient de l’Europe ou entre les différentes parties de celle-ci. Les cultures archéologiques sont associées à des ethnies, comme c’était l’usage il y a quelques décennies8 – on parle par exemple du « peuple du Rubané » et « d’une culture » ou « d’un peuple » mégalithique.

29Le traitement des mégalithes dans les manuels est intéressant : un seul Land l’intègre dans un programme, mais la moitié des ouvrages en parle, ce qui indique, à mon avis, que dans l’imaginaire populaire, les mégalithes sont automatiquement liés à la préhistoire et comptent parmi les sujets qu’il faut absolument aborder.

  • 9 M 3c, 5a, 5b, 12, 13a, 13c, 15, 18, 20 et 25a.

30Parmi les sites archéologiques cités et illustrés par des reconstitutions et des plans, revient fréquemment l’habitat de Köln-Lindenthal, fouillé dans les années 19309. Les résultats des chercheurs Buttler et Haberey influencent ainsi encore certaines documentations de l’habitat du Rubané.

31L’exemple de l’homme préhistorique découvert dans les montagnes de la vallée d’Ötz révèle que des découvertes popularisées par la presse et la télévision peuvent être intégrées assez rapidement et sans directives dans les manuels : 50 % d’entre eux le citent. Quelques erreurs dans les descriptions proviennent du fait que les auteurs ont tiré leurs informations des médias (qui ont mis plus vite les données à la disposition de leurs lecteurs) et non pas de la littérature spécialisée (publiée après un certain délai) ou du musée (dont l’ouverture s’est faite relativement tard).

L’âge du Bronze

32L’âge du Bronze n’a presque pas d’importance. Les manuels ne lui consacrent, s’ils le font, que peu de pages. Ils se focalisent sur la métallurgie, c’est-à-dire le progrès technique, et ses conséquences sociales, transmettant ainsi une image assez simpliste. La méconnaissance des apports de la recherche est manifeste dans l’utilisation de quelques représentations de l’exploitation minière du cuivre, pour lesquels les éditeurs réutilisent ou copient souvent des illustrations datant du xixe siècle.

33Certains manuels font, dans les chapitres sur l’âge du Bronze, allusion aux « légendes germaniques » (M 4, 7a et 7c), datées du Moyen Âge. Leur usage pour la représentation de l’âge du Bronze remonte jusqu’aux xviiieet xixe siècles, où des sources archéologiques et historiques d’époques diverses furent mélangées pour forger une image de ce que l’on prenait pour « germanique ». Cet amalgame, repris et vulgarisé pendant le nationalisme puis le national-socialisme à des fins idéologiques, s’est incrusté, comme en témoignent les manuels actuels, dans la mémoire collective.

L’âge du Fer

34Dans la plupart des manuels, les âges du Fer et du Bronze forment « l’âge du Métal ». L’intérêt se concentre sur le métal en tant que nouveau matériau. Les Celtes n’apparaissent que dans les programmes des Länder du sud et du sud-ouest de l’Allemagne. Les manuels abordent surtout le traitement du fer, les « sites princiers » (Heuneburg) et les « tombes princières » (Hochdorf) ainsi que les oppida (Manching). L’accent est encore mis sur le progrès technique et social.

  • 10 M 3b, 6, 13a, 18, 20, 22, 25b.

35Les problèmes les plus répandus sont les suivants : les Celtes, souvent proclamés « premiers Européens » ou « nos ancêtres » en Europe, auraient formé « un peuple » ou une « nation » d’une même origine, langue et culture. Des éléments d’époque hallstattienne sont mélangés avec ceux d’époque laténienne. La nature des Celtes est définie sans regard critique d’après des sources antiques écrites transmettant les clichés grecs et romains. Des termes comme « princes » et « princesses » utilisés par les scientifiques incitent les auteurs à peindre la vie quotidienne comme au Moyen Âge. Enfin, quelques manuels cherchent à faire remonter des « traditions celtiques » ou les « langues celtiques » pratiquées de nos jours au temps des Celtes historiques10. Là encore, l’étude des manuels montre comment se mélangent, dans la mémoire collective, des clichés modernes (concernant l’aspect folklorique) et l’héritage de l’histoire scientifique des xviiie et xixe siècles (pour la critique concernant les « langues celtiques » : Rieckhoff 2006 : 28 ; Collis 2003 ; Zimmer 2004).

  • 11 M 3b, 3c, 13a.

36Parmi les objets archéologiques montrés ou évoqués dominent ceux qui proviennent de tombes richement dotées comme celle du « prince de Hochdorf » dans le Bade-Wurtemberg. Plusieurs présentations profitent de cet exemple pour parler de méthodes archéologiques (fouilles, datations, restaurations)11 témoignant de l’impact de l’exposition Der Keltenfürst von Hochdorf – Methoden und Ergebnisse der Landesarchäologie (Le prince de Hochdorf – méthodes et résultats de l’archéologie au Bade-Wurtemberg).

Époque romaine : les Germains

37Loin d’être étudiés de manière régulière et approfondie, les peuples germaniques sont presque toujours abordés dans le contexte de l’histoire romaine. Cela me semble remarquable vu l’importance qu’ils avaient dans l’éducation politique et morale allemande de la première moitié du xxe siècle.

38Les manuels évoquent surtout leur vie quotidienne. L’influence des sources écrites est très importante : la Germanie de Tacite, surtout, sert pour décrire « la nature » des peuples germaniques, leurs modes de vie et leur organisation sociale ; les Eddas sont prises, comme au xixe siècle, pour des témoins de la « religion germanique ». Ces « faits », extraits des sources écrites, sont exempts de toute analyse critique.

39L’archéologie, qui pourrait permettre de corriger certaines erreurs ou clichés, n’est presque pas prise en compte ; les peuples germaniques semblent être un sujet historique et non archéologique. Les découvertes concrètes de cette époque sont quasiment absentes, sauf pour les représentations de l’habitat, inspirées des découvertes de la Feddersen Wierde, et pour des évocations de corps et de vêtements conservés dans les tourbières. Pour la culture matérielle, lorsqu’elle est intégrée dans les manuels, les époques sont confondues : lures (instruments de musique) de l’âge du Bronze, corps et vêtements conservés dans les tourbières du temps de Tacite, éléments de parure et reconstitutions d’habitats mérovingiens, voire objets vikings – tout est bon pour illustrer les textes, sans égard à la datation. Cette pratique d’amalgame rappelle la notion scientifique et populaire de « culture germanique » des xixe et xxe siècles dans les livres de vulgarisation de l’époque (par exemple : Lechler 1937 ; Erdal-Fabrik 1940).

Époque romaine : les Romains dans les provinces

  • 12 M 5b, 10b, 17, 21, 23a.

40L’histoire romaine des provinces du nord des Alpes est intégrée à l’histoire générale de l’Antiquité ou remplace, surtout dans les Länder du Nord, l’enseignement de l’Antiquité romaine. Les manuels évoquent en première ligne la vie quotidienne. Les performances techniques et agricoles sont très souvent caractérisées comme « progrès » apporté par la « civilisation romaine », essentiellement représentée par des monuments. Les manuels les plus actuels parlent des fouilles de Kalkriese, site considéré comme pouvant être celui de la bataille de Varus12.

41Les auteurs évoquent les contacts entre les Romains et la population indigène, jugée « moins civilisée », et parlent de son assimilation ainsi que de la romanisation des provinces. Les peuples germaniques jouent, pour la plupart, le rôle d’agresseur menaçant pour la culture romaine. Le point de vue de la population soumise est rarement évoqué, pas plus que les éventuels transferts culturels dans les deux directions.

  • 13 M 6, 8, 9, 17, 21.

42L’image du Limes a beaucoup changé dans les manuels des dix dernières années : le « bastion contre les barbares » est devenu « lieu de rencontre des cultures », la frontière longue et close un endroit aux « portes ouvertes » peuplé surtout de marchands (Sénécheau 2006b : 70-72). Ces transformations témoignent, à mon avis, d’une nouvelle conception des frontières intra-européennes, selon laquelle paix, échanges culturels, économie et commerce jouent un rôle important. Certains manuels comparent même l’Union européenne avec l’Empire romain et décrivent les « racines d’une culture européenne »13 (Sénécheau 2006b et c).

L’Antiquité tardive et les grandes invasions

43L’Antiquité tardive et l’époque des grandes invasions sont intégrées dans le contexte de l’histoire romaine. Les manuels décrivent surtout la fin du Limes germanique et les invasions de peuples germaniques avec pour message que le déclin de l’Empire romain est dû à la menace que représentaient les barbares. Les supposées « grandes invasions » sont présentées de façon classique, comme migrations de « peuples entiers ». Des cartes topographiques et des récits fictifs de parcours individuels soulignent ces clichés populaires ancrés dans la tradition scientifique (Knaut et Quast 2005 ; Pohl 2002 : 23-29 ; Rosen 2002 : 28-37 et 109-121).

L’époque mérovingienne

44L’époque mérovingienne est mal prise en considération (Sénécheau 2007b), nombre de manuels passant directement de l’Antiquité tardive à Charlemagne. Quelques-uns parlent des rois francs comme fondateurs du royaume franc, sans que l’archéologie soit mise à contribution.

45D’autres, dans les Länder du Sud, abordent le sujet des Alamans en intégrant quelques objets archéologiques. Les reconstitutions de vêtements et de parures se fondent sur des ensembles funéraires. On note l’influence de l’exposition Die Alamannen (Stuttgart 1997).

Conclusions

  • 14 Voir les différents articles et monographies au sujet de la préhistoire dans les manuels scolaires  (...)

46La présentation de la pré- et de la protohistoire et de l'archéologie dans les manuels ne va toujours pas sans erreurs, mauvaises interprétations et lieux communs, malgré les appels de différents archéologues et historiens14. Les images populaires de ces disciplines sont en partie nourries par des théories scientifiques obsolètes inscrites dans la mémoire collective et reflétées par les manuels (voir les exemples mentionnés). Ces derniers constituent ainsi une source intéressante pour écrire une histoire des idées et des sciences.

47D’autres problèmes rencontrés résultent de la demande faite aux éditeurs par les autorités en charge des programmes de créer, pour des raisons didactiques, de grands contextes (« Le Paléolithique », « Le Néolithique », « La Préhistoire »), de souligner les grandes lignes de l’évolution (des sociétés, dans la culture matérielle), et de créer des ponts entre le passé et le présent (en décrivant des « métiers », en discutant le « partage du travail » ou en comparant l’Empire romain avec l’Union Européenne). Il s’agit de transmettre des connaissances dans le contexte d’une histoire générale. Un des buts principaux est de comprendre le présent à la lumière du passé. Ces deux objectifs mènent, d’une part, à la présentation de sujets que certains archéologues n’auraient peut-être pas choisis parce que les sources manquent pour en avoir des idées précises, et, d’autre part, à l’absence de sujets que les archéologues jugent importants ou intéressants. Les manuels et les sujets abordés sont donc aussi le reflet de notre société.

48L’influence de la recherche en archéologie pourrait être plus importante dans nombre de cas. Concernant le domaine scientifique, les représentations témoignent surtout d’une domination remarquable des musées à travers leurs expositions et catalogues en tant que sources pour les auteurs. Mais d’autres médias de vulgarisation sont utilisés plus fréquemment encore.

49Les erreurs archéologiques dans les manuels deviennent aussi des erreurs pédagogiques dans la mesure où leurs auteurs contrarient certains buts premiers de l’enseignement de l’histoire (Sénécheau 2005) : transmettre un savoir scientifique fondé, apprendre aux élèves un langage technique approprié et les initier à l'analyse critique des sources historiques. Ne sont pas non plus respectées les exigences formulées par les chercheurs en sciences de l'éducation à propos des livres scolaires : prise en compte d’avis contradictoires, représentations à perspectives multiples, critique des stéréotypes, textes et illustrations fiables (Fritzsche 1992).

50« Ne nous y trompons pas : l’image que nous avons des autres peuples, ou de nous-mêmes, est associée à l’Histoire qu’on nous a racontée quand nous étions enfants. Elle nous marque pour l’existence entière » (Ferro 1981 : 7). Si cette affirmation de Marc Ferro est juste – elle mériterait d’être discutée selon plusieurs points de vue –, il est temps de s’occuper un peu plus de la représentation du passé dans les manuels. L’université, la recherche et les musées, aptes à corriger certaines images populaires, devraient s’engager de manière plus effective pour une vulgarisation de l’archéologie proche des résultats scientifiques.

Haut de page

Bibliographie

Manuels

NB : la bibliographie ne cite que les manuels mentionnés. La numérotation correspond à celle de la thèse (Sénécheau 2006a) servant de base pour cet article.

M 1a. Askani, W. et al. (éds). 1994. Anno 1. Braunschweig, Westermann.

M 2(5). Brucker, A. et al. (éds). 1997. Begegnungen 5. München, Oldenbourg.

M 2(6). Brucker, A. et al. (éds). 1998. Begegnungen 6. München, Oldenbourg.

M 3b. Cornelissen, J. et al. 1995. bsv Geschichte BW 1. München, bsv.

M 3c. Zuber, K.-H. et al. 1996. bsv Geschichte GN 1. München, bsv.

M 4. Diebold, R. et al. 1994. damals heute morgen 6. Leipzig, Klett.

M 5a. Derichs, J. et al. 2001. Durchblick 5/6. Braunschweig, Westermann.

M 5b. Frenken, L., et al. 2001. Durchblick Geschichte/Politik 5/6. Braunschweig, Westermann.

M 6. Bruchertseifer, H. et al. 2001. Entdecken und Verstehen 6. Berlin, Cornelsen.

M 7a. Osburg, F. et al. (éds). 1997. Expedition Geschichte 1. Frankfurt, Diesterweg.

M 7c. Osburg, F. et al. (éds). 2001. Expedition Geschichte Nordrhein-Westfalen 1. Frankfurt, Diesterweg.

M 8. Regenhardt, H.-O. (éd). 2000. Forum Geschichte 1. Berlin, Cornelsen.

M 9. Brückner, D. et al. (éds). 2001. Geschichte erleben 1. Bamberg, Buchner.

M 10b. Andraschko, F. M. et al. 1996. Geschichte konkret 1. Hannover, Schroedel.

M 11a. Koltrowitz, B. (éd). 1998. Geschichte plus 5/6. Berlin, Volk und Wissen.

M 12. Lendzian, H. et al. (éds). 1998. Geschichte und Gegenwart 1. Paderborn, Schöningh.

M 13a. Bittner, V. et al. 1995. Geschichte und Geschehen A 1. Leipzig, Klett.

M 13c. Bittner, V. et al. 1995. Geschichte und Geschehen Sachsen D 1. Stuttgart, Klett.

M 14a. Martin, J. et al. (éds). 1992. Geschichtsbuch. Neue Ausgabe 1. Berlin, Cornelsen.

M 15. Bergner, K.-J. et al. 1995. Das IGL-Buch 1. Stuttgart, Klett.

M 16. Kolb, K. et al. 1999. Mensch und Umwelt. Hannover, Schroedel.

M 17. Heber, T. et al. 1999. Mitmischen in Geschichte und Politik 1. Leipzig, Klett.

M 18. Heinloth, B. (éd). 1992. Oldenbourg Geschichte für Gymnasien 6. München, Oldenbourg.

M 19a. Fiederle, X. (éd). 1995. quer. Paderborn, Schöningh.

M 20. Ebeling, H. et al. (éds). 1991. Die Reise in die Vergangenheit 1. Braunschweig, Westermann.

M 21. Brückner, D. et al. (éds). 2002. Das waren Zeiten C 1. Bamberg, Buchner.

M 22. Bünstorf, J. et al. (éds). 2001. Das WUK-Buch. Gotha, Klett-Perthes.

M 23a. Frey, A. et al. 2000. Zeit für Geschichte A 1. Hannover, Schroedel.

M 23c. Frey, A. et al. 2003. Zeit für Geschichte C 1/2. Hannover, Schroedel.

M 24a. Pandel, H.-J. (éds). 2001. Zeitlupe 1. Hannover, Schroedel.

M 25a. Eck, G. et al. 1997. Zeitreise 5/6 Sachsen-Anhalt Förderstufe. Stuttgart, Klett.

M 25b. Eck, G. et al. 1997. Zeitreise Nordrhein-Westfalen 1. Stuttgart, Klett.

Références

Andraschko, F. M. 1990. « Ur- und Frühgeschichte in Schule und Museum », in : F. M. Andraschko et W.-R. Teegen (éds), Gedenkschrift für Jürgen Driehaus. Mainz, Philipp von Zabern : 15-26.

Auffermann, B. et J. Orschiedt. 2002. Die Neandertaler. Stuttgart, Theiss.

Brather, S. 2001. « Ethnische Identitäten als Konstrukte der frühgeschichtlichen Archäologie », Germania, 78/1 : 139-177.

Collis, J. R. 2003. The Celts : Origins, Myths, Inventions. Stroud, Tempus Publishing.

Duriaud, J. 1992. Archéologie et école. L’exemple Saône-et-Loire. Dijon, mémoire de stage pratique suivi dans le cadre du DESS Archéo-Sciences, non publié.

Erdal-Fabrik (éd). 1940. Aus Deutschlands Vorzeit. Mainz, Erdal (2e édition).

Ferro, M. 1981. Comment on raconte l’histoire aux enfants à travers le monde entier. Paris, Payot.

Fritzsche, K. P. 1992. « Schulbuchforschung und Schulbuchbeurteilung im Disput », in : K. P. Fritzsche (éd.), Schulbücher auf dem Prüfstand. Francfort, Diesterweg : 9-22.

Gaedtke-Eckardt, D. 1994. « Anmerkungen zu ausgewählten Kapiteln eines Schulbuches für die Orientierungsstufe », Die Kunde, N.F. 45 : 243-248.

Knaut, M. et D. Quast (éds). 2005. Die Völkerwanderung. Stuttgart, Theiss.

Lechler, J. 1937. 5000 Jahre Deutschland. Struckum, Kabitzsch (2e édition).

Lorblanchet, M. et G. Bosinski. 2000. Höhlenmalerei. Stuttgart, Thorbecke.

Maehler, H. et al. 1976. « Bemerkungen zur Darstellung der Alten Welt in neuen Schulbüchern der Bundesrepublik », Internationales Jahrbuch für Geschichts- und Geographie-Unterricht, 17 : 69-101.

Marienfeld, W. 1979. Ur- und Frühgeschichte im Unterricht. Francfort-sur-le-Main, Berlin et Munich, Diesterweg.

Marienfeld, W. 2004. « Ur- und Frühgeschichte im Schulbuch der 1990er Jahre », Die Kunde, N.F. 55 : 155-166.

Owen, L. R. 2005. Distorting the Past. Gender and the Division of Labor in the European Upper Paleolithic. Tübingen, Kerns.

Perlès, C. 1978. « La préhistoire dans les manuels de 6e », L’Histoire, 4 : 90-91.

Pohl, W. 2002. Die Völkerwanderung. Stuttgart, Kohlhammer.

Rieckhoff, S. 2006. « Les Celtes : peuple oublié ou fiction ? » in : L’archéologie, instrument du politique ? Dijon, CRDP de Bourgogne et Glux-en-Glenne, Bibracte : 25-42.

Röder, B. 2002. « Botschaften aus der Gegenwart : Die Darstellung von Geschlechterrollen auf Lebensbildern zur Urgeschichte », in : P. Jud et G. Kaenel (éds), Lebensbilder – Scènes de vie. Lausanne, Kantonales Museum für Urgeschichte Zug : 43-51.

Rosen, K. 2002. Die Völkerwanderung. Munich, Beck.

Ruiz Zapatero, G. et J. R. Alvarez-Sanchís. 1995. « History, Story-Telling, And Illustrations : The Spanish Past In School Textbooks (1880-1994) », Journal of European Archaeology, 3.1 : 213-232.

Sénécheau, M. 2005. « Ur- und Frühgeschichte im Schulbuch. Sozialstrukturen und Geschlechterrollen in den Steinzeiten zwischen Lehrplanforderungen und Fachdiskussion », in : C. Heinze et E. Matthes (éds), Das Schulbuch zwischen Lehrplan und Unterrichtspraxis. Bad Heilbrunn, Klinkhardt : 211-238.

Sénécheau, M. 2006a. Archäologie im Schulbuch. Themen der Ur- und Frühgeschichte im Spannungsfeld zwischen Lehrplanforderungen, Fachdiskussion und populären Geschichtsvorstellungen. Schulbücher, Unterrichtsfilme, Kinder- und Jugendliteratur. Fribourg, thèse en cours de publication sous « www.freidok.uni-freiburg.de » (avec résumé en français).

Sénécheau, M. 2006b. « Archéologie et identité dans les manuels contemporains en Allemagne », in : L’archéologie, instrument du politique ? Dijon, CRDP de Bourgogne et Glux-en-Glenne, Bibracte : 55-75.

Sénécheau, M. 2006c. « Prehistory and the Construction of a European Identity in German History Textbooks Today », in : E. Bruillard et al. (éds), Caught in the Web or lost in the Textbook ? Paris, Jouve : 159-170.

Sénécheau, M. 2007a. « Elementarisierung und Handlungsorientierung : Ur- und Frühgeschichte im Unterricht zwischen Bastelanleitung und experimenteller Archäologie », in : C. Heinze et E. Matthes (éds), Elementarisierung im Schulbuch. Bad Heilbrunn, Klinkhardt : 207-225.

Sénécheau, M. 2007b. « Alamannen, Franken, Bajuwaren : Die Merowingerzeit in Schulbüchern, Unterrichtsfilmen und der Kinder- und Jugendliteratur », Bajuwarenhof Kirchheim, 2006 : 21-57.

Sénécheau, M. 2007c. « Motive mit Tradition – Lebensbilder und Geschlechter-rollen in gegenwärtigen Schulbüchern », in : J. Fries et al. (éds), Science oder Fiction ? Geschlechterrollen in archäologischen Lebensbildern. Münster, Waxmann : 123-162.

Stoczkowski, W. 1990. « La préhistoire dans les manuels scolaires ou notre mythe des origines », L’homme, 116, XXX (4) : 111-135.

Stodiek, U. et H. Paulsen. 1996. Mit dem Pfeil, dem Bogen. Oldenburg, Isensee.

Zimmer, S. (éd). 2004. Die Kelten – Mythos und Wirklichkeit. Stuttgart, Theiss.

Haut de page

Notes

1 Lucy : M 9, 21, 22 et 25a ; Turkana Boy : M 3b, 8 et 12 ; l’homme de Neanderthal : M 3b, 4, 7c, 14a, 17 et 23a ; l’homme venu de la glace : M 5a, 6, 8, 9, 12, 16, 21-23 et 25a ; la fille de Windeby : M 22.

2 M 2(5), 3c, 8, 9, 11a,13a, 16, 17, 18, 19a, 21, 22, 23a.

3 M 2(5), 7a, 12, 13a, 15, 19a, 22.

4 Par exemple : M 1a, 6, 7a, 11a, 13a et 18-20.

5 M 18 et 20.

6 M 2(5), 3b-c, 11a, 18.

7 Bilzingsleben : M 7a, 8, 11, 13c et 25a. Gönnersdorf : M 2(5), 6, 9,12, 14a, 21, 24a.

8 M 2(5), 3b-c, 6, 7a, 16 et 18. Critique de la mise en rapport de cultures archéologiques avec des ethnies : Brather 2001.

9 M 3c, 5a, 5b, 12, 13a, 13c, 15, 18, 20 et 25a.

10 M 3b, 6, 13a, 18, 20, 22, 25b.

11 M 3b, 3c, 13a.

12 M 5b, 10b, 17, 21, 23a.

13 M 6, 8, 9, 17, 21.

14 Voir les différents articles et monographies au sujet de la préhistoire dans les manuels scolaires : Maehler et al. 1976 ; Marienfeld 1979 et 2004 ; Andraschko 1990 ; Gaedtke-Eckardt 1994 ; Perlès 1978 ; Duriaud 1992 ; Ruiz Zapatero et Alvarez-Sanchís 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Miriam Sénécheau, « L’archéologie face à l’école », Les nouvelles de l'archéologie, 113 | 2008, 13-19.

Référence électronique

Miriam Sénécheau, « L’archéologie face à l’école », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 113 | 2008, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/541 ; DOI : 10.4000/nda.541

Haut de page

Auteur

Miriam Sénécheau

Université de Fribourg (Allemagne)

miriam@senecheau.de

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org