Navigation – Plan du site
Dossier: Images publiques de l'archéologie

Mystère et boule de gomme

Un an d’archéologie à travers la télévision hertzienne
Natacha Aubert
p. 10-12

Résumé

Sur la base du dépouillement d’une année de programmes des chaînes de télévision françaises hertziennes, l’image projetée de l’archéologie apparaît stéréotypée et conventionnelle. Essentiellement documentaires, les émissions (au nombre de 433, rediffusions incluses) insistent sur l’aspect mystérieux de la profession. Énigmes, enquêtes et trésors sont les trois mots-clés inévitables, assimilant l’archéologue à un policier du passé. L’évasion est l’un des buts recherchés par la mise en images de l’Antiquité. La présentation d’un pays, d’une région ou d’une ville commence immanquablement par l’exposition de son lointain passé, offrant aux archéologues une vitrine permanente où ils peuvent en de rares occasions, faire état de prétentions scientifiques plus pointues.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Dédicace

À Paul

Texte intégral

  • 1 Par commodité, France 5 et Arte ont été dépouillées dans leur intégralité, alors qu’en réalité, ell (...)

1La télévision est, pour le grand public, l’un des moyens les plus naturels d’accéder aux sciences de l’Antiquité et à la préhistoire sans avoir besoin de sortir de chez lui. Mais que montre la télévision et en quelle quantité ? Le dépouillement d’une année de programmes publiés par Télérama, du samedi 4novembre 2006 au samedi 3novembre 2007, permet d’esquisser les contours d’un passé mâché et remâché. Ont été prises en considération les chaînes françaises du réseau hertzien, accessibles à l’aide d’une simple antenne râteau, soit les chaînes publiques France2, France3, France5, Arte et les chaînes privées TF1, Canal+ (à péage) et M61. Leurs cahiers des charges, pour les chaînes publiques, et leurs conventions de diffusion passées avec l’État, pour les chaînes privées, sont différents : FR2 a une vocation nationale et internationale généraliste ; FR3 a une vocation nationale et régionale généraliste, mais elle doit privilégier une information culturelle, éducative et décentralisée ; FR5/Arte ont une vocation éducative, d’accès au savoir, à la connaissance, à la formation, à l’emploi, à l’éducation à l’image et aux médias. TF1 diffuse des programmes généralistes ; M6 diffuse essentiellement des fictions, des jeux, des programmes musicaux, des magazines et des documentaires, de courts journaux en images et des décrochages quotidiens dans plusieurs grandes villes en partenariat avec la presse régionale ; Canal+ privilégie la fiction cinématographique et audiovisuelle, les retransmissions sportives et un programme quotidien en clair d’environ 3heures30 en moyenne.

Quelques chiffres

  • 2 Les 244 œuvres ne sont pas toutes des inédits, loin s’en faut, mais elles sont considérées comme te (...)

2Durant l’année, un téléspectateur (très) assidu a ainsi pu voir 244 films, documentaires ou fictionstv ayant pour thème l’Antiquité ou la préhistoire, diffusés une ou plusieurs fois, soit un total de 443  passages (graph.1)2. La durée des émissions varie d’une minute (Un Livre. Dictionnaire de la Bible, France2, 22 déc. 2006) à 5 heures 25 pour le plus long (Dinotopia, M6, 27 déc. 2006). Une bonne moitié(138) tourne autour de 55 minutes, format standard d’un documentaire destiné à la télévision.

3Toutes les chaînes ne sont pas égales face à la diffusion de programmes portant sur l’Antiquité ou la préhistoire. Ainsi, TF1 n’a-t-elle consacré que 7émissions, contre115 sur France5 et 54 sur Arte. Ces écarts s’expliquent par le positionnement des chaînes évoqué précédemment.

  • 3 Lors de sa première diffusion, en 2003, sur France 3, L’Odyssée de l’Espèce avait rassemblé 8,7 mil (...)

4Sur les 244  titres retenus, 41sont des fictions, dont 11pour la série Rome, projetée en deux saisons sur Canal+ à raison de deux épisodes consécutifs par semaine ; les 30  autres fictions sont pour moitié des classiques hollywoodiens comme Ben Hur (France3, 31  déc. 2006), pour moitié des téléfilms (Flynn Carsen : le retour aux mines du roi Salomon, Canal+, 25mars 2007). Un seul titre s’adresse explicitement et exclusivement aux enfants, le dessin animé Harry et ses dinosaures (52 épisodes, France5, quotidien) et son rapport avec la Préhistoire paraît ténu. En dehors des fictions, le téléspectateur a pu voir 18 docu-fictions, parmi lesquels les fameux Odyssée de l’Espèce et Homo sapiens de Jacques Malaterre3. Les 185 titres restants sont des documentaires, partiellement ou entièrement dédiés à la Préhistoire et à l’Antiquité.

Graphique 1

Graphique 1

Répartition par chaîne des programmes portant sur l’Antiquité et la préhistoire

Logique de diffusion ?

5Si les chaînes ne bouleversent pas leurs programmes à l’annonce d’une nouvelle fouille de sauvetage, elles suivent néanmoins une vague logique de programmation, à commencer par le calendrier religieux et civil.

  • 4 Pour les dix dernières années : 28 déc. 1998 : Ben Hur, France 3 ; 22 déc. 1999 : Jésus de Serge Mo (...)
  • 5 Voir à ce propos quelques commentaires furieux dans certains forums de discussion (parmi d’autres : (...)
  • 6 Si France 2 programme une émission de variétés pour fêter la fin du Ramadan le 12 octobre 2007, cel (...)

6Le graphique2 montre clairement un pic aux alentours des fêtes de Noël. Ce ne sont pas tant les évocations de la naissance de Jésus, traditionnellement attendues4, qu’un questionnement sur nos origines qui occupe l’antenne. Ainsi, les deux docufictions de Jacques Malaterre sont-ils rediffusés, de même que plusieurs films sur les dinosaures. Seul Ben Hur (de William Wyler, France3, 31déc. 2006) ose une allusion au Christ, tandis qu’Arte prend le parti d’évoquer la religion sur un mode consensuel en diffusant les quatre épisodes de la série intitulée La Bible dévoilée, consacrée à l’Ancien Testament. La semaine de Pâques (du 7 au 13  avril 2007) passe, quant à elle, presque inaperçue. Avec six titres et cinq rediffusions, elle est à peine au-dessus de la moyenne. On y retrouve, entre autres, le dernier épisode inédit de la saga de Jaques Malaterre, consacré au Néolithique, Le Sacre de l’Homme (France2, 10 avr. 2007), qui a réuni 5,4millions de téléspectateurs, soit 22,7 % de part d’audience (www.newsmedias.fr/numero-872.php.), et un documentaire sur Les lieux saints, Jérusalem et les trois religions, toujours dans une logique de consensus. La chaîneM6 profite du lundi de Pâques pour diffuser une fiction, Le Tombeau de Jonas McCord (2000), où il est question de la découverte du squelette du Christ. Sur le même sujet, TF1 attend le 29 mai pour présenter Le Tombeau de Jésus(2007), un documentaire américain très controversé signé Simcha Jacobovici et produit par James Cameron. Malgré l’heure tardive de diffusion, la chaîne réunit pourtant 1,8million de téléspectateurs, soit 27 % de part d’audience. Le sujet paraît porteur puisque France2 récidive le 14août, veille de l’Assomption, dans son émission Babylone. Le thème choisi est À la recherche du tombeau de Jésus. On ne sait pas quel succès l’émission a rencontré. Si les grandes fêtes du calendrier chrétien appellent indéniablement les sujets consacrés à l’Antiquité, même s’ils ne vont pas dans le sens souhaité par les pratiquants5, il n’en va pas de même des fêtes des autres religions6.

  • 7 Le phénomène n’est, toutefois, pas observable aux vacances de printemps, ni à la Toussaint.

7Les périodes de vacances scolaires sont marquées par une augmentation du nombre de rediffusions. Entre le 14 juillet et le 10 août, par exemple, sur les 50  titres proposés au téléspectateur, 30 étaient des rediffusions. De même, pendant les vacances d’hiver (du 17 février au 5 mars à Paris), il y eut 9 rediffusions pour 3 primeurs7.

Graphique 2

Graphique 2

Nombre de programmes sur l’Antiquité et la préhistoire diffusé par semaine (1re vision et rediffusion)

8Il arrive très rarement que l’actualité dicte la programmation de sujets liés à l’Antiquité ou à la préhistoire. Un événement exceptionnel comme l’identification officielle de la momie d’Hatchepsout, annoncée le 27  juin 2007, a des effets à retardement. Deux documentaires sont ainsi diffusés près de trois mois après : Hatchepsout, le mystère de la femme pharaon (France5, 20 sept. 2007) et Dans le secret des reines d’Égypte (France3, Des racines et des ailes, 3 oct. 2007). De même, les expositions sont aussi l’occasion de traiter un sujet ou un autre, par exemple dans l’émission mensuelle Un soir au musée (France5) qui diffuse Les Trésors engloutis d’Égypte (7 déc. 2006) et Le Trésor des rois de Bactriane (14 déc. 2006).

Le contenu

9La majorité des œuvres de l’échantillon (183 titres sur 244) portait sur un des cinq thèmes suivants : Rome et son Empire (58 titres), les origines de l’Homme et les dinosaures(52), l’Égypte (32), la Grèce (26) et la Bible (15). Les autres ont emmené les téléspectateurs en Chine ou en Amérique latine, à Byzance ou à l’âge du Bronze. Durant l’année écoulée, ils ont visité surtout l’Europe du Sud, l’Afrique du Nord et le Proche-Orient. Ils sont allés jusqu’en Somalie, mais jamais en Australie ; ils ont parcouru la Chine et le Turkménistan à plusieurs reprises, mais jamais la Russie, ni l’Amérique du Nord. Leur vision reste, en conséquence, très centrée sur la Méditerranée.

10Pour se faire une idée de ce que lui réserve le documentaire qu’il s’apprête à voir, le téléspectateur, outre le titre généralement explicite de l’œuvre, dispose souvent de petits comptes-rendus publiés dans la presse, ici Télérama ou, à défaut, sur la toile8. Si les conditions de rédaction de ces textes varient, puisqu’il peut s’agir d’avis critiques de journalistes après visionnage ou de commentaires à visée publicitaire produits par la chaîne, le vocabulaire utilisé est révélateur des intentions supposées ou voulues du thème abordé. Lorsqu’il se projette dans le lointain passé, le téléspectateur se voit proposer du « mystère»(12)9 du « secret»(5) et de l’« énigme»(4), qui nécessitent une « enquête»(19) et la recherche de « preuves»(4). L’Antiquité s’apparente ainsi à un film policier où l’« archéologue»(54) joue le rôle du gentil qui « reconstitue»(15) l’enchaînement des événements et l’« histoire»(27). Les « fouilles»(4) permettent ainsi de « découvrir»(23) des « trésors»(15). Les protagonistes sont souvent anonymes. Quelques noms sont cités –Yves Coppens, pour L’Odyssée de l’Espèce et Homo Sapiens, ou Jean Clottes, Histoires naturelles. Nous sommes tous des Cro-Magnon (TF1, 28 oct. 2007). Aux côtés des archéologues apparaissent les représentants d’autres corps de métier, mais en petit nombre : historiens(2), théologiens(2), géologue(1), philosophes(5) ou paléontologues(4), à moins qu’ils ne soient tous réunis sous un terme générique – scientifiques(11), chercheurs(2), spécialistes(2), ou même aventuriers(4). Car l’étude du passé est souvent synonyme d’« aventure». C’est en tout cas le titre sous lequel sont proposées les émissions du samedi soir sur Arte, L’Aventure humaine, dont les sujets(21) peuvent être aussi divers que La nécropole de l’Empereur. Le secret du Zhao Ling (Arte, 25 nov. 2006), Les éléphants d’Hannibal (Arte, 19 mai 2007) ou Lascaux, le ciel des premiers hommes (Arte, 3  nov. 2007). Seuls sept films s’intéressent aux femmes (et encore, grâce à la momie d’Hatchepsout ! Il est vrai qu’elle le vaut bien). En définitive, c’est donc la connotation « enquête policière» qui l’emporte : Indiana Jones n’est pas loin.

11Il arrive aussi que le téléspectateur soit envoyé dans la Préhistoire et l’Antiquité sans l’avoir cherché, le lointain passé servant alors de point de départ à la présentation d’un sujet. Faut pas rêver par exemple, le 18 décembre 2006 sur France3, sur le thème Balade à l’italienne, consacre un court sujet aux chats errants du Colisée. L’édifice romain n’est plus que prétexte au divertissement et s’apparente à une visite touristique dans le temps. Certains réalisateurs deviennent ainsi de véritables tour-opérateurs, à l’exemple de Pierre Brouwers qui met en scène les « ruines» et les « vestiges» antiques dans au moins sept documentaires du type Sardaigne : à l’écart du temps (France5, 10 juillet 2007), Égypte : vivre avec l’histoire (France5, 1er mai 2007) ou encore Tunisie, la mer et le désert (France5, 7 juin 2007). L’Antiquité dépayse, c’est tout ce qu’on lui demande.

12Et les archéologues, trouvent-ils leur compte dans cette programmation ? Absents du processus de fabrication des films, à de rares exceptions près, ils ne peuvent qu’observer l’usage qui est fait de leur travail. Si la grande majorité des films est axée sur l’aventure et le tourisme, certains ont des prétentions scientifiques avérées et reconnues. Yves LeBechennec, un archéologue en Seine-Saint-Denis, co-produit par le Cnrs, a été primé au Festival du film d’archéologie d’Amiens en 2005 ; Coâ, la rivière aux mille gravures a obtenu le prix du Jury du Ve  Festival international du film d’archéologie de Nyon. De tels sujets abordent les problèmes de fouilles, de sauvetage, de conservation et de préservation, qui sont au cœur des préoccupations des archéologues.

13L’étude sur une année de la programmation d’œuvres audiovisuelles portant sur la préhistoire ou l’Antiquité sur les grandes chaînes françaises montre combien le sujet est populaire. Non seulement, il est susceptible de créer de l’audience, souci principal des diffuseurs, mais il s’intègre dans un questionnement incessant de nos origines, comme en témoigne l’offre pléthorique de la fin du mois de décembre, qui se reproduit chaque année. Au fil des diffusions, l’image projetée de l’archéologue est celle d’un enquêteur du passé, qui reconstitue, toujours avec succès, des mystères d’antan.

Haut de page

Notes

1 Par commodité, France 5 et Arte ont été dépouillées dans leur intégralité, alors qu’en réalité, elles se partagent le réseau hertzien (France 5, le matin de 5 h à 18 h 59, Arte de 19 h à 4 h 59) et ne sont accessibles dans leur ensemble que via la Tnt. Cette entorse gonfle un peu le volume des reprises, mais pas le nombre de programmes qui sont tous, à un moment ou à un autre, diffusés aux heures de réception hertzienne.

2 Les 244 œuvres ne sont pas toutes des inédits, loin s’en faut, mais elles sont considérées comme telles lors de leur premier passage durant la période considérée.

3 Lors de sa première diffusion, en 2003, sur France 3, L’Odyssée de l’Espèce avait rassemblé 8,7 millions de téléspectateurs, pour une part d’audience de 34 %. Le 11 janvier 2005, Homo sapiens a fait à peine moins bien, avec 8,2 millions de téléspectateurs (part d’audience : 34%).

4 Pour les dix dernières années : 28 déc. 1998 : Ben Hur, France 3 ; 22 déc. 1999 : Jésus de Serge Moati, TF1 ; 25 déc. 2000 : Jésus de Robert Young, France 2 ; 23 déc. 2001 : Sur les trances de Jésus, 1/3, France 3, et 25 déc. Il était une fois Jésus, de S. Sokolov et D. Hayes, La 5e ; puis à partir de 2002, plus rien, sinon la rediffusion de Ben Hur citée ci-dessus.

5 Voir à ce propos quelques commentaires furieux dans certains forums de discussion (parmi d’autres : www.allocine.fr/communaute/forum/message.html?cforumliste=41&carticle=18399178&nofil=474892).

6 Si France 2 programme une émission de variétés pour fêter la fin du Ramadan le 12 octobre 2007, cela n’a aucune influence sur la programmation des films consacrés à l’Antiquité.

7 Le phénomène n’est, toutefois, pas observable aux vacances de printemps, ni à la Toussaint.

8  Voir www.programme-tv.net, www.programme-tv.com, www.programme.tv et www.france5.fr/programmes/.

9  À côté des termes cités figure entre parenthèses le nombre de mentions relevées dans les textes des sources présentées ci-dessus.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1
Légende Répartition par chaîne des programmes portant sur l’Antiquité et la préhistoire
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/536/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Graphique 2
Légende Nombre de programmes sur l’Antiquité et la préhistoire diffusé par semaine (1re vision et rediffusion)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/536/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natacha Aubert, « Mystère et boule de gomme », Les nouvelles de l'archéologie, 113 | 2008, 10-12.

Référence électronique

Natacha Aubert, « Mystère et boule de gomme », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 113 | 2008, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/536 ; DOI : 10.4000/nda.536

Haut de page

Auteur

Natacha Aubert

Neuchâtel (Suisse)

nacths@vtx.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org