Navigation – Plan du site
Informations

Archéologue en otage : Françoise Claustre (1937-2006)

Jean Guilaine
p. 62

Texte intégral

1L’archéologie est parfois dérangeante. Dans bien des pays, son combat pour revisiter le passé heurte des combinaisons politiques, des intérêts économiques, des positions philosophiques. Dans certaines contrées et pour des motifs divers – pillages d’antiquités, trafics en tous genres, guérillas, fondamentalismes – l’archéologue est un gêneur et son expulsion de terrains gangrenés, où sa présence n’est pas souhaitée, rapidement assurée. Mais il peut aussi être une proie au cœur de rackets, d’enlèvements à but crapuleux ou propagandiste.

2Françoise Claustre, qui vient de nous quitter, a été victime d’une rébellion de populations tchadiennes en lutte contre le gouvernement en place et pratiquant des prises d’otages pour obtenir rançons, dédommagements de guerre, mais aussi publicité internationale favorable à sa stratégie. Toutefois, il est juste de dire que l’enlèvement de notre collègue ne fut pas prémédité. En effet, le groupe toubou qui, sous la conduite d’Hissène Habré, décide d’intervenir le 21 avril 1974 dans l’oasis de Bardaï, a pour objectif d’enlever deux Allemands, MM. Staewen et Koch, et de faire ainsi pression sur le gouvernement de N’Djamena dans l’optique d’une négociation prochaine. C’est par un navrant concours de circonstances qu’un coopérant français, M. Combe, et une archéologue,

3F. Claustre, présents depuis quatre jours à Bardaï, seront également pris en otage. Ce n’est qu’après avoir vérifié l’identité de cette dernière, chercheur au Cnrs, que les rebelles ont vu tout le parti publicitaire qu’ils pouvaient tirer de cette opération. Il est vrai que, contrairement à l’action des émissaires allemands qui firent rapidement libérer le Dr Staewen dont l’épouse avait été tuée accidentellement au cours de la fusillade survenue lors de l’enlèvement, les pourparlers du côté français s’enlisèrent.

4F. Claustre allait peu à peu devenir, bien malgré elle, un « personnage historique » en raison de la longueur de sa détention

  • près de trois ans, du 21 avril 1974 au1er février 1977 – et des ratés de la négociation qui déplaisait au gouvernement tchadien et au cours de laquelle le commandant Galopin fut exécuté. Avec le recul, quelques points forts apparaissent :

  • l’ambiguïté de l’information : F. Claustre a toujours été désignée dans la grande presse comme « ethnologue ». Or, depuis déjà dix ans, elle ne s’occupait en Afrique que d’archéologie. Peut-être ce qualificatif lui vint-il de son rattachement au Cnrs au Laboratoire d’ethnologie et d’archéologie tchadiennes et camerounaises ? À Bardaï même, elle venait de débuter la fouille de tombes pré-islamiques ;

  • la solidarité de la profession pressant l’administration du Cnrs, faisant signer diverses pétitions, fut sans faille. Mais elle fut, je crois, de peu d’effet au-delà de certaines sphères (chercheurs universitaires) ;

  • l’émoi de l’opinion publique devint sensible lorsque le journal télévisé (C. Bernadac) projeta le 10 septembre 1975 les images que R. Depardon avait été autorisé à tourner sur la captive et sur ses conditions de détention. C’est bien la pression de l’opinion qui fit accélérer les pourparlers, alors que Hissène Habré menaçait d’exécuter l’otage, avançant la date butoir du 17 septembre ;

  • les tristes dérives dues aux rumeurs entretenues pendant la captivité puis, après la libération, aux fictions inspirées ou non par la détention.

5Finalement, des circonstances internes à la rébellion – l’opposition entre ces deux meneurs, Habré et Goukouni – furent décisives pour la libération du couple Claustre – le mari de Françoise ayant été à son tour fait prisonnier. Goukouni fit délivrer les otages par le canal libyen.

6F. Claustre aurait pu revenir travailler en Afrique, en faisant le choix d’une aire moins troublée. Son « affaire » l’avait tellement marquée qu’elle jeta l’éponge, non sans avoir publié dès son retour deux ouvrages sur ses recherches au Tchad. Rappelons aussi que les matériaux issus de ses fouilles dans les sites paléométallurgiques de la région de Koro-Toro ont été légués au musée de l’Homme et ont pris place aujourd’hui dans le musée du Quai Branly, où certaines pièces sont exposées.

7Sa reconversion sur des terrains européens se fit sans difficulté, d’autant que sa thèse avait concerné le Campaniforme en France et qu’elle n’avait jamais coupé les ponts avec les problèmes du Néolithique et de l’âge du Bronze de son pays. Dire qu’elle ne regretta pas l’Afrique serait téméraire. Mais, servie par un ensemble de bons gisements pyrénéens (Montou, Bélesta), elle se trouva très vite au cœur de questions débattues par la communauté scientifique, auxquelles elle pouvait apporter des réponses, et qui la motivèrent intensément : le Néolithique moyen Montbolo et sa place chrono-culturelle, les aménagements funéraires en cavité, la pratique de l’archéologie aérienne dans une région, le Languedoc-Roussillon, très démunie en la matière, la production des parures néolithiques du Midi méditerranéen, etc. Autant ces problèmes scientifiques la stimulaient, autant, soucieuse de discrétion, tout ce qui pouvait lui rappeler sa détention l’irritait.

8C’est Pierre Claustre qui, pour tenter de mettre un terme aux rumeurs, rompit ce silence en publiant en 1990 son propre témoignage sur cette pénible histoire dans un ouvrage, L’Affaire Claustre. Autopsie d’une prise d’otages (Paris, Karthala), dont la presse ne rendit guère compte. Apparemment personne ne souhaitait raviver cette plaie, d’autant qu’Hissène Habré était devenu entre temps président du Tchad et que la raison d’État avait ses exigences. Françoise Claustre, désormais retraitée, souhaitait à son tour livrer ses mémoires en mettant l’accent sur les aspects psychologiques de sa captivité. Le temps lui a manqué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Guilaine, « Archéologue en otage : Françoise Claustre (1937-2006) », Les nouvelles de l'archéologie, 107 | 2007, 62.

Référence électronique

Jean Guilaine, « Archéologue en otage : Françoise Claustre (1937-2006) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 107 | 2007, mis en ligne le 22 avril 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/516 ; DOI : 10.4000/nda.516

Haut de page

Auteur

Jean Guilaine

Collège de France, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org