Navigation – Plan du site
Politique de la recherche

L’application Patriarche

Inventaire informatique de la carte archéologique nationale
Anne Chaillou et José Thomas
p. 52-57

Notes de l’auteur

Cet article et l’encadré qui l’accompagne amorcent une série de communications proposées par la Dapa (direction de l’Architecture et du Patrimoine) sur la carte archéologique nationale et sa version informatisée Patriarche. La seconde partie, à venir, portera sur le chantier en cours de l’évolution de l’application informatique.

Texte intégral

1L’application Patriarche (Patrimoine Archeologique) est la dernière application informatique mise à la disposition des services régionaux de l’archéologie (srA) et de l’administration centrale pour gérer la carte archéologique de la France.

2Elle a été conçue par les services du ministère de la Culture en 1998. Sa première version a été livrée par la société informatique adjudicataire en mai 2002 et une deuxième version en septembre 2005.

3La carte archéologique de la France est l’inventaire géoréférencé de toutes les traces archéologiques de la France, qu’il s’agisse des sites reconnus et fouillés, des sites potentiels renseignés par des sources extra-archéologiques ou par des anomalies de terrain, des objets ou des ensembles d’objets déplacés comme les collections publiques ou privées sans contexte…

4Cet inventaire, qui doit être le plus complet possible, a été mis en œuvre pour répondre aux objectifs suivants : connaître le patrimoine national et sa répartition sur le territoire, fournir des données exploitables pour la recherche scientifique, en assurer la sauvegarde et la diffusion. Il doit aussi servir de support à une analyse permettant de gérer la programmation scientifique, et assurer la protection du patrimoine archéologique en la rendant compatible avec l’aménagement du territoire et le développement économique, dans le cadre de l’archéologie préventive.

5Vous trouverez ci-contre une information plus complète sur la carte archéologique. Vous pouvez aussi vous reporter au Rapport au Parlement sur l’application de la loi du 17 janvier 2001 modifiée, qui consacre un chapitre détaillé à la carte archéologique nationale (p. 51 à 60 – http://www.culture. gouv.fr/culture/actualites/rapports/archeo-preventive2006/ rapport-archeo.html), ainsi qu’à l’article de Frédérique Fromentin, Solange Lauzanne et Anne Ropars sur « l’inventaire archéologique national » (Fromentin 2006).

6Patriarche est une application nationale dont les données sont saisies par les services de l’État en région (directions régionales des affaires culturelles, services régionaux de l’archéologie) pour leur territoire propre. Elle est renseignée par les vingt-deux régions de métropole, trois régions d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane), et une région « maritime », le drAssm (département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines), qui prend en charge tout ce qui concerne l’archéologie sous-marine. Chaque Sra a pour rôle de saisir les données concernant sa région, de les modifier, de les supprimer. La version nationale de Patriarche, qui regroupe les données de toutes les régions, est prévue pour être consultable depuis chacun des services régionaux et depuis l’administration centrale.

7Le système Patriarche est organisé en trois modules : une base de données sous le logiciel Oracle, un gestionnaire de requêtes permettant de faire des recherches sur les données saisies sous le logiciel BusinessObjects et un système d’informations géographiques (Sig) sous le logiciel ArcView. Ce Sig est le nœud de Patriarche, puisque c’est à partir de ce module que le personnel concerné des Sra renseigne et exploite la base de données.

La carte archéologique nationale
José Thomas

Historique du concept

La « carte archéologique nationale » est l’expression d’une politique publique éprouvée : en 1838 déjà, une circulaire du ministre de l’Intérieur demandait aux préfets de recenser les sites archéologiques (Gauthier 1994). Avec la loi du 27 septembre 1941 réglementant les fouilles archéologiques et le décret d’application du 13 septembre 1945, l’inventaire des gisements et des fouilles archéologiques, ainsi que leur cartographie, devenaient partie des obligations des services des Antiquités nouvellement créés au ministère de la Culture. En s’inspirant de la législation sur les monuments historiques, ce décret organisait le recensement des sites archéologiques pour les étudier (contrôle et programmation de la recherche archéologique) et les protéger (classement au titre de la loi de 1913).

Le site archéologique est en effet un « objet scientifique » et un « objet patrimonial ». Son étude donne une connaissance historique nouvelle de notre passé et du passé de l’humanité, connaissance qui constituera à son tour un élément de mémoire collective. Mais la mise au jour de vestiges archéologiques est également productive d’un patrimoine matériel ayant une valeur artistique, technique ou architecturale que la muséographie ou l’aménagement de site peuvent valoriser. Les différents gouvernements qui se sont succédé depuis la Libération ont eu tendance à privilégier l’une ou l’autre de ces deux valeurs.

En 1974, dans son rapport au Premier ministre, Jacques Soustelle (1975) réaffirmait la nécessité d’une carte archéologique et en définissait les objectifs (connaissance, mise en réserve de sites à fouiller ultérieurement, dont l’emplacement pourrait être paysagé pour améliorer l’environnement urbain), les partenaires (organismes de recherche, Équipement et Ign) et les moyens ; il préconisait une informatisation sur la base de l’expérimentation menée par l’Uer d’archéologie de Paris-I, le Cnrs et le Centre d’études techniques de l’é quipement (Cete) de Rouen sur le département du Cher.

La durée et les moyens à consacrer à cet inventaire étaient sous-évalués car on appréhendait mal encore la richesse archéologique du sol national que l’archéologie de sauvetage puis préventive allaient dévoiler (66 000 sites inventoriés en 1987 ; 453 000 entités archéologiques fin 2006), rendant urgente la réalisation de cet inventaire archéologique national, aussi bien en France qu’en Europe. La « Charte pour la protection et la gestion du patrimoine archéologique » établie par le Conseil international des monuments et des sites (Icomos), deviendra la « Convention de Malte » ratifiée par la France en 1994.

Le terme international consacré par la charte de l’Icomos et la Convention de Malte est « Inventaire du patrimoine archéologique ». Il comprend l’inventaire et la cartographie des sites archéologiques. En France, la question du choix terminologique entre « inventaire archéologique » ou « carte archéologique » a été examinée par le Conseil supérieur de la recherche archéologique (Csra) le 18 octobre 1990. En fonction de l’importance que le Csra donnait à la localisation des sites archéologiques sur le territoire, le vocable « carte archéologique nationale » a été adopté pour signifier « inventaire et cartographie des sites archéologiques ».

Mise en oeuvre

En raison de la mission de service public qui lui est attribuée depuis 1941/1945, le ministère de la Culture est seul à même de conserver la mémoire de toutes les découvertes et recherches archéologiques faites sur le territoire national. Les autres partenaires de l’archéologie (Cnrs, universités, collectivités territoriales, Inrap…) en ont une connaissance partielle car ils interviennent sur des thèmes de recherche spécifiques ou sur des parties limitées du territoire national.

De ce fait, la « carte archéologique nationale » (données descriptives) est la seule base de données recensant exhaustivement sur l’ensemble du territoire national les données élémentaires de chaque entité archéologique détectée ou étudiée : localisation, fonction, chronologie, attribution culturelle et, plus brièvement, contenu, structures et vestiges mobiliers, sources et recherches afférentes. Y sont renseignés également les lieux de conservation des vestiges mobiliers et des archives de fouilles (relevés, plans, notes, photographies, études…) produites lors des phases de la recherche (fouille et post-fouille).

Elle a ainsi vocation à donner un tronc commun à tous les autres systèmes de données archéologiques plus spécialisés. Dans les applications informatiques, localisation administrative et géographique, numéros et codes Patriarche des entités et des opérations de recherche archéologiques pourraient être systématiquement reportés.

Les données de la carte archéologique nationale constituent un premier niveau d’analyse pour les services archéologiques de l’État et leurs commissions scientifiques consultatives, quand il s’agit d’établir des bilans de la recherche archéologique et des programmations prenant en compte les avancées ou les retards territoriaux ou thématiques. Elles permettent une aide à la décision qui doit concilier la connaissance archéologique, la conservation des vestiges exceptionnels avec l’aménagement du territoire et le développement économique, par l’intermédiaire notamment de l’établissement de « zones de présomption de prescription archéologique », à partir des données de la carte archéologique et du dernier état des connaissances scientifiques.

Les règles de communicabilité de la carte archéologique sont précisées dans le décret n° 2004-490 du 3 juin 2004 relatif aux procédures administratives et financières en matière d’archéologie préventive (articles 69, 70 et 71).

Les éléments généraux de connaissance et de localisation du patrimoine archéologique sont communiqués par le préfet de région ou, pour le domaine public maritime, par le service chargé des recherches sous-marines, sur leur demande, aux autorités administratives chargées de l’élaboration des documents d’urbanisme ou de l’instruction des demandes d’autorisation de travaux susceptibles d’affecter le patrimoine archéologique. Ils peuvent également être consultés à la direction régionale des affaires culturelles territorialement compétente ou, pour le domaine public maritime, auprès du service précité, par toute personne qui en fait la demande.

Gauthier, M. 1994. « Rapport au ministère de l’Éducation nationale et de la Culture », Les nouvelles de l’archéologie, 57 : 5-21.

Soustelle, J. 1975. La recherche française en archéologie et anthropologie. Paris, La documentation française (Rapport officiel).

8L’état complet de l’inventaire informatisé des connaissances et de la localisation du patrimoine archéologique est accessible aux agents de l’État, de l’Institut national de recherches archéologiques préventives, des services archéologiques et des autres services patrimoniaux des collectivités territoriales, à tout titulaire de l’agrément régi par le chapitre IX du décret n° 2004-490, ainsi qu’aux enseignants et aux chercheurs des établissements publics d’enseignement supérieur ou de recherche, pour l’exercice de leurs missions. Ces données sont également communiquées aux personnes justifiant qu’elles effectuent une recherche scientifique. Les informations concernant une parcelle cadastrale sont en outre accessibles au propriétaire de celle-ci ou à la personne mandatée par lui, s’ils font état d’un projet de travaux susceptibles d’affecter le patrimoine archéologique. Cet inventaire informatisé est exploité actuellement par l’application Patriarche.

Types de données renseignées dans Patriarche

9Les données saisies dans Patriarche sont regroupées en six ensembles : entités archéologiques, opérations archéologiques, protections, sources, répertoire et tables régionales.

10Le binôme entités archéologiques/ opérations archéologiques est la clef de voûte de cette application, les autres ensembles permettant d’assurer des liens, des compléments d’information ou une aide à la saisie.

L’ensemble entités archéologiques, Ea

11Il associe toutes les données archéologiques composant la carte archéologique de la France.

12Une entité archéologique peut-être :

  • soit une entité archéologique, caractérisée par un ensemble cohérent de vestiges, restes mobiliers ou immobiliers témoignant d’activités passées, présentant une unité chronologique et/ ou fonctionnelle sur un espace donné, découvert lors d’une ou de plusieurs opérations archéologiques,

  • soit un lieu contenant des vestiges indéterminés (mobilier mal caractérisé ou peu caractéristique…),

  • soit un lieu contenant peut-être des vestiges (anomalie phytologique…),

  • soit un lieu dont on sait, par des sources d’informations extra-archéologiques (archives, géomorphologie…), qu’il est susceptible de contenir des vestiges archéologiques (toponyme, zone alluviale…),

  • soit enfin, un objet ou un ensemble d’objets déplacés (collection hors contexte…).

13En d’autres termes, l’Ea est en quelque sorte l’unité d’analyse des sites archéologiques ; c’est une occupation d’un type donné (suivant le thesaurus « interprétation »), présente à un endroit donné, durant une période de temps donnée, sans interruption. Par exemple, un habitat gallo-romain à tel endroit est considéré comme une Ea ; mais un habitat et des sépultures gallo-romaines au même endroit forment deux Ea ; un cimetière continu de La Tène à la période mérovingienne est considéré comme une Ea ; mais un cimetière gaulois suivi, dix siècles plus tard, d’un cimetière médiéval au même endroit forment deux Ea – la localisation, l’interprétation et la chronologie pouvant être plus ou moins précises.

14Il s’agit donc d’une unité documentaire, qui peut être enregistrée à partir de tout type de source : résultats d’opérations archéologiques, découvertes d’objets, documentation historique, indices géomophologiques…

15Dans Patriarche, une Ea est l’association d’une forme graphique géoréférencée (polygone, ligne, cercle ou point) visualisable sur le fond de carte Ign au 1/25 000e ou sur le cadastre numérique de la commune contenant l’Ea, et de données alphanumériques saisies dans différents masques de la base de données. Ces masques sont au nombre de trois : Chrono-vestige, Contexte et Liens.

    • 1  Le numéro de l’Ea se compose ainsi : numéro de la région (non visible) / numéro du département / n (...)

    Le masque Chrono-vestige contient les données concernant le code et le numéro1de l’Ea, le nom de la commune, le nom du lieu-dit et le nom de l’Ea s’il y a lieu. Ce masque contient aussi les données concernant de l’Ea dans la commune ses interprétations (deux interprétations peuvent être données), sa chronologie (suivant un thesaurus national et/ ou un binôme de date), son ou ses attributions culturelles régionales, les structures la composant, la présence de vestiges mobiliers et leur lieu de dépôt.

  • Le masque Contexte présente les données d’identification et de localisation de l’Ea et son contexte archéologique, signale son intérêt pour la recherche scientifique et pour la valorisation, et permet de visualiser les liens entre entités archéologiques. En effet, certaines peuvent être liées entre elles pour exprimer un regroupement, une proximité, une réutilisation, un contexte historique, une communauté fonctionnelle… Ce masque est en fait l’état actuel et la synthèse de l’entité archéologique.

  • Le masque Liens donne des informations sur les circonstances de découverte de l’Ea ainsi que les liens avec les opérations archéologiques, les protections et les sources.

L’ensemble opérations archéologique, Oa

16Cet ensemble permet d’assurer l’enregistrement des interventions archéologiques.

17Les opérations archéologiques sont généralement des opérations de terrain qui sont soumises à autorisation en application du Code du patrimoine : autorisation ou décision du préfet de région en archéologie programmée, processus de prescription et d’élaboration d’un cahier des charges, puis d’approbation du projet d’intervention proposé par l’opérateur et de désignation de responsable scientifique en archéologie préventive.

18L’enregistrement d’une opération archéologique dans Patriarche est initié en principe en amont des réalisations, au moment de la décision ou de l’autorisation du préfet de région (recherches programmées), de la prescription ou de l’approbation du projet d’opération incluant la désignation d’un responsable scientifique (opérations préventives). Une opération archéologique est dirigée par une personne physique nominale qui accepte, avec l’autorisation ou la désignation par l’État, de la réaliser en se conformant aux prescriptions et aux obligations de remise d’un rapport et de la documentation scientifique.

  • 2  Une opération archéologique. possède sa propre emprise géoréférencée, qui n’est pas forcément iden (...)

19Dans Patriarche, une Oa estl’association d’une forme graphique l’assiette de la ou des entité(s) géoréférencée2(polygone, ligne, cercle ou point) visualisable sur le fond de carte Ign au 1/25 000e ou sur le cadastre numérique de la commune contenant l’Oa, et de données alphanumériques saisies dans différents masques de la base de données. Ces masques sont au nombre de cinq : Dossier, Suivi, Rapports et fin, Financement et Liens et géoréférences.

  • Le masque Dossier est prévu pour contenir des données administratives de l’opération archéologique (code, type, durée, intitulé, responsable, organisme de référence du responsable), sa localisation, l’intervention qui l’a déclenchée (l’origine de l’acte, l’opérateur, le gestionnaire, la nature de l’aménagement, l’aménageur), le programme auquel elle se rattache. Il permet aussi de connaître la chronologie archéologique concernée et l’état de l’opération (en cours, finie…).

  • Le masque Suivi était destiné à lister les différents actes administratifs qui vont jalonner le déroulement de l’Oa, et le masque Financement à faire le point sur ses divers financements. Il faut noter que, concernant l’archéologie préventive au moins, le développement et la complexité des nouvelles procédures mises en place après la conception de Patriarche supposent l’invention d’autres outils pour assurer une réelle gestion administrative et financière des opérations. Cela fait l’objet d’un projet d’application sur la gestion de l’archéologie préventive.

  • Le masque Rapports et fin permet de prendre connaissance des rapports rédigés sur une Oa et des noms des différents rapporteurs. Il permet aussi de connaître les informations relatives à la clôture de l’Oa (date de clôture, remise de la notice pour le bilan scientifique régional (bsr), dépôt des archives…).

  • Le masque Liens et géoréférences donne des informations sur les entités archéologiques liées, les sources liées ainsi que les opérations archéologiques liées à l’Oa. Une opération archéologique peut être liée à une ou plusieurs entités archéologiques et elle apporte, en général, des connaissances scientifiques susceptibles d’amener à la création ou à la mise à jour d’une ou plusieurs entité(s) archéologique(s). C’est dans ce masque qu’apparaissent les éléments de la géométrie de l’opération archéologique (données provenant du Sig).

L’ensemble protections

20Cet ensemble permet de prendre en compte les différentes protections ou servitudes émanant ou non des services archéologiques du ministère de la Culture(zones de présomption de prescription archéologique, secteurs sauvegardés, classement monuments historiques, conservation…). Ces protections ou servitudes peuvent affecter une entité archéologique ou une portion de territoire renfermant une ou plusieurs entité(s) archéologique(s). Sont également pris en compte les modes de protection non réglementaires, tels que les réserves archéologiques.

21Les protections sont appliquées à des emprises spécifiques qui peuvent correspondre à des parcelles cadastrales, à des ensembles ou à des parties de parcelles. Un même lieu peut être concerné par plusieurs protections d’extension semblable ou différente, chacune faisant l’objet d’un enregistrement. Les emprises des protections ne sont pas nécessairement les mêmes que les emprises des entités archéologiques concernées par les protections.

22Les protections sont enregistrées dans Patriarche dès qu’elles sont connues ou dès que la demande en a été faite quand elle émane du service ; en ce cas, les données sont mises à jour lorsqu’elles deviennent exécutoires.

23Dans Patriarche, une protection est l’association d’une forme graphique géoréférencée (polygone, ligne, cercle ou point) visualisable sur le fond de carte Ign au 1/25 000e, et de données alphanumériques saisies dans différents masques de la base de données. Ces masques sont au nombre de deux : Protection et Liens.

  • Le masque Protection est la carte d’identité de la protection. Il définit son code, le numéro du département, les noms des communes sur lesquelles elle s’étend, son objet, son type, son état (exécutoire, en attente), les dates de demande et de décision d’application. C’est aussi sur ce masque qu’apparaissent les informations sur le géoréférencement de la protection.

  • Le masque Liens donne des informations sur les entités archéologiques et les sources liées à la protection.

L’ensemble Sources

24On entend par Sources l’ensemble des documents susceptibles d’apporter des informations sur les sites et l’environnement dans lesquels ils s’inscrivent, qu’ils soient ou non détenus par le service. Cet ensemble permet un accès aux sources documentaires qui renseignent les entités archéologiques, les opérations archéologiques, les protections et leur localisation administrative (département, communes), quel qu’en soit le support (papier, photographie, enregistrement numérique…), le type (publication, rapport, archive…) ou la nature (texte, graphisme, image…).

25La prise en compte des sources dans Patriarche ne vise pas à un enregistrement exhaustif de la bibliothèque du service. C’est un recensement signalétique des références ayant trait aux Ea, aux Oa et aux protections qui les concernent.

26Les sources sont classées par catégories quel que soit leur support, décrit dans un champ spécifique. Un rapport de fouille sur Cd-Rom sera du type « rapport », mais son support sera « Cd-Rom ». Un plan ancien photographié sera du type « plan », alors que son support sera « diapositive » ou « tirage ».

27Dans Patriarche, une source se traduit par des données alphanumériques saisies dans différents masques de la base de données. Ces masques sont au nombre de deux : Sources et Liens.

  • Le masque Sources est la notice bibliographique de la source. Elle comprend un code, un type, un numéro d’ordre dans le type, le nom et le prénom du/ des auteurs, du/ des collaborateurs, du/ des directeurs d’éditions, deux champs de titre ou de légende pour les photographies, l’année d’édition, la collection, l’échelle pour les plans, le périodique, l’année de tomaison, le numéro de tome, de volume et/ ou de lot, le numéro de fascicule ou de série, le nombre de pages, le lieu d’édition, l’éditeur, le support. Ce masque comprend aussi le lieu et la cote de conservation ainsi que la date du dépouillement.

  • Le masque Liens donne des informations sur les entités archéologiques, les opérations archéologiques, les protections liées à cette source. Il permet aussi d’inventorier les communes mentionnées dans la source ainsi que la ou les période(s) chronologique(s) concernées. Ce masque permet aussi de lier une image numérisée de la source (pour les plans, les cartes ou les photos par exemple).

L’ensemble répertoire

28Cet ensemble est un fichier d’adresses regroupant les références de personnes physiques ou d’organismesengagés dans l’activité archéologique. Le répertoire peut être utilisé à d’autres fins que la carte archéologique. Les personnes et organismes qu’il recense n’ont pas nécessairement de relations avec les autres ensembles de Patriarche (fournisseurs, responsables administratifs, élus, entreprises…).

29Dans Patriarche, une référence du répertoire se traduit par des données alphanumériques saisies dans différents masques de la base de données. Ces masques sont au nombre de deux : Répertoire personne et Répertoire organisme.

30Les masques Répertoire personne et Répertoire organisme permettent de connaître les noms, situations, et doubles coordonnées (deux champs d’adresse, téléphone…) des personnes physiques ou d’organismes.

L’ensemble tables de référence régionales

31L’ensemble tables de référence régionales permet de personnaliser les listes de termes de vocabulaire en fonction des spécificités régionales, pour pouvoir renseigner certains champs de saisie des ensembles Entités archéologiques, Opérations, Protections, Sources et Répertoire. Les thesauri sont, quant à eux, fixes pour l’ensemble des régions.

32Dans Patriarche, une liste de termes de vocabulaire se traduit par des données alphanumériques saisies dans l’un des dix masques de la base de données :

  • le masque Périodique permet de créer une liste de valeurs pour aider à la saisie du champ « Périodique » du masque Sources de l’ensemble Sources ;

  • le masque Auteur aide à la saisie des champs « Auteurs », « Collab. » et « Dir. Publi. » du masque Sources de l’ensemble Sources ;

  • le masque Support permet de créer une liste de valeurs pour aider à la saisie du champ « Support » du masque Sources de l’en-semble Sources ;

  • le masque Attribution culturelle permet de créer une liste de valeurs pour aider à la saisie du champ « Attribution culturelle » du masque Chrono-vestige de l’ensemble Entités archéologiques.

  • les masques Géologie, Géomorphologie et Topographie permettent de créer les listes de valeurs pour aider à la saisie des champs « Géologie », « Géomorphologie » et « Topographie » du masque Contexte de l’ensemble Entités archéologiques.

  • les masques Commune, Canton et Arrondissement aident à la saisie de tous les champs « Communes », « Canton » et « Arrondissement » de tous les ensembles. Les données présentes dans ces masques ne sont pas modifiables.

Restitution de l’information

33Patriarche est le support de l’inventaire archéologique de la France, mais il se veut aussi un outil de gestion du territoire archéologique et d’aide à la prise de décision pour les services régionaux de l’archéologie.

34La restitution des données saisies dans Patriarche peut se faire sous plusieurs formes.

La restitution sous forme de cartes

35La plus important est la restitution sous forme de cartes dans le logiciel ArcView. Ces cartes permettent de visualiser, sur fond de carte Ign au 1/25 000e ou de cadastres numérisés, les entités archéologiques et/ ou les opérations archéologiques et/ ou les protections se trouvant sur le territoire consulté.

36Cette restitution, qui s’actualise en temps réel en fonction des requêtes, permet, par exemple, de visualiser les zones à très fort potentiel archéologique, dans lesquelles les projets d’aménagement affectant le sous-sol sont présumés faire l’objet de prescriptions archéologiques préalable à leur réalisation.

37Ces cartes permettent aussi, pour un territoire donné, de visualiser les entités archéologiques réparties par période chronologique, ou les opérations archéologiques classées par type d’intervention dans un département ou dans une région, pour mettre en évidence les zones à haute ou basse intensité d’activité archéologique.

38À partir de la base de données nationale (regroupement de toutes les données des régions), il est possible de faire des cartes de répartition sur tout le territoire français.

39Les variantes sont infinies, mais il faut toutefois garder à l’esprit que ce qui s’affiche à l’écran représente uniquement ce qui est saisi dans Patriarche, c’est-à-dire un état donné à un moment donné.

La répartition sous forme de fiches, de listes, de tableaux et de graphiques

40À partir d’une requête effectuée à l’intérieur d’un ensemble de la base de données, on peut obtenir des fiches imprimables contenant tout ou partie des champs de saisie. La mise en page de ces fiches est modifiable dans le module BusinessObjects.

41Ce dernier permet de faire des requêtes à l’intérieur de tous les champs de saisie de l’application et de varier là aussi à l’infini les questions. Il est ensuite possible de présenter le résultat des requêtes sous forme de tableaux ou de graphiques divers, et de les intégrer dans n’importe quel type de support.

Modalités de consultation de Patriarche

42L’application Patriarche n’est pas uniquement dédiée au traitement des données de la carte archéologique nationale. Elle comporte également des données utiles à la gestion administrative ainsi que des données nominatives qui ne sont pas dissociables de la consultation de l’application.

43De plus, la communicabilité des données de Patriarche est régie par l’article 71 du décret 2004-490 qui restreint la diffusion de « l’état complet de l’inventaire informatisé des connaissances et de la localisation du patrimoine archéologique ».

44C’est pourquoi, bien que le législateur ait prévu la communicabilité des données de la carte archéologique nationale, cette communication ne peut pas se faire par consultation directe, mais par l’intermédiaire des Sra, ceux-ci devant filtrer les données non communicables. Une modification de la structure de Patriarche devrait être mise en œuvre par le ministère pour hiérarchiser ces deux niveaux de restriction de consultation des données et faciliter ainsi les échanges, notamment avec les collectivités territoriales.

Haut de page

Bibliographie

Fromentin, Frédérique, S. lauzanne et A. Ropars. 2006. « L’inventaire archéologique national », in : Dabas et al. La prospection. Paris, Errance (nouvelle édition revue et augmentée).

Haut de page

Notes

1  Le numéro de l’Ea se compose ainsi : numéro de la région (non visible) / numéro du département / numéro de la commune / numéro d’ordre

2  Une opération archéologique. possède sa propre emprise géoréférencée, qui n’est pas forcément identique à l’assiette de la ou des entité€ archéologique(e) étudiée(s).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Chaillou et José Thomas, « L’application Patriarche », Les nouvelles de l'archéologie, 107 | 2007, 52-57.

Référence électronique

Anne Chaillou et José Thomas, « L’application Patriarche », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 107 | 2007, mis en ligne le 22 avril 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/498 ; DOI : 10.4000/nda.498

Haut de page

Auteurs

Anne Chaillou

Architecte, docteur en archéologie
achail@9online.fr

José Thomas

Conservateur en chef du patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, direction de l’Architecture et du Patrimoine, sous-direction Archetis, Mission archéologie
jose.thomas@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org