Navigation – Plan du site
Informations

Courrier des lecteurs

p. 63-64

Texte intégral

Lailly, le 18 mars 2007

1Au comité de rédaction des Nouvelles de l’archéologie.

2Mesdames et Messieurs,

3J’ai, comme vous le savez, quitté depuis un certain temps le Comité de rédaction des Nouvelles de l’archéologie, pour des raisons de divergences concernant la politique éditoriale de la revue.

4La lecture du dernier numéro (106, 4e trimestre 2006) ne fait malheureusement que confirmer mon impression que cette dérive n’a depuis fait que s’accentuer. On peut même considérer qu’il n’y a plus vraiment de « politique éditoriale » des Nouvelles et je ne suis guère optimiste en ce qui concerne la transformation annoncée en une revue scientifique généraliste et « transversale » (Éditorial, p. 3)…

5En ce qui concerne ce numéro, je suis en fait surtout choqué par la présence de l’article d’Olivier Blin et V. Plissot (p. 51-65) : depuis quand les Nouvelles ont-elles pour mission de publier des données archéologiques de terrain ? Et ceci hors de toute appréciation sur la valeur de cet article, au demeurant estimable… C’est à ma connaissance le rôle des revues nationales (Gallia et autres) et revues interrégionales qui quadrillent le territoire et non d’une revue créée – du moins à l’origine ! – pour le débat méthodologique, idéologique et politique en archéologie. Mais il est vrai que la situation de ces revues scientifiques est de plus en plus floue et que les ministères de tutelle s’en désintéressent apparemment. Ainsi est donc prévu que le périodique de l’inrAp Archéopages se transforme aussi en une revue « de haut niveau scientifique » pour des synthèses en archéologie nationale !

6Autre point choquant d’ailleurs : que l’article incriminé ait entre autres pour auteur un membre même de la coordination des Nouvelles, Olivier Blin : ceci expliquant sans doute cette exception, il y a aussi, pour le moins, une dérive déontologique inquiétante…

7Les Nouvelles s’honoreraient évidemment en publiant ce « courrier des lecteurs », mais je ne me fais pas trop d’illusion à ce sujet car nous sommes aujourd’hui bien loin de la revue de débat jadis créée : nous resterons, je pense, dans le consensus mou et le « politiquement correct »…

Bien à vous.

Alain Ferdière

8Le 20 mars 1999, Alain Ferdière s’excusait de ne pouvoir assister au comité de rédaction en raison de sa charge d’enseignement à l’université de Tours. Dans la même lettre, il précisait ne pas partager « du tout » le point de vue majoritaire ; il se plaignait que sa lettre de décembre n’ait pas été publiée et joignait une autre réaction au débat en cours « que je trouve rigolote : j’aimerais bien qu’elle soit publiée. Mais elle est anonyme ». Finalement, ses deux lettres ont paru avec une troisième, par laquelle il démissionnait (n° 77, 1999 : 61-62), et un commentaire d’Anick Coudart, directrice de la revue. Cette affaire avait éclaté à la suite d’une énième crise de l’afan et de la publication par la rédaction d’un dossier (n° 73, 1998 : 5-20).

9En 1999, Alain Ferdière manifestait une opposition décidée à la ligne éditoriale des Nouvelles de l’archéologie. Aujourd’hui, il considère qu’elles n’en ont plus, mais un « défaut d’optimisme » n’est pas un argument.

10En 1999 déjà, Alain Ferdière trouvait choquant, sur un plan déontologique, « la manière dont ont été présentées, d’une part le rapport Demoule-Pêcheur-Poignant, d’autre part les réponses favorables ou défavorables que ce texte a suscitées, et enfin la manière dont J.-P. Demoule a utilisé sa double casquette d’auteur du rapport et de membre du comité de rédaction pour avoir le dernier mot en publiant le commentaire de son propre rapport avec une bonne foi pour le moins limitée ».

11En 2007, choqué par l’article sur le site gallo-romain de la Truie-Pendue… (n° 106, 2007 : 51-65) – « depuis quand les Nouvelles ont-elles pour mission de publier des données archéologiques de terrain ? » – Alain Ferdière est toujours soucieux de déontologie : « que l’article incriminé ait entre autres pour auteur un membre même de la coordination […] explique sans doute cette exception ? Il y a là aussi, pour le moins, une dérive déontologique inquiétante… »

12Qu’il soit rassuré : le rapporteur du nouveau comité de lecture a accepté l’article très bien documenté de Frédéric Devevey sur ses fouilles de Chevroches, et sa propre lettre paraît dans le courrier des lecteurs. Toutefois, la rédaction des Nouvelles de l’archéologie pense qu’entre l’injure et le consensus mou, un débat civilisé est possible, et elle regrette qu’Alain Ferdière n’en connaisse pas les codes.

La rédaction

Aix-en-Provence le 6 mars 2007

13Madame Anick Coudart,

14Mon père, Raymond Montjardin (1924-2006) est mort, il était intendant de lycée et aussi archéologue « amateur », ce qui veut dire qu’il y a consacré le plus clair de ses vacances. Enfant, j’ai passé beaucoup de mes jeudis à Escanin (Les Baux) où il fouillait tandis que ma mère travaillait et après le décès de mon grand-père. Et durant les grandes vacances, j’ai vu une bonne partie des musées d’Italie, d’Angleterre, de Suisse et jusqu’au Portugal où mon père rencontrait des collègues. Certains sont venus fouiller à Chauzon (Ardèche) et d’autres ont participé à plusieurs colloques organisés à Montpellier quand il était président de la Fédération archéologique de l’Hérault. Il a croisé Clottes, Guilaine, Courtin, Gutherz...

15« Comment expliquer ce nouveau rôle joué par des archéologues ? Leur pratique est simplement devenue, en quelque vingt années, un métier qui, comme les autres, s’inscrit dans le monde du travail avec ses revendications, ses affrontements et ses syndicats », écrivez-vous.

16Je partage votre analyse « Une année de crise pour l’archéologie préventive » (nda 98, février 2005), alors que, ce mercredi 14 mars 2007, les salariés de l’Inrap manifestent pour conserver leur emploi. Anick Coudart, vous dites beaucoup de choses justes, sur cette « classe ouvrière » présente dans l’Inrap et même au Cnrs, qui donne de la force à ses manifestations. Et sur la propriété privée des objets archéologiques que le projet de loi de 1913 avait prévu de nationaliser.

17Mais, la question du financement sera éternellement et vicieusement posée tant qu’il reposera sur un prélèvement particulier et non sur un budget global.

18La pratique de la Préhistoire est à un tournant. Mais pour bien déterminer ce qu’elle doit devenir, il faut se pencher sur l’histoire de cette discipline, ses relations avec l’évolution de notre société, dans un débat public. Hier, un millier d’archéologues salariés ont manifesté à Paris (dans notre région, beaucoup sont en grève et manifestent). Au même moment, les journaux sont pleins de la polémique soulevée par le contrat signé avec Abou Dhabi pour « louer » contre argent les collections nationales du Louvre et de l’ensemble des musées. Pouvons-nous laisser les bourgeois qui nous gouvernent faire de l’argent en vendant Versailles aux touroperateurs japonais au lieu d’établir un véritable service public de la Culture ? Non !

19Comme son ami l’instituteur Prades (qui a révélé Lattes avec ses élèves), mon père, préhistorien « amateur » mais reconnu, était à l’Éducation nationale, qui n’a été constituée que par de grandes lois laïques à la fin du xixsiècle. Un de ses collègues était agent Edf, service public constitué par la nationalisation en 1946 de 1 300 sociétés électriques privées. Mais la Culture reste encore balbutiante : ministère Malraux en 1961 ; et, pour la Préhistoire, l’histoire n’est pas finie.

20Anick Coudart, vous faites procès aux « sociétés d’amateurs » type Spf d’avoir entravé le développement d’organismes publics de recherche en Préhistoire. Soit, je souhaite lire les livres que vous citez. Mais faut-il ignorer tout l’apport positif d’une association comme la Fah dans les années 1970-1980, qui a doté la Préhistoire d’une revue et permis à la carrière de bien des professionnels actuels de débuter. Il faut imputer à d’autres, les gouvernements qui se sont succédé, l’absence de postes en nombre suffisant.

21Pour ma part, je souhaite écrire, à partir de ses archives, une sorte de biographie de mon père, dans laquelle la Préhistoire tiendrait une grande place, mais qui ne se limiterait pas pour autant à cela. L’enfance, la jeunesse et les engagements politiques (Faucons rouges Sfio, Auberges de Jeunesse, pcf, Lutte ouvrière, etc.), la vie professionnelle et familiale, les voyages… Afin d’expliquer ses combats successifs et donc, à la tête de la Fédération archéologique de l’Hérault, ce qu’il entendait par « Une archéologie pour tous ». Aujourd’hui, l’éducation populaire est de retour, comme en 1881, 1901, 1936 et 1945. Celle qui a donné un emploi et même un statut aux instituteurs, puis aux électriciens qui, avant ces réformes fondamentales, connaissaient les salaires de misère et le chômage.

22Pour avoir étudié le fonds Marius Nègre aux archives de l’Hérault, je sais ce que nous devons à ce pionnier du syndicalisme instituteur : en 1907, pour avoir rejoint la Cgt, il avait été révoqué par Clemenceau qui, la même année, faisait tirer sur les vignerons ruinés par les « sucraïres ».

Gil Montjardin

23Le dossier réuni par Anick Coudart et Marc Talon (n° 98, 2005), dont la lecture a motivé la lettre de Gil Montjardin, est proche dans sa forme et son contenu de celui qui avait suscité la colère d’Alain Ferdière en 1998. Les questions qu’il soulève quant à l’histoire de la préhistoire et au rôle qu’y ont joué les sociétés d’amateurs vont toutefois bien au-delà. L’historiographie de la discipline est en plein essor et apporte, chaque année, de nouvelles informations. Reste à écrire, mais peut-être est-ce un peu tôt pour en avoir une vision apaisée, le récit de sa professionnalisation qui s’est faite, bien souvent, contre ces mêmes amateurs alors que d’autres processus auraient pu exister, comme le prouvent l’exemple des sociétés scandinaves ou britannique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Courrier des lecteurs », Les nouvelles de l'archéologie, 107 | 2007, 63-64.

Référence électronique

« Courrier des lecteurs », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 107 | 2007, mis en ligne le 22 avril 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/518 ; DOI : 10.4000/nda.518

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org