Navigation – Plan du site
Dossier: Images publiques de l'archéologie

Si les hommes préhistoriques n'existaient pas, il faudrait les inventer

Réflexions sur les fonctions sociales de la préhistoire
If the prehistoric people did not exist, one would have to invent them. Reflections on the social functions of prehistory
Brigitte Röder
Traduction de Samuel van Willigen (Zürich)
p. 5-9

Résumés

Les préhistoriques sont populaires et apparaissent dans des contextes les plus divers. L’analyse de ces recours est révélatrice : Elle démontre des fonctions sociales de la préhistoire qui sont liées à une tradition de pensée occidentale selon laquelle les « débuts » soient un point de référence pour « le naturel » et « l’originaire » - et par la suite souvent pour « le juste ». Par voie de conséquences la préhistoire joue un rôle important dans des processus d’identité en offrant d’orientation et même des solutions pour surmonter des crises du présent. Ces fonctions font partie de l’implication historique et culturelle de la recherche archéologique qu’il faut refléter afin d’éviter l’introduction de concepts du monde quotidien dans la recherche.

Haut de page

Texte intégral

Cette contribution a été réalisée dans le cadre du projet « Nouveaux fondements pour des études socio-historiques en archéologie préhistorique  » financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique.

Des hommes préhistoriques partout : Un fait qui soulève des questions troublantes

1Bien que disparus de la scène historique depuis des millénaires, les hommes préhistoriques sont aujourd’hui extrêmement populaires et apparaissent presque quotidiennement dans des contextes les plus divers : émissions scientifiques à la télévision, films au cinéma, pages de titre de grands magazines, bandes dessinées, livres scolaires, best-sellers internationaux tels Pourquoi les hommes n’écoutent jamais rien et les femmes ne savent pas lire les cartes routières (Pease et Pease 1999 ; première édition australienne 1998). On les trouve encore dans les instructions de régimes dissociés, dans les guides de recherche de partenaires et enfin, dans le métro parisien comme protagonistes de la campagne de communication « objectif respect» (Schlanger2006). On peut également noter leur présence dans d’autres disciplines scientifiques que la préhistoire et la paléoanthropologie, les neurosciences par exemple, où l’on ne s’attendrait pas à les trouver mais qui les intègrent à leurs processus de constitution théoriques et à leurs interprétations. Rares semble-t-il sont les domaines pour lesquels le recours aux ancêtres préhistoriques n’est pas pertinent et ne va pas de soi.

2En tant que préhistorienne, je pourrais me réjouir que l’objet de mes recherches soit à ce point populaire et apparemment si pertinent pour la vie de tous les jours. Que la popularité et l’omniprésence des ancêtres préhistoriques ne procurent pas aux institutions travaillant dans le domaine de l’archéologie les moyens financiers auxquels elles pourraient s’attendre, et qu’elles soient, bien au contraire, constamment obligées de résister aux restrictions budgétaires, rend songeur. Le déséquilibre entre la popularité et l’importance toujours plus grandes d’un côté, les moyens financiers gelés, voire réduits, de l’autre, est extrêmement irritant et nous amène à poser des questions inquiétantes. Ce déséquilibre ne révèle-t-il pas que le public ne fait pas le lien entre la connaissance de la préhistoire et l’archéologie préhistorique en tant que discipline scientifique ? Sur quelles connaissances effectives reposent les propos relatifs à la préhistoire tels qu’ils sont énoncés dans différents contextes sociaux ? S’agit-il des résultats popularisés de la recherche scientifique ou ce savoir provient-il d’autres sources ? Pour finir, en quoi réside l’importance de ces nombreux recours à la préhistoire ? Quelles fonctions sociales y sont perceptibles ? Quel est leur rapport avec l’archéologie préhistorique, sa perception d’elle-même et sa pratique ?

  • 1  Ce projet intitulé « Mythes et représentations de la “société primitive” et de “l’homme primitif” (...)

3Ces questions sont abordées dans le cadre d’un projet de recherche sur les interactions entre l’archéologie préhistorique et les discours sociaux1. Les résultats de l’analyse d’environ 400reconstitutions graphiques dans le domaine de la préhistoire, réalisées en Suisse entre1980 et2000, en ont été à l’origine. Cette étude a porté sur la manière dont les rapports entre les sexes et les rôles des enfants et des adolescents étaient représentés. En résumé, les reconstitutions graphiques mettent en scène les rapports sociaux de façon particulièrement stéréotypée. L’image qu’elles en donnent n’est en aucun cas le résultat d’études en histoire sociale ou en histoire des genres, mais seulement la projection du modèle élaboré par la société bourgeoise des xviiieet xixesiècles autour du rôle des sexes ainsi que de notre propre vision de l’enfance, de la jeunesse et des rapports entre les générations devant un décor préhistorique (Röder 2002a, 2002b, 2004).

4Il est intéressant de constater que ces mises en scènes stéréotypées sont indépendantes du fait que le commanditaire des illustrations soit archéologue ou pas. Les deux groupes ont, semble-t-il, des conceptions très proches des rapports entre les sexes, au sein de la famille et entre les générations dans la préhistoire. Ces conceptions sont extrêmement tenaces puisque même un cursus de préhistoire ne semble pas en mesure de les modifier de manière notable et que le grand public les juge plausibles et correctes. Il semble donc qu’il y ait un large consensus entre l’archéologie préhistorique et le public en ce qui concerne les rapports sociaux dans la préhistoire. Avec chaque (nouvelle) reconstitution graphique qui reproduit ces structures familières, se met en place un effet de reconnaissance qui finit par élever les stéréotypes figurés au rang de vérité historique. Ce prétendu « savoir» pourrait aussi expliquer pourquoi il est si difficile à l’histoire sociale et à l’histoire des genres de se profiler comme domaines nécessaires et pertinents de la recherche préhistorique : peut-être a-t-on le sentiment de connaître de manière satisfaisante les relations entre les sexes, au sein de la famille et entre les générations ?

5L’étude des reconstitutions graphiques en archéologie a montré que le prétendu savoir concernant les questions centrales de l’histoire sociale, tel qu’il est largement répandu dans le public, n’est pas le résultat d’une vulgarisation réussie de résultats scientifiques. Ce « savoir» est, bien au contraire, généré avant tout en dehors de l’archéologie préhistorique qui, enfermée dans un processus circulaire, en est réduite à reproduire et à perpétuer la tradition. Dans ce cadre, il est permis de supposer que le public ne fait pas le lien entre la perception de la préhistoire, telle qu’elle est ancrée dans le savoir quotidien d’une part, et l’archéologie préhistorique en tant que discipline scientifique d’autre part.

6Comment expliquer une telle situation ? Est-elle liée à la fonction sociale de ces références à la préhistoire ? Pour trouver une réponse à ces questions, j’ai dans un premier temps recherché dans quels domaines de la société on se réfère à la préhistoire et aux ancêtres préhistoriques. Le résultat de cette étude a déjà été évoqué : rares sont les domaines pour lesquels il n’est ni adéquat, ni bienvenu de faire appel aux hommes préhistoriques. Dans un deuxième temps, j’ai analysé des textes écrits par des non-archéologues qui portent directement sur la préhistoire ou traitent d’un autre sujet mais y font référence. Les questions qui m’ont guidée dans cette recherche étaient de savoir sur quelles bases et dans quel but on renvoie à cette époque. Par ailleurs, j’ai essayé de comprendre ce qui fait la pertinence de ces nombreuses références à la préhistoire et de quelles fonctions sociales elles sont révélatrices. Les sources documentaires sont constituées de textes de la presse imprimée et électronique, ainsi que des best-sellers construits autour de la différence entre les sexes et récemment parus en Suisse, en Allemagne et en Autriche. Dans les lignes qui suivent, en m’appuyant sur des textes qui portent sur les rôles des sexes en préhistoire, je souhaiterais présenter les premiers résultats d’une étude en cours. Après une réflexion sur la démarche répandue qui consiste à se pencher sur « les origines» pour résoudre les problèmes les plus divers, j’aborderai la question du rapport entre les différentes fonctions sociales mises en évidence et la pratique de la recherche en archéologie préhistorique.

Le chasseur et la cueilleuse comme couple de rêve de la préhistoire

7De nos jours, tout débat consacré aux mutations actuelles du rôle des sexes fait appel dans son argumentation – tout au moins en Allemagne et en Suisse – au chasseur préhistorique et à sa partenaire cueilleuse. Prolongeant l’idéal de distribution des rôles selon les sexes de la société bourgeoise européenne, le chasseur est présenté comme le prototype du pourvoyeur, la cueilleuse comme le prototype de la femme au foyer et de la mère. Que l’on souhaite la renaissance ou au contraire l’abandon de cet idéal, il semble difficile de ne pas faire référence à l’un ou à l’autre de ces prototypes, comme le montrent les quelques exemples qui suivent.

« Des explications qui vont de soi»: des solutions simples à un grand problème

8Dans leur best-seller Pourquoi les hommes n’écoutent jamais rien et les femmes ne savent pas lire les cartes routières, les écrivains Allan et Barbara Pease promettent des solutions simples à de grands problèmes. Complétés entretemps par des versions abrégées en petit format sur le marché du livre germanophone (voir par exemple Pease et Pease 2005), les livres du couple se sont vendus à plus de 20millions d’exemplaires dans le monde entier. Le grand problème que veulent étudier et résoudre les auteurs, selon l’annonce publicitaire de la maison d’édition, en associant « les acquis les plus récents des neurosciences et des sciences de l’évolution avec ceux de la psychologie du comportement», est celui du rapport entre les sexes. Ils voient les causes comme les solutions dans « les différences, certes petites mais significatives, entre l’homme et la femme» (annonce de la maison d’édition), pour lesquelles il y a « des explications toutes naturelles». Ces dernières sont tirées en particulier de la préhistoire et on peut les lire sous forme condensée dans un chapitre au titre explicite : « Comment nous sommes devenus ce que nous sommes» (Pease et Pease 2005 : 16-19). Le chapitre débute dans le style d’un conte : « Il était une fois, il y a très très longtemps, un homme et une femme qui vivaient ensemble dans le bonheur et travaillaient dans l’harmonie. L’homme se hasardait jour après jour dans un monde hostile et plein de dangers où il risquait sa vie en chassant pour nourrir sa femme et ses enfants et, chez lui, il lui incombait de les défendre contre les animaux sauvages et autres ennemis». Suit une énumération des travaux réalisés « dans l’harmonie» par les hommes et les femmes, dont la répartition des tâches correspond exactement à l’idéal bourgeois du rôle des sexes. Par leur description du chasseur et dela cueilleuse préhistoriques, Barbara et Allan Pease créent un monde paradisiaque dans lequel règnent des relations claires et limpides : « c’était relativement simple : il était le chasseur, elle, la gardienne du nid.» Cependant, les débuts paradisiaques de l’humanité sont, tout au moins pour le monde « civilisé», révolus. Les auteurs terminent donc leur digression dans la préhistoire en se tournant vers la situation menaçante du présent : « ces règles courantes ont été abolies dans notre monde moderne et civilisé. Il en résulte chaos, désordre et mécontentement.» (Pease et Pease 2005 : 16, 17, 19).

« L’émancipation, une erreur?»

9Cette question préoccupe Eva Herman, une ancienne speakerine du journal de la télévision allemande, qui avança une réponse dans un premier article publié en mai2006 (Herman 2006a), suivi en septembre de la même année d’un livre consacré à ce sujet et épuisé le jour de sa parution (Herman 2006b). Ses thèses ont fait fureur dans les journaux et les débats télévisés. Comme chez Allan et Barbara Pease, la différence entre les sexes constitue le pivot de l’argumentation dans les publications d’Eva Herman qui a, elle aussi, recours aux supposés rapports entre les sexes dans la préhistoire :

Considérons le contexte sociologique et biologique. L’homme constitue au sein de la Création la partie active, forte et protectrice, la femme, quant à elle, représente la partie délicate, compatissante, pure et maternelle. Au cours des millénaires passés, les formes de vies humaines se sont orientées selon cette partition, les rôles étaient clairement définis. L’homme allait à la chasse, plus tard au travail, et avait en charge la subsistance de la famille, la femme s’occupait de la maison, du foyer, des enfants et soutenait l’homme par ses qualités toutes féminines telles que l’empathie, la compréhension, la prudence. […] On n’a, de nos jours, que rarement l’occasion d’apprécier tous les bienfaits d’une telle partition naturelle. Si elle est respectée, il en résulte généralement une harmonie et une paix durable au sein des familles. (Herman 2006a)

10Cette description du paradis préhistorique de la paix entre les sexes, soutenue par une conception d’une division des rôles « voulue par la Création», s’achève par une référence au présent, sous-tendue par la menace de la fin de l’espèce humaine : « depuis quelques décennies, nous, les femmes, nous enfreignons de plus en plus ces lois qui ont, par le passé, garanti la survie de notre espèce humaine.» (Herman 2006a) Au contraire de Barbara et Allan Pease, qui partaient de l’idée d’une mutation parallèle du rôle des femmes et des hommes, Eva Herman considère le refus unilatéral, de la part des femmes, de l’idéal bourgeois des rapports entre les sexes comme la cause des tensions actuelles entre les genres. Le problème des responsabilités étant réglé, la réponse à la question « L’émancipation, une erreur ?» est évidente.

Chasseurs anesthésiés et consommatrices collectant

11Peter Sloterdijk, un des philosophes allemands actuels les plus connus, a lui aussi une vision précise de la nature de l’homme et de la femme préhistoriques et des devoirs qui leur incombent. Il nous en fait part dans un contexte surprenant. Dans une interview publiée pendant la Coupe du monde de football par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel (n° 23, 2006), il qualifie la sélection allemande d’« équipe d’hermaphrodites» – une vision qu’il fait dériver de son concept de masculinité, lui-même fondé sur le « chasseur préhistorique». L’interview commence de la sorte :

Spiegel.– Monsieur Sloterdijk, regardez-vous la Coupe du monde en tant que fan ou en tant que philosophe?

Sloterdijk.– Plutôt comme une personne qui s’intéresse à l’archéologie de la masculinité. Le football est un atavisme et c’est une expérimentation anthropologique. Depuis quelques milliers d’années, la partie masculine de l’humanité cherche à répondre à la question: que faisons-nous des chasseurs dont plus personne n’a besoin? Notre design anthropologique est tel que les hommes sont conçus pour participer à des parties de chasse. Cependant, depuis plus de 7000ans, depuis les débuts de l’agriculture, le chasseur est soumis à un programme à large échelle destiné à l’anesthésier. Plus la religion est évoluée, plus la tentative est intense de persuader le chasseur qui est en nous qu’il est en fait honteux d’être un homme et que l’homme, en tant qu’homme, ne pourra jamais trouver le salut.

12Le fait de s’écarter du « design anthropologique» postulé par Peter Sloterdijk et le « programme» destiné à anesthésier le « chasseur qui est en nous» ont, selon lui, de graves conséquences pour les hommes. On est curieux de savoir si Sloterdijk constate la même chose chez les femmes :

Spiegel.– L’homme préhistorique dans l’homme a donc perdu toute fonction. Il ne sert plus que dans le jeu. Les femmes sont-elles favorisées?

Sloterdijk. Les femmes sont, de par leur origine, des cueilleuses, et on en a besoin plus que jamais car il y a un lien direct entre la cueilleuse et la consommatrice. Sur ce point, les femmes sont plus compatibles avec le capitalisme que les hommes. La consommatrice arbore cette satisfaction à la fois discrète et triomphante de la cueilleuse qui ramène dans son panier quelque chose à la maison. C’est ce qui a donné cet outil féminin universel qu’est le sac à main. Un homme sans javelot ou sans ballon, cela va encore, mais une femme sans sac à main, c’est contre nature.

13Les femmes peuvent donc se rassurer, d’après Sloterdijk et à l’encontre des auteurs précédents, elles continuent à vivre en accord avec leur « design anthropologique».

Point de référence et d’orientation

14Malgré certaines divergences ponctuelles, les auteurs sont d’accord sur un point central : le chasseur et la cueilleuse préhistoriques illustrent ce qui caractérise les hommes et les femmes au plus profond d’eux-mêmes, leur permettant de vivre en paix avec l’autre sexe. Toute déviance par rapport au rôle des sexes tel qu’il découle du « design anthropologique» (Peter Sloterdijk), de la « volonté de la Création» (Eva Herman) ou du « naturel» (Allan et Barbara Pease) a de graves conséquences : elle est cause des problèmes qui existent entre les sexes, des perversions de l’identité féminine (Eva Herman) et masculine (Peter Sloterdijk). Dans de nombreux textes qui alimentent le débat actuel, le chasseur et la cueilleuse sont un point de référence central : en concordance avec l’idéal bourgeois, le couple rêvé présente « l’homme» et « la femme» dans un état naturel et originel privé de repères spatiaux et temporels. À cette phase initiale de l’histoire humaine, l’évolution socioculturelle n’a pas encore effacé ce qui fait la différence entre les hommes et les femmes ainsi que le caractère « originel», c’est-à-dire « naturel», des rôles et des relations entre les sexes. Que cet état originel corresponde exactement aux idéaux de la société bourgeoise européenne ne surprend apparemment personne et semble être, bien au contraire, tout à fait évident. On peut en déduire que la stratégie qui consiste à légitimer cette construction sociale élaborée aux xviiieet xixesiècles en faisant référence à l’état de Nature, continue à être efficace (Röder 2007 : 43). Dans ce contexte, on comprend mieux pourquoi, de nos jours, on s’accorde à penser que l’idéal bourgeois du rôle des sexes représente un état initial et naturel du rapport entre les sexes, et ce, indépendamment du fait que l’on y aspire ou qu’on le rejette.

Le recours aux origines: une longue tradition de pensée

15Dans les contextes les plus divers, les hommes préhistoriques sont mis en avant pour valider une soi-disant « origine naturelle». Ainsi, les régimes dissociés sont-ils efficaces parce qu’ils correspondent exactement à l’alimentation naturelle de l’être humain. Ce rôle de témoin est, grâce aux nombreux documents disponibles, particulièrement bien perceptible dans le débat sur les sexes. Le point de départ de ces références à la préhistoire est souvent un scénario de crise ou encore un désarroi face à des questions perçues comme urgentes. Pourtant, rechercher des solutions à des crises dans la préhistoire plutôt que dans le présent ne va pas de soi : pourquoi le recours aux « débuts de l’histoire humaine», représentés ici par la préhistoire, devrait-il être une stratégie couronnée de succès ?

16Les conceptions et les attentes qui y sont liées sont complexes. L’idée de base est que les débuts de l’aventure humaine sont marqués par une idylle sociale que l’on essaie de retrouver selon le slogan « back to the roots». Il est également possible d’associer à cette stratégie l’espoir de rendre réversibles certains changements considérés comme négatifs ou problématiques. Le recours à un état initial ou naturel supposé permettrait en quelque sorte de remettre le compteur de l’évolution culturelle à zéro. La préhistoire sert donc de point initial de l’évolution culturelle, l’être humain n’ayant pas encore été modifié par les processus civilisateurs.

17Cette manière de percevoir la préhistoire et les hommes préhistoriques comme des figures à la limite entre « nature» et « culture» et la dimension métaphysique des « origines», aujourd’hui en vogue, ne sont pas pour autant des « inventions» de notre époque. Elles ont une longue tradition dans la pensée occidentale et sont clairement perceptibles chez les représentants de la philosophie moderne, de Rousseau à Nietzsche (Purtschert 2006 ; Purtschert à paraître). Comme dans le cas de l’idéal bourgeois du rôle des sexes, l’état naturel et originel a été mis en rapport avec la préhistoire bien avant que celle-ci ne devienne l’objet d’une science. Ce lien étroit entre les « débuts de l’humanité» et des éléments centraux de l’identité occidentale est à mon avis la clé qui permet de répondre à la question des fonctions sociales de la préhistoire.

L’archéologie préhistorique entre l’enseignement de et l’assurance des origines

18Il semble y avoir au sein du public un besoin, bien ancré sur le plan culturel, de s’assurer des « origines» quand il s’agit de surmonter une crise ou de se définir une identité. Ce phénomène a lieu sans que l’on ait forcément recours aux résultats des recherches scientifiques et sans attendre que ces derniers soient rendus accessibles au grand public. Dans une certaine mesure, chacun semble être archéologue sans en avoir la formation et, puisant dans le fonds culturel, compétent pour ce qui est des questions liées à l’archéologie. Il est intéressant de constater que les effets de cette « archéologie maison» ne rencontrent pratiquement aucune critique de la part des archéologues professionnels. Ils sont acceptés quand ils reproduisent des stéréotypes familiers, comme c’est le cas pour la problématique des sexes, face à laquelle l’archéologie est vulnérable. Ainsi, les archéologues ne se sentent pas obligés de se positionner par rapport à des best-sellers comme ceux d’Allan et de Barbara Pease. Il n’en va pas de même pour les neurosciences, elles aussi régulièrement convoquées par les auteurs des ouvrages en question : les neuropsychologues se sont sentis provoqués à tel point qu’ils ont publié un ouvrage grand public en « réponse à Pease & Pease» (Quaiser-Pohl et Jordan 2004).

  • 2  Voir aussi les articles de la revue Archäologisches Nachrichtenblatt (n° 10.2, 2005, « Vorträge un (...)

19L’absence de contestation permet de conclure que le recours aux origines représente pour les archéologues eux-mêmes une stratégie acceptable pour affronter les défis du présent. Bien qu’il ne soit pas courant de prendre position sur une telle question dans les publications archéologiques, je voudrais formuler l’hypothèse que cette fonction sociale de la préhistoire constitue un élément central de l’image que l’archéologie préhistorique a d’elle-même2. Ce n’est pas par hasard que le mot « archéologie» signifie, dans une traduction libre, « l’enseignement des origines». Où est donc le problème quand le grand public veut s’assurer de ce savoir sur les origines et quand la science qui traite du sujet se sent concernée ? À première vue, on peut penser que tout le monde est gagnant dans une situation que l’on pourrait exploiter de manière plus offensive (voir la contribution de Cornelius Holtorf, ce volume p.26-30).

20Le problème réside à mon avis dans le fait que les débats sur les fonctions et l’importance sociales de notre discipline sont encore rares. On trouve des réflexions de ce genre avant tout dans les travaux consacrés à l’histoire de la recherche. Les études qui portent sur le rôle actuel de la discipline sont encore plus rares et relèvent du domaine de la théorie en archéologie. Cependant, théorie, histoire de la recherche et de la discipline ne font pas vraiment partie des préoccupations principales de l’archéologie et sont donc absentes de la formation initiale à l’université. En conséquence, la majorité des étudiants en préhistoire ne sont pas invités à réfléchir sérieusement sur le rôle social de leur discipline et à développer une position personnelle sur le sujet. Lorsque des préhistoriens sont amenés, au cours de leur vie professionnelle, à expliquer au grand public ou aux autorités politiques l’importance sociale de l’archéologie et à en légitimer l’existence, ils ont forcément recours à un argumentaire puisé dans les connaissances quotidiennes, dont leur interlocuteur dispose et dont il se contente. De cette manière, ils transmettent, après l’avoir fixée en lui donnant un vernis scientifique, une représentation qu’ils pourraient et devraient justement remettre en question. Est-ce une démarche scientifique que suivre ses propres racines jusque dans le passé le plus lointain, pour motiver des processus de formation identitaires sur le plan régional, national voire, plus récemment, européen ? L’archéologie préhistorique peut-elle être encore crédible quand elle présente, à l’occasion de grandes expositions, tour à tour les Francs et les Celtes comme les « premiers Européens» et localise le berceau de l’Europe une fois en Bulgarie, fraîchement accueillie au sein de l’Union européenne, une autre fois en Turquie, candidate à l’adhésion ? On peut poser les mêmes questions en ce qui concerne les fameux rapports originels entre les sexes, la famille et les générations. Si l’on tente de faire la distinction entre projections et résultats de la recherche, peu de choses, pour ce qui est des thèmes qui nous intéressent ici, sont à mettre sur le compte de la recherche. À cela, il faut ajouter que les résultats disponibles parlent plutôt en faveur d’une variabilité culturelle que d’une uniformité sociale comme le prétend l’idéal bourgeois.

21Le grand écart entre « l’enseignement» et « l’assurance des origines» ne peut, à mon avis, qu’être de courte durée car il met en jeu la crédibilité scientifique de l’archéologie préhistorique et la compromet sur le plan politique.

22Je pense qu’elle doit se concentrer sur « l’enseignement», c’est-à-dire sur l’étude scientifique de la préhistoire, sans pour autant éluder « l’assurance», c’est-à-dire les fonctions sociales qu’elle doit assumer. Bien au contraire, « l’assurance» devrait devenir un sujet imposé dans la formation et un thème de recherche.

23À cette idée sont liées plusieurs attentes :

  1.  un renforcement de l’objectivité de la recherche en préhistoire, puisque la réflexion sur ses fonctions sociales est forcément liée à une analyse de notre propre implication historique et culturelle qui doit nous mettre en garde contre l’introduction, dans la recherche, de concepts quotidiens  ;

  2.  une meilleure connaissance des questions auxquelles le grand public s’intéresse, qui peut être à l’origine de nouveaux thèmes de recherche et d’une vulgarisation de résultats scientifiques couronnée de succès  ;

  3.  une meilleure mise en contexte du savoir scientifique pour le public en le reliant à des questions importantes pour la société contemporaine  ;

  4.  le développement de nouvelles stratégies sociales qui ne se contentent ni de reproduire la naturalisation de constructions sociales, ni de s’orienter sur des états naturels ou originels mis en exergue par la métaphysique.

24Toutes ces attentes ou ces vœux vont dans le sens d’une meilleure communication et liaison entre l’archéologie préhistorique et la société. Présagent-ils le futur des relations entre archéologie et public ? Si Helga Nowotny, Peter Scott et Michael Gibbon (Nowotny, Scott et Gibbon 2001) ont raison, ce futur a déjà commencé. Ils estiment que l’ancienne ligne de démarcation entre science et société est tombée depuis longtemps et que ces deux domaines sont actuellement dans une situation de co-évolution qui va modifier les fondements épistémologiques de la discipline. Dans un tel contexte, on peut se demander quand l’archéologie préhistorique osera faire ce pas vers l’avenir, et re-conceptualiser en conséquence ses rapports avec le grand public et l’image qu’elle a d’elle-même.

Haut de page

Bibliographie

Herman,E. 2006a. « Die Emanzipation – ein Irrtum ?», Cicero. Magazin für politische Kultur, mai.

Herman,E. 2006b. Das Eva Prinzip. Für eine neue Weiblichkeit. Munich, Pendo Verlag.

Nowotny,H., P.Scott et M.Gibbons (éds). 2001. Re-Thinking Science: Knowledge and the Public in an Age of Uncertainty. Cambridge, Polity Press.

Pease,A. et B.Pease. 1999 [1998]. Pourquoi les hommes n’écoutent jamais rien et les femmes ne savent pas lire les cartes routières ? Paris, Éditions générales First.

Pease,A. et B.Pease. 2005. Warum Männer nicht zuhören… Ganz natürliche Erklärungen für eigentlich unerklärliche Schwächen. Munich, Ullstein-Taschenbuch Verlag.

Purtschert,P. 2006. Grenzfiguren. Kultur, Geschlecht und Subjekt bei Hegel und Nietzsche. Francfort/New York, Campus.

Purtschert,P. À paraître. « Nat-Ur-Zustand und Nat-Ur-Menschen in der Philosophie der Moderne», in : B.Röder (éd.) Urmenschen. Interdisziplinäre Perspektiven auf ihre gesellschaftlichen Funktionen (titre provisoire).

Quaiser-Pohl,C. et K.Jordan. 2004. Warum Frauen glauben, sie könnten nicht einparken – und Männer ihnen Recht geben. Über Schwächen, die gar keine sind. Eine Antwort auf A. & B. Pease. Munich, Beck.

Röder,B. 2002a. « Botschaften aus der Gegenwart : Die Darstellung von Geschlechterrollen auf Lebensbildern zur Urgeschichte», in : G.Kaenel et P.Jud (éds), Lebensbilder – Scènes de vie. Actes du colloque de Zoug (13-14mars 2001). Lausanne, Groupe de travail pour les recherches préhistoriques en Suisse (Documents du GPS n° 2) : 43-51.

Röder,B. 2002b. « Statisten in der Welt der Erwachsenen : Kinder auf archäologischen Lebensbildern», in : K.W.Alt et A.Kemkes-Grottenthaler (éds), Kinderwelten. Anthropologie – Geschichte – Kulturvergleich. Cologne/Weimar, Böhlau : 96-106.

Röder,B. 2004. « Frauen, Kinder und andere Minderheiten. Geschlecht und Alter auf archäologischen Lebensbildern», Ethnographisch-Archäologische Zeitschrift, 46 : 507-520.

Röder,B.2007. « Archäologie : die Vergewisserung über die Anfänge», in : R.Karl et J.Leskovar (éds), Interpretierte Eisenzeiten. Fallstudien, Methoden, Theorie. Tagungsbeiträge der 2.Linzer Gespräche zur interpretativen Eisenzeitarchäologie. Linz, Oberösterreichisches Landesmuseum (Studien zur Kulturgeschichte von Oberösterreich n° 19) : 41-55.

Schlanger,N. 2006. « L’australopithèque n’est pas un voyou du métro», Libération, 20novembre, en ligne sur : www.liberation.fr/rebonds/218076.FR.php, dernier accès 20 mars 2008.

Haut de page

Notes

1  Ce projet intitulé « Mythes et représentations de la “société primitive” et de “l’homme primitif” entre archéologie préhistorique et discours sociaux » fait partie d’un autre plus large financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, qui a pour but de mettre en place de nouvelles bases pour des études socio-historiques en archéologie préhistorique. Pour plus d’informations, voir www.sozialgeschichte.unibas.ch

2  Voir aussi les articles de la revue Archäologisches Nachrichtenblatt (n° 10.2, 2005, « Vorträge und Workshopberichte von der Jahrestagung des Verbandes der Landesarchäologen im Jahr 2004 »: p. 107-151) sur le thème de « l’archéologie en Allemagne. L’orientation de l’archéologie et des disciplines voisines dans un cadre en mutation » et les communications du groupe de travail « Théorie en archéologie » à l’occasion du colloque du Nordwestdeutschen Verbandes für Altertumsforschung e.V. à Hanovre en 2004 sur le thème de « l’archéologie en crise. Questions fondamentales de l’archéologie préhistorique 76 ans après Jacob-Friesen ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Röder, « Si les hommes préhistoriques n'existaient pas, il faudrait les inventer », Les nouvelles de l'archéologie, 113 | 2008, 5-9.

Référence électronique

Brigitte Röder, « Si les hommes préhistoriques n'existaient pas, il faudrait les inventer », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 113 | 2008, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/522 ; DOI : 10.4000/nda.522

Haut de page

Auteur

Brigitte Röder

Université de Bâle (Suisse)

Brigitte.roeder@unibas.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org